En kiosques : septembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Dernières représentations au Blanc-Mesnil

Le 11 septembre de Michel Vinaver

par Marina Da Silva, 6 octobre 2011

La pièce a fait l’événement dès sa création à Paris, les 10 et 11 septembre 2011, au prestigieux Théâtre de la Ville, qui dans cette aventure n’a eu peur de rien. La pièce devait initialement se jouer dans la petite salle des Abbesses ; mais en juin, Emmanuel Demarcy, le directeur, décide de la prendre sur le grand plateau du Théâtre de la Ville : huit cents paires d’yeux qui surplomberont et dévoreront les comédiens sur scène.

Ils sont cinq à être professionnels. Les autres sont quarante-cinq jeunes amateurs de Seine-Saint-Denis, ayant entre 13 et 17 ans, en provenance de trois lycées, Evariste-Galois à Noisy-le-Grand, Voillaume à Aulnay-sous-Bois et Jean Renoir à Bondy, pour interpréter un texte dense et complexe. Arnaud Meunier, directeur de la compagnie Mauvaise Graine et de la Comédie de Saint-Etienne – où la pièce a été initialement montée –, leur a fait confiance et a obtenu d’eux le plus grand degré d’engagement et d’exigence : un an de travail et des centaines d’heures d’ateliers, avec un metteur en scène et un chorégraphe pour chaque groupe.

Lorsque le rideau se lève, on les voit arriver un par un, encapuchonnés, en baskets et survêtement, conformes aux images que l’on projette d’eux. Mais ici, par le théâtre, ils ont quelque chose en plus : la présence et la grâce.

Puis on entend une voix. Une autre. C’est fragile. Mais audible, intriguant, inquiétant, envoûtant. Et puis cela va ressembler à un ballet, à de l’effroi mais à du rêve aussi, et à de la solidarité, à de la réflexion mise en partage.
Le texte de Michel Vinaver est souvent reçu comme « plat » par les critiques. Il est en réalité factuel et terriblement dérangeant. La force d’Arnaud Meunier est d’avoir parié sur le travail dans sa version bilingue et intégrale – à notre connaissance rarement donnée dans l’institution –, celle disponible aux éditions de L’Arche. On passe de l’anglais au français (et donc les jeunes aussi) sans rupture, en gardant la force et l’intelligence du texte. L’ensemble forme un magnifique oratorio où se déploie la sensibilité des comédiens. Le succès a été tel que ce qui devait être la derrière représentation, le vendredi 7 octobre à 20 h 30 au Forum du Blanc-Mesnil, est finalement suivie d’une autre, le samedi 8 octobre à 16 heures.

11 septembre 2001, de Michel Vinaver, mis en scène et en espace par Arnaud Meunier et Rachid Ouramdane.
Renseignements : 01 48 14 22 00. www.11septembre2001.net

Marina Da Silva

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016