Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > « Une mission sacrée de civilisation »

Après les propos de Claude Guéant

« Une mission sacrée de civilisation »

lundi 6 février 2012, par Alain Gresh

« Les forces qui font aboutir le projet grandiose du bonheur parfait ne tiennent nullement compte de la souffrance d’ordre secondaire, et exterminent ces sections de l’humanité qui leur barrent le passage. (…) Qu’il soit être humain ou brut, l’obstacle doit être éliminé. »
(Herbert Spencer, philosophe anglais, 1850).

Les déclarations de Claude Guéant (« Toutes les civilisations ne se valent pas ») ont déclenché une vive polémique. Elles s’inscrivent, bien sûr, dans la campagne de Nicolas Sarkozy pour gagner les électeurs du Front national. Mais elles vont bien plus loin, car elles reposent la question de ce qu’est une civilisation.

Une remarque préalable. Claude Guéant a noté que la supériorité de notre civilisation tenait, entre autres, à l’égalité entre hommes et femmes. Ce lundi 6 février, le quotidien gratuit 20 Minutes publie une brève, dans la rubrique faits divers, sous le titre « Une femmes assassinée à coups de couteau ». On peut lire : « Samedi soir, une femme aurait été tuée à coups de couteau par son mari à Bruyère-sur-Oise dans le Val d’Oise, selon Le Parisien. La victime est morte sur place, avant que les secours puissent l’accompagner jusqu’à l’hôpital et son mari, soupçonné de meurtre, a été placé en garde à vue. » Ce fait divers, que la presse classera sans doute bientôt dans la rubrique « crimes passionnels », n’est évidemment pas la preuve que notre « civilisation » ne respecte pas l’égalité hommes-femmes. Si c’était un musulman qui en était coupable, en revanche, cela serait la preuve de l’infériorité de « sa » civilisation.

Dans De quoi la Palestine est-elle le nom ? (Les Liens qui libèrent, 2010), je reviens longuement sur cette idée de civilisation qui est à l’origine de bien des justifications de politiques coloniales au cours de l’Histoire.

Si l’on suit le très documenté Dictionnaire historique de la langue française, publié sous la direction d’Alain Rey, ce n’est qu’en 1721 qu’apparaît le mot civilisation, défini comme « le processus historique de progrès (…) matériel, social et culturel, ainsi que le résultat de ce processus, soit un état social considéré comme avancé ». Civiliser consiste donc « à faire passer [une collectivité humaine] à un état de plus haut développement matériel, intellectuel, social ». Philosophe et orientaliste, auteur du Voyage en Syrie et en Egypte (1787), Volney opposait déjà l’homme civilisé à… l’anthropophage. Le terme de civilisation, qui remplace le mot jusque-là utilisé de mœurs, ne prend donc tout son sens que par opposition à celui de sauvage. Il implique une vision hiérarchique à laquelle il est difficile d’échapper.

Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet (1743-1794), dont l’un des plus grands mérites fut d’avoir défendu avec détermination l’égalité entre hommes et femmes, croit à l’unité de l’espèce humaine et s’oppose farouchement aux entreprises coloniales :

« Parcourez l’histoire de nos établissements en Afrique ou en Asie, vous verrez nos monopoles de commerce, nos trahisons, notre mépris sanguinaire pour les hommes d’une autre couleur ou d’une autre croyance, l’insolence de nos usurpations, l’extravagant prosélytisme ou les intrigues de nos prêtres, détruire ce sentiment de respect et de bienveillance que la supériorité de nos lumières et les avantages de notre commerce avaient d’abord obtenu. »

Le respect des peuples de couleur transparaît dans cette condamnation courageuse et sans équivoque des aventures coloniales. Mais il s’accompagne, chez cet humaniste authentique que fut Condorcet, de la croyance de la « supériorité de nos lumières » – terreau de la formidable effervescence intellectuelle qui préparait la Révolution française. Elle le conduisit à une conviction : la marche en avant des peuples des colonies serait « plus prompte et plus sûre par ce qu’ils recevraient de nous ce que nous avons été obligés de découvrir, et que pour connaître ces vérités simples, ces méthodes certaines auxquelles nous ne sommes parvenus qu’après de longues erreurs, il leur suffirait d’en avoir pu saisir les développements et les preuves dans nos discours et dans nos livres ».

Au nom de cette civilisation dont il est persuadé que l’Europe (et particulièrement la France) représente l’apogée, Condorcet légitime ainsi l’impérieuse obligation de hisser les autres peuples à « notre » niveau. Les restrictions qu’il y met, et notamment l’obligation d’user de moyens pacifiques, d’autres penseurs républicains, d’autres dirigeants politiques de la IIIe ou de la IVe République, les responsables européens en général n’auront aucun scrupule à les violer, camouflant sous cette « mission civilisatrice » des ambitions autrement plus sonnantes et trébuchantes.

A la fin du XVIIIe siècle, en France comme en Grande-Bretagne, se déployait une campagne contre la traite des esclaves et contre les colonies, menée par un courant appelé à un bel avenir, celui des intellectuels libéraux, d’Adam Smith à Edmund Burke. La métropole ne violait-elle pas les principes du marché libre en contraignant ses possessions d’outre-mer à exporter leur production vers la métropole et à y acheter tout ce dont elles avaient besoin ?

Cinquante ans plus tard, la plupart des adeptes de ce courant, de James Mill à John Stuart Mill, en passant par Alexis de Tocqueville, bien que toujours attachés au libre-échange et au rôle central du marché, abandonneront pourtant les questionnements de leurs prédécesseurs pour appuyer, sans états d’âme, l’expansion européenne. Ce « revirement pro-impérialiste » des libéraux, comme le montre l’universitaire américaine Jennifer Pitts, s’explique dans une large mesure par « l’effacement progressif des théories pluralistes et nuancées du progrès au profit de certaines conceptions beaucoup plus méprisantes de l’“arriération” et à une dichotomie beaucoup plus tranchée entre barbarie et civilisation ».

Adam Smith attachait à l’étude des communautés humaines une attention soutenue et il n’aurait certainement pas entériné la formule de Margaret Thatcher selon laquelle « there is no such thing as society » (« Il n’existe pas de société »). Il consacra, au contraire, des ouvrages approfondis non seulement aux sociétés européennes, mais aussi à celles que le Vieux Monde découvrait, de l’Océanie aux Amériques. Il était un universaliste, convaincu que les êtres humains sont tous rationnels et qu’ils appliquent cette rationalité à la résolution de leurs problèmes. Pour lui et ses disciples, aucune culture n’était globalement supérieure ou inférieure aux autres : la diversité des croyances et des mœurs était une réponse à des situations différentes.

Sans jamais céder au relativisme, Adam Smith expliquait ainsi dans sa Théorie des sentiments moraux, publiée il y a cent cinquante ans, que la coutume des Amérindiens de mouler les têtes des nouveau-nés, dénoncée par les missionnaires comme absurde et barbare, n’était pas plus saugrenue que le port du corset imposé aux femmes, dont les effets négatifs étaient connus et néanmoins acceptés… Il condamnait avec force tout ce qui pouvait fonder l’idée d’une supériorité globale des sociétés européennes.

En quelques décennies, le monde va profondément changer. Alors qu’au XVIIIe siècle il était encore multipolaire – en 1800, la majorité de la production manufacturière mondiale se faisait en Chine et en Inde –, durant la première moitié du XIXe siècle l’hégémonie du Vieux Continent s’affirme, et ce pour des raisons diverses : avantages tirés de la conquête de l’Amérique ; profits accumulés du commerce triangulaire (Europe-Afrique-Nouveau Monde) dominé par la traite des esclaves ; et, surtout, maîtrise de la technologie et de l’art de la guerre : la multiplication des conflits en Europe donna aux Etats une capacité à mobiliser leurs ressources pour de longues campagnes militaires, capacité dont ne disposaient pas les immenses empires indien ou chinois, qui déléguaient la défense de leurs lointaines frontières à des potentats locaux ou à des tribus.

Cette capacité militaire et les conquêtes elles-mêmes vont constituer, a posteriori, une preuve de la supériorité non seulement militaire et économique, mais aussi « culturelle » et même « morale » du Vieux Continent, laquelle s’enracinerait dans des conceptions philosophiques que certains font remonter jusqu’à la Grèce antique. On vit ainsi, remarque Jennifer Pitts, apparaître des arguments selon lesquels la nature progressiste de leur civilisation donnait une supériorité morale aux Européens, leur permettant d’agir à leur guise dans les régions « barbares ». La Palestine sera, parmi d’autres, un champ d’application de ces théories.

L’évolution de la politique britannique en Inde en témoigne : au milieu du XIXe siècle, l’intérêt naguère porté à la civilisation de ce pays commence à s’estomper. « Il avait antérieurement existé dans les plus hautes sphères de l’administration, remarque Pitts, une certaine forme d’admiration pour les hauts faits de la culture indienne, y compris parmi les Britanniques œuvrant à l’expansion de l’Empire. Au sein des administrateurs coloniaux du XVIIIe siècle figuraient, en bonne place, des orientalistes admirant la civilisation indienne. »

Ces administrateurs avaient même tendance à s’indianiser : ils s’habillaient comme les locaux, adoptaient leurs coutumes, se mariaient à des Indiennes, etc. A partir des années 1850, au contraire, se fixe une vision méprisante des autochtones, laquelle ne se démentira plus jusqu’à l’indépendance.

Dans un ouvrage stimulant et ardu, au titre provocateur, Provincialiser l’Europe, l’historien indien Dipesh Chakrabarty revient sur la conception qui s’est finalement imposée selon laquelle l’Europe préfigurerait l’avenir de l’humanité. Les peuples non européens, explique Chakrabarty, sont assignés à « une salle d’attente imaginaire de l’Histoire », attente qui devient ainsi une mesure de la distance culturelle qui sépare l’Occident du non-Occident. La notion de progrès, poursuit-il, s’installe dès le XVIIIe siècle, et si « nous » sommes l’avenir, « ils » sont le passé, parfois même notre propre passé : ainsi les Aborigènes d’Australie seront réduits à ressembler à nos ancêtres de la préhistoire qui n’auraient pas su évoluer. En d’autres termes, Karl Marx écrivait que « le pays le plus industrialisé montre aux pays moins développés l’image de leur propre avenir ».

En dépit des puissants mouvements universalistes qui ont marqué l’Europe à partir du XVIIIe siècle, dont les idées étaient en principe peu compatibles avec l’oppression des indigènes, le droit à coloniser s’est donc imposé comme un « droit naturel », voire comme un devoir, de l’Australie à l’Algérie, du Congo à la Cochinchine. En Palestine, il s’agissait aussi d’« une mission sacrée de civilisation » (Henry Laurens). Mais, à la différence d’autres situations coloniales, les Palestiniens ne sont pas assignés à une « salle d’attente » de l’Histoire, mais à en être expulsés définitivement.

497 commentaires sur « “Une mission sacrée de civilisation” »

0 | 100 | 200 | 300 | 400

  • permalien Yvan :
    6 février 2012 @11h14   »

    Ce qui est insoutenable dans les propos de Guéant, ce n’est pas tant qu’un conseiller de l’ombre, ait été placé en pleine lumière, avec son cortège de spectres cagoulards et haineux du passé, mais que "la gauche", soit incapable d’y apporter une réponse humainement supportable.

    Il y avait là une occasion inespérée, d’offrir une vision positive et volontaire de notre avenir, et on ne nous à offert que les gesticulations électoralistes habituelles.

  • permalien Nobo :
    6 février 2012 @11h29   « »

    Le concept de "civilisation" en France est bien plus chargé que cela :

    http://bougnoulosophe.blogspot.com/...

  • permalien roro :
    6 février 2012 @11h47   « »

    en arabe il exsite un proverbe [ l etre humain est l ennemi des choses qu il ignore].je pense que monsiur le ministre ignore le sens du mot civilisation et les civilisations.

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @11h51   « »

    Sur la civilisation.

    Ce que je remarque, dans la "civilisation" française, dont se gargarise tant notre ministre de l’Intérieur, c’est qu’en février 2012, par un froid glacial, elle laisse des milliers des siens coucher dehors et rien manger...

    Dans une civilisation "supérieure", comme la "civilisation" française, un directeur de supermarché peut donner l’ordre à ses employés de verser de l’eau de Javel sur des produits au-delà de la date de péremption afin que les pauvres n’aillent pas les grapiller dans les poubelles.

    Dans une civilisation "supérieure" (comme celle que connaît la France), un maire peut décider d’exclure des enfants de chômeurs d’une cantine. Un autre maire peut afficher, en rouge, les noms des enfants dont les parents n’ont pas payé la cantine.

    Dans une civilisation "supérieure" (comme au Royaume-Uni), on décide que, passé un certain âge, les soins, pour plusieurs maladies, ne sont plus rentables. Dans une civilisation "supérieure", comme en France, des médecins se permettent de demander des dessous de table...

    Dans une civilisation "supérieure", comme la France, l’Etat fait appel d’une décision de justice qui, 64 ans après, accordait 20 000 euros de dédommagement à des mineurs injustement licenciés lors de la grève de 1948. Mais cette même civilisation "supérieure" accorde des millions d’indemnités à un ancien homme d’affaires véreux...

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @12h03   « »

    Sur la civilisation (bis)

    - Dans une civilisation "supérieure" (comme celle de la France de M. Guéant), le critère de réussite d’une vie est la possession, avant 50 ans, d’une montre hors de prix (et souvent moche...).

    - Dans une civilisation "supérieure" (comme celle de la France de M. Guéant), un ministre - c’est-à-dire un chef de la tribu - peut confondre une oeuvre littéraire avec un magasin de prêt-à-porter.

  • permalien HN :
    6 février 2012 @13h17   « »

    Celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique

    Moi j’aimerais vraiment comprendre comment on "accepte la tyrannie" ? Y aurait-il un épisode de "C’est pas sorcier" sur ce thème ?
    Et aussi... Comment peut-on être aussi con ?

    Cdlmt

  • permalien PAT :
    6 février 2012 @13h45   « »

    à HN

    D’où tirez-vous cette citation ? Cerainement pas du texte d’Alain Gresh , ni de sa lettre , ni de son esprit .
    Votre procédé est profondément malhonnête

  • permalien Shanaa :
    6 février 2012 @13h53   « »

    Ce discours est une régression. Il reprend les clichés coloniaux du 19iéme siécle pour alimentater la peur dans le peuple (un peuple qui a peur est soumis à tout) , et, globalement, le "clash des civilisations).
    Si ce discours était basé sur des faits, Guéant, aurait dû se rendre compte que depuis 1492 tous le peuples visés se sont battus farouchement pour refuser cette "civilisation" !
    Les tribus d’Amazonie se cachent pour éviter son contact, les natives préférent les réserves sur leur propre terre, etc...
    Si ces groupes se sont battus et se battent pour la refuser, c’est que chacun trouve son compte dans son organistion.
    A moins que la civilisation dont parle monsieur Guéant soit devenue un fardeau trop lourd à porter seul ! Dont la nécessité de se décharger un peu !
    Ce qui rejoint ces propos de Lorenz :

    La théorie de la dégénérescence de Lorenz inscrit dans la nature biologique de l’homme les problèmes de décadence des civilisations. Cette constatation vient de la comparaison entre les caractéristiques de l’homme civilisé et des animaux domestiqués. En cela, Lorenz remarque que les animaux domestiques se caractérisent souvent par :
    des problèmes alimentaires et un manque de contrôle des mécanismes de l’appétit pouvant entraîner l’obésité ;
    des problèmes de régulation de la sexualité et une hypersexualisation , immaturité des adultes, ect...

  • permalien gloc :
    6 février 2012 @14h00   « »

    PAT :à HN
    D’où tirez-vous cette citation ?

    Du discours de Monsieur Guéant qui est le sujet de ce papier et référencé par A. Gresh.

    Qui est malhonnête ?

  • permalien Salem L :
    6 février 2012 @14h09   « »

    Mr Ph Arnaud,
    Tout à fait d’accord avec vous et toutes les civilisations ont subi des influences réciproques. Réduire la grandeur d’une civilisation en se basant sur la seule égalité hommes/Femmes est un non sens car au moment ou le pouvoir qu’il représente n’arrive pas à octroyer un meme salaire aux françaises et aux français alors qu’une tyranie comme celle d’Alger dont la civilisation se mesure au nombre de milliards détournés accorde ce droit aux femmes !

  • permalien sailo47 :
    6 février 2012 @14h22   « »

    Merci encore une fois, Monsieur Gresh, de nous avoir éclairé :
    - sur l’histoire du mot "civilisation" à l’occidentale
    - d’avoir fait ce rapprochement entre les propos dédaigneux de Claude Guéant et une longue politique de justification des colonies par une supériorité soit-disant évidente...
    On peux d’ailleurs sentir un parfum de colonie dans ce discours qui rivalisent fort bien avec l’extrême droite.

  • permalien HN :
    6 février 2012 @14h28   « »

    En effet PAT, cette phrase est tirée de la bave de Mr Guéant.

    Au delà de l’hypocrisie énorme de cette saillie (car - entre autres - les tyrannies en question, il les a soutenues), la conception que ce type a d’une civilisation fait froid dans le dos.
    On dirait que pour lui, une civilisation n’évolue pas au fil du temps. Que tout reste figé, immobile, statique, gris et moche.

    C’est typiquement une phrase de politicard, de bureaucrate, de gratte-papier, qui ne connaît rien à l’histoire et ne se soucie de rien d’autre que de garder lui et ses amis oligarques en haut de l’échelle.
    Des automates qui produisent des bagnoles paraîtraient plus humains que cette momie.

    Cdlmt

  • permalien HN :
    6 février 2012 @14h42   « »

    @PAT

    Ma remarque était surtout destinée à souligner qu’on "n’accepte pas une tyrannie", on la subit.
    Dire que des civilisations ont des tendances à la tyrannie, c’est en nier toutes les victimes.
    Et soutenir ces tyrannies en leur vendant des armes ainsi qu’en proposant le "savoir-faire" de la police française, c’est y participer pleinement.

    Cdlmt

  • permalien Yvan :
    6 février 2012 @14h47   « »

    Même s’il se revendique de droite, plus tard, le nom de Claude Guéant trônera sur le fronton des écoles de la République, comme :

    Paul Bert

    « Les Nègres, peu intelligents, n’ont jamais bâti que des huttes parfois réunies en assez grand nombre pour faire une ville ; ils n’ont point d’industries ; la culture de la terre est chez eux au maximum de simplicité. Ce ne sont pas cependant les derniers des hommes. Il faut mettre après eux, comme intelligence, les petites races d’hommes qui habitent les régions les plus inaccessibles de l’Afrique (...). Bien au-dessus du Nègre, nous élèverons l’homme à la peau jaunâtre (...). Il a fondé de grands empires, créé une civilisation fort avancée (...) mais tout cela semble de nos jours tombé en décadence (...). Mais la race intelligente entre toutes, celle qui envahit et tend à détruire ou à subjuguer les autres, c’est celle à laquelle nous appartenons, c’est la race blanche. »8


    ou comme :

    Jules Ferry

    Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures ... (Rumeurs sur plusieurs bancs à l’extrême gauche.)
    « Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures... (Marques d’approbation sur les mêmes bancs à gauche, nouvelles interruptions à l’extrême gauche et à droite.)


    ... et ce sera bien fait car il sera détesté lui aussi par des générations de petits cancres-citoyens de toutes les couleurs.

  • permalien Bert :
    6 février 2012 @14h47   « »

    Mais ce ne doit pas être le "modèle de civilisation" musulman qui est visé, puisque monsieur Sarkozy disait lui même en 2008 :

    "La politique de civilisation, c’est ce que font tous ceux qui s’efforcent de concilier le progrès et la tradition, de faire la synthèse entre l’identité profonde de l’Islam et la modernité sans choquer la conscience des croyants. C’est ce que fait l’Arabie Saoudite sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Abdallah. C’est ce que fait le Président Moubarak en Egypte avec la sagesse qui est la sienne. C’est ce que fait Sa Majesté le Roi du Maroc quand par touches successives il fait évoluer le droit des femmes.
    "Alors mes chers amis d’Arabie Saoudite, il ne s’agit pas de chercher à imposer un modèle unique de civilisation. Ce serait répéter une fois de plus l’erreur tragique qui dans le passé a provoqué tant de malheurs. Ce serait nier les identités. Ce serait faire le jeu de tous les extrémismes. Ce serait susciter non la paix et la fraternité mais la violence, la guerre et le terrorisme car rien n’est plus dangereux qu’une identité blessée, qu’une identité humiliée."

    Peut être même que Guéant (ou MAM ?) a écrit ce discours, tiens, vu la référence à la civilisation de Moubarak...

  • permalien Nathan :
    6 février 2012 @14h58   « »

    Alain Gresh écrit :

    On peut lire : « Samedi soir, une femme aurait été tuée à coups de couteau par son mari à Bruyère-sur-Oise dans le Val d’Oise, selon Le Parisien. La victime est morte sur place, avant que les secours puissent l’accompagner jusqu’à l’hôpital et son mari, soupçonné de meurtre, a été placé en garde à vue. » Ce fait divers, que la presse classera sans doute bientôt dans la rubrique « crimes passionnels », n’est évidemment pas la preuve que notre « civilisation » ne respecte pas l’égalité hommes-femmes. Si c’était un musulman qui en était coupable, en revanche, cela serait la preuve de l’infériorité de « sa » civilisation.

    J’estime que ce n’est pas un bon exemple car il s’agit d’un fait divers qui n’a strictement rien à voir avec une inégalité hommes/femmes, telle qu’elle peut être inscrite dans un système politique ou juridique.

    L’important n’est pas là.

    L’important, c’est de comprendre que la justice française ne ferait aucune différence si au lieu que ce soit l’homme qui ait tué la femme, c’était la femme qui avait tué l’homme.

    Or dans dans d’autres systèmes de valeurs (terme que je préfère à celui de "civilisation"), cette différence existe. Il est probable qu’en Arabie saoudite le châtiment de la femme serait beaucoup plus sévère que celui de l’homme.

    Et il serait intéressant de savoir ce que Alain Gresh pense de cette situation-là - plutôt que de se défausser sur un fait divers qui ne signifie rien - et en définitive, quel système de valeurs il préfère.

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @15h02   « »

    Civilisation (suite toujours)

    Il me semble bien que ce sont les "civilisations supérieures", comme celles de l’Europe et de l’Amérique du Nord qui :

    1. Délocalisent dans le tiers monde leurs industries les plus polluantes (qui sont interdites chez elles par la loi). De même que ce sont elles qui y déchargent à plein bord leurs déchets industriels.

    2. Mettent tous les obstacles possibles à la l’octroi de médicaments et vaccins bon marché, voire gratuits, dans les pays du Sud.

    3. Aspirent les médecins, infirmiers et infirmières que les pays du Sud ont formé à grand peine pour les faire travailler dans les pays du Nord.

    Dans tous les cas, parce que les "civilisations supérieures" préfèrent leur argent à la vie des autres, des centaines de milliers - voire des millions d’êtres humains souffrent dans le Sud. Quand ils ne "crèvent pas carrément la gueule ouverte"...

  • permalien HN :
    6 février 2012 @15h23   « »

    J’estime que ce n’est pas un bon exemple car il s’agit d’un fait divers qui n’a strictement rien à voir avec une inégalité hommes/femmes, telle qu’elle peut être inscrite dans un système politique ou juridique.

    L’important n’est pas là.

    Si justement, l’important est là en partie.
    Si ce fait divers avait concerné un musulman, un rom, ou autre vilain petit canard actuel, on aurait eu plus qu’un encart paumé au milieu d’un journal, et de fait divers ce serait passé à un fait de société de la plus haute gravité.
    Car ne vous déplaise monsieur, trop de français, de toutes classes sociales, de toutes origines, de toutes religions, alcooliques, drogués ou pas, battent leur femme.

    Mais le drame ne réside pas dans ce genre de fait divers ni dans son traitement médiatique, il réside dans le fait que les femmes hésitent à porter plainte car l’accueil dans les commissariats (remplis de mecs) les en dissuade.

    Par ailleurs, Mr Gresh a parlé à juste titre des inégalités de salaire à travail égal, je crois. N’oublions pas non plus les postes à responsabilité trustés par les hommes, que ce soit dans le privé ou dans le public.

    Alors avant d’éduquer les mauvais élèves musulmans qui vous effraient tant et "qui tuent leurs femmes" dans des pays à des milliers de kilomètres de chez nous (décidément le message de Guéant est très bien passé avec vous, vous êtes vraiment sur la même longueur d’onde avec lui...), je pense qu’on devrait d’abord nettoyer le merdier qu’il y a chez nous. Là aussi, ne vous déplaise, on va laisser les français choisir et pas les bruxellois, merci de votre compréhension.

    Cdlmt

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @15h24   « »

    Nathan

    - C’est la "civilisation supérieure" de la France qui, de 1870 à 1945, a enrégimenté des troupes coloniales pour venir les faire écrabouiller par les obus allemands...

    - Car chacun sait bien (et vous le premier) que l’unique préoccupation des paysans de l’Atlas, du Fouta Djalon ou de l’Annam était la récupération de l’Alsace-Lorraine.

    - C’est aussi la "civilisation supérieure" de la France qui, jusqu’à 1946, a maintenu dans son empire colonial le travail forcé (nom moderne de l’esclavage).

  • permalien
    6 février 2012 @15h59   « »

    Ce qui interpelle le plus dans les propos de Claude Guéant n’est pas la teneur même des affirmations, mais l’identité et la fonction sociale du "philosophe". Poser en hypothèse que la civilisation française est "en avance" sur la civilisation saoudienne, par exemple, c’est envisager le fait que l’Arabie saoudite va évoluer dans le futur. Force nous est d’admettre qu’un telle évolution est souhaitable.
    Là où ça coince, c’est quand celui qui formule ce souhait ne cherche qu’à justifier des atteintes récurrentes aux droits de l’homme. Cela me fait penser aux fascistes qui justifient la censure et les arrestations arbitraires par la nécessité de lutter contre le stalinisme.
    Guéant s’est il illustré à un moment quelconque de sa vie par des actions visant à promouvoir les droits de l’homme, ou ceux de la femme ? Non. Il est, au contraire, celui qui fiche les opposants, enferme des enfants dans des camps de rétention, encourage sa police aux contrôles au faciès. Son action ne va pas vraiment dans le sens de la "civilisation". Je dirais qu’elle nous ramène plutôt à une forme de barbarie, semblable à celle que l’on peut observer dans les pays "arriérés".
    On est donc bien dans le cadre d’une affirmation de type coloniale : "Ces personnes sont des barbares, donc il serait absurde de les ménager".
    Ceci dit, si les droits de l’homme préoccupent réellement Claude Guéant, personne ne lui interdit de subventionner Amnesty International.
    Tout ça pour vous confirmer une évidence : Ce ne sont pas les propos de Claude Guéant qui sont choquants, mais Claude Guéant lui même. En ce qui me concerne, établir une hiérarchie entre les civilisations ne me dérange pas, sous la réserve expresse qu’on ne zappe pas les "qualités oubliées" des sociétés néo médiévales : Le sens de l’hospitalité et de l’entraide, le respect de la parole donnée, la compassion envers les vieillards, la capacité des pauvres à se sacrifier pour leurs enfants. On pourrait également parler des travailleurs immigrés qui envoient la moitié de leur maigre salaire à leur famille.
    Comparer les qualités des uns aux défauts des autres est obligatoirement mensonger. En Tunisie, on ne verrait pas une jeune fille se faire violer dans un train devant cinquante passagers sans que personne n’intervienne. Il ne s’agit pas de chanter les louanges des intégristes, mais juste de leur reconnaître des qualités, même quand le bilan est "globalement négatif". Mais, pour cela, il faut être capable de considérer "l’autre" comme une personne, et pas comme une unité statistique de truc à éliminer pour piquer des voix au Front National. Car, bien entendu, tout le monde a compris que cette déclaration n’avait pas d’autre but. On ne change pas une stratégie qui vous emmène droit dans le mur...Sauf si la fille Le Ben n’obtient pas ses 500 signatures. Va savoir...

  • permalien Nathan :
    6 février 2012 @17h04   « »

    HN : 6 février @15h23

    Si justement, l’important est là en partie.
    Si ce fait divers avait concerné un musulman, un rom, ou autre vilain petit canard actuel, on aurait eu plus qu’un encart paumé au milieu d’un journal, et de fait divers ce serait passé à un fait de société de la plus haute gravité.

    C’est faux. Archi-faux ! Lorsqu’un fait divers concerne tel membre d’une communauté, mettons les maghrébins, les médias prennent plutôt soin à ne pas stigmatiser la communauté en question.

    Et puis, la discussion ne concerne pas le traitement médiatique d’un fait divers et ses répercussions dans la population mais l’égalité des hommes et des femmes devant la loi ; En France, elle existe. En Arabie Saoudite, elle n’existe pas.

    Et qu’on ne vienne pas nous rabâcher les oreilles, par exemple, avec les femmes battues. En France, les auteurs de violences sur les femmes sont punis par la loi. En Arabie Saoudite, ils sont tolérés, voire prescrits par la loi.

    Et qu’on ne vienne pas nous parler des différences de salaires. Elles existent bien sûr mais c’est une donnée contingente, qui évolue. Il n’est nulle part inscrit dans la loi que le salaire d’un homme doit être supérieur à celui d’une femme, même si cela se constate généralement dans les faits. Dans certains pays, du moins avant la crise, le salaire moyen d’une femme avait dépassé celui de son mari.

  • permalien Sarah :
    6 février 2012 @17h27   « »

    Pour ceux qui perdraient la mémoire,il faut quand meme rappeler que jusque dans les années 1960(!) la femme française était considéré comme une mineure.

    En effet,il fallait qu’elle obtienne l’autorisation de son mari pour travailler ou pour ouvrir un compte en banque.

    Elle n’a obtenu le droit de vote qu’en 1944,bien après certains pays musulmans comme la Turquie,l’Albanie ou l’Azerbaidjan.

    Est-ce à dire,comme l’entend Monsieur Guéant,qu’avant les années 1960 la France faisait partie d’une civilisation inférieure ?

  • permalien Ph. Arnaud :
    6 février 2012 @17h54   « »

    Nathan

    - La loi, aux Etats-Unis aussi, postule que tous les citoyens sont égaux. Mais il n’empêche pas moins que, dans les faits, les Afro-Américains (ou quiconque recèle la moindre "macule" de négritude) court beaucoup plus de risques de se retrouver en taule ou dans les couloirs de la mort, à crime ou délit égal.

    - Donc, la société américaine est, formellement, une société égalitaire - entre citoyens d’aspect physique différents - mais, réellement, elle est une société inégalitaire (et, pour dire le mot, raciste).

    - Même chose en France : la loi postule que les salaires des hommes et des femmes sont égaux. Mais, de facto, les postes les plus bas, les postes à temps partiel subi, sont principalement occupés par les femmes.

    - A l’inverse, les postes les plus hauts, dans le public, comme dans le privé, comme dans le politique, sont très majoritairement occupés par les hommes. Les carrières sont théoriquement égales, mais, pour une multitude de (mauvaises) raisons, les femmes sont barrées dans leur ascension : prétexte des grossesses, du manque de disponibilité dû aux enfants, etc.

    - Même chose pour les femmes déplacées ou mutées à l’issue d’un congé de grossesse ou de congé parental.

    - Donc, la société française est formellement égalitaire avec les femmes mais réellement inégalitaire, car ses lois, elle ne les applique pas, car elle s’en fout ! Si elle s’en préoccupait, elle ferait passer l’égalité avant tout - quitte à ce que, durant un certain temps, faute de femmes en nombre convenable, les entreprises privées, les administrations ou les instances politiques devaient moins bien marcher.

    - Quand on porte un idéal, un concept, on le fait passer avant tout : on ne se préoccupe pas des conséquences pratiques (et, surtout pas des préjudices !) que cela pourrait avoir sur des tiers - à plus forte raison lorsque ces tiers y sont opposés...

  • permalien Shanaa :
    6 février 2012 @18h05   « »

    @ Nathan, en matiére de violences contre les femmes, les statistiques parlent d’elles- mêmes en occident et aux USA !
    Or les médias focalisent uniquement sur ce qui se passe dans la sphére des musulmans ! Ce n’est pas un hasard, mais une stratégie d’une politique globale de désignation ! Celle-ci justifie les violences bellicistes dont sont victimes les pays musulmans !
    Ainsi, vous même, sur l’Arabie Saoudite, mais rien sur l’Inde ou des femmes sont brûlées vives pour manque de dot ou suite au décés de leur époux ! Rien non plus, sur les avortements sélectifs en Chine, pratiquées sur les foetus féminins !
    Ou encore, omerta,sur la traite des filles de l’est par la mafia, ou le sort des femmes dans l’industrie pornographique, ou les diktats esthétiques et hyper-érotisés des corps de femmes, réduits à une marchandise, obligeant, indirectement, celles-ci à se modifier au péril de leur santé, comme on l’a vu avec les prothéses PIP commercialisées par un charlatan !
    Ces dénonciations à géométrie variable cachent, en réalité, des buts peu honorables !

  • permalien Monky :
    6 février 2012 @18h51   « »

    Guéant a peut-être raison car une civilisation qui a colonisé des territoires sur tous les continents, volé les richesses des habitants, décimé des peuples entiers, organisé l’esclavage, attaqué militairement des dizaines de pays, mis en place des dictateurs , enrichi les riches, appauvri les pauvres etc,etc... ne vaut effectivement pas toutes les autres civilisations.
    Son seul problème c’est qu’il ne vise pas cette civilisation là.
    Mais ses propos vont tout simplement dans le sens du discours médiatique omniprésent de nos "intellectuels faussaires" et autres "chiens de garde". Tous les jours sans le dire ces médias cherchent à prouver que toutes les civilisations ne se valent pas. Alors faut pas s’étonner !...

  • permalien Orangerouge :
    6 février 2012 @19h00   « »
    L’occident est-il capable de faire preuve de "civilisation" ?

    Je vais prendre le problème par un autre bout.

    Quand la Grèce est en train de construire un mur contre les migrants ...

    Quand j’écoute la campagne des primaires américaines...

    Quand les sondages en France donnent 20% à Marine Le Pen, 24% à Sarkoraciste, et que le PS, qui a gardé en bonne place le si brillant entourage de Strauss-Kahn, va visiter les Fascistes israéliens, je vis une distorsion totale entre ce que je croyait être mon pays, et ce pays là qui me fait horreur, et qui me fait peur pour l’avenir.

    Pourvu que les mariages mixtes, chers à E. Todd continuent à être aussi nombreux en France ... ça nous permet de nous raccrocher à quelque chose !

  • permalien Orangerouge :
    6 février 2012 @19h10   « »
    Guéant exploite de façon ignoble le féminisme et le détourne pour servir son racisme

    Que les mecs racistes comme Guéant (et ceux qui ici leurs ressemblent), utilisent le progrès relatif gagné par les luttes des femmes, contre les Guéant ces types gonflés à la suffisance violente, pour propager leur haine raciale, c’est une chose que je n’aurais jamais imaginée possible.

    Les femmes qui se sont battues pour la contraception, l’avortement, et pour simplement être un peu considérées, elles n’imaginaient pas que les immondes Guéant allaient utiliser leur lutte pour leur minables petits profits.

  • permalien Jo38 :
    6 février 2012 @19h25   « »

    Cette mise en perspective historique est vraiment réussie ! J’apprécie notamment de savoir (il n’aurait pas fallu en douter) qu’il y a toujours eu des gens pour s’opposer à cette unique vision bornée de civilisation et de progrès. Et de voir que Marx avait par exemple du "retard" sur Adam Smith ! Adam Smith qui a d’ailleurs, et vous le suggérez il me semble, été récupéré par les libéraux et néo libéraux alors même qu’il était largement progressiste pour son époque (état providence notamment). A ma connaissance il n’a d’ailleurs pas évoqué la "main invisible" dans le sens qu’on lui prête à tout va... mais ce n’est plus le sujet :) Bravo pour cet article intelligemment construit !

  • permalien Orangerouge :
    6 février 2012 @19h39   « »

    Jo38, à l’époque d’Adam Smith, être libéral c’était être progressiste. C’était défendre l’initiative individuelle contre la monarchie (pas si éloignée) et contre tout un tas de pouvoir corporatistes qui interdisaient l’initiative et l’invention.

    Tout n’est pas à jeter dans l’idée libérale : l’initiative humaine c’est super bien.

    Mais quand les plus riches utilisent les idées libérales pour s’accaparer le maximum de richesses c’est un détournement par rapport à certains aspects de l’idée originelle.

  • permalien Noval :
    6 février 2012 @20h06   « »

    Ceux qui poussent des cris d’orfraie après les propos islamophobes (car c’est bien de cela et uniquement de cela qu’il s’agit) de Claude Guéant sont pourtant ceux qui encensent régulièrement des Alexandre Adler, Caroline Fourest, Alain Finkielkraut, Pierre-André Taguieff, Philippe Val, Eric Zemmour et autres bateleurs médiatiques dont la grande et presque unique " spécialité " consiste à en découdre avec l’islam.

    Encore un effort, et l’on verra bientôt Claude Guéant et ses pitoyables détracteurs actuels déclarer que les écrits de l’immense Claude Lévi-Strauss, si tant est qu’ils l’aient un jour lu et compris, font pâle figure face aux âneries régulièrement débitées et publiées par les charlatans figurant dans la liste non limitative précitée .

  • permalien Shanaa :
    6 février 2012 @20h09   « »

    Les politiciens français n’ont pas grand chose à dire ou à proposer au bon peuple. Tou va tellement mal dans une france rongée par la dette et la pauvreté !
    Pour compenser, ces politiciens orwelliens utilisent leurs "deux minutes" de la haine, hebdomaires !
    En réalité, tout individu au fait de l’histoire de son pays, devrait connaître l’apport considérable de l’islam dans la "civilisation" européenne, dans tous les domaines, y compris linguistique !
    Monsieur Guéant est comme monsieur Jourdain : Il emploie des mots arabes sans le savoir !

    PS. Aurait-il des liens de parenté avec Fernandel ? La ressemblance est frappante !

  • permalien Sakhra :
    6 février 2012 @21h16   « »

    Guéant persiste et signe..Il s’explique :

    "Les civilisations , qui défendent l’humanité, sont supérieures à celles, qui la nient...

    Les civilisations, qui ont nié l’humanité de millions d’êtres humains, par l’esclavage, le colonialisme...au nom de la supériorité de SA civilisation européenne, il les a effacé le faux-cul ?

    http://www.lalsace.fr/actualite/201...

    Et l’autre faux-cul , dont l’obsession est le "musulman" de n’importe quelle partie du globe, se ramène avec "ses valeurs", pour baver encore et encore :

    C’est faux. Archi-faux ! Lorsqu’un fait divers concerne tel membre d’une communauté, mettons les maghrébins, les médias prennent plutôt soin à ne pas stigmatiser la communauté en question.

    Et puis, la discussion ne concerne pas le traitement médiatique d’un fait divers et ses répercussions dans la population mais l’égalité des hommes et des femmes devant la loi ; En France, elle existe. En Arabie Saoudite, elle n’existe pas.

    ça mérite le prix Gobineau .

  • permalien Thomas Trib :
    6 février 2012 @21h26   « »

    La gauche morale peut bien hurler contre Guéant, Ferry et Blum n’hésitaient pas eux -mêmes à parler de ’’devoir moral de civilisation’’ et même de ’’races supérieures’’.

    D’ailleurs le mot ’’laïcité’’ servi à toutes les sauces par la droite comme par la gauche n’est que l’actualisation du vieux concept colonial français.

  • permalien Eténe :
    6 février 2012 @21h34   « »

    Condorcet légitime la « mission civilisatrice » de l’Europe mais dans le respect des peuples (ce qui en soi pose déjà question). Sa vision est vite débordée par des colons ayant "des ambitions autrement plus sonnantes et trébuchantes".
    Sans doute est-ce à ce moment-là que la puissante Europe a raté le train du Bien commun mondial ... Sans cette cupidité, on aurait sûrement compris beaucoup plus tôt la diversité des sociétés humaines ... et on n’aurait pas aujourd’hui de phrases qui nous font reculer à pas de Guéant.

  • permalien Agnès :
    6 février 2012 @21h38   « »

    Aux femmes qui critiquent les propos de notre ministre, il serait bon d’aller faire un tour et de s’installer dans des républiques qui donnent plus de droits aux femmes, si vous en trouvez.

  • permalien Orangerouge :
    6 février 2012 @21h46   « »

    Agnès, ce n’est pas ces hommes politiques qui ont donné leurs droits aux femmes.

    C’est plusieurs générations de femmes qui ont arraché leurs droits à travers leurs luttes, à ces hommes politiques menteurs, escrocs et misogynes.

    Combien de femmes à l’Assemblée ? Comptez

  • permalien Thomas Trib :
    6 février 2012 @21h49   « »
    Liberté contre égalité

    Agnès, il existe un certain nombre de pays- y compris du ’’Sud’’- qui comptent d’avantage de femmes dans leurs assemblées que la France.

    De plus je ne crois pas que la marchandisation occidentale du corps féminin (un yaourt/une fesse) soit moralement supérieur à la burka (pour citer un cas extrême).

  • permalien Iblis :
    6 février 2012 @23h04   « »

    Mon cher Mr Gresh,

    Est-il utile de vous faire l’exégèse de ce que pensent les Français ? Je le pense car j’ai la bonté de croire que vous ne le faîte pas exprès.

    Ainsi donc vous prenez un fait divers dès le début de votre propagande et vous en tirez une théorie nébuleuse. (d’ailleurs rien ne dit que l’auteur ne soit musulman)

    Ce que l’on vous explique, car partout sur terre des être humains tuent d’autres êtres humains, c’est qu’une civilisation qui condamne ce crime, dont la société réprouve un tel acte, nous paraît plus avancée qu’une société qui l’encourage et dont les auteurs de crimes sont les héros de leurs congénères, cf les crimes d’honneurs.

    L’ONG Human Rights Watch donne la définition suivante des meurtres pour l’honneur :

    « Les crimes d’honneur sont des actes de violence, le plus souvent des meurtres, commis par les membres masculins d’une famille à l’encontre de ses membres féminins, lorsqu’ils sont perçus comme cause de déshonneur pour la famille tout entière. Une femme peut être la cible d’individus au sein de sa propre famille pour des motifs divers, comprenant : le refus de participer à un mariage arrangé, le refus des faveurs sexuelles, la tentative de divorce — que ce soit dans le cadre de la violence conjugale exercée par son mari ou dans un contexte avéré d’adultère. La simple interprétation selon laquelle son comportement a "déshonoré" sa famille est suffisante pour enclencher une représaille. »

    — Source :Integration of the human rights of women and the gender perspective : Violence Against Women and "Honor" Crimes

    Mais ces sociétés progressent malgré tout, nous ne disons pas qu’elles ne sont pas capables d’être éclairées mais il faut qu’elles en aient la volonté.
    http://www.endvawnow.org/fr/articles/739-sanctions-penales.html

  • permalien Iblis :
    6 février 2012 @23h05   « »

    Je ne vous sens pas convaincu. Continuons.

    Les Français pensent qu’une société dans laquelle on en est au point de discuter du mariage des homosexuels, même si tous ne sont pas d’accord est plus avancée qu’une société dans laquelle on les pends. Entendons-nous bien, car je vois d’ici les zélés zélotes et autres séides nous trouver moult exemples de discriminations à l’endroit comme l’envers d’ailleurs des gays, nous ne disons pas que notre civilisation est parfaite, seulement moins imparfaite que d’autres, des progrès sont à faire nous en convenons.

    Algérie :
    Les relations homosexuelles sont interdites pour les hommes et les femmes.
    Art S 338 du Code Pénal : "Tout coupable d’un acte d’homosexualité est puni d’un emprisonnement de deux mois à deux ans et d’une amende de 500 à 2000 DA.

    Arabie saoudite :
    Peine de mort

    Application de la Charia. L’homosexualité est passible de mort par décapitation au sabre. Mais le plus souvent, le spersonnes reconnues coupables d’homosexualité sont condamnées à des peines d’emprisonnement et de flagellation.

    Iran :
    Peine de mort

    Application de la charia. Articles 139-156 : Peine de mort et lapidation Le simple fait d’embrasser un garçon est puni de 60 coups de fouets.
    D’après la loi islamique, la sodomie est classée parmi les crimes considérés comme houdoud (contre la volonté divine), ce qui explique la sévérité des peines.
    Concernant l’homosexualité féminine, une femme peut, elle aussi, être condamnée à mort si elle s’est rendu coupable de 4 actes de lesbianisme.
    Depuis 1980, on estime à 4 000 le nombre d’homosexuels exécutés.

    Et nous pourrions exposer une myriade d’autres d’exemples où notre civilisation est plus tolérante, plus ouverte, plus progressiste sans pour autant être faible, bien que l’anomie guette.

    Vous pouvez vous voiler la face, mais les Français ne sont plus dupes des contes pour enfants que vous et vos acolytes, média dominant, politiques n’ayant plus le sens du devoir, et autres profiteurs veulent nous faire gober.

    Votre réveil risque d’être douloureux mais vous êtes responsables de vos actes en continuant dans cette voie de la désinformation et de la propagande.

    Bien à vous.

  • permalien Lou :
    6 février 2012 @23h44   « »

    C’est Devant près de 200 jeunes venus de toute la France, que l’irresponsable politique Claude Guéant s’est exprimé.

    Avant ou après un collègue politique tout aussi irresponsable "Éric Raoult [qui ] a déclaré sous les acclamations : "Ce que j’ai appris à l’UNI, c’est quand on se fait casser une dent, on répond en cassant la gueule."

    Et aujourd’hui en Norvège Anders Behring Breivik déclare :

    "Nous, le mouvement de résistance norvégien, n’allons pas rester les bras ballants alors que l’on fait de nous une minorité dans notre propre pays", a-t-il dit, affirmant avoir agi "pour défendre son peuple, sa culture, sa religion".

    Hostile au multiculturalisme et à l’"invasion musulmane" en Europe, Behring Breivik avait fait feu pendant plus d’une heure sur un rassemblement de jeunes travaillistes sur l’île d’Utoya le 22 juillet dernier, après avoir fait exploser une bombe près du siège du gouvernement norvégien.

  • permalien Deïr Yassin :
    6 février 2012 @23h47   « »

    Iblis ou la mégalomanie incarnée :

    "Est-il utile de vous faire l’exégèse de ce que pensent les Français...."

    "Les Français pensent...."

    Comme par hasard, "les Français" pensent ....comme Iblis. Pfff !

  • permalien Yann :
    6 février 2012 @23h49   « »
    « Une mission sacrée de civilisation » : faites vos choix

    #NoSCAF versus #NoSCArF

  • permalien Lou :
    6 février 2012 @23h55   « »

    Anders Behring Breivik, a réclamé, lundi 6 février, sa "libération immédiate", expliquant que son carnage était "une attaque préventive contre des traîtres à la patrie", commise pour "défendre la population ethnique norvégienne". "Je n’accepte pas l’emprisonnement. J’exige d’être libéré immédiatement", a déclaré l’extrémiste de droite de 32 ans, lors d’une comparution devant le tribunal d’Oslo,

  • permalien s=exp(j*pi) :
    6 février 2012 @23h56   « »

    @ Nathan // 06-02 / 17h04

    Et qu’on ne vienne pas nous rabâcher les oreilles, par exemple, avec les femmes battues. En France, les auteurs de violences sur les femmes sont punis par la loi.

    On vous a connu mieux inspiré. Tout d’abord, l’expression adéquate serait "nous rebattre les oreilles" càd nous rabâcher.

    Ensuite, j’ai l’impression d’après ce que je peux savoir qu’il en va en France comme en Belgique avec les femmes battues : malheur à elles !

    Il n’y a que peu d’appui pour elles et les moyens d’obtenir justice sont réduits et demandent des efforts considérables dont elles sont rarement capables dans le cadre du harcèlement et de la terreur où elles vivent. Je parle en connaissance de cause : j’ai accueilli un temps une de mes soeurs qui était battue par son époux. La seule option raisonnable sembla être le divorce.

    Il m’a semblé que ni le Parquet, qui avait été prévenu, ni les services de police ne souhaitaient se lancer dans une affaire de ce genre.

    Alors, ne venez pas me rebattre les oreilles avec votre loi, Nathan, regardez plutôt comment elle est appliquée : c’est une honte !!

  • permalien s=exp(j*pi) :
    7 février 2012 @00h14   « »

    A propos de l’Iblis // 06-02 / 23h04

    Apparemment, le Monsieur adooore les beaux mots, qui font bien et donnent l’impression d’être cultivé.

    Malheureusement pour lui, j’imagine qu’il ignore tout de la définition de l’exégèse. Si ma mémoire est bonne, c’est l’analyse d’un texte tant au niveau formel (style, vocabulaire, structuration, ...) qu’au niveau du fond (signification immédiate, implications et sous-entendus, ...).

    Reste à Môôôsieur Iblis à nous informer quel est le texte dont il ferait l’exégèse et qui serait, au mot près et, idéalement, de manière perpétuelle à l’esprit de tous les Français.

    Heureusement, le ridicule ne tue pas !

  • permalien Iblis :
    7 février 2012 @00h22   « »

    Ne confondrais-tu point herméneutique et exégèse ?

  • permalien Iblis :
    7 février 2012 @00h30   « »

    J’avoue une grosse faute, on écrit : "que vous ne le faites pas"

    Quelle horreur !

    J’espère que les Français n’écrivent pas comme .. Iblis, pfff !

  • permalien Deïr Yassin :
    7 février 2012 @00h39   « »

    exégèse :
    trois définitions prises au hasard :
    - étude approfondie d’un texte, et en particulier d’un texte sacré, mythologique.
    - étude approfondie et critique d’un texte
    - interprétation d’un texte.
    Après son "des millions d’Européens ont traversés la mer en 62" hier soir, les conneries continuent.

  • permalien F Caron :
    7 février 2012 @03h23   « »
    Crimes passionnels

    NATHAN : "J’estime que ce n’est pas un bon exemple car il s’agit d’un fait divers qui n’a strictement rien à voir avec une inégalité hommes/femmes, telle qu’elle peut être inscrite dans un système politique ou juridique."

    Ah ben tiens donc !

    Dans toutes les cultures, la violence des hommes, en particulier des jeunes, a été et demeure systématiquement niée comme phénomène social et culturel. Et minimisée : "Boys will be boys".

    Voir L’Histoire de la violence de Muchembled, où ce dernier décrit les formes de violence entre jeunes gens, notamment au Moyen-Âge. (chrétien mais pas encore judéo !) Les jeunes paysans assommaient régulièrement à coups de massue leurs rivaux sexuels des villages voisins venus sur leur territoire. La plupart du temps, ils obtenaient la grâce royale. (Il faut que jeunesse se passe, disait-on). Sous Louis XV, le sang coulait régulièrement parmi les jeunes de la noblesse : sous son règne, 700 jeunes nobles s’entretuent en duel pour des histoires d’honneur et de dette. Par comparaison, la violence dans les banlieues françaises est moindre que celle qui existait à Paris à l’époque de Balzac. Laissez tomber un peu G. Millière, Dershowitz, Finkielkraut et É. Lévy, Nathan, et lisez autre chose au lieu de vous vautrer dans cette position de victime alors que vous ne manquez et ne souffrez de rien. Cela vous fera du bien, je vous assure.

    La brutalité verbale et souvent physique (bullying) contre les jeunes homosexuels se poursuit dans TOUTES les écoles du monde et pas uniquement dans les écoles accueillant une majorité d’enfants d’origine arabe ou musulmane, comme veut le faire croire les Nathan, et ses amis idéologiques.

  • permalien Yvan :
    7 février 2012 @07h13   « »
    « Une mission sacrée de civilisation »... surtout dans le neuf trois.

    Femmes battues : la violence d’une loi non-appliquée | Slate

    De « grande cause nationale », la violence faite aux femmes est passée, au cours des derniers mois, au statut de « grande cause nationale perdue (ou oubliée) ». Les moyens nécessaires à l’application de la loi ne suivent pas.
    Exemple, dans la quasi-totalité des tribunaux de grande instance, les formulaires (les imprimés) de requête d’ordonnance de protection n’existent même pas !
    Dans le même ordre d’idée, la loi prévoit des dispositifs d’alerte pour les femmes en très grand danger. C’est un téléphone portable d’urgence. Il n’y en a que dans deux départements. La Seine-Saint-Denis (département pilote en la matière) et le Bas-Rhin… tous simplement parce que le procureur du Bas-Rhin avait été en poste en Seine-Saint-Denis quelques années auparavant et s’était parfaitement entendu avec Ernestine Ronai, la responsable de l’observatoire départemental des violences faites aux femmes du 93.


  • permalien Salem L :
    7 février 2012 @09h20   « »

    La masculinité, dans toutes les civilisations est de mise et meme les langues portent des exemples qui le démontrent amplement !
    Ex : Un homme et cent femmes sont partis ! Pourquoi le verbe partir ne s’écrit pas "Parties" ? De plus, les civilisations et les religions qui les ont influencé ne font pas de distinction entre les etres quelque soit leur sexe mais ce sont les hommes qui se sont déclarés supérieurs pour des raisons bizarres, la femme est ainsi désignée "sexe faible" ! Prenons l’exemple d’un adultère qui est l’oeuvre d’un homme et d’une femme , Pourquoi accabler la femme sans rien reprocher à l’homme ? En Algérie, par exemple, le code de la famille est allé plus loin que la charia dans la minorisation de la femme ! à cette époque, les Dirigeants de ce douar avaient tous des femmes officielles et des amantes cachées, ils ont accouché d’un code retrograde pour simplement officialiser la polygamie ! Dixit l’ancienne ministre de la famille de cette époque qui a affirmé que les dispositions relatives à la polygamie avaient monopolisé les débats !

  • permalien HN :
    7 février 2012 @09h26   « »

    En France, les auteurs de violences sur les femmes sont punis par la loi. En Arabie Saoudite, ils sont tolérés, voire prescrits par la loi.

    Formidable, allez donc lutter pour la cause des femmes en Arabie Saoudite si ça vous préoccupe autant, ça nous fera des vacances...

  • permalien HN :
    7 février 2012 @09h39   « »

    C’est faux. Archi-faux ! Lorsqu’un fait divers concerne tel membre d’une communauté, mettons les maghrébins, les médias prennent plutôt soin à ne pas stigmatiser la communauté en question.

    Il faut vraiment que vous me disiez quelle chaîne vous regardez ou sur quelle planète vous habitez...

  • permalien Ph. Arnaud :
    7 février 2012 @10h11   « »

    Salem M

    - Je me demande si, dans certains cas, le masculin français n’a pas une valeur de neutre, marquée, certaines fois, par l’usage de la majuscule. En allemand, le neutre et le masculin ont, par exemple, des formes identiques au datif et au génitif et, pour l’article indéfini, au nominatif.

    - Il ne faut pas, à cet égard, accorder au genre grammatical une fonction de "sexuation" (j’ose ce mot, faute de mieux) qu’il n’a pas. En allemand, la lune est du genre masculin (der Mond) mais le soleil (die Sonne) est féminin. La mort (der Tod) est masculin et la jeune fille (das Mädchen) est neutre. Comme le Danube (die Donau) est féminin. Et il me semble bien qu’en anglais le navire est féminin. On dit, je crois, un "sister ship".

  • permalien Thomas Trib :
    7 février 2012 @10h55   « »
    Individu et collectif

    L’Occident est centré sur les droits de l’individu quand l’Orient se base sur les libertés des communautés (système du milet ottoman ou les sièges réservés aux minorités au meljis iranien).

    Au lieu de dresser la liste des pays qui punissent l’homosexualité (ce que la France faisait encore dans les années 70 !), on ferait mieux de marier ces conceptions au lieu de les opposer...

  • permalien Nathan :
    7 février 2012 @12h00   « »

    @ F Caron : 7 février @03h23

    Vous ne m’avez pas compris. Je ne parlais nullement de la violence dans le corps social mais de la violence institutionnalisée, de la contrainte exercée par l’Etat. Dans la France actuelle, l’Etat n’use pas de la violence contre une catégorie de citoyens (les femmes), tandis que l’Arabie Saoudite, oui.

    Il existe donc deux systèmes de valeurs différents. Celui qui respecte l’égalité formelle de l’homme et de la femme. Et celui qui ne la respecte pas.

    Il n’y a pas si longtemps, j’aurais encore ferraillé pour défendre l’idée que le système français est plus universel, car l’égalité en droit me semble plus universelle que l’inégalité.

    J’ai abandonné ce point de vue. Notre système de valeurs n’est pas plus universel que d’autres – et même s’il l’est, il faut s’abstenir de le claironner - et il n’a pas à être imposé aux autres cultures, notamment par la force. Par contre, je dirais que ce système de valeurs convient mieux à la France que le système saoudien ou afghan. Chacun maître chez soi.

    Si, comme on le prévoit, les sinistres talibans reprennent le pouvoir en Afghanistan ce serait dramatique pour les Afghans mais ce n’est pas notre problème. Cela ne nous concerne pas. Les soldats français n’ont pas à tuer et à se faire tuer pour imposer la "démocratie" en Afghanistan, démocratie qui est loin d’être parfaite en France. Si les talibans interdisent aux fillettes d’aller à l’école ou lapident les femmes dans les stades, c’est triste, mais ce ne sont pas nos oignons. En retour, la burqa et le voile intégral n’ont strictement rien à faire en France.

    Allons plus loin. Considérons une bonne fois pour toutes que la DUDH, une spécialité bien française, est définitivement obsolète. On n’imagine pas le soulagement que ce serait de ne plus devoir imposer les fameux droits de l’homme aux quatre coins de la planète. Nos exportateurs auraient enfin les coudées franches et n’auraient plus à redouter le sermon traditionnel sur les abus que le Président français se sent tenu de faire à ses hôtes chinois ou russes. On ne devrait plus dilapider des milliards pour financer les organisations internationales et les ONG qui répandent la bonne parole. Les Chinois l’ont parfaitement compris. Ils n’interviennent pas dans les affaires des autres pays, ils ne condamnent pas les abus de toute sorte, ils se contentent de défendre leurs intérêts. Ils sont le modèle du 21ème siècle. Faisons comme eux au lieu de nous accrocher à nos lubies droits-de-l’hommistes.

  • permalien Nathan :
    7 février 2012 @12h17   « »

    A propos de civilisations et de systèmes de valeurs, j’avais entendu la semaine dernière qu’en Algérie, les bars et les cinémas étaient en voie de disparition. Motif : c’est haram ! Hier, j’ai lu une autre info qui m’a laissé songeur. Le gouvernement iranien a décidé d’interdire sur son sol un certain nombre de produits décadents d’origine occidentale. La série des Simpsons est désormais prohibée sur tout le territoire (nul doute qu’elle trouvera moyen de circuler via la toile). Cela dit, ça peut se comprendre. Les Simpsons représentent une véritable menace susceptible de faire imploser la pieuse société iranienne : elle est comique. Elle fait rire. Probablement qu’en Iran, rire c’est haram !

    Les poupées Barbie sont également interdites. La raison ? Non, ce n’est pas parce qu’elles véhiculent des stéréotypes sexistes comme le pensent certains féministes occidentales. C’est parce qu’il s’agit d’une apologie de la nudité. Ben oui, sous leurs vêtements, les poupées sont nues et elles ont même des formes féminines. C’est grave, docteur ?

  • permalien Jordi GRAU :
    7 février 2012 @12h35   « »

    Il me semble qu’il y a deux écueils à éviter quand on veut comparer deux civilisations :

    - L’ethnocentrisme ("Ce sont des barbares, puisqu’ils n’ont pas nos valeurs")
    - Un relativisme outrancier ("Nous n’avons pas à condamner la Chine pour son non-respect des droits de l’homme car les droits de l’homme ne font pas partie de la culture chinoise").

    Pour éviter ces deux écueils, je pense qu’il faut toujours s’efforcer de juger une civilisation à l’aune de ses propres valeurs. Il faut dire qu’aucune civilisation, probablement, n’est exempte de contradiction. Je connais très mal la culture chinoise, mais j’imagine que si elle impliquait SEULEMENT la soumission l’aveugle à l’Etat, ce dernier n’aurait pas besoin d’utiliser la violence pour se faire respecter. Invoquer la spécificité de la culture chinoise pour justifier la dictature me semble donc un sophisme. En réalité, chaque être humain possède un désir de liberté et de justice, et personne n’apprécie de subir la violence et l’humiliation.

    Mais laissons de côté la Chine, dont je ne connais pas grand-chose, et tournons-nous vers la civilisation européenne et nord-américaine. Est-elle conforme à ses propres valeurs ? Pas toujours, et loin de là. Il faut dire que ses valeurs sont contradictoires. Le mot "liberté" peut aussi bien renvoyer à l’émancipation sociale qu’à la dérégulation financière. Toujours est-il que les "droits de l’homme" et la "démocratie" ne sont que très imparfaitement appliqués dans les pays occidentaux. Ph. Arnaud et quelques autres ont donné assez d’exemples significatifs de l’inhumanité de notre système social, juridique et politique.

    Mais ce qui est plus grave, c’est que les pays occidentaux se servent de leur prétendue supériorité morale et politique pour commettre les pires crimes à l’égard des pays pauvres : guerres, colonialisme ou néocolonialisme, exploitation à outrance des hommes et des ressources naturelles, etc. Par exemple, la "France des droits de l’homme" fait tout pour maintenir en place des dictatures en Afrique de manière à s’assurer des ressources naturelles à bon marché. De même, les industriels occidentaux sont très contents que les pays d’Asie du sud est soient souvent peu démocratiques : cela leur fournit de la main d’oeuvre à bon marché.

    Bref, le discours de Guéant est une belle saloperie destinée à souder les "Français de souche" contre un bouc émissaire bien pratique : "l’islamo-fascisme". Pendant, ce temps, on évite de parler de l’horreur de notre système économique et de la destruction des derniers éléments démocratiques de notre vie politique.

  • permalien Nathan :
    7 février 2012 @12h41   « »

    Noval : 6 février @20h06

    Encore un effort, et l’on verra bientôt Claude Guéant et ses pitoyables détracteurs actuels déclarer que les écrits de l’immense Claude Lévi-Strauss, si tant est qu’ils l’aient un jour lu et compris,

    Cela dit, je ne sais ce qu’il faut comprendre de ce passage de "Race et culture".

    « Sans doute nous berçons-nous du rêve que l’égalité et la fraternité régneront un jour entre les hommes sans que soit compromise leur diversité. Mais si l’humanité ne se résigne pas à devenir la consommatrice stérile des seules valeurs qu’elle a su créer dans le passé, capables seulement de donner le jour à des ouvrages bâtards, à des inventions grossières et puériles, elle devra réapprendre que toute création véritable implique une certaine surdité à l’appel d’autres valeurs, pouvant aller jusqu’à leur refus, sinon même leur négation. Car on ne peut, à la fois, se fondre dans la jouissance de l’autre, s’identifier à lui, et se maintenir différent. Pleinement réussie, la communication intégrale avec l’autre condamne, à plus ou moins brève échéance, l’originalité de sa et de ma création. »

  • permalien Thomas Trib :
    7 février 2012 @13h22   « »

    Mon bon Nathan, il suffit de consulter les réseaux sociaux pour invalider la vision d’un Islam intégriste et en pleine croissance, quelques exemples :

    - L’existence en Algérie d’une scène ’’Black Metal’’, donc pas vraiment compatible avec l’Islam...
    - Le poids des mouvements de supporters ’’ultras’’ en Egypte, sembable point par point à leurs homologues européens : alcool, noms anglo-saxons, occidentalisation aussi bien du vêtement que du comportement...
    - La rue de Téhéran : plus sembable à une capitale occidentale qu’à une artère de Ryad ou Karachi...

  • permalien Sakhra :
    7 février 2012 @13h31   « »

    En dépit des puissants mouvements universalistes qui ont marqué l’Europe à partir du XVIIIe siècle, dont les idées étaient en principe peu compatibles avec l’oppression des indigènes, le droit à coloniser s’est donc imposé comme un « droit naturel », voire comme un devoir, de l’Australie à l’Algérie, du Congo à la Cochinchine. En Palestine, il s’agissait aussi d’« une mission sacrée de civilisation » (Henry Laurens).

    C’est bien avant le 18e siècle, que l’Europe a "entrepris de réduire le territoire du genre humain à ses seules frontières" et à s’instituer la seule dépositaire de tous les attributs de l’Humanité..".

    C’est dès la naissance de l’Occident, en 1492 et la chute d’Al Andalus, que se met en place ce discours , par l’expulsion des Musulmans et des Juifs, l’expulsion de toutes les sources musulmanes , ou non chrétiennes de la civilisation européenne ,par l’invention par la "Reconquista" chrétienne du mythe de" la pureté du sang" = race blanche et chrètienneté, qui va légitimer la conquête de l’Amérique, par le discours de l’Eglise catholique sur l’infériorité des Noirs, légitimant l’esclavage..

    Par la suite,au 18e, les "Lumières" n’ont fait que" laîciser " le discours du fardeau de l’homme blanc", flambeau de l’humanité", chargé "d’une mission sacrée de civilisation".

    Après avoir prouvé "scientifiquement" la supériorité de la race blanche, et après avoir construit une "identité européenne", sur le rejet de l’Autre, "barbare", la mission civilisatrice sanglante pouvait commencer, et prospérer...C’était un "droit naturel", et de Blum à Ferry,en passant par Tocqueville et tous les Renan, le discours sur le "devoir des "nations civilisés"était somme toute accepté par tous.

    Aux côtés de Spencer, le "libéral", Darwin,le "scientifique" dans "De la descendance de l’homme"(1871)déclarait"Dans une période future, guère éloignée... les races d’hommes civilisés auront certainement exterminé et remplacé les races sauvages dans le monde entier"..et dans une lettre à Ch. Lyell, il admettait que "le progrès" puisse justifier "l’extermination des races moins intellectuelles"..
    Les génocides,ceux que l’Occident ignore superbement , pouvaient commencer...
    "Exterminez-les tous" ! tel était l’ ordre du Roi de la Belgique, au Congo,la Belgique, dont un de ses citoyens sur ce blog pousse le ridicule à son extrême, avec ses ragots de comptoir(il entend par ci, par là , ce qu’il veut entendre ), pour faire diversion...

  • permalien Steph :
    7 février 2012 @13h36   « »

    ""Ce que j’ai appris à l’UNI, c’est quand on se fait casser une dent, on répond en cassant la gueule."

    Ah ouais, j’avais pas noté ca...
    Sauf que l’UNI a pas de dent, quand elle en a besoin, elle appelle le GUD, qui dispose de pittbulls disponibles...Dans 20 ans, ils seront les gardes du corps des types de l’UNI d’aujourd’hui, devenus ministres, et qui à leur tour s’exprimeront devant les jeunes...

    Mais bon, sinon, Guéant, il fait son boulot, à savoir, laisser les élections sur le terrain bien nauséabond du racisme (et de l’insécurité), c’est à dire là où on ne voulait pas qu’elles restent, parce que les enjeux sont autres, mais très embarrassant pour la majorité...(en fait, je les croyais embarrassant pour la gauche, aussi, mais pas du tout, depuis que Hollande est devenu quasi anarchiste, disant que les banquiers étaient ses pires ennemis...quel humour...)

    Bref, parler des facéties ridicules et manipulatoires de Guéant permet d’éviter de débattre des questions économiques et sociales. de plus, le seul domaine dans lequel l’UMP peut assurer sa ré-élection, c’est celui de la haine, du racisme et de l’insécurité. Vont pas se géner !

  • permalien Nathan :
    7 février 2012 @14h09   « »

    Sakhra : 7 février @13h31

    "Exterminez-les tous" ! tel était l’ ordre du Roi de la Belgique, au Congo,la Belgique, dont un de ses citoyens sur ce blog pousse le ridicule à son extrême, avec ses ragots de comptoir(il entend par ci, par là , ce qu’il veut entendre ), pour faire diversion...

    Des ragots de comptoir ? Ah bon ?

    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2...

    Pour contrer diffusion sous le manteau des Barbie, les Iraniens avaient lancé il y a dix ans leur version des poupées, habillées "modestement", comme il se doit.

    Je suis tombé sur un vieil article de la BBC. Le propriétaire d’un magasin de jouets justifie cette initiative dans exactement les mêmes termes que Guéant. Mais là, ça passe comme une lettre à la poste. Eux, ils ont le droit...

    Toy seller Masoumeh Rahimi welcomed the dolls, saying Barbie was "foreign to Iran’s culture" because some of the buxom, blonde dolls have revealing clothing.

    She said young girls who play with Barbie, a doll she sees as wanton, could grow into women who reject Iranian values.

    "I think every Barbie doll is more harmful than an American missile," Ms Rahimi said.

    ..............

    Another toy seller, Mehdi Hedayat, said : "Dara and Sara are strategic products to preserve our national identity.

    http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_e...

  • permalien Bozo :
    7 février 2012 @14h32   « »

    Ah Nathan l’Occidental !

    Il a oublié le bougre qu’en Belgique, pendant la seconde guerre mondiale, on pourchassait ses coreligionnaires à la Gare du Midi (à Bruxelles) et à la Gare Centrale (à Anvers) pour les envoyer à Auschwitz... Oui, mais à l’époque c’était la "civilisation Nazie" qui régnait sur l’Europe pour le dire avec cet intellectuel du sarkozysme et garde barrière israélien, Arno Klarsfeld... ;)

    http://lelab.europe1.fr/t/pour-aide...

  • permalien Sakhra :
    7 février 2012 @14h42   « »

    Suite,
    "Génocider" les "races inférieures" devient une pratique courante,banale, et voilà qu’au coeur de l’Europe,cette pratique prend pied...et le nazisme l’expérimente...

    Mais le nazisme, finalement comme le souligne, Sophie Bessis, ne sera que « le résultat d’une filiation, et non une rupture » : « Ni l’obsession de la pureté, ni la conviction de faire partie d’une humanité supérieure, ni la volonté de se tailler un espace “vital” ne peuvent être portées au crédit des inventions hitlériennes. "...Tout était déjà "inventé" bien avant...
    et comme l’écrit Aimé Césaire :
    « Oui, il vaudrait la peine (...) de révéler au très distingué, très humaniste, très chrétien bourgeois du XXe siècle (...) qu’au fond, ce qu’il ne pardonne pas à Hitler, ce n’est pas le crime en soi, le crime contre l’homme... c’est le crime contre l’homme blanc. »

    Alors le "plus jamais çà" était entonné en choeur par ceux, qui découvraient en leur sein, l’horreur du génocide d’êtres humains...Ont-ils pour autant fait leur "examen de conscience", comme dirait le sioniste modéré, et remis en cause leur culture de la suprématie ?

    Loin s’en faut, au contraire,ce à quoi ils ont abouti, c’est " à la reformulation de la culture de la suprématie en termes acceptables pour des consciences collectives plus convaincues que jamais, après la victoire sur la Bête, d’être les dépositaires de l’universel humaniste, tout en demeurant ancrées dans la certitude de leur supériorité »(Sophie Bessis)...
    Et de fait, le 8 mai 1945, le jour, où était fêtee la victoire sur les nazis, victoire à laquelle ont participé, Algériens, Marocains, Africains( ces "barbares," sans civilisation ) de façon décisive, un carnage sans nom est commis (auquel ont participé droite et gauche françaises) à Sétif, Guelma et dans tout l’est Algérien..., les Algériens ayant organisé une marche pacifique pour réclamer leurs droits...
    Et le parti communiste a même vu dans la manifestation pacifique, une manipulation "nazie", ..qui voulait "séparer les masses musulmanes"(sic) de la France...

    Même, le mouvement anti -colonialiste , à de rares exceptions, ne s’est jamais , au fond, départi de cette "culture de la suprématie"..
    N’a-t-on pas entendu J. Daniel, dans les années 90, déclarer, que ce n’est pas pour que les "Islamistes prennent le pouvoir", qu’il a milité pour le FLN...Il a milité, pour faire de nous "des petits" Français", dans lesquels il pouvait se reconnaitre...pas pour redevenir des "barbares" ( le barbare, étant le musulman )avec une autre civilisation "inférieure"...
    L’idéologie suprémaciste est toujours là, sauf, qu’aujourd’hui, la crise a montré les limites, sinon l’échec du modèle de développement occidental,et face à cet échec, vite un bouc émissaire : le juif hier, le musulman aujourd’hui..

  • permalien Sakhra :
    7 février 2012 @14h54   « »

    ...La suite de mon post de 13h 31 n’est pas passée...Censure ?

  • permalien deMontigny :
    7 février 2012 @14h58   « »

    Mission "Civilisatrice" Avortée pour la Syrie

    Toute l’intoxication des BBC, CNN et Al-Jazeera n’auront pas suffi à garantir l’invitation de l’otan dans ce pays. Les pauvres syriens devront se civiliser eux-mêmes... Ah, c’est vrai ; ils l’avaient déjà fait, avant même que les américains commencent à "civiliser" les Sioux à coup de carabine.

    Qui donc sera le prochain gibier des anglo-saxons, leurs chiens français, et leur sbire qatari, "l’émir" Hamad. Attendons le coup de sifflet d’Israël et marchons tous aux coups de tambour !

  • permalien Yvan :
    7 février 2012 @15h02   « »
    Guéant "rassure" le président du CFCM

    Claude Guéant : "ce qui est en cause, c’est la religion musulmane"

    « Le président du CFCM me demande de lui donner des assurances sur le fait que mes propos ne visent pas la civilisation musulmane. Je lui réponds que pour moi, ce qui est en cause, c’est la religion musulmane. »


  • permalien parkway :
    7 février 2012 @15h08   « »

    seule la race aryenne était supérieure ;

    mais Guéant n’en parle pas...

  • permalien Ph. Arnaud :
    7 février 2012 @15h17   « »

    Civilisation

    - Il est plutôt osé, pour un ministre français, de faire de l’égalité entre hommes et femmes un critère qui distingue les "civilisations supérieures" (dont ferait partie la France) des civilisations à piétiner (on ne nomme surtout pas l’Islam, mais on y pense si fort que même les sourds l’entendent...).

    - Alors que la "civilisation supérieure" de la France est vraiment novice en la matière : reconnaissance de l’égalité des sexes dans la Constitution en 1946, possibilité pour une femme de décider seule de travailler en 1965, fin de la notion de "chef de famille" en 1970, fin du droit, pour le mari, de contrôler les correspondances de son épouse en 1975, autorisation pour les femmes de devenir agent de change en 1985, etc.

    - Quand on n’a que ces quelques années de tradition d’égalité, on ne la ramène pas...

    - Par ailleurs, à propos des libertés, je rappelle qu’à l’époque où les Rois catholiques ont viré les juifs d’Espagne, le pays qui les a accueillis et leur a fichu une paix royale a été l’empire ottoman. Et que c’est ce même empire ottoman qui a protégé les protestants hongrois contre les persécutions de la Contre-Réforme catholique des Habsbourg.

    - Je rappelle également que lors de la prise de Jérusalem par les croisés, en 1099, les chevaliers très chrétiens ont fait un massacre épouvantable des habitants (musulmans et juifs) mais que lorsque Saladin reprit la ville, en 1187, le seul effet fut le paiement d’une rançon. Où était la civilisation ?

  • permalien Yvan :
    7 février 2012 @15h34   « »

    Guéant sur Canal+

    Player CANAL+

  • permalien Yvan :
    7 février 2012 @15h47   « »

    Guéant sur Canal+

    « Notre civilisation s’est enrichie de l’horreur de la Shoa »


  • permalien Sakhra :
    7 février 2012 @16h19   « »

    Salem L :

    Prenons l’exemple d’un adultère qui est l’oeuvre d’un homme et d’une femme , Pourquoi accabler la femme sans rien reprocher à l’homme ? En Algérie, par exemple, le code de la famille est allé plus loin que la charia dans la minorisation de la femme

    - Pour l’adultère : en droit musulman, (fiqh, et non pas charia), le délit d’adultère est le délit impossible par excellence. Pour le qualifier,ce droit exige des conditions , qui sont impossibles à réunir.
    Le code pénal, qui le mentionne, n’est que la reprise du code pénal français , tout au moins, quand celui-ci qualifiait l’adultère comme un délit pénal.Là, vous avez raison, le droit positif algérien est allé plus loin que le fiqh(c’était pour nous civiliser)
    - Pour les dispositions du code de la famille qui ont"minorisé" la femme , si vous pouviez les citer..
    - Sans doute, vous faites allusion au tuteur matrimonial ? Dans ce cas, ce tuteur n’existe absolument pas dans la charia. Dans le fiqh, , le rite hanéfite ne le retient pas, le rite malékite le mentionne, non pas comme une prescription obligatoire, mais facultative.
    S’il y a débat, c’est que la charia ne l’a jamais imposé..Le fiqh n’étant qu’une oeuvre humaine, elle peut et doit changer,pour tenir compte de l’évolution des sociétés.
    Là encore, vous avez raison, celà n’a rien à voir avec l’Islam.

    Je mentionnerai tout de même, que durant la colonisation, la coutume berbère, qui interdisait aux femmes d’hériter a été codifiée par les Français...au nom du respect de la religion et des coutumes de l’Algérie...(sic), et les tribunaux des Cadis, institués par les colonialistes l’appliquaient...alors même qu’en droit musulman, la femme a vocation héréditaire, à titre de fille, d’épouse, de soeur etc..

  • permalien Stéphane Al Dura :
    7 février 2012 @17h28   « »

    Je propose d’arrêter le sieur Guéant, de le conduire au stade de France, de le placer au centre du terrain sous le feu des caméras de télévision puis dans un élan d’altruisme guidé par une philanthropie hétérodoxe, de déverser le contenue d’une benne chargée de gravas et autres rocailles sur l’intéressé.
    Je pense que cela aurait un réel effet dissuasif pour les abrutis qui munis d’un peu de pouvoir et d’une tribune non négligeable ont la capacité de prononcer de telles absurdités.
    Ceci n’est qu’une affaire de bon sens..!

  • permalien patrice :
    7 février 2012 @17h47   « »

    Faisant suite à mon post précédent signé d’une croix (suite à une erreur de manipe), je vous convie à relire la déclaration universelle des droits de l’homme, signée en 48 par un grand nombre d’états qui ne la respectent d’ailleurs guère, à commencer par les Etats Unis, qui violent les articles 5, 9, 10, 11, 12, et 22.
    Question : Ce texte est il acceptable par tous ? En quoi constituerait il un ensemble de préceptes incontestables ?
    En rien. C’est un pur produit du bon sens occidental à une époque donnée. Les gens qui l’ont rédigé ont pris en compte l’intérêt général, sans se soucier des croyances religieuses, ni des coutumes héritées des siècles précédents. C’est tout.
    Mais il n’est pas interdit d’avoir une autre conception de l’intérêt général, prenant en compte, par exemple, les croyances religieuses, ou les intérêts d’une minorité dominante et non contestée en tant que telle. D’autres pourront, le cas échéant, ne considérer que la survie de l’espèce, et prôner une forme quelconque d’eugénisme, ou encore, la nécessité d’accepter un darwinisme social.
    Mais cette déclaration me semble globalement conforme avec l’intérêt immédiat du plus grand nombre. Par ailleurs, il serait facile de démontrer le fait que la mise en pratique de ces principes produit des sociétés harmonieuses, productives, efficaces, et agréables à vivre. On peut donc bel et bien parler de progrès de la morale (et le la législation), et, corollairement, de "civilisations arriérées", s’agissant des pays qui s’éloignent de ces principes, généralement, du fait de croyances religieuses inventées au Moyen Age, sans doute fort bien adaptées au contexte socio économique de cette époque, mais désormais hors sujet.
    Ceci étant posé, il est exact que le but de Claude Guéant n’est pas de conforter les droits de l’homme. Mais peu importe, puisque tout le monde en est conscient.
    En attendant, la lutte en faveur des droits de l’homme passe, entre autres, par la dénonciation sans ambiguïté des régimes qui les bafouent, et des religions qui les insultent. A ma connaissance, toutes.
    De là à aller guerroyer contre ces pays pour leur imposer notre bon sens, il a là un pas que je ne franchirai pas. La démocratie, c’est le droit des imbéciles à se choisir un chef capable de les représenter. Sans parler du fait que prendre des bombes sur la tronche n’a jamais rendu qui que ce soit plus intelligent, surtout quand c’est Georges Bush qui vient vous apprendre les vraies valeurs. Mais bon...

  • permalien eco :
    7 février 2012 @17h50   « »

    " Une civilisation qui s’avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente.
    Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte.
    Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde. "

    Etait-il inutile de citer le colonel de Montagnac, un des conquérants de l’Algérie :
    « Pour chasser les idées qui m’assiègent quelquefois, je fais couper des têtes, non pas des têtes d’artichauts, mais bien des têtes d’hommes. »
    Convenait-il de refuser la parole au comte d’Herisson :
    « Il est vrai que nous rapportons un plein barils d’oreilles récoltées, paire à paire, sur les prisonniers, amis ou ennemis. »
    Fallait-il refuser à Saint-Arnaud le droit de faire sa profession de foi barbare :
    « On ravage, on brûle, on pille, on détruit les maisons et les arbres. »
    Fallait-il empêcher le maréchal Bugeaud de systématiser tout cela dans une théorie audacieuse et de se revendiquer des grands ancêtres :
    « Il faut une grande invasion en Afrique qui ressemble à ce que faisaient les Francs, à ce que faisaient les Goths. »
    Fallait-il enfin rejeter dans les ténèbres de l’oubli le fait d’armes mémorable du commandant Gérard et se taire sur la prise d’Ambike, une ville qui, à vrai dire, n’avait jamais songé à se défendre :
    « Les tirailleurs n’avaient ordre de tuer que les hommes, mais on ne les retint pas ; enivrés de l’odeur du sang, ils n’épargnèrent pas une femme, pas un enfant... A la fin de l’après-midi, sous l’action de la chaleur, un petit brouillard s’éleva : c’était le sang des cinq mille victimes, l’ombre de la ville, qui s’évaporait au soleil couchant. »

    AImé Césaire, extraits du Discours sur le colonialisme

  • permalien Yvan :
    7 février 2012 @17h56   « »
    « Une mission sacrée de civilisation »... le gouvernement cherche le clash.

    Guéant et les « camps de concentration » : le gouvernement quitte l’Assemblée | Une Zapnet Rue89

    Serge Letchimy, député apparenté PS de Martinique :

    « Vous, M. Guéant, vous privilégiez l’ombre, vous nous ramenez jour après jour à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration. »



  • permalien Bert :
    7 février 2012 @18h00   « »

    @ Nathan 14h09

    "Je suis tombé sur un vieil article de la BBC. Le propriétaire d’un magasin de jouets justifie cette initiative dans exactement les mêmes termes que Guéant. Mais là, ça passe comme une lettre à la poste. Eux, ils ont le droit..."

    Oui, mais tout de même, dans un cas, c’est le ministre de l’intérieur du pays, dans l’autre c’est un marchand de jouets...
    C’est peut être passé "comme une lettre à la poste" parce que les déclarations des marchands de jouets iraniens sont moins diffusées (au moins en France) dans les médias ?

    Je veux pas préjuger de l’avis du ministre de l’intérieur iranien (qui doit, comme celui de France, valoir son pesant de cacahuètes, d’ailleurs), mais simplement espérer que vous avez de meilleurs exemples pour prouver que leur civilisation à "eux" est moins bien que la votre.

  • permalien yann kervennic :
    7 février 2012 @18h38   « »
    La notion meme de civilisation

    Je trouve dommage que jamais ne soit evoques, ni dans le diplo, ni dans aucun media francais, les nombreux mouvement de pensee qui critiquent la notion meme de civilisation.

    Je sais bien : la france est justement un vieux pays de civilisation ou l’etat central s’est impose depuis presque trois siecle apres tellement de guerre menee pour son etablissement et autant de morts pour son maintien (1870, 1914, la colonisation et autre), que meme la perspective de remettre en cause cette entite effraie ceux qui se proclament "de gauche".

    Mais la civilisation a une histoire et cela permet de donner un cadre a la declaration de Gueant. Ce sont dix mille ans de sedentarisation et de violences continues. Ceci depuis la premiere cite au confin de la Syrie dont on etudie depuis peu les importants charniers.

    Tout simplement parce qu’il n’y a pas de civilisation stable. La civilisation par definition c’est la centralisation de la production par et pour une civis, cette entite politique qui organise le territoire par la force.
    Or depuis 10 000 ans le’xploitation du territoire centralise, qui a permis le developpement des inegalites et des classes sociales absolument partout n’arrive pas a produire de la stabilite : augmentation de la population et baisse de la productivite agricole sont les consequences mecaiques du processus de civilisation. Et nous n’y echapperont pas.

    Ces mecanismes intrinseques analyse par de nombreux auteurs largement snobbes en France, qui explique que l’irak puis le liban puis l’espagne et le pourtour mediteraneen soit devenu des terres arides alors qu’elles etaient couvertes de grandes forets. Au final toute civilisation n’a d’autre choix que de s’etendre ou d’imploser et mourrir. L’harmonie est impossible, la guerre constante et necessaire a sa survie en tant qu’entite social (mais evidement pas la survie de ces membre soumis, qui s’en passeraient bien).

    La reussite calamiteuse de l’occident n’est que la suite d’une longue histoire tragique pour les peuples resume plus ou moins bien par le bouquin de diamond, guns germs and steel, que le court repis industriel et la revolution agricole britannique (concept historique inconnu en france pour beaucoups...) ont efface dans nos memoires d’occidentaux, mis a part ceux qui visitent un peu les cimetieres provinciaux. Cette histoire c’est le feu civilisateur, ce foyer destructeur qui s’est etendu depuis l’irak jusqu’ a rome en passant par la grece et la turquie, pour aller s’epandre au etats unis en russie et soumettre par des combats incessants le monde entier au tribut.

    Ce qui compte c’est de denoncer le concept meme de civilisaton comme objet moral superieur. La civilisation est un fait historique qui mene aujourd’hui a une impasse et qu’il faut arriver a depasser au plus vite.

  • permalien morse 89 :
    7 février 2012 @18h56   « »

    Claude Guéant est une pauvre cloche attirée comme les mouches par la torche de l’anti islamisme virulent, sans compter son anti-tout-ce-qui ressemble-au "pas comme nous". Ses déclarations archi-médiatisées sont ridicules aussi bien que malsaines, l’apparentant au génie Goebbels et au final à la chienne de Buchenwald. La seule petite différence : les cibles humaines ne sont plus les mêmes.

  • permalien F. Caron :
    7 février 2012 @19h44   « »

    NATHAN :
    Vous ne m’avez pas compris. Je ne parlais nullement de la violence dans le corps social mais de la violence institutionnalisée, de la contrainte exercée par l’Etat. Dans la France actuelle, l’Etat n’use pas de la violence contre une catégorie de citoyens (les femmes), tandis que l’Arabie Saoudite, oui.

    Nathan oublie de dire que l’Arabie S. est depuis des années un allié essentiel des États-Unis, qui sont eux-mêmes le meilleur allié d’Israêl. Il faut accepter les conséquences des choix éclairés de ses alliés, Nathan.

    Les USA en soutenant l’A. S. ont favorisé la propagation de l’islamisme ... c’est grâce au financement saoudien que les écoles et universités islamiques ont pu essaimer. S.

    2. Ce qu’on appelle crime passionnel se fonde aussi sur des codes culturels, codes qui se maintiennent.

    La réaction de Nathan montre d’ailleurs que le féminisme bourgeois, journalistique et télévisuelle ne dépasse pas le ras des pâquerettes. Les dominants continuent à glorifier le masculin (ex. caricaturale Zemmour), ce qui a des conséquences, sur les femmes et les hommes.

    Le système économique explique en partie l’évolution du droit européen vers le droit individuel (et non plus familial). Les femmes occidentales se sont battues pour obtenir ces droits, y compris dans les syndicats, mais elles n’ont pu le faire qu’au moment de l’urbanisation et de l’industrialisation, à partir du moment où elles ont pu avoir accès massivement à des métiers rémunérées.

    Dans bien des villages latino-américains ou africains, ou moyen-orientaux, cette indépendance est difficilement possible ... et de ce fait, le droit des femmes à la traîne.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    7 février 2012 @20h50   « »

    @ Deïr Yassin // 07-02 / 00h39

    Merci de la confirmation pour "exégèse", Deïr Yassin.

    Ouille ! Reste au Monsieur à se ramasser.

  • permalien Orangerouge :
    7 février 2012 @21h14   « »

    F. Caron, votre analyse est parfaitement juste.

    Quant à convaincre Nathan ... chacun choisit d’occuper son temps comme il veut, mais cela fait des années qu’il ratiocine ici la même rengaine raciste.
    Bonne soirée

  • permalien F. Caron :
    7 février 2012 @21h19   « »

    Quelques coquilles, désolé.

    Nathan, méditez là-dessus. Au Mexique, pays chrétien et "libéral", 40 000 personnes ont été assassinées en 10 ans, par des membres (d’origine catholique ou plutôt judéo-chrétienne puisque c’est ce que la bienpensance nous impose de dire aujourd’hui) des cartels de drogue. À Ciudad Juarez, 1000 femmes ont été violées, mutilées sexuellement et tuées. Vos constructions fumeuses assimilant délinquance et islam qui singent point par point celles que nous sert Finkielkraut et ses amis depuis 20 ans, comme le gloubiboulga inepte de Guéant ne visent pas l’Arabie saoudite.

    La délinquance et la violence de ceux du bas ont pratiquement toujours été présentées comme elles le sont actuellement par les gens du haut, qui ont toujours su dresser, à certains moments, les "pauvres méritants" contre les marginaux (les "pauvres non méritants") toujours fainéants, violents et faibles en QI.

    Cet usage politique du fait divers est signé et ne date absolument pas des dernières vagues d’immigration.

    Héritage culturel, inconscient collectif, représentations (films, sport), politiciens tordus, médias qui racolent le chaland en mettant l’accent sur le fait divers, humiliations et sentiment justifié d’être sous surveillance exacerbent la violence.

    La violence parmi les couches inférieures des sociétés est une carte sur laquelle les dominants de régimes aux abois ont toujours misé dans certains contextes. Exciter le chauvinisme et la xénophobie des De souche contre "les étranges" n’est pas autre que le retour d’une très vieille formule (Angleterre en direction des travailleurs anglais contre les chômeurs irlandais ; chômeurs recrutés comme jaunes contre les grévistes) ; tout comme le machisme (en direction des travailleurs hommes contre les femmes).

    Vous oubliez Nathan que ceux qui exercent le pouvoir sentent très bien le moment où la langue de bois devient inutile. Politiquement, même s’ils s’affichent libéraux, ceux qui tiennent le gouvernail et ne veulent jamais le lâcher sont en réalité des machiavéliens (Voir ce que dit R. Aron sur Machiavel, ou mieux, Léo Strauss, grand inspirateur du courant réactionnaire actuel).

  • permalien K. :
    7 février 2012 @21h33   « »

    A force de ne pas vouloir “polémiquer”, on se retrouve couillonner.

    http://www.20minutes.fr/presidentie...

  • permalien Iblis :
    7 février 2012 @22h01   « »

    @s=exp(j*pi)

    @ Deïr Yassin

    Merci de la confirmation pour "exégèse", Deïr Yassin.

    Ouille ! Reste au Monsieur à se ramasser.

    Mes chers amis, je vous renvoie à ce lien,ce n’est que le site Larousse, piètre connaisseur de la langue française, j’en conviens et je vous invite à les contacter pour leur faire rectifier leur définition :

    exégèse
    nom féminin (grec eksêgêsis, exposition)

    Définitions de exégèse

    . Explication philologique, historique ou doctrinale d’un texte obscur ou sujet à discussion.

    . Interprétation et commentaire détaillés : Faire l’exégèse d’un discours politique.

    Merci

  • permalien Yann :
    7 février 2012 @22h07   « »
    civilisation versus barbarie

    Take Action for Hunger Striking Palestinian Prisoner Khader Adnan !->http://samidoun.ca/2012/02/take-act...]

    #Dying2Live

    @Sakhra et @Orangerouge
    Depuis plusieurs années, pour poster sur Nouvelles d’Orient, j’ai besoin de patience et de "dextérité".
    Je ne sais pas pourquoi c’est si difficile.

  • permalien Deïr Yassin :
    7 février 2012 @22h51   « »

    La langue comme révélatrice :
    J’ai entendu il y a longtemps une féministe - je crois que c’était Susan Sontag ... ou peut-être Gisèle Halimi ... parler de la langue comme révélatrice du sexisme dans une société donnée.

    Elle avait mentionné les langues romanes, le français en occurrence, et avait justement pris l’exemple de l’accord du participe passé dont parle Salem pour démontrer ce qu’elle appelait le "machisme grammatical".

    En comparaison : l’anglais n’a pas de genre grammatical du tout, et certaines langues comme le danois, et le néerlandais aussi, je crois, ont, non pas le masculin et le féminin, mais le ’neutre’ et le genre ’commun’, une évolution linguistique unissant les anciens genres masculin et féminin....

    Quant à la langue arabe, elle est aussi beaucoup plus favorable au genre grammatical féminin.

    Par exemple : les substantifs pluriels inanimés prennent un éventuel adjectif ou verbe au féminin (sing). A la question pourquoi, un ami, professeur d’arabe, m’avait expliqué que des objets inanimés sans présence féminine sont insupportables ;-D

    La langue arabe est donc féministe et la langue française machiste.

    Si Cloclo Néant le savait, il avalerait certainement sa cravate !

  • permalien s=exp(j*pi) :
    7 février 2012 @23h03   « »

    A propos de Monsieur Iblis // 07-02 / 22h01

    Et mauvais perdant, le Monsieur !

    .... Faire l’exégèse d’un discours politique.

    Bien sûr ! D’un DISCOURS politique, càd du texte du discours. Pas de "la pensée" politique.

    Et dire qu’il aurait suffi à Monsieur Iblis de relever le défi d’il y a qq heures pour emporter le morceau.

    s=exp(j*pi) // 07-02 / 00h14

    Reste à Môôôsieur Iblis à nous informer quel est le texte dont il ferait l’exégèse et qui serait, au mot près et, idéalement, de manière perpétuelle à l’esprit de tous les Français.

    Probable que nous attendrons encore longtemps ce TEXTE ! Et, sans TEXTE, pas d’EXEGESE possible.

    Reste à conclure. Au choix.

    s=exp(j*pi) // 07-02 / 00h14

    Heureusement, le ridicule ne tue pas !

    OU

    s=exp(j*pi) // 07-02 / 20h50

    Ouille ! Reste au Monsieur à se ramasser.

    ps : Je présume que seul un attardé mental me comptera au rang des amis de Monsieur Iblis.

  • permalien Deïr Yassin :
    7 février 2012 @23h23   « »

    On avait Lolo avec ses wikis, maintenant on a Iblis avec le Larousse.
    Bien, pour avancer dans sa formation intellectuelle, je lui renvoie donc à wiki sur ’exégèse :
    - http://fr.wikipedia.org/wiki/Exégèse

    @ Le Belch
    Hehe. Quand vous avez demandé hier de quel texte Iblis ferait l’exégèse, j’avais pensé au programme du Front National, et maintenant il nous sert ’l’exégèse d’un discourt politique’.

    Sur ’reverso’ on parle bien de l’exégèse d’un discours politique mais entre parenthèse et après avoir expliqué qu’il s’agit d’un texte.
    Je me suis dit que peut-être pour le Front National il y a une exception quant à l’écriture : un texte déjà qui va l’écrire, et encore moins qui sait le lire....

    Sinon pour une rétractation, ne vous y attendez pas :
    "Les millions d’Européens qui ont traversé la mer en ’62" a été changé petit à petit en "1,6 millions de personnes [non-musulmans] en une dizaine d’années", et pour Iblis, c’est, je cite : "chipoter sur des détails". Vous voyez le genre ? Un pote à l’autre ....

  • permalien le journal de personne :
    7 février 2012 @23h31   « »

    La civilisation expliquée à mon chien !

    - assis ! - couché !
    - assis ! - assis !
    - couché ! - assis !
    - assez ! C’en est assez ! Je suis fâchée ! Petit fasciste !
    - je ne vais pas aller par 4 chemins...
    - parce que TU crois qu’il y en a qu’un !
    - détrompe-toi, il en a plusieurs
    - tu n’es pas seul au monde... il n’y a pas qu’un seul monde... et si tu ne le crois pas c’est parce que tu es immonde.
    - non, je ne suis pas vénère... tu es un berger... et si j’étais toi, je ne serai pas fier
    - je n’aime pas te voir te comporter comme si tu étais au-dessus des autres...
    - tu es un chien semblable à tous les chiens, tu les vaux tous mais n’importe lequel te vaut !
    - pas la peine de remuer la queue... je désapprouve ta conduite, ta suffisante insuffisance.
    - oui, tu as empêché tout le monde de dormir, en aboyant sur le chien de la voisine
    - pour qui tu te prends ? Pour qui tu le prends ? Pour un bâtard, c’est cela ?
    - non... pas la peine de me faire les yeux doux... ni risettes... ni courbettes !
    - si tu étais vraiment supérieur à lui, pourquoi tu lui abois dessus ?
    - ça y est, je t’ai mis la puce à l’oreille : un supérieur ne peut en vouloir à un inférieur sauf s’il ne lui était pas vraiment supérieur ou que l’autre ne lui était pas vraiment inférieur.
    - baisse les yeux... j’ai honte de toi... ça y est, j’ai compris... ce n’est pas lui qui te pose problème
    - c’est parce qu’il s’est offert une femelle... et qu’à deux, ils vont faire plein de petits
    - et qu’un ça va... c’est quand ils deviennent nombreux que ça ne va plus... c’est ça ?
    - à bas les bâtards, mon berger allemand en a marre... et il aboie pour nous en faire part.
    - sa chienne de vie, ne peut pas se réduire à la vie de n’importe qu’elle chienne
    - il se sent bien élevé, bien dressé, bien domestiqué... que dis-je civilisé... la civilisation c’est son lobby
    - il ne supporte pas les chiens sauvages, les rebelles à tout élevage.
    - et si on inversait mon petit bonhomme, parce que je t’avoue que tu me rappelles les hommes
    - et si on inversait cette fâcheuse tendance en se disant que les soit disant races pures sont autrement plus viles et plus serviles que les impures... qui sont plus proches de la vie et plus aptes à la garantir.
    - on ne peut les asservir, ni les soumettre à nos petits délires.
    Ils aboient quand ils ont faim... mais n’aboient pas pour faire les chiens.
    - ah désolée, ce n’est pas le bâtard de la voisine qui te pose problème mais la voisine elle-même ?
    Pourquoi ? Parce qu’elle le nourrit ?
    Non ! Parce qu’elle fait semblant d’ignorer qu’il y a d’autres chiens à nourrir.
    - tu sais ce que tu es, mon chien-chien... une horreur de la nature... tout ce que tu mérites, c’est une piqure !
    _ http://www.lejournaldepersonne.com/2012/02/la-civilisation/

  • permalien Iblis :
    7 février 2012 @23h40   « »

    Faut-il être à court d’arguments pour en arriver là, mais comme l’édification des masses est mon plaisir, ce qui est tout naturel quand on appartient à une civilisation avancée, nous avons un devoir d’éducation.

    http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/Reynaud-Pompidou1962.asp

    M. Paul Reynaud. Monsieur le Premier ministre, entendez-vous donner au futur Président de la République, élu au suffrage universel, les pouvoirs que le général de Gaulle a indiqués dans son allocution du 20 septembre ?
    M. le Premier ministre. Je me bornerai à vous répondre que j’entends donner au Président de la République les pouvoirs qu’il détient de la Constitution.
    M. Paul Reynaud. C’est très différent.
    M. le Premier ministre. Il paraît que je passe mon temps à faire l’exégèse de sa pensée. Pour une fois, je vous laisserai ce soin. Vous le connaissez d’ailleurs depuis beaucoup plus longtemps que moi.

    Autre exemple :

    Expressions de exégèse
    Exégèse biblique, sacrée, historique, littéraire.
    Exégèse d’un discours, d’une dépêche.
    Faire l’exégèse de quelque chose.
    Se livrer à l’exégèse.
    S’occuper d’exégèse.
    Subir une exégèse.
    http://www.mediadico.com/dictionnaire/definition/exegese/1

    Autre exemple :

    Analyse interprétative d’un texte, de la pensée d’un auteur (infra synt. a). Exégèse shakespearienne. Elle [la poésie] est la proie de l’exégèse qui est sans conteste une muse puisqu’il lui arrive de traduire en clair nos codes, d’éclairer nos propres ténèbres et de nous renseigner sur ce que nous ne savions pas avoir dit (Cocteau, Poés. crit. II,Monologues, 1960, p. 177) :

  • permalien L´anonyme de 22h20 :
    7 février 2012 @23h41   « »

    @s=exp(j*pi) :

    Dans le domaine biblique, on affirme la distinction entre ces deux termes même s´ils sont sémantiquement équivalents

    Herméneutique (du grec hermenéia=interprétation)

    Par Exégèse, on entend la pratique de l´interprétation , l´interprétation pratique du texte biblique.
    Par Herméneutique, on entend au contraire la théorie, l´ensemble des règles qui président à l´interprétation d´un texte biblique : l´herméneutique est la théorie de l´exégèse.
    Grossièrement, l´herméneutique représente la grammaire de l´exégèse (langue).

    Je ne suis en rien un spécialiste, mais si cela peut servir, j´en serais ravi.

  • permalien Azad :
    8 février 2012 @00h26   « »

    Afin de mettre quelques points sur les i, le témoin Aimé Césaire est appelé à la barre. A charge pour le grand homme de redresser notre psyché par trop inclinée vers des horizons bruns.

    Nous sommes en l’an deux mille douze d’une ère si peu chrétienne, dans le pays se voulant phare de l’humanisme...et un minable petit ministre-fonctionnaire aussi brun que gris tient des propos d’une dégueulasserie sans nom.
    Douce France, ta langue reste ma dernière matrie.

    A lire, et relire , et relire encore et toujours "Discours sur le colonialisme", extrait :
    http://lmsi.net/Discours-sur-le-col...

    A écouter :
    http://www.youtube.com/watch?v=BhE7...

    A écouter pour se re-panser une francitude blessée :
    http://www.youtube.com/watch?v=qkO7...

  • permalien Deïr Yassin :
    8 février 2012 @01h37   « »

    Décidémment, quand il y a un manipulateur qui s’en va - ou est mis dehors - il y a un autre qui se pointe.

    - Quant au premier extrait d’Iblis (23h40), je peux aussi trouver un texte avec des fautes d’orthographe ou qui clame que la lune est un fromage bleu, et donc prétendre que c’est la vérité puisque ’j’ai trouvé pareil sur le net’.

    - Dans son lien vers le dictionnaire rudimentaire ’mediaco’, il suffit d’écouter le définition sur bande-son pour entendre que : l’exégèse se base sur un texte.

    - le meilleur pour la fin ! Comme par hasard, Iblis "oublie" de mettre un lien vers son troisième extrait, coupé-et-collé
    Dans son extrait

    "Analyse interprétative d’un texte , de la pensée d’un auteur"

    il a glissé une petite virgule enter ’texte’ et ’de’ - ce qui change totalement le sens. Cette virgule fait office de ’ou’ mais dans l’original on lit :

    "Analyse interprétative d’un texte de la pensée d’un auteur"

    - www.cnrtl.fr/definition/exegese

    Quand un national-fasciste vient sur un blog d’islamo-maoistes comme dirait l’autre, il vaut mieux avoir des arguments sûrs et non pas les bricoler. En plus, si on ment pour des conneries comme cela, alors le reste. De toute façon, on savait depuis...

    La preuve que islamophobie et sionisme vont de pair : Lolo et Iblis ont suivi les mêmes cours !

  • permalien gosselent :
    8 février 2012 @03h40   « »
    « Civis pacem, para bellum » ?

    Merci pour l’article, Gresh, ça donne une bonne liste de lecture.

    J’en retiens - "que sais-je ?" - que mes cours de philo ont été terriblement rudimentaires.... et mes cours d’histoire encore plus.

    La Civilisation, c’est la Cité contre les Barbares ... ou contre la Nature.
    Ça fleure bon le XVIIIe, la découverte de Pompéi : les Civilisations sont mortelles. Qui dit Cité et Barbares dit Empire.
    Et bientôt, ça sent la conquête et la poudre...

    Tout ce discours sur les civilisations - que je trouve passionnant - n’explique pas la polémique du ministre.
    J’y vois plutôt une référence, précise - quoique probablement en partie inconsciente - à un trou béant de l’Histoire de France.
    La Guerre d’Algérie. Préoccupation naturelle du ministre, puisque c’en est le cinquantenaire, et actualité politique de celui-ci puisque la France essaye de renégocier (à la baisse) un accord de libre-circulation franco-algérien qui date de 68.
    Le ministre n’est pas un lettré. Sa fourche a langué sur un sujet de préoccupation chronique.

    Décryptage.

    Algérie. Outre son peuple, son histoire. Romaine. Arabe. Berbère. Kabyle. Turque. Espagnole. Française.
    Chinoise, maintenant.
    J’en oublie, ça en fait de la civilisation, tout ça. "Presque" de quoi regarder la France de haut.
    Une guerre. Toujours pas soldée. À peine nommée.
    Et là, j’invente...
    J’invente parce que là dessus... je n’ai pas eu de cours d’Histoire, hé non. allez savoir pourquoi...

    À ma Droite. On minimise les erreurs. On sauve l’honneur de la France depuis 50 ans en bloquant des traités, en marchandant la vérité. Le moins possible la vérité. Secret Défense. On sert l’État. On serre les fesses. Aussaresses.

    À ma Gauche. Mitterrand, Audin, Alleg. On essaye de déconstruire ou de reconstruire. Plan/s Banlieue/s. SOS racisme. Touche pas à mon Pote.

    Schématique ? Sans doute. Pas mon problème. Désolé mais je n’ai pas eu de cours d’Histoire.
    Je me sens des fois un peu turc essayant de faire reconnaître le génocide...

    Dans la polémique du ministre, la Gauche est fidèle à elle-même. La Droite aussi.

    Dans cette polémique du ministre s’étale candidement un concept de "civilisation" créé de toute pièce pour faire passer la Guerre d’Algérie pour une victoire, et pire encore pour faire passer les 50 ans de ratage de l’immigration française comme une victoire. Contre les Barbares.
    La Droite ne se cherche même plus d’excuses, elle se cherche des médailles.

    Ne pensez pas trop que ce ministre réfléchit.
    C’est comme d’habitude : il réagit

  • permalien gosselent :
    8 février 2012 @03h50   « »
    « SS in Uruguay.... sous un chapeau de paille »

    Au passage, et même si on s’écarte du sujet, un grand merci à Lechtimy pour son scandale parlementaire.

    Merci d’avoir exposé de façon si démonstrative que vu des Antilles, le Nazisme c’est un peu comme l’Esclavage vu depuis le XXe siècle des Caucasiens de la Métropole.
    Traiter un ministre de Nazi en Métropole, c’est comme traiter Obama d’’Esclavagiste. C’est énorme.
    Mais traiter Guéant d’Esclavagiste ou traiter Obama de Nazi, c’est anecdotique.

    Magistrale démonstration. Ça devient beaucoup plus clair tout d’un coup.

  • permalien Yvan :
    8 février 2012 @06h28   « »
    « Une mission sacrée de civilisation »... et la neige sur Hollande

    Guéant taxé de nazisme : Hollande ne présentera pas d’excuses - L’EXPRESS

    "Moi ce que je réprouve, c’est ces polémiques inutiles. Moi je veux rassembler les Français", a-t-il dit, expliquant que Serge Letchimy avait été "sans doute blessé et humilié" par les déclarations de Claude Guéant sur la différence des valeurs des civilisations.
    "Il y a des sujets majeurs", a poursuivi François Hollande, citant l’emploi, la crise, le froid... "Et puis, là, il faudrait discuter des différences de civilisations", a-t-il ajouté.

    Hollande a peut-être qu’avant le nazisme, le ministre du Front Populaire Daladier avait organisé les camps de concentrations pour "recevoir" les républicains espagnols, pourtant Hollande devrait savoir que depuis que sa civilisation (et celle de Guéant) s’est "enrichie" de l’horreur de la Shoa, une page a été tournée sur ce genre de discours délirant.

  • permalien Yvan :
    8 février 2012 @06h44   « »
    Oups

    Hollande a peut-être oublié qu’avant le nazisme...

  • permalien patrice :
    8 février 2012 @16h39   « »

    @gosselent
    "« Civis pacem, para bellum » ?
    Merci pour l’article, Gresh, ça donne une bonne liste de lecture.

    J’en retiens - "que sais-je ?" - que mes cours de philo ont été terriblement rudimentaires.... et mes cours d’histoire encore plus."

    Sans parler des cours de latin. Si vis : Si tu veux. Les citoyens ne sont pas concernés. Mais bon....

0 | 100 | 200 | 300 | 400

Ajouter un commentaire