Le Monde diplomatique
Accueil du site > Défense en ligne > Une guerre à mille milliards de dollars

Une guerre à mille milliards de dollars

lundi 19 décembre 2011, par Philippe Leymarie

Départ au pas de course : l’évacuation, ce dimanche, du dernier convoi de GI’s marque la fin de l’aventure américaine en Irak. L’invasion du pays, en mars 2003, sous le prétexte (mensonger) de l’existence d’armes de destruction massive, suivie d’une chute-éclair du régime de Saddam Hussein, avait débouché sur une guerre contre-insurrectionnelle de plus de huit ans, dont le coût humain et financier a été dément…

L’armée américaine a compté jusqu’à 170 000 hommes sur le terrain (pic d’octobre 2007). En octobre dernier, ils étaient encore 39 000. Ne restent sur place désormais que 160 soldats, dont une compagnie de marines pour la protection de l’ambassade américaine à Bagdad, et 157 personnels accompagnant les livraisons d’armes à l’armée irakienne.

Faute d’avoir obtenu une prolongation du régime d’immunité juridique pour ses soldats, Washington a renoncé au stationnement – longtemps envisagé – d’une force de 15 000 à 20 000 hommes jusqu’en 2012 (et plus, si affinités…), au titre de la formation des soldats irakiens et de la protection des milliers de diplomates, agents, et ressortissants américains qui restent sur place.

Les projets ambitieux du département d’Etat pour l’Irak futur, qui avaient été élaborés alors que les militaires insistaient pour maintenir un contingent significatif en 2012, ont finalement été abandonnés : il a été décidé, par exemple, de ne pas ouvrir de consulats à Mossoul, Kirkouk et Bassorah, comme le demandait le gouvernement irakien.

Mais la nouvelle ambassade américaine à Bagdad reste la plus importante au monde. Et des centaines de « contractors » civils américains continueront d’écumer le marché de la sécurité privée, ou de participer à l’entraînement des forces irakiennes, lesquelles occuperont certaines des 505 bases abandonnées par l’armée américaine du nord au sud du pays.

Poids des vétérans

Depuis l’invasion de mars 2003, au moins 104 000 civils irakiens [1] sont morts des causes directes du conflit. Il faut y ajouter 20 000 soldats et policiers irakiens, et plus de 19 000 insurgés. Certaines catégories socio-professionnelles ont été particulièrement touchées : les universitaires (464 tués), les journalistes (174).

Côté coalition, les Etats-Unis ont perdu 4 487 hommes (dont 3 518 au combat), et 31 921 militaires américains ont été blessés dans les combats, selon les chiffres du Pentagone. 2097 employés civils de sous-traitants du gouvernement américain ont également été tués. Le Royaume-Uni, second contingent, a de son côté perdu 179 soldats.

Lors du déclenchement de l’opération Iraqi Freedom, 150 000 soldats américains étaient déployés en Irak, soutenus par 120 000 autres militaires depuis l’extérieur. Plus de 40 000 Britanniques ont également participé à l’invasion. Les effectifs du corps expéditionnaire avaient décru jusqu’à l’envoi, début 2007, d’un renfort de 30 000 hommes pour tenter d’endiguer l’explosion de violences.

Un accord signé en novembre 2008, sous l’administration Bush, prévoyait la fin de l’opération en septembre 2010, avec retrait échelonné du gros des troupes. Mais un contingent d’une cinquantaine de milliers d’hommes était resté sur place, au titre de la formation de l’armée nationale.

Les opérations en Irak depuis 2003 avaient été budgétisées à hauteur de 770 milliards de dollars, sur des lignes spéciales consacrées aux opérations extérieures. Une fraction indéterminée du budget du Pentagone a également servi à financer, de fait, la guerre en Irak.

Il s’y ajoute le coût de l’aide à l’Etat irakien, et de la prise en charge des blessés et des vétérans américains (au nombre de 1 250 000, avec ceux d’Afghanistan). Il a été calculé que le coût des soins et des pensions d’ici 2055 pourrait varier entre 345 et 470 milliards de dollars. [2] Voilà pourquoi on devrait être, pour le seul Irak, dans cette fourchette des mille milliards…

Pas avant 2020

En ce jour symbolique de départ du dernier convoi, l’Agence France Presse (AFP) a listé les problèmes qui, eux, restent :

Territoires disputés : les Kurdes, largement autonomes, revendiquent la souveraineté d’une bande longue de 650 km riche en hydrocarbures, à cheval sur quatre provinces (et comprenant la ville multiethnique de Kirkouk).

Violences et tensions religieuses : l’insurrection sunnite a reflué depuis le pic des violences de 2006-2007, mais attaques, exécutions et rapts restent fréquents. Le gouvernement dominé par les chiites accuse les anciens partisans sunnites de Saddam Hussein de comploter pour revenir au pouvoir et les réprime durement.

De son côté, « L’Etat islamique d’Irak », ombrelle de groupes affiliés à Al-Qaida, a mené des attentats spectaculaires visant notamment les forces de l’ordre, les pèlerins chiites et la communauté chrétienne.

Crise syrienne : la Syrie partage 600 km de frontières avec l’Irak. Bagdad dépend aussi beaucoup pour son alimentation de la Syrie. Une chute du régime alaouite de Bachar Al-Assad et l’arrivée au pouvoir de sunnites à Damas pourraient pousser des milliers de réfugiés en Irak et raviver le conflit chiites-sunnites.

Influence iranienne : l’Iran est soupçonné d’exercer une grande influence sur le gouvernement et d’entretenir des milices chiites responsables d’attentats anti-américains. Washington les accuse de vouloir former « un gouvernement dans le gouvernement », à l’image du Hezbollah libanais.

Faiblesse et corruption des institutions : l’Irak n’a pas depuis deux ans de ministre de l’intérieur et de la défense, faute de compromis entre factions politiques. Le pays est l’un des plus corrompus au monde, selon Transparency International. Certaines provinces réclament un statut d’autonomie, à l’exemple du Kurdistan. L’armée sera incapable de défendre les frontières et l’espace aérien avant 2020, selon son chef d’état-major.

Pétrole : il n’y a toujours pas de loi régissant l’exploitation des ressources en hydrocarbures, première source de revenus du pays.

Problèmes sociaux : un quart de la population vit dans la pauvreté. La condition des femmes s’est nettement dégradée depuis 2003. L’Irak compte quelque 1,75 million de déplacés internes et réfugiés.

Séparatistes kurdes : le PKK turc et le PJAK iranien disposent de bases dans le nord irakien. Les armées turque et iranienne y mènent des opérations militaires.

Conflit avec le Koweït : les relations restent tendues depuis l’invasion de 1990, avec des contentieux sur les réparations et le tracé de la frontière. L’Irak accuse aussi le Koweït de bloquer son accès à la mer en bâtissant un port qui gênerait ses exportations de brut.

Socle idéal

Au total, le président Obama aura réussi à tenir ses promesses au Congrès, avec un retour de ses « boys » avant Noël, même si c’est sans triomphe, et si une partie de l’opinion américaine s’interroge : cela en valait-il la peine ? La majorité de la population irakienne semble soulagée, même si certaines communautés (sunnites, chrétiens) peuvent s’inquiéter pour leur avenir, notamment en termes de sécurité.

A Mossoul, lors de la fermeture de la grande base américaine, fin octobre, la foule brandissait des drapeaux irakiens, et des affiches : « Félicitations à la ville de Mossoul en ce grand jour qui a vu partir les dernières troupes d’occupation ».

Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, reconnaissait récemment qu’il ne pouvait compter au parlement sur une majorité accordant aux soldats américains l’immunité juridique à partir de l’an prochain (raison pour laquelle l’OTAN vient également de faire savoir qu’elle mettait fin à son opération de formation des militaires irakiens).

Si le gouvernement actuel de l’Irak, réputé faible et divisé, faisait face à une explosion de violence, il pourrait cependant demander l’aide de son protecteur américain qui restera un acteur de premier plan sur toute la côte sud du Golfe, notamment au Koweit.

L’ex-ambassadeur américain en Irak, Christopher Hill, exprime son appréhension [3] : le maintien d’une forme d’intervention pouvait-il forger cette alliance solide que les Etats-Unis espéraient alors même que le conflit a fait tant de victimes de part et d’autre, et vidé les coffres du Trésor américain ? « Nous pouvons déclarer que l’Irak est notre allié ; mais une invasion ne sera jamais le socle idéal pour une alliance ».

Notes

[1] Iraq Body Count, une ONG britannique, évalue les pertes civiles entre 103 775 et 113 680, au 30 novembre 2011.

[2] Fin 2010, les Etats-Unis avaient déjà dépensé près de 32 milliards de dollars pour la prise en charge des soins médicaux des blessés et le versement des pensions d’invalidité (dont les vétérans bénéficient à vie).

[3] Tim Arango et Michael S. Schmidt, « U.S. Scales Back Diplomacy in Iraq Amid Fiscal and Security Concerns », The New York Times, 22 octobre.

32 commentaires sur « Une guerre à mille milliards de dollars »

  • permalien Bert :
    19 décembre 2011 @20h44   »

    Le bilan humain et matériel est très minoré dans votre texte. Au moins ces chiffres ont ils l’avantage d’être globalement acceptés. Dès 2004, le Lancet estimait que 100 000 civils avaient perdu la vie directement ou indirectement à cause de l’invasion. Le calme relatif observé depuis 2008 fait oublier les violences des quatre années précédentes. En y ajoutant les handicapés et les grands blessés, les civils ont payé le prix fort pour leur libération. Il faut y ajouter les déplacements forcés, par exemple en pleine ville à Bagdad quand se sont formées les "barrières" communautaires entre les quartiers...
    80% des pertes US sont aussi concentrées sur la même période. Avec l’avènement du mercenariat comme armée supplétive, il faut y ajouter les 450 "contractors" tués depuis 2003.
    Les destructions sont immenses dès 2003. Najaf ou Nassiriyah ont été bombardé à l’artillerie lourde. Partout dans le pays, les bombardements ont détruit les canalisations, le réseau électrique, et de nombreuses installations civiles. L’utilisation de munitions chargées d’uranium appauvri est une menace réelle pour longtemps...
    Les musées et autres biens culturels ont été pillé. Certains sites ont servi de bases militaires, tel celui de Babylone (camp Alpha)...
    Une invasion basée sur des mensonges, violente et destructrice, une occupation militaire sanglante, avec l’aide de mercenaires, un retrait discret, et pathétique au regard de ces 8 dernières années. Rumsfeld se vantait, en 2004 ou 2005, qu’il "n’y aurait pas d’hélicoptère sur le toit de l’ambassade, cette fois ci", il avait raison...
    Quel gâchis...

  • permalien sarah :
    19 décembre 2011 @21h25   « »

    Cet article minimise largement les effets destructeurs et meurtriers de cette guerre pour le peuple irakien !

    Le chiffre de 100 000 victimes civiles n’est pas du tout crédible.
    En effet,de nombreux articles ont fait mention de plus d’un million de victimes irakiennes.

    A cela s’ajoute évidemment les centaines milliers d’orphelins,de veuves,des milliers d’enfants de rue,des centaines de femmes obligées de se prostituer pour survivre,des milliers d’enfants nés avec des malformations à cause de l’utilisation d’armes chimiques(notamment à Fallujah).

    A ne pas oublier dans ce désastre humain les millions de réfugiés irakiens installés en Jordanie ou en Syrie,les millions de déplacés internes.
    Sans oublier le pillage organisé du patrimoine culturel et historique de l’Irak.

    Alors à coté de ce chaos organisé par le petit Bush et son caniche Blair,les 4487 "victimes" américaines c’est vraiment de la petite bière !

    C’est un chiffre très bas par rapport à la guerre du Vietnam.

  • permalien ben ramden :
    19 décembre 2011 @22h51   « »

    l’invasion telle à éte mené du début jusqu’à la fin suscite chez l’observateur des interrogations profonde quant à la doctrine militaire americaine dans des theatres d’opérations différents(somalie’afghanistan).
    l’usage dispropotionné d’armes hautement sophistiquées face à des armée conventionnelles et peu entrainées.vouloir aussi causer le maximum de dégats chez l’adversaire afin de s’assurer de son aneantissement total et aussi l’effondrement psychologique de toute résistance armée contre l’occupent.
    l’armée americaine n’est pas faite pour occuper longtemps un terrain,c’est difficile pour elle de maintenir la mobilisation psychologique des soldats,qui a défaut d’une cause juste,préferent la débandade comme c’etait le cas en somalie ou ils ont été relevé par des toupes d’autres nationnalité qui ont mené les opérations avec beaucoup de succés.
    le cout de cette guerre de peu d’utilité,dépasse largement son coté financier,c’est l’echec d’une doctrine dont l’enjeu tient de l’affairisme et du sentationel ou des effets speciaux plus qu’aucune valeure chevalresque.
    les eléves de l’ecole de guerre,dans leur cours et simulations decouvriront certainement l’inanité d’une telle strategie,meme s’il emprunte quelques principes de napoleon,demeure au fond extremement berbare.
    l’autre aspect,le gaspillage:d’immenses fortifications a baghdad,autour des garnisons,des ministeres,de grandes piscines pour rafraichir les troupes de la canicule avec un couts exagérés.
    l’armée americaine veut changer LE M16,recours eventuel a l’industrie d’armement belge.pourquoi maintenant,cet arme qui trahissait le soldat americain face aux viets qui eux utilisait l’AK 47.
    en afghanistan l’enlisement semble totale et définitive,mais le retrait lui a éte décidé au moins un an aupravent,il n’est nullement fortuit.comme quoi en guerre il n’ya pas d’à peu pres.

  • permalien terranova :
    20 décembre 2011 @00h25   « »

    A QUI PROFITE LE CRIME , surtout pas au peuple americain , ce peuple finira par se reveiller et sortir de son guetto .

  • permalien K. :
    20 décembre 2011 @00h53   « »

    L’ex-ambassadeur américain en Irak, Christopher Hill, exprime son appréhension [3] : le maintien d’une forme d’intervention pouvait-il forger cette alliance solide que les Etats-Unis espéraient alors même que le conflit a fait tant de victimes de part et d’autre, et vidé les coffres du Trésor américain ?

    Oui, peut-être que si "le conflit" (l’agression criminelle)
    n’avait fait de victimes que du coté irakien et remplissait les coffres du Trésor américain, les Irakiens auraient accueilli avec joie (subi par force) une "alliance" (un asservissement par) avec les Etats-Unis.

    Sérieusement, comment peut-on citer les propos de Christopher Hill autrement que comme un exemple type du monde imaginaire dans lequel vivent les yankees ?

  • permalien ben ramden :
    20 décembre 2011 @00h54   « »

    au dela des dommages et de sequelles d’une guerre insensée et combien traumatisantes pour la postérité.ironie du sort,c’est le peuple irakien,qui a substitué une dictature sanguinaire par une barbarie sans precédent.il faudra peut etre,des genérations pour répértorier les dégats et les affres d’un tel cauchemar.
    apres l’evacuation,une minorité s’est emparer du pouvoir et jouit à elle seule des dividendes d’une véritable guerre de rapine.
    aujourd’hui,avec une souveraineté spoliée,les principaux protagonistes,acteurs sur la scéne irakienne:les israeliens au nord,avec leur ingenieurie,leures fameuses recettes de schotomiser un pays,riche non seulement d’hydrocarbures mais aussi de terres agricoles fertiles.des iraniens qui sont à l’oeuvre pour davantage de conquetes,revediquant leur part d’un éspace vital,qui croient leur revenir de droit.les turques,dont le role ne s’ecartent pas de ligne des etats unis.
    dans pareil situations,comment assurer la résurgence d’un etat irakien viable,d’une nation forte d’une armée nationale,garante de la souveraineté et de la continuité d’une nation séculaure ?
    difficile de prédire l’avenir de ce pays meurtri par tant de manigances et convoitises.
    peut etre est ce la faute d’une dictature,du fiasco de son projet politique,de son militarisme excessif et borné.
    que les dictatures en tirent profit,pour s’en remettre à la logique des temps modernes ou l’esprit stratégique compte plus que l’argent du pétroleet les contrats d’armes sous pression du lobby militaro-industriel.
    une guerre n’est jamais gagnée sur le papier,sans un front interieur bien soudé par l’excercice de la démocratie.
    la formation des officiers et cadres militaires,en qualité est indispensable.les militaires ne servent pas seulement à faire la guerre mais à faire la paix avec leur pays et travailler pour le bonheur de leur concitoyens.
    memoires d’officiers irakiens de l’armée de sadam.nous n’accepterons jamais le pardon de personne sauf celui du peuple irakien,quelle force et quelle justesse !

  • permalien K. :
    20 décembre 2011 @01h14   « »

    Une “colombe” c’est quelqu’un qui trouve qu’il ne "vaut la peine" de détruire massivement des vies et des biens que si la différence nette entre le retour d’investissement et le retour de bâton est positive.

  • permalien ben ramden :
    20 décembre 2011 @02h07   « »

    les questions sont simples.que s’est-il passé et pourquoi ?qu’aurait-il pu arriver ?pourquoi n’est ce pas arrivé ?
    GENERAL SIR JOHN HACKETT-la troisiéme guerre mondiale.

  • permalien D. :
    20 décembre 2011 @09h52   « »

    des centaines de « contractors » civils américains continueront d’écumer le marché de la sécurité privée

    CATHERINE LUTZ :

    the State Department mission in Iraq, as Amy pointed out, has the largest embassy on the planet, a $6 billion budget. Much of that is going toward the support of 5,500 security contractors.

  • permalien D. :
    20 décembre 2011 @10h06   « »

    L’armée américaine a compté jusqu’à 170 000 hommes sur le terrain

    Et presque autant de mercenaires... pourquoi est-ce que vous ne les comptez pas ?

  • permalien D. :
    20 décembre 2011 @10h24   « »

    Correction : presque autant de "sous-traitants", plus ou moins armés, sur le rôle desquels on pourrait s’attendre à en apprendre plus au lieu de moins dans un blog comme celui-ci.

  • permalien bloum :
    20 décembre 2011 @12h57   « »

    Peut être pas exhaustif, mais synthétique et bien écrit ! pour plus de précisions, il faudrait lire de nombreux autres articles...

    Ce format (blog) ne me semble pas le lieu pour répondre à toutes ces critiques (et attentes ? il me semble que non puisque chaque commentateur critique à l’air d’être déjà bien informé !). Par ailleurs cet article n’a clairement pas la prétention d’être un article de fond, il me semble du moins.

    Je trouve dommage que les précisions apportées soient faites sur un ton "belliqueux" sous couvert et couleur "d’indignation". Merci toutefois pour les précisions apportées par ces mêmes commentateurs, même si elles sont cités sans leurs sources...

    Merci au rédacteur du blog.

  • permalien
    20 décembre 2011 @20h21   « »

    @bloum
    exusez moi,c’est votre ton qui n’est pas pacifiste,que vous avez l’air un peu mal informé.en tout cas vous n’avez rien dit qui puisse éclairer les autres.sans doute belliqueux en critiquant l’invasion barbare des etas unis et la collaboration d’israel dans ce génocide caractérisé.comme il suffisait a cet entié raciste de mettre le doit dans l’océon pour le souiller complétement.
    alors que certains parlent de valeurs chevalresque,certains parlent affaire les fameux fauteurs de guerre qui s’enfichent carrément des autres.si c’est faire la guerre pour détruire l’ame d’un peuple aussi fier et noble est pour certains un veritable exercice d’adrénaline. qu’en disent,les bonnes conscience de ce monde.
    les troupes americaines.exigent une immunité juridique,pourquoi faire,se dérober de leurs consciences ?
    moi en tout cas,je n’y crois pas,zero mort et toute la propagande monsongére.au moins les somaliens,la garde nepalaise,les pachtounes se battent avec honneur mieux que ces GI’s superentrainés mais sans ames.
    qui explique mieux la faillite d’une doctrine militaire que d’avoir recours à des mercenaires,pas le brin d’une charité.
    on oublie souvent,que les militaires sont comme les alpinistes,tout simplement parcequ’ils ont du caractere.

  • permalien ben ramden :
    20 décembre 2011 @22h30   « »

    a signaler ce poste est de ben ramden.

  • permalien D. :
    21 décembre 2011 @15h21   « »

    @bloum,
    M. Leymarie,

    Une rapide revue de presse suffit pour avoir une "vue synthétique du conflit"---ou en d’autres termes un bilan comptable des canons, verni de nov-neutralités comme

    même si [...] une partie de l’opinion américaine s’interroge : cela en valait-il la peine ?

    Il me semble que les critiques sur ce blog proviennent de la frustration légitime d’y trouver trop peu, soit d’informations difficilement accessibles ailleurs, soit d’analyses personnelles et originales.

    Bonne continuation

  • permalien
    21 décembre 2011 @21h46   « »

    certainement une seule vie humaine coute plus qu’un milliard de dollard’qu’elle soit celle d’un américain ou d’un irakien.une guerre c’est une guerre,elle comporte toujours de ravage directes ou indirectes,laisse des traces idelébiles.sur ce blog,il n’ya pas que l’avis de l’expert qui compte,meme le néophyte peut émettre son avis,mais quand on accuse les autres de néophytes on tombe aussi dans les travers de spécialistes néophytes et maladroit aussi.toujours dans une guerre,ou il n’ya jamais de vainqueurs et de vaincus,ilya seulent un nombre dérisoire de gens qui en profitent plus que la majorité écrasante,la chair à canon de politiques vereux.
    ceux qui justifient une guerre,lui donnent des titres,ou adoptent le silence complice,sont des gens arrogants et poltrons ils n’ont jamais passé par un parcours de combat.nous nous sommes pas dans un cours de géographie appliquée,ou entrain de faire des simulations ;loin de toute polémique stérile,on analyse tout simplement les retombées néfastes d’une guerre et son cout financier n’est plus ni moins.certains le font à leur maniere,d’autres inventent des pretextes pour bloquer le debat avec préméditation.

  • permalien Crypteb :
    22 décembre 2011 @15h24   « »
    L’Irak détruit, Bush, de père en fils, sont à juger

    Une guerre mensongère, dites-vous, quatre ans après la destruction de l’Irak. N’est-ce pas là un déni d’Histoire !

    Tout le monde le savait, après la publication du rapport réalisé par un Américain de surcroit, avait conclu, en son temps, au mensonge d’État mais vite étouffé par Bush & Cie.

    Bien sûr, l’Irak détruit, la France ayant activement participé à la forfaiture, il est aujourd’hui commode de dire que ce fut une guerre de cow-boy à mille milliards de dollars... Là également, la justice internationale ne se saisit pas de crime contre l’Humanité pour juger les Bush, père et fils.

    Le Droit international humanitaire est pour les pauvres, (Les damnés de la terre !). On s’attèle à juger des Chefs d’États africains déchus ou battus lors d’élections tout aussi rocambolesques que le style des dictateurs poursuivis par la TPI.

    Rendant hommage, cependant, au Groupe Le monde et Le monde diplomatique en particulier, de revenir sur ce crime d’États (au pluriel) que fut la destruction de l’Irak car, avouons-le, c’était le Grand Irak qu’on visait, et non le dictateur Saddam.

    En cela, Bush de père en fils, ont commis un crime. Ils doivent être jugés pour cela.

  • permalien Kely Malaza :
    22 décembre 2011 @18h42   « »

    Un million de morts ? Un pays ravagé et détruit ? Milles milliards de dollerds partis en fumé ?
    C’est dingue que les criminels tels que les Bush, Chéney, Rumsfeld, Powell, Condoleezza Rice, Gate...et j’en passe restent impunis. Et on nous chante, tous les jours de droit de l’homme, de TPI et de crime contre l’humanité quand un dirigeant faible d’autre continent et en dehors de l’Occident commettent des crimes.
    Philippe, je t’adore et je suis un fidèle lecteur de ton blog, mais dans vos rédactions, je regrette profondement que vous ne mentionnez jamais qu’envahir, détruire ce pays et tuer des millions de personnes sous des prétextes fallacieux c’est un crime et ces criminels devraient passer devant le TPI. (même si leur pays na pas signer la convention)
    Merci et à bientôt
    Guy Vincère

  • permalien morse89 :
    23 décembre 2011 @11h58   « »

    Plutôt 1 million de morts civils, bien sûr, dont les morts innocents dûs à l’embargo terrible décrété pendant une dizaine d’années par la coalition d’Etats menée par les Etats occidentaux, dont la France. C’était dans les années 1990 jusqu’au déclenchement de la 2ème guerre d’Irak de Bush fils et sa clique d’assassins de masse.
    Rappelons-nous que Bush père avait menacé le gouvernement Irakien de ramener l’Irak "à l’age de pierre" s’il ne "collaborait pas" avec les Occidentaux et leur prétendue défense des libertés et de la démocratie.
    Le décompte des morts adverses est bien sûr falsifié par cette coalition de menteurs, qui, par compte, décomptent un par un et jour par jour le moindre soldat US et coalisé ainsi que les blessés (voir le site icasualties).
    On oublie aussi que cette guerre a permis aussi d’expérimenter la division communautaire planifiée pour éviter un sursaut nationaliste du peuple face à l’invasion de l’Irak. Depuis, quand le 1er choc militaire de la 2ème guerre d’Irak a commencé à faiblir, quelques attentats commandités par des services spéciaux sur certaines mosquées et certains pélerins ont lancé une féroce guerre civile et religieuse.
    C’est le principal point d’appui de la nouvelle stratégie US/UK/France au Maghreb/ Afrique, au Moyen Orient, en Afpak et alentours avec leurs alliés d’Al Qaida : créer des foyers d’insurrection "démocratico-révolution orange coachés par des combattants salafistes déguisés Al Qaida pour déstabiliser toutes ces régions. Le but ultime est la Chine et La Russie à moyen terme.
    Ce qui se passe actuellement en Syrie est particulièrement révélateur : qui sont réellement ces insurgés, qui est maître du décompte et de l’identification exacte des morts ? la propagande de Bachar El Assad, si elle existe, fait-elle le poids face à l’énorme machine de propagande occidentale, encore bien plus massive et affûtée qu’au temps des "armes de destruction massive" servies par Colin Powell ?

    Il est évident qu’il faut condamner pour crimes de guerre les Bush père et fils, Tony Blair et tout ceux qui ont participé au plus haut niveau à cette escroquerie intellectuelle, cette énorme machination et ces crimes de masse (Abou Ghraib, Fallouja, etc...). Je pense sérieusement que par équité, et pour la pédagogie élémentaire de l’histoire, une pendaison filmée de tous ces acteurs ne serait pas déplacée, suite à un jugement de type Nuremberg.

  • permalien morse89 :
    23 décembre 2011 @13h32   « »

    La Syrie (ses services de sécurité) a été attaquée, je viens juste de l’apprendre, dans 2 attentats ciblés montés et organisés par qui à votre avis ?
    La Syrie, pays à résonances historiques profondes tout comme l’Irak, est le pays qu’il faut détruire et diviser éternellement selon la doxa "démocratique" US/Israel/Euruk pour avoir les mains libres face à l’Iran.
    S’approprier les richesses n’est pas le seul but de ces nations sous drapeau US/Israel/Euruk assoiffées et apeurées, il faut démanteler le panarabisme et/ou le panislamisme, diviser, détruire, diviser, instaurer le coca cola, les motels, twitter, les séries soi-disant "cultes", les "autoroutes de l’information", la belle vie partout, quoi !!!
    Juste après,si le coup monté contre la Syrie réussit, les services spéciaux s’occuperont de l’Iran, puis du Pakistan et surtout des pays alentours, objets de toutes les convoitises, "gouvernance "mondiale oblige.
    Pour l’instant, il s’agit surtout de faire rentrer dans les têtes encore non convaincues que c’est un point de non-retour, comme après le 11/09/2001.

  • permalien Nathan :
    23 décembre 2011 @14h56   « »

    morse89 : 23 décembre @13h32

    S’approprier les richesses n’est pas le seul but de ces nations sous drapeau US/Israel/Euruk assoiffées et apeurées, il faut démanteler le panarabisme et/ou le panislamisme, diviser, détruire, diviser, instaurer le coca cola, les motels, twitter, les séries soi-disant "cultes", les "autoroutes de l’information", la belle vie partout, quoi !!

    N’oubliez pas les ordinateurs sans lesquels vous seriez encore en train de taper votre propagande en morse ou avec un silex.

    Les attentats de Damas viennent à peine d’avoir lieu que morse89 sait déjà qui a fait le coup. C’est fort ! Très très fort ! Les moukhabarats auraient intérêt à engager un fin limier comme celui-là.

  • permalien morse89 :
    24 décembre 2011 @14h18   « »

    Nathan
    Vous lisez, vous vous informez, vous passez au crible l’information mainstream ,ou quoi ? réveillez-vous, vous semblez complètement dans les vapes ! le monde n’est plus comme en 67 au temps de la guerre des 6 jours et vous semblez encore enlisé dans cette époque.
    Bon sommeil...

  • permalien Libéral et libre :
    25 décembre 2011 @09h46   « »
    Une guerre juste à mille milliards de dollars

    Une guerre juste initiée par un président américain qui fut réélu par le peuple et à laquelle participèrent la quasi totalité des démocraties du globe, ce que la gauche tente sans cesse de masquer. Une guerre qui a mis fin à une des pire dictature de la planète. Une guerre menée pour la démocratie par nos amis et alliés américains, malgré l’arrogance et la folie de Chirac-Villepin. Une guerre qui a libéré l’Irak, une guerre qui fut un exemple pour le "printemps arabe"

  • permalien morse89 :
    25 décembre 2011 @12h35   « »

    Libéral et libre
    Lamentable et sans commentaire.....

  • permalien Wilmotte Karim :
    25 décembre 2011 @14h32   « »

    Au milieu d’un fatras de bêtise.

    "une guerre qui fut un exemple pour le "printemps arabe""
    Source ?

  • permalien sarah :
    25 décembre 2011 @19h27   « »

    @ libéral et libre :

    Un cerveau trop disponible pour de Jean- Pierre Pernault ?

    Ou un jeune humoriste qui se lance ?

  • permalien sanny :
    26 décembre 2011 @20h20   « »
    Un journalisme qui s’auto-censure

    Comment peut-on faire le calcul des couts d’une guerre sans tenir compte de ce qu’elle a rapporté ? Pour moi, c’est un dénis total de la réalité et preuve d’un journalisme qui s’auto-censure à longueur des journées. Tout simple, il faut juste tenir compte des + et des - pour trouver les couts. +(contrats pétroliers, contrats d’armement, de reconstructions, ces milliards de dollars d’argent irakiens du programme "nourriture-pétrol" rapatrié en Amérique,...etc.

    De plus, comment fait-on pour connaitre le nombre des morts dans un pays tj en guerre ? Tout simplement impossible. Belle effort de rédaction mais pardonne moi, ces chiffres c’est du n’importe quoi.

  • permalien Shanaa :
    3 janvier 2012 @11h09   « »

    Les guerres du golfe ont surtout beaucoup couté aux irakiens ! Ces derniers continueront de souffrir et de mourir pendant des decennies à cause de l’uranium appauvri.

  • permalien Salem L :
    3 janvier 2012 @15h07   « »

    Guerre à 1000 Milliards !
    Qui a payé et qui va rembourser ! sans doute celles qui parmi ces Monarchies du Golfe désignaient du doigt le danger pour leur sécurité que représenterait Saddam allant jusqu’à lui octroyer des armes de destruction massive qu’il n’a jamais possédé ! Autant hier, l’unité de ces populations (Kurde, Chiite , Chrétienne et Sunnite) imposée par le feu était peu enviable autant elle est catastrophique aujourd’hui . lorsqu’on connait la haine viscérale que se vouent ces communautés, il y’a fort à parier que le pays va éclater au moins en 3 provinces ! Cette stratégie d’eclatement de certains pays est vieille, hier le Soudan, demain d’autres pays ou la mauvaise gestion, les denis de toutes sortes et surtout la pauvreté, si ces pays devaient continuer à etre gérés par des énerguménes, il vaut mieux cette éventualité que d’avoir à subir leur injustice !

  • permalien kofman :
    3 janvier 2012 @15h14   « »
    Eternels impunis

    La vraie justice pourra-t-elle s’installer un jour ? l’IRAQ détruit,paralysé devra reapprendre à vivre. Sous de pretextes fallacieux, mensongers et grossiers, Bush père et fils et alliés ont fini par s’assujetir un pays tranquile quoique son dirigeant fut un dictateur. Le nombre d’irakiens tués par SADDAM HUSSEIN n’est visiblement rien en comparaison de ce que Bush et cie ont causé. Qui mérite donc d’etre jugé ? Qui a vraiment maltraité le peuple paisible d’Iraq ? Pourqoi les juridictions internationales ne s’autosaisissent-elles pas ? c’est justement parce que ceux qui les controlent ne peuvent pas se faire Hara-kiri ! Qui pourra les arreter ? qui oserait leur dire le contraire ? c’est eux "la norme" qui tous doivent suivre. A quand la vraie justice ? Qui rendra justice aà tous ces orphelins, ces veuves, ces désormais enfants de la rue, ces miliers de chomeurs, ces entreprises fermées, ce pays balafré ???

  • permalien Sergi181 :
    25 janvier 2012 @18h15   « »

    J’aime bien cette détermination guerrière accréditée sous de fallacieux prétextes pour détruire un pays, tuer sa population, saccager ses équilibres internes sans que les gens du pays concernés n’aient leur mot à dire puisqu’ils sont sous la menace des blindés et bombardiers tirant des obus et missiles avec de l’uranium appauvri qui laisse des traces

    J’aime cette somme folle de mille milliards de dollars payés sur les impôts des citoyen-ne-s et donc pris sur les budgets publics des Etats-Unis of America, avec leurs 50 millions de citoyens vivant sous le seuil de pauvreté

    J’aime cette destruction au nom d’idéaux lardés des mots Liberté, Démocratie, Droits de l’Homme, Coopération.......

    Pensez-vous qu’à la suite de ce retrait et compte-tenu des rapts, détentions arbitraires avec tortures dans divers pays amis et centres clandestins de détention, des poursuites pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité contre Bush et consorts seront engagée par l’ONU devant les diverses cours pénales ?

    Maintenant des bruits de bottes contre l’Iran ? On continue donc les jeux de guerres ?

    Coucou ! A quand l’utilisation d’armes nucléaires tactiques ou tictac ou tactac ! Allez démocraties arbitraires rengagez-vous, hue dada ! l’armée de chômeurs est fine prête pour la guerre en temps de crise ! oui, oui, vive la crise ! et vive la guerre !

    Ah dieu que la guerre est belle contre les infidèls !

    Iran, Corée du Nord, Cuba, Thibet.......etc

    Affreux, sales et méchants.........

    A la guerre, à la guerre, tralali lalère !

  • permalien K. :
    14 février 2012 @17h28   «
    Une guerre à mille milliards de dollars... il y a deux mois

    Mise à jour : 1003 milliards.

Ajouter un commentaire