Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Egypte, sanglante répression contre les coptes

Egypte, sanglante répression contre les coptes

lundi 10 octobre 2011, par Alain Gresh

Le premier ministre égyptien Essam Charaf a affirmé que « la nation est en danger » après les affrontements qui ont fait au moins une vingtaine de morts dans la soirée de dimanche et dont les victimes principales ont été les coptes. « Ces événements nous ont fait revenir en arrière (...) au lieu d’aller de l’avant pour construire un Etat moderne sur des bases démocratiques saines. (...) La chose la plus dangereuse qui puisse menacer la sécurité de la nation, c’est de jouer avec la question de l’unité nationale et de provoquer la sédition entre chrétiens et musulmans (...), et aussi entre le peuple et l’armée. » Le gouvernement devait se réunir d’urgence et le cheikh d’Al-Azhar a appelé au dialogue interreligieux. Les militaires ont demandé au gouvernement de créer une commission d’enquête.

C’est l’épisode le plus sanglant survenu en Egypte depuis le renversement du président Moubarak, en février dernier. A l’origine de ces incidents, l’incendie d’une église à Assouan, en Haute-Egypte, le vendredi 30 septembre. Après cet incendie, le gouverneur Mostafa el-Sayyed a prétendu que l’édifice aurait été construit sans avoir obtenu l’approbation des autorités, justifiant ainsi l’incendie. Après quelques jours d’affrontements à Assouan, les coptes ont décidé de manifester au Caire le dimanche 10 octobre.

Tous les témoignages publiés par la presse confirment que ce sont des manifestants pacifiques qui ont été attaqués, d’abord par des bandes armées et ensuite par les forces armées elles-mêmes. Sarah Carr, dans le quotidien Al-Masry Al-Youm (« A firsthand account : Marching from Shubra to deaths at Maspiro »), raconte comment les manifestants, au nombre de dix mille, sont partis du quartier populaire de Choubrah (au Caire). Ils ont été attaqués à coups de pierres par des éléments non identifiés, avant d’atteindre le centre de la capitale et l’immeuble Maspiro, qui abrite la radio-télévision, à quelques centaines de mètres de la place Tahrir. C’est là qu’ils ont été attaqués par des soldats montés sur deux véhicules blindés, attaque qui fera de nombreux morts. Pendant ce temps, la télévision d’Etat diffuse des informations selon lesquelles les coptes auraient volé des armes et tiré sur l’armée ; elle affirme qu’ils sont manipulés par l’étranger.

On peut noter que la chaîne Al-Jazira a développé le même type d’arguments et a soutenu la propagande des militaires : lire Angry Arab (10 octobre).

Ce compte-rendu est confirmé par les correspondants d’Ahram Online (« Protest against persecution of Copts in Egypt attacked with bloody force »). Le rôle de groupes non identifiés pour réprimer les manifestants fait craindre le pire, dans la mesure où ces mêmes groupes ont servi le régime Moubarak durant les journées de la révolution.

Selon le correspondant du New York Times David Kirkpatrick (« Church Protests in Cairo Turn Deadly »), un certain nombre de musulmans sont venus au secours des chrétiens.

Le ministre de l’information a déclaré le 10 octobre qu’il n’y avait pas de preuve que les manifestants aient attaqué l’armée. Il a aussi critiqué la couverture des événements par la télévision d’Etat (« Information Minister : We are not sure army soldiers were attacked by protesters », Al-Masry Al-Youm). Un changement complet de la télévision d’Etat reste l’un des objectifs importants de la révolution.

Beaucoup récusent une lecture purement confessionnelle des incidents (lire Rudolf El-Kareh, « Multiples visages des chrétiens d’Orient »), mais y voient la confirmation que le Conseil supérieur des forces armées (CSFA), qui assume le pouvoir, veut maintenir l’ancien régime et utilise tous les moyens contre toute forme de contestation, que ce soit celle des coptes, les grèves ouvrières ou les manifestations de défense des droits humains. S’il est vrai que l’autoritarisme du CSFA n’est plus à démontrer, il paraît pourtant peu probable qu’il veuille se maintenir au pouvoir. Les élections débuteront à la fin novembre, et le CSFA a dû tenir compte de la demande des forces politiques sur la loi électorale, étendre l’interdiction faite aux membres de l’ancien parti au pouvoir de se présenter aux élections, etc.

Notons aussi les avancées du mouvement démocratique : dissolution du parti unique, mise sous tutelle du syndicat officiel, création de syndicats libres, élections à la tête des universités, procès d’anciens responsables, etc.

Mais il est vrai que la longueur de la transition (le dernier tour des élections législatives aura lieu en janvier ; il sera suivi par le scrutin pour le majliss al-choura (le Sénat) et le Parlement ne se réunira qu’en mars) favorise toutes les instabilités, ainsi que les manœuvres des tenants de l’ancien régime.

Les réactions des Frères musulmans égyptiens et de leur parti ont été plus que prudentes : ils s’en sont tenus à des généralités et à la présentation de condoléances (« MB Extends Condolences to Egyptians over Maspero Killings »).

52 commentaires sur « Egypte, sanglante répression contre les coptes »

  • permalien Lou :
    10 octobre 2011 @21h47   »

    Sur le blog ballade égyptienne de Josiane :

    Adieu mina !

    Il s’appelait MINA, il avait 25 ans, hier il est mort d’une balle en plein cœur tiré par l’armée .

    Nous avions fait sa connaissance sur la place tahrir avec son petit groupe de jeunes composés de musulmans et de chrétiens.

    On le voyait arrivé en fin de journée après ses 12 h de travail dans une entreprise du quartier de Choubra, fatigué, mais sourire aux lèvres, pour échangé avec ses camarades et nous les vieux sur les derniers événements !

    Bien que très critique sur sa religion, hier il était présent avec sa fiancée en soutient a sa communauté

    Hier il a été un des premiers a tombé !!!

    Ses amis et sa petite fiancée ont accompagnés sa dépouille a l’hôpital copte, ce soir ils sont encore tous la- bâ pour réconforter tant bien que mal les familles qui ont perdu un de leurs !

    Pharaon avec ses vieux copains musulmans qui sont avec eux dit avoir compté cette nuit plus de 20 cadavres a l’extérieur de la morgue qui était débordé.

    Je n’en dirais pas plus ce soir ,trop triste , trop en colère !

  • permalien K. :
    10 octobre 2011 @21h48   « »

    Il faut trouver une solution définitive à cette monstrueuse chimère composée de “modérés” hideux et cupides et de fanatiques bestiaux.

  • permalien Yvan :
    10 octobre 2011 @22h21   « »

    C’est un peu gros...

    Un Egyptien exécuté pour le meurtre de six Coptes en 2010 - 20minutes.fr

    Un Egyptien condamné pour le meurtre de six chrétiens coptes et un musulman a été exécuté lundi à Alexandrie, au lendemain de la mort d’au moins 25 personnes dans une intervention de l’armée contre des manifestants coptes au Caire.

    ... mais ça peut passer...
  • permalien K. :
    10 octobre 2011 @22h33   « »

    ....le cheikh d’Al-Azhar a appelé au dialogue interreligieux.

    Celui-là même qui s’acoquine avec les wahabites.

    http://www.aawsat.com/details.asp?s...

    Traduit en anglais par “microsoft” : http://www.microsofttranslator.com/...

  • permalien H. :
    10 octobre 2011 @22h40   « »

    Place tahrir reviens !
    Qui veut ces massacres, qui les provoque, qui les attise ?
    Comment traiter et résoudre des querelles de voisinage souvent anciennes - en tout cas autrement que par des incendies et des tueries ?
    Que des questions et toutes mes condoléances pour le jeune homme, qui parmi tant d’autres, vient de mourir !

  • permalien K. :
    10 octobre 2011 @22h48   « »

    Par Carlos Latuff.

  • permalien Jean-Jacques :
    10 octobre 2011 @23h11   « »

    « Beaucoup récusent une lecture purement confessionnelle des incidents, mais y voient la confirmation que le Conseil supérieur des forces armées (CSFA), qui assume le pouvoir, veut maintenir l’ancien régime et utilise tous les moyens contre toute forme de contestation, que ce soit celle des coptes, les grèves ouvrières ou les manifestations de défense des droits humains. »

    En effet et certains analystes égyptiens craignent que des conflits interconfessionnels en Égypte pourraient servir de prétexte à un coup militaire du Conseil militaire suprême avec l’annulation des élections ce qui ferait bien les affaires de certains pays tiers.

  • permalien K. :
    10 octobre 2011 @23h15   « »

    La TV d’Etat égyptienne et les autorités religieuses officielles (il y a aussi le mufti, qui avait récemment émis une fatwa disant que les manifestations conduisaient en enfer, alors qu’il avait envoyé les Moubarak au paradis (sic) au temps de leur règne...) ne sont pas les seuls à devoir être épurés.

    Il y a aussi la grotesque édition en arabe de "Al-Ahram" :

    24 militaires et manifestants tués...

  • permalien Yann :
    11 octobre 2011 @00h13   « »

    Egypt’s Copts vent their rage during funerals

    Vidéo

  • permalien Yvan :
    11 octobre 2011 @08h10   « »
    EGYPTE. "Le peuple égyptien ne se laissera pas manipuler". - Monde - Nouvelobs.com

    "Il n’y a pas de problème copte ou autres, il y a un problème avec l’armée qui souhaite rester au pouvoir et qui en menant différentes actions de divisions permettent de maintenir une pression sur le peuple. A qui profitent ses crimes, sinon à l’armée et aux pays limitrophes qui n’ont aucun intérêt à voir une démocratie en Egypte", demande-t-il [Moustafa El Gendy (Fondateur de la diplomatie populaire* et ancien membre de l’opposition au parlement égyptien)] ? Et de conclure "j’ai confiance dans le peuple égyptien il ne se laissera pas manipuler"


  • permalien Ben ramden :
    11 octobre 2011 @08h15   « »

    L,après moubarak s,annoce difficile sur tous les plans.voir un pays arabe comme l,egypte renouer avec l,esprit rèvolutionaire et la ferveur nationaliste ,c,est un danger qu,il faut juguler coute que coute.mais surtout empecher toute forme,tout model de coexistance entre musulmans et chrétiens au moyen orient.c,est un défi majeur qu,il va falloir affronter avec beaucoup de determination.il existe des facteures endogénes,mais aussi exogénes voires les plus dètèrminants visant à disloquer et affaiblir une nation qui commence à recouvrer sa fierté légendaire.

  • permalien Juba :
    11 octobre 2011 @11h11   « »

    Moubarak était un militaire avant de devenir Président et la nature de ce régime est la meme dans tous ces pays à savoir désignation par cooptation avec des éléctions entachées de fraude et élection avec un taux de 98% ! Il est clair que l’armée dans ce pays est la veritable détentrice du pouvoir et les hauts gradés qui la composent ne renonceront jamais à celui-ci au risque de perdre leurs priviléges .Pour se maintenir, tous les coups sont permis y compris de créer des troubles entre corporations, entre ethnies,etc.. ensuite créer des commissions d’enquetes en vue de noyer les vrais raisons de la colére et surtout paraitre comme un gage de stabilité et il ne faut pas oublier la tentation de remettre en cause les accords conclus avec Israel et cela les Américains ne l’accepteront jamais car l’Egypte est un pays clé dans cette région d’ou peut etre la tentative de reprendre les renes avec une facade démocratique en liant les poings aux futurs dirigeants à élire démocratiquement qui seront jetés en pature au peuple pour leur faire regretter le temps béni de la dictature enfin, vouloir immédiatement déloger les hauts gradés du pouvoir, serait faire courrir le risque d’autres troubles et c’est pour ces raisons que ces révoltes menées par des jeunes sans vrais leaders avec pour idée "Débarrassons-nous de la dictature, tout le reste sera facile" alors que le plus difficile c’est de réussir l’après révolution surtout pour un pays dont l’aide financière principalement US est importante !

  • permalien Laurent Szyster :
    11 octobre 2011 @19h28   « »

    @K & Jean-Jacques,

    Le dessin très clair de Latuf illustre bien les propos ambigus de Jean-Jacques :

    En effet et certains analystes égyptiens craignent que des conflits interconfessionnels en Égypte pourraient servir de prétexte à un coup militaire du Conseil militaire suprême avec l’annulation des élections ce qui ferait bien les affaires de certains pays tiers.

    Ou comment on réduit les conséquences attendues d’un discours sectaire bien établi à l’instrument d’un complot contre-révolutionnaire.

    La réalité vécue par les Coptes est une montée constante de l’intolérance et des discriminations depuis que le panarabisme puis l’islamisme structurent le discours politique dominant en Egypte.

  • permalien ilana :
    11 octobre 2011 @22h11   « »

    au fait, ce sont les coptes qui sont en danger pas la nation.... excusez nous M. Charaf de ne pas vous croire...

  • permalien Laurent Szyster :
    11 octobre 2011 @22h15   « »

    @Yvan,

    "Il n’y a pas de problème copte ou autres, il y a un problème avec l’armée qui souhaite rester au pouvoir et qui en menant différentes actions de divisions permettent de maintenir une pression sur le peuple. A qui profitent ses crimes, sinon à l’armée et aux pays limitrophes qui n’ont aucun intérêt à voir une démocratie en Egypte" - Moustafa El Gendy

    Moustafa El Gendy nous ressert un plat très faisandé, celui du complot étranger.

    Il n’y aurait pas de problème copte "ou autres", rien à voir, circulez ...

    C’est exactement ce qu’ont du se dire les dizaines de milliers de Coptes qui avaient les moyens de fuirent l’Egypte depuis le début de l’année. Les autres, la majorité misérable, s’accrochent à leur pays et leur identité.

    L’exode des coptes d’Egypte

  • permalien Houcine :
    11 octobre 2011 @22h51   « »

    Je suis d´accord avec Juba et ben Ramdan qui connaissent certainement la culture arabe et la composition sociale de ces pays, appartenant à une grande civilisation.

    Mettre tout sur le dos de l´Islam est une réflexion très flexible. Quant aux conflits touchant les Coptes, certains berbères de descendance juive et les kurdes, ils ne sont dus qu´aux manipulateurs internes (les privilégiés de l´ère M´barek & Co.), et surtout Israël qui n´admettra jamais voir un voisin démocratique et prospère (l´Allemagne de Guillaume II).

    L´affaire Eli Cohen en Syrie, Lawon et Benjamin Gibli en Egypte, elle pourrait se répéter en n´importe quel moment, enrichissant les allégeances des disciples de Moshe Sharett et préparant l´opinion mondiale, qui est déjà très sodomisée par les plus sages.

    Houcine__

  • permalien Houcine :
    11 octobre 2011 @23h05   « »

    Concernant l´exodos des Coptes et des non Coptes,

    il y a des gens qui profitent de n´importe quel malheur pour abandonner leurs pays et venir s´installer là où reve-t-on vivre mieux. À cet espoir s´ajoute le role des Mafias qui s´enrichissent sur le dos des gens dans le besoin.

    En Occident, il y a d´autres organisations qui profitent des refugiés faisant tourner toute une économie noire (travail mal rémuniré, salaires non déclarés, prostitution, trafique de drogues, vol, violence, haine, conflit des civilisations)

    Il faudrait chaque fois donner l´occasion à Jean Mary Lepen, autrement comment pourrait-il remplir son temps, s´amuser avec les siens et contenter les vieux racistes en Europe des droits humains ?

    Houcine__

  • permalien gloc :
    12 octobre 2011 @07h36   « »

    Laurent Szyster : Moustafa El Gendy nous ressert un plat très faisandé, celui du complot étranger.

    C’est vrai que depuis 1948, dans un pays limitrophe, ce plat se sert aussi un peu faisandée, qu’il soit casher ou hallal.

    Départ de Moubarak : Israël inquiet | SeneNews.com

  • permalien gloc :
    12 octobre 2011 @07h41   « »

    Laurent Szyster : Moustafa El Gendy nous ressert un plat très faisandé, celui du complot étranger.

    Il est vrai que dans un pays limitrophe, on ne peut pas parler, à propos des chrétiens, de complot étranger.

    Des tombes chrétiennes et musulmanes profanées | La-Croix.com

  • permalien Carl :
    12 octobre 2011 @08h18   « »

    Certains Coptes ne sont pas des tendres non-plus. J’ai vu sur quelques vidéos des manifestants Coptes lyncher avec une extrême violence des policiers désarmés. Dans n’importe quel pays, les forces de sécurité auraient fait feu.

    Les responsables Coptes ne sont pas exempts de reproches. Une partie des chrétiens d’Egypte subit l’influence de quelques extrémistes installés aux USA. Ceux-là les appellent à prendre les armes, à réclamer leur indépendance.

    Il y a quelques mois, des manifestants Coptes avaient attaqué un commissariat de police, tuant quelques policiers.

    Mais j’ai constaté qu’en France, les Coptes étaient systématiquement les victimes. Je veux bien croire qu’ils le sont, mais j’ai un doute sur l’objectivité des médias français. La minorité chrétienne opprimée en terre d’Islam...Mouais...

  • permalien Carl :
    12 octobre 2011 @08h20   « »

    J’ajoute une dernière chose : les mouvements Salafis ont constitué des comités dans certaines villes (comme Alexandrie) pour protéger les lieux de culte Coptes. ET ce n’est pas la première fois.

  • permalien Houcine :
    12 octobre 2011 @10h41   « »

    Considering the importance of the agents under different names organising serious plots, since the appearance of a wild State in Middle East, here is a reference regarding the engagement of some dangerous people :

    http://cosmos.ucc.ie/cs1064/jabowen...

    Houcine__

  • permalien Zebra3 :
    12 octobre 2011 @16h40   « »

    Bref, divise pour mieux regner.

    Une Armee d’officiers liee aux classes elitistes du Caire, jouissant de leurs privileges depuis si longtemps, qui ont peine a voir un vrai mouvement democratique naitre de la volonte du peuple(et du bas des troupes militaires Egyptienne)...trop a perdre !

  • permalien rudysman :
    12 octobre 2011 @21h35   « »

    Ces événements, ainsi que d’autres événements comme à Tunis ou ailleurs ; démontrent qu’il ne suffit pas de faire tomber une dictature. Il fait reconstruire toute une citoyenneté bien mise à mal par des années de camisole et trouver un système de représentation qui fonctionne, non corrompu et non ethnique : Ce qui est loin d’être joué...

  • permalien K. :
    12 octobre 2011 @23h29   « »

    Op-ed prémonitoire du romancier égyptien Alaa Al-Aswany publié la semaine dernière en arabe dans le quotidien égyptien "Al-Masri Al-youm," en anglais ce jour dans le site "The Arabist."

    Traduction partielle en français (1)

    (..)

    Puisque la stabilité politique du régime saoudien repose sur son alliance avec les cheikhs wahhabites, des millions de dollars ont été dépensés pour répandre l’interprétation wahhabite de l’islam dans le monde entier.

    Ajoutez à cela la crise économique égyptienne, qui à l’époque a contraint des millions d’Egyptiens à migrer vers l’Arabie saoudite pour travailler, rendant ainsi beaucoup d’entre eux la proie idéale de la doctrine wahhabite qui est totalement étrangère à la société égyptienne.

    En effet, l’interprétation wahhabite de l’Islam, en comparaison de l’approche tolérante égyptiene, prêche un dogme extrémiste, antidémocratique (..).

    Au détriment de l’essence de la religion, le wahhabisme considère la religion comme un ensemble de rituels et d’actions qui se concentrent sur le coté formel de la religion.

    Dans le même temps, toute égyptien vivant en Arabie saoudite sait que ces lois ne peuvent jamais être imposées aux Américains, aux Européens, aux princes et « nobles ». Elles seront appliquées strictement et uniquement sur les Egyptiens et les ressortissants de pays faibles.

    Toute égyptien vivant en Arabie saoudite apprend que ne pas accomplir la prière est un péché majeur. Dans le même temps, cependant, ce n’est pas un péché majeur de voir le sponsor saoudien humilier ses employés égyptiens, nier leurs droits financiers et les jeter en prison si jamais ils osent prétendre au moindre de leurs droits. C’est une autre question, qui n’a rien à voir avec la religion, selon les wahhabites.

    Depuis des décennies, la doctrine wahhabite se répand en Egypte. Le pire, c’est que l’idée les plus dangereuses que cette doctrine a inculqué à la société égyptienne a été l’obligation de haine envers le peuple copte qui doit être méprisé. Si nous revenons au numéro 4327 du magazine "Rose al-Youssef", nous pouvons y lire un article écrit par le professeur Issam Abdel Gawad dans lequel il a examiné les déclarations de certains cheikhs salafistes wahhabites contre les Coptes.

    Said Sheikh Abdul-Azim dit : "Il n’y aura pas d’amour et pas d’amitié avec les chrétiens et il ne faut pas se socialiser avec eux, ni les féliciter à l’occasion de leurs vacances, car ils deviennent des infidèles encore plus grands pendant leurs festivités religieuses."

    (..)

    Et Cheikh Ahmed Farid déclare que "il n’est pas permis à un musulman de réconforter un copte en deuil, ni ne devrait-il confirmer que le défunt trouverait une compensation dans l’au-delà, parce que l’au-delà des Coptes est simplement un voyage vers les feux de l’enfer."

  • permalien K. :
    12 octobre 2011 @23h36   « »

    Alaa Al-Aswany (2)

    Ce sont quelques exemples de ce que l’on pouvait entendre dans le discours quotidien de cheikhs wahhabites saoudiens dans les mosquées et les stations de télévision par satellite.

    Si de telles déclarations devaient être formulées dans un pays respectable, elles seraient considérés comme un crime d’incitation à la haine envers des concitoyens qu’il est permis d’offenser tout simplement parce qu’ils ont des croyances religieuses différentes.

    Maintenant, puisque les cheikhs wahhabites ont corrompu l’esprit de certains Egyptiens et ont rempli leur cœur de haine et d’intolérance, sans qu’il n’existe la moindre dissuasion éthique ou juridique, que pourriez-vous attendre de ceux qui croient en une telle doctrine ...?!

    Ayant dit tout cela, on peut comprendre les événements de ces derniers jours dans le village de Marenab, à Edfou, dans la province d’Assouan.

    Marenab est le lieu de l’église St. Georges, qui est visitée par des coptes vivant dans le village depuis 1940. Parce que l’église est une construction ancienne et endommagée, les responsables ont décidé de demander un permis de construction pour la rénover. Jusqu’ici, tout semble normal ... Cependant, et de nulle part, un problème soudain s’est déclaré : un groupe de salafistes wahhabites a émergé et s’est opposé à la rénovation de l’église.

    Ceci étant le cas, et au lieu de voir les autorités faire appliquer la loi et protéger les responsables de l’église, la police et l’armée ont appelé à une réunion informelle au cours de laquelle les Salafistes ont imposé leur conditions aux responsables de l’église. Ils ont demandé à ce que l’église soit construite sans haut-parleurs, sans dômes ni croix.

    Ce qui nous amène à poser la question : Comment une église peut se construire sans une croix, symbole du christianisme ?

    Par ailleurs, cette condition a été approuvé par les fonctionnaires de police et de l’armée, ce qui a conduit le gardien de l’église à céder dans le but d’obtenir l’approbation pour restaurer son église.

    Étonnamment, l’acceptation par le dépositaire de ces conditions injustes n’ont pas sauvé l’église des salafistes. Le vendredi suivant, le prédicateur wahhabite de la mosquée a excité les fidèles contre la rénovation de l’Eglise. En conséquence, dès que la prière s’est terminée, un groupe de fanatiques a entouré l’église, l’a attaquée, l’a incendiée, la réduisant en ruines. L’attaque a duré des heures, pendant laquelle ni l’armée ni la police ne sont intervenues pour protéger la maison de Dieu.

  • permalien K. :
    12 octobre 2011 @23h48   « »

    Alaa Al-Aswany (3/3)

    En outre, le gouverneur d’Assouan, un ex-sympathisant du régime de Moubarak, a adopté la bonne vieille méthode consistant à nier sa responsabilité et a déclaré que, d’abord, il n’y avait jamais eu d’église dans ce village ...

    Les attaques criminelles contre des églises égyptiennes sont devenues un acte répétitif, étrange et suspect dans l’ère post-révolution. Ce qui est arrivé à Edfou est déjà arrivé à Fayoum, Ismaïlia, Imbaba, Ain Shams et Atfih ...

    De telles attaques nous conduisent à poser la question suivante : d’abord, puisque le Conseil militaire sert en tant que président de transition et Parlement de notre nation, et est donc le seul responsable de la gouvernance du pays, quel raisonnement pourrait-on faire devant le fait de voir la police militaire battre, torturer et insulter sauvagement des manifestants de la manière la plus inhumaine, alors qu’en même temps, on peut voir d’autres membres de la police militaire se ranger de côté tout en regardant les Salafistes brûler les églises et les sanctuaires, couper l’oreille d’un citoyen copte, et bloquer la voie ferrée pendant une dizaine de jours, comme cela est arrivé à Qena ?!

    Qu’est-ce qui transforme la violence de la police militaire en douceur lorsqu’il s’agit des Salafistes ...? Qu’est-ce qui pousse les responsables de l’armée et de la police à négocier avec les Salafistes et à respecter leurs règles comme s’ils appartenaient à une nation plus forte que l’Egypte ...?!

    Quels sont les motifs juridiques qui accordent à la confrérie des Salafistes le droit d’inspecter les églises et de ne permettre leur rénovation qu’à leurs propres conditions ou de l’empêcher et d’ordonner leur démolition ou de les brûler s’ils le souhaitent ...?

    Le Conseil militaire permet-il certains avantages politiques à ces salafistes ou alors le chaos et la violence sectaires agissent-ils en faveur des intérêts politiques du Conseil militaire, puisqu’ils ils justifient leur maintien au pouvoir sous le prétexte de maintenir la sécurité et la protection des Coptes contre les attaques des extrémistes ... ?!

    (..)

  • permalien Ben ramden :
    13 octobre 2011 @02h36   « »

    L,islam scripturaliste n,est pas malheureseument l,apanage de l,egypte .partout dans le monde arabe et lemonde islamique ,cette forme retrograde de la religion s,est infiltré grace a la connivance des dirigents de ses pays,qui en contre partie de petrodollars ont fermè les yeux sur son expansion.aujourd,hui ils souffrent de ses affres.actuellement le wahhabisme s,acharne contre le rite malèkite une des rites les plus modèrés de l,islam en afrique de l,ouest solidement enraciné que meme les puissances coloniales n,ont pu extirper dans leur entreprise d,evangélisation .les africains que j,admire beaucoup,pratiquent la religion qui toujours conforme a leur temperamet pacifiques ils savent trés bien coexister avec les autres religions sauf dans les cas ou le wahhabisme s,exporte bien.

  • permalien K. :
    13 octobre 2011 @09h33   « »

    Qualifier le wahabbisme “d’orthodoxe”, comme il est fait dans le lien donné ci-dessous, n’a aucune pertinence, le propre frère (réprobateur) du créateur du wahhabisme ayant qualifié les préceptes de cette doctrine de "sixième pilier" de l’islam.

    Le Mali se frotte au wahhabisme

  • permalien Yasmina :
    13 octobre 2011 @11h44   « »

    orthodoxe pour dire sunnite certainement. Journaliste ignorant ??? Pétrodollars oblige, le wahabisme maintenant a pris la place de l’islam tout court.

    René Naba:I- L’Arabie saoudite, le foyer de la contre-révolution arabe (1)

    A grand renfort de pétrodollars, l’Arabie saoudite a lancé une vigoureuse contre offensive politique pour neutraliser les effets des soulèvements populaires arabes, forgeant un glacis diplomatique autour des pétromonarchies par l’adjonction du Maroc et de la Jordanie, injectant quantités de dollars aux organisations islamistes arabes, en Egypte pour inciter le courant salafiste à se rendre maitre de la contestation populaire, en Syrie pour déstabiliser le régime de Bachar Al-Assad.

    Sans crainte du ridicule, Ryad a même été jusqu’à sommer la Syrie de procéder à des réformes, sans se rendre à quelle point cette exhortation était malvenue en ce qu’elle plaçait la monarchie saoudienne, qui passe pour être parmi les plus autoritaires du monde, en porte à faux avec les aspirations de son propre peuple, dont elle bride ses plus élémentaires libertés, particulièrement la conduite des femmes au volant
    Talonnée par la Turquie, qui se propose de devenir le pôle de référence régionale sur la base de sa diplomatie néo ottomane, la dynastie wahhabite, le foyer de l’intégrisme entend fédérer les états arabes non pas contre Israël, dont il est le principal bénéficiaire de ses coups de butoir contre le noyau dur du monde arabe, mais contre l’Iran chiite, parvenue au rang de puissance du seuil nucléaire en dépit d’un embargo de trente ans, dont il projette d’en faire, après l’Egypte nassérienne dans la décennie 1960, et l’Irak baasiste dans la décennie 1980, un nouvel abcès de fixation en vue de détourner la foudre qui risque de s’abattre sur la dynastie wahhabite

    http://www.renenaba.com/egypteles-f...

  • permalien Yasmina :
    13 octobre 2011 @12h07   « »

    un livre qui montre entre autre comment l’islam d’aujourd’hui s’est trouvé dominé par un courant qui fut toujours minoritaire, le hanbalisme et son succédané le wahhabisme. Hamadi Redissi rouvre le dossier historique et théologico-politique de cette école de pensée transformée en mouvement politico-religieux grâce à l’appui des Séoud et à l’appareil qui est mis en place. En retraçant son histoire depuis le XVIIIe siècle, ses relations étroites avec à la fois les forces coloniales ( de l’époque) et l’islamisme radicale (au fil des générations) : l’auteur nous fait découvrir d’une façon très professionnelle ce que les médias cachent ou ne disent pas

    le pacte de Najd ou comment l’Islam sectaire est devenu l’Islam ».
    Du professeur Hamadi Redissi
    Aux éditions le Seuil, 2007, 248 p., 21 €

  • permalien Juba :
    13 octobre 2011 @14h38   « »

    Un pays qui porte le nom d’une famille "Al saoud"et un royaume, propriètaire de la terre et des hommes, considéré à tort comme gardien des lieux saints de l’islam, le seul qui lui échappe aujourd’hui, c’est la mosquée d’El Aqusa qui est le 3eme lieu saint de l’islam d’ou son peu d’empressement pour sa libération pour ne pas lui disputer l’argent du pélérinage et qui se permet avec le soutien de l’occident de semer mort et désolation dans le monde musulman en dépensant plus de 100 MD US/An pour soutenir la subversion et le terrorisme et il fourre son nez partout meme au Pérou !Ce royaume, bafoue les droits de l’homme les plus élémentaires sans que personne ne s’en emeuve et ce au nom d’un Islam qui ne reconnait pas la royauté, dont il se prévaut, ni la soumission d’etres humains à un quelconque monarque fusse t-il Séoudien ! Ce pays qui fait du chantage à l’aide économique qu’il conditionne par l’instauration de régimes qui lui soient soumis. Un message d’El Quaida est passé inaperçu et il est étonnant qu’il n’aie engendré aucune réaction qui est le suivant "El Quaida avait menacé l’Iran de représailles s’il osait s’attaquer à l’Arabie Séoudite" Voyez meme El Quaida est au service de ce royaume, il n’y’a rien d’étonnant puisque cette nébuleuse a tété au sein du Wahabisme. Quand aux coptes dont on déplore ce qui leur arrivent, qu’ils en soient consolés car ils ne sont pas les seuls à avoir une épée dréssée au dessus de leurs tetes et en ces moments tragiques ayez une pensée pour toutes ces minorités, minorisées par les minorités éparpillées à travers le monde et qui cherchent la voie du salut qui tarde à se montrer !

  • permalien K. :
    13 octobre 2011 @17h52   « »

    Junte militaire egyptienne : D’abord, il n’y avait pas de coptes...

    Le conseil suprême des forces armées égyptiens (CSFA) (..) a (..) nié que des soldats avaient délibérément foncé sur des manifestants avec des véhicules blindés

    Les images avaient été retransmises même par la chaine des Saoud al-arabiya.

  • permalien ben ramden :
    13 octobre 2011 @19h20   « »

    a defaut d’une dictature militaire declarée,les militaires s’affairent à installer un systéme de pronunciamiento totalitaire pour contrecarrer l’eventualité d’election d’un président n’ayant pas le profil de ceux generalement issus des cercles fermées.un president copte pourquoi pas ?les egyptiens dans leur ecrasante majorité sont disposés à accepter untel choix,pourvu que les lois d’inspiration militaire,discriminatoire disparaissent.il faut bien reconnaitre,la mentalité du peuple egyptien,un peuple d’extreme finesse et cosmopolite contrairement à certains clichés,il a toujours fait preuve d’intelligence tout au long de son histoire.

  • permalien Lou :
    13 octobre 2011 @20h32   « »

    L’Egypte porte le deuil des victimes de Maspero

    Les Égyptiens s’unissent après l’explosion de violence du 9 octobre qui a eu lieu devant le bâtiment de la télévision d’État au Caire, Maspero, instrumentalisée pour dresser les musulmans contre les coptes.
    (...)

    Le blogueur égyptien Mahmoud Salem a tweeté :

    @Sandmonkey : Je devrais être le premier à le dire, n’allez pas dire que l’armée tue des chrétiens. Dites que l’armée tue des Égyptiens. Finis les sous-groupes. #maspero

    conflits interconfessionnels ?
    par snony

    Le niveau de violence qui régnait dans les environs, entre le bâtiment de la télévision nationale (Maspéro) et la place Abd el-Monim Reyad (au niveau du musée) apparaît dans le témoignage de Hani Bishra en ligne sur Facebook.

    En partant du musée et en se dirigeant vers Maspéro, celui-ci s’est retrouvé face à des jets de pierre qui provenaient d’un groupe de soldats et de civils situés devant l’hotel Ramses Hilton. En revenant en arrière il est arrêté par une personne qui, après lui avoir fait avouer sa confession, a appelé d’autres « civils » à la rescousse en se vantant d’avoir choppé chrétien. Une trentaine de ces civils a fini par l’entourer, certains le frappant à la tête, alors qu’il se débattait pour réclamer le téléphone qu’on lui avait pris, et pour retourner vers le cordon de police qu’il venait de franchir. Bousculé, traité de « chien de chrétien » (kalb nossrani), il a fini par atteindre un officier à qui il a demandé protection en montrant son passeport américain. L’homme en civil qui l’avait interpellé s’est avéré être un policier dont Hani a pu étudier la mission pendant le couple d’heures qu’il a passé, bloqué derrière un rang de la Sécurité Centrale (amn al-markasi). Son rôle était de coordonner les différents groupes de « manifestants spontanés », qu’il invitait à s’engager dans les rues aux alentours, chantant « Chrétiens, où êtes-vous. L’islam est là ! ». Sous la protection de deux jeunes policiers plus avenants, il a pu observer un hall d’immeuble où quatre corps baignaient dans leur sang et apprendre que ceux-ci avaient été tués par l’armée mais que les corps étaient en trop mauvais état pour être transportés. Il a aussi pu entendre l’ordre donné aux policiers d’utiliser les balles réelles.

  • permalien Lou :
    13 octobre 2011 @22h14   « »

    @K.

    Alaa Al-Aswany était sur france-Inter samedi dernier, tellement humain !

  • permalien K. :
    13 octobre 2011 @22h18   « »

    le CSFA veut être le seul à enquêter sur ses propres tueries.

    The head of military judiciary said Thursday armed forces alone will investigate Sunday’s deadly clashes that left 25 dead and 329 injured, while suspects will face military trials

    Et on fera d’une pierre deux coups :

    ...suspects will face military trials

  • permalien K. :
    13 octobre 2011 @22h29   « »

    Et pour faire vibrer la fibre patriotique des couillons : :

    "Le Sinaï est est notre terre, nous n’avons pas besoin de permission pour augmenter nos forces sur notre sol", a déclaré le général Reda Hafiz, cité par l’agence officielle Mena. "Les avions égyptiens font des patrouilles pour sécuriser toutes les frontières de l’Egypte, y compris sa frontière orientale", a-t-il ajouté.

  • permalien said :
    15 octobre 2011 @01h14   « »

    Je pense que Les Frères Musulmans ont tort de ne pas dénoncer le massacre de citoyens pacifiques car il ne faut pas oublier que depuis la création de ce mouvement, des liens de respect ont toujours réuni ses dirigeants avec leurs concitoyens coptes. Il suffit de lire ce qu’écrit le défunt Dr Hassane Hathoute, l’un des anciens membres de cette Confrérie.
    Je m’associe donc à la douleur des familles de ces victimes innocentes et des autres victimes de ces barbares qui, contrairement aux principes de l’Islam, s’attaquent à leurs concitoyens adeptes d’autres religions.
    Je vous remercie M. GRESH pour vos chroniques toujours pertinentes et instructives.

  • permalien K. :
    15 octobre 2011 @21h51   « »

    Deal yankees/junte militaire égyptienne.

    New York Times :

    Egypt’s Military Expands Power, Raising Alarms
    By DAVID D. KIRKPATRICK
    Published : October 14, 2011

    Traduction partielle :

    ...

    Deux membres du conseil militaire qui a pris le pouvoir après l’éviction de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak ont déclaré pour la première fois dans des interviews cette semaine qu’ils prévoyaient de conserver le plein contrôle du gouvernement égyptien, même après le début de l’élection d’un nouveau Parlement en Novembre.

    La législature va rester dans un rôle subalterne similaire à l’ancien Parlement de M. Moubarak, ont-ils dit, et le conseil militaire nommera le Premier ministre et le cabinet.

    "Nous allons garder le pouvoir jusqu’à ce que nous ayons un président", a dit le Major Général Mahmoud Hegazy. L’armée avait promis dans des communiqués officiels en Mars dernier de tenir l’élection présidentielle en Septembre. Mais les généraux disent maintenant que celle-ci viendra seulement après l’élection d’un Parlement, la formation d’une assemblée constitutionnelle et la ratification d’une nouvelle constitution - un processus qui pourrait s’étendre jusqu’en 2013 ou plus.

    Une transition vers un régime civil avant et non après la rédaction d’une nouvelle constitution était également un élément de base d’un référendum national sur une "déclaration constitutionnelle" faite en Mars. La déclaration exige que les militaires mettent en place des institutions démocratiques et suspendent une loi d’urgence de 30 ans (permettant des arrestations sans procès) avant la rédaction de la Constitution afin d’assurer un débat libre. Mais en étendant son mandat, l’armée va désormais présider le processus constitutionnel.
    ..

    Les Etats-Unis, fortement préoccupés que des élections anticipées puissent apporter des islamistes hostiles au pouvoir ce qui tendrait encore plus les relations avec Israël, ont jusqu’ici manifesté son approbation quant a cette l’approche de l’armée. Dans une apparition cette semaine avec le ministre égyptien des Affaires étrangères, la secrétaire d’État Hillary Rodham Clinton a exhorté une fin précoce de la loi d’urgence, mais a qualifié de "calendrier approprié" le programme des élections des militaires.

    ...

  • permalien K. :
    15 octobre 2011 @21h52   « »

    Erratum :

    Les Etats-Unis, ont jusqu’ici manifesté LEUR approbation quant a cette l’approche de l’armée.

  • permalien K. :
    18 octobre 2011 @23h09   « »

    Standard and Poor’s vient au secours de la contre-révolution...

    S&P dégrade l’Égypte d’un cran

    ...et prévoit le coup de grace si les choses trainent trop

    "....une autre baisse est possible si la transition politique vers une société plus pluraliste ne se fait pas aussi tranquillement qu’attendu",

  • permalien K. :
    20 octobre 2011 @12h30   « »

    Encore et toujours la grossière arnaque yankee qui veut faire croire que c’est malencontreusement que l’argent de leurs contribuables va à des escrocs étrangers.

    Ces escrocs ne sont-ils pas exactement les mêmes que ceux qu’ils appellent “modérés” ?

    Comment les rois des escrocs que sont les yankees pourraient-ils travailler avec autre que des escrocs parmi les étrangers ?

    http://www.washingtonpost.com/inves...

  • permalien Lou :
  • permalien K. :
    26 octobre 2011 @23h15   « »

    Issandr El Amrani :

    Je suis pessimiste quant aux prochaines élections de l’Egypte, surtout parce que je ne pense pas qu’elles ont été sérieusement préparées [ !!??], notamment en comparaison avec la Tunisie.

    Dans un éditorial qui devrait sortir aujourd’hui ou demain, je vais vous expliquer pourquoi exactement.

    Idéalement, les élections devraient être reportées et une autorité civile prendre immédiatement le relais, mais ce n’est pas dans les plans.

    Ainsi, le meilleur scénario est que ces élections - bien que déjà faussées - aient lieu et que le nouveau parlement s’unisse autour d’une plate-forme réclamant une supervision civile plus grande de la transition et une exclusion du SCAF du pouvoir dès que possible, probablement à travers l’élection d’un président.

    [ !!??] : l’éditorial en question vient de paraitre, et il me semble que El Amarani n’avance aucun argument prouvant que les élections ont été "mal préparées" par les Egyptiens. Il se contente de rappeler tous les coup bas du CSFA et, justement, à aucun moment il ne précise que l’armée tunisienne n’a pas mis les batons dans les roues des Tunisiens.

  • permalien K. :
    26 octobre 2011 @23h54   « »

    WSWS, février 2011 :

    D’après le professeur Robert Springborg, de l’école doctorale de la Marine américaine, les estimations du contrôle de l’armée sur les affaires égyptiennes varient de 5 à 40 pour cent. Quel que soit le nombre exact, les officiers de l’armée égyptienne empochent selon une récente interview de Springborg, « des milliards et des milliards » de dollars. Il a dit au site Global Research : « C’est un conglomérat commercial, comme General Electric. Il est présent dans pratiquement tous les secteurs de l’économie. »

    Interview ce jour :

    Al-Masry : Du point de vue de la protection de l’économie militaire, l’armée est-elle menacée par les prochaines élections législatives et présidentielles ?

    Springborg : Oui. Ce qu’elle veut, c’est un parlement faible et une présidence qui ne contestera pas son autorité.

    Comme les choses se présentent actuellement, le parlement sera faible, car il sera réparti entre différentes forces politiques et parce qu’il ne sera pas fondé sur une autorité constitutionnelle forte. Il ne sera donc pas assez fort pour superviser les militaires, par exemple en examinant ses finances. Ainsi, tout contrôle civil du pouvoir militaire incombera par défaut au président.

    C’est pourquoi l’idée apparente de l’armée aujourd’hui est que le président soit quelqu’un de l’armée. Le retard de l’élection présidentielle est probablement en partie du à la tentative de préparer le terrain pour un candidat qui soit de l’armée ou absolument dépendant d’elle.

    En attendant, l’armée cherchera à élargir son rôle dans l’économie, soit par l’acquisition de sociétés supplémentaires ou en aidant les entreprises appartenant à des officiers à gagner plus d’affaires.

  • permalien K. :
    29 octobre 2011 @12h19   « »

    "Un nouveau meurtre sous la torture : pour le punir d’avoir introduit une puce de téléphone portable dans sa cellule de la prison de Tora, Essam Ali Atta Ali, condamné à deux ans de prison par la justice militaire le 25 février, a été soumis à une torture sauvage", a dénoncé le centre el-Nadeem pour la réhabilitation des victimes de violence et de torture.

    "Des tuyaux d’eau ont été introduits dans sa bouche et son anus et il a été transféré hier (mercredi), sans que sa famille le sache, à l’hôpital de Qasr el-Aini où il est décédé", a ajouté l’association jeudi soir sur sa page Facebook.

    (..)

    Mais une source de sécurité a démenti que le jeune homme soit mort sous la torture, affirmant qu’il s’était senti mal lors d’une visite de sa mère et de sa fiancée et qu’après sont transfert à l’hôpital de la prison puis dans un établissement à l’extérieur, les médecins avaient découvert qu’il avait avalé des comprimés de drogue.

    Cette nouvelle affaire intervient deux jours après la condamnation de deux policiers [à ..7 ans de prison] pour leur implication dans la mort de Khaled Saïd, un jeune Egyptien battu à mort en juin 2010 et devenu une icône de la contestation qui a provoqué la chute de Hosni Moubarak en février.

    La police avait d’abord affirmé que le jeune homme était décédé après avoir avalé un sachet de drogue au moment de son arrestation, malgré des photos montrant son visage écrasé et déformé.

    © Agence France-Presse

  • permalien K. :
    2 novembre 2011 @13h33   « »

    La junte militaire égyptienne poursuit sa réaction criminelle :

    La blogosphère égyptienne visée par les autorités militaires

    Et les blogueurs concernés ont pu découvrir les “gangs” supposés avoir été mis hors d’état de nuire par la junte :

    From their stories I discover the truth of the great achievements of the restoration of security. Two of my colleagues are seeing jail for the first time, simple youth without a grain of violence and their accusation is ? Forming a gang. Indeed, Abu Malik alone is an armed gang unto himself. Now I understand what the Interior Ministry means when it reports that it has caught armed gangs. I congratulate us for the restoration of security then.

  • permalien K. :
    3 novembre 2011 @22h45   « »

    Entre autres énormités, La junte militaire égyptienne dit qu’elle changera les personnes chargées d’élaborer la prochaine constitution si celle-ci ne lui convient pas (Voir le site "Arabist" : "What role for the army in Egypt’s next constitution ?")

    D’après Marc Lynch, la junte s’adonne à la technique dite de la porte au nez.

    Et il semble avoir raison.

  • permalien K. :
    4 novembre 2011 @22h21   « »

    « Jamais je n’aurais cru revivre mon expérience d’il y a cinq ans. Après la révolution qui a eu raison du tyran… retourner à ses geôles ? »

    http://www.slateafrique.com/62791/e...

  • permalien K. :
    7 novembre 2011 @12h57   « »

    Les Frères Musulmans égyptiens préparent les prochain scrutin.

    Muslim Brotherhood sells cheap food ahead of holiday and Egypt parliament vote

    Le modèle économique des groupes islamiques dits modérés c’est, jusqu’à preuve du contraire, le néolibéralisme accompagné de la charité.

    1- Jusque quand les pauvres accepteront-ils la charité en lieu et place d’une ascension sociale ?

    2- Une fois au pouvoir, jusque quand ces groupes islamiques feront-ils la charité ? C’est-à-dire jusque quand résisteront-ils à mettre l’argent de la charité dans leurs propres poches ?

  • permalien K. :
    7 novembre 2011 @13h15   «

    Shadi el-Ghazali Harb :

    Les activistes égyptiens se sont montrés incapables de s’organiser pour former un front uni avec des propositions politiques claires.

Ajouter un commentaire