Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Quand Israël attaquera-t-il l’Iran ? Il y a deux ans…

Quand Israël attaquera-t-il l’Iran ? Il y a deux ans…

mardi 17 janvier 2012, par Alain Gresh

Interrogé il y a quelques jours pour savoir quand Israël attaquerait l’Iran, Patrick Clawson, chercheur au Washington Institute for Near East Policy (Winep), un think-tank lié au lobby pro-israélien, répondait : « Il y a deux ans » (cité par Scott Shane, « Adversaries of Iran Said to Be Stepping Up Covert Actions », The New York Times, 11 janvier).

Cette déclaration venait après le meurtre à Téhéran d’un jeune physicien nucléaire, qui faisait lui-même suite à plusieurs autres meurtres « mystérieux », dont on s’étonne qu’ils aient été si peu dénoncés par les défenseurs des droits humains — une pétition circule toutefois pour les condamner, « Petition against the Murder of Iranian Scientists »). L’Iran a aussi été victime ces derniers mois de cyber-attaques par le virus Stuxnext (lire Philippe Rivière, « Cyber-attaque contre Téhéran », Le Monde diplomatique, mars 2011).

Cette escalade est incontestablement le fait d’Israël, qui ne cherche même pas à démentir. En revanche, il est plus difficile de saisir quelle est la stratégie du président Obama. Au moment même où l’administration américaine affirme, haut et fort, sa solidarité totale avec Israël et sa détermination à empêcher l’Iran de se doter de la bombe atomique, les manœuvres militaires entre Israël et les Etats-Unis sont reportées et les explications avancées pour ce report sont loin d’être claires ; Hillary Clinton condamne fermement le meurtre du chercheur à Téhéran ; les services de renseignement « occidentaux » (en fait américains) faisaient filtrer des informations sur la responsabilité du Mossad dans les meurtres des scientifiques iraniens (Karl Vick and Aaron J. Klein, « Who Assassinated an Iranian Nuclear Scientist ? Israel Isn’t Telling », Time Magazine, 13 janvier) ; parallèlement, ils divulguaient des informations sur des agents israéliens qui tentent de se faire passer pour des membres de la CIA afin de recruter des combattants sunnites opposés au régime iranien (Mark Perry, « False flags », Foreign Policy, 13 janvier). Enfin, les Etats-Unis ont lancé une sévère mise en garde à Téhéran contre tout blocage du détroit d’Ormuz et mobilisent leurs alliés pour arrêter les achats de pétrole iranien.

Comment expliquer ces contradictions ? Gary Sick, un ancien conseiller du président Jimmy Carter, avance deux explications possibles : l’incompétence d’un côté ; de l’autre, un rideau de fumée pour préparer un nouveau dialogue avec Téhéran (« Stealth Engagement ? », Gary’s choices, 16 janvier 2011). Et il penche pour la seconde.

Il relève ainsi les déclarations de Leon Panetta, le secrétaire américain à la défense et ancien directeur de la CIA. Le 2 décembre 2011, celui-ci dressait un tableau catastrophique des conséquences d’une guerre contre l’Iran ; quelques jours plus tard, le 19 décembre sur CBS, il affirmait que l’Iran aurait peut-être une bombe atomique d’ici un an ; enfin le 8 janvier, à la question de savoir si l’Iran voulait la bombe atomique, il répondait… non.

Gary Sick met en avant trois facteurs explicatifs à cette apparente incohérence. D’abord, on est en pleine année électorale aux Etats-Unis, avec un Congrès favorable à une escalade des sanctions, notamment contre le pétrole iranien — avec le risque qu’elle soit analysée à Téhéran comme « un acte de guerre ». D’autre part, pour le président Obama, et compte tenu des conséquences d’un conflit dans le Golfe, il est important de retourner à la table des négociations. Enfin, il y a l’extrémisme du gouvernement Netanyahou et son influence aux Etats-Unis, notamment dans la perspective de l’élection présidentielle, même si, comme le rappelle Sick, il existe des réserves face à une aventure militaire — Ron Paul, l’un des candidats à l’investiture républicaine, s’est ouvertement prononcé contre.

Dans ces conditions, la stratégie du président Obama serait d’ouvrir une voie de communication avec Téhéran, tout en accompagnant les gestes d’ouverture de déclarations dures à l’encontre du régime iranien. Et il multiplie les pressions sur Israël pour que ce pays ne s’engage pas dans une aventure militaire. Selon Sick, la visite du président du Parlement iranien Ali Larijani à Ankara en janvier et ses déclarations sur une reprise des négociations avec les pays occidentaux, s’inscriraient dans le cadre des tentatives de dialogue lancées par la Maison Blanche.

Ces initiatives n’ont pas l’heur de plaire à Nicolas Sarkozy et aux Européens, qui poussent les Etats-Unis à adopter des positions plus fermes, au lieu de jouer le rôle de facilitateur et de favoriser le dialogue. Et qui ne veulent surtout pas entendre parler d’un Proche-Orient débarrassé des armes nucléaires, ce qui impliquerait qu’Israël renonce à la bombe. C’est pourtant la meilleure solution, comme l’expliquent Shibley Telhami et Steven Kull dans un article du New York Times, le 15 janvier, « Preventing a nuclear Iran, peacefully ».

362 commentaires sur « Quand Israël attaquera-t-il l’Iran ? Il y a deux ans… »

0 | 100 | 200 | 300

  • permalien Noval :
    23 janvier 2012 @11h38   « »

    Les sionistes n’aiment pas, mais alors pas du tout, qu’on leur résiste. Tout comme ils n’aiment pas ceux qui tergiversent à leur égard .

    Et comme un homme averti en vaut paraît-il deux, le très timoré Barack Obama ne pourra pas dire qu’il ne savait pas :

    http://www.guardian.co.uk/world/201...

  • permalien Lou :
    23 janvier 2012 @21h30   « »

    L’option “to kill BHO”, ou le commentaire d’un “idiot utile”

    (...) Tout cela s’accorde avec ce qu’on sait des relations de Netanyahou et d’Obama, de la position de Netanyahou tenant Haaretz et le New York Times comme “les pires ennemis d’Israël” parce que les deux journaux ne partagent pas tout à fait sa propre position obsessionnelle et maniaque sur la question iranienne et sur le reste. Dans ce cadre psychologique absolument déchaîné, l’intervention d’Andrew Adler, du Jewish Times d’Atlanta, n’est pas si folle qu’elle ne paraît, ou bien n’est folle que dans le cadre d’une pathologie psychologique collective qu’on peut rapidement décrire comme confinant à la folie, où le Premier ministre israélien est en très bonne place. Il n’est donc nullement impossible que la “suggestion” d’Adler, qui laisse tout de même le choix de leurs armes aux tueurs, corresponde au moins à un vœu secret, sinon, disons, à une “suggestion de communication”, sinon à la description d’une menace qui pourrait être fondée. Il est possible, selon nombre de circonstances, qu’Andrew Adler, dont l’“obscurité” n’a nullement empêché l’abondance des commentaires à propos de son écrit, soit pris au sérieux, non seulement du côté israélien, mais du côté US, du côté du président Obama, comme le porteur de circonstance d’un message d’une menace sinon réelle, du moins de la plus sérieuse des intimidations… (...)

  • permalien Lou :
    23 janvier 2012 @21h38   « »

    KHADER ADNAN MOHAMMAD MUSA

    Date of Birth : 24 March 1978
    Place of residence : Arraba, Jenin
    Marital status : Married with two daughters. His wife is five months pregnant with a third child.
    Occupation : Baker and Master’s student in Economics at Birzeit University
    Date of arrest : 17 December 2011
    Place of detention : Ramleh prison hospital
    Number of administrative detention orders : 1
    Expected end of current detention order : 8 May 2012

    PCHR Samedi 17 décembre 2011

    Minuit et demi, les FOI entrent dans Ertah, en périphérie sud de Tulkarem ; dans Far’oun, même secteur.
    En début de matinée, un détachement de soldats israéliens vêtus en arabe (unité d’infiltration) entrent dans ‘Arraba, au sud de Jénine. Les soldats israéliens entourent la maison de Khader ‘Adnan Mousa, 33 ans, dirigeant du Jihad islamique. Alors que vers 3 h 30, le père de Mousa sort pour aller à son travail, au marché de Qabatya, au sud de Jénine, il est surpris de voir une cinquantaine de soldats israéliens autour de sa maison. Certains soldats portent des cagoules et sont en civil. Quand il aperçoit le père de Mousa, un officier des renseignements qui se présente comme étant le capitaine Mike, interroge le père de Mousa à propos de son fils. Peu après, les soldats israéliens investissent la maison et arrêtent Khader. Il faut indiquer que les FOI ont déjà opéré sur cette maison sept mois plus tôt et y ont confisqué des documents.

    Sheikh Khodr Adnan contre l’humiliation et l’arbitraire de la détention administrative

    (...) C’est contre ces mesures et pratiques humiliantes que le prisonnier dirigeant Khodr Adnan a décidé de lutter, affirmant que « la dignité est plus importante que la faim » et qu’il poursuivra son combat, sa grève de la faim, jusqu’au bout. Le tribunal sioniste a répondu à la grève par des mesures punitives, en empêchant les visites familiales pour une période de trois mois et en resserrant ses menottes. Alors qu’il souffre de l’estomac et du dos, les instructeurs et les geôliers ont intentionnellement utilisé des moyens de torture aggravant ses douleurs, et se sont mis à insulter les membres de sa famille et notamment son épouse, sa sœur et ses enfants.

    Lors des interrogatoires, il fut installé dans une position inconfortable pour accentuer la douleur, mais sheikh Khodr Adnan a riposté en refusant de répondre et de leur adresser la parole. C’est le seul moyen qu’il a pour protester contre leur ignoble traitement.

    (...)

  • permalien K. :
    23 janvier 2012 @22h41   « »

    Bush le petit s’était opposé à une attaque israélienne contre l’Iran et les sionistes n’avaient pas parlé de le tuer.

    Les sionistes semblent vouloir profiter du fait que Obama n’est pas un WAS pour lui forcer la main, et ce d’autant plus que celui-ci veut tellement leur plaire qu’il clame sur tous les toits qu’il a amené l’aide militaire US à Israel à « des hauteurs inégalées » et les craint tellement qu’il va jusqu’à mentir de manière effrontée en clamant qu’il faut voter pour lui parce que ses adversaires républicains veulent annuler cette aide.

  • permalien K. :
    24 janvier 2012 @00h23   « »

    Comment les Etats-Unis font pression sur l’Afrique pour étouffer l’Iran

    Ce qui n’empêche pas la nomination possible à la tête de la Banque Mondiale de celui qui, entre autres faits glorieux, ...

    ....s’était prononcé en faveur du déversement des déchets toxiques des pays riches vers les pays les moins peuplés d’Afrique, où l’air est « sous-pollué ».

  • permalien Yvan :
    24 janvier 2012 @06h13   « »
    La contre offensive iranienne...


    L’Iran et la Russie suppriment le dollar de leurs échanges commerciaux
    L’ambassadeur iranien, à Moscou, a fait part de la suppression du dollar, dans les échanges commerciaux entre l’Iran et la Russie. Le Rial et le Rouble remplaceront désormais le dollar dans ces échanges, conformément à un accord conclu entre les deux parties, a déclaré Seyed Mahmoud-Reza Sajjadi.

    ... c’est l’alchimie de la "castration" financière.

  • permalien Domino :
    24 janvier 2012 @08h53   « »
    Définition du Moyen-Orient

    C’est curieux, la discussion plus haut m’a rappelé deux longues discussions acharnées ailleurs, il y a quelques années, où, à chaque fois, des sionistes anglophones d’épuisaient à assener que personne ne parlait plus de Proche-Orient, le Moyen-Orient est très grand et inclut d’ailleurs le Maroc, la Turquie, l’Iran, etc.. !

    S’agirait-il de Hasbara, encore et toujours, et, si oui, pourquoi ?

  • permalien Alain Gresh :
    24 janvier 2012 @09h07   « »

    A propos du Moyen-Orient

    Le terme Middle East s’est imposé du temps du colonialisme britannique. Il désignait les pays arabes de l’Egypte à l’Irak, mais aussi la Turquie, la Grèce, Chypre et l’Iran. Londres voyait cette région sous son influence comme un tout et définissait une politique cohérente vis-à-vis d’elle.

    Le quotidien Le Monde et Le Monde diplomatique parlaient traditionnellement de Proche-Orient, pour désigner le monde arabe de l’Egypte à l’Irak, et l’Iran et n’utilisaient jamais le terme Moyen-Orient.

    Mais les distinctions se sont effacées. En général, Le Monde et les médias parlent indistinctement de Proche-Orient et de Moyen-Orient pour désigner le monde arabe depuis l’Egypte et l’Iran. Mais les frontières peuvent parfois être floues. Au Monde diplomatique on en reste au terme Proche-Orient.

  • permalien Lou :
    24 janvier 2012 @19h57   « »

    Aziz Dweik condamné à 6 mois, pourtant madame Catherine Ashton est par là-bas.

    Israel orders 6 months jail without charge for PLC speaker

  • permalien Lou :
    24 janvier 2012 @23h12   « »

    La valse des porte-avions et le tango BHO-Netanyahou

    • …Ce qui nous conduit à la thèse de DEBKAFiles, ce 23 janvier 2012. Le site israélien reste toujours proche des positions de Netanyahou, lorsqu’il s’agit de juger la position d’Obama. Sa principale idée, dans ce texte, est que les affaires de porte-avions et de menace de blocage du détroit sont désormais des gesticulations, et rien d’autre. DEBKAFiles cite le Washington Post, qui parle d’un “envoyé personnel” d’Obama aux dirigeants iraniens, pour relancer une négociation, éventuellement à deux (USA et Iran) sur la question nucléaire, “d’une façon constructive et sérieuse”. Cela suit diverses rumeurs et déclarations de personnalités iraniennes selon lesquelles il y a déjà eu au moins un message secret récent d’Obama à Khameini, le dirigeant suprême religieux de l’Iran. La thèse de DEBKAFiles est donc que BHO “complote” pour trouver un arrangement avec l’Iran, au nez et à la barbe de Netanyahou.

  • permalien K. :
    25 janvier 2012 @00h30   « »

    Pour l’instant les yankees offrent de nouveau 3,8 milliards de prêts garantis à l’entité sioniste, sans conditions préalables autres que le blabla habituel.

    http://www.haaretz.com/news/diploma...

  • permalien K. :
    25 janvier 2012 @00h37   « »

    Article de 2004 :

    L’aide purement écono­mique a gra­duel­lement diminué face à une aug­men­tation de l’aide mili­taire ; cependant, elle constitue encore un tiers du soutien financier annuel. En plus de ces deux types d’aide, les Etats-​​Unis ont accordé à Israël des prêts garantis pour un montant de 10 mil­liards de dollars, et ont à maintes reprises renoncé à toucher les échéances.

  • permalien kisskool :
    25 janvier 2012 @12h03   « »

    « Shanaa a la mémoire courte. Je me rappelle que l’Irak du boucher Saddam Hussein a agressé l’Iran et envahi le Koweit. La guerre contre l’Iran a fait un million de morts. Une milice armée hébergée par les barbares talibans a attaqué les Etats-Unis sur leur sol. »
    Une mémoire défaillante est-elle à l’origine de toutes les contre vérités de Nathan ?

    1) "Saddam Hussein a agressé l’Iran et envahi le Koweit."
    FAUX. C’est une contre vérité que de présenter S.Hussein en boucher agresseur de l’Iran. S.Hussein était le vaillant défenseur de la laïcité, le dernier rempart contre l’intégrisme chiite. C’est ainsi que nos médias le présentaient pendant cette guerre et certainement pas comme un boucher ! A l’époque il était reçu en héros par les USA et leurs alliés ! D’autant penseraient même que c’est son renoncement à agresser l’Iran qui aurait précipité sa chute.

    2) (Une milice armée hébergée par) les barbares talibans (a attaqué les Etats-Unis sur leur sol).
    FAUX. Les Talibans ont été armés et entraînés par la CIA pour lutter contre les Soviétiques ! Traiter de "barbares" ceux que nos JT d’alors présentaient comme de "courageux bergers défendant leur patrie" est un autre déni de notre histoire.

    2 bis) Une milice armée (hébergée par les barbares talibans) a attaqué les Etats-Unis sur leur sol.
    FAUX. De quelle milice armée parlez-vous ? Des pirates et de Ben Laden ? Ce sont tous des Saoudiens, pas des Afghans ! Quelles sanctions ont pris les USA contre l’Arabie Saoudienne ? Aucune. Pas même une condamnation verbale de H. Clinton en 5 ans. On veut libérer les peuples, instaurer la démocratie dans le monde arabe ? La blague ! Le Royaume d’Arabie Saoudite n’est peut-être pas assez islamiste, pas assez dictatoriale pour éveiller l’intérêt de nos amoureux de la démocratisation par la force ?

    Je n’affirmerais donc pas que S.Hussein était un héros et non pas un boucher, je n’affirmerais pas non plus que les Talibans ne sont pas des barbares mais de nobles bergers. Mais je peux affirmer que ce révisionnisme permanent de l’Histoire est opéré par des manipulateurs d’opinions qui n’ont de cesse d’encenser leurs propres actions et de diaboliser leurs ennemis.

    Ce discours ne sert aucune morale, c’est de la propagande utilisant des formules absurdes et insupportables telles que "les guerres préventives" et "les bombardements humanitaires".

    Alors oui, les Iraniens ont raison de s’inquiéter parce que si les dirigeants américains (et non le peuple) y trouvent un avantage, ils les attaqueront.

    A la question "Quand les USA attaqueront l’Europe ?" Certains répondraient : il y a 80 ans en finançant l’ascension du nazisme (afin de stopper la révolution prolétarienne) pour venir ensuite la "libérer" grâce à des bombardements humanitaires massifs qui tuèrent des millions d’innocents et permirent d’installer des gouvernements "amis".

  • permalien Shanaa :
    25 janvier 2012 @13h14   « »

    KissKool, tout à fait d’accord avec votre mise au point !

    Le hic, c’est que l’analyse des événements est à géométrie variable.
    Certes, Saddam n’était un tendre, mais Ariel Sharon était pire, avec sur le dos Jenine et Sabra et Chatila !
    En Irak, les guerres Bushistes et le rasage de Fallodja resteront dans les mémoires, pour longtemps !
    Malgré tous ces crimes dirigés contre le monde arabe, celui-ci se reléve doucement, faisant fi du concert de diabolisation massive !

  • permalien Mango :
    25 janvier 2012 @14h32   « »

    Ca est tres interessant...

  • permalien Yvan :
    25 janvier 2012 @15h18   « »


    Sénat - Compte rendu analytique officiel du 17 janvier 2012
    Article 3

    Mme Françoise Laborde, auteure de la proposition de loi. - J’aurais pu préciser qu’il s’agissait, dans cet article, de neutralité religieuse et politique ; cela m’aurait peut-être épargné les mauvais procès en islamophobie. Notre collègue Guerriau a témoigné que ce texte avait une valeur informative et ne visait à stigmatiser personne en s’appuyant sur la mobilisation suscitée, dans sa commune, par le prosélytisme d’une assistante maternelle témoin de Jéhovah. Non, je ne cherche pas à instrumentaliser la laïcité comme la candidate du Front national. Non, je ne suis pas partie en croisade au nom d’une nouvelle religion laïque.

    Mon mandat parlementaire me donne la responsabilité d’élaborer la loi. Je le fais conformément aux valeurs laïques des radicaux de gauche. Je crois que nous avons tout à gagner à réinvestir le champ de la laïcité. Il ne doit pas être laissé en jachère : il ne va pas se ressemer comme une herbe folle, il faut le cultiver.

    En favorisant une plus grande transparence et un respect mutuel, ce texte, je le crois, renforcera l’esprit de tolérance.

    Mme Isabelle Pasquet. - Le groupe CRC votera contre cet article qui complique les choses. Il implique un fort degré d’ingérence dans la vie privée des assistants maternels, qui ne se justifie pas. D’autant que la conviction religieuse, comme l’engagement politique, varie au cours d’une vie.

    M. Alain Richard, rapporteur de la commission des lois. - Ce texte institue une règle d’information ; il ne crée aucune sorte de limitation. Il serait peu satisfaisant que, dans un État de droit, des parents confient leur enfant à une personne qui le placerait dans un environnement religieux dont ils ne sauraient rien. La seule obligation est celle de la transparence. Le code du travail admet que certains contrats prohibent les signes d’appartenance religieuse. Ici, nous ne faisons qu’exiger que les assistants déclarent s’ils pratiquent leur religion au cours des heures de garde. Il ne s’agit pas de la vie privée.

    Ce texte ferait obstacle à l’emploi de femmes voilées ? Au contraire ! Si l’assistante maternelle est voilée, les parents seront tout de suite informés de ses croyances. Il n’y a donc aucun problème. Si des parents ne souhaitent pas que leur enfant soit élevé dans une certaine atmosphère religieuse, ils ont le droit d’être informés. Je vous renvoie à l’exemple des Témoins de Jéhovah : leur appartenance religieuse ne se voit pas immédiatement.

    Ce texte est un petit progrès non violent ! (Applaudissements à gauche)


  • permalien Yvan :
    25 janvier 2012 @15h35   « »

    Erratum : le message précédent sur le Sénat est à supprimer

  • permalien Lou :
    25 janvier 2012 @20h47   « »

    PressTV et sa leçon de liberté

    L’action contre la station de télévision iranienne PressTV (voir le 21 janvier 2012) par le gouvernement britannique d’une façon cynique et délibérée qui reflète à la fois son arrogance et sa situation d’urgence, voilà qui constitue à la fois un bon exemple et un épisode marquant de cette bataille.

    Il nous intéresse à cet égard de mettre l’accent sur un témoignage concernant PressTV (et le site PressTV.com pour nous), celui de Danny Schechter, dont il nous est arrivé de présenter des commentaires. Cette fois, il s’agit du témoignage de Schechter sur PressTV, station à laquelle il a collabopré. Il faut savoir que Schechter est un dissident US de gauche, donc extrêmement pointilleux sur les aspects de la démocratie, de la liberté de l’expression, etc. Ce n’est pas un ami du gouvernement iranien ; mais ce n’est pas un ami non plus, peut-être encore moins semble-t-il, du régime américaniste tel qu’il existe aujourd’hui.
    (...)
    La conclusion de Schechter est évidente, et elle vaut pour nous tous. L’attaque contre PressTV n’est pas une attaque partisane essentiellement (contre l’Iran), c’est une attaque partisane qui se place au sein d’une attaque générale contre toutes les libertés d’expression. Cela vaut pour tous les domaines de la communication. Le Système est aux abois, il devient de plus en plus brutal, cynique, arbitraire. « If Western governments get away with suppressing Iranian media today, ours will be next », conclut Schechter. C’est l’évidence.

  • permalien Lou :
    25 janvier 2012 @21h45   « »

    Pétrole, dollar, or, Iran : qui isole qui ?

    Une délégation indienne s’est rendue en Iran pour mettre au point les modalités de paiement du pétrole iranien en fonction de l’embargo imposé à l’Iran par les USA et l’Europe. (L’Inde importe pour $12 milliards de pétrole iranien par an, soit 12% de sa consommation.) Le résultat est le choix de l’or pour ce paiement, selon DEBKAFiles du 23 janvier 2012. L’information est reprise par PressTV.com (site iranien) le 24 janvier 2012, ce qui semble apporter la caution implicite de sources iraniennes. La Chine devrait suivre cette voie, tandis que des mécanismes bancaires sont mis en place pour permettre ces transactions, notamment avec des banques turques. La Russie doit également mettre en place une structure de cette sorte pour ses transactions avec l’Iran. (...)

  • permalien Noval :
    26 janvier 2012 @14h31   « »

    Dernières nouvelles de la couillonnade intitulée " négociations israélo - palestiniennes " .

    Mahmoud Abbas a paraît-il "laissé entendre qu’ il pourrait renoncer à exiger un arrêt de la colonisation pour reprendre les négociations si les deux parties s’entendaient sur le tracé des frontières "

    Après le premier renoncement, place au deuxième :

    "Si nous délimitons les frontières, il est possible de revenir aux négociations mais les Israéliens ne veulent pas délimiter les frontières"

    Non Mahmoud Abbas ! " Ils " ne délimiteront aucune frontière ! En tout cas pas avant d’avoir réalisé Eretz Israël !

    http://www.lexpress.fr/actualites/1...

  • permalien valentini :
    26 janvier 2012 @14h45   « »
    Java euro-occidentale autour de la bombe irano-orientale

    La Sainte-Alliance des amis d’Israël, -Aïe ! Aïe ! Aïe !- et de la paix, sur la terre comme au ciel, que les marchés ont mis en déroute, les prenant à la bolchévik, par tous les bouts à la fois, veulent stopper IRAN, dans sa persévérance à se doter de l’arme nucléaire. Ce que l’état iranien, -Hi ! Han !- nie évidemment de toutes ses forces. N’oeuvre-t-il pas, comme Louis-le-pieux, à libérer la terre sainte des infidèles ? (ce vocabulaire radical s’obtient, couché dans la boue, en mâchant des racines). Qui ne voit que l’état en question lui aussi aime les roses. Et d’ailleurs s’il en avait le loisir, il en peindrait le dimanche. Ses buts sont pacifiques. Il ne désire rien de moins que le bonheur de son peuple. Il travaille à son bien-être et lui prodigue force câlins et autres gâteries économiques, à l’image de la communauté internationale qu’il ne hait point, au final. Voilà le rêve immuable de tout état moderne, y compris en période prénatale : acquérir le maximum de puissance dont la limite se définit au fur et à mesure des avancées du progrès et simultanément hors de l’espace et du temps, puisqu’au fond ce rêve est religion ! Simplement, en Iran, il est interdit d’afficher le Guide du guide, vu que les mouches pourraient chier dessus. Vu d’ici, cette manière de voir, curieusement, devient l’enjeu intellectuel majeur de notre époque. L’esprit libéral ne va quand même pas s’en laisser conter par l’intégrisme religieux.

    (lire la suite sur 1847 ;overblog.com)

  • permalien Lou :
    26 janvier 2012 @20h45   « »

    L’Europe en guerre avec l’Iran

    par Pepe Escobar, Asia Times 25 janvier 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

    Personne ne perdra jamais d’argent en pariant sur la stupidité des politiciens de l’Union Européenne (UE). Et si vous êtes trader de pétrole, réjouissez-vous en vous rendant à la banque ; comme prévu, les ministres des affaires étrangères de l’Union Européenne – emboitant docilement le pas de l’administration Obama – ont donné leur feu vert à un embargo complet sur le pétrole iranien.

    (...)

    Trois membres du BRICS (la Chine, l’inde et la Russie) plus le Japon et l’Iran – un puissant mix des plus grands producteurs et consommateurs mondiaux d’énergie – sont déjà en train de commercer, ou sur le point de le faire, dans leurs propres monnaies. La Russie et l’Iran viennent de commencer à commercer en roubles et en rials. Toutes ces puissances ont des accords bilatéraux – qui vont inexorablement évoluer vers la multilatéralité ; ce qui se traduit par un lent déclin du dollar en tant que monnaie de réserve au niveau mondial, avec les répercussions sismiques que cela implique.

    C’est comme si un monde stupéfait était en train de regarder un rituel d’hara-kiri exécuté auralenti par l’Occident sous la domination de Washington.

  • permalien Noval :
    27 janvier 2012 @16h44   « »

    Robert Fisk : " Pour les Palestiniens de Cisjordanie, Israël est le violent, le colonisateur, la puissance occupante. Mais du moment que l’on mentionne l’Iran, cette puissance coloniale se trouve transformée en un Etat minuscule, vulnérable et paisible sous une menace imminente d’extinction (...) ... les propres têtes nucléaires israéliennes - que trop réelles, et estimées maintenant à près de 300 - disparaissent du scénario "

    http://www.info-palestine.net/artic...

  • permalien Cana :
    27 janvier 2012 @20h53   « »

    à Tarek

    les assassinats ciblés de scientifiques arabes et/ ou musulmans- partout dans le monde, datent depuis le début , voire même avant , l’institution par la force de l’entité coloniale sioniste. Il nous manque un livre d’histoire sur cette stratégie de domination du P.O avec la liste des savants arabes et iraniens éliminés.
    ça a commencé depuis belle lurette pour interdire l’accès à la jouissance des richesses ( eau pétrole) et l’interdiction de s’approprier le développement et l’autonomie par l’énergie nucléaire.
    Celui dont je me souviens c’est l’ingénieur HYDRAULIQUE Libanais Ibrahim Abd-El-AL qui voulait planifier au Liban et en Syrie
    un réseau hydraulique basé sur des études sérieuses sur les sources et les lacs.
    Né en 1908 , il a été éliminé en 1959. Il voulait construire un réseau intelligent d’irrigation pour le Sud du Liban entre autres.
    Récemment d’autres chercheurs libanais mais pas seulement ( syriens , irakiens) de haut niveau en France et aux US ont subi le même sort.
    Je ne sais pas ce qui va s’épuiser en premier , la volonté de vivre digne , ou bien la démesure du meurtre infini ?

  • permalien K. :
    27 janvier 2012 @21h51   « »

    Ban ki Moon : C’est à l’Iran de prouver que son programme nucléaire n’est pas à visée militaire.

    "They have to prove themselves that their nuclear development program is genuinely for peaceful purposes, which they have not done yet." he said.

    http://www.newsday.com/news/nation/...

  • permalien une Tunisienne :
    28 janvier 2012 @12h07   « »

    Cana :
    27 janvier @20h53

    Tout à fait. je suis d’accord avec vous. Je me rappelle surtout des savants iraquiens liquidés dans la foulé du bombardement du site de la centrale nucléaire d’Osirak.
    En Tunisie, nos savants aussi sont soient obligés de travailer en Occident soiet empeché de travailler s’ils persistent à rester dans le pays.

    Le cas de Bechir Torki, savant dans le nucléaire. premier président de l’Agence des Nations-Unis à Vienne. Il a conçus, dans les années 60 du précédent siècle le premier système pour dé- saliniser l’eau de mer et fertiliser le désert. Il a remis son projet au gouvernement tunisien. L’Urss à l’époque s’est proposée de le financer. Le president tunisien de l’époque, Bourguiba, pour ne pas fâcher les américains refusa. Le projet, on ne sait comment se retrouva en Israël qui créa l’usine( utilisation de l’atome pour un projet civil. Dé -salinisation de l’eau de mer) en Israël.

    Bechir Torki ne put rien faire en Tunisie. Il fut étiqueté" fou, marginal". il termina sa vie comme enseignant de physique à la faculté de Medecine de Tunis. il est mort il y a 3 ans.http://fr.answers.yahoo.com/questio...

  • permalien une Tunisienne :
    28 janvier 2012 @12h11   « »

    Pour l’histoire, il est bon de rappeler que déjà, dans les années 60, un savant tunisien, mon homonyme et ami – et aussi mon condisciple de Sadiki –, le professeur Béchir Torki, ci-devant directeur du Centre de recherches nucléaires de Tunis-Carthage, sis dans les locaux de l’Aviation militaire d’EI-Aouina, avait mis au point le projet de doter le sud tunisien d’une centrale nucléaire de la première génération. Refroidie à l’eau lourde (D2O), elle devait avoir une double finalité : fournir 75 mégawatts de puissance électrique ainsi que 150 mille mètres cubes d’eau douce à partir de l’eau de mer. À l’époque, le projet a été estimé – si j’ai bonne mémoire – à 15 millions de dinars. Soit, 5 millions de moins que le budget annuel du ministère de la Défense de l’époque.

    L’URSS avait proposé de réaliser, à ses propres frais, le projet Torki et d’en faire don à la Tunisie. Bourguiba refusa l’offre afin de ne pas heurter les Américains. L’entourage présidentiel traita de dingue le génial savant. Le super ministre de tutelle, Ahmed Ben Salah classa le dossier. Il ne voyait pas l’importance du projet ni son impact sur l’économie nationale. Des milliers de km2 de terres désertiques eussent été transformées en jardins et en vergers. L’URSS réalisa le projet sur son territoire. Il fut inauguré en 1968.

    Deux années plus tard, en 1970, Israël le réalisa dans le Néguev. On sait ce qu’est devenu ce désert immense. Par contre, on ne sait pas encore – le saura-t-on jamais – comment les Israéliens ont pu avoir entre les mains le dossier de ce projet, le premier dans le monde de conception purement tunisienne à avoir une double finalité : fournir de l’électricité et transformer l’eau de mer en eau potable par dessalement.

    Le Centre de recherches nucléaires de Tunis-Carthage, aidé par l’aviation militaire équipée d’appareils de détection nucléaire ultrasensibles a quadrillé tout le pays à la recherche de l’uranium naturel. Cet élément radioactif se trouve mélangé aux mines de phosphate dont les réserves sont estimées à 3 milliards de tonnes. Les teneurs en uranium fluctuent de 50 à 150 ppm. Au taux moyen de 100 ppm, nos réserves en uranium sont donc de l’ordre de 300 mille tonnes. Il a été procédé à l’extraction expérimentale et à l’enrichissement jusqu’à 50%. Ne devrons-nous pas poursuivre cet effort afin d’assurer notre indépendance en matière de combustible nucléaire ?
    Sources :
    http://www.leaders.com.tn/article/b...

  • permalien K. :
    28 janvier 2012 @22h57   « »

    Jim Lobe :

    Un nombre croissant de membres de l’"élite" US (tous pro-guerre contre l’Irak à l’époque) s’oppose à l’option militaire contre l’Iran.

  • permalien Rouzbeh :
    29 janvier 2012 @14h52   « »

    Représentant du Guide suprême prend le large, vers le golfe Persique pour fermer le détroit d’Ormuz !
    http://tease.blogspot.com/2012/01/b...

  • permalien Yvan :
    30 janvier 2012 @18h42   « »
    L’Iran responsable d’une crise écologique majeur ?

    Après l’embargo sur le lourd iranien de l’EU :

    Actualité Transport > L’Union européenne décide un embargo du pétrole iranien

    Dans le cadre de sanctions prises contre l’Iran, L’Union européenne a décidé d’un embargo sur le pétrole et tous les produits pétroliers du pays. Cela ne devrait toutefois pas faire augmenter les prix du brut, déjà au plus haut.


    ... et bien qu’il soit entendu que plus une matière première se raréfie sur les marchés et moins elle coûte cher, la France prudemment, décrète les bitumeux américains pas si polluants que ça :

    Paris ne veut plus pénaliser les sables bitumineux | Oil Man


    La France a mis fin à son soutien à une directive européenne qui vise à désigner les sables bitumineux canadiens comme la forme de pétrole de loin la plus néfaste pour le climat, a-t-on appris auprès de diverses sources proches du dossier.


  • permalien Sakhra :
    30 janvier 2012 @21h10   « »

    Dans le cadre de sanctions prises contre l’Iran, L’Union européenne a décidé d’un embargo sur le pétrole et tous les produits pétroliers du pays. Cela ne devrait toutefois pas faire augmenter les prix du brut, déjà au plus haut.

    Et pour cause, les vassaux de l’empire , Séoudiens et pays "golfiques" ont assuré leurs "seigneurs" qu’ils augmenteront leur production de pétrole pour compenser les importations du pétrole iranien..

    Les Wahabites , pour la guerre...

    .La déclaration du ministre saoudien est sans équivoque : c’est un appui à la guerre contre l’Iran, qui est, ce n’est pas un secret, fortement exigée par Israël. L’esprit terriblement borné des tenants du système wahhabite, qui réprime sans pitié des Saoudiens chiites réclamant des droits élémentaires, les pousse à considérer que l’Iran est un ennemi et Israël un allié de fait. Le discours des Saoudiens sur la compensation du pétrole est un acte ouvertement hostile. Il a pour but d’encourager les Européens à appliquer l’embargo en leur apportant l’assurance d’un approvisionnement régulier. Il vise aussi à convaincre des pays asiatiques qu’ils pourront se passer du pétrole iranien et se servir en Arabie Saoudite.

    http://cjpp5.over-blog.com/article-...

    Après avoir liquidé ce qui restait de la Ligue, dite arabe, voilà les "vendus" sionisés, qui veulent faire éclater l’OPEP...

  • permalien Lou :
    30 janvier 2012 @22h32   « »

    Fabius (PS) en mission pour Hollande au Proche-Orient, avant Chine et Japon

    Interrogé sur le conflit du Proche-Orient il a expliqué que les socialistes étaient “favorables à des négociations” ajoutant : “nous avons pris position pour une reconnaissance internationale de la Palestine”.

    Sur l’Iran, il a déclaré qu’ils étaient “sur une position de fermeté” tout en jugeant nécessaire de “trouver des canaux de communication”.

    “L’éventuelle possession de l’arme nucléaire par l’Iran serait d’une immense gravité, nous partageons la position de sanction mais il faut en même temps que l’on trouve des canaux de communication”, a-t-il dit.

    Il a toutefois admis que “ce n’est sans doute pas sur ces deux domaines (Iran et Proche Orient) que les différences sont les plus fortes” (avec l’actuel gouvernement).

    Le changement, c’est pas maintenant.

  • permalien Lou :
    31 janvier 2012 @22h07   « »

    La guerre avec l’Iran, pas une fatalité pour le renseignement américain

    WASHINGTON - Les sanctions et la diplomatie peuvent convaincre l’Iran de cesser son programme nucléaire controversé, car ses dirigeants agissent rationnellement en suivant une approche coût-bénéfice, a estimé mardi le patron du renseignement américain.

    Malgré l’aggravation des tensions avec Téhéran et la guerre des nerfs à propos du détroit d’Ormuz depuis le début de l’année, une intervention militaire contre l’Iran n’est pas une fatalité, selon le directeur national du renseignement (DNI) James Clapper.

    Nous estimons que le processus de décision iranien en matière nucléaire est guidé par une approche coût-bénéfice, qui donne à la communauté internationale la possibilité d’influencer Téhéran, a-t-il expliqué lors d’une audition devant les sénateurs de la commission du renseignement.

    L’objectif fondamental des dirigeants iraniens est la survie du régime, a rappelé devant les sénateurs le directeur de la CIA, l’ancien général David Petraeus.

    L’analyse des renseignements américains fait écho à la position exprimée par le président Barack Obama lors de son discours sur l’état de l’Union. Il avait alors dit croire qu’une résolution pacifique de la crise avec l’Iran était encore possible.

    (...)

    James Clapper n’a cependant pas caché que la situation actuelle était très délicate, notamment parce qu’Israël, avec qui les Etats-Unis maintiennent une relation étroite, voit la perspective d’un Iran nucléaire comme une menace pour son existence.

    Le chef du Mossad israélien, Tamir Pardo, s’est d’ailleurs rendu à Washington la semaine passée pour discuter de cette question avec son homologue de la CIA, a incidemment lâché la présidente de la commission du renseignement, la sénatrice démocrate Dianne Feinstein.

    La position du renseignement américain est que les dirigeants iraniens restent divisés sur la question de se doter ou non de l’arme nucléaire et n’ont pas pris de décision à ce sujet, même s’ils poursuivent le programme controversé.

    Pour le secrétaire à la Défense Leon Panetta, les Iraniens mettraient environ un an à produire suffisamment d’uranium enrichi nécessaire à une bombe atomique s’ils décidaient d’acquérir l’arme nucléaire, ce qui constituerait une ligne rouge pour Washington.

    Il leur faudrait ensuite un ou deux ans pour l’installer sur un vecteur, tel qu’un missile, a-t-il confié dimanche sur la chaîne CBS.

  • permalien Lou :
    31 janvier 2012 @22h18   « »

    Israël : le chef du Mossad à Washington pour discuter de l’Iran

    Selon la deuxième chaîne de télévision privée israélienne, ce genre de visite du chef du Mossad est habituellement tenue secrète.

    La télévision israélienne a précisé que Tamir Pardo avait évoqué la possibilité qu’Israël attaque unilatéralement l’Iran, alors que les dirigeants israéliens soufflent le chaud et le froid sur l’éventualité de frappes contre les installations nucléaires iraniennes.

    Comme vous, j’ai rencontré le chef du Mossad lorsqu’il était ici à Washington, a de son côté confié le directeur de la CIA, l’ancien général David Petraeus, lors de cette audition.

    Cela s’inscrit dans un dialogue continu qui comprend également des conversations que j’ai eues avec le Premier ministre (israélien Benjamin) Netanyahu et le ministre (de la Défense Ehud) Barak, a-t-il ajouté, précisant qu’il s’entretenait tous les mois avec le ministre israélien depuis sa prise de fonctions à la CIA en septembre.

    Mossad chief holds secret U.S. meetings on Iran nuclear threat, Senate panel reveals

  • permalien K. :
    3 février 2012 @07h19   « »

    Première de couverture du New York Times Magazine :

    Veuillez-vous [sic] trouver ci-dessous quelques extraits de l’article tel que publié par The New York Times.

  • permalien Yvan :
    4 février 2012 @07h14   « »
    Pire que l’islamo-fascisme

    Une publicité israélienne fait enrager l’Iran | Nouvelles d’Iran

    Une publicité de l’entreprise de télécommunications israélienne HOT a provoqué la colère de députés iraniens. Celle-ci met en scène des agents du Mossad à Ispahan.


  • permalien Rouzbeh :
    4 février 2012 @22h05   « »

    No comment...

    Les ministres affirment que les sanctions contre l’Iran sont motivées par leurs craintes sur la nature du programme nucléaire de Téhéran. Les soupçons européens n’ont pas pu être confirmés par l’Agence internationale de l’énergie atomique, bien que l’Iran soit l’État le plus inspecté au monde en cette matière. Ils se fondent exclusivement sur des rapports de renseignement israéliens, alors même qu’Israël ne cache pas son intention de provoquer un conflit armé contre l’Iran.

    En définitive, les sanctions prises contre l’Iran par les Ministres des affaires étrangères européens pour plaire à leur partenaire israélien se révèlent être à l’encontre des entreprises et des salariés européens.

    http://www.voltairenet.org/Les-Euro...

  • permalien K. :
    5 février 2012 @10h25   « »

    La propagande atlanto/sioniste considère que le lavage de cerveau a atteint un point de non retour : liens Iran/alQaeda.

    Iran warmongers : Iran is ideologically committed enough to commit regime suicide but practical enough to cross sect divide, work w/ AlQaeda

    https://twitter.com/# !/YousefMunayy...

  • permalien K. :
    5 février 2012 @11h00   « »

    Le très prudent Paul Rogers : le risque d’attaque contre l’Iran n’a jamais été aussi élevé.

  • permalien Sakhra :
    5 février 2012 @14h28   « »

    Une attaque contre l’Iran serait une folie, donc ne l’excluez pas !

    Panetta, pictured below, who lied to US forces in Iraq by claiming to them they were there because of 9/11, should know better than to play this game. CNN ditto. I shall forget Ignatius. But what is all this ? Nine years after invading Iraq – an enormously successful adventure, we are still told – because Saddam Hussein had "weapons of mass destruction", we plan to clap our hands as Israel bombs Iran because of more unprovable "weapons of mass destruction". Now I don’t doubt that within seconds of hearing the news, Barack Obama’s grotesque speech-writers will be grovelling to find the right words to support such an Israeli attack. If Obama can abandon Palestinian freedom and statehood for his own re-election, he can certainly support Israeli aggression in the hope that this will get him back in the White House.

    If Iranian missiles start smashing into US warships in the Gulf, however – not to mention US bases in Afghanistan – then the speechwriters may have much more work to do. So just don’t let the Brits or the Frenchies get involved.

    http://www.independent.co.uk/opinio...

  • permalien Rouzbeh :
    5 février 2012 @15h06   « »

    M. Moussavian : "Le nucléaire est devenu la clé de voûte du nationalisme iranien"

    Les assassinats de scientifiques iraniens constituent-ils une dissuasion efficace ? Ces assassinats auront pour effet d’accélérer les travaux nucléaires iraniens. Ils sont complètement contre-productifs... sauf si précisément vous visez à faire monter la tension. Pour l’homme de la rue en Iran, ces scientifiques sont une fierté nationale, et ce sentiment profite au pouvoir en place. Or, ce dernier est convaincu que ces assassinats sont le résultat d’une alliance des services secrets américains, britanniques et israéliens.

    http://www.lemonde.fr/proche-orient...

  • permalien K. :
    5 février 2012 @15h22   « »

    Les procédés du va-t-en-guerre David Ignatius décortiqués par Gareth Porter :

    Ignatius a choisi de ne pas souligner que l’estimation de moins de 500 décès [en cas d’attaque israélienne contre l’Iran] avait été donnée par [Ehoud] Barak en Novembre dernier en réponse à une déclaration de l’ancien directeur du Mossad, Meir Dagan, disant qu’une attaque contre l’Iran précipiterait une guerre "régionale qui mettrait en danger l’existence de l’Etat (israélien). "

  • permalien K. :
    5 février 2012 @16h46   « »

    Quelques Etasuniens essayent d’attirer l’attention de leurs compatriotes sur l’imminence d’une guerre contre l’Iran.

    http://news.antiwar.com/2012/02/04/...

  • permalien K. :
    6 février 2012 @20h41   « »

    L’Iran « promet d’attaquer n’importe quel pays utilisé par ses ennemis pour frapper son sol. »

    Le Qatar et la Turquie pressent l’Occident de ne pas attaquer l’Iran. Le ministre des A.E turc : une attaque contre l’Iran serait un désastre.

    http://www.haaretz.com/news/middle-...

  • permalien Lou :
    7 février 2012 @00h00   « »

    Iran : Nétanyahou ordonne le silence à ses ministres et généraux

    Agence France-Presse
    Jérusalem, Israël

    Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a ordonné à ses ministres et aux responsables militaires de cesser de « palabrer » sur la possibilité d’attaques contre les installations nucléaires iraniennes, affirment lundi des médias israéliens.

    M. Nétanyahou a pris cette initiative à la suite d’une série de déclarations alarmistes ces derniers jours de membres de son gouvernement et de hauts gradés sur ce dossier.

    « Ces palabres provoquent des dégâts énormes, car elles donnent l’impression que c’est qu’Israël qui mène l’offensive au risque de faire échouer les efforts pour imposer des sanctions contre l’Iran », a affirmé M. Nétanyahou lors d’une réunion des ministres du Likoud, son parti, selon le site du quotidien Maariv.

    Selon ce journal, qui cite un « haut responsable à Jérusalem », le premier ministre veut éviter de donner l’impression qu’Israël souhaite entraîner les États-Unis contre leur volonté dans une guerre contre l’Iran ».(...)

    oh !

  • permalien K. :
    7 février 2012 @00h41   « »

    Déjà, dans les années 1990...

    ... Un comité gouvernemental [israélien] interne avait conclu dans le milieu des années 1990 que la position dure d’Israël envers l’Iran s’était retournée contre elle (..) faisant apparaître les ambitions nucléaires de Téhéran comme un problème israélien, plutôt qu’une préoccupation de l’ensemble de la Communauté internationale. (..)

    Pour éviter qu’un tel scénario n’émerge [celui d’un rapprochement entre l’Iran et les USA après le NIE 2007], Israël a ressenti le besoin de sonner l’alarme, de créer des obstacles politiques à un dialogue US-Iran et de presser Washington de garder toutes les options ouvertes – pour qu’il n’apparaisse pas lui-même comme étant sur la ligne de front contre l’Iran .

  • permalien yo13 :
    7 février 2012 @08h28   « »

    Si Israel a la legitimite d’etre un pays, pourquoi la palestine ne la pas ?

  • permalien K. :
    7 février 2012 @21h20   « »

    Natasha Bahrami et Trita Parsi dans le "Boston Review of Books," sur l’efficacité des sanctions :

    Des recherches complémentaires sont nécessaires sur la corrélation inverse entre les larges sanctions économiques et la démocratisation.

    Les données existantes, cependant, suggèrent que les groupes indigènes pro-démocratie doivent être prudents sur l’utilisation de sanctions économiques comme d’un outil dans leurs luttes contre les régimes autoritaires.

    Les données ne montrent pas seulement que face à des sanctions les dictatures ont tendance à renforcer leur emprise sur le pouvoir, mais aussi que les cas de réussite de la démocratisation ont massivement eu lieu en l’absence de larges sanctions économiques.

    -------------------------------------------------- ------------------------------

    Mais il y a très certainement une corrélation directe entre les sanctions et les comptes en banques des yankees.

  • permalien K. :
    7 février 2012 @22h46   « »

    “If Israel does a unilateral strike, this could be a real problem for the national security interests of the United States,” Rep. Mike Rogers, R-Mich. [chairman of the House Intelligence Committee], said today on CNN’s “State of the Union.”

    http://abcnews.go.com/blogs/politic...

  • permalien Lou :
    8 février 2012 @19h25   « »
    Même Claude Lanzmann, alors, Quand Israël attaquera-t-il l’Iran ?

    08.02.12 à 16h00
    Plainte à l’aéroport de Tel Aviv contre Claude Lanzmann, réalisateur de Shoah

    « Une abrutie de la sécurité a fouillé trois fois nos bagages et après l’enregistrement, tandis qu’elle nous surveillait encore, j’ai passé un doigt sous son menton, disant ironiquement à mes assistants : +Look how charming she is (Regardez comme elle est charmante)+ », a relaté à l’AFP Claude Lanzmann, démentant tout autre geste.

    « Elle a été se plaindre à sa supérieure qui a foncé sur moi, m’a arraché mon passeport et a appelé la police », a-t-il ajouté.

    Au terme de l’interrogatoire, « on m’a ramené à l’avion qui m’avait attendu pendant plus d’une heure trente », a précisé le cinéaste.
    « Rien ne s’est passé, sauf que les filles de la sécurité à Ben Gourion sont des grandes malades et qu’à en juger par leur comportement, Israël est un mélange de Kaboul, de Téhéran et des spécialistes des +gender studies+ aux Etats-Unis », a-t-il ironisé.

  • permalien Lou :
    12 février 2012 @15h58   « »
    Israël attaque toujours GAZA

    Raids aériens israéliens sur Gaza, 1 mort 3 blessés

    Abdul-Karim Az-Zaytouna, 69 ans a été tué.

  • permalien K. :
    12 février 2012 @21h26   « »

    Deux diplomates US (tellement) à la retraite (qu’ils ont oublié ce que yankees veut dire) proposent dans le NYT un plan (dé)raisonnable pour désamorcer le danger d’une guerre contre l’Iran.

    Iran would agree to cease making threats against Israel, and the United States would agree to support efforts toward achieving a nuclear-free zone in the Middle East.

  • permalien K. :
    14 février 2012 @19h21   « »

    Paul Woodward sur les attentats anti-israéliens en Inde et Géorgie :

    Contre-terrorisme iranien ?

    Avons-nous atteint un moment tout à fait prévisible, où la lutte contre le terrorisme doit étre redéfinie ? En d’autres termes, lorsque des attentats à la voiture piégée initiés par un état-parrain du terrorisme [c-a-d l’entité sioniste/MEK] provoquent une contre-attaque du même genre, devons-nous appeler une telle attaque un acte de contre-terrorisme ?

  • permalien Lou :
    14 février 2012 @22h50   « »

    Ce blog est une mine, on y trouve ce qu’on n’y cherchait pas : un salut à Zulficar devenu Zulficar-Ansar qui écrivait le 19 juillet 2008 @12h35

    Bonjour à tous,

    Dans une libre opinion (op-ed) publiée le 19 juillet par le quotidien américain The New York Times sous le titre « Using bombs to stave off war » (Bombarder pour éviter la guerre),l’historien Benny Morris,un des représentants les plus influents des nouveaux historiens israeliens, estime qu’Israël attaquera l’Iran d’ici quatre à sept mois.

    Dans ce même fil K. rappelait deux textes mentionnés par Ana Qu’est-ce que le sionisme par Maxime Rodinson et Les assassins de la mémoire de Pierre Vidal-Naquet

  • permalien K. :
    15 février 2012 @20h52   « »

    « Dans un surprenant écart aux normes, » le contre-terrorisme indien a été empêché d’accéder aux lieux de l’attentat contre l’ambassade de l’entité sioniste, affirme le quotidien indien “Deccan Herald.”

  • permalien K. :
    15 février 2012 @21h16   « »

    Pour rappel,

    Affaire Lavon

    L’« opération Susannah » visait à brouiller les relations entre le gouvernement égyptien et les gouvernements occidentaux en particulier américain et britannique, et plus spécifiquement à empêcher l’application de l’accord anglo-égyptien sur le retrait des troupes britanniques de la zone du canal de Suez, retrait qui supprimait une barrière à une éventuelle attaque militaire égyptienne contre Israël.

    Pour ce faire, le colonel Binyamin Gibli, le chef du Aman, organisa des attentats à la bombe contre des intérêts égyptiens et occidentaux, attentats qui devaient être attribués à des nationalistes égyptiens, afin de « miner la confiance occidentale dans le régime égyptien en générant de l’insécurité publique[1] ».

  • permalien Lou :
    15 février 2012 @22h09   « »

    Dedefensa

    L’Inde, les pressions anti-Iran du bloc BAO et le facteur Rafale

    L’article s’appuie sur des “sources” gouvernementales autant que sur des avis identifiés d’experts indépendants qui constituent un renforcement des précisions données par ces sources. L’ensemble, au niveau des relations économiques, confirme les analyses et certaines précisions données par M K Bhadrakumar, le 10 février 2012, en y ajoutant d’autres précisions sur d’autres initiatives de coopération “‘stratégique” entre les deux pays. L’idée de M K Bhadrakumar, selon laquelle cet aspect (les relations économiques Inde-Iran) est effectivement stratégique et fondamental dans la politique indienne, en sort renforcée.

    Les précisions sur l’attentat anti-isralien sont, justement, assez imprécises pour montrer qu’un doute sérieux existe chez les Indiens sur l’origine de cet attentat. A tout le moins, le gouvernement indien ne tient nullement pour absurde l’affirmation iranienne selon laquelle ces opérations pourraient être des montages anti-iraniens. L’intervention des organisations juives rend l’atmosphère encore plus pressante et passionnelle et confirme que l’Inde est une cible privilégiée, sinon la cible principale de la campagne lancée par le bloc BAO pour modifier les soutiens implicites apportés à l’Inde.

  • permalien K. :
    17 février 2012 @14h30   « »

    L’Inde résiste aux pressions.

    http://www.deccanherald.com/content...

  • permalien K. :
    17 février 2012 @19h04   « »

    Logique sioniste : nous ne devons violer que la souveraineté des pays faibles, parce qu’ils ne sont pas « insanes »...

    An attack on insane Iran is out of our league and could prove a tragedy for generations to come.

  • permalien Lou :
    18 février 2012 @00h06   « »

    Un proche conseiller d’Obama en Israël pour parler de l’Iran

    (...) Le voyage de M. Donilon s’inscrit dans la continuité de consultations régulières au plus haut niveau entre les Etats-Unis et Israël, conformément à notre partenariat solide et à notre engagement sans faille envers la sécurité d’Israël, a ajouté la Maison Blanche.

    Cette visite interviendra alors que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu est attendu début mars aux Etats-Unis, selon son bureau. La Maison Blanche n’a pas encore dit s’il serait reçu par M. Obama à cette occasion.

    Ces dernières semaines, Israël a soufflé le chaud et le froid sur la possibilité de mener des bombardements destinés à paralyser le programme nucléaire iranien, au moment où Washington et ses alliés occidentaux tentent de renforcer les sanctions sur la république islamique, en particulier son secteur financier. (...)

  • permalien K. :
    18 février 2012 @14h16   « »

    Israël a réussi à ce que les organes de presse les plus importants répètent ces derniers jours ses arguments selon lesquels le fait que les bombes à Tbilissi, Delhi, Bangkok sont presque du même genre oriente vers le même coupable.

    Le problème, nous dit-on ici, est que c’est aussi le même type de bombes utilisés dans l’assassinat des scientifiques iraniens commandité par Israel.

  • permalien Yvan :
    18 février 2012 @14h35   « »


    Catherine Ashton
    La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton suit avec "grande inquiétude" la détérioration de l’état de santé d’un Palestinien détenu sans jugement par Israël et en grève de la faim depuis 63 jours, a indiqué un communiqué publié samedi. "La Haute représentante de l’Union pour les Affaires étrangères suit avec grande inquiétude les informations sur la détérioration de l’état de santé de Khader Adnane, un Palestinien placé en détention administrative en Israël qui poursuit une grève de la faim depuis la mi-décembre", selon ce communiqué. Il s’agit de la plus longue grève de la faim d’un détenu palestinien, selon des sources officielles palestiniennes. Mme Ashton demande au gouvernement israélien "de faire tout ce qu’il peut pour préserver la santé de Khader Adnane", a également souligné le communiqué tout en exprimant sa "préoccupation" concernant "l’usage extensif des détentions administratives par Israël". "Les détenus ont le droit d’être informés des véritables charges qui pèsent sur eux ainsi qu’à un juste procès", a indiqué le communiqué. Placé en détention administrative, Khader Adnane a été arrêté en décembre par l’armée israélienne près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, où il était porte-parole du Jihad islamique, un mouvement radical. Il est en grève de la faim depuis le 18 décembre. Son avocat Jawad Boulos a saisi mercredi la Cour suprême israélienne, après le rejet de la demande de remise en liberté de son client par un tribunal militaire le 13 février. Selon la loi israélienne, héritée du mandat britannique, un suspect peut être maintenu jusqu’à six mois sans inculpation en détention administrative, renouvelable indéfiniment.

  • permalien Rouzbeh :
    18 février 2012 @21h56   « »

    Deux des fronts les plus dangereux - le libanais et le syrien - qui se seraient immédiatement activés en cas de frappe israélienne sur l’Iran, sont donc, d’ores et déjà, quasi neutralisés. Raison de plus pour qu’une partie de l’état-major d’Israël pousse à une action rapide. À cet égard, et pour préparer d’éventuels bombardements, des effectifs des forces spéciales ont déjà été infiltrés en territoire iranien. Il est probable que des agents israéliens aient conçu les attentats qui, au cours des deux dernières années, ont provoqué la mort de cinq importants scientifiques nucléaires iraniens.

    Bien que Washington accuse également Téhéran de conduire un programme nucléaire clandestin pour se doter de l’arme atomique, son analyse sur l’opportunité de l’attaque est différente. Les Etats-Unis sortent à peine de deux décennies de guerres dans la région, et le bilan est désolant. L’Irak a été un désastre, et se retrouve finalement piloté par la majorité chiite qui sympathise avec l’Iran… Quant au bourbier afghan, les forces américaines se sont révélées incapables de vaincre les talibans, avec lesquels le Département d’État s’est résigné à négocier avant le retrait prochain du pays.

    http://www.medelu.org/Attaquer-l-Iran

  • permalien K. :
    18 février 2012 @23h32   « »

    The Swoop,

    Washington’s World : February 20th – February 26th, 2012

    “Dialogue” sino-US : Opposition et intransigeance de la Chine quant à ses « intérêts clés, comme le M-O et la Mer de Chine du Sud. »

  • permalien K. :
    18 février 2012 @23h50   « »

    Les ennemis de tes amis sont tes amis.

    « Pigé ? »

    So, if you chose to believe everything you read : Al Qaeda is definitely working to destroy Syria’s Assad, who is definitely a vital ally and asset of Iran, and Iran in turn is stepping up its cooperation and support for Al Qaeda (which may then use that help to undermine Iran’s interests in Syria.). Got it ?

  • permalien Sakhra :
    19 février 2012 @09h29   « »

    Hans Blix, :

    Comment empêcher l’Iran d’avoir la bombe ? Faire de la zone du M-O une
    zone déclunéarisée....en commençant par Israel...

    Oh, horreur ! Hans Blix l’" antisémite" !!!

    http://www.newstatesman.com/blogs/t...

  • permalien Yvan :
    19 février 2012 @09h56   « »
    Mélanchon ? Combien de divisions !


    Mélenchon : "L’Iran veut détruire Israël à coups de bombes atomiques !" - Agoravox TV
    « Ce qu’a dit M. Ahmadijab (sic) n’est pas acceptable. C’est la première fois qu’on voit un pays [...] dire si on a [la] bombe, on ira taper sur Israël. Personne ne peut accepter une chose pareille, que sur le plan international, quelqu’un décide qu’il va détruire (et à coup de bombes atomiques) son voisin [...]. Donc le régime iranien pose une question importante à la Civilisation Humaine (sic). Moi j’ai pas peur de le dire. Un régime théocratique est toujours un danger pour le reste de l’humanité »

  • permalien Lou :
    19 février 2012 @15h14   « »

    @Yvan
    Mélenchon sur l’Iran

    ¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬¬
    L’Iran cesse ses ventes de pétrole à la France et au Royaume-Uni

    TEHERAN - L’Iran a cessé de vendre du pétrole aux compagnies pétrolières françaises et britanniques, a déclaré dimanche le porte-parole du ministère iranien du Pétrole, Alireza Nikzad, cité par le site officiel du ministère.

    "Les ventes de pétrole aux compagnies britanniques et françaises ont cessé", a déclaré M. Nikzad.

    "A la suite de la décision officiellement annoncée par le ministère des Affaires étrangères, le ministère du Pétrole a cessé ses ventes de pétrole aux compagnies britanniques et françaises", a-t-il ajouté.

    "Nous avons prévu de livrer notre pétrole à d’autres clients", a-t-il ajouté.

  • permalien Noval :
    19 février 2012 @18h17   « »

    " la chose certainement la plus scandaleuse a été d’entendre le président des États-Unis s’exprimer à la télévision nationale disant qu’il menait une politique iranienne "main dans la main" avec la petite nation d’Israël, pays d’apartheid actuellement dirigé par un groupe de fanatiques religieux corrompus, néofascistes, bellicistes génocidaires. De vouloir associer le destin des États-Unis d’Amérique de façon rigide et aveugle à une telle psychose et de permettre à de tels aliénés d’entrainer les États-Unis dans une autre guerre aussi désastreuse qu’inutile devrait être reconnu comme un acte de démence qui devrait en soi disqualifier Obama en tant que président des États-Unis d’Amérique "

    http://www.michelcollon.info/Le-pre...

  • permalien Yvan :
    22 février 2012 @06h15   « »


    En Israël : le prisonnier palestinien Khader Adnane arrête sa grève de la faim - Territoires palestiniens / ISRAEL / JUSTICE - RFI
    Soixante six jours, c’est la grève de la faim la plus longue observée par un prisonnier palestinien. Khader Adnane protestait contre sa détention en Israël. La justice israélienne a décidé de le relâcher le 17 avril 2012. En contrepartie, le prisonnier palestinien met fin à sa grève de la faim.

  • permalien Yvan :
    22 février 2012 @09h08   « »
    Entre tambours de guerre et palabre zoulou


    Nucléaire : l’Iran humilie publiquement l’AIEA - Iran / AIEA - RFI
    Deux petits tours et puis s’en vont. Les membres de la délégation de l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique) sont repartis d’Iran cette nuit sans rien avoir obtenu. La frustration est grande ce mercredi 22 février du côté du gendarme du nucléaire, qui a annoncé dans un rapport très médiatisé en novembre dernier que l’Iran cachait au monde un volet militaire de son programme nucléaire. Alors que l’on s’attendait à un geste de Téhéran, il semble que le régime ait choisit la voie de la confrontation diplomatique la plus frontale, au grand dam de son allié russe.

    ... la trompe des hérauts

  • permalien K. :
    22 février 2012 @23h29   « »

    Les médiateurs du WAPO et du NYT dénoncent les titres trompeurs et extrapolations gratuites de leur propre journal respectif sur le programme nucléaire iranien.

    http://www.washingtonpost.com/opini...

    http://publiceditor.blogs.nytimes.c...

  • permalien Lou :
    23 février 2012 @17h56   « »

    Notes sur l’“amitié” USA-Israël

    Dedefensa

    La question de l’irrationalité

    Nous serions de l’avis que la phrase de Dempsey, lors de son interview à CNN, qui a le plus irrité Netanyahou et provoqué son jugement de “serviteur de l’Iran” (“valet de l’Iran”), est celle où le président du JCS qualifie l’Iran d’“acteur rationnel” (« …[W]e are of the opinion that the Iranian regime is a rational actor. And it’s for that reason, I think, that we think the current path we’re on is the most prudent path at this point »).

    Qualifier l’Iran de “rationnel”, c’est réduire en charpie le fond même de l’argumentation de Netanyahou et de sa faction, qui est de présenter l’Iran comme une puissance irresponsable qui fabrique une arme nucléaire pour s’en servir pour anéantir Israël, et que c’est même cette volonté folle et maléfique d’anéantissement d’Israël qui est la cause essentielle de la fabrication de la bombe iranienne. Cette argumentation, où la part de l’émotionnel est considérable, est une sorte de théorie de l’“Holocauste-II”.
    (...)
    Le “groupe Dagan” riposte

    La “fureur“ est partout, y compris en Israël, mais aussi contre Netanyahou. Le “groupe Dagan” est actif et milite sans se dissimuler contre les projets d’attaque prêtées à Netanyahou. Cette opposition va jusqu’aux démarches les plus extrêmes. On est tout de même peu habitué à lire, même dans Haaretz, un commentateur recommander aux pilotes de la force aérienne israélienne de désobéir aux ordres et de ne pas monter dans leurs F-15 et dans leurs F-16 si l’ordre d’attaquer l’Iran leur était donné.

    Sefi Rachlevsky, qui donne cette recommandation, ne le fait pas au nom d’un pacifisme extrémiste, ou d’autres “déviations” de cette sorte, mais bien au nom d’une appréciation réaliste : il faut sauver l’alliance stratégique avec les USA que Netanyahou est en train de détruire (dans Haaretz le 21 février 2012). C’est donc quasiment un homme qui pourrait être proche du “Groupe Dagan” qui donne cette sorte de conseil aux pilotes israéliens : “désobéissez…”

  • permalien Lou :
    25 février 2012 @11h59   « »
    Quand Israël …

    Hana al-Shalabi en grève de la faim depuis 9 jours contre la détention administrative

    Addameer, Traduction : MR pour ISM

    Hana al-Shalabi, détenue administrative libérée dans l’échange de prisonniers d’octobre 2011, a été ré-arrêtée le 17 février 2012 et s’est vue remettre un nouvel ordre de détention administrative de six mois. Elle est en grève de la faim depuis 7 jours pour protester contre cette décision. Deux des plus longs détenus administratifs actuels sont Ahmad Sager, en détention administrative depuis novembre 2008, et Ayed Dudeen, un des "prisonniers en danger" d’Addameer, qui a été libéré en juin 2011 après trois ans et demi de détention administrative pour être ré-arrêté en août. Il a depuis reçu deux nouveaux ordres de détention administrative. Addameer et PHR-Israël souhaitent également attiré l’attention sur les 24 membres du Conseil Législatif Palestinien qui restent en détention administrative.

  • permalien K. :
    25 février 2012 @20h32   « »

    Pas la moindre importance, en effet, les "raisons de politique intérieure" conjuguées à celles de la "sécurité nationale" (comprendre les intérêts de la ploutocratie yankee, inversement proportionnels à ceux des citoyens étatsuniens soit dit en passant) étant ce qui importe.

    U.S. does not believe Iran is trying to build nuclear bomb - http://latimes.com : http://lat.ms/zQNOOs Not that it matters.

  • permalien K. :
    25 février 2012 @22h30   « »

    Doron Rosenblum :

    Il ya des civilisations où le mot « guerre » est prononcé avec crainte et tremblement, où il est considéré comme une catastrophe humaine absolue. Mais pas en Israël, où « la prochaine guerre » s’endort avec nous la nuit et boit le café avec nous le matin. Son évocation ne concerne que sa manière son moment et sa durée.

    (...)

    Mais avant de plonger « par nécessité » dans la prochaine guerre nous devrions-nous demander : Qu’en serait-il s’il n’y avait pas Téhéran ? Et si la « menace iranienne » était éliminée d’une manière ou d’une autre, une autre ne surgirait-elle pas aussitôt , au moins dans nos consciences ?

    Aussi : Qu’avons-nous fait avant la "menace iranienne" en dehors de nous inquiéter de l’avenir ?

    ...

  • permalien K. :
    25 février 2012 @23h06   « »

    Un point c’est tout,

    Fanatic Zionist entity wants to make war on Iran’s knowledge and capabilities, not on nonexistent nuclear weapons program.

    Zionist occupiers see backwardness in their neighbors as a prerequisite for their continued domination of the region.

  • permalien Ben ramden :
    26 février 2012 @06h13   « »

    Deux de mes soeurs marocaines juives,inséparables,célibtaires n,ont jamais pensé un jour quitter leur sanctuaire juif pour quelque part en israel ou canada pour rejoindre les siens.elles ont préféré vivre ensemble pour servir leur patrie malgré l.isolment et la difficulté de pratiquer leur foi.de pouvoir se procurer leur nourri ture cent pour cent cascher.elles n,ont jamais eté tentée par le voyage pathologique vers d,autres terres promises.voila la force des marocains juifs lorsqu,ils affirment avec force : marocains juifs un point c,est tout.

  • permalien Lou :
    26 février 2012 @16h19   « »
    Quand Israël …
  • permalien Lou :
    27 février 2012 @21h26   « »

    "Une séparation" oscarisé : "Le drapeau iranien flotte sur les Etats-Unis", s’extasie la presse à Téhéran

    Dans son discours, Asghar Farhadi a également fait allusion à la situation politique de l’Iran, isolé par une partie de la communauté internationale pour son programme nucléaire controversé, qui nourrit depuis des années menaces et polémiques entre Téhéran et les Occidentaux. "Les Iraniens sont heureux (...) de voir que leur pays, l’Iran, est évoqué ici pour sa glorieuse culture, son ancienne et riche culture qui a été cachée sous la poussière épaisse de la politique", a souligné le réalisateur.

    Tatata

    Le film iranien "Une Séparation" d’Asghar Farhadi a obtenu dimanche à Hollywood l’Oscar du meilleur film étranger. "Une Séparation" bat "Bullhead" (Belgique), "Footnote" (Israël), "Sous Terre" (Pologne) et "Monsieur Lazhar" (Canada).

  • permalien Lou :
    27 février 2012 @21h54   « »
    Quand Israël …

    Hana Shalabi, prisonnière palestinienne en Israël, a été placée en isolement, dans une volonté de la punir pour sa grève de la faim, a déclaré ce lundi une avocate du ministère palestinien pour les détenus.

    L’avocate Shireen Iraki a déclaré que les autorités de la prison de Hasharon ont placé Shalabi en isolement. La santé d’Hana Shalabi est en train de se détériorer, a-t-elle ajouté, et elle n’a été examinée par aucun médecin depuis qu’elle s’est mise en grève.

    Hana Shalabi, du village de Burquin au nord de la Cisjordanie, est détenue sans inculpation depuis son arrestation [kidnapping par les troupes d’occupation] survenue le 16 février. Elle a annoncé une grève de la faim immédiate après que les soldats l’ait enlevée dans sa maison familiale dans le district de Jénine.

    Shalabi fait savoir par son avocat qu’elle n’a pas peur de la mort et qu’elle continuera de refuser la détention administrative.

  • permalien Rouzbeh :
    27 février 2012 @21h58   « »

    @ Lou,
    Juste une précision concernant le discours de FARHADI :

    "Farhadi gave this great speech after receiving the Oscar for the best foreign language movie :
    "At this time, many Iranians all over the world are watching us and I imagine them to be very happy. They are happy not just because of an important award or a film or filmmaker, but because at the time when talk of war, intimidation and aggression is exchanged between politicians, the name of their country Iran is spoken here through her glorious culture. A rich and ancient culture that has been hidden under the heavy dust of politics. I proudly offer this award to the people of my country. A people who respect all cultures and civilizations and despise hostility and resentment."

    http://www.whatsupiran.com/Pages/As...

  • permalien K. :
    27 février 2012 @23h18   « »

    Moi je n’y crois pas. Je ne crois pas qu’un prof universitaire de sciences politiques puisse être sensible à une propagande aussi grossière aussi intense soit-elle..

    Quoique, dans cette entité de dingues ....

    Associated Press, Via Mondoweiss :

    [I] "didn’t stop thinking about the bomb the whole time [I] was watching A Separation. I said, what a contrast that we see this Iranian film with such admiration, and then when we leave we think about how they want to kill us,"

  • permalien Rouzbeh :
    28 février 2012 @17h16   « »

    #OSCARS Un peu de culture pour détendre des relations diplomatiques au plus mal ? Les Etats-Unis ont salué ce soir l’Oscar attribué au film iranien Une Séparation. En préambule de son point presse quotidien, la porte-parole de la diplomatie américaine, Victoria Nuland, a évoqué une "inestimable peinture de la vie en Iran". 

    http://www.francetv.fr/info/live/me...

    Iran : la répression contre la dissidence se durcit
    [28/02/2012]

    La répression de la liberté d’expression en Iran s’est radicalement durcie à l’approche des élections législatives prévues le 2 mars. Dans le sillage des manifestations organisées à l’appel des dirigeants de l’opposition Mir Hossein Mousavi et Mehdi Karroubi en février 2011, les autorités iraniennes ont progressivement renforcé la répression de la dissidence en droit et en pratique, et lancé une vague d’arrestations au cours des derniers mois.

    http://www.amnesty.fr/AI-en-action/...

  • permalien Rouzbeh :
    28 février 2012 @18h53   « »

    Obama’s Chess Match with Israel/Iran

    Netanyahu apparently feels, however, that he can manipulate right-wing Israeli influence on American politics to make it impossible for Obama to stay out of an Israeli war on Iran. He has defied the Obama administration by refusing to assure Washington that he would consult them before making any decision on war with Iran.

    http://newstrust.net/stories/856689...

  • permalien Rouzbeh :
    28 février 2012 @22h11   « »

    Israël-Iran : la java des bombes atomiques…

    A trop agiter la menace nucléaire iranienne, les grandes puissances se sont fait prendre à leur propre piège au risque d’un dérapage militaire difficilement contrôlable.
    « La menace nucléaire iranienne » est devenue le « chiffon rouge » des relations internationales que les Etats-Unis, l’Europe ou Israël agitent en cas de besoin politique ou stratégique. Quand de son côté, le régime iranien use tout autant des menaces et des sanctions que fait peser la communauté internationale pour se défausser de ses responsabilités quant à la situation économique et sociale du pays.
    La « java des bombes atomiques » - iraniennes en l’occurrence - est un vieux refrain.
    En 2010, un rapport public du département américain de la Défense indiquait déjà que Téhéran pourrait disposer de missiles capables d’atteindre les Etats-Unis d’ici 2015. Mieux, en 1992 Benyamin Netanyahu, le premier ministre actuel avait déclaré que l’Iran aurait la bombe en 1999. A croire que question « travaux pratiques », les « bricoleurs » d’atomes iraniens ne sont pas beaucoup plus doués que l’oncle génial de Boris Vian.

    http://www.marianne2.fr/Israel-Iran...

  • permalien Lou :
    28 février 2012 @22h15   « »

    Merci Rouzbeh pour la citation complète et merci K. pour votre note en bas de page :-)

  • permalien Lou :
    28 février 2012 @22h26   « »
    Quand Israël …

    Une déclaration venue d’une réunion hebdomadaire du gouvernement de l’autorité palestinienne dit qu’il faut que ça cesse à la fin, la détention administrative.

    PA calls on Israel to release Hana Shalabi

    13 jours de grève de la faim pour Hana Shalabi de santé précaire suite aux 25 mois de détention administrative avant sa libération dans l’échange contre le soldat franco-israélien. Ré-incarcérée le 16 février pour les mêmes non-motifs.

  • permalien Rouzbeh :
    28 février 2012 @22h38   « »

    Je trouve que vous exagérez un peu Lou, en disant « non motifs », vous voulez pas quand même que les « élus » se justifient pour emprisonner les « gueux » ? Voyons..., soyons sérieux !!!

  • permalien Nathan :
    28 février 2012 @23h28   « »

    Dites Rouzbeh, et si vous nous parliez un peu des militants jetés en taule en Iran à l’approche des élections législatives.

    http://www.aljazeera.com/news/middl...

  • permalien Rouzbeh :
    29 février 2012 @18h39   « »

    Dites Rouzbeh, et si vous nous parliez un peu des militants jetés en taule en Iran à l’approche des élections législatives.

    Votre bon cœur vous perdra ! Je sais l’intérêt que vous portez pour le M.O, et je le remarque souvent à travers vos messages. Je suis ébahi devant tant d’ humanisme et d’abnégation, et, en plus, je suis honoré qu’un « élu » se donne autant du mal, ne serait-ce que pour défendre les « gueux », en dénonçant les fachos. MERCI !
    À mon humble avis vous n’avez pas dû faire attention, puisque qqs messages avant le vôtre , j’ai mis le lien concernant la répression en Iran « 28 février @17h16 » qui est toujours fonctionnel comme vous pouvez le vérifier...
    En fait, sur un autre fil je vous ai demandé de vous joindre à moi pour condamner et souhaiter la disparition de ces deux régimes (RII et RJI), mais vous n’avez pas répondu à cette requête. Je la réïtère encore une fois : souhaitons ensemble que les RII et RJI soient effacés de la page de l’histoire !

  • permalien Nathan :
    29 février 2012 @19h02   « »

    Rouzbeh :29 février @18h39

    Je la réïtère encore une fois : souhaitons ensemble que les RII et RJI soient effacés de la page de l’histoire !

    C’est une fausse symétrie.

    En effet, si la république islamique des mollahs est renversée et remplacée par une république démocratique et pluraliste, il n’en reste pas moins que l’Iran en tant que pays subsistera.

    En revanche, si le caractère juif ou majoritairement juif d’Israël disparaît, c’est Israël qui disparaît.

    Dans le premier cas, il ne s’agit que d’un changement de régime, comme ce fut le cas en ex-URSS (si l’on met de provisoirement côté la perte des républiques non-russes).

    Dans l’autre, il s’agit de l’effacement d’un pays. La preuve ? Si d’aventure, les Israéliens seraient amenés à accepter le principe d’un Etat binational, voire d’un Etat majoritairement arabe, une grande partie des juifs fera ses valises.

    En revanche, si l’Iran devient démocratique, personne ne fera ses valises, les mollahs pas plus que les autres (de même que les communistes purs et durs sont restés en Russie après la chute du communisme)

  • permalien Lou :
    29 février 2012 @19h40   « »

    Raid de l’armee israelienne cette nuit dans les locaux de la tv Al wattan a ramallah

    Raid armée israélienne cette nuit dans les locaux de deux tv palestiniennes à Ramallah. Ordinateurs, documents et systèmes de diffusion saisis

    Israel raids Ramallah TV stations

    Les fréquences des télévisions al watan et Al-Quds Educational TV interférent avec la communication des avions sur les des aéroports israéliens et c’est très, très dangereux.

    Les media internationaux protestent contre cette violation de la liberté de la presse ?

  • permalien ben ramden :
    29 février 2012 @20h09   « »

    ce que je déplore,ce sont les raids de la nuit,plus inhumains que ceux effectués le jour,car ils ont impact psychologique terrible.contre des journalistes,des femmes ou des enfants ,c’est pareil.un crime contre l’humanité.

  • permalien Rouzbeh :
    29 février 2012 @22h21   « »

    C’est une fausse symétrie.

    Pourquoi cela serait « une fausse symétrie » ? puisqu’il s’agit bel et bien des régimes fachos comme vous l’avez signalé. Donc, disons tout simplement que vous êtes pour les « deux poids et deux mesures », si cela n’est pas le cas, dites moi quelle solution vous proposez ? Bien entendu, je compte sur votre sens aigu de la justice.

  • permalien Lou :
    29 février 2012 @22h26   « »
    Quand Israël …

    Pas d’audition devant un juge pour Hana Shalabi, en grève de la faim depuis le 16 février

    Jawad Boulos, avocat de la Société des Prisonniers, a déclaré que les fonctionnaires de la cour israélienne ont affirmé que la raison de la détention administrative était que Shalabi est considérée comme une menace pour la sécurité d’Israël et la sécurité de ses habitants.

    Pauvre petit état israélien, si au moins , il détenait le feu nucléaire, cette dame palestinienne n’oserait plus le menacer par une odieuse grève de la faim.

  • permalien Rouzbeh :
    29 février 2012 @22h52   « »

    si au moins , il détenait le feu nucléaire

    Pour 300 ou 400 têtes nucléaires ce n’est pas la peine d’en faire un pataquès ! Le vrai danger c’est la pierre (PDM), il faudra une inspection « internationale »sérieuse...

  • permalien K. :
    1er mars 2012 @00h33   « »

    Les "raisons de politique intérieure" vont se faire trèèès pressantes :

    Netanyahu will ask Obama to threaten Iran strike

    http://www.haaretz.com/print-editio...

  • permalien K. :
    1er mars 2012 @01h03   « »

    Le criminel de guerre de l’entité sioniste Ehoud Barak en 2010, celui-la même qui veut bombarder l’Iran, dans l’antre du "Washington Institute for Near East Policy" :

    Les dirigeants iraniens ne sont pas des dingues.

    Iranian leaders [are] "radicals but not total meshuginah,*"

    * Mot yiddish signifiant fou.

  • permalien K. :
    1er mars 2012 @01h55   « »

    J’oubliais la meilleure du lien de mon avant dernier post .

    Netanyahou : Les Etats-Unis se mêlent des.... « politiques intérieures » de mon pays....

    According to sources, the lack of trust between Israeli and U.S. officials appears to stem from, among other things, a mutual feeling that the other country is interfering in its own
    internal political affairs.

    Netanyahu suspects that the U.S. administration is attempting to turn Israeli public opinion against an attack on Iran, say sources.

0 | 100 | 200 | 300

Ajouter un commentaire