Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Les préjugés « ordinaires » d’un écrivain israélien

Les préjugés « ordinaires » d’un écrivain israélien

mercredi 4 janvier 2012, par Alain Gresh

A. B. Yehoshua est incontestablement un grand écrivain israélien. Mais, bien qu’ayant soutenu et la guerre contre le Liban en 2006 et l’invasion de Gaza il y a trois ans, il prétend appartenir au « camp de la paix ». De la paix des cimetières, faudrait-il préciser. Car sa pensée est fondamentalement coloniale, ne concevant l’Autre, le Palestinien, que comme profondément différent.

Dans une libre opinion publiée par le quotidien Haaretz le 2 janvier et intitulée « An unwelcome intro to the binational state », il veut répondre à Avraham Burg, l’ancien président du parlement israélien, et sans doute l’une des plus courageuses personnalités du pays. Celui-ci écrivait, dans « Now it’s your turn » (Haaretz, 23 décembre), qu’il n’existerait demain qu’un seul Etat entre la Méditerranée et le Jourdain et que celui-ci serait aussi peu démocratique qu’Israël aujourd’hui.

« Même si, parmi nous, beaucoup croient qu’il est possible d’empêcher la création d’un tel Etat par des mesures politiques énergiques, il faut pourtant s’y préparer, à la fois intellectuellement et émotionnellement, tout comme nous nous préparons à d’autres situations d’urgence. L’objectif de cette préparation est de garantir qu’un Etat binational ne sapera pas la structure démocratique d’Israël, et ne détruira pas complètement l’identité collective juive-israélienne qui a pris forme au cours des dernières décennies.

L’avènement d’un Etat binational ne serait pas seulement dû aux agissements d’Israël, mais serait également le résultat de la coopération silencieuse des Palestiniens, tant à l’intérieur d’Israël qu’au-delà de ses frontières. Même les membres pragmatiques du Hamas veulent entraîner Israël, comme une première étape, vers une telle éventualité.

(...) « Pour le peuple palestinien, un Etat binational dans l’intégralité du grand Israël est une meilleure option que le morceau de Palestine haché et découpé qui pourrait être arraché des griffes d’Israël après beaucoup de peine et de sang ».

« Grâce à la puissante économie d’Israël et ses liens étroits avec l’Occident, un Etat binational, même à moitié démocratique, pourrait promettre aux Palestiniens une vie meilleure et plus sûre, et (surtout) un territoire plus vaste que celui qui pourrait être obtenu après des dizaines d’années de campagne menée avec l’objectif d’obtenir toute la Palestine.

(…) Cette vision d’un Etat binational explique peut-être l’obstination de l’Organisation de libération de la Palestine, à la fois au sommet de Camp David en 2000 et pendant les négociations entre l’Autorité palestinienne et le gouvernement Olmert. Elle pourrait aussi avoir influencé la position de l’Autorité palestinienne au cours des derniers contacts avec le gouvernement israélien actuel, une position destinée à empêcher l’émergence d’une véritable solution. »

Ah bon ? On sait que selon la propagande israélienne, au sommet de Camp David de 2000 entre Ehud Barak et Yasser Arafat, le premier ministre israélien avait présenté une offre généreuse que les Palestiniens auraient rejeté. Pourtant, les mémoires de la plupart des protagonistes — y compris américains — publiées depuis confirment qu’il n’en a rien été. Que Barak n’a jamais proposé de rendre même 95 % des territoires occupés. Qu’il avait décidé, avant même le sommet, de faire porter la responsabilité d’un échec prévisible sur Yasser Arafat. C’est Barak qui a inventé l’idée qu’il n’y avait pas de partenaire palestinien pour la paix (lire « Le “véritable visage” de M. Ehoud Barak », Le Monde diplomatique, juillet 2002). Yehoshua peut-il ignorer tous ces témoignages ? Peut-il ignorer la responsabilité de Barak, qualifié à juste titre par Uri Avnery de « criminel de paix » ?

Quant aux négociations entre Mahmoud Abbas et Ehud Olmert, on nage aussi en pleine propagande israélienne. Je renvoie Yehoshua au journal, très instructif, d’un des négociateurs palestiniens, Ziyad Clot : Il n’y aura pas d’Etat palestinien, Max Milo, 2010.

A moins que l’intransigeance de la direction palestinienne corresponde, pour Yehoshua, au fait de ne pas accepter que les 22 % de la Palestine historique qu’elle réclame soient encore amputés, que l’Etat palestinien n’ait aucune souveraineté, ni sur son espace aérien ni sur ses frontières, bref, que ce soit un simple bantoustan.

Mais le meilleur est à venir. L’écrivain affirme que cette volonté des Palestiniens d’avoir un Etat binational « explique aussi la passivité sinon incompréhensible des Palestiniens quant à l’organisation de protestations civiles et non violentes contre les colonies. Peut-être cela explique-t-il qu’ils restent dans leur lit quand des voyous brûlent leurs mosquées ».

Mépris ? Impudence ? Ignorance ? L’écrivain ne connaît-il pas l’histoire de la première Intifada (non violente) ou celle de la seconde, souvent armée ? Ont-elles réussi à stopper la colonisation ? Quant à parler de Palestiniens qui dorment pendant que des voyous brûlent leurs mosquées, c’est oublier que les colons bénéficient de la protection de l’armée, qu’ils sont souvent armés et n’hésitent pas à tuer – pendant que Yehoshua écrit ses chroniques dans Haaretz...

Et l’auteur de conclure que, si l’on veut éviter cet Etat binational, il faudra « persuader les Palestiniens de se mobiliser » pour cette solution à deux Etats. Le problème du colonisateur est de toujours rejeter sur le colonisé la faute : celle d’être arriéré, celle de ne pas se mobiliser selon les normes qu’il fixe, celle de dormir dans son lit douillet.

Saint-Denis, vendredi 6 janvier

Dans le cadre de l’appel « 2012, pour un printemps des quartiers populaires ! », le Collectif des musulmans de France (CMF) organise une conférence-débat à la Bourse du Travail de Saint Denis (93) le vendredi 6 janvier à partir de 19 heures sur le thème : « Le réveil arabe et nous ? ».

avec Tariq RAMADAN, Alain GRESH, Sofiane MEZIANI, Nabil ENNASRI, Fadela El Miri...

Paris, samedi 7 janvier

Université populaire à Paris
Islam, islamisme, islamophobie : quelles connaissances, quelles instrumentalisations

Séance 1 : Islam, une introduction, avec Abdellatif Idrissi (Université Montpellier III) ;

Séance 2 : Qu’est-ce que « l’islamisme » ?, avec Alain Gresh, journaliste ;

Séance 3 : Islamophobie(s), avec Nilüfer Göle (Directrice d’études à l’EHESS).

Twitter

J’ai un compte Twitter. Il permet de transmettre des informations et des liens que je ne peux signaler ici. Et aussi des débats auxquels je participe.

145 commentaires sur « Les préjugés “ordinaires” d’un écrivain israélien »

0 | 100

  • permalien Orangerouge :
    4 janvier 2012 @19h19   »
    Les propos calmes et déterminés d’un résistant français et palestinien : Salah Hamouri

    Son interview est ici : http://www.npa2009.org/content/inte...

    Les Français peuvent être fiers d’avoir un tel compatriote : la mesure et le calme de cet homme qui a subi, et subi encore, la plus totale des injustices force le respect.

    Cette interview nous donne aussi des informations sur les conditions de non-vie dans les prisons de l’état raciste israélien.

    Salah parle français avec l’accent de là-bas, contrairement à l’imposteur soldat de l’armée raciste israélienne qu’on a voulu nous imposer comme compatriote sans qu’il soit capable d’articuler un mot dans notre langue.

    Honte aux institutions françaises (et aux partis PS et UMP) achetées par Israël et qui défendent des criminels israéliens plutôt que les français agressés et emprisonnés par Israël (Salah mais aussi plusieurs journalistes français et plusieurs militants français qui ont été arrêtés, emprisonnés, ou blessés par des soldats israéliens sans que les autorités corrompues françaises n’interviennent).

  • permalien K. :
    4 janvier 2012 @20h18   « »

    L’impunité crée du délire.

  • permalien Deïr Yassin :
    4 janvier 2012 @20h56   « »

    A.B. Yehoshua avait le nez à fond dans la Ziocaïne en écrivant ce Op-ed. On ne sait même pas par où commencer, tellement qu’il raconte des conneries. Ceci mérite quand même "la chaussure du mois" :

    "Unlike their brethren in Syria and other Arab states - who, bare-chested, confront army bullets fired by their own compatriots, the Palestinians, passively watch accelerated settlement constructions ;..."

    Cela doit être la myopie du sionisme libéral dont A.B.Yehoshua est un spécimen et le Mur d’Apartheid qui l’empêche de voir ce qui se passe de l’autre côté. Il n’a pas entendu parler de Mustafa Tamimi ou ces autres 2O Palestiniens tués rien qu’en manifestant contre le Mur ?

    Il devrait lire "Today in Palestine" qui vous donne le vertige - et la haine - quotidiennement :
    - www.mondoweiss.net/2012/01/3...

    Pathétique, et cela se veut intellectuel.

  • permalien Yvan :
    4 janvier 2012 @21h31   « »

    « Mais, bien qu’ayant soutenu et la guerre contre le Liban en 2006 et l’invasion de Gaza il y a trois ans, il prétend appartenir au « camp de la paix ». »

    Qui, en Israël, prétend appartenir au "camp de la guerre" ?

    Pour le reste, c’est le blabla sioniste habituel, y compris jusque dans la supposée nonchalance palestinienne, qui leur aurait dictée la "faute originelle" de ne pas pas valider la résolution 181.

  • permalien K. :
    4 janvier 2012 @21h35   « »

    @ Deir Yassine,

    Dans l’échelle de valeur sioniste, Yehoshua est un graaannnd humaniste.

    Un bon Ethiopien [juif] est un Ethiopien mort

    http://www.jpost.com/Headlines/Arti...

  • permalien K. :
    4 janvier 2012 @22h06   « »

    Pour bien situer l’échelle de valeur sioniste :

    La "Doctrine Dahiyé" a été developpée par Asa Kasher, un philosphe de l’université de Tel Aviv.

    http://twitter.com/# !/MaxBlumenthal...

  • permalien Laurent Szyster :
    5 janvier 2012 @06h09   « »

    @Alain Gresh,

    Relisez les deux articles cités.

    Avraham Burg écrit qu’un état binational démocratique est une solution souhaitable au conflit israélo-palestinien, car le partage entre deux états n’est pratiquement plus possible.

    A.B. Yehoshua ne nie pas que les faits établis plus une majorité paradoxale d’extrêmistes et d’attentistes dans chaque camps peuvent mener à l’impossibilité du partage entre deux états pour deux peuples.

    Le premier souhaite abandonner la solution de deux états, le second croit qu’il est encore possible d’y parvenir par l’action de ses partisans dans les deux camps.

    Voila le grand débat à gauche, en Israël.

    Yehoshua et Burg rattachent leur projets politiques différents à la même réalité objective, que vous contestez avec une indignation maximum et donc l’inévitable accusation de racisme.

    Mépris ? Impudence ? Ignorance ? L’écrivain ne connaît-il pas l’histoire de la première Intifada (non violente) ou celle de la seconde, souvent armée ? Ont-elles réussi à stopper la colonisation ? Quant à parler de Palestiniens qui dorment pendant que des voyous brûlent leurs mosquées, c’est oublier que les colons bénéficient de la protection de l’armée, qu’ils sont souvent armés et n’hésitent pas à tuer – pendant que Yehoshua écrit ses chroniques dans Haaretz...

    Et l’auteur de conclure que, si l’on veut éviter cet Etat binational, il faudra « persuader les Palestiniens de se mobiliser » pour cette solution à deux Etats. Le problème du colonisateur est de toujours rejeter sur le colonisé la faute : celle d’être arriéré, celle de ne pas se mobiliser selon les normes qu’il fixe, celle de dormir dans son lit douillet.

    Désespérante Propalestine, toujours prête à se battre jusqu’au dernier ... depuis une chronique au Monde Diplomatique. Pathétique éruption qui vous fait passer à mille lieues du débat entre MM Burg et Yehoshua.

  • permalien babelouest :
    5 janvier 2012 @08h39   « »

    @ Laurent Szyster
    "Pathétique éruption qui vous fait passer à mille lieues du débat entre MM Burg et Yehoshua."

    Ce débat est-il nécessairement le bon ? Bien que suivant l’affaire depuis longtemps, je n’oserai prendre parti. Entre cet échange de bons arguments, et la réalité du terrain, il se pourrait que s’ouvre un gouffre. Je dis cela, parce que vu d’ici, l’impression est que loin de s’acheminer vers un compromis, les positions se cristallisent dans un refus réciproque de plus en plus violent. Et les exactions des colons font tout pour exacerber les ressentiments de part et d’autre : sachant que ces colons se savent soutenus de façon plus ou moins voyante par le gouvernement.

    Il est désespérant de contempler la disparité de moyens : que peuvent quelques cailloux contre les bouteurs blindés comme celui qui a délibérément écrasé Rachel Corrie ? Et pourtant, jusqu’au bout les Palestiniens ne lâcheront rien, sûrs de leur bon droit. Il n’y a même pas de dialogue de sourds. Il n’y a plus de dialogue.

  • permalien Noval :
    5 janvier 2012 @09h02   « »

    A.B. Yehoshua ?

    C’est bien cet écrivain qui en 2004, alors qu’Israël préparait un nouveau massacre contre les Palestiniens, a écrit qu’il s’agit d’ " une guerre de nettoyage " ?

    C’est bien le même A.B. Yehoshua qui en 2006, alors qu’Israël se préparait à perpétrer un nouveau carnage au Liban a écrit " Nous sommes enfin tombés sur une guerre juste" ?

    C’est bien A.B. Yehoshua qui, toujours en 2006 et alors qu’Israël procédait à des coupures d’électricité dans la bande de Gaza, écrivait que "les dyalisés n’en mouraient pas " ?

    C’est bien A.B. Yehoshua, ce prétendu expert de la mémoire juive, qui réclame à corps et à cris une frontière plaçant " le " Palestinien en Orient et " le " Juif en Occident ?

    C’est bien à ce personnage qu’ a été décerné en 2004 ( à Naples ) un " prix de la Paix " pour l’ensemble de son oeuvre ?

  • permalien simonius :
    5 janvier 2012 @11h25   « »

    Qu’elle charade , et c’est un ecrivain qui pense a cela ; un enfant a l’ecole maternelle trouverait une meilleure solution meme sans reflechir.

  • permalien Bertrand :
    5 janvier 2012 @13h01   « »

    C’est la première fois que je viens sur ce site.
    Je suis consterné par le déchainement de haine raciste et antisémite en provenance de personnes qui ne sont même pas partie prenante du conflit. Se rendent-ils compte qu’ils ajoutent de l’huile sur le feu ?
    Sont-ce des réactions qui illustrent le lectorat du Monde Diplomatique ? Si oui, il n’est manifestement ni très équilibré, ni très tolérant.

  • permalien Deïr Yassin :
    5 janvier 2012 @13h54   « »

    Il se peut que c’est la première fois que "Bertrand" vienne sur ce site. Par contre, nous avons l’habitude de lire ce genre de propos, suivant tous le même modèle (fourni par le Ministère de Propagande à Tel Aviv ?) :

    - l’accusation d’antisémitisme : je viens de parcourir les commentaires : aucun, mais aucun mentionne le mot "juif" et cela est donc de l’affabulation pure et simple de la part de "Bertrand", un pote à Lolo le mytho sans doute.

    - Parlant de "jeter de l’huile sur le feu", ici un petit "Best of" en deux-trois minutes de B’Tselem - qui fournit des caméras aux Palestiniens pour qu’ils puissent filmer les exactions des colons et de l’armée israélienne, et on voit justement un colon non pas jeter de l’huile sur le feu mais mettre le feu à un champ palestinien :
    - www.youtube.com/watch ?v=sEuk...

    Peut-être que "Bertrand" travaille déjà pour la Hasbara, sinon :
    L’Union Nationale des Etudiants Israéliens recrutent des étudiants payés 2.000 shekels par mois pour 5 heures de propagande hebdomadaire :
    - http://electronicintifada.net/blog/...

    Si vous êtes arabe, homosexuel ou appartenant à une autre ’minorité’, il y a aussi du boulot pour vous, directement chez Yuli Edelstein, l’ex-russe devenu le Goebbels israélien :
    - http://972mag.com/ultra-right-propa...

    Ce marché est en plein boom : ils pensent qu’à force de parfumer le cadavre on ne sent pas la pourriture....

  • permalien Laurent Szyster :
    5 janvier 2012 @14h09   « »

    @Deir Yassin,

    je viens de parcourir les commentaires : aucun, mais aucun mentionne le mot "juif" (...)

    Remplacer "juif" par "sioniste" ne change pas la nature des fantasmes de Orangerouge, K, Yvan et vous-même.

    Vous en faites d’ailleurs immédiatement la démonstration en reprenant le lieu commun rance du sombre complot médiatique "sioniste" ... que vous croyez déceler derrière chaque faits en contradiction avec votre délire "antisioniste".

  • permalien gloc :
    5 janvier 2012 @14h15   « »

    Laurent Szyster : Remplacer "juif" par "sioniste" ne change pas la nature des fantasmes de Orangerouge, K, Yvan et vous-même.

    Voilà des propos visant ouvertement à propager la haine raciale.

    Remplacer Laurent Szyster, par "troll de seconde zone" ne change pas la nature des fantasmes de Laurent Szyster.

  • permalien Noval :
    5 janvier 2012 @14h35   « »

    On dirait presque qu’un écrivain israélien sans préjugés est une catégorie qui n’existe pas.

    Pour n’avoir pas su laisser ses préjugés au pays, un certain Avi Lipkin qui, tout comme son homologue A.B. Yehoshua a le sionisme chevillé au corps, a été contraint de faire un détour par la case tribunal lors d’un déplacement en Suisse :

    http://www.journaldujura.ch/nouvell...

  • permalien Nathan :
    5 janvier 2012 @15h38   « »

    L’Etat binational, c’est un peu comme le monstre du Loch Ness. Tout le monde en parle, certains l’espèrent mais personne n’a la moindre idée de ce que à quoi il pourrait ressembler dans les faits, surtout si on y inclut le retour des réfugiés.

    Je suis allé écouter Burg il y a quelques années. Comme on dit en Belgique, il n’a pas inventé le fil à couper le beurre. Je ne compterais pas sur ce bonhomme pour avoir des idées claires sur la viabilité de cet hypothétique Etat binational.

  • permalien Salem L :
    5 janvier 2012 @15h47   « »

    Un Etat bi national dont les contours font partie de la cour des miracles et meme le morcellement géographique des territoires Palestiniens ne peut plaider pour un tel scenario . Nous ne comprendrons jamais les motivations des pays occidentaux a faire siennes les théses sionistes et reconnaitre le droit à tous les autres peuples de posséder une terre et le refuse aux Palestiniens !Les occidentaux ont une responsabilité dans cette tragédie et le dénouement doit etre l’une de leurs préoccupations.La guerre n’a rien donné et il y’a eu meme des accords de paix donc consensus entre les bélligérants et l’état de guerre se perpétue ! Pourquoi ces accords de paix n’ont pas survécu à leurs initiateurs ? Pourquoi les Israeliens ne disent pas clairement ce qu’ils veulent ? Parmi les intervenants sur ce blog pour ou contre les uns et les autres, y’at-il ceux qui connaissent ce que veulent les Israeliens ? A mon avis, personne !Si ce n’est cette fausse idée de voisins qui voudraient jeter les Israeliens à la mer comme du temps des Pharons pour d’autres raisons. Ces voisins ont sur les bras des problèmes urgents à régler au profit de leurs populations !

  • permalien Orangerouge :
    5 janvier 2012 @15h57   « »

    Les Israéliens veulent tout ce qu’ils peuvent obtenir. TOUT.

  • permalien X :
    5 janvier 2012 @16h21   « »

    Dénommé Nathan,

    L’Etat binational, c’est un peu comme le monstre du Loch Ness. Tout le monde en parle, certains l’espèrent mais personne n’a la moindre idée de ce que à quoi il pourrait ressembler dans les faits, surtout si on y inclut le retour des réfugiés.

    Pensez à votre discussion avec zyster concernant Jérusalem et dites nous votre solution.vous avez déjà admis que 67 est morte. Que rsete t-il le status quo ? L’aparthied éternel ?

  • permalien Cana :
    5 janvier 2012 @16h29   « »

    Comment se fabrique l’image du colonisé ?
    A.Gresh a le mérite de nous montrer encore une fois la fabrication à l’oeuvre de l’image de l’autre , le Palestinien qui non seulement serait fabriqué par la propagande sioniste comme "islamiste" donc terroriste , mais "diffusé" dans une littérature couronnée de succès(?) et bien pensante c’est à dire conforme à la pensée dominatrice et coloniale.

    L’image du Palestinen "passif" qui laisserait brûler la mosquée en laissant faire et en dormant dans son lit est remarquable par la violence symbolique qui ne cherche qu’une chose :"démembrer" l’image du résistant palestinien. Je rappelle que ce geste de démembrer a été réellement commis ( peut-être encore ?...) et mis en pratique par les soldats israéliens qui selon leur hiérarchie devaient "briser les membres" des Résistants Palestiniens. Jamais nous oublierons cette ténacité dans la lutte pour les droits humains depuis 3 ou 4 générations de palestiniens. Cette pratique de "casser"les corps mis à terre a été commise réellement à partir de la 1ére Intafada. Casser les mains et les poignets des enfants et des jeunes qui jetaient des pierres durant l’Intafada, tels étaient les ordres que les soldats exécutaient.

    Rappelons que la 1ere Intafada a été déclenchée après que A.Sharon -est allé profaner la mosquée Al Aqsa ( de mémoire , mais corrigez moi si je me trompe). A la même période commençait l’invasion du Liban.
    Ce même A.Sharon s’ampifrait de mezzés sur sa terrasse , pendant que se déroulait le crime contre l’humanité de Sabra et Chatila qu’il avait ordonné. Il végète maintenant dans son obésité comateuse.
    Une tombe vivante en chair nourrie de massacres d’innocents.
    Ce criminel devrait inspirer les "honorables" écrivains de la planète.

  • permalien Cana :
    5 janvier 2012 @17h20   « »

    précisions de quelque dates .
    En Septembre 1982 A.Sharon profane le 3éme lieu saint de l’Islam ( Al Aqsa). Une révotlte s’ensuit. Au même moment un garçon de 12 ans -Mohamed Al Durra a été assassiné.
    En septembre 1987 : La 1ere Intifada commence
    après le massacre de Sabra et Chatila ( 1982) au Liban. et après la publication d’images de "révoltés" palestiniens battus et humiliés par les soldats israéliens . La pratique de l’humiliation entre dans sa banalisation militarisée.
    En Septembre 2000 Sharon profane l’esplanade des Mosquées à Jérusalem. Avant l’occupation , la profanation.

  • permalien CdQat :
    5 janvier 2012 @18h27   « »

    @Nathan - Etat binational

    L’Etat binational, […] personne n’a la moindre idée de ce que à quoi il pourrait ressembler

    Regardez bien, vous allez le voir, car le prolongement de la situation actuelle amènera de fait un Etat binational.
    Ce qui est le pire cauchemar d’Israël !
    Alors pourtant que, de fait, Israël est le premier à soutenir ça, en prolongeant la colonisation. Car une fois arrivé au bout de la colonisation, que va t-il se passer d’après vous ? Vous aurez, de fait, un Etat binational à majorité Arabe. Même sans les réfugiés…
    Sauf bien sûr à imaginer l’inimaginable...

  • permalien Noval :
    5 janvier 2012 @19h13   « »

    Il fut un temps où A.B. Yehoshua, dans son immense mansuétude, sermonnait Abou Salam en ces termes.

    " Alors que " dans le monde moderne, des milliers d’hommes changent de résidence, non pas à une distance de 50 kilomètres mais de centaines de kilomètres, et peu se considèrent comme réfugiés ou comme déracinés " pourquoi toi Abou Salam et tes semblables, devraient-ils bénéficier du droit au retour ? Hein, pourquoi Abou ? "

    Une fable ? Que nenni ! Même pas une fiction ; une pure retape sioniste :

    http://www.liberation.fr/tribune/01...

  • permalien K. :
    5 janvier 2012 @20h32   « »

    Blague sioniste :

    « une femme a téléphoné à l’Institut de médecine légale Abu Kabir et a indiqué que son mari avait disparu depuis quatre jours », a déclaré Lieberman. « Elle voulait vérifier s’il avait, à Dieu ne plaise, terminé en salle d’autopsie. Le médecin lui demande comment il pourrait être identifié, et elle a répondu, "il bégaye." »

  • permalien K. :
    5 janvier 2012 @21h36   « »

    Israeli students to get $2,000 to spread state propaganda on Facebook Electronic Intifada. So how much is the State Department paying US students to spread our propaganda ?

    http://www.nakedcapitalism.com/2012...

  • permalien Noval :
    5 janvier 2012 @22h05   « »

    Interrogé par Marc Knobel, " Chercheur au Crif " (si, si, il paraît que ça existe ...), A.B. Yehoshua donne son point de vue sur la laïcité et ce, en réponse à certains commentateurs français qui d’après lui se demandent - si "un jour la question de la séparation de l’Eglise et de l’Etat sera à l’ordre du jour en Israël ".

    - A ce stade, un rire franc et massif est souhaitable ...

    Réponse de A.B. Yehoshua au " Chercheur du Crif " : Niet , " Israël n’est pas une théocratie mais une démocratie. Moi, je parle de séparer nationalité et religion. En Israël, des gens qui ont la citoyenneté israélienne ne reconnaissent pas leur identité (israélienne), je trouve cela terrible. ".

    http://www.crif.org/index.php?page=...

  • permalien X :
    5 janvier 2012 @23h49   « »

    Ce qui semble poser problēme aux sionistes c’est comme l’a écrit le dénommé Nathan :

    Le retour des réfugiés.

    L’Homme pour se distinguer des animaux sauvages et pour limiter les risques de conflits entre les hommes civilisés, a inventé LE DROIT. Sauf que, il semble que LE DROIT ne fait pas partie de la culture sioniste. Les réfugiés ont le droit de retour et à moins de renoncer à ce droit ils peuvent retourner chez eux. Le résultat est que dans le pays dont on parle les juifs sont minoritaires. Point.

  • permalien Laurent Szyster :
    6 janvier 2012 @00h45   « »

    Les commentaires s’enfilent.


    @gloc,

    Voilà des propos visant ouvertement à propager la haine raciale.

    Comprend pas. La haine des sots n’est pas un crime, les cons ne forment pas une race distincte, ce sont des hommes comme vous et moi.

    Enfin, quand je dis moi, c’est une façon de parler ...


    @Orangerouge,

    Les Israéliens veulent tout ce qu’ils peuvent obtenir. TOUT.

    Les gens sont méchants, la vie est injuste et on finit tous par mourir. Vite, un coupable à sacrifier pour le fruit sanglant de ce forum.


    @Cana,

    Oh, le verbiage pénible et poussif !

    A.Gresh a le mérite de nous montrer encore une fois la fabrication à l’oeuvre de l’image de l’autre , le Palestinien qui non seulement serait fabriqué par la propagande sioniste comme "islamiste" donc terroriste , mais "diffusé" dans une littérature couronnée de succès(?) et bien pensante c’est à dire conforme à la pensée dominatrice et coloniale.

    Alain Gresh est irrité par l’état de fait qui suscite le débat entre Burg et Yehoshua.

    L’acquiescement tacite de la population palestinienne au programme de Sari Nusseibeh rends fou le ténor de la Propalestine francophone.

    Refusant de débattre des faits, M. Gresh les réduits à des représentations coloniales.

    M. Gresh refuse de voir la réalité d’une capitulation palestinienne.

    Le Hamas est aussi divisé que le Fatah, l’ONU n’a pas plus d’argent à donner à l’UNRWA, la Ligue Arabe est occupée à gérer des crises autrement plus graves, l’Egypte est à dix mois de la banqueroute et la Turquie se rappelle qu’elle occupe un bout de Kurdistan.

    Les Saoudiens achètent des terrains à Jérusalem-Est, les bombes humaines sont dépassées. La chaine qatarie a mis sa rengaine "antisioniste" en sourdine, fini l’hémoglobine. Le successeur d’Erdogan réfléchira à deux fois avant de parier sur la Syrie et l’Iran.

    Les discours réjectionnistes subsistent, les séquelles de décennie de propagande délirante persistent mais, démocrates ou tyranniques, les gouvernements de la région sont prêts à excercer une pression maximale sur ... les Palestiniens.

    Regardez la page "Moyen Orient" à BBC News.

    Il y a deux ans elle référençait toujours un ou plusieur articles sur le conflit israélo-palestinien. C’était l’actualité permanente de la région, le seul vrai problème, son noeud, son centre, etc. Aujourd’hui on découvre subitement l’actualité des tortures, des discriminations, des massacres et de la tyrannie dans le Monde Arabe.

    Les gouvernements de la région ont déjà assez à faire chez eux. Le reste de la communauté internationale à une crise économique mondiale pour l’occuper. Et les Palestiniens ne veulent pas d’une troisième intifada.

  • permalien X :
    6 janvier 2012 @00h52   « »
    2012, l’année des kings ?

    En 2011, le monde s’est débarrassé de plusieurs dictateurs.
    M6, le président du comité Al Qods, regarde comme tout le monde Jérusalem se faire bouffer par les juifs, maison par maison. Je me demande ce qu’est ce comité.

    De l’autre coté Abdellah ii fait ce qu’il peut pour sabotter la réconcilliation palestinienne.

    Après Ben Ali Moubarak, Kaddafi je pense que le temps est venu pour M6 et A2 de passer à la caisse. Bientôt les révoltes vont se calmer en Syrie, il est grand temps qu’un autre pays prenne le flambeau et je souhaite que ce sera la Jordanie ou le Maroc. Faut pas casser l’ambiance.

  • permalien X :
    6 janvier 2012 @00h59   « »

    Zyster :

    M. Gresh refuse de voir la réalité d’une capitulation palestinienne.

    Supposons que vous ayez raison, c’est quoi la suite. Chambres à gaz ?

  • permalien X :
    6 janvier 2012 @05h28   « »

    Avec le peintemps arabe et ses implications géopolitiques, les palestiniens doivent et sont en train de revoir leurs stratégies de lutte contre l’apartheid sioniste.

    Pour le moment, et avant le 26/1 l’AP peut encore essayer de démontrer que les sionistes ne sont pas intéressé par la solution de 2 états. Après le 26/1 je pense que la clique à Abbas devra définitivement opter pour la réconcilliation avec le Hamas. C’est dans 3 semaines. Après il faudra tenir compte de :
    - L’axe iran-syrie-hezbollah est mort,
    - le régime Assad en Syrie est fini,
    - le régime des Ayatollah en Iran, avec les sanctions économiques est bientôt mort.
    - hezbollah a fait un mauvais choix en se mettant contre la révolution du peuple syrien.

  • permalien gloc :
    6 janvier 2012 @07h10   « »

    Laurent Szyster : Enfin, quand je dis moi, c’est une façon de parler ...

    Bah oui, parce que "la haine des gens intelligents" ça ne le fait pas...

    Dans votre exacerbation permanente des haines, qui ne veut vous faire entendre que juif quand on dit sioniste, qui fait des Russes des communistes, des Allemands des nazis, des musulmans des islamistes, des Français des colonialistes, et des Belges des héros d’histoires pour gens simples, où placez-vous les haredim et Intel ?, dans les sionistes ? dans les Juifs ? ... ou dans les judéo-sionistes ?


    Racontez-nous où va le sionisme, à part dans les murs, qu’ils soient des lamentations ou de sécurité... pour le judaïsme il n’y a pas de problème, nous savons qu’il est éternel.

    Au mieux vous dissiperez vos préjugés, au mieux seront vos jugements... même à l’emporte-pièce.

  • permalien Orangerouge :
    6 janvier 2012 @10h01   « »

    Les troupes yankee se postionnent en Israël :
    Actuellement je n’ai pas trouvé la nouvelle dans les médias occidentaux mais dans Russia Today et dans le Jerusalem Post.

    http://www.info-palestine.net/artic...

    http://www.jpost.com/Defense/Articl...

  • permalien Thomas Trib :
    6 janvier 2012 @10h30   « »
    Les arabes ’’israéliens’’

    La remarque de CdQat est très juste, avec le dynamisme des Palestiniens ’’de l’intérieur’’ (des arabes citoyens israéliens, mais sans les droits qui vont avec : pas le droit d’épouser une Palestinienne des territoires, propriété limitée etc...) l’état hébreu est déjà bi-national mais évidemment pas égalitaire.

    Voilà pourquoi les mouvements sionistes historiques (likoud comme travailliste) cèdent le pas au populisme de replis incarné par israel beitanou. La hantise du mouvement de Lieberman n’est pas la création d’un état palestinien mais plutôt leurs frères qui vivent en ’’Israël’’ et que ce parti rêve d’expulser...

    L’article d’Alain Gresch est incisif et insructif mais je ne comprends pas sa définition du colonialisme : ce n’est pas trouver l’autre différent qui constitue une attitude coloniale, c’est le considérer comme inférieur ou ’’mineur’’. Voilà le postulat colonialiste.

  • permalien Thomas Trib :
    6 janvier 2012 @10h52   « »

    @ Laurent Lyzster :

    Remplacez le mot ’’femme’’ par ’’fillette’’ et votre couple se transforme en délit. Pur sophisme, crétinerie totale ? Oui mais pas plus que de jouer sur l’ambiguité juif/sioniste. On ne choisit pas de naître juif mais on adhère au sionisme (quand bien même il y a une part d’acquis dans ce choix). Le racisme -et donc l’antisémitisme- porte sur les identités, non sur les idées.

    D’ailleurs l’histoire ne manque pas d’antisémites sionistes et de juifs critiques voir hostiles au sionisme...

  • permalien CdQat :
    6 janvier 2012 @13h47   « »

    @Thomas Trib : 6 janvier @10h52

    Le racisme -et donc l’antisémitisme- porte sur les identités, non sur les idées.

    En complément, encore faut-il, en préalable, faire la part des choses entre ce qui est sionisme, juif, et Israël. Si on peut défendre le droit de pouvoir critiquer les trois, il n’en reste pas moins que l’on ne parle pas de la même chose (au même titre qu’arabe, islam et baassiste ne définissent pas la même chose).
    Or, cet amalgame a verrouillé tout dialogue. En effet, pendant longtemps les juifs ont été rendus muets par l’exigence qui leur été faite de soutenir Israël, et les non-Juifs l’étant tout autant par la crainte de passer pour antisémite, il n’y avait alors aucun dialogue et une croyance que ces groupes étaient parfaitement uniforme. Or force est de constater que si on peut dire qu’Israël a été créée par le sionisme, tous les juifs ne sont pas israéliens ou sionistes.

  • permalien CdQat :
    6 janvier 2012 @14h27   « »

    On aurait envie de vous suivre, mais le réveil des masses arabes ne se voit qu’en Palestine. Dans les autres pays, à part les manifestations organisée par les pouvoir en place pendant l’opération de Gaza, pas grand-chose.
    Quand à l’hétérogénéité des peuples arabes, elle est beaucoup plus importante que celle d’Israël. En Israël, si les débats font rages (avec des noms d’oiseaux que nous qualifierions de raciste en occident), le suivisme est patent, pour une bonne raison : Israël a tout à perdre.

    Du coup, les arabes se sont toujours plus tirer dans les pattes entre eux que sur Israël
    2 exemples : le Kippour avec les jordaniens qui avertissent Israël des préparatifs, la Syrie qui arrête son assaut laissant l’Egypte sans couverture ; Et Camp David 1fait dans le dos des "alliés" arabes.
    Politiquement, les arabes avaient un moyen de pression formidable jusque dans les années 70 : le pétrole. Or celui n’a été utilisé que pour les besoins propres à chaque pays, jamais au profit de la cause des soit disant frères palestiniens.
    A l’inverse, les palestiniens semblent avoir toujours recherché le plus mauvais cheval pour les soutenir. Aller faire allégeance à Saddam Hussein en août 1990 est un parfait exemple de ces mauvais choix.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 janvier 2012 @19h20   « »

    Neturei Karta aussi pour un Etat binational.

    Après la hasbara habituelle (de la part de la journaliste) sur Ahmedinejad et le "disque raye".

    "Nous soutenons le projet des Palestiniens depuis la création de l’OLP en 1964. Ce pays doit être dirigé par une autorité palestinienne de la mer Méditerranée jusqu’au Jourdain. Nous ne soutenons pas l’idée de deux peuples pour deux Etats."

    Ce soutien vaut peut-être la peine de s’assoir à l’arrière du bus ...en attendant le Messie.

    - www.lepoint.fr/monde/ces-jui...

  • permalien Thomas Trib :
    6 janvier 2012 @19h57   « »

    @ CdQat :

    Je vous suis sur le triptyque juif/sioniste/israélien et les confusions (malheureuses) qui vont avec. Malheureusement, l’état d’’’Israël’’ -même en dehors de tout lien réel- est en train de devenir un élément central de l’identité juive, surtout dans les pays les plus laïques. Je pense tout simplement à ces épiceries casher toutes simples qui ne sortent plus la menorah (chandelier) pour les fêtes juives mais pavoisent leur boutique du drapeau de l’état hébreu.

    Vous avez également raison sur la terrible force centrifuge que constitue la ’’menace’’ palestinienne et au-delà arabe pour cimenter l’état sioniste. Justement, la paix, cette paix tellement revendiquée par les israéliens, n’est-elle pas la plus grande menace pour l’existence d’’’Israel’’ ?
    La grande différence, le fossé, reste que l’existence d’une nation arabe engendre le(s) baasisme(s) alors que c’est l’idée sioniste qui crée l’’’état des juifs’’ (pour reprendre l’appellation d’Herzl).

  • permalien K. :
    6 janvier 2012 @19h59   « »

    @ CdQat 6 janvier @14h27 « 

    ...la Syrie qui arrête son assaut [lors de la guerre d’octobre 1973] laissant l’Egypte sans couverture ;

    Selon G. Corm, l’objectif de Sadate était surtout d’amener les Etats-Unis à faire entrer l’Egypte dans leur giron, et les Syriens n’ont pas "arrêté leur assaut" mais ont été obligés de se replier suite à la contre-attaque israélienne.

    Georges Corm, "Le Proche-Orient éclaté", livre de poche Ed 2010 p.362 :

    Militairement, la conduite des opérations par l’armée égyptienne ne laisse aucun doute sur le caractère limité de la guerre qu’elle entreprend. Traverser le canal et ne plus bouger de sa rive orientale quoi qu’il en coute. (..)

    p.374 :

    Car les objectifs de cette guerre sont très limités (..) Aussi quand leur traversée se passe sans encombre et que les premières contre-offensives israéliennes sont repoussées avec succès, l’armée égyptienne n’a plus d’autre scénario. Elle attend le cessez-le-feu prête à passer la main au jeu diplomatique et politique. C’est pourquoi ele ne pousse pas son avantage en essayant d’atteindre les fameux cols de Milta et de Gidi à une cinquantaine de kilomètres du canal de Suez et qui ont une importance stratégique fondamentale pour la domination militaire du Sinai.

    Lorsque le 14 Octobre, l’armée égyptienne cherche à avancer, apparemment pour soulager l’armée syrienne qui est en retraite sur le front du Golan, il est trop tard. Le pont aérien avec les Etats-Unis fonctionne (..)

    Et ce serait plutot Sadate qui a ensuite fait cavalier seul diplomatiquement et politiquement.

    Quant au fameux "embargo pétrolier des Arabes", lire ici.

  • permalien K. :
    6 janvier 2012 @20h34   « »

    GC pp 368-69 :

    S’aliéner politiquement l’Occident du fait de cet embargo, qui n’en est même pas un vrai, est absurde, puisque l’objectif premier est d’en terminer avec tout le contentieux israélo-arabe, pour asseoir sur des bases solides l’intégration culturelle et économique du Proche-Orient à l’Occident capitaliste. (..)

    Dès le mois de décembre [1973], le président Sadate fait savoir aux Américains qu’il se fait fort d’obtenir la levée de l’embargo. Au cours du mois de janvier, il ne cessera d’exercer à ce sujet des pressions de toutes sortes sur les pays pétroliers.

    La levée ne sera annoncée offciellement que le 18 mars à une réunion des pays arabes exportateurs de pétrole tenue à Vienne, après l’accord de désengagement militaire israélo-égyptien signé le 18 janvier 1974, mais avant celui du désengagement syro-israélien. La Syrie a donc été lachée au milieu du chemin. (...)

  • permalien Haskeh Falastine :
    6 janvier 2012 @21h32   « »

    Vu le passé de Burg dont plusieurs générations d’ascendants sont nés en Palestine, eux, il est certainement connaisseur et admirable de néo-clairvoyance.

    Mais que pense chacun des intervenants ici de la position et de la pétition de l’ODSG avec son porte-parole Omar Barghouti ?

    Pour Deir Yassin, je suppose qu’elle l’a signée ; mais certains autres ?

    Et Monsieur Gresh ?

  • permalien K. :
    6 janvier 2012 @23h10   « »

    The evolutionary connection between Zionism and deceit

    http://warincontext.org/2012/01/05/...

    Robert Trivers est l’un des célèbres “désinvités” (par le sioniste Dershowitz) de Harvard.

  • permalien Laurent Szyster :
    6 janvier 2012 @23h12   « »

    @Haskeh Falastine,

    Vu le passé de Burg dont plusieurs générations d’ascendants sont nés en Palestine, eux, il est certainement connaisseur et admirable de néo-clairvoyance.

    Le sang et la terre comme qualités individuelles ?

    Sachant que Omar Barghouti est né au Qatar, a grandi en Egypte, a étudié aux USA et poursuit actuellement un master à l’université de Tel Aviv, on pourrait se demander ce qu’il pense de vos critères de compétence.

    Mais vu que ce type manifeste pour le boycott des université israélienne où il étudie, j’ai l’impression que la contradiction entre vos prétentions humanistes et votre invocation de la pureté du sang ne doit pas beaucoup l’effrayer.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 janvier 2012 @23h20   « »

    L’amalgame entre juif, sioniste et israélien est surtout le fait de la propagande sioniste. A part quelques antisémites, personne d’autres font la confusion.
    D’ailleurs ces gens qui crient à l’antisémitisme chaque fois qu’on critique Israël sont les même qui clament que chaque Juif de la diaspora se doit de soutenir inconditionnellement ce ’little shitty country’ sauf à vouloir subir le herem.
    Nous avons un exemple parfait sur ce blog : le sinistre Lolo Szy***t !


    Sur les "Arabes israéliens" : l’appellation qu’on donne aux Arabes vivant dans l’Etat d’Israël est un indicateur politique.

    La grande majorité (66%) des Arabes vivant dans l’Etat d’Israël choisissent "Palestinien" comme seule ou une partie de leur auto-appellation selon des sondages qualitatives de 2001. "Palestiniens", "Palestiniens de nationalité israélienne" (même s’il s’agit pas de nationalité dans le sens français du terme), "Palestiniens israéliens".

    L’appellation "Arabe israélien" est une construction purement israélienne, et cette catégorie est censé contenir deux niveaux : le premier, "Arabe", faisant référence à la culture et l’ethnie (inscrite sur les cartes d’identité israéliennes), du folklorique, quoi ! Et le deuxième, "israélien" représentant l’identification politique.
    Cette dénomination de "Arabe israélien" a pour but d’effacer l’existence d’une identification politique, historique et de destin avec les Palestiniens expulsés de Palestine.

    Selon la logique des sionistes modérés, les Palestiniens expulsés, vivant au Liban, en Jordanie ou ailleurs ont droit au label "Palestinien" mais ceux qui sont restés en Palestine non. Logique ethnocidaire ! Pour les sionistes de droite, tous sont simplement des Arabes, venus d’Arabistan.

    Si vous lisez 972mag, vous voyez la distinction chez les journalistes : Derfner, Scheindlin et d’autres sionistes "modérés" parlent toujours de "Arabes israéliens" (Scheindlin prétend qu’elle a fait un sondage qui montre que c’est l’appellation préférée des concernés. C’est faux !). Joseph Dana va simplement parler de "Palestinien", au grand dam de beaucoup d’Israéliens, et les autres naviguent entre les deux.

    L’histoire ne dit pas si Azmi Bishara, l’ex-"Arabe israélien" est devenu Palestinien depuis son départ de "La-Seule-Démocratie-Au-Moyen-Orient".

  • permalien ben ramden :
    7 janvier 2012 @00h05   « »

    @x
    c’est drole cette histoire"passer à la caisse"vraiment elle m’a fait beaucoup rire.aussi l’anée des kings.rien à dire.c’est comique ce monde arabe !

  • permalien Deïr Yassin :
    7 janvier 2012 @00h06   « »

    Pour aller dans le sens du commentaire de "Haskeh Falastine", c’est l’occasion de reposter des informations sur le "One Democratic State Group".
    Il suffit de voir les signatures de la Déclaration des deux côtés de la barrière ethnique pour voir qu’il s’agit des personnes d’une grande intégrité.
    Sur les deux site, on peux signer la pétition :
    - www.odsg.org/co/
    - www.onedemocraticstate.org

    Ici un site moins complète mais en français :
    - http://unetat.wordpress.com
    (la Déclaration se trouve bien là en français malgré le titre en anglais).


    Après Burg, voilà F.W. de Klerk, le dernier président sud-africain blanc, qui dit que la solution à deux Etats ne va pas marcher, et il doit savoir de quoi il parle :
    - http://972mag.com/a-south-african-l...

    On apprend qu’Israël fut le seul Etat au monde à partiellement reconnaitre les Bantoustans, et qu’un des Bantoustans avait même ouvert une "mission commerciale" à Tel Aviv avec son propre drapeau.

    J’adore les prévisions du commentateur "Curious" :

    "My end guess is that we won’t see a 1SS (solution à un Etat binational). We will see the dissipation of Israel, and the massive immigration of Israeli Jews to the Anglosphere, mainly, as well as scattered showers to Germany and Eastern Europe. And what they will leave behind is one big Palestine because they couldn’t control their greed so they lost it all".

    Grosso modo, la grande partie des Juifs va foutre le camp, laissant derrière une Palestine unie. N’ayant pas pu contrôler leur avidité, ils ont tout perdu.
    Insh’Allah

  • permalien Laurent Szyster :
    7 janvier 2012 @00h36   « »

    @Deir Yassin,

    L’amalgame entre juif, sioniste et israélien est surtout le fait de la propagande sioniste. A part quelques antisémites, personne d’autres font la confusion.

    Mais tous les lieux communs "antisionistes" étalés ici par vous et une bonne partie du public d’Alain Gresh ... ressemblent bizarrement à ceux de la propagande antisémite.

    Voici une liste partielle : lobby "sioniste" dominant les gouvernement de la planète en commençant pas celui des USA ; complot médiatique "sioniste" manipulant jusqu’à Wikipedia ; entité "sioniste" obstacle à la paix dans le monde ; "sionistes" assassins d’enfant ; et bien sur cette obsession obscène pour l’argent "sioniste".

    Les fantasmes sont les mêmes, à un artifice sémantique près.

  • permalien sivom :
    7 janvier 2012 @12h00   « »

    Mon propos n’a, apparemment rien à voir avec l’article, hormis le fait que je suis persuadé que la solution, à terme, est un état binational. Autre point de détail, mais c’est bien là que le diable se cache. Le terme criminel, fut-il de paix, me paraît excessif. Existe-il des actes de guerre qui soient non criminels ?
    Enfin et c’est bien ce qui n’a rien à voir, j’ai entendu, il y a une quinzaine de jours, une émission très intéressante de Daniel Mermet (là bas si j’y suis sur France Inter) sur la Syrie ponctuée de commentaires d’Alain Gresh). Elle devait, à moins que mon attention ait été prise en défaut, préfigurer un article sur le même sujet dans l’édition du monde diplomatique du mois de janvier. J’étais impatient de découvrir ce papier, d’où mon intense frustration, car sur sujet, dans tous les cas important, j’ai été confronté à un silence étonnamment éloquent.

  • permalien Laurent Szyster :
    7 janvier 2012 @12h50   « »

    @Deir Yassin,

    Le commentaire que vous adorez donne une idée assez précise de ce qu’un état binational veut dire pour vous.

    L’expulsion des Juifs.

    Grosso modo, la grande partie des Juifs va foutre le camp, laissant derrière une Palestine unie. N’ayant pas pu contrôler leur avidité, ils ont tout perdu. Insh’Allah

    Cette fois-ci vous avez oublié de substituer "sionistes" à "Juifs", ça la fout d’autant plus mal que vous évoquez dans le même paragraphe leur incontrôlable "avidité".

    Vous bavez tout haut en pensant à l’expulsion des Juifs d’Israël et vous accompagnez ce méchant espoir d’un préjugé rance, pas de doute, vous êtes une grande humaniste.


    @sivom,

    M. Gresh n’a plus rien à dire sur la Syrie.

    Pour avoir une idée du degré de la complaisance passée de M. Gresh à l’égard du régime syrien, je vous conseille de lire l’interview présidentielle qu’il a eu le privilège de rapporter de Damas en 2008.

  • permalien Orangerouge :
    7 janvier 2012 @13h49   « »
    Le sionisme sur une base ethnique n’est pas compatible avec la démocratie

    La constitution française et la notion de démocratie moderne implique une conception universaliste de l’être humain.

    La notion d’état ethnique, réservé à une ethnie particulière, est en totale contradiction avec les bases même de la société et des institutions démocratiques françaises, et de celles des démocraties en général.

    Le sionisme lorsqu’il se définit comme le soutien à l’existence d’un "état juif", un état où les gens d’ethnie juive ont des droits particuliers, est totalement incompatible avec la notion même de démocratie.

    La France ne reconnait pas Israël en tant qu’état juif, quelles que soient les criailleries d’une partie, raciste, de la communauté juive française. Ce n’est tout simplement pas possible.

    Le sionisme sur une base raciste n’est pas légal en France.

  • permalien Wilmotte Karim :
    7 janvier 2012 @14h10   « »

    @Laurent Szyster

    Parlant à Gloc

    "Voilà des propos visant ouvertement à propager la haine raciale.

    Comprend pas. La haine des sots n’est pas un crime, les cons ne forment pas une race distincte, ce sont des hommes comme vous et moi.

    Enfin, quand je dis moi, c’est une façon de parler ..."

    Si vous éprouver la haine de vous même, consultez !

  • permalien Sarah :
    7 janvier 2012 @15h42   « »

    @ Deir Yassin :

    En parlant de l’Afrique du sud,savez-vous que Israel a beaucoup aidé,soutenu et coopéré avec ce régime raciste ?

    En effet,il existait une vraie alliance entre ces deux régimes(peut-etre parce qu’ils se ressemblent tellement).

    Israel a aidé le régime d’apartheid à acquérir la bombe atomique,ils ont testé ensemble leurs premières armes nucléaires,la police et les agents secrets israeliens coopéraient activement avec la police raciste d’Afrique du Sud.

    Et Israel fut le DERNIER Etat à couper ses relations diplomatiques avec le régime d’apartheid,et ceci évidemment pas volontairement mais sous pression américaine !

  • permalien Deïr Yassin :
    7 janvier 2012 @16h55   « »

    Lolo Szy*t** ne comprend pas l’anglais non plus !

    Dans le commentaire que j’ai reproduit, on parle d’une immigration massive. Il faut être malhonnête pour confondre une immigration ou concernant le départ, une émigration, volontaire et individuelle, avec une expulsion.

    Si cela n’est pas l’avidité qui fait continuer le vol des terres, maisons et ressources palestiniennes, c’est quoi alors ??? Si les Israéliens s’étaient arrêtés aux vols de ’48, c-à-d les frontières de ’67, et qu’ils avaient respecté les résolutions onusiennes, ils auraient eu la paix maintenant - justifiée ou pas - j’en suis convaincue, mais cela ne leur suffisait pas. Si vous trouvez un meilleur vocable pour traduire ’greed’ que ’avidité’, je veux bien mais il s’agit bien de cela. Même si certains prétendent que c’est Dieu qui leur ait donné cette terre.... excuse commode.

    - www.dailymotion.com/video/x8...

    Un million de Blanc ont quitté l’Afrique du Sud depuis la fin de l’Apartheid, ils n’ont nullement été expulsés, mais perdant leurs privilèges de Blanc ou ne supportant pas de devoir vivre en égalité avec les Noirs et les Indiens, ils ont préféré foutre le camp. Tant mieux ! Que les Juifs israéliens qui ne supportent pas de vivre avec les Palestiniens font de même, et vu le racisme ambiant, cela ferait un bon paquet !

    On comprend mieux comment le départ des Juifs du monde arabe est devenu uniformément une "expulsion" dans la narrative sioniste. Lolo le mytho nous donne un exemple parfait de cette propagande. Merci de nous démontrer encore et encore la laideur et les manipulations du discours sioniste

    D’ailleurs l’interview audio de F.W. de Klerk est très recommandable. Il dure une dizaine de minutes, et il parle très lentement. Surtout sa comparaison entre Israël et l’Afrique du Sud mérite d’être souligné.


    @ Sarah
    Sacha Polakow-Suransky dont les parents sont Sud-Africains, militants anti-apartheid ayant quitté le pays dans les années ’70, a écrit un livre récemment qui a fait beaucoup de bruit :
    - www.books.google.fr/books/ab...

    Ici quelques extraits :
    - http://mondoweiss.net/2010/05/excer...

    C’est vrai : beaucoup de ressemblance. Les pass, la hiérarchisation de la population selon leur origines, la même mythologie d’une terre vide qui n’attendait que la mission civilisatrice. Que la fin soit la même.

  • permalien Noval :
    7 janvier 2012 @17h44   « »

    Dominique Vidal, après avoir réglé son compte au menteur Richard Prasquier :

    " le conflit israélo-palestinien doit être analysé et résolu sur la base du droit international, en rejetant toute prétention à l’« exception » ".

    En d’autres termes, universalisme contre tribalisme :

    http://blogs.mediapart.fr/blog/domi...

  • permalien Noval :
    7 janvier 2012 @18h16   « »

    Lorsque A.B. Yehoshua s’exprime sur les juifs de la " diaspora ", voici ce que cela donne :

    " Le judaïsme de la Diaspora est de la masturbation" ; "les juifs de la Diaspora changent de nationalité comme de chemises. Avant ils étaient polonais et russes, maintenant ils sont britanniques ou américains. Il n’est pas possible de garder son identité à l’extérieur d’Israël. Le fait d’être israélien n’est pas ma chemise, c’est ma peau "

    Pas mal, non ?

    L’histoire ne dit pas par quels termes A.B. Yehoshua qualifierait les juifs - en " diaspora " ou pas - qui dénoncent résolument les crimes commis au nom du sionisme ...

  • permalien Noval :
    7 janvier 2012 @18h42   « »

    Aaron Shabtaï, pour lequel " la Culture en Israël, c’est la banalité de l’esprit au service de la banalité du mal", avait été invité au Salon du Livre de Paris en 2008.

    Pour ne pas servir de caution à " la banalité du mal ", cet écrivain israélien a décliné l’invitation en des termes qui caractérisent les vrais grands esprits :

    http://www.legrandsoir.info/Presenc...

  • permalien
    7 janvier 2012 @19h11   « »

    @ Nathan // 05-01 / 15h38

    L’Etat binational, c’est un peu comme le monstre du Loch Ness ... personne n’a la moindre idée de ce que à quoi il pourrait ressembler dans les faits, ...

    Ah, bon ! Pcq avant que l’Afrique du Sud décide de quitter ce régime d’apartheid où elle vivait, il y avait des visionnaires qui avaient une idée de ce à quoi ça allait ressembler ?

    Maintenir l’oppression de la partie non-juive de la population par la partie juive, on voit à quoi ça ressemble tous les jours si on prend la peine de s’informer ! Et il faudrait maintenir l’iniquité au motif que, si on la remet en question, "... personne n’a la moindre idée de ce que à quoi [ça] pourrait ressembler dans les faits ..." ?

    Beaucoup de "sionistes modérés" rejettent la perspective de l’état bi-national avec ce même argument. Parfois, la chose

    vous est assénée comme un postulat de math : c’est ainsi, les deux "populations" ne pourront pas s’entendre. Cependant, une partie de ces "sionistes modérés" seraient bien embarrassés si on leur demandait pourquoi des "blancs" et des "noirs" ne pourraient s’entendre et en quoi les situations diffèrent exactement dans le cas de "juifs" et de "non juifs". Les autres, à mon avis, ne sont guère sincères ou pas très humanistes. Notez qu’il reste des imbéciles qui soutiennent toujours que les "noirs" et les "blancs" ne peuvent vivre ensemble sur pied d’égalité ! Des imbéciles ou des racistes, je sais : je retiens l’option la moins choquante.

    User de cet argument pour se dispenser de chercher comment on peut agencer l’état binational est de la pure mauvaise foi. D’ailleurs, on voit à quoi on en est arrivé après plus de 18 années de "processus" dit "de paix" et qui peut nous dire à quoi la solution "à deux états" pourrait ressembler ? J’ai mon idée là-dessus, j’en ai parlé plus d’une fois sans être jamais contredit par un sioniste modéré ou même radical : ce serait une honte pour l’humanité.

    Mais à mon tour d’être un peu de mauvaise foi : à condition que les parties soient de bonne volonté, n’aurait-on pu progresser en qq années dans la définition d’un état binational ? Ne serait-on pas plus loin qu’avec le "processus" axé sur "deux états" ? Car il n’a pas fallu 20 ans en Afrique du Sud à partir de l’instant où la partie dominante a décidé d’être de bonne volonté.

    Ah, bien sûr, il est plus difficile à la partie dominante de cacher que c’est elle qui bloque les choses quand ça coince ...

  • permalien CdQat :
    7 janvier 2012 @19h42   « »

    @Orangerouge re. : 7 janvier @13h49

    Le sionisme sur une base ethnique n’est pas compatible avec la démocratie

    Le sionisme sur une base non ethnique, qu’est ce que c’est ? Pour ma part, je ne connais pas. Donc oui le sionisme est colonialiste donc raciste dans son concept.

    la notion de démocratie moderne implique une conception universaliste

    Holà, doucement, vous allez vous faire accuser de colonialisme ici avec ce type d’affirmation !! Je me suis fait étriller sur ce blog pour avoir osé dire que l’excision en Afrique était condamnable au nom de l’universalisme des DDH !...
    Et oui, on en est encore là !...

  • permalien K. :
    7 janvier 2012 @20h10   « »

    Aux fumisteries de Aaron David Miller qui dit que le problème des yankees est Netanyahou, Phyllis Bennis répond que le problème yankee est la politique yankee.

    As long as the United States provides the Israeli government more than $3 billion in aid every year, regardless of those violations, and protects Israel from being held accountable in the U.N., regardless of those violations, no Israeli prime minister has much reason to change. That’s Obama’s Israel problem — not Netanyahu. Changing U.S. policy should provide the solution.

  • permalien Shanaa :
    7 janvier 2012 @20h43   « »

    Depuis des décennies, une majorité d’israéliens est abreuvée de cette littérature ! C’est une forme de déculpabilisation d’une politique extrêmement violente et anachronique ; comme celle du boss USA !
    Se donner bonne conscience permet de légitimer l’inavouable et de continuer tête baissée !

  • permalien X :
    7 janvier 2012 @20h53   « »

    Le sioniste Naftali Bennett Dans Yediot Aharonot :

    David Ben-Gourion l’a bien exprimé quand il a été qustionné par la Commission Peel sur le droit du peuple juif pour la terre d’Israël. Il a répondu tout simplement : La Bible est notre mandat. Il n’a pas expliqué que notre droit en disant que nous n’avons pas d’autre abri. Tant que nous continuons à utiliser des arguments pratiques, tout en laissant l’arène de la justice pour les Palestiniens, nous perdrons. Le temps est venu pour le gouvernement israélien à revenir à la simple vérité : La terre d’Israël appartient au peuple d’Israël.

    La terre nous a été donné par dieu, c’est ce que le gouvernement doit se contenter de dire. Sinon sur terrain du droit on est perdant.

    Je me demande pouquoi les sionistes, notamment les deux moineaux de ce blog, ont à reproché aux extremistes musulmans alors que ce genre de discour, rétrogade et répugnant est largement répandu chez eux et dans ce pays de m. où l’on utilise la religion pour voler.

  • permalien L´anonyme de 22h20 :
    7 janvier 2012 @21h45   « »
  • permalien Nathan :
    7 janvier 2012 @22h28   « »

    Deïr Yassin : 7 janvier @16h55

    On comprend mieux comment le départ des Juifs du monde arabe est devenu uniformément une "expulsion" dans la narrative sioniste.

    Deïr Yassin essaie ici de nous expliquer que c’est pas pur avidité et par pur lucre que par exemple, les Juifs algériens sont partis d’Algérie. Vous comprenez, ils ne voulaient pas partager avec les Algériens nouvellement indépendants. Ah, cet amour de l’argent ! Il parait que seuls les Juifs sont affligés de ce penchant. Pas les autres ! Incroyable, non ? Et puis, les Algériens ont tout fait pour qu’ils restent. Quelques bombes par ci, quelques assassinats par là et les Juifs ont subitement pris peur. C’est bête, non ? Ces bombes, ces assassinats, c’était juste pour leur dire à quel point on les aimait. En fait, tout ceci est un affreux malentendu.

  • permalien Sarah :
    7 janvier 2012 @22h45   « »

    S’il vous plait,ne répondez pas à Nathan,il essaie habilement de dévier le sujet vers les "fameux malheureux réfugiés juifs des pays arabes".

    Sujet préféré de la propagande sioniste qui essaie ,une fois encore ,de jouer la victimisation pour occulter ses crimes.

    Sinon,Nathan que pensez-vous de ces soit-disant écrivains Israeliens de gauche qui affirment etre pour la paix ?

    Partagez-vous leurs opinions ?
    Les croyez-vous sincères ?

  • permalien Deïr Yassin :
    7 janvier 2012 @23h01   « »

    Merci, Noval, pour tous ces extraits qui nous montrent à quel point A.B. Yehoshua - avec Oz et Grossman considérés ’les lumières humanistes’ de la littérature israélienne - est un parfait con !

    Et merci de nous rappeler qu’il existe heureusement des grands hommes comme Aharon Shabtai.

    "And when it’s all over
    my dear, dear reader
    on which benches will we have to sit
    those of us who shouted "Death to the Arabs !"
    or those who claimed they "didn’t know" ?

    (Aharon Shabtai, Nostalgia, 2002)

    Et celui-ci écrit durant l’agression du Liban en 2006 et que tous les journaux israéliens ont refusé de publier :

    "En ce temps de guerre
    Je suis du côté des villages
    Je suis du côté des mosquées
    Dans cette guerre
    Je suis avec cette famille chiite
    Je suis avec la ville de Tyr
    Je suis avec cette maman
    Je suis avec ce grand-père

    Avec ces huit enfants, dans le mini-van
    Avec ce fichu de soie blanche
    Au nom de tous les livres magnifiques que j’ai lus
    Au nom de tous les baisers que j’ai donnée
    Puisse l’armée être défaite !"

    Aharon Shabtai fut le compagnon de Tanya Reinhart, linguiste mondialement connu et militante d’extrême-gauche, morte en 2007, auteure de :
    - "Détruire la Palestine, ou comment terminer la guerre de 1948"
    - "L’héritage de Sharon. Détruire la Palestine, suite"

    Je ne sais pas si Shabtai vit encore en Israël, il avait décidé de quitter ce pays avec sa femme qui subissait de plus en plus des pressions dû à son militantisme.

  • permalien Shanaa :
    7 janvier 2012 @23h12   « »

    @ Nathan, le contexte colonial et le fameux décret Crémieux sont les causes du départ des juifs d’Algérie !
    Le pouvoir colonial français a probablement manipulé cette minorité pour ses intérêts du moment !
    Les racines du probléme actuel sont d’origine européenne, mais ce sont les arabes qui paient les pots cassés !

  • permalien Yann :
    7 janvier 2012 @23h17   « »

    @ Orangerouge,

    La fRANCE reconnaït ce que bon lui semble, tant qu’il y a de bonnes affaires en jeu.

    La légalité passe après.

  • permalien Lou :
    7 janvier 2012 @23h24   « »

    La guerre économique irano-américaine

    par Pepe Escobar, Asia Times (Hong Kong) 6 janvier 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

    Cet amendement – en pratique, une déclaration de guerre économique – vous a été offerte par l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), sur instructions directes de la machine de propagande israélienne qui a essayé de le rationaliser en le présentant comme le plan B de l’administration Obama dans son opposition au déclenchement unilatéral, par les chiens de guerre israéliens, d’une guerre contre l’Iran et son supposé programme nucléaire militaire.

    La stratégie de départ des Israéliens était cependant encore plus hystérique – elle consistait à empêcher n’importe quel pays ou entreprise de payer du pétrole iranien importé avec de possibles exceptions pour l’Inde et la Chine. Par-dessus le marché, les Américains pour Israël avant tout [American Israel-firsters] voulaient persuader tout un chacun que cela n’entraînerait pas de hausse continue des cours du pétrole.

  • permalien X :
    7 janvier 2012 @23h25   « »

    Dénommé Nathan

    Il s’agit de ZEP, un groupe rap français bénéficiant d’un certain nombre de droits et d’avantages comme tous les Français (liberté d’expression, enseignement gratuit, pays en paix, sécu, allocs, etc).

    Pour parler ainsi on pourrait penser que vous ou vos frères juifs vous faites des cadeaux à ZEP. Ces avantages et droits comme dont vous parlez ne sont des cadeaux de personne. Ils sont financés à partir des impôts et taxes prélevés aux français dont ZEP et leurs parents. Arrêtez vos idioties racistes.

    Ils [les juifs] seront gentiment poussés à la sortie. On fera en sorte de les dégoûter de rester. Une petite menace, par ci... Une petite bombe par là... Des expropriations... Des confiscations... La méthode arabe ....

    Là vous vous trompez. Ce sont les sionistes qui procèdent au nettoyage ethnique des palestiniens, ce sont vos terroristes et assoiffés de terre et d’argent les colons juifs, venus d’ailleurs, qui font tout pour dégouter les propriétaires de l’endroit afin qu’il quittent. Si jamais il y’a un seul état les sionistes de votre genre et voleurs quitteront, soient par peur de retourner ce qu’ils ont volé ou parcequ’il n’y aura plus rien à voler. Ou pour allez dévaliser ailleurs.

  • permalien Deïr Yassin :
    7 janvier 2012 @23h39   « »

    Nathan, le menteur invétéré, manipule encore mes propos.
    - J’ai reproduit un commentaire de 972mag sur un article traitant des prévisions de F.K. de Klerk et la non-viabilité de deux Etats, le sujet initial de ce fil aussi, je rappelle. Ce commentateur estimait que les Juifs israéliens ou le sionisme, si vous voulez, à force de tout vouloir pour eux (’greed’ traduit par ’avidité’) allait tout perdre, et il prévoyait une immigration massive dans le monde anglophone des Juifs israéliens. Tout comme les Blancs de l’Afrique du Sud qui se sont rués sur le Canada, les US et l’Australie.

    - L’autre menteur invétéré ici (est-ce un ’trait culturel’ belge ?) Lolo Szy*t** transforme ’immigration massive’ en ’expulsion’. D’où mes propos sur la manipulation de la narrative sioniste sur le départ des Juifs en générale.

    Si ce n’est pas l’avidité qui pousse à la colonisation continue des terres palestiniennes, le vol des ressources palestiniennes, c’est quoi alors ? Que les Juifs trainent une réputation concernant l’argent, j’en ai rien à foutre ! Ce qui se passe en Palestine est bel et bien du vol en bande organisé !!!

    Pour ce qui est de votre "méthode arabe", racontez-nous plutôt la "méthode juive" pour forcer les gens à s’en aller. Cela commence déjà avec Joshua, à ce qu’il paraît....

    AVIS AUX MODERATEURS
    Je vous demande de bien vouloir lire le commentaire de Nathan de 22h04. Merci d’avance.
    Entre incitation à la haine, racisme et mensonges, qu’il aille se faire ..... soigner !

  • permalien Laurent Szyster :
    8 janvier 2012 @01h18   « »

    @Deir Yassin,

    Toujours aussi forte, certaine de son bon droit, bien droite dans ses bottes.

    Surprise à baver en rêvant qu’un état binational débouche sur l’expulsion des Juifs d’Israël vous prétendez ensuite n’espérer que leur émigration.

    Puis, sans qu’on vous le demande, après avoir révisé l’histoire possible d’une expulsion future vous appliquez le même révisionnisme à l’exil passé des Juifs d’Orient. Car pour nier la réalité de votre désir de purification ethnique il faut nécessairement nier la réalité passée des expulsions passées.

    Tout cela étant débité par une "propalestinienne" qui trouve légitime l’exécution sommaire de tout prisonnier "sioniste", on imagine avec quel humanisme éclairé vous favoriseriez une "émigration" juive hors d’un état binational.

    Pour ceux qui en douteraient encore, une enième sortie sur l’incontrôlable avidité juive souligne la hauteur de vos sentiments. Ce prurit "antisioniste" ne vous empêche cependant pas de demander la censure d’un commentaire de Nathan que vous jugez raciste.

    La où y’a de la gêne, y’a pas de plaisir ...

  • permalien vvolodia :
    8 janvier 2012 @01h46   « »

    un état bi-national, afin de faire d’Israël un état comparable à la France, où sévit des guerres de banlieues, à tel point que le décompte des voitures brûlées y est désormais interdit ?
    Étant donné l’état lamentable du monde arabo-musulman, les palestiniens deviendraient une charge impossible à supporter pour les israéliens.
    De plus, les pays arabes ont expulsés les Juifs qui, pour la plupart, ont trouvé refuge en Israël ; ce n’est pas pour retrouver leurs anciens bourreaux.
    ma parole mais vous avez fumé la moquette ?

  • permalien vvolodia :
    8 janvier 2012 @01h51   « »

    Deir Yassin

    les arabes ont expulsé environ 700.000 juifs des pays arabes, et volé leurs biens ; c’est une réalité que nous connaissons bien. Faites le compte du nombre de juifs restant dans les pays arabes, faites le compte du nombre de chrétiens qui quittent les pays arabes.

  • permalien Yvan :
    8 janvier 2012 @09h03   « »

    vvolodia : les arabes ont expulsé environ 700.000 juifs des pays arabes, et volé leurs biens ; c’est une réalité que nous connaissons bien.

    Il est vrai que vous connaissez autant de vérités que vous pouvez en rêver, mais ça n’en fera jamais aucune réalité.

    La réalité c’est que la parenthèse de l’état d’israël a non seulement été une catastrophe pour les arabes palestiniens, mais aussi pour tous les habitants de la région et à commencer par les juifs.

    Histoire : opération « Tapis volant » - Un écho d’Israël
    Au début du 20ème siècle, des envoyés des pionniers sionistes sont arrivés au Yémen et ont persuadé 20 000 Juifs d’immigrer. En 1945 un groupe de 5000 Juifs a quitté le Yémen. Ils ont été arrêtés par les Anglais (à cause de la politique du « Livre blanc » qui limitait l’immigration vers la Palestine) et placés dans un camp, (que l’Agence Juive avait organisé et qui servait de station de transit aux immigrants), proche de la ville d’Aden au sud du Yémen. Les Juifs avaient appelés ce camp « rédemption », et ils ne purent le quitter pour venir en Israël qu’en 1948.

    La veille de la naissance de l’Etat, il y avait 50 000 Juifs au Yémen. Après l’Indépendance et la guerre qui a suivi et avec le soutien des pays arabes (et parmi eux le Yémen) aux Arabes d’Israël, la situation des Juifs au Yémen s’est détériorée, tant de la part des autorités que de celle des populations locales qui ont commencé à attaquer les Juifs.

    Au début de 1949, le chef du gouvernement du Yémen, l’Imam Yishia, a été assassiné et son fils lui a succédé. En mai de cette année-là, il a décidé de laisser partir les Juifs du pays. Grâce à la nouvelle situation, et par peur de ce qui pourrait arriver, le gouvernement d’Israël avec à sa tête Ben Gourion a décidé « l’opération tapis volant », pour amener les Juifs yéménites en Israël.


    A première vue le fait que la population juive en terre d’islam soit passer de 889.700 à 190.150 entre 1948 1968, pourrait faire croire qu’il y aurait eu une fuite des juifs des pays arabes, mais si on considère que cette émigration a commencé avec la création de l’ état d’Israël, et que l’état d’Israël est lui-même situé en terre d’islam, il serait plus juste de parler de ghettoïsation des juifs des pays arabes.
    Ce qui fait que, si on considère l’émigration européenne vers Israël à la suite des massacres Européens contre les juifs, l’Islam continue à être une terre d’accueil, pour tous les juifs fuyant les persécutions en terre chrétienne.

  • permalien Nathan :
    8 janvier 2012 @09h55   « »

    Anonyme : 7 janvier @19h11

    D’ailleurs, on voit à quoi on en est arrivé après plus de 18 années de "processus" dit "de paix" et qui peut nous dire à quoi la solution "à deux états" pourrait ressembler ? J’ai mon idée là-dessus, j’en ai parlé plus d’une fois sans être jamais contredit par un sioniste modéré ou même radical : ce serait une honte pour l’humanité.

    Je ne vois pas en quoi l’existence de deux Etats souverains sur les frontières d’avant 1967 serait une "honte pour l"humanité". L’humanité en a vu d’autres. Il est vrai que les Israéliens ont tout fait pour torpiller cette solution raisonnable et nous voici revenus à la case départ.

    Mais l’option binationale n’est pas plus viable pour autant surtout lorsqu’on l’assortit du retour de plusieurs millions de réfugiés. Où iraient-ils s’installer ? D’abord, il n’y a pas assez de place dans ce minuscule pays. Ensuite, cela impliquerait l’expropriation de centaines de milliers d’Israéliens. Et qui aura la majorité au parlement ? Qui décidera pour l’autre ? Et si les extrémistes dans les deux camps veulent poursuivre le conflit ? Il suffit de voir ce qui se passe dans les pays de la région. Regardez la Syrie. Entre alaouites et sunnites, c’est l’enfer ! Alors, vous imaginez, avec les sionistes...

    Au coeur de Tel-Aviv, le long d’un boulevard (Ibn Gvirol/Gabirol), il y a une sorte de terrain vague, quelques bâtisses abandonnées, cernées par les tours Azrieli. C’est tout ce qu’il reste d’un ancien village palestinien. Va-t-on le reconstruire pour y loger des Palestiniens vivant dans les camps libanais. Une sorte de camp gaulois au milieu des légions romaines ?

    Le modèle de l’Afrique du Sud ne tient pas. En AS, il n’y a que 10% de "blancs" et un million d’entre eux soit 20% ont émigré. Ces 10% vivent dans des bantoustans pour riches tel Capetown. Ils ne s’aventurent pas souvent ailleurs. Pour eux, c’est l’étranger. C’est ça votre modèle idéal ? C’est d’ailleurs là-dessus qu’escompte Deïr Yassin. Qu’une grande partie des Israéliens juifs s’en aillent... Car elle sait bien que sans ça, son option binationale n’est absolument pas viable. Et c’est la raison pour laquelle elle n’aborde jamais le problème concrètement.

    D’ailleurs, personne n’aborde le problème concrètement. J’ai lu quelques scénarios possibles sur la question. Ils prévoient tous une force d’interposition entre zones "juives" et "arabes". Si on doit déjà poster l’armée ou même des forces internationales entre quartiers, c’est tout simplement que cette solution ne marche pas.

  • permalien vvolodia :
    8 janvier 2012 @10h57   « »

    Nathan si vous trouvez si raisonnable que ça un état bi-national, pourquoi n’allez vous pas vivre en France dans le 9.3 ou en région PACA, vous auriez une petite idée de ce qu’aurait pu devenir un état bi-national - ou bien regardez les pays arabes, la Libye, la Syrie, si ces nations vous donnent l’envie de partager leur quotidien
    c’est que vous avez un problème.

    Yvan, je ne vois pas quoi répondre à vos sornettes ; "ghettoisation" le fait de ne plus être à la merci de foules hurlantes et racistes comme c’est le cas pour les chrétiens d’Orient ou du monde musulman en général ? dommage, n’est-ce pas, que ces musulmans doivent se contenter du reste du reste des arabes chrétiens comme victimes, et dommage que l’occident ne veuille pas fermer les yeux ; vous autres ne faites illusions qu’à vos pareils, qui peut encore imaginer que le monde arabe veut la paix ? en France de moins en moins de citoyens, la preuve par la montée de Marine Le Pen.

  • permalien Nathan :
    8 janvier 2012 @11h13   « »

    @ Vvolodia

    Vous n’avez pas compris mon post. Pour moi, la solution raisonnable était celle de deux Etats souverains, pas celle de l’Etat binational.

  • permalien vvolodia :
    8 janvier 2012 @11h28   « »

    je me pose la question depuis un certain temps, merci d’avoir remis les pendules à l’heure.

  • permalien Yvan :
    8 janvier 2012 @11h54   « »

    vvolodia:Yvan, je ne vois pas quoi répondre à vos sornettes (...)

    C’est normal, pourtant c’est vous qui donnez la meilleurs définition de la ghettoïsation des juifs en Israël. C’est « le fait de ne plus être à la merci de foules hurlantes et racistes » musulmanes et seulement à la merci des foules hurlantes et racistes juives, quitte
    importer la culture européenne et bâtir des murs comme à Varsovie ou à Rome, pour mieux se couper du mondes des hommes. Et tant pis si depuis l’Hégire, ces foules n’ont commencé à hurler qu’en 1948.

    C’est tellement évident qu’il n’y a rien à répondre même si vous considerez que ce sont des "sornettes".

  • permalien Orangerouge :
    8 janvier 2012 @11h54   « »
    Il n’y a pas d’état juif

    Yann,

    Quelque soit la corruption des politiques français par Israël et les sionistes, vous remarquerez qu’ils ne peuvent pas reconnaître Israël comme état juif. Israël reconnu comme état tout court, (et en fait dans les frontières reconnues par l’ONU) pas de problème, mais comme état juif c’est tout simplement impossible. La corruption ne peut pas acheter cela.

  • permalien Deïr Yassin :
    8 janvier 2012 @12h13   « »

    @ Lolo Szy*t**

    Au lieu d’écrire pour rien dire, répondez plutôt à ma question :
    Si cela n’est pas l’avidité qui pousse les Juifs israéliens à continuer la colonisation de la Palestine, dunam après dunam, à s’accaparer des ressources naturelles en Cisjordanie dont 80% de l’eau potable, à l’expropriation des maisons palestiniennes à Jérusalem-Est, al-Khalil et ailleurs sans la moindre compensation, c’est quoi alors ?? Les six millions de morts ? L’élection divine ?

    Si je vous comprend bien : si un Juif est pris en flagrant délit de vol, on ne peut le dénoncer par le simple fait qu’il soit juif, cela serait antisémite vu les préjugés qui leur collent. Si les colonisateurs de la Palestine furent des Tupi-Guarani, on aurait pu critiquer leur entreprise ?

    Ne vous inquiétez-pas : je ne m’attend pas à une réponse cohérente ni de votre part ni de l’autre machin à qui j’ai posé la même question.

    "Avidité" signifie selon le dico : ’désir ardent et insatiable’. Je trouve que cela décrit assez bien l’entreprise sioniste en Palestine.

    Avec Volapuk, la hasbara atteint des sommets inégalables. Volapuk, Nathan, Szy*t**, quelle intelligence, ces sionistes. Le gars prétend que cela fait un temps qu’il se pose la question si Nathan - arabo- et islamophobe notoire - est pour un Etat binational. Un autre qui ne sait pas lire.

    Pour les "700.000 Juifs expulsés du monde arabe blahblah", c’était 70 millions en effet, certaine parlent même de 80 millions ... C’est d’ailleurs ces Juifs-là qui ont fondé le sionisme comme idéologie.... après avoir été expulsés. Pfff !

  • permalien CdQat :
    8 janvier 2012 @12h43   « »

    @Nathan re. : 8 janvier @11h13

    "la solution raisonnable [est] celle de deux Etats souverains, pas celle de l’Etat binational."

    Sauf qu’Israël ne l’a jamais promu, et continu à refuser cette solution (voir les argument aujourd’hui des officiels israéliens qui disent rien de moins que la reconnaissance de la Palestine ferait reculer la paix).

    Navré Nathan, mais la solution raisonnable sera une solution juste et équitable. Soit la Palestine aura les mêmes prérogatives que l’ensemble de ses voisins (or une armée palestinienne a toujours était refusée par les israéliens), soit les citoyens arabes d’un futur Etat auront les même droits que les citoyens juifs, chrétien, laïcs,... (pour résumer " sans distinction de race, de religion ...").

  • permalien Thomas Trib :
    8 janvier 2012 @12h57   « »

    L’amalgame entre juif, sioniste et israélien est surtout le fait de la propagande sioniste. A part quelques antisémites, personne d’autres font la confusion.

    @ Deir Yassin

    Pour être tout à fait honnête, avec la quasi-unanimité des juifs "médiatiques" qui soutiennent l’état sioniste, cette confusion ne va que s’accélérer. D’ailleurs- comme je le mentionnais dans une intervention précédente- si le soutien à "Israël" devient un fondement de l’identité juive (surtout en occident), il s’agira d’une fusion et non d’une confusion. Comme l’écrivait Herzl "les antisémites sont [leurs] meilleurs alliés", les sionistes y ont tout à gagner...
    Malheureusement les juifs "critiques" ont tendance à ne pas se définir comme "juif" et la gauche en général passe systématiquement sous silence les orthodoxes juifs non -sionistes (qui dépassent de loin les seuls Neturei Karta).

    Quant aux responsabilités dans les "défaites" de 73 ou 67 ou même 48, elles sont malheureusement à chercher dans la désunion arabe. Chaque pays poursuivant ses propres objectifs au détriment de la nation arabe (de ce point de vue la Syrie n’a pas fait mieux que l’Egypte, rappelons qu’elle est tout de même intervenue au Liban à la demande des chrétiens pour combattre les Palestiniens, provoquant ainsi une lutte à mort entre la Saïqa pro-syrienne et les autres mouvements palestiniens).

    Quant aux accusations visant Alain Gresch sur la situation syrienne, si vous consultez ses papiers dans le Diplo’, il a toujours précisé que le pays était coupé en deux : l’ouest du pays, les alaouites, les chrétiens et druzes soutenant plutôt le régime, l’est et le centre sunnite le combattant. Une fracture prégnante depuis l’accession du baas militaire au détriment du baas civil. Le Hamas lui ne participe tout simplement pas à la répression en Syrie. Les autres soutiens de Damas se contentant (heureusement) d’un soutien tout verbal...

    thomas.trib@orange.fr

  • permalien Thomas Trib :
    8 janvier 2012 @13h06   « »

    Cher Nathan : pas d’armée, pas de maîtrise de ses frontières, pas de diplomatie libre, pas même de continuité territoriale, bref rien de son souverain... On ne peut pas appeler ça un "état"...

    Les sionistes ont au moins appris une chose de leurs amis Afrikaaners : ils ne dépendent pas de la main-d’œuvre palestinienne, alors que l’économie sud-africaine reposait sur les emplois non-qualifiés imposés aux noirs.

  • permalien Yann :
    8 janvier 2012 @13h10   « »

    @ Orangerouge,

    Il n’y a pas d’état juif

    Ma foi, si vous le dites...

  • permalien Shanaa :
    8 janvier 2012 @13h21   « »

    @ Deir Yassine, vos joutes verbales et celles de Nathan sont démodées !
    En effet, la politique israélienne dépasse le cadre de la Palestine et s’étend à la région environnante comme on a pu le voir lors de l’agression unilatérale du Liban. Les spasmes actuels qui rongent cette région sont les conséquences de la politique us-israélienne !

  • permalien vvolodia :
    8 janvier 2012 @13h49   « »

    Shanaa :
    8 janvier @13h21 « 

    @ Deir Yassine, vos joutes verbales et celles de Nathan sont démodées !
    En effet, la politique israélienne dépasse le cadre de la Palestine et s’étend à la région environnante comme on a pu le voir lors de l’agression unilatérale du Liban. Les spasmes actuels qui rongent cette région sont les conséquences de la politique us-israélienne !

    non mais, quel culot !! à peine le pedo-prophète avait-il fermé ses jolis yeux, que les musulmans s’entretuaient - voir la bataille du chameau - et l’amérique à l’époque, et l’état d’Israel n’existaient pas. Vous n’avez besoin de personne pour vous entretuer. Il nous suffit de voir vos révolutions, vous avez viré des potentats pour en installer d’autres au pouvoir.
    Le Yemen n’a jamais été en paix,

    //Le massacre de Hama résulte de la répression, par le pouvoir syrien d’Hafez el-Assad, des insurgés de la ville de Hama en février 1982. On estime entre 25 000 et 50 000 le nombre de victimes1 lors de la répression de cette insurrection, soutenue par les Frères musulmans, qui avaient lancé dans les années précédentes une lutte armée et des attaques terroristes contre le régime baasiste.//
    wikipedia

    vous en voulez d’autres ? je vous souhaite un bon dimanche. (lol)

  • permalien Shanaa :
    8 janvier 2012 @14h07   « »

    @ vvolodia, il en va de même en occident ! Les guerres fratricides et de religion durérent des siécles jusquà la derniére guerre mondiale il y a à peine 50 ans ! La tentative d’extermination des juifs et leur implantation en terre arabe découle directement du bellicisme européen !

  • permalien Deïr Yassin :
    8 janvier 2012 @14h11   « »

    Cela tombe à pic : Riyad al-Maliki est justement en visite officielle en Afrique du Sud à l’occasion de la centième anniversaire de la création de l’ANC.
    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

    Si on considère la fin de l’Apartheid à 1991, cela fait 79 années de lutte. Si on suit la même trajectoire, l’OLP ayant été crée en 1964, cela nous fait la fin d’Israël, ’Etat juif et démocratique’, vers 2043.... Amandla !

    @ Shanaa
    Les articles de Burg et Yeshoshua dont parle Gresh dans son papier tournent autour de la question : un Etat vs deux Etats et je commente donc ce sujet. Peut-être pour vous en tant que gréco-égyptienne, cela est démodé, pour moi c’est vitale ! Et n’ayant aucune compétence en géostratégie régionale, je vous laisse ce sujet.

    Je crois que le lien de "Anonyme de 22h20" est celui-ci :
    - www.youtube.com/watch ?v=U3Y3...

  • permalien X :
    8 janvier 2012 @14h25   « »

    Nathan, 8 janv. 9:55

    l’existence de deux Etats souverains sur les frontières d’avant 1967

    Nathan :
    19 décembre 2011 @21h37 

    On ne peut pas laisser croire que les Israéliens sont prêts à accepter le moindre partage puisqu’ils considèrent que Jérusalem désormais "réunifiée" est la "capitale éternelle et indivisible d’Israël". D’ailleurs, les quartiers arabes sont de plus en plus encerclés et grignotés par les Israéliens. C’est tragique

  • permalien X :
    8 janvier 2012 @14h53   « »

    Carlo Strenger :

    La solution à deux états est morte en 2011 :

    http://www.haaretz.com/blogs/streng...

  • permalien Shanaa :
    8 janvier 2012 @14h54   « »

    @ Deir Yassin, merci pour le lien !Norman Finkelstein est une conscience rare !
    Ce que je voulais dire, en nuançant un peu, c’est que la situation en Palestine occupée est totalement bloquée et que seule une implosion naturelle, comme lors de toute colonisation, remettra les choses à l’endroit !
    Cette impasse conduit les stratéges à orienter le probléme en créant le clash général de la région ! Le sort des palestiniens est donc intimement lié aux peuples environnants qui payent cash la soumission et le laxisme politique de leurs dirigeants !

  • permalien Nathan :
    8 janvier 2012 @15h19   « »

    Thomas Trib : 8 janvier @13h06

    Cher Nathan : pas d’armée, pas de maîtrise de ses frontières, pas de diplomatie libre, pas même de continuité territoriale, bref rien de son souverain... On ne peut pas appeler ça un "état"...

    Et vous croyez que dans le cas de l’Etat binational, il y aura une frontière ? Une frontière défendue par qui, tout d’abord ? Par les soldats juifs ou les soldats arabes ? Vous croyez que dans ce cas de figure, la frontière nord sera défendue contre le hezbollah ou que la frontière sud sera défendue contre les islamistes égyptiens ? Quelle blague ! A contraire, le hezbollah au Nord et les islamistes au Sud aideront leurs frères palestiniens à achever la bête.

    Croyez-moi, si israël est forcé d’accepter une solution binationale où les juifs seraient minoritaires, il ne faudra que quelques semaines ou quelques mois pour que les juifs fassent leurs valises. Et ça, Deïr Yassin le sait parfaitement. Dans un poulailler, dès qu’une poule est blessée, les autres l’achèvent.

    Dans le meilleur des cas, les juifs modérés vivront dans une enclave militarisée, située entre Ashkelon et Haïfa et les juifs extrémistes ferrailleront avec les extrémistes d’en face à Jérusalem et en "Judée-Samarie". L’armée conjointe palestino-hezbollah occupera la Galilée et une milice conjointe égypto-hamas défendra la ligne Beer-Sheva-Ashkelon. Quel chouette tableau !

  • permalien Lou :
    8 janvier 2012 @16h16   « »
    Les préjugés « ordinaires »

    via Info-Palestine

    Yves Bonnet raconte les dessous de l’affaire Abdallah

    Publié le 07/01/2012 08:27 | Propos recueillis par Pierre Challier

    (...)Condamné dans un premier temps à 4 ans de prison pour la détention d’armes et de faux papiers, Georges Ibrahim Abdallah est ensuite condamné à perpétuité. Cela fait 28 ans qu’il est prisonnier et à plusieurs reprises, vous avez réclamé sa libération. Officieusement, d’abord, officiellement désormais. Pourquoi ?

    J’ai un problème de conscience avec cette affaire. La France a trahi la parole donnée et on a voulu faire croire qu’à l’époque, Bonnet avait négocié tout seul. Je trouve cela ignoble car cela revenait à me mettre directement dans le collimateur des FARL. Aujourd’hui, presque 30 ans après les faits, je trouve anormal et scandaleux de maintenir encore Georges Ibrahim Abdallah en prison. Je considère qu’il avait le droit de revendiquer les actes commis par les FARL comme des actes de résistance. Après on peut ne pas être d’accord, c’est un autre débat. Mais il faut se souvenir du contexte, aussi, des massacres de Sabra et Chatilah dont les coupables n’ont jamais été punis. Et aujourd’hui, la France garde cet homme derrière les barreaux alors qu’elle a libéré Maurice Papon ? J’aimerais rappeler aussi qu’on a remis en liberté l’assassin de Chapour Baktiar, qui lui, sur ordre de l’Iran, avait décapité l’ancien Premier ministre au couteau et lui avait coupé les mains. Ce type-là, qui a commis un crime atroce, a été libéré moins de 20 après les faits. Georges Ibrahim Abdallah, lui, est plus mal traité qu’un serial killer alors qu’il a commis des actes politiques.

    S’agit-il alors d’une vengeance d’état, contre Georges Ibrahim Abdallah ?

    Je pense que oui et c’est absolument lamentable, d’autant plus qu’il a déjà eu un avis favorable de libération localement. C’est Paris qui refuse par rapport à ses alliés. Je demande à ce que la justice m’entende dans ce dossier.

  • permalien X :
    8 janvier 2012 @16h40   « »

    Deïr Yassin,

    Si cela n’est pas l’avidité qui pousse les Juifs israéliens à continuer la colonisation de la Palestine, dunam après dunam, à s’accaparer des ressources naturelles en Cisjordanie dont 80% de l’eau potable,

    Les juifs israéliens ne volent pas seulement 80 % de l’eau potable mais de l’ensemble des ressources en eau.

    Les juifs revendent aux palestiniens de l’eau pour l’alimentation mais l’irrigation et autres usages, rien :

    ......les agriculteurs sont confrontés à des difficultés énormes pour irriguer leurs terres et doivent le plus souvent se contenter de l’eau de pluie recueillie dans des citernes. Or, en moyenne, il ne pleut que 100 m³ par an.

    En plus de l’eau ils volent les terres agricoles.

    http://www.association-belgo-palest...

  • permalien Sarah :
    8 janvier 2012 @17h11   « »

    à vvolodia,

    Ce que vous pensez,tout le monde s’en fiche !

    Ce qui compte,c’est la réalité du terrain où la solution à deux états est morte depuis longtemps.

    Chers contributeurs de ce blog,ne trouvez-vous pas nos amis sionistes sont de plus en plus agressifs et grossiers ?

    Moi,je pense qu’il s’agit d’un signe de faiblesse,ils me font étrangement penser à l’OAS,qui n’acceptant pas la réalité du terrain et les évolutions politiques,s’est lancée dans une politique de plus en plus extremiste et une fuite en avant.

    Lieberman et OAS,meme combat et peut etre meme fin ?

  • permalien Thomas Trib :
    8 janvier 2012 @17h31   « »

    Et vous croyez que dans le cas de l’Etat binational, il y aura une frontière ?

    Mais Nathan, je ne dis pas que la solution bi-nationale est plus simple ! Je pose simplement que la proposition israélienne à deux états est fondamentalement hypocrite. Tout comme le refus de négocier avec le parti palestinien majoritaire : la rhétorique utilisée aujourd’hui contre le Hamas est strictement la même que celle usitée hier contre le Fatah : verse le sang des "juifs", ne reconnait pas "Israël" etc... Alors que le cheikh Yassine avait reconnu l’état hébreu comme un "fait"( bien qu’il ne lui reconnaisse pas de légitimité) et qu’à ce titre une houdna était possible (une simple trève mais pour 40 ans tout de même !).

    Quant à des situations de tensions voir de guerre ouverte entre communautés, du Sri Lanka à l’Irlande, jamais on a accepté une situation de coupure aussi radicale (un apartheid pour appeler les choses par leur nom) comme il en existe en Palestine occupée !

  • permalien Orangerouge :
    8 janvier 2012 @17h35   « »
    Il n’y a pas d’état juif blanc, ni d’état juif, selon le Droit international, mais certains s’en persuadent

    Par exemple ce type : l’époux d’Alliot-Marie. Tous grands copains-coquins : Alliot-Marie-Israël-Ben Ali, étroit triolisme.

    http://www.europalestine.com/spip.p...

  • permalien Orangerouge :
    8 janvier 2012 @17h45   « »

    Chacun fait passer le temps comme il veut, mais pour fréquenter ce blog depuis des années : discuter avec Nathan ou Laurent Szyster (ce dernier est plus récent ici, une désastreuse importation du blog de Gilles Paris) c’est vivre la désespérante et totalement vaine expérience de Sisyphe.

0 | 100

Ajouter un commentaire