Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Feiglin, Hitler et Netanyahou : compétition au Likoud

Feiglin, Hitler et Netanyahou : compétition au Likoud

lundi 30 janvier 2012, par Alain Gresh

« Faisons du Pays des Juifs un Pays Juif. » Cette fière devise surplombe le site Manhigut Yehudit (« Leadership juif »), dont le fondateur est Moshe Feiglin, un député du Likoud. Le 31 janvier, il affronte Benyamin Netanyahou pour le leadership du parti. Que cet homme qui vit dans une colonie de Cisjordanie, condamné à six mois de prison (commués en travaux d’intérêt général) pour sa campagne de désobéissance civile contre les accords d’Oslo de 1993, puisse briguer la direction du principal parti d’Israël en dit long sur la dérive fascisante de ce pays. On connaissait déjà Avigdor Lieberman, le ministre des affaires étrangères, que ses thèses racistes auraient rendu persona non grata dans n’importe quelle démocratie qui se respecte. On a maintenant Feiglin, qui n’a pas hésité à faire l’éloge d’Adolf Hitler.

On ne peut en tout cas pas lui reprocher de cacher ses opinions. Il a salué « l’acte de résistance » que représente, selon lui, le meurtre par l’extrémiste juif Baruch Goldstein, en févier 1994, de vingt-trois fidèles musulmans qui priaient dans la mosquée de Hébron. Bien évidemment, il est favorable à l’annexion de tous les territoires palestiniens et prône le transfert des Palestiniens, comme l’indique la devise de son site prônant de transformer la terre en « pays juif ».

La solution est d’autant plus facile que, pour lui, comme d’ailleurs pour les candidats républicains à la primaire aux Etats-Unis (Newt Gingrich et Mitt Romney), les Palestiniens n’existent pas : il n’y a que des gens parlant arabe qu’il faut encourager à aller s’installer dans un pays arabe. Pour cela, rien de plus facile : couper l’eau et l’électricité aux habitants non juifs de la Cisjordanie.

Dans un entretien au quotidien Haaretz, en 1995, il disait : « Hitler était un génie militaire inégalé. Le nazisme a fait passer l’Allemagne d’un bas niveau à un niveau physique et idéologique fantastique. Les jeunes loqueteux ont été transformés en une catégorie propre et ordonnée de la société et l’Allemagne a disposé d’un régime exemplaire, d’un système de justice adéquat et de l’ordre public. Hitler aimait la bonne musique. Il pouvait peindre. Les nazis n’étaient pas une bande de voyous. » (lire Khalid Amayreh, « Likud Leader, Moshe Feiglin, Israel’s Emerging Hitler, to Join Parliament », Al-Jazeera, décembre 2008.)

Pour les Français de l’étranger qui voteront aux élections législatives dans une dizaine de circonscriptions, le site de Feiglin appelle les Israéliens disposant d’un passeport français à voter pour Philippe Karsenty, un illuminé qui se bat depuis des années pour essayer de montrer que le journaliste de France 2 Charles Enderlin est un imposteur et que l’affaire de l’enfant palestinien tué aux premiers jours de la seconde Intifada, Mohammed Al-Doura, est une mise en scène. Selon ce site, ce « combattant de la vérité » est un « véritable ami d’Israël ». De l’Israël que représente Feiglin, cela ne fait aucun doute…

En 2008, le gouvernement britannique a décidé de l’interdire d’entrée sur le territoire. Mais Feiglin est-il un marginal ? on peut en douter. Lors des primaires d’août 2007 du Likoud, il obtenait 24% des voix et, en décembre 2008, il arrivait à la vingtième place sur 140 candidats pour la liste des députés (il sera rétrogradé par Netanyahou). On le crédite de 25 à 30% des suffrages dans la compétition du 31 janvier au sein du Likoud.

Comme le fait remarquer Akiva Eldar dans Haaretz du 30 janvier (« Netanyahu or Feiglin, Israel’s future still looks dark »), Feiglin sert aussi à faire apparaître Netanyahou comme un « modéré », alors même que le premier ministre israélien applique à la lettre la politique voulue par ces extrémistes, refuse toute véritable négociation et étend la colonisation. Eldar conclut ironiquement en appelant à voter pour Feiglin-yahou !

Les chrétiens d’Orient

Université populaire à Paris, samedi 4 février 2012.

Séance 1 : L’histoire des chrétiens d’Orient, avec Joseph Maïla (professeur de sociologie politique et de relations internationales, directeur de la prospective au ministère des affaires étrangères).

Séance 2 : Appréhender les « minorités religieuses » au Proche/Moyen Orient, avec Rudolf El-Kareh (professeur de sciences sociales et politiques ayant exercé au Liban [UL], en France à l’IEP d’Aix-en-Provence, l’Université d’Aix-Marseille et au Canada).

Séance 3 : Les coptes d’Egypte, par Laure Guirguis (doctorante à l’EHESS, Paris et au CEDEJ, Le Caire).

Participation : 20 euros par cycle (12 euros pour les étudiants et les demandeurs d’emploi). Formule d’abonnement annuel : 120 euros pour l’ensemble des sessions (80 pour les étudiants et les demandeurs d’emploi).

Horaires : séance 1, 10 h 30-12 h 30 ; séance 2, 14 h-16 h ; séance 3, 16 h 15-18 h 15.

Contact et inscription : universite-populaire[@]iremmo.org.

409 commentaires sur « Feiglin, Hitler et Netanyahou : compétition au Likoud »

0 | 100 | 200 | 300 | 400

  • permalien gloc :
    4 février 2012 @13h04   « »

    Laurent Szyster : Ou chez les idiots qui croient dur comme fer à la traduction arabe des Protocoles des Sages de Sion et son capables de se persuader qu’il en ont trouvé la "preuve" dans le fond d’une pièce de monnaie "sioniste" ?

    Vous n’êtes pas capable de comprendre ce que même des idiots arabes sont capables de comprendre.

    Votre manque d’humour dont vous vous gargarisez régulièrement vous fait croire à la version hébraïque du Protocole des Sages de Sion et vous permet d’affirmer que la ressemblance du profile d’une pièce ancienne avec la côte palestinienne a échappé à la banque d’Israël et que le choix de cette pièce, qui n’a par ailleurs aucune valeur symbolique serait fortuit.

    Il n’empêche que la-dite pièce pose problème et malgré tout , elle reste en circulation.

    Tout autant que celle-ci qui invitait les juifs à faire un voyage "nazi" en Palestine.

    Pour le Protocole, les Palestiniens sont confrontés quotidiennement à la version israélienne :

    ... et rien ne dit qu’ils l’apprécient.

  • permalien X :
    4 février 2012 @13h22   « »

    Deïr Yassin à Zyster :

    On n’a toujours pas lu une condamnation ferme de votre part des projets de transfert vers la Jordanie des Palestiniens ou le transfert déjà en coure des habitants de la zone C vers les zones A & B pour annexer la zone C.
    Votre "deux états, deux peuple" est une non-réponse aussi.
    Votre indignation ne concerne donc uniquement les Juifs

    Zyster a répondu a votre post mais pas un mot sur ses deux êtats. Il avait un jour partagé sa vision raciste avec Nathan : son idée mettre des frontières là où il y’a des palestiniens pour les séparer des juifs. C’est ça sa solution à deuzétats.

    Quand il s’agit de voler les sionistes ne manquent d’idées ni d’originalité : déplacer les frontières au lieu de déplacer les gens. Mais en attendant ils n’arrêtent de pousser les gens à partir ...à se déplacer et les frontières vont les suivre. Des frontières mobiles.

    En fait on est en présence de deux sionistes ici : Zyster et dénommé Nathan, mais aucun de ces deux fanatiques ne trouve assez de courage pour dire comment il voit la fin de ce conflit. La raison en est simple la solution est dans la plateforme du Likoud. La solution définitive est déjà là. C’est tout.

  • permalien Lou :
    4 février 2012 @13h50   « »

    Cisjordanie - 4 février 2012
    Un nouveau vendredi de résistance populaire violemment réprimée par les forces de l’occupation sioniste (vidéos)

    Par ISM-France

    Ce vendredi 3 février, les Palestiniens de Cisjordanie occupée se sont à nouveau rassemblés dans plusieurs villages pour protester contre le vol de leurs terres, les colonies qui menace leur existence même, la violence et le harcèlement quotidiens des soldats et des colons, arrogants et sûrs de leur impunité, et en soutien aux prisonniers. L’armée d’occupation a, comme à son habitude, attaqué les manifestants à coups de grenades lacrymogènes et de tirs à balles. Une jeune française a été blessé par un tir de grenade à la tête, au moins deux journalistes palestiniens ont été arrêtés, et des dizaines de manifestants ont été asphyxiés par les gaz.

    En Cisjordanie, des Palestiniens ramènent un soldat israélien « oublié » par sa patrouille

    Pour des raisons inconnues, mais sans doute pour procéder à des arrestations, les Israéliens sont descendus de leurs véhicules. Quelques minutes plus tard, ils rebroussent chemin, laissant derrière eux sans qu’aucun ne s’en aperçoive, un de leurs compagnons.

    Effrayé, le réserviste se dirige vers deux villageois palestiniens qui l’ont immédiatement rassuré, et raccompagné au point de passage sain et sauf. L’aventure, reprise par les journaux israéliens, est pour le moins embarrassante pour l’armée, qui a ouvert une enquête.

  • permalien Sakhra :
    4 février 2012 @14h26   « »

    Rabi Nathan :

    Moi qui suis descendant en ligne directe d’Abraham et de roi Salomon, je me demande si dans votre Palestine "libérée", vous allez laisser les juifs prier sur leurs lieux saints.

    Je suis en droit de me revendiquer aussi d’Ibrahim et de Souleyman, de Hadjar et de Ismael...d’une part.
    D’autre part, quand, à quelle date, les Juifs ont-ils été interdits de prier dans leurs lieus saints en Palestine, par les Musulmans, au moins ? A l’époque des croisades ? après ? Répondez donc au lieu de distiller votre haine , cette haine qui vous ronge..

    Enfin, la Palestine"libérée", c’est celle libérée du sionisme, ce nouveau fascisme, qui ne s’en cache même plus aujourd’hui.

    Il suffit, par exemple, de voir ce qui se passe en Algérie, épuration ethnique oblige. La grande synagogue d’Oran (ainsi que 16 autres synagogues) a été transformée... en mosquée rebaptisée du nom d’un juif médinois... converti à l’islam. Ah c’est beau, l’Algérie révolutionnaire !

    L’épuration ethnique ce sont les sionistes, qui y excellent, ne collez pas aux autres, vos crimes...

    Oui, la grande synagogue d’Oran a été transformée en mosquée...

    Elle avait été transformée en église, quand les Espagnols ont pris Oran, donnant huit jours aux Juifs pour quitter le ville..."Le 16 Avril 1669 au matin,l’expulsion commence et 14 chaloupes emportent 466 Juifs vers Nice et de là vers Livourne"...Les Juifs n’ont pu revenir à Oran, qu’après la reprise d’Oran par le Bey , lequel leur a donné gratuitement un terrain pour édifier une autre synagogue...Les Espagnols avaient baptisé la synagogue transformée en église : "l’église Saint-Louis de la Patience", à cause de" la patience, qu’ils ont eurent à supporter les Juifs,"...si longtemps, disaient-ils ! Civilisation judéo-chrétienne oblige !!! ;
    La grande synagogue d’Oran , une merveille architecturale, a été pendant la guerre de libération, le PC de l’ "OAS juive"...Pour mémoire...
    Elle a été transformée en mosquée, et non pas en écurie, comme l’ont été les mosquées lors de la colonisation. Elle a été transformée en mosquée, et non pas détruite, comme le sont les mosquées de Palestine.Elle a été transformée, en maison de Dieu, en lieu de prière, et c’est à l’honneur de l’Algérie.

    A l’Indépendance, la grande synagogue fut transformée en mosquée.
    Bien plus tard Henri Chemouilli lui écrivit une ballade :
    " Frères musulmans qui notre Dieu priez
    Cette synagogue que tant avons chérie
    Belle aujourd’hui entre vos mains passée
    Appelez-la Mosquée Simon Kanoui " (extraits)

    Alors, le Belge, arrêtez votre propagande haineuse, c’est mauvais pour la santé...

  • permalien Deïr Yassin :
    4 février 2012 @14h31   « »

    Au sujet du soldat israélien oublié :
    L’autre jours, j’ai écrit "trop gentils, ces villageois, on va certainement les remercier en expropriant leur terre à la prochaine occasion".

    Bien, l’expropriation de leurs terres est déjà en train de se faire puisqu’il s’agit de Budrus, village dont le sort a été connu à travers le monde grâce à un film de Julia Basha maintes fois récompensé :

    - www.justvision.org/budrus
    - www.youtube.com/watch ?v=CJkP...
    - http://moyen-orient.fr/culture/cine...


    Merci Lou ;-)

  • permalien Lou :
    4 février 2012 @14h58   « »

    @Deïr Yassin
    "trop gentils, ces villageois, on va certainement les remercier en expropriant leur terre à la prochaine occasion".

    Peut-être aussi qu’une question va germer dans la tête de ce jeune soldat israélien et c’est une bombe ça quand on a toujours reçu des réponses avant même de pouvoir formuler une question.

  • permalien Nathan :
    4 février 2012 @15h28   « »

    X : 4 février @12h38

    Si vous êtes un extraterestre qui vient de débarquer sur terre, c’est ce qui explique ce qui se passe dans ces pays. Ce sont des situations anormales et passagères.

    Si vous croyez que ces situations resteront passagères, c’est que c’est vous, l’extra-terrestre. Je connais votre technique, je crois d’ailleurs que chez vous, c’est culturel. Vous êtes tellement habitués à vous percevoir comme des victimes - alors que vous ne l’avez pas toujours été, il fut une époque où vous étiez les conquérants et les maîtres - que vous êtes incapables de vous remettre en question. C’est un blocage culturel qui relève de la psychologie collective. A la suite de quoi, vous accusez toujours les autres (l’Occident, le capitalisme, le colonialisme, le sionisme, que sais-je encore) de vos erreurs et de vos crimes. Non pas que l’Occident, le colonialisme etc n’aient pas d’énormes responsabilités mais cela n’explique pas tout.

    Moi, je reconnais sans peine le caractère de plus en plus fascisant de la société et du pouvoir israéliens, tandis que vous, vous passez votre temps à vous trouvez des excuses. Toute la différence est là.

    Il est vrai que pas loin qu’avant hier vous disiez sentir du remord pour ne pas être en Israel et vous distraire en contribuant aux malheurs de ces gens.

    A nouveau, vous ne m’avez pas compris. Je n’ai jamais dit que je ressentais du remords à ne pas vivre avec mes "frères", en Israël. J’ai dit que le gouvernement israélien et toutes les organisations sionistes exerçaient un chantage moral sur les juifs de la diaspora (= hors d’Israël) en exploitant leur culpabilité de vivre confortablement, à l’abri du danger.

    Personnellement, je n’ai aucun remords à ne pas vivre en Israël. J’y ai vécu et j’ai conclu que ce n’était pas mon pays et que je ne voulais pas y vivre. Je suis très content de vivre en Occident, dans un Etat démocratique.

    Le seul remords que je ressens parfois, c’est d’être resté une bonne partie de ma vie en Europe, c’est-à-dire sur la terre où a eu lieu le crime contre mon peuple, plutôt que de faire ma vie en Amérique, qui est la vraie terre promise des juifs.

  • permalien Nathan :
    4 février 2012 @15h31   « »

    (suite)

    Pour moi, Israël et tous les pays qui l’entourent sont une région maudite. Rétrospectivement, je regrette que des juifs se soient embarqués dans cette galère infernale. Car tout ceci va très mal se terminer.

    Il paraît que la visite du caveau des Patriarches est désormais obligatoire pour tous les élèves des écoles israéliennes. Personnellement, je m’en fous du caveau des Patriarches… d’ailleurs, ils ne sont même pas dedans, pas plus qu’à La Mecque ou à Tombouctou. Ils sont dans un livre admirable qui s’appelle la Bible judaïque. Ça devrait suffire.

    Le vrai esprit messianique ne souffle pas à Hébron. L’autre jour, j’ai appris qu’une avancée scientifique majeure a eu lieu dans le domaine de la maladie d’Alzheimer. L’équipe ayant fait cette percée travaillait dans un laboratoire de l’Université de Columbia, financé par un philanthrope juif américain. L’article mentionne également l’Hôpital "Mount Sinai", qui fut le premier hôpital "juif" de New-York. C’est là que se trouve le meilleur de ma communauté et non pas à Hébron.

  • permalien Nathan :
    4 février 2012 @15h37   « »

    Sakhra : 4 février @14h26

    Je suis en droit de me revendiquer aussi d’Ibrahim et de Souleyman, de Hadjar et de Ismael...d’une part.

    Chez moi, c’était ironique. Pas chez vous. Probablement une question de culture.

    Tout comme la Bible judaïque a été plagiée et détournée par le chef de guerre Mohammed, la synagogue d’Oran a été transformée en mosquée après le départ des juifs et rebaptisée du nom d’un juif converti à l’islam. C’est juste une vengeance mesquine et intolérante d’une religion jalouse de celle qui l’a précédé et l’a inspiré.

  • permalien Orangerouge :
    4 février 2012 @16h09   « »
    L’Egypte actuellement c’est le paradis du touriste !

    Ce pays est toujours aussi magnifique.

    Les Egyptiens sont extrêmement accueillants.

    Les prix sont actuellement très bas.

    C’est le moment d’aller se perdre au milieu des merveilles du musée du Caire, et d’aller contempler les pyramides, sans aucune foule.

    Parce que s’il y a toujours beaucoup de touristes à Louxor, au Caire par contre les occidentaux qu’on rencontre sont surtout ceux qui vivent là-bas.

    Je donne ce témoignage parce que les racistes qui commentent ce blog disent absolument n’importe quoi sur les pays arabes.

    Je viens d’aller en Egypte à Noël et certains de mes proches y résident.

    Le Caire est une ville beaucoup sûre que Paris.

    Il suffit d’éviter, au moments des affrontements (généralement à la fin de la journée du vendredi, journée de grande manifestions contre le CSFA), la place Tahrir et la rue proche qui mène au Ministère de l’intérieur, pour se sentir encore bien plus en sécurité qu’à Paris.

  • permalien Sakhra :
    4 février 2012 @16h31   « »

    Chez moi, c’était ironique. Pas chez vous. Probablement une question de culture.

    Mais sûrement, rabi Nathan...Votre culture de la haine, et du racisme, gardez-là, si elle vous aide à vivre.. La mienne est différente, c’est sûr...

    Tout comme la Bible judaïque a été plagiée et détournée par le chef de guerre Mohammed, la synagogue d’Oran a été transformée en mosquée après le départ des juifs et rebaptisée du nom d’un juif converti à l’islam. C’est juste une vengeance mesquine et intolérante d’une religion jalouse de celle qui l’a précédé et l’a inspiré.

    Oh, le "chef de guerre" a oublié de vous verser les droits d’auteur !

    ..C’est regrettable, mais avez-vous les titres de propriétés de la bible, de son contenu...Et le monothéisme de l’ancienne Egypte, qu’on y retrouve dans nombre de prières ? N’y a-t-il pas plagiat, non ?

    Et oui, qu’est-ce que l’Islam est jaloux du judaisme ! C’est dingue !

    Avec Rabi Nathan, on se retrouve dans la cour de récréation de l’école primaire : tu es jaloux de moi ! na !..C’est parce qu’il se fait vieux Rabi Nathan...On va être indulgent...

    Mais une question : Et les très Chrétiens Espagnols, qui ont baptisé la synagogue d’Oran : "Saint-Louis de la Patience", et qui eux ,ont foutu les Juifs à la mer,(en les mettant dans des chaloupes,ce que n’ont pas fait les Agériens) c’était quoi leur motivation ? Jaloux aussi ?

    Rabi Nathan a-t-il une idée ?

    Rabi Nathan aurait préféré que cette synagogue soit démolie ? Quel dommage, surtout qu’il parait qu’elle a été construite avec des pierres venues d’El Qods, un lieu saint de l’Islam...
    Aurait-il préféré qu’elle soit transformée en écurie ? Quel blasphème, une maison de Dieu !
    Ou alors, la laisser tomber en ruines...en attendant le messie ?

  • permalien K. :
    4 février 2012 @18h05   « »

    Un sioniste est un menteur jusqu’à preuve du contraire.

    Protesters from the West Bank village of Nebi Saleh released video footage on Saturday showing that the French women wounded during the weekly protest on Friday was hit by an Israel Defense Forces gas grenade.

  • permalien Nathan :
    4 février 2012 @18h10   « »

    Non seulement, les juifs d’Algérie ont été aimablement priés de vider les lieux mais la plupart des traces et des vestiges d’une vie juive en Algérie ont été détruites comme en témoignent les synagogues reconverties en mosquées et les dépradations en tout genre. Je suis tombé sur le blog ci-dessous où l’on peut voir ce qu’il reste de deux cimetières juifs et il y en a probablement des tas d’autres dans le même genre. Je suis allé plusieurs fois en Tunisie et au Maroc et j’ai toujours ressenti une profonde émotion des Tunisiens et des Marocains par rapport aux juifs qui ont vécu dans ces deux pays. Je n’ai jamais été en Algérie et n’ai nulle intention d’y aller, car je crois que là-bas, les juifs ne sont pas les bienvenus. Quand je pense que des juifs d’ici ont la larme à l’oeil en écoutant les vieux musiciens chaabi du groupe El Gusto et la bonne ambiance de la casbah dans les années ’50... C’est vraiment n’importe quoi !

    http://zlabia.com/forum/read.php?9,...

  • permalien X :
    4 février 2012 @18h21   « »

    Le droit selon Dénommé Nathan :

    .... j’estime que les Pieds-Noirs, surtout ceux qui vivaient en Algérie depuis des générations, étaient des Algériens et parfaitement légitimés à rester dans le cadre d’une Algérie indépendante.

    Une autre terre promise aux Pieds-Noirs,

    Les réfugiés palestiniens n’ont pas le droit de revenir en Palestine sur leurs terres.

    Leur terre a été déjà promise au peuple élu.

    Les colons (des terroristes et fanatiques religiuex) ne doivent pas être les victimes d’une solution entre palestiniens et juifs :

    Ils font partie de ceux à qui la terre des palestiniens a été promise.

  • permalien Deïr Yassin :
    4 février 2012 @18h58   « »

    Nathan au sujet de l’islam :

    "une religion jalouse de celle qui l’a précédée [le Judaïsme] et l’a inspiré"

    C’est peut-être là qu’il faut chercher ce sens de supériorité présent chez un certain nombre de Juifs, même les agnostiques !
    Ben Ramden nous dit que manger du poisson rend intelligent, cela n’englobe pas les moules, on dirait. Car un ’agnostique’ n’observe certainement pas le cacherout....

    Pesonnellement, j’ai toujours considéré les rapports entre Judaïsme et Islam comme celui entre le brouillon et la mise au propre : on peaufine, réfléchit, enlève, rajoute, perfectionne .....

    **
    Au sujet de reconversion des maisons de Dieu, pourquoi Nathan ne nous parle pas du sort de la mosquée de Sasa, le kibbutz où il avait travaillé dans sa jeunesse sioniste - c’est de là que vient le préfix ’post’ dans son auto-identification comme ’post-sioniste’ !

    Ce kibboutz ’socialiste’ est fondé sur les terres du village palestinien de Sa’sa’ - mentionné déjà chez al-Bakri - et dont les villageois ont été expulsés après deux massacres au printemps et à l’automne ’48. Une partie des habitants vivent comme "Absents-Présents" dans le village voisin de Jish, les autres au Liban.
    Racontez nous ce qu’est devenu la mosquée de Sa’sa’.

    Il pourrait aussi nous parler du "village d’artistes" Ein Hod qu’il connait certainement puisqu’il fait partie de la Hasbara.
    ’Ayn Hawd est un des rares villages palestiniens a avoir été épargné - la beauté de ses maisons oblige - mais a été occupé par des artistes bobo.

    Rien que de voir leur site sur le net vous rend malade !

    Qu’il nous dit ce que devenu la mosquée de ce village près de Haifa sur le Mont Carmel, il peut sauter la période où elle servait de bordel selon les rumeurs si cela lui fait trop honte ....

    Les expulsés de ’Ayn Hawd sont pour la plupart dans le camp de Jénine - et leur destin est la trame du roman de Susan Abulhawa ’Les Matins de Jénine’ - mais certains ont réussit à rester dans la région en se cachant dans les montagnes et ont par la suite construit un village pas loin de ’Ayn Hawd.

    ’Ain Hawd est devenu Ein Hod, et un nouveau ’Ayn Hawd a vu le jour : un des ces dizaines de villages palestiniens "non-existants" qui ont dû attendre les années ’90 pour avoir accès à l’électricité et l’eau courante, certains villages attendent encore.
    - www.palestineremembered.com/...
    - www.info-palestine.net/artic...


    "Un peuple sans terre pour une terre sans peuple" en train de rénover les maisons ’des bédouins jordaniens qui passaient occasionnellement par-là’....
    Dans un article au sujet d’Ayn Hawd, Max Blumenthal écrit qu’il avait trouvé de la propagande sioniste postulant qu’il n’y avait aucune preuve que Ein Hod fut habité par des Arabes avant ’48.

  • permalien X :
    4 février 2012 @19h02   « »

    Dénommé Nathan :

    Si vous croyez que ces situations (Egypte et Syrie, notamment) resteront passagères, c’est que c’est vous, l’extra-terrestre. Je connais votre technique, je crois d’ailleurs que chez vous, c’est culturel.

    J’en ai l’intime conviction. Je n’ai vraiment pas le moindre doute là dessus. C’est avec beaucoup d’admiration que j’observe les jeunes egyptiens déscendre et redéscendre dans la rue malgré les sacrifices qu’ils font. Ils ont accepté les islamistes parceque c’est la démocratie qui les a amenés. Et je suis certain qu’ils ne laisseront pas passer le moindre écart des islamistes à la démocratie..Ce que vous voyez comme chaos je le vois autrement. Il ne faut pas s’arrêter en milieu de chemin.

    Le peuple syrien montre aussi un courage sans pareil et la fin d’Assad est proche, n’en déplaise à certains ici.

    Je connais votre technique, je crois d’ailleurs que chez vous, c’est culturel. Vous êtes tellement habitués à vous percevoir comme des victimes

    Je ne vois de quoi je suis victime dans ce que je dis ? Je ne vois pas, non plus ce qu’il y de victimes là dedans au contraire ce qui se passe en Egypte, en Syrie, au Yemen et en Tunisie est une source de fièreté et d’inspiration pour les autres dont la majorité juifs en Israel qui trouvent leur bonheur dans un régime raciste fasciste d’apartheid.

    Le seul remords que je ressens parfois, c’est d’être resté une bonne partie de ma vie en Europe, c’est-à-dire sur la terre où a eu lieu le crime contre mon peuple, plutôt que de faire ma vie en Amérique, qui est la vraie terre promise des juifs.

    Pourquoi les juifs ont toujours besoin d’une terre promise.

    Comme je vous comprend de vouloir oublier Israel que vous qualifiez vous même d’être gouverné par des fascistes élus par des fascistes...., vous êtes dégouté et amère (ou vous faites semblant) des sionistes et de vous même qui n’arrêtez pas défendre l’indéfendable. Si vous êtes sicère, vous êtes sur la bonne voie mais ce n’est qu’un timide début continuez....

    Et on dirait que vous n’êtes plus si loyal que ça à la Belgique !!

  • permalien Deïr Yassin :
    4 février 2012 @19h05   « »

    Nathan, foutez-nous la paix avec les Juifs d’Algérie. Vous les sortez constamment, alors que vous ne connaissez rien à leur histoire ni elle ne vous intéresse sauf pour donner libre cours à votre islamo- et arabophobie.
    Combien de fil avez-vous déjà tenté de détourner sur ce sujet ? C’est du trolling.
    Irhal !

  • permalien X :
    4 février 2012 @19h42   « »

    Deïr Yassin,

    Ben Ramden nous dit que manger du poisson rend intelligent, cela n’englobe pas les moules, on dirait. Car un ’agnostique’ n’observe certainement pas le cacherout....

    Les moules pour se nourir filtrent environ 40 litres chacune par jour. Dans une eau polluée elles concentre (garde) cette polution. L’élément pollueur le plus réputé pour ça est le mercure. La consommation fréquente de moules au mercure entraine à son tour la concentration du mercure dans le corps humain qui s’attaque aux fonctions cérébrales et neurologiques de l’homme.....

    C’est une bonne piste je crois...

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Intoxi...

  • permalien Nathan :
    4 février 2012 @19h55   « »

    Deïr Yassin : 4 février @19h05

    Nathan, foutez-nous la paix avec les Juifs d’Algérie. Vous les sortez constamment, alors que vous ne connaissez rien à leur histoire ni elle ne vous intéresse sauf pour donner libre cours à votre islamo- et arabophobie.

    Je comprends que ça gêne. Mais je ne faisais que répondre à Sakhra qui nous chantait la berceuse du respect des religions et des lieux saints dans le cadre de la future Palestine libérée du sionisme.

    Sauf que les Algériens n’ont pas appliqué ces beaux principes chez eux puisqu’il ont détruit la plupart des traces de la vie juive dans leur pays. Par conséquent, Sakhra a juste le droit de se taire sur ce chapitre.

    Même les sionistes n’ont pas été jusque là, comme en témoigne l’existence vaillante de la mosquée ottomane Hassan Bek entre les hôtels et les plages de Tel-Aviv.

    En ce qui concerne Sasa, où j’ai travaillé quelques mois en compagnie de jeunes recrues américaines ayant déserté pour éviter d’aller au Vietnam, je ne me souviens pas de la mosquée. Désolé. C’est probablement le discours sioniste qui m’a empêché de m’intéresser à ce fait. Et pourtant, il y avait une librairie dans le kibboutz tenue par un anthropologue connu. Il ne m’en a pas parlé. J’ai souvenir d’une sorte de tour ou de citerne où les soldats de la Hagannah se sont battus contre les "Arabes". Les "Arabes" qui étaient par ailleurs, travailleurs intermittents du kibboutz. Je me rappelle aussi des grottes dans le coin. J’ai sans doute pas assez "creusé". Et vous, n’avez jamais commis d’erreurs dans votre vie ?

  • permalien K. :
    4 février 2012 @20h08   « »

    Si seulement Hitler avait vu que la bête immonde était le musulman, les sionistes s’occuperaient aujourd’hui à semer le bonheur à travers le monde au lieu d’être obligés de réduire les dévastateurs malheurs qu’il cause aux 4 coins de la planète.

  • permalien X :
    4 février 2012 @20h17   « »

    J’ai sans doute pas assez "creusé

    Vous n’avez pas tout dit Nathan.
    Reflichissez un peu.

  • permalien K. :
    4 février 2012 @21h06   « »

    Un sioniste ça ment pas, ça trompe.

  • permalien Sakhra :
    4 février 2012 @21h23   « »

    Sauf que les Algériens n’ont pas appliqué ces beaux principes chez eux puisqu’il ont détruit la plupart des traces de la vie juive dans leur pays. Par conséquent, Sakhra a juste le droit de se taire sur ce chapitre.

    Le droit de dénoncer le sionisme , je le prends, et je n’attendrai pas d’un Belge sioniste la permission.
    Le droit de revendiquer une Palestine libérée du sionisme, je le prends, et ce n’est pas un fasciste sioniste, qui va me l’interdire.

    Les mensonges, que vous débitez à longueur de posts, les propos racistes et nauséabonds dont vous gratifier ce blog prouvent s’il en était besoin, votre angoisse, vos cauchemars...Ils me rappellent les propos de l’OAS, des nazis pieds-noirs...,dans leurs sursauts désespérés de perdre l’Algérie. Rien d’autre.

    L’Algérie n’a pas emmené des buldozers pour effacer "toute trace de la vie juive" comme le font depuis plus d’un demi-siècle les sionistes..Les Juifs d’Algérie étaient d’abord Français, ils n’avaient plus rien d’Algériens.Ils sont partis avec les leurs, ils n’ont pas été priés de partir, ils ont pris la route pour ne pas être Algériens.
    Alors, bon vent.
    Quant aux cimetières et autres balivernes, il y a un représentant officiel de la communauté juive en Algérie, Maitre Roger Said, qu’il s’en occupe.
    Les cimetières palestiniens,autrement plus importants, eux, ont été
    détruits par les buldozers fascistes, qui veulent détruire toute trace du peuple Palestinien sur sa terre.Les Juifs d’Algérie, ayant opté pour la France, n’ont plus aucun droit sur la terre de mon pays.

    Alors ,TAISEZ-VOUS et ARRETEZ VOS MENSONGES !!!ET FOUTEZ LA PAIX A L’ALGERIE !!!ELLE VOUS EMM...

    Les Juifs non sionistes ont toujours été les bienvenus en Algérie,et ils sont nombreux à venir.Ils viennent m^me en pèlerinage sur la tombe d’un saint homme de leur religion.
    http://www.dailymotion.com/video/x4...

    Mais les sionistes, jamais !

  • permalien Lou :
    4 février 2012 @21h38   « »
    Feiglin, Hitler et Netanyahou et Guéant

    Claude Guéant : "toutes les civilisations ne se valent pas"

    "Nous devons protéger notre civilisation". "Contrairement aux socialistes, je pense que toutes les civilisations ne se valent pas"...

    A voir sa tête fermée, il voulait certainement dire qu’il a à apprendre des autres pour s’épanouir un brin.

  • permalien Shanaa :
    4 février 2012 @22h11   « »

    Lou, le meilleur moyen pour monsieur Gueant de protéger sa "civilisation" c’est que celle-ci se suffise à elle-même ! En d’autres termes, qu’ils cessent leur colonialisme, leurs guerres de pillage, l’expansionnisme de la mondialisation. Aprés tout, la présence de certaines ethnies en occident est directement liée au colonialisme et au mondialisme. L’un et l’autre sont le fait de l’occident !
    Et puis, que dirait-il à un irakien, un afghan ou un libyen qui fuient les guerres de l’OTAN ?

  • permalien ben ramden :
    4 février 2012 @23h47   « »

    @x
    il existe une législation rigoureuse concérnant l’elvage,le commerce et la consommation des moules.un certificat de veterinaire marocain est agrée dans l’union europeenne.il ya une tradition chez nous,on donne du sardine aux femmes pendant l’allaitement.
    précedement ,j’ai dit que les originaires des villes d’essaouira sont réputés intelligents parcequ’ils sont des consommateurs de poissons frais,la preuve le pourcentage de cadres et de competences nettement superieur par rapport à la moyenne nationales dans ces deus villes situées sur le littoral atlantique.à ne pas oublier les natifs des villes réputées par leur productions des dattes notamment irrachidia,tinghir,zagora,ourzazate..le résultat est le meme.
    manger du poisson frais et des dattes cela fait d’excellents cervaux.
    alors les amis sur ce blog,je vous souhaite bonne fete la naissance du prophete,vous etes vraiment formidables deir yassin,sakhra,x le marocain,schanaa,sarah,yvan,n’oubliez pas de consommer les poissons frais les dattes et l’huile d’argane le nectar des dieux.cordialement.

  • permalien X :
    5 février 2012 @02h27   « »

    Nathan ;

    Moi, je reconnais sans peine le caractère de plus en plus fascisant de la société et du pouvoir israéliens

    Et bien moi j’ai de la peine pour vous pour le fait que vous n’ayez pas de peine. C’est grâve.

    J’ai souvenir d’une sorte de tour ou de citerne où les soldats de la Hagannah se sont battus contre les "Arabes". Les "Arabes" qui étaient par ailleurs, travailleurs intermittents du kibboutz. Je me rappelle aussi des grottes dans le coin. J’ai sans doute pas assez "creusé". Et vous, n’avez jamais commis d’erreurs dans votre vie ?

    Est ce que si vous aviez creusé plus ça aurait changé qq chose ? Soyez honnête. Certainnement pas. Sinon vous auriez vu que qq chose ne tournait pas rond...mais vous n’aiez rien vu, ou vous aviez vu mais.....il fallait un pays pour juifs peu importe le prix. Vous avez déjà dit l’importance du pays.

    Malgré que vous n’ayez pas tout dit, il y’a erreur et erreur ! Je ne sais pas si vous dormez bien la nuit, à votre place je ne sais pas...

  • permalien gloc :
    5 février 2012 @07h14   « »

    Le denommé Nathan : "Sauf que les Algériens n’ont pas appliqué ces beaux principes chez eux puisqu’il ont détruit la plupart des traces de la vie juive dans leur pays."

    Le dénommé Nathan ne manque pas de culot. Il oublie de dire que contrairement aux juifs tunisiens ou marocains, les juifs algériens ont fait le choix du colonisateur depuis l’éventail jusqu’à la valise et qu’ils ont abandonnés leurs "richesses" pour suivre leur maitre dans la défaite.

    Pour certains ils sont allés en terre musulmane détruire des cimetières musulmans pour construire des musées de la "tolérance" ou des autoroutes réservées aux juifs... sans parler du chantage permanent que l’état israéliens fait peser sur l’Esplanade des Mosquées.

    Encore une fois sous prétexte de d’israélolatrie, le dénommé Nathan met le doigt sur ce qui pourrait générer des réactions antisémites... si le sort des harkis, n’avait démontré que là aussi le colonisateur à fait son choix pour le "deux poids deux mesures".

    Si des juifs avait fait le choix du colonisateur, le colonisateur avait fait le choix du Juif.

  • permalien Sakhra :
    5 février 2012 @07h52   « »

    Jacob Cohen, écrivain marocain (auteur du "Printemps des sayanim")
    traite André Azoulay, le conseiller du roi M6, de "sayan"...

    Je milite pour une Palestine unie et démocratique. Je ne défends pas – et je critique durement – la politique de « dialogue » avec un état qui continue, impunément, agressivement, cyniquement, à coloniser et à détruire les structures sociales, économiques et culturelles de la société palestinienne. Cette politique de « dialogue », bien servie par un autre « juif de cour », le sayan andré Azoulay, n’a eu pour résultat jusqu’à présent qu’à légitimer la mainmise sioniste sur toute la Palestine. Que des dirigeants sionistes, comme la « bouchère de Gaza », arrivent au Maroc, à Tanger, comme en terrain conquis, et reçus avec les honneurs, je trouve cela indigne d’un pays arabe et musulman.

    http://jacobdemeknes.blogspot.com/

    @ Moulay ben ramden,

    Ouakha, Moulay,je vais me goinfrer de dates "deglet nour" , merci pour la recette.
    ..
    Salam.

  • permalien Sakhra :
    5 février 2012 @07h55   « »

    oups !

    "dattes deglet nour"

  • permalien Sarah :
    5 février 2012 @09h19   « »

    Mohammed 6,ce n’est pas "commandeur des croyants" qu’il faut l’appeler, mais plutot "Serviteur des sionistes".

  • permalien Shiv7 :
    5 février 2012 @10h24   « »

    Nathan

    Le seul remords que je ressens parfois, c’est d’être resté une bonne partie de ma vie en Europe, c’est-à-dire sur la terre où a eu lieu le crime contre mon peuple, plutôt que de faire ma vie en Amérique, qui est la vraie terre promise des juifs.

    Je vous croyais athée ? Dois je comprendre que le concept de terre promise est culturo génétique ?

    En quoi l’Amérique est-elle la vraie terre promise des Juifs ?

    Remarquons aussi que l’Amérique terre promise potentielle du peuple Juif, c’est aussi faite sur la négation d’un peuple qui y vivait préalablement..

    D’autre part disant cela n’avez-vous pas l’impression de donner du pain en ceux qui voient dans l’Amérique une sorte de réalisation du messianisme Juif, car il faut bien admettre que le sionisme à une grande influence sur la politique américaine, même si cela n’est pas à proprement parler une terre juive.

    De plus même si l’Amérique n’est pas l’Allemagne hitlérienne, il ne faudrait pas oublier qu’à l’époque elle n’a pas plus ouvert ses yeux sur le crime du peuple Juif que le reste de l‘Europe, et qu’au départ du conflit elle à même aidé le nazisme, notamment par l’intermédiaire du grand père Bush, et qu’à la fin du conflit elle n’a pas craché sur la venue des savants allemand sur son territoire, comme terre promise c’est pas encore l’éden.

    En outre la terre promise juive est un concept spirituel, la réduction de ce dernier en un concept géographique procède de fétichisme et de l‘idolâtrie, c’est du reste symptomatique de l’athéisme (ou du littéralisme) de réfuter le religieux dans sa spiritualité et son symbolisme tout en gardant sa matérialité, vous nous en démontrer un parfait exemple.

  • permalien Rouzbeh :
    5 février 2012 @11h02   « »

    E-TODD : Après l’empire

    L’inclusion des Juifs américains correspond à l’exclusion
    des Noirs et peut-être des Mexicains. Elle intervient dans une phase de recul de l’universalisme, de montée en puissance
    du différentialisme — dans les termes américains usuels, de réaffirmation du sentiment racial. Le moteur de l’évolution américaine n’est pas aujourd’hui la valeur d’égalité mais celle d’inégalité. Comment vivre dans la bonne conscience et avec un sentiment de sécurité un processus d’intégration aussi paradoxal ? Comment ne pas ressentir une telle inclusion comme fragile, menacée, remplie de dangers virtuels ? Les Juifs américains projettent sur le monde extérieur une peur qui est en eux, parce qu’ils sentent confusément qu’ils sont beaucoup plus les jouets d’une dynamique différentialiste régressive de la société américaine que les bénéficiaires d’une générosité conquérante de type universaliste.
    Cette opinion n’est pas seulement l’effet d’une réflexion
    théorique. J’ai été éclairé pour la première fois sur ce sujet,
    au début des années 80, par une conversation avec l’un de
    mes grands-pères, américain d’origine juive autrichienne.
    Lors d’une visite à Disneyland, celui-ci m’avait exprimé,
    sur fond de Mickeys dansants, son anxiété persistante : la
    passion raciale de la société américaine lui rappelait désagréablement la Vienne de son adolescence. Jamais
    je n’ai observé, dans la partie juive française de ma famille,
    ce genre d’inquiétude.

  • permalien K. :
    5 février 2012 @11h12   « »

    Et de douze.

    Egypte : explosion d’un gazoduc alimentant Israël et la Jordanie

  • permalien Nathan :
    5 février 2012 @11h23   « »

    @ Shiv7 : 5 février @10h24

    Mon cher, j’ai utilisé le terme "terre promise" dans un sens non-religieux. Les termes religieux peuvent être parfaitement laïcisés, grâce au transfert de sens que constitue cette figure de rhétorique qu’on appelle la métaphore. Plutôt que "terre promise" j’aurais pu utiliser le terme "environnement idéal" pour les juifs (ainsi que pour d’autres communautés, bien sûr), car l’Amérique reste en dépit de tout un pays de liberté et d’opportunité.

    Il s’agit également de ma part d’un simple constat empirique. Aux Etats-Unis, les juifs ont été épargnés des conséquences funestes de l’antisémitisme européen. Par ailleurs, la symbiose qui s’est faite entre le pays d’accueil et les immigrants juifs a donné des résultats remarquables comme en témoigne la réussite intellectuelle et matérielle de nombreux juifs américains.

    Par ailleurs, on peut être agnostique et reconnaître une dette envers la religion de ses pères. Je ne vois pas où est le problème. Le messianisme peut être laïc, c’est ce qu’on appelle d’ordinaire l’espoir d’un monde meilleur. A ce titre, Karl Marx est messianique.

    Dans "Le juif de savoir", Jean-Claude Milner va même plus loin. Il affirme que les juifs mitteleuropéens ont transféré la passion religieuse en passion du savoir (en étant notamment à l’origine de ce champ conceptuel qu’on appelle la "Wissenschaft")

    Enfin, je trouve parfaitement abusif de votre part de vous arroger une sorte de préemption sur la notion de spiritualité. Pour paraphraser un ex-président français, je dirais que vous n’avez pas le monopole de l’esprit. Votre division dogmatique et tranchée entre matière et esprit est à peu près aussi subtile que celle de Michel Onfray, ce qui n’est pas peu dire.

  • permalien K. :
    5 février 2012 @11h28   « »

    Naava Mashiah n’est pas au courant de la malédiction d’être un arabe. Peut-être que cet ignare ne mange pas de la viande fraiche ?

    Naava Mashiah, 27/01/2012 :

    I am discovering more and more young Jews like myself who have been able to distance themselves from their parents traumatic experiences and proudly reclaim their Arab roots.

    I recall one day when I brought home old records of Abdul Wahab, a famous Egyptian singer, and put them on the phonograph. My father Shaul transformed back to Sabah and sang all the words. He did not understand how I could be interested in this music. My curiosity for the poetry and music is deep-rooted to an extent that baffles him.

    Today when I ask my father if my grandfather was an Arab Jew and he proclaims, “No way, there is no such thing”, I beg to differ.

  • permalien Deïr Yassin :
    5 février 2012 @11h41   « »

    @ Nathan

    "Je ne faisais que répondre à Sakhra"

    C’est vous qui avez parlé de l’Algérie en premier avec votre maintenant habituel : "J’ai entendu une émission à la radio..l’Algérie...blah...désert culturel...blahblah....les bars et les cinémas..." et c’est vous qui en premier (4 fev 12h15) avez parlé des Juifs d’Algérie.

    Pour revenir aux maisons de Dieu dont vous vous souciez tant :
    Je suis étonnée que vous êtes resté à Sasa plusieurs mois sans savoir ce qu’est devenu le seule bâtiment resté du village palestinien Sa’Sa’. La mosquée de Sa’sa’ a été reconvertie en musée et relate l’histoire du kibbutz.

    Je ne sais pas si la pré-histoire est mentionnée aussi, c-à-d le village palestinien rasé pour donner place à "une terre sans peuple" pour les gars du Hatshomer Hatzair et leur "rêve socialiste".

    La mosquée de ’Ayn Hawd a été bar, bordel, et actuellement c’est un restaurant branché. L’histoire ne dit pas si on y sert les plats palestiniens dont les sionistes se sont accaparés en même temps que la terre, la fameuse ’salade israélienne’ en premier, ou si l’ambiance est plus au shtetl et le borsch.

    "Moi, je reconnais sans peine le caractère de plus en plus fascisant de la société et du pouvoir israéliens..."

    Si vous utilisez "sans peine" dans le sens "sans chagrin", cela m’étonnerait, mais si vous l’utilisez dans le sens "sans difficulté", c’est un mensonge énorme !

    Je me rappelle des commentaires de votre part postulant que Israël serait une démocratie et que les Palestiniens de nationalité israélienne avaient les mêmes droits que les Juifs. Cela n’a jamais été le cas, depuis la création de ce "litte shitty country".

    D’ailleurs, pourquoi vous aurez la peine à admettre le caractère fascisant ? Vous m’avez répondu il y a deux jour que Machin ne vous concernait pas puisque vous étiez belge !

    Je constate aussi votre hypocrisie flagrante au sujet de "l’argent juif". Mentionner le rôle de l’argent dans la politique américaine, et notamment "l’argent juif" - puisque aux States le label communautaire fait partie de la vie, non seulement au sujet des Juifs - est selon vous antisémite, mais vous venez de vous vanter d’un philanthrope juif qui a financé des recherches à Columbia !!! Quelle différence ?

    Aux States tout s’achète et tout se vend, les politiciens, des places dans les conseils des universités et les centres de recherches. Vous croyez qu’un philanthrope - juif ou pas - qui finance des recherches n’a pas de contrepartie ? Demandez à tous ces universitaires palestiniens et ’pro-palestiniens’ qui se sont trouvés face à des difficultés au sein de leurs universités, Edward Saïd inclut.

    Vous rêvez d’Amérique. Remarquez, le génocide et la mise en réserves de la population autochtone a déjà été fait par les générations précédentes.... même pas besoin de faire ce sale boulot comme en Palestine.

  • permalien Noval :
    5 février 2012 @11h42   « »

    Encore un peu de patience ! Très prochainement, les sionistes d’origine européenne demanderont des indemnisations aux Arabes parce qu’ils ont du quitter l’Europe pour s’en aller coloniser la Palestine :

    http://www.upjf.org/fr/4719-le-mini...

  • permalien Nathan :
    5 février 2012 @12h04   « »

    Deïr Yassin : 5 février @11h41

    C’est vous qui avez parlé de l’Algérie en premier avec votre maintenant habituel : "J’ai entendu une émission à la radio..l’Algérie...blah...désert culturel...blahblah....les bars et les cinémas..." et c’est vous qui en premier (4 fev 12h15) avez parlé des Juifs d’Algérie.

    Ma chère, si vous tenez tant que ça à ..... les mouches, une de vos grandes spécialités, je vous rappellerai que avant ça, le 4 fév à 11h53, Sakhra a écrit sans rire :

    Quant à moi, Algérienne et Maghrébine, héritière de Abdelkrim el Khattabi, de Tarik ibn Ziad, de l’Emir Abdel Kader et de Sidi Boumédiène, mon rêve c’est : voir le Maghreb des peuples se réaliser, voir une Palestine débarrassée du sionisme, ouverte à tous ceux qui s’en revendiquent, qu’ils soient Juifs, Chrétiens ou Musulmans,...et prier un jour à Al Aqsa...à El Qods, où le quartier des Maghrébins était celui de tous les Maghrébins.

    A la suite de quoi, j’ai répondu ironiquement le 4 fév à 12h15

    Moi qui suis descendant en ligne directe d’Abraham et du roi Salomon, je me demande si dans votre Palestine "libérée", vous allez laisser les juifs prier sur leurs lieux saints.

    Il suffit, par exemple, de voir ce qui se passe en Algérie, épuration ethnique oblige.

    Il me semble que j’étais parfaitement en droit de répliquer. Sakhra nous berce avec ses chants mielleux de fraternité dans le futur Etat arabe désionisé mais son pays a non seulement incité les juifs à faire leurs valises, alors que la présence juive en Algérie était ancienne et antérieure à l’islam, mais en outre et c’est ça qui est symptomatique quasiment toute trace juive dans ce pays a été effacée. Les synagogues ont été transformées en mosquées et la plupart des cimetières juifs ont été vandalisés. Nous avons affaire ici à l’exemple même d’un nettoyage ethnique. On expulse ou on détruit les populations puis on efface toute trace de leur présence.

  • permalien gloc :
    5 février 2012 @12h25   « »

    Le dénommé Nathan : La présence juive en Algérie était ancienne et antérieure à l’islam, mais en outre et c’est ça qui est symptomatique quasiment toute trace juive dans ce pays a été effacée.

    Outre que la présence juive était chronologiquement antérieures à toutes les religions qui lui ont succédé, le dénommé Nathan confirme, qu’il n’a suffit qu’un siècle de domination catholique sur l’Algérie, pour que les juifs y disparaissent.

    C’est la journée "défonçage des portes ouvertes" chez le dénommé Nathan.

  • permalien Sakhra :
    5 février 2012 @12h53   « »

    K :

    Naava Mashiah n’est pas au courant de la malédiction d’être un arabe. Peut-être que cet ignare ne mange pas de la viande fraiche ?

    K, vous devenez méchant ! C’était juste une façon de parler, sans grande conséquence..".oua Al Andalus yafhamou el ichara".
    Amitiés.

    Je suis "tombé " comme dirait l’autre, sur un article de Uri Avnery, sur la "Nation" sioniste...Elle a l’air de prendre eau de toutes parts...

    "La malédiction d’être sioniste..", sans doute....

    Les Juifs ont vécu pendant de nombreux siècles dans le monde musulman. Là, ils n’ont jamais vécu les choses terribles commises en Europe par l’antisémitisme chrétien. L’animosité entre juifs et musulmans a débuté il y a un siècle seulement, avec l’avènement du sionisme, et pour des raisons évidentes.

    Lorsque les Juifs des pays musulmans ont commencé à arriver en masse en Israël, ils étaient imprégnés de culture arabe. Mais, ils ont été reçus ici par une société qui tenait tout ce qui était arabe dans un mépris total. Leur culture arabe était jugée « primitive », tandis que la vraie culture était européenne. Plus encore, ils ont été identifiés avec les musulmans meurtriers. En raison de quoi, les immigrés étaient tenus d’abandonner leur culture et leurs traditions, leurs accents, leurs souvenirs, leur musique. Afin de montrer à quel point ils étaient devenus israéliens, ils devaient aussi haïr les Arabes.

    .

    http://contreinfo.info/article.php3...

  • permalien Deïr Yassin :
    5 février 2012 @13h26   « »

    @ Nathan
    C’est incroyable comme vous me prenez pour une conne ! Et je ne suis pas adepte des mouches, même pas quand je vais à la pêche des poissons pour devenir plus intelligente.

    Mais vos mensonges et manipulations sont un cas d’école de la procédure de la hasbara et valent à ce titre d’être soulignées !

    - Je vous écrit (4 fev 19h05) de nous foutre la paix avec vos Juifs d’Algérie car on a compris depuis longtemps que c’est uniquement pour faire distraction.

    - Vous me répondez (4 fev 19h55) que : "Je ne faisait que répondre à Sakhra".

    - Quand je vous écrit que vous étiez bien le premier à parler de l’Algérie avec votre fameuse "j’ai entendu une émission à la radio" (3 fev 21h10) et aussi le premier à parler des Juifs d’Algérie avec votre synagogue à Oran (4 fev 12h15), vous me répondez en reproduisant un extrait d’un commentaire de Sakhra du 4 fev 11h53 qui parler bien de l’Algérie - donc bien après le votre - mais pas du tout des Juifs d’Algérie !

    - Vous êtes donc le premier (3 fev 21h10) à parler d’Algérie, et aussi le premier (4 fev 12h15) à aborder votre sujet fétiche : les Juifs d’Algérie.

    A part bien sûr être un exemple parfait de la hasbara : "Je ne faisais que répondre..." équivaut à "Nous ne faisons que nous défendre" ou "On a été attaqué en ’48" quand la vérité est tout autre : donc un renversement de l’ordre chronologique pour paraître les ’victimes’.

    Et avant tout cela montre que vous appliquez le premier règle de la Hasbara : parler d’autres choses, de préférences ’le pareil ou pire’ dans le monde arabe pour faire distraction.

    Vous avez fait exactement pareil en prétendant ne pas comprendre mon "et parmi les 25%, combien ont gardé leur nationalité d’origine..." en inventant une histoire rocambolesque au sujet de la signification de "et".... le "et" que j’ai utilisé dans une réponse ultérieure !

    On dit bien que le diable est dans les détails !

    *****
    Merci infiniment à Ben Ramden qui m’a fait comprendre pas mal de chose au sujet de blocus maritime israélien de Gaza.
    On estime que l’alimentation à Gaza provienne à 40% de la mer - ou peut-être plutôt les valeurs nutritives (?) - et cela explique donc pourquoi la marine israélienne fait tout pour empêcher les pêcheurs gazaouis de faire leur travail. Ce n’est pas seulement une question de sécurité - on s’en doutait bien ! - ni vraiment pour les affamer, mais pour les empêcher de devenir encore plus intelligents !

  • permalien Sakhra :
    5 février 2012 @13h56   « »

    L’oeuvre du sionisme en Palestine, magistralement définie par un sioniste dit"modére", (attention, ce sont les pires)..

    Nous avons affaire ici à l’exemple même d’un nettoyage ethnique. On expulse ou on détruit les populations puis on efface toute trace de leur présence.

    Et il sait de quoi il parle le dénommé "sioniste modéré", car :

    Comment Israel expulsa les Palestiniens

    Tantoura a depuis longtemps disparu sous le kibboutz Nahcholim. En mai 1948, il s’agit d’un bourg palestinien de 1 500 âmes qui représente une « arête dans la gorge » de la brigade Alexandroni, comme l’indique le livre officiel de cette dernière8. Car, sept jours après la proclamation de l’État hébreu, l’armée a vidé de leurs habitants la plupart des villages côtiers. Ilan Pappé rappelle : « Le plan D (ou Dalet en hébreu) donnait comme instructions aux forces juives de nettoyer les zones palestiniennes dont elles auraient pris le contrôle. La Hagana disposait alors de plusieurs brigades, et chacune avait à sa charge une liste de villages à occuper. La plupart d’entre eux devaient être détruits et ce n’est que dans des cas exceptionnels que les forces recevaient l’ordre de les laisser intacts. La brigade Alexandroni, l’une de ces unités, reçut donc une telle liste. Sa mission consistait à judaïser la plaine côtière, depuis Haïfa jusqu’à Tel-Aviv au sud. Cette région comptait soixante-quatre villages. Sauf dans quelques rares cas, les villageois quittèrent leurs foyers avant la fin de l’occupation et sans guère combattre. À chaque fois qu’elle fut confrontée à une résistance, [...] la brigade appliqua le plan D en détruisant immédiatement les villages et en expulsant tous leurs habitants9. »

    http://boutique.monde-diplomatique....
    http://boutique.monde-diplomatique....

  • permalien Nathan :
    5 février 2012 @14h26   « »

    Le nettoyage ethnique ne s’évalue pas seulement à la façon dont les vainqueurs effacent les traces de l’ancienne présence (comme cela s’est fait en Palestine... et en Algérie) mais il se mesure également à la façon dont les vainqueurs réécrivent l’histoire et la rhabillent de leurs mains (comme cela s’est fait en Palestine... et en Algérie).

    Par exemple, Sakhra, biberonnée à l’anticolonialisme, au panarabisme et à l’islam, a réécrit à sa façon l’histoire des juifs d’Algérie. Voici comment elle auto-justifie a posteriori l’épuration ethnique dont ceux-ci ont été les victimes.

    Les juifs n’étaient pas des Algériens ! Ils ont donc mérité leur sort.

    Réfléchissons ! En quoi ce verdict est-il différent de la position d’un Feiglin ou d’un Gringich estimant que les Palestiniens n’existent pas ? En rien. C’est exactement la même chose mais notre graine de fanatique n’est même pas capable de s’en apercevoir.

    PS : sans justifier le moins du monde l’annexion de facto de Jérusalem-Est, je signale pour la énième fois que al-Quds n’est pas cité dans le Coran - et pour cause, elle n’a été conquise que par la suite - alors qu’elle est citée près de 600 fois dans la Bible judaïque.

    La prise de Jérusalem fut sans doute une très grande victoire posthume du chef de guerre Mohammed car une grande partie de la religion qu’il a fondée constitue une vengeance à l’encontre de la religion ancienne, comme en témoigne le massacre des tribus juives du Yathrib, le changement d’orientation de la Kibla, les innombrables versets anti-judaïques du Coran sans oublier le "voyage nocture", qui ne fut bien sûr, qu’un rêve de vengeance et d’appropriation.

  • permalien Nathan :
    5 février 2012 @14h54   « »

    Comparons maintenant les attitudes d’un sioniste modéré ou d’un post-sioniste avec celle de la graine de fanatique algérienne, biberonnée à l’anticolonialisme, au panarabisme et à l’islam.

    Le post-sioniste est un être humain comme les autres, c’est-à-dire qu’il est le résultat de son histoire et de son éducation. Parents rescapés des camps nazis, famille décimée, enfance passée dans un milieu traditionnel à proximité des religieux. Première évolution : il fait des études supérieures. Deuxième évolution : il se détache de son milieu d’origine. Vers 1967, il est plus ou moins sioniste – car la plupart des juifs qu’il connaît le sont - et de gauche. Il part quelques mois dans un kibboutz de l’Hachomer Hatzaïr, mouvement socialiste. Les Arabes sont perçus comme les ennemis, d’ailleurs le kibboutz est sous couvre-feu, l’armée patrouille en permanence, les feddayins s’infiltrent à partir du Sud-Liban. Le post-sioniste est encore jeune et ne connaît de l’histoire de ce pays que ce que ses camarades lui racontent.

    Petit à petit, grâce notamment au travail des nouveaux historiens israéliens, ses yeux s’ouvrent. La guerre d’indépendance ne s’est pas déroulée comme il le croyait jusqu’alors. Il fait d’autres lectures, ce qui l’amène à s’interroger sur une issue raisonnable à ce conflit. Il défend donc une solution à deux Etats. Hélas, la politique israélienne depuis 15 ans lui fait comprendre à son grand désespoir, que les Israéliens ne feront pas de concessions.

    Maintenant, voyons à titre de comparaison l’attitude de la fanatique algérienne au regard d’une Algérie devenue Judenrein. Aucun examen de conscience. Pas le moindre remords. Aucun regret par rapport au destin des juifs d’Algérie. Bien fait pour leur gueule, pense-t-elle, en se contentant de bouffer ses dattes et ses loukoums.

  • permalien gloc :
    5 février 2012 @15h20   « »

    Le dénommé Nathan : Maintenant, voyons à titre de comparaison l’attitude de la fanatique algérienne au regard d’une Algérie devenue Judenrein. Aucun examen de conscience. Pas le moindre remords. Aucun regret par rapport au destin des juifs d’Algérie. Bien fait pour leur gueule, pense-t-elle, en se contentant de bouffer ses dattes et ses loukoums.

    Difficile de faire plus puant.

  • permalien Deïr Yassin :
    5 février 2012 @15h25   « »

    Les propos de Nathan sur le "nettoyage ethnique en Algérie" montre qu’il n’est qu’un troll minable ! En effet, c’est ce genre de manipulation qui me fait parfois penser si tous les malheurs dont on nous rabâche les oreilles au sujet de l’histoire juive sont tous ce genre de réécriture à posteriori : l’esclavage en Egypte qui n’a jamais existé, la traversée du désert, pareil.... en effet, Nathan donne de l’eau au moulin à des spéculations fortement révisionnistes !!

    Il ne sait pas de quoi il parle, tout simplement, ras-le-bol des mêmes âneries de sa part ! Il n’a rien lu à ce sujet, ni ne connais-t-il des Juifs d’Algérie.

    "Les Juifs n’étaient pas des Algériens"

    Bien, c’est eux-même qui le revendiquent ! - contrairement aux Juifs tunisiens et marocains.

    Ici Madame Stora, la mère de Benjamin Stora, de retour à Constantine en 1990, au moins elle parle l’arabe, ce n’est pas toujours le cas !
    - min 1:15 : à la question du jeune homme qui lui demande si elle comprend bien l’arabe, le monsieur agé lui répond "bien sûr, c’est une fille de Constantine".

    Plus tard quand elle est assise dans l’appartement où elle vivait autrefois :
    - min 2:50 : "Quand vous viviez ici, Madama Stora, il vous arrivait de recevoir des Algériens...de temps en temps ?"
    - "Oui, oui, c’est vrai (avec hésitation) mon mari travaillait avec des Algériens, ......, donc il m’arrivait (notez l’intonation, beaucoup d’hésitation) de recevoir des Musulmans, chez moi"
    - www.youtube.com/watch ?v=XJ8c...

    Elle a été reçue, et bien reçue ! elle le dit elle-même en montrant la table garnie, ce ne fut pas le cas des membres de ma famille qui ont essayé de voir la maison de mes grand-parents, tout ce qu’ils ont reçu fut la porte au nez !! Question de culture, certainement, comme aime nous le rappeler notre xénophobe.

    Comparer le sort des Juifs d’Algérie et des Palestiniens relève de la psychiatrie ! Que Nathan nous présente des Juifs d’Algérie qui revendiquent le droit de retour dans leur patrie, et je serais la première à signer leur pétition.
    Pffff !

  • permalien K. :
    5 février 2012 @16h37   « »

    Apparemment les centaines de milliers de Palestiniens ne sont pas suffisants pour assouvir la soif de violence des sionistes.

    http://www.haaretz.com/print-editio... ?

  • permalien
    5 février 2012 @17h14   « »

    Re bonjour,
    Merci à tous les débatteurs de bien vouloir définir clairement le terme : "Juif". S’interroger au sujet des juifs sans avoir au préalable défini ce concept ne peut que déboucher sur un dialogue de sourds.
    En ce qui me concerne, j’ai été baptisé, ce qui ne permet pas de me situer en tant que catholique, dans la mesure où je milite contre cette religion au motif que je l’estime inepte et toxique. Je suis pour le mariage homo, l’avortement, la recherche sur les cellules souches embryonnaire, le clonage thérapeutique, l’euthanasie, etc. Je suis favorable à une éthique dégagée des critères religieux, pour une séparation plus marquées entre église et état, contre les subventions aux écoles confessionnelles. Lorsque je me rendais à Belfast pour affaires, durant la période "hard", je ne fréquentais que des protestants, et j’évitais les quartiers catholiques, qui étaient des coupe gorge. Je ne me suis jamais senti solidaire des catholiques, qu’il s’agisse des catholiques irlandais, ou des chrétiens de Beyrouth.
    Le tout est de savoir en quoi un juif athée demeure juif, étant bien entendu que le juif croyant est aussi con que le catholique croyant et le musulman croyant. Je ne fais pas de différence entre croyant et intégriste, dans la mesure où ces deux catégories partagent une approche irrationnelle de la réalité.
    Ceci étant posé, qu’est-ce qui caractérise le juif athée ? Sa culture ? Peut on réellement comparer un juif russe à un juif éthiopien, ou un juif intello new-yorkais ? Sa race ? Comme si l’identité religieuse pouvait être liée au patrimoine génétique...Son étiquetage en tant que juif ? Oui, si il le revendique ou le subit.
    J’ai toute ma vie lutté contre l’antisémitisme, au motif qu’aucune donnée scientifique ne saurait le justifier. Reste l’étiquetage assumé, qui ne saurait se justifier que par l’adhésion militante à une religion, et qui exclut par construction le juif athée, qui n’est pas juif puisqu’il est athée.
    Quant à la spécificité supposée de la religion juive, soulignons le fait qu’elle est très faible, puisque les religions dites judéo-chrétiennes, au sein desquelles je place l’islam, professent les mêmes valeurs, aujourd’hui dépassées, que l’on pourrait décrire, comme déjà indiqué, comme agonistes des valeurs du Maréchal Pétain.
    Ne comptez pas sur moi pour entrer dans vos luttes entre sectes médiévales.

  • permalien Noval :
    5 février 2012 @17h29   « »

    Dites Docteur, c’est grave lorsque des « responsables européens de haut niveau, considérés comme la cible la plus efficace pour influencer les politiques et les liens stratégiques entre Israël et l’Europe ». n’ont aucun scrupule à rencontrer des criminels de guerre ?

    http://www.theground.fr/component/c...

  • permalien Noval :
    5 février 2012 @17h53   « »

    En complément de mon message précédent, rapide portrait d’un personnage que la " bande à Cambadélis " aura le grand honneur de rencontrer :

    http://www.info-palestine.net/artic...

  • permalien Orangerouge :
    5 février 2012 @18h26   « »

    Etre juif, j’analyse cela comme une question de sentiment d’appartenance, comme les autres sentiments d’appartenance ethnique.

    Cela n’a rien à voir avec la génétique.

    Une ethnie est définie comme un ensemble de gens qui considèrent qu’ils partagent une appartenance commune, du fait de leur culture et de leur histoire.

    Cela recouvre généralement une culture et des mythes communs, souvent une langue commune, une religion commune ... mais pas toujours.

    Les ethnologues considèrent qu’on peut avoir plusieurs appartenances ethniques en même temps. Pour chaque appartenance, ils préfèrent parler de groupes ethniques au pluriel que d’ethnie au singulier.

    Ce n’est donc pas quelque chose d’univoque sauf si la communauté se construit sur des règles rigides.

  • permalien Deïr Yassin :
    5 février 2012 @18h45   « »

    @ Anonyme - ç’est probablement Iblis, vu le Re-bonjour...
    Merci à tous les débatteurs de bien vouloir définir le terme "juif"

    Cela a été fait des dizaines de fois....
    Votre "juif athée" n’existe pas puisque ’juif’ - avec minuscule, à part d’être un adjectif bien entendu - désigne une personne pratiquant le Judaïsme, et Juif - avec majuscule - un membre du peuple juif.

    Si vous avez "lutté toute votre vie contre l’antisémitisme", il est étonnant qu’on ne vous a jamais dit cela.... même moi qui ne suis pas francophone, je sais ça.

    "Ne comptez pas sur moi pour entrer dans vos luttes entre sectes médiévales"

    Personne vous a rien demandé, et ces propos montre que vous avez tout compris.....

    D’ailleurs il s’agit de la colonisation de la Palestine sur ce fil : si les colons sont Juifs ou juifs, on s’en tape : nationalisme extrémiste ou fanatisme religieux, c’est kif-kif bourricot.


    Sinon Human Rights Watch a publié un rapport aujourd’hui
    "Israel’s Control of Palestinian Residency in the West Bank and Gaza"

    - www.hrw.org/reports/2012/02/...
    - le rapport est téléchargeable en bas de la page.

    "Military Control Over Population Registry Splits Families"
    - www.hrw.org/news/2012/02/05/...

    Selon Maan, des centaines de milliers de Palestiniens sont concernés :
    - le recensement israélien de ’67 a exclu au moins 270.000 personnes absents au moment de l’occupation

    - Israël a par la suite enlevé 130.000 Palestiniens du registre qui ont voyagé à l’étranger dans la periode de ’67 à ’94.

    - Depuis 2000, Israël a arrêté de délivrer des permis de résidence [’stopped processing residency applications’ - je n’ai ni le talent ni la patience de K pour les traductions ;-( ] à des Palestiniens non-enrégistrés qui soit vivent, travaillent ou ont des liens familiaux en Cisjordanie ou à Gaza. Il s’agirait d’environ 120.000 personnes.

    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

    Et pendant ce temps, Lolo, Nathan, Machin et Bidule peuvent s’y installer librement pourvus qu’ils sont Juifs ...ou juifs.

  • permalien Shiv7 :
    5 février 2012 @18h46   « »

    Le tout est de savoir en quoi un juif athée demeure juif, étant bien entendu que le juif croyant est aussi con que le catholique croyant et le musulman croyant. Je ne fais pas de différence entre croyant et intégriste, dans la mesure où ces deux catégories partagent une approche irrationnelle de la réalité.

    Je suppose que pour vous la construction et l’utilisation de l’arme atomique est une approche rationnelle de la réalité ?

    En fait vous êtes le parfait exemple de ce Nietzsche craignait le plus, à savoir le transfert du concept de vérité du religieux au scientisme, l’intégrisme de la croyance à la pure rationalité de la réalité prend dans votre démonstration toute son ampleur.

    Ne comptez pas sur moi pour entrer dans vos luttes entre sectes médiévales.

    Vous allez beaucoup nous manquer..

    PS. Le terme Juif se réfère à une culture, non pas à une religion qui elle se défini par le mot juif. Ce qui fait qu’il peut très bien y avoir des Juifs athées et des juifs croyants..

  • permalien Noval :
    5 février 2012 @18h46   « »

    Aucune délégation politique étrangère ne revient d’Israël/Palestine sans être subjuguée par les multiples réalisations de cette si charmante démocratie.

    Nul besoin d’être grand clerc pour deviner que Jean - Christrophe Cambadélis rendra un vibrant hommage à ses hôtes dès son retour en France. A l’image de certains de ses très illustres prédécesseurs :

    http://www.israel7.com/2010/12/des-...

  • permalien Nathan :
    5 février 2012 @18h48   « »

    Deïr Yassin : 5 février @15h25

    Les propos de Nathan sur le "nettoyage ethnique en Algérie" montre qu’il n’est qu’un troll minable ! En effet, c’est ce genre de manipulation qui me fait parfois penser si tous les malheurs dont on nous rabâche les oreilles au sujet de l’histoire juive sont tous ce genre de réécriture à posteriori : l’esclavage en Egypte qui n’a jamais existé, la traversée du désert, pareil....

    C’est moche ce que vous dites… Si l’on en croit le Coran, le livre saint de la religion qualifiée par vous de « perfectionnement » des religions précédentes, on peut lire, par exemple à la sourate 17 :

    103. Nous avons accordé à Moïse neuf prodiges évidents : interroge plutôt les enfants d’Israël. Lorsque Moïse se présenta devant Pharaon, celui-ci lui dit : J’estime, Moïse, que tu es sous le pouvoir d’un enchantement.
    104. Tu sais bien, répondit Moïse, que c’est Dieu, le Seigneur des cieux et de la terre, qui envoie ces prodiges évidents ; j’estime, ô Pharaon ! que tu es voué à la perdition.
    105. Pharaon voulut les expulser du pays, et nous l’avons submergé, lui et tous ceux qui l’ont suivi.
    106. Nous dîmes ensuite aux enfants d’Israël : Habitez cette terre, et lorsque le terme de la vie future sera arrivé, nous vous réunirons ensemble. Nous avons envoyé le Coran réellement, et il est descendu réellement. Et toi, ô Muhammad ! nous ne t’avons envoyé que pour annoncer et pour avertir.

    Et aussi la sourate 5 :

    23. Lorsque Moïse dit aux Israélites : Souvenez-vous des bienfaits que vous avez reçus de Dieu ; il a suscité des prophètes dans votre sein, il vous a donné des rois, et il vous a accordé des faveurs qu’il n’avait jamais accordées à aucune autre nation.
    24. Entre, ô mon peuple, dans la Terre sainte que Dieu t’a destinée ; ne vous tournez pas en arrière, de peur que vous ne marchiez à votre perte.

    A ce propos, on se demande même si Jérusalem n’est pas évoquée à mots couverts dans la sourate 7 :

    159. Nous avons partagé les Hébreux en douze tribus, formant autant de nations, et nous avons révélé à Moïse, implorant la pluie pour son peuple, ces paroles : Frappe le rocher de ta baguette ; et le rocher se fendit en douze sources. Chaque tribu savait laquelle elle devait boire. Puis, nous fîmes planer sur eux un nuage, et nous leur envoyâmes la manne et les cailles. Nourrissez-vous des délices que nous vous accordons. Ce n’est pas à nous qu’ils ont fait du mal ; c’est à eux-mêmes.
    160. On leur disait : Habitez cette ville et nourrissez-vous de ses produits tant qu’il vous plaira. Demandez l’absolution de vos péchés, et en entrant dans sa porte, prosternez-vous pour adorer Dieu. Alors, nous vous pardonnerons vos péchés, et nous augmenterons les richesses de ceux qui font le bien.

  • permalien Shanaa :
    5 février 2012 @19h48   « »

    ben ramden, votre remarque sur le rapport de causalité entre la consommation de poisson et "l’intelligence" est toute relative !
    En Inde, tout le monde est végétarien. Et poutant, ce pays compte un grand nombred’ingénieurs ou de grandes personnalités, telle que Ghandi, par exemple !
    D’une maniére générale, qu’est-ce que l’intelligence ?
    Peut-elle se quantifier aux nombres d’ingénieurs ?
    Si oui, nos ancétres étaient des sots, alors ?

  • permalien Shanaa :
    5 février 2012 @19h57   « »

    Le manque d’homogéneité culturelle ou ethnique d’un pays peut-elle favoriser la nécessité permanante de désigner un ennemi ? Les USA qui ne sont pas un peuple au sens historique et ethnique du terme ont besoin d’un ennemi perpétuel !
    Est-ce que Israél par sa diversité culturelle a besoin de l’ennemi arabe pour consolider ces composantes ? D’ou la non nécessité de résoudre le probléme !

  • permalien Ph. Arnaud :
    5 février 2012 @20h58   « »

    A tous

    Un juif athée est la même chose qu’un catholique athée ou un protestant athée : un athée...

  • permalien Sakhra :
    5 février 2012 @21h48   « »

    Maintenant, voyons à titre de comparaison l’attitude de la fanatique algérienne au regard d’une Algérie devenue Judenrein. Aucun examen de conscience. Pas le moindre remords. Aucun regret par rapport au destin des juifs d’Algérie. Bien fait pour leur gueule, pense-t-elle, en se contentant de bouffer ses dattes et ses loukoums.

    C’est de l’hystérie puante...Un docteur, il faut le soigner le pauvre sioniste, victimisé , les camps, les souffrances uniquement celle des juifs, la jalousie des autres...

    Et les comparaisons ! Algérienne fanatique, bien sûr, et sioniste "tolérant"...

    En somme, si l’on comprend le sioniste"victimisé" :
    L’histoire des juifs d’Algérie, c’est :

    les juifs d’Algérie, et uniquement ceux d’Algérie, étaient eux, les autochtones de l’Algérie, et les Algériens, quant à eux ce sont les "sionistes", qui ont débarqué pour les coloniser , qui les ont expulsé , ont détruit toute trace de leur présence, leurs cimetières, leurs synagogues, ....et se sont installé à leur place..

    Le sioniste modéré et hystérique a oublié, de rappeler les fours crématoires d’Oran, de Tlemcen, Constantine, où les Algériens en ont exterminé une bonne partie( car les pieds-noirs juifs représentaient 10% des pieds-noirs d’Algérie) les camps de concentration à Lambèse et dans le Sahara, les bûchers, où ils les ont fait brûler à Alger, Batna,Mascara...ETC...

    Examen de conscience ? Regrets ? Remords ?

    Et puis quoi encore ? Les sionistes sont en admiration devant Hitler non ? ..

  • permalien Iblis :
    5 février 2012 @22h01   « »

    @ Anonyme - ç’est probablement Iblis, vu le Re-bonjour...

    Je ne sais pas à quoi ça fait référence mais désolé, ce n’était pas moi vu que je ne mêle pas des files qui ne concerne pas la France.
    Les anciens, coucou P. Arnaud, toujours gaucho ?, se rappellerons que je l’avais déjà dit il y a fort longtemps.

  • permalien Ph. Arnaud :
    5 février 2012 @22h20   « »

    A tous

    Un juif athée est la même chose qu’un catholique athée ou un protestant athée : un athée...

    En effet, qu’est-ce qui peut bien caractériser un juif en dehors de sa pratique ?

  • permalien Deïr Yassin :
    5 février 2012 @23h16   « »

    @ Nathan

    Le jour où j’utiliserai le Coran dans une argumentation sur la Palestine, vous repasserez.
    Votre "al-Quds dans le Coran" ou non, nouvelle version, vous pouvez donc vous la garder aussi, en espérant que personne morde le hameçon. Cela fait déjà combien de fois que vous l’avez tenté ?

    Lisez plutôt ceci :
    Des cossacks...que dis-je, des colons qui sèment la terreur dans un village palestinien :
    - http://972mag.com/photos-settlers-m...

    Ou bien ceci : Une centaine de colons de Kfar Etzion "font du tourisme" à Beit Ummar sous escorte de l’armée pendant que 200 autres font un raid sur Baraka accompagnés de 12 jeeps de l’armée. Ils sont venus pour installer un nouveau ’outpost’ - ces colonies que pourtant même les super-fachos au pouvoir considèrent illégales, officiellement en tout cas.
    On apprend aussi que la colonie de Karmei Tzur, aussi dans le Gush Etzion, a décidé d’expandre et prendra à l’occasion 200 dunum de Beit Ummar. Comme ça.... je suppose que c’est Dieu qui l’a décidé ainsi.

    - www.maannews.com/eng/ViewDet...

    Encore cette nuit :
    - www.maannews.com/eng/ViewDet...

    Qu’il est courageux, le ’nouveau Juif’....
    Et c’est très courageux de votre part de reconnaitre "sans peine" qu’il s’agit de véritable Judéo-fascistes. On est en pleine admiration.

  • permalien Ben ramden :
    6 février 2012 @03h03   « »

    @lala sakhra,jacob cohena certainement raison.avant,j,ai soutenu andré azoulay.maintenant,je ne peut pas m,accommoder à une normalisation qui se ferait au grand dam dupeuple paléstinien et des juifs marocains otages du sionisme et de l,etat juif.@sarah,dans un de mes précédents commentaires,je vous ai dit que je partageais avec vous,la malediction d,etre arabe.peut etre que ce jour lá j,ai mangè trop de vache enragée.aujourd,hui je partage avec vous la fiereté d,etre arabe .@schanaa,vous etes si douée,on dirait que vous mangiez trop de poissons frais.cordialement

  • permalien Nathan :
    6 février 2012 @08h20   « »

    Ph. Arnaud : 5 février @22h20

    Un juif athée est la même chose qu’un catholique athée ou un protestant athée : un athée...

    ... sauf pour Hitler, évidemment, pour qui un juif, athée ou non, était un juif.

  • permalien gloc :
    6 février 2012 @08h26   « »

    L dénommé Nathan : "... sauf pour Hitler, évidemment, pour qui un juif, athée ou non, était un juif."

    La référence à Hitler, concernant la définition "des juifs", n’est pas pertinente.

    Elle a été réfutée.

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @08h52   « »

    Nathan

    La défintion d’Hitler ne change rien à la chose car, pour Hitler, un juif était juif... parce qu’il était juif ! Ce qui s’appelle une pétition de principe...

  • permalien Nathan :
    6 février 2012 @09h17   « »

    @ Ph. Arnaud : 6 février @08h52

    La définition d’Hitler ne change peut-être rien à la "chose" mais elle a changé le destin des juifs, puisque ses idées ont conduit à l’extermination de 6 millions de juifs européens.

    Les définitions ne vivent pas dans le ciel des idées, elles sont portées par les hommes, et parfois même, par des hommes qui vous veulent du mal.

    Ou même du bien. Par exemple, pour un juif religieux, un juif athée, né de mère juif, reste un juif quoi qu’il fasse. Et pour un juif religieux de la secte Loubavitch, un juif athée est un juif qu’il faut absolument faire revenir dans le giron de la religion. Il n’en est que plus précieux, car il s’agit de le sauver.

    Un homme sur terre ne doit pas s’en tenir à son seul avis – les avis c’est comme les trous de cul, chacun en a un – mais il doit également tenir compte de l’opinion des autres, surtout lorsque ces opinions peuvent s’organiser et se donner les moyens d’atteindre leurs fins.

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @09h39   « »

    Nathan

    La définition d’un juif loubavitch ne change rien à la pétition de principe. Car qu’est-ce qu’un juif ? C’est quelqu’un né de mère juive. Mais qu’est-ce qu’une mère juive ? C’est une personne qui, à son tour, est née également de mère juive, et ainsi de suite...

    Mais, au bout du compte, on n’est toujours pas plus avancé sur ce qu’est une mère juive...

    Par ailleurs, je ne vois pas en quoi on peut "vouloir du bien" à un tiers à son insu, voire contre son gré. Car quid des proches (enfants, conjoints, demi-frères ou demi-soeurs) du juif selon les loubavitch et qui, eux, ne seront pas sauvés ? Le loubavitch est raciste comme les copains...

    J’en reviens donc à ma définition : est juif celui qui suit les préceptes du judaïsme. Point.

  • permalien Nathan :
    6 février 2012 @09h58   « »

    Phillipe Arnaud : 6 février @09h39

    J’en reviens donc à ma définition : est juif celui qui suit les préceptes du judaïsme. Point.

    Tous les préceptes ? Les 613 obligations du Schulhan Aruch ? Là, c’est vraiment dur !

    Et le juif qui ne croit pas en Dieu mais qui va deux fois par an à la synagogue, à Roch Hachanah et Yom Kippour (pour rendre hommage aux défunts) ? Et le juif incroyant qui a fait circoncire son fils par tradition ou qui lui fait faire sa bar-mitzvah dans une synagogue réformée ? Il est encore juif à vos yeux ou pas du tout ?

    Et le musulman non croyant mais qui observe le jeûne du ramadan, est-il musulman ?

  • permalien Sarah :
    6 février 2012 @10h12   « »

    Et le "musulman" agnostique qui ne boit pas d’alcool et qui ne mange pas de porc,est-il encore musulman ?

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @10h43   « »

    Nathan

    Ne cherchez pas des arguties : quelqu’un, né de mère juive, à qui le judaïsme est étranger n’est plus juif. Peu importe qu’il soit athée ou converti à une autre religion.

    Qu’est-ce que cela signifie ? Que le fait juif ne se réfère qu’à la religion et non à une quelconque filiation ou à d’improbables gènes.

    Par exemple, le cardinal Lustiger était un dignitaire et ecclésiastique français de haut rang de l’Eglise catholique romaine. Point. Le fait qu’il ait eu des parents juifs est aussi insignifiant, aussi négligeable que le fait d’avoir eu des ascendants polonais.

    De même qu’il n’existe pas de degré dans la nationalité française et que le Malien naturalisé de la semaine dernière est aussi Français que le descendant des Faucigny-Lucinge ou des Rochechouart-Mortemart, le cardinal Lustiger était aussi intégralement catholique que l’était le pape Pie XII ou l’abbé Pierre.

    La judéité n’est pas une caractéristique qui se garde comme la forme des yeux ou la texture des cheveux, c’est la même chose qu’une opinion : ça se prend, ça se lâche, mais ça n’est lié qu’à la volonté de l’individu.

    Les distinctions byzantines que vous opérez dans les pratiques sont sans importance : il en va ainsi de toutes les religions. Nombre de sujets, en France, sont baptisés dans le culte catholique mais ne pratiquent pour ainsi dire plus (et croient moins encore). Mais ils continuent, néanmoins, à être culturellement catholiques en ce qu’ils participent à quelques cérémonies, font éventuellement baptiser leurs enfants et ont une idée catholique du péché. Ils sont donc toujours catholiques.

    Ils ne le sont plus dès lors que, comme certains le demandent - et l’ont obtenu - ils ont exprimé la volonté expresse de voir rayer leur nom des registres de baptême ou qu’ils refusent mordicus de participer à une quelconque cérémonie religieuse, ne seraient-ce que des obsèques.

  • permalien Nathan :
    6 février 2012 @11h36   « »

    Ph. Arnaud : 6 février @10h43

    Nombre de sujets, en France, sont baptisés dans le culte catholique mais ne pratiquent pour ainsi dire plus (et croient moins encore). Mais ils continuent, néanmoins, à être culturellement catholiques en ce qu’ils participent à quelques cérémonies, font éventuellement baptiser leurs enfants et ont une idée catholique du péché. Ils sont donc toujours catholiques.

    Dans ce cas-là, je connais un grand nombre de juifs agnostiques qui sont toujours juifs. Ils continuent à être culturellement juifs en ce qu’ils passent une ou deux heures à la synagogue le jour du Yom Kippour, font circoncire leurs fils et estiment qu’il est préférable d’observer quelques traditions plutôt que rien.

    Ce qui contredit votre remarque selon laquelle un juif ou un catholique agnostique n’est plus juif ou catholique.

    Entre le blanc et le noir, il y a le gris. Et comme le disait le grand pianiste Glenn Gould, le gris est la plus belle de toutes les couleurs, sa palette de nuances est infinie.

    Et je vous signale que je n’ai jamais mentionné une quelconque définition raciale ou génétique du judaïsme, ça va sans dire.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 février 2012 @11h47   « »

    Il y a bien en français - en tout cas en sciences sociales - une distinction entre Juif - avec majuscule - et juif avec minuscule.

    Juif avec majuscule désigne un Juif en tant que membre du peuple juif, c’est donc une définition culturelle ou ethnique même si le mot ’ethnie’ ne convient pas pour décrire les Juifs. Le peuple juif, ou les Juifs sont plutôt divisés en plusieurs ethnies : Ashkenaze, Sépharade (ou Mizrahim), Falasha, Beni Menashe etc. (la Judeïté)

    juif - avec minuscule - désigne un croyant qui pratique le Judaïsme (la Judaïté).

    Au sujet du "peuple juif", et malgré la divergence de point de vue à ce sujet, il y a une bonne règle en anthropologie qui devait être appliqué par tous : ce qui compte est l’auto-identification, et si les Juifs/juifs se sentent un peuple, ils constituent donc un peuple.

    De l’extérieur, j’ai du mal à voir ce qu’un Juif new-yorkais athée et ne parlant pas l’hébreu - et peut-être anti-sioniste en plus - a en commun avec un juif orthodoxe d’origine yéménite vivant en Israël, ne parlant que l’hébreu et peut-être l’arabe mais si tous les deux se sentent appartenir au peuple juif, cela n’est pas mon affaire - sauf quand les revendication sionistes rentrent en jeu !

    Je suis sûre que Nathan ne va pas être d’accord....

    Que ces gens qui revendiquent une appartenance au peuple juif - d’ailleurs souvent avec un discours d’un peuple ’pur’ dont les membres sont tous liés par le sang - sont souvent les premiers à nier le droit aux Palestiniens de se considérer un peuple, est une autre histoire.

    Un musulman, ’muslim’ est quelqu’un qui ’se soumet à Dieu’, et la seule critère pour être musulman est de prononcer le shahâdah (la profession de foi) et d’y croire (ce que personne que lui-même et Dieu peut savoir) : "Je témoigne qu’il n’y a pas de dieu sauf Dieu et je témoigne que Muhammad est son prophète"

    dieu (qui a un pluriel) et Dieu sont deux mots distincts : ilah - Allâh.
    Et le mot Allâh est partagé par tous les arabophones ; juifs, chrétiens et musulmans et il s’agit du même Dieu ! Que cela déplaise aux islamophobes primaires !

    Et là je suis sûre que des musulmans ne vont pas être d’accord :-)

  • permalien Deïr Yassin :
    6 février 2012 @11h58   « »

    J’ai oublié d’ajouter une chose que je trouve troublant au sujet de juif/Juif et qui revéle quand même beaucoup d’hypocrisie ou peut-être est-ce de l’opportunisme ;

    ’On’ (c-à-d les Juifs/juifs) clament qu’on peut appartenir au peuple juif sans être croyant, donc athée. Un Juif new-yorkais athée peut donc faire son aliyah au nom de son appartenance au peuple juif. Par contre un Juif ne peut pas prendre une autre religion, là il cesse d’être Juif et bien entendu juif.
    Il y a eu plusieurs exemple de Juifs convertis au christianisme qui ont voulu s’installer en Israël au nom de leur Judeïté, et cela a été refusé.

    Je me demande d’ailleurs quand "juif" - qui fut pendant des siècle une classification purement religieuse - est devenu une classification culturelle aussi.
    Cela doit bien être lié au sionisme ....

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @12h17   « »

    Nathan

    - Je n’ai pas dit "agnostique", j’ai dit athée, ce qui est différent. La définition vaut aussi pour tous les convertis : un catholique qui se convertit au protestantisme ou au judaïsme (ou l’inverse) est de droit à 100 % dans sa propre religion.

    - Au bout du compte, est juif celui qui se sent juif (et peu importe ce que les autres - loubavitchs ou nazis - peuvent en penser). Lorsque quelqu’un me dit qu’il est protestant (ou n’importe quoi), je le crois sur parole sans vérifier la profondeur de sa foi ou la régularité de sa pratique.

    - Néanmoins, le critère qui distingue le juif est bien, au final, un critère d’ordre religieux et non pas politique ou, par exemple, culturel - comme celui qui distingue un Français d’un Allemand ou un peintre abstrait d’un peintre figuratif.

  • permalien Shanaa :
    6 février 2012 @13h21   « »

    Un athé est un croyant du néant qu’il ne peut démontrer !
    Un croyant en dieu aura, au moins, tenter de démontrer sa foi en donnant des explications que l’on considére comme irrationnelles, du moins selon le concept occidental !

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @13h31   « »

    Shanaa

    - Un athée ne "croit" pas. Pour l’athée, tout simplement, la question de Dieu ne se pose pas. Il n’y a pas de contre-croyance (à un néant comme vous le dites) qui s’oppose à une croyance en une divinité.

    - Le terme "athée" est d’ailleurs en lui-même pernicieux, en raison du "a" privatif qui suppose que la croyance en un dieu (le théisme) serait la norme et l’athéisme l’anomalie.

    - Or, ce n’est pas ainsi que cela se passe : la norme est l’athéisme. L’humain ne croit pas spontanément en un Dieu ni même ne le conçoit : celui-ci lui est posé par les adultes, les parents, les éducateurs. Ce qui n’empêche pas les questions philosophiques ou métaphysiques. Heidegger, tout athée qu’il était, fut néanmoins métaphysicien, de même que Sartre.

  • permalien
    6 février 2012 @16h52   « »

    A propos des Juifs juifs...
    Un individu constitue un ensemble (a,b ....z), qu’il est illogique de mettre en équation avec un autre ensemble, par exemple (a,b, c), et une vingtaine d’éléments non communs aux deux. Pourquoi ne retenir que quelques termes communs, alors que la majorité des éléments diffèrent ? Est-ce que je suis catholique repenti, pilote d’Ulm, ou musicien raté ? A tout prendre, je préfère encore musicien.
    Le problème est que des gens meurent à cause d’un problème de sémantique...Meurent, ou tuent.
    Concernant la croyance, difficile d’en discuter, dans la mesure où la croyance, par définition, échappe à la logique. On se contente donc d’affirmer sans preuve que Dieu existe, ou que l’au delà existe. A noter le fait que ça n’est pas forcément la même chose.
    Un individu rationnel est une personne qui n’adhère qu’à des choses prouvées. A noter le fait que les témoignages récurrents des grands mystiques pourraient à l’extrême rigueur être tenues pour preuves de l’existence de l’âme, ou d’une sorte de monde parallèle où l’on peut croiser les défunts. Dans cet esprit, les religions chamaniques pourraient être reconnues comme religions basées sur l’observation, jusqu’à preuve du contraire par les neurologues. En revanche, la croyance en Dieu me semble clairement d’origine sociologique.
    A noter également le fait que "la foi en la science" implique surtout le doute, et la remise en question. Nous savons qu’il n’existe aucune certitude scientifique, et que les explications aux phénomènes physiques seront supplantées à terme par d’autres explications, plus exhaustives, dans un futur plus ou moins proche. On est très loin d’un système de croyance.
    En ce qui concerne l’éthique des sciences, qui nierait sa nécessité ? Je n’ai jamais dit que l’on pouvait se passer de règles. Ces règles pourraient être basées sur l’intérêt général, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, entre autres, à cause des gens qui croient à quelque chose, et seraient prêts à balancer une bombe nucléaire sur l’Iran. Pas besoin de Dieu pour s’abstenir de faire ça, au contraire. On verra ça quand un mormon dirigera les Etats Unis.
    Dernier point : Mon rejet de l’antisémitisme procède surtout d’une bonne compréhension de la mécanique religieuse qui a initié cette aberration. Je suis moins "pour les Juifs", ou juifs, on s’en fout, que contre la désignation d’une communauté à la vindicte publique. A part ça, cette religion est très con, comme la mienne, à supposer qu’on puisse encore me taxer de catholicisme, ce que j’ai un peu de mal à digérer. Juste pour mémoire, j’ai lu l’Ancien Testament en diagonale. Aie, aie aie.
    NB. Il est bien entendu exact que les guerres, et, d’une manière plus générale, l’usage que l’on fait du progrès scientifique, est plus régi par les intérêts de quelques nantis que par l’intérêt général. Mais la religion est là pour aider les puissants à dicter leur loi.

  • permalien Orangerouge :
    6 février 2012 @17h52   « »

    Ce qui m’ennuie dans les dénominations que vous énoncez ici, Deïr Yassin, "peuple" considéré comme contenant plusieurs "ethnies". C’est que dans l’exemple que vous donnez ["Ashkenaze, Sépharade (ou Mizrahim), Falasha, Beni Menashe"], vos ethnies sont des groupes humains différentiés par leurs origines génétiques.

    J’ai trouvé plusieurs auteurs qui assimilent les deux notions : ethnie et peuple. Cela repose sur un sentiment d’appartenance (évidemment construit par l’histoire, la culture).

    Ce sentiment peut être renforcé par un travail politique et idéologique (constructions de mythes, construction ou uniformalisation de langue) au cours du temps historique et cela peut aboutir, à travers la construction d’une structure politique (et économique), sur la construction d’une "nation".

  • permalien Ayinair :
    6 février 2012 @17h53   « »

    cette citation de Benyamin Netanyahou :

    "Si les Arabes déposaient les armes aujourd’hui, il n’y aurait plus de violence [98% des violences dans le monde]. Si les Juifs déposaient leurs armes aujourd’hui, il n’y aurait plus d’Israël."

  • permalien Orangerouge :
    6 février 2012 @18h02   « »

    Elle est même pas drôle Ayinair...

    Les propagandes des facho sont rarement drôles, inutile de les propager.

  • permalien Orangerouge :
    6 février 2012 @18h21   « »

    Ph. Arnaud, vous poussez le bouchon trop loin.

    Les sentiments d’appartenance à une communauté ne reposent pas que sur la religion. Et deux personnes de la même religion peuvent se sentir des appartenances très différentes.

    L’histoire, la culture, créent des sentiments d’appartenance qui peuvent ou non avoir des éléments religieux.

    Pour rester en Europe, et sur des sentiments d’appartenance régionaux au sein de nations, se sentir Catalan ou Andalou, Corse ou Basque, c’est pas d’origine religieuse. Pourtant ça peut être ressenti très fortement, parce qu’il y a une culture et une histoire derrière ces appartenances là.
    Les Nations en Europe se sont construites et se construisent encore en limitant ces sentiments d’appartenance à des cultures régionales, pour créer une appartenance plus globale, à la nation.

    Je connais des juifs qui se sentent juifs sans avoir de sentiments religieux. (Je n’applique pas les j ou J)

    Autant je considère que les pays occidentaux traitent d’une manière trop privilégiée les juifs organisés, qui utilisent vraiment trop l’hérédité victimaire.
    Autant je reconnais qu’il y a une histoire telle, que si l’on a dans son arbre généalogique des gens qui ont été confrontés au génocide nazi, ça ne peut que marquer très fortement sa propre identité. Et cela même si on est athée.

  • permalien patrice :
    6 février 2012 @18h30   « »

    Sans vouloir médire...
    Et si les américains déposaient les armes ?

  • permalien Shiv7 :
    6 février 2012 @18h38   « »

    A noter également le fait que "la foi en la science" implique surtout le doute, et la remise en question. Nous savons qu’il n’existe aucune certitude scientifique, et que les explications aux phénomènes physiques seront supplantées à terme par d’autres explications, plus exhaustives, dans un futur plus ou moins proche. On est très loin d’un système de croyance.

    La foi en la religion implique aussi le doute, même si ce dernier est assez mal vu d’un point de vue doctrinal par la majorité des religions, il est néanmoins présent, sinon je ne vois pas pourquoi il serait combattu.
    Du reste ce point de vue peut se comprendre dans la mesure ou le corpus religieux (du moins métaphysique) est censé ne pas être modifié ou être évolutif dans la mesure où il est censé représenter la Vérité (ou Réalité) première, hors du temps et de l’espace, donc par là même en dehors de toutes notions de changement. (qui suppose le temps).

    Par contre l’être (le croyant) même si il s’appuie sur un corpus fixe est lui-même soumis au changement et au progrès dans sa lecture (et sa vie) par le fait que le corpus se lis sur le mode symbolique, et est donc par là même susceptible d’être compris de plus en plus profondément, donc d’une certaine façon évolutivement.

    D’autre part prétendre que la foi en la science n’est pas une foi du fait qu’une explication sera supplantée par une autre n’est pas pertinent, car la foi scientifique est un tout et une méthode et c’est cette méthode qui est l’objet de la foi.
    Le fait qu’une explication est provisoire ne change rien à l’affaire, de plus il est nécessaire de croire aux lumières du futur, ce qui en soi est également une croyance.

    En fait si on compare les deux modes de croyances (scientifique et religieux) on ne peut manquer de voir des parallèles, tout les deux partant du principe qu’il existe une vérité à découvrir (ce que combattait Nietzsche), le premier la cherchant dans les phénomènes pour en déduire des lois universelles et le second partant de l’Universel pour comprendre les phénomènes, il n’y a qu’une simple inversions de méthode.
    (tout comme il y a inversion dans l’utopie d’un age d’or que la science place dans l’avenir, alors que la religion le place dans le passé, voir l’excellent livre qu’a écris Cioran sur ce sujet)

  • permalien Shiv7 :
    6 février 2012 @19h10   « »

    Ph. Arnaud :

    Un athée ne "croit" pas. Pour l’athée, tout simplement, la question de Dieu ne se pose pas. Il n’y a pas de contre-croyance (à un néant comme vous le dites) qui s’oppose à une croyance en une divinité.

    Contrairement à ce que vous dites l’athéisme c’est construit sur la négation de Dieu, ce qui en soi suppose une croyance, car pour supposer que quelque chose n’existe pas il faut préalablement supposer qu’elle pourrait exister, sinon la notion d’athéisme n’aurait aucun sens et n’aurait précisément aucune raison d’exister..

    Le terme "athée" est d’ailleurs en lui-même pernicieux, en raison du "a" privatif qui suppose que la croyance en un dieu (le théisme) serait la norme et l’athéisme l’anomalie.

    Vous essayer de faire dire à ce mot ce qui vous plait, en fait il dit exactement ce qu’il veut et doit dire.

    Or, ce n’est pas ainsi que cela se passe : la norme est l’athéisme. L’humain ne croit pas spontanément en un Dieu ni même ne le conçoit : celui-ci lui est posé par les adultes, les parents, les éducateurs.

    Et avant, les adultes, les parents, les éducateurs, c’est qui à mis cette idée dans la tête des hommes ?

    En fait les anthropologues sont tous assez d’accord pour dire que cette idée se retrouve partout d’une façon spontanée sous différentes formes (comment elle a été utilisée et instrumentalisée est une autre question), ce qui de fait, fait paraître le déisme (ou tout au moins le sens du sacré) plutôt comme la norme.

    Du reste cela parait assez compréhensible, car l’homme devant le mystère de la vie aura toujours plus tendance à penser qu’il a quelque chose plutôt que rien à la source de ce mystère, même les modernes n’y échappe pas par le biais du Hasard, de la Nécessité ou de la Spontanéité qui est une façon élégante d’évacuer le problème sans réellement l’évacuer..

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @19h10   « »

    Orangerouge

    - Il n’est pas nécessaire d’être juif pour se sentir concerné par le génocide perpétré par les nazis. Je pense même, au contraire, qu’il est malsain, lorsqu’on est juif, de se sentir concerné en tant que juif et non pas en tant qu’être humain. Car ce qui a été atteint, là, c’est d’abord l’être humain et non le juif.

    - Une des perversités de cette mentalité se voit sur un blog de langue française outrageusement favorable à l’extrême droite israélienne. Or, que constate-t-on actuellement sur ce site ? Une étrange indulgence pour le Front National. Pourquoi ? Parce que, tout simplement, Marine Le Pen a laissé tomber l’antisémitisme obsessionnel de son père pour détourner sa haine sur le reste du tiers monde et, plus particulièrement, sur les Arabes et le monde musulman.

    - Quelle conclusion tirer de cette attitude ? Que ce blog a tout faux ! Parce que, si l’on déplore le génocide juif tout en étant raciste pour tous les autres, c’est qu’on n’a rien compris à l’affaire !

    - Je ne vois pas, par ailleurs, pour quelle raison un descendant de juif (qui est devenu athée) devrait se sentir plus concerné que n’importe qui par le génocide nazi, dès lors qu’il ne se sent plus d’affinité avec le judaïsme. Qu’il se sente concerné en tant qu’être humain, oui, en tant que juif, non.

  • permalien Orangerouge :
    6 février 2012 @19h24   « »

    Ph. Arnaud, est-ce que vous n’êtes pas là, un peu trop dans le théorique ?

    Même si sur le fond je suis bien d’accord : les victimes du génocide sont d’abord des êtres humains.

    Si vous avez dans votre arbre généalogique des gens qui ont vécu certaines choses extrêmes, même si vous même n’en avez rien connu, je pense que ça marque votre identité.

    Cela dit, ça ne justifie aucunement de fonder sa nation par les armes, de manière violente envers des gens qui ne sont absolument pour rien dans ce qu’on pu subir vos ancêtres.

  • permalien gloc :
    6 février 2012 @19h44   « »

    Shiv7 : les deux modes de croyances (scientifique et religieux)

    Le "mode de croyance scientifique", n’existe pas, même si le scientifique tâtonne dans sa recherche, il reste celui qui sait. C’est l’étymologie même du mot "savant", et "science" vient du latin scientia (« connaissance »), lui-même du verbe scire (« savoir »).

    Le scientifique, va jusqu’à la connaissance de son ignorance.

    La démarche de la foi appartient à un autre domaine qui échappe à la science. Pour pouvoir "croire" il faut d’abord douter et c’est le rôle de toutes les religions d’introduire le doute dans les esprits.

    Si on prend le seul exemple du christianisme (je parle de la religion et non du système politique), quand le Christ dit "que celui qui n’a jamais fauté lui jette la première pierre", il introduit le doute dans l’esprit de ceux pour qui la lapidation est une certitude, et toute les paroles du Christ vont dans ce sens, jusqu’à la crucifixion inversé de Pierre, celui qui était appelé à douter par trois fois.

    On retrouve les mêmes mécanismes dans l’ancien testament ou Dieu par un jeu subtil de punitions et de récompenses, maintient le "croyant", dans un doute permanent.

    Le Coran à chaque verset de chaque sourate lui aussi maintien les croyants dans un état de vigilance totale face à ses évidences l’obligeant à chaque étape de sa vie, de sa journée, a une analyse critique de ses comportements.

    Évidemment quand une religion devient système politique son instrumentalisation ne vise qu’un seul but, la soumission des croyants à l’ordre par la crainte de "dieu", et là, le doute n’est plus permis.

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @20h01   « »

    Shiv 7

    - Non pour la première remarque ! Je suis radicalement en désaccord avec vous. L’athée n’est pas celui qui dit : "Dieu n’existe pas" mais "Il n’y a pas lieu de poser la question de l’existence ou de l’inexistence de Dieu", car cette question est vide, elle est parasite, et l’esprit humain n’a pas à s’en encombrer..."

    - Non également pour la deuxième remarque ! Je ne fais pas dire à ce terme ce que je veux mais ce qu’en dit le Dictionnaire historique Robert de la langue française, volume 1, page 243. Le terme "athée", avec "a" privatif, a été introduit au XVIe siècle en français, à une époque où la religion était la norme - et l’athéisme l’anomalie. Or, je persiste bien : le théisme (ou le déisme) n’est pas la réponse spontanée de l’humain. Celle-ci vient au bout d’un certain nombre de cogitations plus ou moins hasardeuses.

    - Evidemment, cela n’empêche nullement ni de se poser des questions philosophiques ni même des questions métaphysiques. Mais celles-ci peuvent fort bien se passer de la béquille divine...

  • permalien Deïr Yassin :
    6 février 2012 @20h08   « »

    @ Orangerouge

    "J’ai trouvé plusieurs auteurs qui assimilent les deux notions : ethnie et peuple"

    Oui, cela dépend des cas, mais il y a des différences d’usage. Je ne saurais vous définir ni l’un ni l’autre mais je sais à peu près quand j’utiliserai l’un plutôt que l’autre.

    Un exemple : on parle bien du peuple américain et non pas des Américains comme une ethnie. Au contraire, le peuple américain est constitué de multiples "ethnies" ou "groupes ethniques", comme on préfère dire parlant des sociétés industrialisées.
    Dans le recensement US, on a la possibilité de se définir ethniquement : WASP, Latino, Africain-Américain, Juif, Arabe, Allemand, etc. Le "latino" peut bien être noir comme il peut être d’origine amérindienne ou ’pur’ descendant de conquérants espagnols.

    "Vos ethnies sont des groupes humains différenciés par leurs génétiques"

    dites vous au sujet des Ashkenazes, Sefarades, Falasha, Beni Menashe etc.
    Je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Différenciés par rapports à qui ? Entre eux, par rapports aux peuples avec lesquels ils ont vécus ou vivent, ou comment ?
    En anthropologie moderne on ne parle pas de génétique puisque la notion de "race" a été réfuté depuis longtemps par les généticiens, et la différenciation est culturelle au sens large.

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @20h15   « »

    Orangerouge

    - Si certains de mes ancêtres ont vécu certaines choses très dures, je ne vois pas en quoi je devrais me sentir concerné. Tout dépend de la distance à laquelle je me situe de ces ancêtres.

    - Cette distance peut être celle du temps et il est compréhensible que des événements survenus il y a cinq siècles marquent moins que d’autres survenus il y a cinquante ans.

    - Mais cette distance peut aussi être celle qu’on prend avec ses ancêtres. Dans ma lignée paternelle, certains ont subi, il y a quelques décennies, des épreuves très dures. Mais, à l’égard de leur sort, je n’ai jamais éprouvé qu’indifférence. On n’est pas nécessairement contraint par son histoire familiale.

  • permalien Orangerouge :
    6 février 2012 @21h21   « »

    à Deïr Yassin, pour éclaircir ce que sont mes "définitions" (même si le mot est prétentieux) et vous avez bien le droit d’en avoir de différentes, mais au moins qu’on se comprenne sans contresens.

    Il n’y a pas de races humaines (les races animales résultent de la sélection volontaire par l’homme, ou de l’isolement sur des temps extrêmement longs).
    Mais il existe des différences d’origine génétique entre groupes humains.

    Les Américains se sont construits comme une nation c’est à dire une structure politique indépendante (cela se fait en général en cassant la gueule à ceux qui ne veulent pas se laisser agglomérer à l’ensemble plus global ou qui ne veulent pas se laisser dominer), à travers divers conflits dont l’extermination des indiens et la guerre de sécession. C’est pour ça et seulement pour ça qu’on parle de "peuple américain".
    Les Français c’est pareil.
    Et c’est pour ça que le Conseil Constitutionnel français interdit qu’on parle de peuple Corse ou de peuple Basque (pas le droit ! ça remet en cause la Nation. Ca nous a pris assez de guerres et de massacres pour l’établir cette structure politique appelée nation française...)

    D’où ceux qui veulent fonder leur nation séparée des autres se nomment "un peuple" (ça signifie qu’ils voudraient avoir leur structure politique indépendante). Mais ce sont des discussions sans fin de savoir s’ils sont "un peuple" ou non, et c’est l’histoire qui décide à la fin.

    A partir de là, moi je préfère décider de parler de peuple dès qu’il y a eu construction historique d’une nation (structure politique) en général à la fois par la culture (uniformisation ou création de langue) et par la guerre.

    Sinon je parle d’ethnie.

  • permalien Orangerouge :
    6 février 2012 @21h24   « »

    En dehors des cas où il y a une nation politiquement établie, pour moi le terme de peuple n’a pas de signification particulière, autre que politique (= des gens se battent pour créer leur structure politique séparée cad une Nation indépendante).

    Et je préfère, dans ce cas où il n’y a pas de Nation politiquement établie, parler d’ethnie pour exprimer ce sentiment d’appartenir à la même communauté (sentiment qui peut reposer sur des mythes autant que sur des réalités historiques et culturelles).

    Le problème pour moi avec Israël c’est le refus d’une Nation pluriethnique. Et ce qui en découle : la politique permanente d’épuration ethnique.

    Et je trouve que l’ambigüité du terme de peuple, Israël l’utilise au profit des juifs israéliens, notamment ceux qui ont une double nationalité : en nommant l’ethnie juive, le "peuple juif" ils se considèrent autorisés à des doubles nationalités c’est à dire à appartenir tranquillement à la fois à des nations pluriethniques et à la nation israélienne mono ethnique et excluante.

    Et à chaque fois que l’on accuse Israël d’être un état ethnique ils argumentent comme vous l’avez fait : "il y a plusieurs ethnies en Israël, les Ashkénazes, les Séfarades, et les Falasha".
    Pour moi, ce ce ne sont pas vraiment des ethnies, puisqu’ils se considèrent tous comme juifs
     : ce sont des juifs qui appartiennent à des groupes humains ayant certaines différences génétiques.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 février 2012 @21h40   « »
    Hamas et Abbas : le debut d’une histoire d’amour ?

    Pour retourner au sujet du fil :

    Netanyahou réitère juste quelques heures après la signature de réconciliation au Qatar en attendant les élections : "Abbas doit choisir entre Hamas et la paix"

    - www.haaretz.com/news/diploma...

    Pour rappel : "la paix" selon Bibi :
    - www.knesset.gov.il/elections...

    Une analyse en français du "Plateforme* de Likoud" :
    - www.france-palestine.org/La-...

    * Je crois que ’plateforme’ fait allusion à la taille du pseudo-Etat que les Likoudniks sont prêts à ’offrir généreusement’ aux Palestinien

  • permalien K. :
    6 février 2012 @21h53   « »

    @ Orangerouge,

    Laissons plutot l’ARDC régler l’affaire :

    Le 30 Janvier, le Centre africain de développement du statut de réfugié (ARDC) a présenté un rapport au Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD).

    Ce rapport démontre qu’Israël continue d’ignorer ses obligations internationales envers les demandeurs d’asile et les réfugiés et que diverses lois, politiques et pratiques, sont racialement discriminatoires à leur base vis-à-vis de cette population vulnérable.

    L’ARDC documente, entre autres, la façon dont Israël maintient sa dure politique de détention ; tolère la ségrégation dans le système éducatif à Eilat ; tolère tacitement des décrets discriminatoires des rabbins employés par l’état ; (..)

    La racine de cette discrimination découle de la tension créée par le sujet sensible du statut politico-démographique d’Israël en tant qu’Etat juif.

    Plusieurs politiciens de haut rang d’Israël ont fait preuve d’un manque apparent d’engagement dans la protection des droits humains des demandeurs d’asile et l’élimination de la discrimination raciale.

    Le gouvernement de coalition, élu en 2009, est dominé par des partis ethno-religieux et d’extrême droite et les postes clés sont occupés par des hommes politiques ouvertement hostiles aux demandeurs d’asile.

    Discrimination raciale, langage provocateur et même adoption d’un langage public [encourageant la haine] par des personnalités influentes -entièrement adopté par les grands médias- sont au moins partiellement responsables de la création d’une réaction à l’échelle communautaire contre les demandeurs d’asile.

    La montée de cette haine communautaire, en partie alimentée par des membres de la Knesset et des conseillers, contre la nouvelle population est soigneusement enregistrée dans le présent rapport.

  • permalien Shiv7 :
    7 février 2012 @21h44   « »

    @Gloc

    Le "mode de croyance scientifique", n’existe pas, même si le scientifique tâtonne dans sa recherche, il reste celui qui sait. C’est l’étymologie même du mot "savant", et "science" vient du latin scientia (« connaissance »), lui-même du verbe scire (« savoir »).

    D’accord pour l’étymologie, mais par contre n’y -t-il pas opposition entre le fait de tâtonner et le fait de savoir ?( surtout la prétention d’être celui qui sait).
    Il me semble que pour être plus rigoureux il faudrait d’autres mots que savoir et connaissance ou alors ajouter que cette connaissance et ce savoir sont toujours relatif (relatif à une future éventuelles nouvelles connaissance qui invalidera la première), ce que votre seconde proposition démontre bien :

    Le scientifique, va jusqu’à la connaissance de son ignorance.

    Cette formule est tout de même un peu tendancieuse (ou du moins peut se comprendre de deux façon différentes), car elle suppose que l’on connaît ce que l’on ignore, alors qu’en fait vous vouliez dire (du moins je le suppose), que la connaissance va simplement jusqu’à (reconnaître) ses propres limites.

    Il y a une formule classique qui démontre bien le mode de croyance scientifique, c’est celle qui dit : que l’on croit jusqu’à preuve du contraire, mais cela demeure tout de même une croyance.

    La religion elle propose une autre version plus humble qui dit simplement :qu’on sait qu’on ne sait pas, c’est tout le sens du mystère divin. (mais il est vrai que cela concerne l’essence des choses et non pas la connaissance du monde)

    La démarche de la foi appartient à un autre domaine qui échappe à la science. Pour pouvoir "croire" il faut d’abord douter et c’est le rôle de toutes les religions d’introduire le doute dans les esprits.

    Je pourrais rétorquer que la science doute aussi dans la mesure où elle présuppose que sa connaissance sera partiellement ou complètement remise en question par de nouvelles découvertes, en ce sens il devient effectivement difficile de croire, mais d’un autre coté comment savoir ou connaître si l’on ne crois pas ce que l’on sait ou connaît ? (en ce sens toutes connaissances ou savoirs supposent un certain degré de croyances)

    D’autre part vous dite que pour croire il faut préalablement douter, mais comment douter d’une chose que l’on ne croit pas ?

    On peut en fait tout aussi bien inverser votre proposition et dire que pour douter il faut préalablement croire, sinon le doute n’a aucun objet sur lequel s’appuyer.

    En fait j’ai l’impression que le doute et la croyance ( et la connaissance qui en découle) sont le recto verso de la même pièce (quel soit religieuse ou scientifique), que l’un n’est pas possible sans l’autre.

  • permalien K. :
    7 février 2012 @21h46   « »

    Alors même que l’article de Amnesty international sur Khader Adnan est évoqué par le très sioniste "Jerusalem Post", les MSM français (qui nous rabattaient les oreilles avec le soldat d’occupation Shalit) n’en parlent pas.

  • permalien gloc :
    7 février 2012 @22h59   « »

    @Shiv7

    Il est difficile de mettre sur le même plan la science et la religion, car elles n’ont pas les mêmes objets.

    Les religions partent du postulat que l’univers est l’œuvre d’un créateur.

    Peu importe que le postulat soit vrai au faux, son objectif est de délivrer les croyants du poids de la connaissance et de lui permettre d’affiner sa croyance et de lui ouvrir un univers spirituel.

    La science ne s’intéresse qu’aux réalités elle cherche une explication des phénomènes en utilisant toutes les possibilités que l’homme a à sa disposition... y compris, pourquoi pas la spiritualité.

    Le scientifique évolue toujours dans un espace fini. En mathématiques, les pythagoriciens, avaient conscience que leur système était faux, mais il permettait l’architecture, la musique, des techniques uniquement par des spéculations sur une réalité modélisée.

    Le zéro a permis d’introduire le néant dans le raisonnement.
    Le calcul intégral à permis d’introduire la notion de transcendance dans la science.
    Les nombres complexes ont matérialisé une forme d’au-delà.
    La relativité a tenté de fédérer tous les phénomènes de l’univers dans une équation unique induisant la possibilité d’un créateur unique.

    Mais ce ne sont que des analogies, permettant de comprendre des phénomènes. Il n’ y a dans la science ni "néant", ni "transcendance" ni "au-delà", ni "créateur" ; même si parfois la science peut dériver vers des formes de religions comme le positivisme ou le prométhéisme.

  • permalien Deïr Yassin :
    8 février 2012 @00h29   « »
    Le vandalisme continue en Palestine.

    Rien qu’aujourd’hui :

    "Mort aux chrétiens", tagué en hébreu sur La Monastère de la Croix à Jérusalem
    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

    "Mort aux Arabes" et "Kahane avait raison" tagué en hébreu sur les murs d’une école à Beit Safafa à Jérusalem-Est
    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

    Des colons ont tagué des maisons dans le village palestinien d’Al-Lubban al-Sharqiyeh au sud de Nablus. La mosquée du village ffut incendiée en mai 2010.
    - www.maannews.net/eng/viewDet...

0 | 100 | 200 | 300 | 400

Ajouter un commentaire