Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Dans les prisons égyptiennes

Dans les prisons égyptiennes

mardi 15 novembre 2011, par Alain Gresh

Je l’avais rencontré lors d’un séjour en Egypte au mois de mai dernier, au Centre juridique Hicham Moubarak (rien à voir avec le président déchu), qui défend les droits humains. « Dissimulé derrière son bureau où s’entassent des piles de dossiers en équilibre instable, avais-je écrit, Ahmed Seif Al-Islam fume cigarette sur cigarette. Sous des allures fragiles, il dégage une incroyable énergie, une capacité à répondre à toutes les questions des solliciteurs qui interrompent notre conversation, comme ce journaliste qui lui parle d’une grève de la faim entamée par un de ses collègues pour protester contre le refus du syndicat de l’accepter — il téléphone immédiatement à la presse, demande que l’on envoie un médecin, appelle un procureur. »

Ce 13 novembre, sur la terrasse d’un hôtel qui domine le centre du Caire, il parle de son fils, Alaa Abdel Fattah, qui est devenu un symbole ici, et qui a été arrêté. C’est – avec sa femme – un blogueur connu, qui a été inculpé par la justice militaire pour avoir refusé de se présenter devant elle sous l’accusation ridicule d’avoir incité aux désordres lors des manifestations de Maspero le mois dernier, qui ont fait environ 25 morts, en majorité des coptes. Sa détention provisoire a été prolongée aujourd’hui pour quinze jours. Alaa refuse que des civils puissent être jugés par des militaires. Dans une magnifique lettre écrite en prison, il se fait l’écho du désarroi de milliers de personnes qui croupissent dans les prisons militaires :

« La fois précédente, je partageais mon incarcération avec cinquante camarades du mouvement Kefaya (“Assez”). Cette fois, je suis seul. M’accompagnent dans l’épreuve huit détenus. On opprime, ici, le coupable comme l’innocent. »

« Quand ils apprirent que j’étais un “jeune de la révolution”, ils se mirent à maudire cette révolution qui n’a pas été fichue de mettre l’Intérieur “au pas”. J’ai passé les deux premiers jours à écouter leurs histoires de torture aux mains de notre police résolue à rester ce qu’elle a toujours été, résolue à prendre sa revanche sur les corps des plus démunis et des laissés-pour-compte, qu’ils soient, eux aussi, coupables ou innocents. »

« A travers leurs histoires je découvre l’envers du décor du “retour à la normale” et de la “sécurité” dans nos rues. Deux de mes codétenus sont là pour la première fois. Ce sont des jeunes hommes ordinaires, dénués de toute forme de violence. De quoi les accuse-t-on ? D’association de malfaiteurs ! Abou Malek serait donc une association de malfaiteurs à lui tout seul… et armée, qui plus est ! Je comprends mieux alors les déclarations dont nous abreuve le ministère de l’intérieur sur son combat réussi contre l’insécurité ! Compliments. »

Al-Ahram, l’un des trois quotidiens appartenant à l’Etat, reprend le 14 novembre les accusations du procureur militaire (vol d’armes, assaut contre les membres des forces armées, destruction de biens publics, etc.) sans aucun commentaire et sans donner la parole à la défense. Les pratiques des quotidiens d’Etat (et de la télévision publique) ont peu changé depuis la révolution : ils ont transféré leur allégeance du président Moubarak aux forces armées. En revanche, la presse privée et nombre de sites Internet ont fortement dénoncé l’arrestation de Alaa – même celui d’Al-Ahram en anglais (lire « Alaa Abdel Fattah : Portrait of a Revolutionary », 31 octobre 2011).

Au nom de la lutte contre l’insécurité, 12 000 personnes ont été arrêtées depuis la chute de l’ancien régime. Dans un premier temps, toutes ont été transférées à la justice militaire, mais, sous la pression des organisations de défense des droits humains, et après avoir constaté l’impossibilité matérielle pour cette justice de traiter un si grand nombre de cas, la moitié environ des prisonniers ont été transférés à des juridictions civiles. Pour Ahmad Seif Al-Islam, l’écrasante majorité des inculpés appartient aux couches défavorisées qui ne connaissent pas leurs droits et qui font rarement appel. La volonté de l’armée de juger des civils est un des points importants contre lesquels se mobilisent les organisations de défense des droits humains. Et tout le monde s’interroge pour savoir si l’armée veut vraiment céder le pouvoir aux civils (je reviendrai sur cette interrogation dans un prochain post).

85 commentaires sur « Dans les prisons égyptiennes »

  • permalien A.Z. :
    15 novembre 2011 @12h02   »

    "On opprime, ici, le coupable comme l’innocent. "

  • permalien une Tunisienne :
    15 novembre 2011 @16h10   « »

    Moncef Marzouki nommée Président de la République par les membres de la Constituante ????

  • permalien ben ramden :
    15 novembre 2011 @18h32   « »

    l’armée egyptienne qui a du prestige,formée d’officiers bien instruits.l’une des armées les plus professionnelles dans le monde arabe ainssi que l’armée libanaise constituée de plus de soixante dix pour cent de chiites a su dans toutes les epreuves les plus difficiles rester au dessus des conflits inter-communautaires.pour les egyptiens,ils semblent que certaines forces politiques s’accomodent bien d’une formule qui s’apparente plutot au "pronunciamiento" typiquement sud- americain,d’ou des lois pour le moins bizarres d’inspiration militaire,cette loi"martiale"a tendence à s’eterniser avec son cortege d’abus et de voie de fait.
    c’est la consequence d’un heritage historique,d’une culture et d’une mentalité tiers mondiste.dans d’autres cieux le pouvoir militaire est soumis au pouvoir civil.dans le monde arabe,malheuresement,à quelques rares exceptionsla formations des officiers laisse beaucoup à désirer,des intellectuels bien fait,des ingenieures de resau,des stratéges aussi efficaces en matiere de gestion et de planification.des saint-cyrien et de polytechniciens au lieu des generaux mafieux et incultes qui décident dans l’ombre.ces armées ont pour seule vocation la destruction systematique de la societé civile,budgetivores il ne servent a rien ni pour la défense nationale ni pour le developpement nationale.

  • permalien Lou :
    15 novembre 2011 @22h54   « »
    Dans les prisons ...

    Des "voyageurs de la liberté" palestiniens vont défier la ségrégation en montant dans des autobus pour colons à Jérusalem - l’action en direct depuis un autobus

    Par Popular struggle coordination committee

    Le mardi 15 novembre 2011, des activistes palestiniens tenteront de monter dans des transports publics israéliens qui vont de Cisjordanie occupée à Jérusalem Est occupée, dans une action de désobéissance civile inspiré par les "Freedom Rides" du mouvement américain pour les droits civiques (1) dans les années 60 aux Etats-Unis.

    et et ...

    Sept palestiniens arrêtés après être montés dans un bus israélien

    RAMALLAH (Ma’an) - les militants palestiniens sont montés à bord d’autobus de colons israéliens mardi dans une action inspirée par le mouvement américain des droits civiques, action qui a abouti à plusieurs arrestations.

    Les activistes se sont dirigés vers l’arrêt de bus de la colonie Yakov Kohav et Psagot et ont pris le bus vers Jérusalem. Les forces israéliennes ont arrêté le bus au checkpoint Hizma et les ont empêché d’entrer dans Jérusalem.

    Les colons ont quitté le bus pendant qu’on le fouillait et les militants ont été arrêtés. Des militants ont dit que quatre des sept activistes palestiniens étaient encore en prison mardi soir.

    Les détenus ont été identifiés par les organisateurs comme Nadeem Al-Sharbate, Badee Dwak, Huwaida Arraf, Bâle al-Araj, Fadi Coran, et Mazin Qumsiyeh. Fajr Harb a été arrêté près du checkpoint Hizma.

    "Nous lançons cette campagne avec la conviction que nous n’atteindrons pas la liberté, la justice et l’autodétermination à moins de faire payer l’occupation israélienne, économiquement et politiquement, pour ses violations quotidiennes de nos droits et de notre dignité" dit la déclaration de cette campagne .

    La campagne vise à « approfondir l’implication du peuple dans la résistance populaire, en tandem avec le mouvement pour le boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël."

    Les militants ont dit qu’ils continuent de défier les forces israéliennes d’embarquement des autobus d’Egged et Veolia, qui sont utilisées par les colons, selon une action inspirée par le mouvement américain des droits civiques.

  • permalien Taspinar :
    15 novembre 2011 @23h27   « »

    Merci pour le livre ’100 clés pour le Proche-Orient’. Très éducatif pour moi qui est un lecteur attentif de vos articles. Mais, depuis quelque temps, comme vous le constater, ce sont les ’véroux’ qui ont changés. Pourriez-vous renouveller les clés. Mes sincères amitiés. Ismail Taspinar

  • permalien Zobi :
    16 novembre 2011 @07h02   « »
  • permalien murmures :
    16 novembre 2011 @13h35   « »
    Traduction d’un appel de révolutionnaires égyptiens contre les procès militaires faits au civil

    Juste pour signaler l’existence d’une traduction d’un texte en français lié à cette question de la répression militaire actuelle : http://murmures.noblogs.org/post/20...

    Je n’avais pas trouvé de traduction de ce texte sur internet (après la lettre d’Alaa Abd El-Fattah qui est mise en lien ici), je m’y suis donc attelé.

  • permalien Lou :
    16 novembre 2011 @19h19   « »

    Israël libère les Palestiniens arrêtés dans le bus

    BETHLEEM (Ma’an) - Israël a libéré le dernier des six militants arrêté mardi après l’embarquement dans un autobus israélien en partance pour Jérusalem, dans une action inspirée par le mouvement américain des droits civiques.

  • permalien Juba :
    17 novembre 2011 @14h51   « »

    C’est cette armée qui a inspiré tant d’autres dans ce monde arabe complexe et insaisissable. A la base, l’armée est considérée comme le seul artisan du développement et surtout le seul rempart contre l’ennemi extérieur inventé de toutes pièces ! Puis ces armées ont confisqué le pouvoir sans s’éxhiber mais mettre au devant un civil lorsqu’elles n’ont pas dans leurs rangs un homme capable de défendre l’interet de leur caste car pour vivre heureux, il faut vivre caché. Aucune armée ne se verra accusée de crimes ou autres alors meme que c’est elle qui donne les ordres ! Devant cet état de fait, une armée dont la seule fonction est la sauvegarde de l’ordre Républicain devient elle meme une menace pour ce meme ordre ! Leur puissance réelle ou avérée n’a jamais pu etre testée et l’on regrette parfois qu’elles ne soient pas confrontées à des guerres pour pouvoir connaitre leurs vraies forces et on aurait vu si elles disposent du meme courage que celui avec lequel elles tirent sur des manifestants aux mains nues !

  • permalien Wilaya4 :
    17 novembre 2011 @16h34   « »

    @Lou : Lorsque 2 automobilistes s’égarent à Ramallah, on récupère leurs corps déchiquetés. Lorsque 3 randonneurs s’égarent en Iran, ils passent 3 ans en prison. Lorsqu’une douzaine d’activistes palestiniens testent la vigilance du dispositif anti attentats de Jérusalem, ce sont des héros anti apartheid.

  • permalien HN :
    18 novembre 2011 @11h15   « »

    Lorsque 2 automobilistes s’égarent à Ramallah, on récupère leurs corps déchiquetés. Lorsque 3 randonneurs s’égarent en Iran, ils passent 3 ans en prison. Lorsqu’une douzaine d’activistes palestiniens testent la vigilance du dispositif anti attentats de Jérusalem, ce sont des héros anti apartheid.

    Ça c’est ce qu’on appelle de la brève. Aucun détail.
    Des automobilistes, des randonneurs, tout ce qu’il y a de plus innocent quoi, non palestiniens...
    Et des "activistes" palestiniens. Brrrrr ! Tremblez citoyens ! Des "activistes" !

    Le "test de vigilance", c’était d’essayer de se déplacer près des checkpoints qui leur barrent la route vers leur travail, leurs hôpitaux, leurs familles ou juste de leur envoyer un ballon de foot en signe de paix (histoire de se faire défoncer la cage thoracique par une lacrymo) ?
    Par curiosité, justement pour ce cas, vous ne précisez pas les "résultats" du "test"... Peut-on en savoir plus ?

    Juste une question pour titiller un peu : les automobilistes ont été déchiquetés par des bombes israéliennes ?
    Peu probable, les israéliens carbonisent plutôt au phosphore blanc...

    Cdlmt

  • permalien HN :
    18 novembre 2011 @11h17   « »

    dans une action inspirée par le mouvement américain des droits civiques

    Wilaya, on ose à peine imaginer ce que vous auriez pensé de Rosa Parks...

    Cdlmt

  • permalien
    18 novembre 2011 @11h21   « »

    Les forces de "l’ordre" tunisiennes de la "nouvelle ère"ne sont pas mieux lotis que leur confrères égyptiens ;suite à un match de foot entre une équipe marocaine et une équipe tunisienne,neuf supporters marocains sont incarcérés ce qu’ils endurent depuis 6 jours est tout simplement au-delà de tout entendement, inhumain et barbare.Le témoignage d’un jeune tunisien :

    http://www.facebook.com/notes/zakar...

    Et sa mère :

    http://www.facebook.com/# !/notes/li...

    ne laissent aucun doute sur la réalité du "printemps arabe" et la duplicité de ses forces de l’ordre.

  • permalien Deïr Yassin :
    18 novembre 2011 @12h28   « »

    Les "deux automobilistes" dont parle Wilaya 4 très pudiquement étaient deux soldats réservistes de l’armée israélienne qui au début de la deuxième Intifada (octobre 2000) se sont trompés de chemin et se sont retrouvé à Ramallah.

    Leur lynchage a eu lieu après plusieurs assassinats de Palestiniens par Tsahal dont 13 Palestiniens de nationalité israélienne qui manifestaient pacifiquement un peu partout dans la Galilée en solidarité avec leur frères de l’autre côté de la Ligne Verte.

    Personnellement, je regrette la manière dans laquelle ils furent tués, d’autant plus que les images du meurtrier présumé brandissant ses mains ensanglantés ont été utilisées à n’en pas finir par la Hasbara.

    C’est sûr, larguer une bombe, c’est plus civilisé ....

  • permalien Lou :
    18 novembre 2011 @17h19   « »
    De l’aute côté des prisons égyptiennes

    PCHR Jeudi 3 novembre

    11 h 30, des dizaines de soldats israéliens pénètrent à environ 200 mètres dans le nord-ouest du secteur d’Abu Nada, dans le nord-ouest de Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza. Elles ratissent le secteur en tirant de façon sporadique. Vers 11 h 55, des membres de la résistance palestinienne qui se trouvent à proximité de la zone envahie accrochent les soldats israéliens.

    A midi cinq, l’artillerie israélienne tire 4 obus qui tombent sur des fermes dans le secteur d’al-Seiafa, au nord-ouest de Beit Lahia, obligeant les agriculteurs à fuir l’endroit. L’un des obus atterrit dans la ferme de Saleh Hamad Mohammed Abu Shmas, 36 ans, habitant de Bedouin village, à un kilomètre de la frontière. Abu est blessé à un orteil gauche par un éclat. La Toyota blanche d’Abu Shmas est endommagée dans le bombardement. Un autre obus tombe sur la ferme d’Amer Mohammed al-Sab’e Abu Halima, 44 ans, dans le secteur d’al-Seiafa, également à près d’un km de la frontière. Mohammed, 23 ans, le fils d’Abui Halima, est blessé par un éclat à l’épaule gauche.

    Tout à fait par hasard, Naser Deeb Mohammed Alian, 22 ans, membre des Brigades Izz Addin al-Qassam, de Beit Lahya, se trouve dans le secteur. Mohammed et Alian montent dans un camion Mercedes appartenant à Amer Mohammed al-Sab’e Abu Halima, et roulent pendant environ 400 mètres vers le sud, mais l’artillerie israélienne tire un obus sur le véhicule qui est touché. Mohammed et Alian descendent du camion et foncent vers un abri monté sur un puits d’eau, propriété de Mohammed Salem al-Sheikh. Un hélicoptère israélien qui survole le secteur tire deux missiles sur l’abri, tuant Mohammed et Alian, dont les corps sont démembrés.

    Vers 14 h, ce même jour, des ambulances du Croissant-Rouge palestinien (PRCS) réussissent à arriver sur la zone et prennent les corps. Elles les emmènent à l’hôpital Kamal Odwan, à Beit Lahia.

    6. Un État laïque et démocratique : de nouveaux horizons

    Peu importe ce qu’en disent nos hypocrites, nos vendus ou nos « faux prophètes », Israël, en tant qu’État exclusiviste et colonial [8], n’a aucune chance d’être accepté ou pardonné par ses victimes - et comme il devrait le savoir, ce sont les seuls dont le pardon est important.Malgré la peine, la perte et la colère que l’humanisation relative engendre inévitablement en eux, les Palestiniens ont l’obligation de différencier la justice de la revanche, la première impliquant une décolonisation essentiellement morale, tandis que la deuxième descend dans un cycle vicieux d’immoralité et de désespoir.

  • permalien deMontigny :
    18 novembre 2011 @17h47   « »

    Doit-on s’étonner de voir ce genre d’implication de la part d’un régime militaire formé et équipé par l’empire ?

    Les troupes ’ricaines ont formé les troupes égyptiennes aux techniques de répression populaire tel qu’illustré au cours de la manoeuvre "Bright Star", qui se déroule tous les deux ans. Stratégie de combat urbain qui permet de brader toute résistance dans une métropole, son enseignement implique les militaires américains et se déroule dans la ville militaire Moubarak, dont la contruction fut financée par des fameux "dons" envenimés d’outre-Atlantique.

    L’Égypte de Moubarak “recevait annuellement plus de 2 milliards de dollars, se plaçant ainsi parmi les principaux bénéficiaires après Israël. La majeure partie de cette somme était (et continue d’être) dépensée dans l’achat d’armes états-uniennes. Comme leur valeur dépasse la disponibilité financière du gouvernement égyptien, celui-ci a accumulé une dette envers les Etats-Unis. Mais Washington a été généreux : en 1990, pour récompenser l’Egypte de sa participation à l’imminente guerre contre l’Irak, il lui a accordé une remise de dette militaire de 7 milliards de dollars. Dix ans après, il lui a concédé un crédit extraordinaire de 3,2 milliards de dollars pour la modernisation des forces armées : celles-ci ont ainsi pu acquérir 24 chasseurs-bombardiers F-16 de dernière génération, 3 batteries de missiles Patriot et d’autres systèmes d’armes avancés. Le Pentagone a en outre fourni aux forces armées égyptiennes des armes qu’il a en excédent, ou qui sont remplacées par d’autres de nouvelle génération, pour une valeur annuelle de centaines de millions de dollars. En même temps il a entraîné des officiers et des soldats égyptiens.”

    En prévision du futur...

    “Tout est prévu, donc, pour affronter la « menace extrémiste intérieure ». Sauf le fait que celle-ci a pris les dimensions d’une insurrection populaire. Sauf le fait qu’on ne sait pas comment vont se comporter ces militaires, en grande partie conscrits, qui à bord des chars d’assaut états-uniens made in Egypt, devraient assurer que l’Egypte post-Moubarak, reste dans la sphère d’influence états-unienne.”

  • permalien Lou :
    18 novembre 2011 @19h48   « »

    Via Lina Attalah , le gâteau d’anniversaire de Alaa Abdel Fattah

  • permalien Nathan :
    18 novembre 2011 @23h36   « »

    Le monde arabe entre la peste et le choléra. Une manifestation monstre contre les militaires place Tahrir : rien que des barbus. On avait le choix entre les Frères musulmans et les salafistes purs et durs. Sympathique, non ?

    Il est loin le printemps arabe initié par la jeunesse.

    However, it is the conservative Islamists of the Muslim Brotherhood who are most vocal in these demonstrations rather than the young people using social networks who led the protests earlier this year, he says.

    Witnesses say that Tahrir Square was split between the Brotherhood’s Freedom and Justice Party and the more hardline Islamist Salafi rivals, represented by several political parties.

    http://www.bbc.co.uk/news/world-mid...

  • permalien
    19 novembre 2011 @00h05   « »

    Le post à-propos des agissements de la police tunisienne est de Wydadi

  • permalien X :
    19 novembre 2011 @03h26   « »

    Selon plusieurs sources dont le Soir, Marzouki s’assiera bientôt sur le fauteuil de Zine Ben Ali.

    Tunisie : Marzouki président ?

    Le nouveau président a beaucoup d’admirateurs. Voici ce qu’écrivait l’un de ceux là le 31 janvier 2011 à 15h23 sur ce blog :

    ...........Moncef Marzouki, le candidat que vous soutenez en Tunisie - et qui a l’air d’un homme très bien, dommage qu’on n’ait pas un homme de sa stature en France ou en Belgique - ................

    Cet admirateur incoditionnel n’est nul autre que Dénommé Nathan.
    Il va probablement adorer plus le futur Président s’il apprend que l’une de ses priorité sera de reconstruire l’unité arabe en commençant par les pays du printemps arabe.

    L’admirateur du Président va t-il enfin reconnaitre les bienfaits du printemps arabe qu’il ne cesse de dénigrer.

  • permalien ben ramden :
    19 novembre 2011 @03h47   « »

    contrairement a ce qui s’est passé en tunisie,le service d’ordre marocain n’a jamais fait de meme envers un public maghrebin ou arabe,il ne le fera jamais sous aucun pretexte.mais nous sommes en droit d’éxiger une enquete sur ces evenements qui soit digne d’un pays democratique.cela devrait normalement interpeller la societé civile en tunisie.l’autre cas,un frere libyen en faisant de la surenchére à l’egard de la cnt,declare,sans vergone,du caire que l’hopital militaire de rabat ou se soigne les blessés libyens est un "marecage" avant de remercier les freres marocains des efforts louables qu"ils ont fait pour ces blessés.sachant pertinemment que la prise en charge de ces blessées a eté supporté par le maroc.
    pour que le maghrébin se reconcilie avec son temps et son terroir,il faut d’abord qu’il se réconcilie avec lui meme et son frére,et le seul gouvernement légitime et d’avenir est celui qui y travaillera de toute son énergie et avec l’autorité qu’il sera,par cette visée meme,acquise.abdellah el aroui.

  • permalien Lou :
  • permalien Deïr Yassin :
    19 novembre 2011 @13h04   « »

    "Une manifestation monstre contre les militaires Place Tahrir : rien que des barbus"

    Comme d’habitude, au mieux Nathan ne sait pas de quoi il parle, au pire il ment !
    Les photos prises hier Place Tahrir - postées déjà par Lou : ne montrent pas que des barbus, mais Nathan tout comme Benny Morris voit des barbes et des burqas là où il n’y a pas.
    - www.lemonde.fr/afrique/infog...

    La démocratisation du monde arabe l’emmerderait plus que tout. En effet, il rêve des Salafistes prenant le pouvoir du Maroc au Yémen.


    Et pendant que les médias nous parlent des manifestations Place Tahrir, voici une autre affaire que les médias français ont bien moins couvert :

    - http://english.al-akhbar.com/conten... ?

  • permalien Yvan :
    19 novembre 2011 @13h56   « »
    La révolution néo-libérale tunisienne toujours exemplaire

    La Tunisie vers la libéralisation économique

    Le parti islamiste Ennahda et ses deux partenaires de la coalition formée après les élections tunisiennes du 23 octobre se sont entendus sur le partage des postes-clés. Sur le plan économique, le mouvement s’est engagé à poursuivre une politique de libéralisation, encourageant les introductions en Bourse et envisageant de rendre le dinar tunisien convertible, une évolution qui favoriserait les investissements étrangers.


  • permalien Yvan :
    19 novembre 2011 @13h59   « »
    Dans les prisons libyennes

    Seïf al-Islam Kadhafi a été arrêté dans le sud de la Libye - LIBYE - FRANCE 24

    Seïf al-Islam Kadhafi, le fils cadet de l’ancien dictateur Mouammar Kadhafi, a été arrêté dans le sud de la Libye, dans la région d’Oubari, a annoncé Mohammed al-Allagui, le ministre libyen de la Justice.


    Le nouvel "hôte".

  • permalien Laurent Szyster :
    19 novembre 2011 @16h30   « »

    @Deir Yassin,

    Les photos prises hier Place Tahrir - postées déjà par Lou : ne montrent pas que des barbus, mais Nathan tout comme Benny Morris voit des barbes et des burqas là où il n’y a pas.

    Vous auriez du lire l’article cité par Nathan :

    Egypt : Thousands protest in Cairo against military

    Our correspondent says there is also widespread frustration in Egypt that, despite the overthrow of Mr Mubarak, life for the majority is not improving.

    However, it is the conservative Islamists of the Muslim Brotherhood who are most vocal in these demonstrations rather than the young people using social networks who led the protests earlier this year, he says.

    Witnesses say that Tahrir Square was split between the Brotherhood’s Freedom and Justice Party and the more hardline Islamist Salafi rivals, represented by several political parties.

    The two set up separate stages and organised their own speeches and chants, only joining forces for Friday prayers.

    Une fois de plus la réalité ne correspond pas à vos a priori.

    Mais, comme d’habitude, vous n’avez pas pris la peine d’apprendre ce que vous ne voulez pas savoir. Et malheur au "menteur" qui évoque les faits discordants !

    Quand le printemps arabe aura viré à l’hivers islamiste en Egypte, nul doute que vous accuserez le "Plan Yinon" ou un autre complot "sioniste".


    Personnellement, je regrette la manière dans laquelle ils furent tués, d’autant plus que les images du meurtrier présumé brandissant ses mains ensanglantés ont été utilisées à n’en pas finir par la Hasbara.

    Quand une foule meurtrière lynche deux prisonniers désarmés ce que vous regrettez d’autant plus c’est l’image qu’elle donne de la société et de la "cause" palestinienne.

  • permalien Lou :
    19 novembre 2011 @17h04   « »

    Egypte : violents affrontements entre policiers et manifestants place Tahrir

    Dans la matinée, la police avait pénétré sur la place Tahrir pour disperser un sit-in mené par des blessés ainsi que des proches des tués lors de la révolte de janvier/février, selon l’agence officielle égyptienne Mena.

    Peu après, des affrontements ont éclaté entre la police anti-émeute et environ 200 manifestants, selon une journaliste de l’AFP. Les manifestants ont jeté des projectiles en direction des policiers, qui répliquaient à coups de matraque.

    Selon un responsable de la sécurité, des dizaines de personnes ont été légèrement blessées, notamment des policiers, et plusieurs manifestants ont été arrêtés.

    Le sit-in, qui durait depuis plusieurs jours, réclamait que soient rapidement jugés les policiers et les dirigeants responsables des violences qui ont fait, selon des sources officielles, environ 850 morts et des milliers de blessés pendant les 18 jours de révolte.

  • permalien Deïr Yassin :
    19 novembre 2011 @18h20   « »

    @ Lolo le rigolo
    Inutile d’essayer de créer encore une polémique.

    J’ai lu l’article posté par Nathan et j’ai commenté son "rien que des barbus". Ceci est faux, vous n’avez qu’à regarder les images dans l’infographe du Monde ou regarder des images publiées ailleurs. Il n’y avait pas que des barbus Place Tahrir. Vous les avez au moins regardé, ces photos, ou c’est comme votre "rapport" de PCHR ? Entre un article et des images, je sais qui croire. D’ailleurs, on voit même un sanglier qui manifeste ....

    Oui, vous avez tout à fait raison, je regrette la manière dans laquelle on a tué ces deux soldats-réserviste et non pas le fait qu’on les ait tué. On aurait dû se contenter de les exécuter, laissant la barbarie au camp d’en face !

    Si vous n’avez rien à dire, rien ne vous oblige à commenter !

  • permalien Lou :
    19 novembre 2011 @19h05   « »

    les manifestants reviennent nombreux sur la place Tahrir

    "Chants et cris des manifestants pour regagner la place Tahrir" tweete Lina Attalah (journaliste d’al Masry al Youm qui était sur le Tahrir qui vogua vers Gaza)

    Al-Jazira

  • permalien Nathan :
    19 novembre 2011 @19h13   « »

    Je m’étais contenté de lire l’article sur le site de la BBC. Je n’avais pas vu les photos qui, en effet, montrent qu’il n’y avait pas que des barbus à la manif’. Il faut croire que le journaliste de la BBC était mal renseigné. Il est vrai que les partis progressistes et démocratiques avaient décidé de boycotter la manif mais que des militants de ces mouvements étaient venus à titre individuel.

    De toutes façons, c’est comme pour le football, les élections dans le monde arabe, ce sont des urnes, des bulletins et à la fin ce sont les Frères musulmans qui gagnent.

  • permalien Rouzbeh :
    19 novembre 2011 @19h20   « »

    De toutes façons, c’est comme pour le football, les élections dans le monde arabe, ce sont des urnes, des bulletins et à la fin ce sont les Frères musulmans qui gagnent.

    En tout les cas, les "élus" ont toujours raison ...

  • permalien Deïr Yassin :
    19 novembre 2011 @19h46   « »

    Nathan est aussi fort en probabilité qu’en statistique régressive, c’est à dire nul. Il n’y a eu que des élections en Tunisie, et les gagnants - à part le peuple tunisien bien entendu - fut An-Nahdha avec environ 37% des votes. Nathan a admit lui-même il y a quelques semaines qu’il ne connait pas ce parti, maintenant il les affilie allègrement aux Frères Musulmans.

    Et ce type a essayé de nous faire croire non seulement qu’il a fait des études mais qu’il était en train d’écrire un livre ..... "Choupi sur la Grande Place" sans doute.

  • permalien Laurent Szyster :
    19 novembre 2011 @19h49   « »

    @Deir Yassin,

    Entre un article et des images, je sais qui croire.

    Disons plutôt qu’entre le rapport recoupés de témoignage qui ne vous agréent pas et quelques images qui réconfortent vos préjugés votre choix est immédiat.

    Il s’agit bien de "croire" et non de comprendre.

    Oui, vous avez tout à fait raison, je regrette la manière dans laquelle on a tué ces deux soldats-réserviste et non pas le fait qu’on les ait tué.

    Merci de confirmer, encore une fois, que pour vous les Conventions de Genêve et toute une somme de droit international ne s’appliquent pas aux bénéfice des "sionistes".

    Vous ne verrez donc aucune objection à ce que les "sionistes" en question n’appliquent plus ces textes et que les prochains prisonniers faits par Tsahal aillent directement devant un peloton d’exécution sans autre forme de procès ...

  • permalien Lou :
    19 novembre 2011 @20h04   « »

    Place Tahrir ce soir

    et à Toulouse aujourd’hui

  • permalien Laurent Szyster :
    19 novembre 2011 @20h41   « »

    @Deir Yassin,

    Nathan a admit lui-même il y a quelques semaines qu’il ne connait pas ce parti, maintenant il les affilie allègrement aux Frères Musulmans.

    Nathan s’informe.

    En Mai 1999, Jeune Afrique publiait prématurément une notice nécrologique du mouvement islamiste tunisien.

    On y trouve un précieux résumé de la filiation du parti An-Nahda, depuis la Jamâa al-Islamiya en passant par le Mouvement de la tendance islamique.

    Comment les islamistes ont été vaincus

    Forte de cet appui inespéré du régime, la Jamâa al-Islamiya ne tarde donc pas à faire parler d’elle. Elle commence par organiser son congrès constitutif en avril 1972 dans une ferme de Mornag, bourgade située à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Tunis. Une quarantaine de militants prennent part à ce conclave clandestin. Deux ans plus tard, les intellectuels du groupe commencent à s’exprimer publiquement dans les pages du mensuel Al-Maarifa, dont le premier numéro paraît en 1974. Dans les colonnes des journaux Al-Moujtamaa et Al-Habib, qu’ils parviennent aussi à contrôler dès 1978, leurs articles commencent à aborder ouvertement la question de l’instauration d’un « État islamique ». Créée au même moment par l’un des piliers du mouvement, Habib Mokni, Dar al-Raya, une maison d’édition basée dans la médina de Tunis, aidera beaucoup, de son côté, à diffuser l’idéologie des Frères musulmans parmi les lecteurs tunisiens.

    C’est, toutefois, en 1979, à la faveur d’un début de libéralisation de la vie politique dans le pays, que la Jamâa al-Islamiya décide de se transformer en un parti, le Mouvement de la tendance islamique (MTI), dont la création est annoncée en janvier 1981.

    Et pour ceux qui veulent croirent que les islamistes tunisiens ont changé, voici de quoi les refroidir :

    « Sixième califat » : un simple lapsus ?

    Le mouvement Ettakatol a organisé, le soir du 15 novembre, une réunion où il a décidé de suspendre sa coalition avec Ennahda et le Congrès pour la République en raison des propos contestés du secrétaire général du mouvement Ennahda, Jabali Hamadi, et des fuites concernant la désignation du nouveau président de la République, selon un membre du bureau politique de Ettakatol, Mouldi Riahi.

    Jabali avait en effet insisté devant ses sympathisants, le samedi 12 novembre à Sousse, sur la nécessité d’établir « un sixième califat ».

  • permalien K. :
    19 novembre 2011 @21h11   « »

    Issandr El Amrani, présent sur la place Tahrir hier :

    C’est quelque chose d’avoir une protestation approuvée par la Confrérie avec toutes sortes de chants contre le SCAF, les militaires, le maréchal etc. alors qu’il y a quelques mois encore les gens déploraient une alliance SCAF-Fraternité.

    L’""élite"" compradore arabe aux gueux arabes :

    Hier : faites comme vous dit “l’Occident”, ne l’imitez pas, obéissez-lui.

    Aujourd’hui : faites comme vous dit “l’Occident”, obéissez-lui, imitez le.

    Just heardf eloolon State TV say, "In the West they suppress protests, so why can’t we do it here ?" #OWS #tahrir

  • permalien Lou :
    19 novembre 2011 @21h18   « »

    Lina Attalah :
    Vague de cris : le peuple veut faire tomber le régime # tahrir

    ClaudeGuibal :
    La candidate à la présidentielle bouthaina Kamel au milieu des manifestants sur #tahrir

  • permalien K. :
    19 novembre 2011 @21h19   « »

    Vous ne verrez donc aucune objection à ce que les "sionistes" en question n’appliquent plus ces textes et que les prochains prisonniers faits par Tsahal aillent directement devant un peloton d’exécution sans autre forme de procès ...

    La lumière des nations n’a nul besoin d’un peloton, elle largue courageusement des bombes de plusieurs tonnes dans les zones civiles bien à l’abri dans ses avions dernier-cri, en traitant bruyamment de génocideur de “juifs” quiconque cherche à se procurer des armes rudimentaires pour essayer de se défendre. Depuis des décennies.

  • permalien Lou :
    19 novembre 2011 @23h40   « »

    Ma récolte de la nuit :

    Les gaz lacrymogènes sont plus agessifs, ils brûlent la peau.

    Tantawi devrait parler à la télé . "Speech 1/3 ?" ajoute arabist

    La télévision d’État égyptienne a annoncé un premier décès dû aux violences d’aujourd’hui sur la place Tahrir. Il a également dit qu’au moins 676 personnes ont été blessées. Nadia Abou El-Maged d’Al-Jazira précise qu’il s’agit de
    Ahmed Mahmoud, 23 ans qui a été abattu dans la poitrine selon des sources hospitalières .

    le ministère de l’Intérieur égyptien a déclaré dans un communiqué sur sa page Facebook que la police n’a pas utilisé d’armes à feu ou des balles en caoutchouc
    pour disperser les manifestants de la place Tahrir aujourd’hui. Il a cependant, admis l’utilisation de gaz lacrymogènes. Des témoins ont rapporté de nombreuses blessures par arme à feu.

    A Suez aussi, il y a des manifestations .

    L’ambiance de la place Tahrir cette nuit par Kikhot

  • permalien Lou :
    20 novembre 2011 @11h38   « »

    Les affrontements se poursuivent ce matin :

    La police et les manifestants s’affrontent pour le 2ème jour en Égypte

    Al jazeera english

    Alors que la coalition de gauche de la Jeunesse Révolutionnaire a annoncé qu’elle suspendait sa campagne pour l’élection parlementaire en cours en raison de la violence dans Tahrir, le Parti islamiste modéré Wasat a appelé à l’élection qui aura lieu comme prévu, dans neuf jours, selon le journal local Al-Masry Al-Youm.

  • permalien Laurent Szyster :
    20 novembre 2011 @12h14   « »

    A relire pour comprendre l’échec de la révolution en Egypte :

    Chronicle of a Doomed Uprising : The Egyptian Revolution as a Microcosm of the Arab Masses’ Quest for a Share in Power and Resources

    In January 2011, the peoples of the Middle East began their march towards seizing a share in the leadership and resources of their countries, following centuries in which they were deprived of this share by various ruling oligarchies. This uprising, which broke out in Tunisia, spread to Egypt. However, just like the European peoples’ struggle for a share in power, this campaign against the total hegemony of the ruling elite is bound to be a drawn out, multi-phased historical process, with numerous setbacks and crises. This first round – the present uprising in Egypt – will not be without some achievements, but it is ultimately doomed to failure, in that the Egyptian military establishment will retain its grip over power and resources in the country.

    The following analysis examines the uprising in Egypt as a microcosm of the process in the Arab world at large, and argues that the Egyptian protests are less a cry for democracy and freedom than they are a bid for power by a disenfranchised middle class.

  • permalien Deïr Yassin :
    20 novembre 2011 @12h49   « »

    Le petit soldat-hasbariste nous sert encore un article de MEMRI, l’officine pro-likud fondée par un ancien militaire israélien.
    Ici un article de Mohammed El-Oifi pour ceux qui connaissent pas encore MEMRI, grand fournisseur des traductions et analyses tronquées pour les MSM occidentaux, qu’on propose gratuitement et sans sollicitation :

    "Désinformation à l’israélienne"
    - www.monde-diplomatique.fr/20...

    El-Oifi est maitre de conférence à Science-Po et spécialiste des médias.

  • permalien gloc :
    20 novembre 2011 @12h54   « »

    Laurent Szyster : A relire pour comprendre l’échec de la révolution en Egypte A relire pour comprendre l’échec de la révolution en Egypte

    Parce qu’il y a eu une révolution en Égypte ? L’Égypte a donc changé de régime ? Le régime putshiste de 1952 a donc été renversé ? Ce n’était pas un simple changement de personnels suite à un contestation sociale ?

    Quel rigolo ce Lolo, j’ai encore failli marcher.
    Gamal Abdel Nasser et le mouvement des Officiers Libres | TerangaWeb

  • permalien Lou :
    20 novembre 2011 @13h26   « »

    Les militants affluent vers la place Tahrir pour protester contre le régime militaire

    Les militants ont continué d’affluer vers la place Tahrir, dimanche, pour protester contre la mauvaise gestion de la phase de transition et le retour des pratiques pré-révolution de la police (...)

    Un grand rassemblement est maintenant en marche de Tahrir vers la Faculté de médecine de l’Université de Gizeh pour soutenir les manifestants, a déclaré le Mouvement de Jeunesse du 6 Avrilsur sa page Facebook, ainsi que d’un certain nombre de militants sur Twitter.

    Sur la place Tahrir, les manifestants ont scandé des slogans tels que « Pars, pars » et « le peuple veut renverser le maréchal », en référence au maréchal Hussein Tantawi , chef du Conseil Suprême des Forces Armées.

  • permalien Laurent Szyster :
    20 novembre 2011 @14h22   « »

    @Deir Yassin,

    Mohammed El-Oifi n’aime pas l’image que le MEMRI donne du discours dominant dans le monde arabe.

    Désinformation à l’israélienne

    Toute l’opération tient dans la sélection des textes et des séquences que l’institut choisit de traduire. Il a tendance à présenter comme majoritaires des courants d’idées très minoritaires dans la presse et les médias arabes.

    Très minoritaires les fantasmes "antisionistes" dans la presse et les médias arabes ?

    Voici le dernier délire en date repris par des médias arabes, une pure fabrication accusant Israël d’être à la base des tensions communautaires entre Coptes et Musulmans d’Egypte.

    Fabricated Statements Attributed to Former Israeli Military Intelligence Chief Amos Yadlin Cited as Proof Israel Is Behind Tensions between Egypt’s Copts, Muslims

    Et voici la liste non exhaustive des médias qui ont repris ce canard :

    . Al-Ba’th, le journal officiel du régime syrien
    . Al-Watanî al-Yawm est le journal du PND egyptien
    . Ikhwanonline, le site des Frères Musulmans égyptiens
    . Al Riyadh, le journal "réformateur" saoudien
    . Al-Manar, le média du Hezbollah
    . Al-Raya, le journal "semi-officiel" du Qatar
    . Al-Thabat, un hebdomadaire proche du Hezbollah
    . etc ...

    En fait de "courants d’idées très minoritaires", les fantasmes paranoïaques "antisionistes" dominent encore largement le discours politique dans le Monde Arabe.

    Mohammed El-Oifi est incapable de constater l’état lamentable du discours politique dominant dans le Monde Arabe, trop "humiliant" sans doute.

    Un état auquel il participe lui-même en accusant cette réalité de n’être ... qu’un complot "sioniste" de plus.

  • permalien Lou :
    20 novembre 2011 @16h55   « »

    C’est terrible de nouveau sur Tahrir ce soir

    Policeman drags body of protester into a pile of rubbish just now after army and police storm Tahrir Square.
    video de Kikhote

  • permalien K. :
    20 novembre 2011 @17h23   « »

    Depuis un moment une journaliste d’al-Jazira arabe interroge en direct une série d’officiels égyptiens avec un brio et une rigueur journalistiques extraordinaires.

    Du très grand journalisme qui vous réconcilie avec Al-Jazira.

    Quelqu’un connaitrait-il le nom de la journaliste ?

  • permalien Lou :
    20 novembre 2011 @18h08   « »

    Al-Masry Al-Youm

    18h50:le ministre de la Culture Emad Abou Ghazi aurait démissionné pour protester contre la manipulation des récentes manifestations.

    18h35 : Un médecin travaillant dans un hôpital de campagne improvisé sur la rue Mohamed Mahmoud a rapporté à Al-Masry Al-Youm avoir vu quatre morts, mais ce nombre n’a pas été confirmé ailleurs.

    Le médecin, Ahmed Seada, a déclaré que tout au long de l’attaque par la police et l’armée, les employés de l’hôpital de campagne ont vu des dizaines de cas de personnes battues partout sur leur corps, y compris sur la tête. Ils ont vu les blessures causées par des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc.

    Seada a déclaré que les cadavres ont été pris par les militaires et éloigné de l’hôpital de campagne. Il a dit que lors de la tentative de dispersion sur la place, les policiers ont attaqué l’hôpital de campagne et ont détruit ses équipements. Le personnel hospitalier a réussi à déménager, a t-il dit.

    Des dizaines de personnes sont maintenant autour de l’hôpital de fortune. Les gens semblent très gravement blessés, selon le correspondant d’Al-Masry Al-Youm qui est présent. Les activistes bouclent l’hôpital pour protéger et faciliter le processus de soins.

  • permalien Sakhra :
    20 novembre 2011 @18h10   « »

    @ K,

    Vous avez raison,je n’en revenais pas non plus.La journaliste c’est Ghada Aouis, il me semble qu’elle est Palestinienne, et brillante.

  • permalien K. :
    20 novembre 2011 @18h29   « »

    @ Sakhra,

    Selon ce site elle serait ...libanaise :-)

  • permalien X :
    20 novembre 2011 @19h24   « »

    Les barbus qui ne semblent pas déranger Dénommé ni l’autre sioniste :

    les femmes ont été bannis de panneaux publicitaires à travers Jérusalem.

    Et

    The ultra-Orthodox are changing the face of the IDF.

    Ou ce barbu dont le parti est au pouvoir et participe à décider des lois à promulguer dans la seule démocratie .......

    Le chef spirituel du parti Shass souhaite l’anéantissement des Palestiniens

    Il suffit aux sionistes de comparer ces fanatiques, par exemple, à la coalition qui semble se déssiner en Tunisie et qui comprend des islamistes pour rougir de honte.

  • permalien gloc :
    20 novembre 2011 @20h18   « »

    @X

    Vous pouvez ajouter :

    "Nous sommes confrontés à une ivresse d’un pouvoir qui ne connaît plus ses limites", a déclaré à la tribune le principal présentateur de nouvelles à la radio militaire, Razi Barkaï. "L’attaque contre la liberté de la presse est inséparable de l’offensive contre l’indépendance de la justice", a mis en garde une autre journaliste, Ilana Dayan, reporter de la seconde chaîne de télévision privée. (Des journalistes israéliens dénoncent les menaces sur la liberté de la presse dans leur pays - LeMonde.fr)

  • permalien K. :
    20 novembre 2011 @20h50   « »

    Suddenly, Aljazeera Arabic coverage of Cairo has become more balanced, ...

    http://angryarab.blogspot.com/2011/...

  • permalien Lou :
    20 novembre 2011 @22h34   « »

    Malika Bilal d’Al Jazeera est sur la place Tahrir au Caire où de violents affrontements entre les forces de sécurité gouvernementales et les manifestants continuent. Au moins onze personnes ont été tuées lors des manifestations de dimanche.

  • permalien K. :
    20 novembre 2011 @22h55   « »

    Espérons au moins que les « éditocrates » et leurs pareils retiendront que ce n’est pas selon des critères religieux que la junte militaire égyptienne prend la décision de tuer.

  • permalien K. :
    21 novembre 2011 @09h51   « »

    Junte militaire égyptienne : Nous ne faisons que satisfaire un souhait populaire frustré depuis des décennies.

    Egyptian military say their tactics are no worse than the methods used by US police against Occupy protesters

  • permalien K. :
    21 novembre 2011 @12h24   « »

    M. McInerney du POMED : Que la grosse majorité de l’aide yankee aillent aux militaires mêmes qui sont en train de les réprimer de manière sanglante, ne donne pas le droit aux protestataires de la place Tahrir de dire qu’il y a une collusion yankee/CSFA.

    “People on Tahrir Square see the administration as backing the SCAF,” said, using the acronym for the military ruling body, the Supreme Council of the Armed Forces. “I don’t think that’s entirely fair, but that’s the perception.”

    Ce n’est pas Marc Lynch qui le contredira, lui qui trouve admirable les « vigoureuses » condamnations et autres pressions verbales de Hilarante and Co.

    The Obama administration has been pushing similar demands upon the SCAF for a long time in private. It has recently decided to make increasingly publicly, with a blunt statement from Secretary of State Clinton on the risks of military rule and an important phone call from Obama to Field Marshal Tantawy pushing him on the transition to democracy [l’article de MC datant du 18/11, le maréchal ne semble pas avoir été impressionné].

  • permalien Lou :
    21 novembre 2011 @20h39   « »

    Egypte : le gouvernement démissionne

    Le CAIRE - Le gouvernement égyptien a annoncé lundi soir avoir présenté sa démission au Conseil suprême des forces armées (CSFA) au pouvoir depuis le départ du président Hosni Moubarak en février, a annoncé son porte-parole Mohamed Hijazi, cité par l’agence officielle Mena.

    16 min - Egypte

    Il semble que les nouvelles concernant la démission du cabinet intérimaire a peut-être été prématuré. Bien que le cabinet a offert sa démission, le Conseil suprême des Forces armées ne l’a pas acceptée.

    Un porte-parole militaire déclare que le SCAF cherche actuellement un accord sur un nouveau Premier ministre avant qu’il accepte la démission.

    Des motos comme ambulances

  • permalien Yvan :
    21 novembre 2011 @20h58   « »

    Egypte : l’armée refuse la démission du gouvernement - L’EXPRESS

    Le gouvernement égyptien a présenté lundi soir sa démission au Conseil suprême des forces armées (CSFA) au pouvoir. Le porte-parole du gouvernement Mohamed Hijazi a déclaré que cette démission avait été décidée "vu les circonstances difficiles que traverse actuellement le pays", selon l’agence de presse Mena. CNN cite le ministre de la Justice qui a démissionné "à cause des événements".

    Après un temps de confusion, le CSFA a refusé cette démission, a rapporté la télévision publique égyptienne, citant une source militaire.



  • permalien K. :
    21 novembre 2011 @21h55   « »

    Le CSFA veut se donner le temps de trouver d’autres marionnettes avant d’accepter la démission des actuelles marionnettes dit quelque part Reuters.

    Marc Lynch (militant du parti démocrate étatsunien soit dit en passant) :

    Je ne sais pas si le CSFA comprend assez à quel point ses violences ont changé la donne en Egypte et à Washington

    Son collègue de "Foreign Policy", Blake Hounshell, lui répond :

    Qu’est-ce qui a changé à Washington ? Nous sommes revenus aux mêmes couillonnades.

  • permalien K. :
    21 novembre 2011 @22h16   « »

    « L’ami intime de Moubarak » avait déjà un mauvais pressentiment il y a quelques jours : si ça continue nous allons perdre un client pour nous aider à asservir les populations de la région.

    Ben-Eliezer : Israel, Egypt on collision course.

  • permalien Lou :
    21 novembre 2011 @22h16   « »

    Al Jazeera

    Le Conseil suprême des Forces armées a émis une déclaration demandant à toutes les forces nationales et politiques d’entrer dans un dialogue urgent.
    La déclaration demande aux citoyens de rester calme afin d’assurer que le processus politique continue à ouvrir la voie à une transition démocratique.

    et les citoyens répondent :

  • permalien Lou :
    21 novembre 2011 @22h36   « »

    Mon, 21 Nov 2011, 21:13 GMT+3

    Le Conseil suprême des forces armées a publié la seconde moitié de sa déclaration appelant les forces politiques nationales de s’engager dans « un dialogue urgent ».

    La déclaration continue en exprimant « un profond regret" au sujet des victimes des trois derniers jours et présente ses condoléances aux familles et aux victimes, souligne que la protestation pacifique est un droit légitime pour les citoyens et annonce la formation d’une commission d’enquête au sein du ministère de la Justice afin de déterminer comment la violence s’est produite.

    Losing eyes, but not vision

  • permalien K. :
    21 novembre 2011 @22h42   « »

    Parmi les couillonnades des yankees, se trouve leur volonté de mener à bien coute que coute les élections à la date prévue, alors que les protestataires veulent les différer le temps de s’assurer définitivement que la junte ne pourra pas les trafiquer.

    Et les Frères musulmans, dont le chef s’est fait éjecter de la place Tahrir à force de vouloir ménager la chèvre et le chou, sont sur la même longueur d’onde que les yankees.

  • permalien Lou :
    21 novembre 2011 @23h00   « »

    et pendant ce temps-là dans la rubrique : "Parmi les couillonnades des yankees"

    Wall Street finit en forte baisse, démoralisée par les problèmes de dette

    NEW YORK - La Bourse de New York a fini en forte baisse lundi, démoralisée par l’impasse politique sur la réduction du déficit public aux Etats-Unis, qui vient s’ajouter à une crise toujours plus profonde en Europe : le Dow Jones a perdu 2,11% et le Nasdaq 1,92%.

    ah, quand ça veut pas, ça veut pas !

  • permalien K. :
    21 novembre 2011 @23h49   « »

    Manifestation en soutien à l’Egypte à San Francisco le 14 novembre 2011. DR

    « Aujourd’hui, nous sommes rassemblés pour dire merci aux Egyptiens", avait clamé une jeune femme quelques minutes avant le départ de la marche. Soulevant des hourrah de bravade à la foule, elle avait élevé le ton et la voix encore plus fort : "Nous nous battons ici, aux Etats-Unis, pour une vie décente et les peuples de Tunisie, d’Egypte et de Palestine sont une inspiration pour nous ».

  • permalien Yasmina :
    22 novembre 2011 @16h49   « »

    Lou

    Les gaz lacrymogènes sont plus agessifs, ils brûlent la peau.

    des gaz prohibés seraient utilisés . analyse de l’air en cours.

    le ministère de l’Intérieur égyptien a déclaré dans un communiqué sur sa page Facebook que la police n’a pas utilisé d’armes à feu ou des balles en caoutchouc

    les morts seraient dus à des oiseaux les fameux"tayr ababil" !!!!! ironisent un invité de Hela Sarhane dans son talk show quotidien sur Rotana masrya.http://www.youtube.com/watch?featur...

  • permalien K. :
    22 novembre 2011 @17h53   « »

    En fait de “perception”, celle des yankees est délirante dit-on ici.

    Indeed, it is unclear whether US officials have taken into account the popular perception of such statements. Hanna of The Century Foundation says they do not appear to understand how American policy is perceived at street level.

    “I think there’s an important perception gap that US policymakers don’t seem to have a handle on, in that they don’t understand that people view their policy as essentially a reprise of Mubarak-era policy with filling in for the SCAF,” he says.

  • permalien K. :
    22 novembre 2011 @18h05   « »

    Pour paraphraser Marc Lynch,

    Je ne sais pas si le CSFA et Washington comprennent assez à quel point leurs violences ont changé la donne en Egypte.

  • permalien K. :
    22 novembre 2011 @18h17   « »
  • permalien Lou :
    22 novembre 2011 @18h46   « »

    Les mêmes cris après le premier speech de Tantawi qu’après celui de Moubarak, pas besoin de référendum, la réponse "dégage" est donnée en direct.

    Quel Peuple ces Égyptiens !

  • permalien Lou :
    22 novembre 2011 @20h30   « »

    Les Frères musulmans sont en arrière, encore une fois

    Une des choses intéressantes au sujet de la participation gigantesque sur la place Tahrir, c’est qu’elle se passe alors même que les Frères musulmans se sont officiellement opposé aux manifestations et la plupart des salafistes a fait la même chose, pour calmer les rues avant les élections. Cette décision rappelle celle du 25 Janvier, quand ils ont refusé de prendre part au premières manifestations menant à la chute du régime de Moubarak. De même pour les salafistes, qui en plus dans le cas de Hazem Salah Abou Ismaïl, se sont opposés à des protestations et ont même essayé , hier, d’intervenir pour les arrêter à Alexandrie. (...)

  • permalien K. :
    22 novembre 2011 @22h54   « »

    La place Tahrir aspergée de gaz après la "main tendue" par Tantaoui.

    Tantaoui :

    Après moi le gaz

  • permalien Lou :
    22 novembre 2011 @22h56   « »

    Au Caire, beaucoup de Twitteurs parlent d’un nouveau gaz, qui n’a pas de fumée blanche, qui donne des convulsions.
    Il serait dans ou depuis l’aération du métro.
    Tahrir serait insoutenable à cause du gaz.

    A Alexandrie, on le lancerait depuis des hélicoptères.

  • permalien K. :
    22 novembre 2011 @22h57   « »

    La bataille de la rue Mohamed Mahmoud

    http://egypte.blog.lemonde.fr/2011/...

  • permalien Deïr Yassin :
    22 novembre 2011 @23h16   « »

    Au sujet de l’article posté par K, je tire l’attention sur un vidéo posté par un certain Xavier Auclair qui apparemment vit au Caire. Des images très dures à regarder des cadavres dont certains ont l’air totalement cramés, âmes sensibles s’abstenir. Horrible, horrible...
    - http://egypte.blog.lemonde.fr/2011/...

    Des images de la violence policière :
    - www.youtube.com/watch ?v=zJ7F...

  • permalien Sakhra :
    23 novembre 2011 @07h01   « »

    Mais où est donc passé Erdogan ? Tantaoui est un brave, alors que Assad est un lâche ?

    USA-FRANCE-GRANDE BRETAGNE : TANTAOUI DOIT GARDER LA BARRE EN EGYPTE !

    Si Hillary Clinton pousse à la roue pour chauffer la marmite en Syrie, se félicite que l’opposition est armée de manière sérieuse, agit pour fermer les portes du dialogue entre les protagonistes du drame, la diplomatie américaine est vraiment très conciliante après les nouveaux massacres de la place Tahrir. Elle regrette bien sûr les morts et les blessés, mais son porte-parole s’oppose frontalement aux revendications populaires, en s’alignant sur la position de Tantaoui : « Ces événements tragiques ne doivent pas empêcher la tenue d’élections » souligne M. Jay Carney.

    http://www.socialgerie.net/spip.php...

  • permalien Laurent Szyster :
    23 novembre 2011 @14h39   « »

    Au rythme actuel du déficit de la balance des changes l’Egypte sera en faillite dans onze mois.

    Egypt’s reserves : lower than you think

    Things are getting from bad to worst for Egypt’s finances. As Egypt’s generals fret about their next move, the country’s foreign exchange reserves are fast disappearing. The latest numbers show net international reserves fell to $22.1bn at the end of October 2011, down from $24bn a month earlier and $36bn in December before the country’s political unrest started.

    That’s 10 months in a row of losses. At the current rate of decline there are only 11 months left before the coffers are empty. That should concentrate minds in Cairo – but whether it will is another matter.

    Comment fera l’état égyptien pour continuer de subsidier les prix du riz, du pain et du carburant ?

    Par ailleurs Al Ahram rapportait ce 19 Novembre l’échec total des contrôle à l’exportation des denrées subsidiées.

    L’Egypte va droit dans le mur et plein pot.

    Le gouvernement militaire devrait rapidement dévaluer la livre égyptienne et couper des subsides qui ne font qu’alimenter la contrebande des produits subsidiés. Le problème étant que les militaires sont les premiers des trafiquants et qu’ils n’ont pas l’intention de prendre des mesure aussi impopulaires.

    Alors, quel que soit la date ou le résultat des élections en Egypte, le prochain gouvernement civil devra soit faire avaler à ses électeurs la potion de cheval du FMI soit prendre le risque d’une famine quand l’état n’aura plus d’argent pour importer les principaux biens de consommation en Egypte : riz, blé et carburants.

  • permalien hana :
    24 novembre 2011 @10h29   « »

    le CSFA perd de plus en plus sa popularite , il protege l’ancien Rais malgre la volonte du peuple. Donc , nous sommes prets a mourrir pour notre pays et pour une autre Egypte . Une autre Egypte construite par les bras de ses fideles jeunes ( homme/femme)

  • permalien Lou :
    27 novembre 2011 @16h45   « »
    Dans les prisons égyptiennes, 15 jours de plus

    la décision de la Sécurité de l’Etat d’urgence a prolongé de 15 jours la détention de Alaa Abdel Fatah et de Maikel Naguib

    Ragia Omran

  • permalien Lou :
    4 décembre 2011 @20h42   « »

    Manifestation de solidarité pour Alaa @ FreeAlaa # devant le bureau du procureur général

  • permalien Lou :
    5 décembre 2011 @20h16   « »
  • permalien Lou :
    6 décembre 2011 @20h33   « »

    Abd El Fattah a manqué la naissance de son premier enfant

    Manal Bahey al-Din Hassan, épouse du détenu blogueur Alaa Abd El Fattah, a donné naissance à leur premier enfant, Khaled, mardi.


    Khaled

  • permalien X :
    6 décembre 2011 @23h27   « »

    Au rythme actuel du déficit de la balance des changes l’Egypte sera en faillite dans onze mois.

    On n’en reparlera ds 11 pauvre .....

  • permalien Lou :
    26 décembre 2011 @11h07   «

Ajouter un commentaire