Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Ramallah (I) : l’offensive aux Nations unies

Ramallah (I) : l’offensive aux Nations unies

samedi 3 décembre 2011, par Alain Gresh

Ce texte est disponible en version arabe.

Ramallah semble dans l’attente, dans l’attente de Godot, note, ironique, un commentateur. La vie quotidienne reste la préoccupation de la grande majorité de la population, avec les difficultés liées à l’occupation et à la suspension régulière par les autorités israéliennes des sommes dues à l’Autorité et la faiblesse des contributions promises par les pays arabes.

Pourtant, chez les intellectuels et les politiques, cette petite classe qui tourne autour du gouvernement et de l’Autorité, les deux sujets qui n’en finissent pas de bruisser dans les cafés et les restaurants où la fumée des cigarettes n’est toujours pas bannie, ce sont l’offensive palestinienne aux Nations unies et la réunification des pouvoirs de Ramallah et de Gaza.

Et la reprise des négociations israélo-palestiniennes ? « Le Quartet a demandé, le 23 septembre dernier, aux Palestiniens et aux Israéliens de remettre, avant le 26 janvier, des propositions par écrit sur les frontières et la sécurité, explique un diplomate palestinien. Nous l’avons fait et nous demandons que la partie israélienne fasse de même, mais pour l’instant elle s’y refuse, affirmant qu’elle le ferait en cas de reprise des négociations. Nous, et le Quartet, rejettent cette tentative dilatoire. »

Les propositions palestiniennes peuvent se résumer ainsi : frontières de 1967, avec échange de 1,9 % du territoire ; acceptation d’une présence militaire internationale sur les frontières avec Israël et sur le Jourdain ; pas d’alliance militaire avec des pays hostiles à Israël ; démilitarisation du futur Etat, mais, comme à l’heure actuelle, maintien d’un certain niveau d’armement des forces palestiniennes. Malgré ces propositions, malgré la réaffirmation de l’Autorité qu’elle est prête à négocier sur la base d’un arrêt total de la colonisation et de la reconnaissance que les frontières de 1967 sont le point de départ des négociations, personne ne croit ici une entente possible avec le gouvernement de Benyamin Nétanyahou. Même si tout le monde reconnaît qu’il est bien difficile de savoir ce que pense le président Mahmoud Abbas, entouré de conseillers aux avis totalement divergents. Ce flou pèse aussi sur les deux autres dossiers.

Le discours de M. Abbas devant l’Assemblée générale de l’ONU le 23 septembre 2011 lui a permis de regagner une popularité en déclin. Le vote à l’Unesco a aussi galvanisé la population, même s’il est plus le fruit du hasard que d’une vraie stratégie, comme le confirme M. Riyad Al-Maliki, ministre des affaires étrangères : « La question de la Palestine se pose à chaque conférence générale de l’Unesco, tous les deux ans. Elle est venue cette année et les médias ont commencé à en parler. Il nous a semblé alors difficile de faire marche arrière. » Ce que le ministre ne dit pas, c’est que Mahmoud Abbas, marqué par sa volte-face sur le rapport Goldstone sur l’invasion israélienne de Gaza (sur cet épisode, lire sur ce blog « Du rapport Goldstone à la campagne contre Agrexco », 6 octobre 2009), a craint une réaction de l’opinion palestinienne en cas de renonciation au vote à l’Unesco. « L’opinion publique palestinienne, pour laquelle le président, comme la plupart des dirigeants de l’Autorité, n’avait pas un grand respect, est devenue un facteur politique important », note un intellectuel palestinien.

Mais le résultat du vote à l’Unesco ne suscite pas ici une grande euphorie : certes la Palestine a obtenu 108 voix, mais c’est proportionnellement moins que l’appui à la candidature de l’OLP comme membre observateur à l’ONU en 1974, et loin des quelque 130 Etats qui reconnaissent la Palestine. On explique au ministère que beaucoup de pays n’ont pas pu être présents pour des raisons techniques, mais on reconnaît en même temps la force des pressions occidentales.

Celles-ci sont venues de nombreuses sources, des Etats-Unis, du Canada et de Mme Catherine Ashton (agissant au nom de qui ?) : Washington a menacé le Monténégro de ne pas accepter sa candidature à l’OTAN ; Ottawa a envoyé une lettre à tous les membres de l’Unesco, les appelant à refuser la demande palestinienne ; Mme Ashton a menacé les pays candidats à l’Union européenne comme la Croatie. L’Allemagne a aussi fait courir le bruit que Mahmoud Abbas était opposé à la démarche à l’Unesco.

Désormais, la stratégie de l’Autorité, c’est de ne pas soumettre la candidature de la Palestine dans les autres organisations membres de l’ONU (à l’exception, peut-être, de l’Organisation mondiale de la santé, où cette adhésion est soumise de manière routinière). Pourquoi ? – D’un côté, les Etats-Unis ont annoncé que cela aboutirait à une rupture des relations entre l’Autorité et l’administration américaine ; de l’autre, explique le ministre, « le secrétaire général de l’ONU nous a vivement priés de ne pas le faire, car les conséquences financières sur l’organisation seraient lourdes et parfois, comme pour l’Unesco, sanctionneraient des pays pauvres ».

Pour M. Al-Maliki, l’offensive doit se poursuivre au Conseil de sécurité où, à partir de janvier, siègeront de nouveaux Etats membres. La situation apparaît toujours incertaine et l’Autorité n’est pas sûre d’obtenir les neuf voix nécessaires. Le Togo, le Guatemala, l’Azerbaïdjan, le Maroc et le Pakistan remplaceront, au 1er janvier 2012, le Gabon, le Nigeria, la Bosnie, le Liban et le Brésil.

« Nous allons concentrer nos efforts sur certains de ces pays, notamment le Guatemala, explique le ministre, qui prépare une tournée en Amérique latine où l’OLP dispose d’un soutien très important. Nous finirons par obtenir les neuf voix nécessaires pour aller au vote. » Mais si Washington utilise son veto ? «  Nous sommes prêts à aller devant la Cour internationale de justice pour lui demander si un membre permanent du Conseil de sécurité a le droit d’utiliser son veto pour s’opposer à une adhésion, ce n’est pas conforme aux statuts. »

« On a atteint le plafond de l’offensive, explique un intellectuel. Nous ne pouvons pas aller plus loin, car Mahmoud Abbas refuse un bras-de-fer avec les Etats-Unis. »

Résumons la contradiction dans laquelle Abou Mazen est enfermé : il est l’architecte des accords d’Oslo de 1993 et il n’arrive pas à y renoncer ; il ne veut pas finir, alors qu’il a 78 ans, dans les « poubelles de l’histoire », comme le traître. « Je ne serai pas le Antoine Lahad de la Palestine », aurait-il rétorqué aux Américains qui voulaient qu’il accepte qu’Israël ne verse les fonds bloqués que pour financer l’appareil de sécurité. Il faisait référence à ce militaire libanais qui a dirigé l’Armée du Liban-Sud dans les années 1980 et collaboré avec les occupants israéliens.

Mais, en même temps, certains dans l’Autorité veulent encore croire à un changement des Etats-Unis avant la présidentielle de novembre 2012. Ils mettent en avant la déclaration du secrétaire d’Etat américain à la défense Leon Panetta demandant aux Israéliens s’il est suffisant d’être assuré de la supériorité militaire, « si vous êtes en train de vous isoler dans l’arène diplomatique ». (LeMonde.fr, 3 octobre.)

(Je reviendrai dans un prochain envoi sur les négociations entre le Fatah et le Hamas.)

Le Bazar Renaissance

Le Bazar Renaissance est un livre important sur la manière dont l’islam et l’Orient ont influencé l’Europe et l’Occident au sortir du Moyen Age. Il n’a fait pratiquement l’objet d’aucune recension et c’est dommage. Faites-le connaître dans vos réseaux et autour de vous.

Débat, université de Paris 13-Villetaneuse,
mardi 6 décembre

Printemps Arabe/ Automne occidental, avec Youssef Boussoumah et moi, à 17 heures.

A propos de Twitter

J’utilise désormais régulièrement Twitter. Je trouve cet outil utile pour trois raisons :

- pouvoir faire partager la lecture d’articles ou de textes qui méritent d’être diffusés (pour l’essentiel je me limite au français et à l’anglais) ;

- mettre en lumière des informations peu répercutées dans la presse et qui peuvent intéresser parfois le « grand public », parfois seulement les spécialistes ;

- informer sur les débats auxquels je participe et qui concernent les thèmes abordés sur Nouvelles d’Orient.

26 commentaires sur « Ramallah (I) : l’offensive aux Nations unies »

  • permalien Yvan :
    3 décembre 2011 @14h23   »

    Les Etats-Unis invitent Israël à lutter contre l’isolement diplomatique - LeMonde.fr

    "Je comprends l’idée que ce n’est pas le moment de poursuivre le processus de paix et que le réveil arabe menace un peu plus l’idéal d’un Etat d’Israël en sécurité, juif et démocratique, mais je ne suis pas d’accord."
    (...)
    "Pour le moment, le problème est que nous n’arrivons pas à les ramener à cette satanée table [des discussions], pour qu’ils commencent au moins à parler de leurs divergences"


  • permalien sarah :
    3 décembre 2011 @16h14   « »

    Ben voyons ,M.Abbas ne veut pas etre l’Antoine Lahad de la Palestine !

    Mais il faut lui dire qu’il l’est déjà !

    Que peut attendre le peuple palestinien d’un homme aussi médiocre,qui a abandonné toute idée de lutte alors que son peuple est occupé,qui collabore allègrement avec l’occupant,et en plus ne veut pas engager de "bras de fer" avec le médiocre et l’opportuniste Obama ?
    Décidemment,rien de bon ne peut sortir de cette "autorité(sic) palestinienne" !

    Peut etre serait-il temps de la dissoudre.
    Ah,mais c’est vrai que dans ce cas là monsieur Abbas et ses amis n’auraient plus raison d’etre !

  • permalien Laurent Szyster :
    3 décembre 2011 @21h24   « »

    L’offensive de Abbas aux Nations Unies est un échec aussi retentissant que ce gouvernement d’union entre le Fatah et le Hamas ... dont les parties ne s’accordent sur rien depuis Avril 2011.

    Soixante trois ans après la Nakba ces partis Palestiniens sont toujours incapables de former un consensus national, de respecter leurs institutions ou de sacrifier leurs intérêts factieux à l’intérêt commun.

    Les émirs du Hamas prétendent défendre les intérêts des réfugiés de 1948 et leurs descendants à Gaza et en Cisjordanie mais la seule "solution" qu’ils proposent est de conquérir Sderot, Ashkelon et Acres. Et ça, ils en sont totalement incapables.

    Les barons du Fatah prétendent obtenir un état mais préfère continuer de racketter l’aide internationales plutôt que de négocier une indépendance qu’ils sont incapables de gérer.

    Pendant que Meshal s’inquiète de savoir où il ira après Damas, tandis que Abbas louvoie pour éviter de négocier, Fayyad lui développe les institutions qu’il gouverne.

    Les émirs et les caïds ont encore essayé de le débarquer à la mi-Novembre, en vain.

    Fatah, Hamas agree to establish caretaker government without Palestinian PM Fayyad

    Rival factions to hold elections on unity government in May ; Fatah-Hamas dispute posed major obstacle to UN Security Council decision on Palestinian membership.

    (...)

    Fayyad himself said Monday he would not stand in the way of an agreement. "I have always called for ending the split," he said. "I call upon the factions to find a new prime minister and stop claiming that I’m the obstacle, because I was never an obstacle and will never be."

    Des élections sont prévues pour Mai 2012.

    Si elles ne sont pas une nouvelle fois reportée pour éviter une victoire relative mais suffisante du véritable père de l’état palestinien.

  • permalien Shanaa :
    3 décembre 2011 @21h51   « »

    "Mais le résultat du vote à l’Unesco ne suscite pas ici une grande euphorie".
    Et pour cause ! La solution est entre les mains d’Israél et des USA !
    Tout le reste n’est que diversion !
    Depuis la déclaration Balfour, la Palestine n’a cessé de rétrécir, et les arabes portent une lourde responsabilité.

  • permalien sarah :
    3 décembre 2011 @22h01   « »

    Tiens Laurent a de l’admiration pour Fayyad !

    Raison de plus pour le dégager au plus vite !
    Je comprends tout à fait que Laurent szyster,militant du likud,apprécie tellement Fayyad:en effet,cet ex fonctionnaire du FMI(grand bienfaiteur pour les peuples du sud et maintenant du nord !),est compatible avec le projet de "paix économique"proposé par Netanyahou !
    Ce projet dont le but n’est pas du tout de créer un état palestinien,consiste à "donner" aux Palestiniens des bantoustans avec une autonomie relative,où évidemment tout sera sous controle sioniste !

    Ah Laurent,comme c’est bon d’avoir des Arabes de service comme Fayyad,qui font le sale boulot à la place des sionistes !
    C’est tellement plus pratique, et en plus on a la conscience tranquille !

  • permalien X :
    3 décembre 2011 @22h13   « »

    D’accord avec sarah, à ceci près que Abbas était dupe et naif, mais le résultat est le même. Les accords ayant créés l’AP constituent un recul catastrophique pour les droits des palestiniens. Les voici, après 20 ans avec plus de colons, moins de terres, occupé par un peuple de plus en plus fasciste, assoiffé de terre, d’argent, d’eau et de sang.

    Oui il y’a 20 ans le Hamas avait bien prévenu le fatah qu’il n’y avait rien à faire avec les sionistes. Aujourd’hui le monde entier est forcé d’admettre que le Hamas avait bien raison. Avec 1/2 million de colons, la pratique du price tag (une invention que seuls les sionistes en sont capables même ss l’aparthied on a pas été aussi salauds) des extrémistes racistes au pouvoir en israel (si zyster à des questions sur
    ce point il pourra demander à nathan de lui expliquer la raison pour laquelle ce gvnmt est fasciste).

    Malheureusement le peuple palestinien est maintenant désarmé, et les sionistes c’est bien connu plus vous êtes faible plus on vous tappe dessus et on vous poignarde. C’est le médecine à laquelle Abbas est en train de gouter.

    Il y’a qq semaines, Abbas a laissé entendre que l’AP allait poser des gestes qui allaient chambouler toute la région. Plusieurs ont pensé que qu’il allait enfin dissoudre cette m... d’AP. Ça parait de plus en plus improbale malheureusement.

  • permalien K. :
    3 décembre 2011 @22h29   « »

    Laurent Szyster, sioniste tellement fanatique que vous êtes incapable de voir combien votre propre gouvernement a miné Fayyad.

    Thomas Friedman, sioniste “modéré” (soit dit en passant, un sioniste “modéré” est, comme dirait l’autre, "aussi pire" qu’un sioniste fanatique) :

    Au lieu de (..) récompenser [Fayyad], Israël a retenu 100 millions de dollars de recettes fiscales palestiniennes dont a besoin Fayyad (...) pour payer les forces de sécurité qui aident à protéger Israël. C’est fou.

  • permalien Deïr Yassin :
    4 décembre 2011 @11h00   « »

    L’assemblée générale de l’ONU a voté six résolutions sur le Moyen Orient, chacune à l’encontre de l’Etat d’Israël.
    Pour arriver à 7 votes contre les résolutions, les Us, Israël et Canada ont dû faire appel aux Iles Marshall, la Micronésie, Palau et Nauru.
    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

    Islande a comme le premier pays de l’Europe de l’Ouest reconnu la Palestine dans ses frontières de ’67. Cette reconnaissance eut lieu la date symbolique du 29 novembre, et Amal Tamimi, députée islandaise d’origine palestinienne a salué ce geste de son pays d’adoption avec beaucoup d’émotion.

  • permalien Laurent Szyster :
    4 décembre 2011 @17h54   « »

    @Deir Yassin,

    L’assemblée générale de l’ONU a voté six résolutions sur le Moyen Orient, chacune à l’encontre de l’Etat d’Israël. (etc ...)

    Super !

    Elles viendront s’ajouter aux autres, toutes aussi non-contraignantes légalement, autant de résolutions qui n’engagent que ceux qui y croient, les dindons de la farce jouées par la Ligue Arabe et l’OCI, les descendants des réfugiés de 1948, les Palestiniens de Gaza et de Cisjordanie.

    Depuis 63 ans ces gens vous instrumentalisent, vous oppressent et vous discriminent, et vous, comme des c... vous croyez encore qu’ils veulent vous aider en condamnant Israël à chaque session ?

    L’Islande a voté pour la Palestine, Dieu est Grand !

    C’est presque aussi drôle qu’un sketch de Dieudonné ...

  • permalien Laurent Szyster :
    4 décembre 2011 @19h22   « »

    Interlude de saison

    Les loups entrent au Parlement en Egypte, l’hiver risque d’être plus long que le printemps.

    Official Egypt election results confirm Islamist victory
    High Election Commission confirms Muslim Brotherhood-affiliated

    Freedom and Justice party in lead with 36.6 percent of vote, Al Nour party wins 24.4 percent.

    En Syrie les rats quittent le navire, le régime de MM. al-Assad ne passera pas l’hiver.

    Secret police defect in restive Syria province, activists say

    Opposition sources estimate the number of defectors from Syria’s security forces to be several thousand, mainly army recruits from the country’s Sunni Muslim majority.

    Au printemps Palestinien prochain M. Meshal dirigera-t-il encore la campagne électorale du Hamas ?

    Diplomats : Hamas quietly scales back its presence in Syria

    Diplomats say dozens of operatives quietly returning to Gaza Strip in light of uncertain future of Assad regime.


    PS : Si j’ai offensé des rats ou les loups en les comparant aux salafistes, aux membres de la police secrète syrienne ou aux miliciens du Hamas en exil à Damas, je m’en excuse d’avance.

    C’est une façon de parler, ce sont des images de la langue française, je ne voulais en aucun cas ni déshumaniser les loups ou les rats, ni les accuser collectivement de fanatisme crapuleux, de cruauté criminelle ou d’imbécilité meurtrière.

  • permalien sarah :
    4 décembre 2011 @19h28   « »

    @ Laurent Szyster :

    Ne vous réjouissez pas trop vite !

    Il parait que Israel préfère de loin le maintien du régime de Bashar Al Assad que l’arrivée au pouvoir des frères musulmans.
    Et oui,n’oubliez pas il existe un contentieux territoriale entre la Syrie et Israel !

  • permalien sarah :
    4 décembre 2011 @19h32   « »

    Oui effectivement,ce sont des "images de la langue française",comme vous le dites !

    Images, associant des etres humains à des animaux comme les rats ou loups,très utilisées en Europe et en France notamment dans les années 1930 !

  • permalien Vitigis :
    4 décembre 2011 @19h56   « »
    Adieu à l’autre information

    Ainsi, le plus urgent était de traiter avec ironie de l’Autorité palestinienne pour une démarche vieille de plus de deux mois.

    Pas un mot sur la répression en Syrie (L’article "Syrie, l’opposition à Damas" arrive à ne citer qu’une seule fois le nom du président syrien sans rien dire de l’attitude des autorités).

    Après avoir traité de la "bourrasque conservatrice" sur l’Espagne, le Diplo ne dit toujours rien de la vague islamiste dans les pays arabes.

    On en conclut que l’essentiel est de préserver l’axe Téhéran - Damas - Hezbollah au nom du militantisme anti-israélien (bien davantage que pro-palestinien).

    On est toujours dans l’altérité, mais est-on encore dans l’information ?

  • permalien H. :
    4 décembre 2011 @21h10   « »

    @Laurent S.
    Des loups, des rats... comme vous y allez M. de la Fontaine !
    Zoologie pour zoologie, quels "totems" génériques donneriez-vous à ceux qui dirigent votre si beau et démocratique Etat d’Israël ? J’ai quelques petites idées sur la question... Mais enfin, bon...
    Quand la réalité, trop tragique, dépasse la fable, l’art de la fable devient un exercice délicat qui ne pourrait paraître que provocation ou même insulte inutiles, et donc n’atteindrait pas son but : je vous les laisse donc...

  • permalien H. :
    4 décembre 2011 @21h38   « »

    @vigitis
    Pourquoi êtes-vous hors sujet ?
    Quand M. Gresh et le Monde Diplomatique parleront de la "vague islamiste", ou encore de la Syrie - décidément ce n’est pas aussi facile qu’en Lybie, avec Bachar al Assad ! -, décréterez-vous en censeur des sujets, qu’il y a d’autres urgences prioritaires à traiter ?
    Ou tout simplement, souhaitez- vous que l’on parle de tout, sauf de la Palestine et d’Israël ("hors sujet depuis deux mois"... Pointe un certain mépris, un mépris certain...) ?

  • permalien un passant :
    4 décembre 2011 @22h23   « »
    de la pertinence d’un état palestinien

    Avec la conjoncture actuelle, les chances pour une nouvelle guerre (et une vraie guerre cette fois, pas juste une invasion coloniale comme pour le cas de l’Afghanistan ou d’Iraq) sont très élevées. Étant donnée qu’elle inclura une participation conséquente d’Israël, non seulement les chances de la Palestine d’être reconnu comme état seront annulées, mais la question même perdra de sa pertinence en rapport à la "sécurité" d’Israël, et elle aura donc toutes les "justifications" (nécessaire pour convaincre les pays de l’Ouest, mais notez que l’humanitaire n’y a pas sa place) pour finaliser son apartheid sur tout le territoire de l’ancienne Palestine.
    Dans cette perspective, les sionistes comme ce cher Laurent, Nathan et autres sionistes pourront à plaisir joindre les forces armées « de la démocratie » (recyclé de la doctrine Bush junior pendant l’invasion de l’Iraq) en luttant aux côtés de leurs frères et sœurs de l’ADI. Peut être qu’alors on aura moins à subir leurs commentaires racistes and mensongères car ils seront occupés à mettre leurs idées en actions.

    PS : si mes propos choques certains, soit, c’est qu’ils/elles ne sont pas ouverts à la critique.

  • permalien HN :
    5 décembre 2011 @10h11   « »

    déshumaniser les loups ou les rats

    "Déshumaniser des animaux", y a rien qui vous choque (entre autres) ?
    On en aura lu des conneries sur ce blog grâce à Mr Szyster...
    xD

    Cdlmt

  • permalien HN :
    5 décembre 2011 @10h15   « »

    Pas un mot sur la répression en Syrie (L’article "Syrie, l’opposition à Damas" arrive à ne citer qu’une seule fois le nom du président syrien sans rien dire de l’attitude des autorités).

    Mais pour cela cher monsieur, vous pouvez aller consulter tous les autres médias français qui traitent cette information.
    Je suis sûr que vous trouverez vos marques sur les blogs du Figaro, de Mr Rioufol et compagnie pour dénoncer les vagues islamistes, les sauvages de banlieues, les chômeurs fainéants, les travailleurs râleurs, etc...

    Cdlmt

  • permalien Laurent Szyster :
    5 décembre 2011 @14h30   « »

    Voici comment - entre autre - les dirigeants de l’OLP continuent de louvoyer pour éviter de négocier.

    U.S. warns Palestinians : Stop leaking content of Quartet talks

    Details of two proposals by Chief Negotiator Saeb Erekat to Quartet made public on Thursday ; Senior U.S. official says only proposals presented in direct talks with Israel are relevant.

    Après s’être foutu d’Obama en refusant de négocier pendant le moratoire sur les constructions Juives en Cisjordanie et Jérusalem-Est, après leur pari perdu à l’ONU, les caïds du Fatah mènent les membres du Quartet en bateau.


    PS : Une analyse iconoclaste de Rashid Khalidi :

    Leading Palestinian intellectual : We already have a one-state solution

    Columbia Professor Rashid Khalidi says nobody believes firing rockets is resistance that will liberate Palestine or that talking with the U.S. will deliver a just and lasting solution.

    (...)

    Laying much of the blame for their situation on the Palestinians themselves, he called on them to “re-imagine” the way a Palestinian state would work. “Why not have a Palestinian state in which Jews live ? What’s wrong with that ?”

    Oui, "Pourquoi pas un état Palestinien dans lequel des Juifs vivraient ? Quel est le mal avec ça ?"

  • permalien Lou :
    9 décembre 2011 @21h58   « »

    "Un événement, vu d’un seul point de vue donne une impression.

    Vu d’un autre point de vue, il donne une toute autre impression.

    Mais ce n’est que lorsque vous avez une vue générale que vous pouvez comprendre ce qui se passe vraiment."

    Reste à comprendre "la vue générale"

  • permalien Lou :
    20 décembre 2011 @22h52   « »
  • permalien Lou :
    21 décembre 2011 @22h47   « »

    Israël irrité par les membres européens du Conseil de sécurité

    Israël suggère que ces pays (la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et le Portugal) se concentrent sur l’agenda international plutôt que de modifier de fond en comble les priorités de la communauté internationale, a écrit dans un communiqué Ygal Palmor, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

    Leurs discussions au Conseil de sécurité auraient dû se concentrer sur les tentatives de mettre un terme aux effusions de sang en Syrie, sur l’enracinement de la démocratie et de la modération dans les pays arabes aspirant à la liberté, et sur les efforts visant à dissiper la menace globale que représente la course au nucléaire de l’Iran, a ajouté M. Palmor.

    Le porte-parole a par ailleurs appelé ces quatre pays à soutenir la reprise des négociations directes de paix entre Israël et les Palestiniens.

    Déclaration des Droits de l’Homme en Palestine

  • permalien Lou :
    9 janvier 2012 @00h10   « »

    La liberté très surveillée des anciens prisonniers palestiniens libérés "sans conditions"

    Enfin, de nombreux prisonniers officiellement libérés « sans condition » sont de facto interdits de sortie du territoire : le 4 novembre, un bus transportant 86 anciens prisonniers partis faire le pèlerinage à La Mecque à l’invitation du roi d’Arabie Saoudite n’a pas pu franchir la frontière séparant la Cisjordanie de la Jordanie. Il a été contraint de faire demi-tour à la demande de l’armée israélienne, au motif que les voyageurs ne disposaient pas de papiers en règle.

    Parmi eux se trouvait Daoud Al-Shaouish, résident de Jérusalem-Est condamné à 24 ans de prison en décembre 2000, et libéré « sans conditions » le 18 octobre dernier. D’après Ziad Abu Ein, « les autorités israéliennes, qui considèrent ces hommes comme des terroristes, craignent qu’ils ne profitent du pèlerinage pour nouer des contacts ». A Gaza, par contre, d’ex-prisonniers ont pu faire le pèlerinage en quittant le territoire via la frontière avec l’Egypte.
    (...)
    Dans un communiqué publié le 15 décembre sur son site internet, l’ONG Addameer soulignait également que depuis la libération de Gilad Shalit et des 477 premiers prisonniers palestiniens, 470 nouvelles arrestations avaient déjà eu lieu.

  • permalien Lou :
    16 janvier 2012 @22h14   « »

    "L’occupation par Israël des territoires palestiniens doit cesser"

    BEYROUTH - Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a affirmé dimanche que l’occupation par Israël des territoires palestiniens devait cesser, soulignant que les colonies contrarient la naissance d’un Etat palestinien viable.

    L’occupation par Israël des territoires arabes et palestiniens doit cesser. La violence contre les civils aussi, a-t-il déclaré lors d’une conférence à Beyrouth sur la transition démocratique dans le monde arabe.

    Les colonies, nouvelles ou anciennes, sont illégales. Elles contrarient la naissance d’un Etat palestinien viable, a-t-il souligné.

    Il est grand temps de trouver une solution prévoyant deux Etats, a martelé le chef de l’ONU, ajoutant : Avec le statu quo le conflit se poursuit assurément.

    Nom d’un petit bonhomme si Monsieur Ban Ki-moon commence à "marteler" il y aura bientôt un trou dans l’eau, yaamel nokba fel ma .

  • permalien Lou :
    21 janvier 2012 @21h55   « »

    Manifestation de jeunes Palestiniens contre les rencontres avec Israël

    RAMALLAH (Territoires palestiniens) - Quelque 200 Palestiniens ont protesté samedi à Ramallah, en Cisjordanie, contre la récente série de rencontres exploratoires israélo-palestiniennes en Jordanie.

    Négociateurs israéliens et palestiniens se sont rencontrées à trois reprises en janvier, à Amman, pour discuter d’une possible reprise des négociations israélo-palestiniennes bloquées depuis septembre 2010. Ces rencontres n’ont donné aucun résultat tangible.

    Les manifestants, pour la plupart des jeunes, ont défilé aux abords du quartier général de la présidence palestinienne en criant Erakat arrête les négociations ! et Pourquoi négocier alors que nous sommes sous le feu des soldats israéliens ?, selon un correspondant de l’AFP.

    Saëb Erakat est le principal négociateur palestinien chargé des pourparlers avec Israël.

    Le rassemblement avait été appelé par un collectif baptisé Les Palestiniens pour la dignité qui avait déjà organisé une manifestation similaire la semaine dernière à Ramallah.

    Protest against the occupation, Nabi Saleh, West Bank, 20.1.2012

    avec le portrait de Mustafa Tamimi

  • permalien Lou :
    21 février 2012 @22h25   «

    Bon sang, ils ont mangé du lion chez Amnesty US !

    Israeli decision to release Palestinian detainee in April ‘insufficient’

Ajouter un commentaire