Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > A propos de la Syrie

A propos de la Syrie

jeudi 23 février 2012, par Alain Gresh

Dans une conversation téléphonique entre le président russe et le roi saoudien, ce dernier a affirmé à son interlocuteur que tout dialogue sur la Syrie était « maintenant futile » (agence de presse saoudienne, 22 février 2012). Qu’est-ce à dire ? Que la seule voie possible est celle de l’intervention militaire ? Qu’il faut armer l’opposition ? Il semble bien que c’est dans cette direction que s’oriente la réunion des amis de la Syrie qui se tient vendredi 24 février à Tunis.

Le soulèvement en Syrie, qui va bientôt entrer dans sa seconde année, pose des questions dramatiques auxquelles il n’existe pas de réponses simplistes — à moins de jouer la politique du pire. Il faut rappeler ce que le renversement de Saddam Hussein par les Etats-Unis a coûté, coûte et continuera de coûter aux Irakiens dans les prochaines décennies.

Les causes de la révolte

La révolte en Syrie est née des trois mêmes causes qui ont provoqué, du Maroc à l’Irak, des mouvements de contestation :
— le refus d’un régime autoritaire, de l’arbitraire total de l’Etat et de ses services de répression, de la banalisation de la torture ;
— l’ampleur de la corruption – l’ouverture économique (largement encouragée par l’Occident) ayant abouti à l’accaparement des richesses nationales par une mafia autour du chef de l’Etat –, la richesse ostentatoire d’une petite caste contrastant avec une pauvreté qui accompagne le désengagement de l’Etat (voulu aussi par les conseillers occidentaux) ;
— le poids de la jeunesse. La génération la plus nombreuse de l’histoire qui arrive à l’âge adulte dans les pays arabes et qui, bien que mieux éduquée, ne dispose pas des moyens d’une insertion sociale – du travail, mais pas seulement, également l’exercice des responsabilités – à la hauteur de ses aspirations.

Ces trois facteurs ont permis une victoire rapide des mouvements en Tunisie et en Egypte, plus difficile au Yémen. Il a fallu l’intervention des forces militaires de l’OTAN, qui ont largement brisé le cadre du mandat de la résolution 1973 du conseil de sécurité de l’ONU, pour venir à bout du colonel Mouammar Kadhafi. A Bahreïn, le mouvement a été contenu par une intervention des chars saoudiens, mais continue à s’exprimer avec force. Ailleurs, un mélange de concessions politiques (Maroc) et de largesses financières (Algérie, Arabie saoudite) a permis — mais pour combien de temps ? — de contenir la contestation.

Qu’en est-il de la Syrie ? Le président Bachar Al-Assad, qui disposait au départ d’un certain capital de popularité, a cru que la politique régionale menée par son pays (son opposition à Israël et aux politiques des Etats-Unis) le mettrait à l’abri. Il s’est totalement trompé et, au fil des mois, il a tenté de présenter la contestation pacifique comme militarisée, manipulée de l’étranger, dont le but serait de faire disparaître un régime qui s’oppose aux ambitions israéliennes et américaines. Par son refus de s’engager dans des réformes sérieuses et un dialogue avec l’opposition, par son usage indiscriminé de la violence contre des manifestations qui, pour l’essentiel, restaient pacifiques, par un usage généralisé de la torture, il a contribué à la montée de la violence, au passage d’une partie de l’opposition à la lutte armée ; il a, d’un même mouvement, favorisé les ingérences qu’il prétendait vouloir combattre (lire « Jours de tourmente en Syrie », Le Monde diplomatique, août 2011).

Par-là même, il a aidé les desseins de ceux qui ne visent pas à la réforme (ni évidemment à l’instauration d’un régime démocratique), mais préparent une offensive contre l’Iran et espèrent faire tomber avant son principal allié arabe.

Qui peut croire une seconde, en effet, que le régime saoudien cherche à instaurer la démocratie à Damas, lui qui ne reconnaît aucune assemblée élue ? Lui dont le ministère de l’intérieur vient de déclarer que les manifestations dans l’est du pays étaient « une nouvelle forme de terrorisme » ?

Qui peut penser que les libertés sont le motif des déclarations des Etats-Unis, eux qui n’hésitaient pas à envoyer des « terroristes » arrêtés par eux se faire interroger en Syrie (pratique connue sous le nom anglais de rendition), parce que ce pays utilisait la torture ?

Qui peut croire que la démocratie est le souci de Nicolas Sarkozy, lui qui recevait Bachar Al-Assad à Paris en juillet 2008 et lui rendait visite en septembre, soutenait les dictateurs tunisien et égyptien et ne disait mot du massacre de Gaza lors de l’invasion israélienne de décembre 2008 ? Une petite anecdote significative : en ce temps-là, les journalistes du Figaro avaient reçu pour instruction de leur direction de ne plus évoquer dans leurs articles les prisonniers politiques en Syrie.

Pour tous ces pays, et pour Israël (lire ci-dessous), l’objectif est de renverser un régime allié de l’Iran, dans le cadre de la préparation d’une offensive contre ce pays.

Il est évident désormais que nombre de forces, y compris au sein du Conseil national syrien (CNS), poussent à l’intervention militaire, appuyée sur une formidable campagne médiatique.

La bataille pour la Syrie est aussi une bataille de propagande. Le régime l’a perdue depuis longtemps, tant ses affirmations sont souvent grotesques, ses mensonges patents et ses pratiques barbares. Pour autant, les informations qui déferlent 24 heures sur 24 sur toutes les chaînes de radio et de télévision, et qui n’ont souvent qu’une seule source, l’opposition à l’extérieur du pays, sont-elles vraies ? Longtemps les médias ont rejeté les informations sur la mort d’officiers et de policiers, elles sont aujourd’hui avérées ; depuis un an, régulièrement, les médias annoncent que la contestation a atteint Damas. On ne peut que regretter la mort de deux journalistes à Homs et rappeler que le régime, en interdisant la plupart du temps aux journalistes de venir ou de se déplacer, contribue à ce qu’il prétend dénoncer.

On trouvera ici un rapport qui, certes, peut être contesté sur tel ou tel de ses points, mais offre une enquête sur le terrain qui aurait mérité un peu plus d’attention : « Syrie, une libanisation fabriquée », CIRET-AVT et CF2R, 11 février 2012.

Militarisation

A Homs, le comportement des troupes du régime est inacceptable ; elles visent à réduire, non la ville tout entière, mais les quartiers sunnites qui se sont rebellés. Car l’armée fait face à des combattants souvent dévoués et prêts à se battre jusqu’au bout, avec le soutien d’une partie de la population. Si cela explique la violence des combats, la situation ne justifie évidemment pas les exactions du régime. Il est toutefois intéressant de noter que les arguments utilisés contre le Hamas en décembre 2008-janvier 2009 (« ils prennent en otage la population en se cachant parmi elle ») ne sont pas repris dans le cas syrien ; espérons qu’ils seront aussi abandonnés lors de la prochaine attaque israélienne...

Une des dimensions les plus dangereuses de ce conflit tient aux risques de sa transformation en affrontements « confessionnels ». Il serait faux de dire que tout se réduit, en Syrie, à une appartenance religieuse ou communautaire : il existe des alaouites qui soutiennent l’opposition, et des sunnites qui préfèrent le régime aux insurgés. Mais le pouvoir, s’appuyant sur sa base alaouite, a incontestablement avivé les tensions. De son côté, l’opposition — ou certaines de ses composantes, notamment le CNS — n’est pas en reste et se montre incapable d’offrir des garanties sérieuses pour l’avenir. Personne ne semble remarquer comment les Kurdes, par exemple, qui furent parmi les premiers à manifester (notamment pour obtenir des documents d’identité) se tiennent désormais à l’écart, choqués par le refus du conseil national syrien de reconnaître leurs droits (Dogu Ergil, « Syrian Kurds », Zaman, 21 février). Pour sa part, le régime semble vouloir relancer les activités du PKK, un parti qu’il avait utilisé dans son affrontement avec la Turquie dans les années 1990 et qui reste très populaire parmi les Kurdes de Syrie.

Par ailleurs, le CNS est contesté par nombre d’opposants, qui l’accusent d’être dominé par les islamistes, avec quelques figures pro-occidentales pour parler aux médias. Ainsi, un nouveau groupe vient de se créer, le Mouvement national pour le changement (MNC), dirigé par le Dr Ommar Qurabi, ancien président de l’organisation syrienne pour la défense des droits humains (İpek Yezdani, « Syrian dissidents establish new bloc », Daily News, 21 février). Il reproche au CNS de refuser des militants alaouites ou turkmènes.

D’autres communautés, notamment les communautés chrétiennes mais aussi druze (lire Phil Sands, « Syria’s Druze community : A silent minority in no rush to take sides », The National, 22 février) hésitent, non par sympathie pour le régime, mais par crainte du chaos qui résulterait de sa chute sans négociations.

Car la militarisation du conflit est en marche, et porte avec elle les germes d’une guerre civile (peut-être la seule voie de sortie pour le régime). Un reportage du quotidien libanais Daily Star (23 février) sur l’Armée syrienne libre (ASL) confirme deux éléments que la presse occulte souvent : cette armée a des bases au Liban (et d’ailleurs aussi en Turquie) ; elle n’hésite pas aux représailles confessionnelles, en tuant des alaouites par vengeance (« FSA soldier in Lebanon discloses tactics »). De même, des combattants irakiens se sont joints aux insurgés syriens (lire Tim Arango et Duraid Adnan, « For Iraqis, Aid to Rebels in Syria Repays a Debt », The New York Times, 12 février 2012), y compris des membres d’Al-Qaida, ce qu’a confirmé le département d’Etat américain.

Nous sommes dans une impasse. L’opposition — ou plutôt les oppositions — est incapable de renverser le régime, et le régime est incapable de venir à bout de l’opposition. On peut même dire que l’avenir du régime est scellé et qu’il n’en a plus que pour quelques mois. La question est donc de savoir si le pays va s’enfoncer dans la guerre civile ou connaître une forme de transition politique qui nécessite, que l’on le veuille ou non, un dialogue.

C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre le veto des dirigeants russes et chinois à la résolution du conseil de sécurité des Nations unies du 4 février. Le texte avait été amendé pour tenir compte d’un certain nombre de leurs objections mais il continuait à demander le retrait des troupes gouvernementales des villes sans parler de l’opposition armée, et à faire référence au plan de la Ligue arabe, imposé par l’Arabie saoudite, qui impliquait la mise à l’écart de Bachar Al-Assad. Cette résolution pouvait-elle servir de couverture à une intervention militaire ? De toute évidence, c’est ce qu’ont craint Moscou et Pékin, échaudés par le précédent de la résolution 1973 sur la Libye. On peut comprendre leurs soupçons, tant les déclarations françaises et autres laissent entrevoir une action armée sous prétexte de protéger les populations.

La voie de la négociation

Alors, faut-il ne rien faire ? Non. Mais les possibilités ne se réduisent pas à la seule option militaire. D’une part, les pressions sur la Syrie, notamment dans le domaine économique, existent (elles peuvent être renforcées à condition de cibler les dirigeants, pas la population) et amènent déjà une partie de la bourgeoisie qui soutient le régime à s’interroger. D’autre part, les premières missions de la Ligue arabe, malgré les difficultés, avaient servi à limiter la violence ; c’est l’Arabie saoudite qui a obtenu leur retrait (il faut lire le rapport qu’elles ont publié ; il n’a rien à voir avec ce qu’on en a dit dans les médias, à tel point que ce texte a été longtemps caché) ; il faudrait, au contraire, obtenir que ces missions reprennent et s’étendent. Enfin, contrairement à ce qui s’écrit, ni les Russes ni les Chinois n’ont donné un feu vert à Assad, mais tentent de faire pression sur lui. Comme le rapporte un journal libanais bien informé, les autorités syriennes se sont abstenues, sous la pression des Russes, d’utiliser l’aviation et d’autres armes de guerre à sa disposition, dans leur actuelle répression – de ce point de vue, on n’est pas dans la situation de Hama en 1982 (Al-Akhbar, 22 février 2012).

La voie de la négociation est étroite et prendra du temps. En attendant, des gens meurent… Mais une intervention militaire ferait encore plus de victimes.

De plus, mentionnons un intéressant article de Efraim Halevy, ancien directeur du Mossad et ancien conseiller national à la sécurité, paru dans le International Herald Tribune du 7 février sous le titre « Iran’s Achilles’ Heel ». Il explique, en substance, que le renversement du régime de Damas permettrait d’éviter l’alternative désastreuse : bombarder l’Iran ou intensifier les sanctions, ce qui pourrait pousser le prix du baril au-delà du supportable. En privant Téhéran de son allié syrien, en revanche, on l’affaiblirait considérablement.

10 mars : Le pétrole et son avenir

Université populaire, samedi 10 mars 2012, Paris.

Inscription obligatoire

- Les enjeux énergétiques au Maghreb, au Proche et au Moyen-Orient : pétrole, gaz, nucléaire
Séance 1 : L’avenir du pétrole, et la place du Moyen-Orient, avec Nicolas Sarkis (Directeur du Centre arabe d’études pétrolières et de la revue Le Pétrole et le Gaz arabes, Paris.).
Séance 2 : Violence de la rente pétrolière, Algérie - Libye - Irak, avec Luis Martinez (Directeur de recherche Sciences Po - CERI)
Séance 3 : De nouvelles énergies au Moyen-Orient ?, par Jean-Pierre Séréni (Journaliste)

Twitter

J’ai un compte Twitter. Il permet de transmettre des informations et des liens que je ne peux signaler ici. Et aussi des débats auxquels je participe.

241 commentaires sur « A propos de la Syrie »

0 | 100 | 200

  • permalien al-ummiyyu :
    23 février 2012 @16h07   »

    Bonjour Monsieur,
    ce que vous écrivez ici, dans cet article, n’a pas grand chose en commun avec ce que vous disiez, par exemple, lors de votre intervention sur une chaine de radio (france inter, là-bas si j’y suis) et votre analyse de la situation, des situations se colorie souvent de couleurs entre les mains d’un daltonien. Il en résulte un tableau toujours chargé, trop chargé, de couleurs mais sans grand intérêt.
    Vous feriez mieux de tourner sept fois votre plume dans votre oreille ainsi vous entendrez mieux, peut-être, et nous épargnerez de perdre notre temps à lire vos articles sans saveur juste parce que vous les publiez dans le monde diplomatique qui depuis quelques temps a trop agrandi ses filtres et ne filtre plus rien.
    La Syrie tout comme le reste du monde arabe vous vous en moquez bien. Ce qui vous plaît, cela devient évident, à vous et à un grand nombre d’entre vous, spécialistes du monde arabe, c’est de vous trouvez borgnes au milieu d’aveugles.

  • permalien al-ummiyyu :
    23 février 2012 @16h13   « »

    Par contre je suis désolé pour mon orthographe que je ne peux corriger après coup. Cela dit je ne veux en aucun cas vous manquer de respect ni à vous ni à la langue.

  • permalien Sakhra :
    23 février 2012 @16h19   « »

    Un diplomate arabe a révélé, sous le sceau de l’anonymat à l’Associated Press, que "la conférence sur les amis de la Syrie est financée par l’Etat du Qatar, la Tunisie ne fait que faciliter les mesures organisationnelles".

    Quand on sait que la Ligue dite arabe est entre les mains des roitelets du Golfe ...., on peut d’ores et déjà savoir ce qui sortira de cette conférence "des amis de la Syrie"...

    La "démocratie du chaos" en Afghanistan, la "démocratie du chaos" en Irak, la "démocratie du chaos" en Libye ne leur suffisent pas ?

    http://www.lemonde.fr/proche-orient...

  • permalien jgn :
    23 février 2012 @16h31   « »

    Article intéressant au moins en ceci : cela nous change du matraquage heure par heure sur les dites exactions des troupes régulières contre de pauvres populations civiles désarmées, exactions que tolèrent et soutiennent les méchants Russes et Chinois. On se croirait revenus aux pires heures de la guerre des blocs.

    Rien n’a changé, en vérité, pour l’Occident, c’est-à-dire les voyous qui ne lorgnent que sur une chose, depuis qu’ils n’y ont plus directement accès, les richesses promises par une annexion militarisée de la Chine et de la Russie. Il leur faut, à tout prix, encercler ces deux superpuissances par l’annexion de leur périphérie, les priver de ressources et de soutiens.
    En attendant l’Iran, ce fut la Libye, dont a pu voir à Syrte ce qu’il en était de la "protection des populations" par la coalition occidentale.

  • permalien Lou :
    23 février 2012 @16h57   « »

    et en cemoment en Syrie Edith Bouvier demande qu’on la fasse sortir

    Vidéo :
    نداء إستغاثة من الصحفيين المحاصرين مع أهالي الحي

    Appel de détresse des journalistes

  • permalien Bicho :
    23 février 2012 @17h02   « »

    Si vous parlez encore de "révolte" et pas de "révolution", alors il vous faut bcp de lecture sur ce qui se passe en Syrie depuis le 15 mars 2011.
    Amicalement,

  • permalien Gédéon :
    23 février 2012 @17h17   « »

    Quelques liens pour comprendre les accointances d’une certaine extrême-droite française avec le régime syrien actuel :

    http://reflexes.samizdat.net/spip.p...

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Alois_...

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mousta...

    Cette extrême-droite est très active sur le Net et sans même la représenter beaucoup de commentateurs en ligne reprennent parfois mot à mot leur propagande ou phraséologie.

  • permalien Mourad :
    23 février 2012 @17h21   « »

    Noam Chomsky dit ’’ la propagande est à la démocratie ce que la violence est à la dictature’’. Les médias occidentaux et arabes ne disent que des demi-vérités !! Al-Jazeera n’est absolument rien d’autre que le haut parleur de l’émir de Qatar et manipule les masses à propos de la Syrie.

    En effet, une guerre qui a le soutien de l’opinion publique est une guerre gagnée d’avance, alors qu’une guerre qui n’a pas le soutien de l’opinion publique est une guerre qu’on ne pourra jamais mener. Et comment controle-t-on l’opinion publique ? Grace aux médias (La fabrication du consentement de Chomsky)

    Alors continuons à diaboliser Bachar el Assad comme on l’a fait avec Saddam Hussein et tant d’autres pour justifier les guerres a venir. car c’est bien de cela qu’il s’agit, d’une guerre comme celle d’Irak, simplement celle-ci est plus subtile. il n’y a pas de révolution en Syrie : c’est l’impérialisme américain et ses alliés qui profite de ce climat de révolution général pour faire tomber de l’intérieur ce régime syrien qui l’est fait telleeeeeement chier et ce depuis telleeeement longtemps.

    En mars de l’année passée déjà, Bachar el Assad expliquait lors de déclarations que des armes occidentales transitaient de Turquie et du Liban vers les salafistes contestataires en Syrie, et que cela était inacceptable au nom de l’intégrité territoriale et de la souveraineté. A ce moment la, tous les journalistes ont dit la même chose : ’’ Bachar el assad essaie d’effrayer les Syriens et ressort la vieille théorie du complot’’. Aujourd’hui, c’est un fait avéré que l’occident est à la manoeuvre depuis le début en Syrie, le Times l’a encore confirmé récemment.

    Alors, expliquez-moi, svp, de quoi parle-t-on ici ??? tout cela n’a évidemment rien à voir avec la démocratie !! Ce n’est que de la géopolitique, que des intérêts !! Même l’état le plus démocratique du monde réagirait exactement comme le régime syrien si il était confronté à pareille situation. Visiblement, le seul qui parveint encore a distinguer ces deux réalités distinctes (la lutte pour plus de démocratie et les ingérences à l’origine de toutes les violences) mais que tout le monde mélange, c’est Bachar el Assad lui -même :

    Il a reconnu dès le départ qu’il fallait du changement en Syrie et que des réformes étaient prévus, il a dit et répété que ce n’est pas les manifestants pacifiques qu’il traquait, (il en a libéré des milliers, après enquête, lorsqu’il s’avérait qu’ils étaient pacifiques) et que JAMAIS ordre n’a été donné de tirer sur les civils, sauf si ceux-ci étaient armés et menacait de tuer !

  • permalien Mourad :
    23 février 2012 @17h44   « »

    Ne confessionalisez pas le conflit en Syrie comme le font les médias depuis le début et surtout Al-Jazeera ! Dire que Bachar el assad est alaouite à la tête d’un pays a majorité sunnite n’a aucun intérêt (comme on disait Saddam est sunnite a la tete d’un pays a majorité chiitte), car ca n’explique en rien les évènements. Depuis le début il défend l’idée d’une nation syrienne forte au delà des clivages religieux que l’occident tente à tout prix de raviver pour déchainer les violences et accélérer la chute du régime.

    Comme la si bien dit le mufti sunnite de Syrie, le seul véritable crime du régime, c’est d’avoir soutenu la résistance arabe au Liban et en Palestine, et d’avoir refusé toute paix avec Israël tant que celui-ci ne revenait pas aux frontières de 67. Quel autre régime arabe peut se vanter d’une position aussi juste ? Aujourd’hui il en paye le prix !

  • permalien Sakhra :
    23 février 2012 @17h59   « »

    Le Qatar achète la démission du général al-Dabi

    Alors qu’est envisagé de former une nouvelle Mission d’observation, cette fois conjointe à la Ligue arabe et aux Nations Unies, le Qatar a multiplié les démarches auprès du général al-Dabi pour qu’il donne sa démission et laisse la place à une personnalité plus accommodante.

    Sheikh Hamad bin Jassim, Premier ministre et ministre Affaires étrangères du Qatar, lui a d’abord proposé une indemnité pour se retirer. Le général a refusé. L’émir lui a alors déclaré par téléphone que tout homme a un prix et qu’il lui appartenait de fixer le sien, puis il lui a envoyé un chèque sans montant en lui demandant d’écrire lui-même la somme. Nouveau refus du général.

    En définitive, le Qatar s’est adressé au président soudanais Omar al-Bashir. L’émirat wahhabite a accordé un don au Soudan –un des États les plus pauvres du monde– en échange du retrait du général al-Dabi. Après le versement de 2 milliards de dollars, le président soudanais a rappelé le général à Khartoum.

    http://www.voltairenet.org/Le-Qatar...

  • permalien Shanaa :
    23 février 2012 @18h10   « »

    Le probléme des dirigeants arabes c’est qu’ils visent le pouvoir pour le pouvoir, se mettent et s’en remettent aux puissances coloniales pour dicter leur conduite et, enfin, s’assoient sur le chaudron sans rien résoudre !
    Une fois que les choses arrivent à l’impasse, de nouveau les puissances coloniales se posent en tuteurs en diabolisant, au passage, ceux qu’elles ont contribué à placer sur le trône ! Ainsi, les USA, disaient de feu Saddam : "C’est un fils de pute mais c’est notre fils de pute" ! Notez, au passage, la mysoginie implicite !
    Tout le monde ignore le but des révoltes arabes et qui est derriére, mais il y aura surement beaucoup de dégats et trés, trés peu de fruits ! Ainsi, Sadam n’est plus mais le chaos, la pauvreté, la dictature régnent en maitre, alors que l’Irak était prospére avant l’invasion USA. Idem pour la Libye : une dictaure religieuse s’est installée sans élection. La pauvreté, le chaos, la torture font leur apparition dans une Libye jadis en bonne santé économique !
    En Egypte, la délinquance, inconnue jusqu’àlors, est en augmentation. Le pays ne sait pas ou il va !
    La réalité, c’est que la décolonisation n’a jamais eu lieu. Le facteur aggravant est l’acculturation des jeunes via la mondialisation et les moyens de communication mal maitrisés qui contribuent au formatage des jeunes en leur faisant détruire leur pays sans qu’ils aient de revendications claires !

  • permalien patrice :
    23 février 2012 @18h25   « »

    @Mourhad
    "Alors continuons à diaboliser Bachar el Assad comme on l’a fait avec Saddam Hussein et tant d’autres pour justifier les guerres a venir. car c’est bien de cela qu’il s’agit,"
    Bachar el Assad n’a pas besoin de la presse occidentale pour se diaboliser. C’est un dictateur corrompu. En Syrie, les partis politiques sont interdits, la censure est omniprésente, et les inégalités sont colossales. Le fait que Bachar soit l’ami de l’Iran, et l’ennemi d’Israël n’y change rien. La répression menée actuellement par l’armée est extrêmement violente, à preuve le fait que le régime interdit l’accès aux journalistes. Qu’il ne vienne donc pas se plaindre si certains récits sont faux.
    Ceci étant posé, l’article ci dessus me confirme ce que je savais déjà. Le tableau d’ensemble ressemble beaucoup à celui de la Libye avant l’intervention occidentale : Superposition d’un conflit social avec des conflits ethniques et religieux, omniprésence des extrémistes intégristes, et règlements de comptes à prévoir après la chute de Bachar. Je ne vois donc pas l’intérêt d’une intervention "humanitaire", qui ne ferait qu’envenimer les choses et accélérer l’arrivée au pouvoir des islamistes radicaux salafistes, au grand dam des deux autres ethnies. Mieux vaudrait tenter d’encourager une négociation, et éviter 50 000 morts de plus. De toutes façons, les syriens vont tomber de Charybde en Scylla. Quant à Bachar el Assad, je ne pense pas qu’il ait besoin de conseils, mais, à sa place, je me retirerais en Iran fortune faite. Mais, à tout hasard, je ne m’installerais pas à côté d’une usine d’enrichissement nucléaire. Elles sont indestructibles, contrairement aux maisons qui les entourent. Juste pour mémoire, je suis également opposé à un conflit avec l’Iran, même si je vomis le régime qui y sévit. Chacun ses problèmes.

  • permalien patrice :
    23 février 2012 @18h33   « »

    @ Shanaa
    100% d’accord avec votre analyse. A noter quand même le fait que Bachar al Assad n’a pas fait grand chose pour son pays, contrairement à Kadhafi, despote plus ou moins éclairé, qui avait su enrichir ses administrés. Bachar, lui, s’est contenté d’hériter du pouvoir. Il n’a résolu aucun problème et a dépensé beaucoup d’argent en soutien au Hezbollah, ce qui doit faire une belle jambe au syrien de base qui n’a rien à manger, cause principale de la révolte.

  • permalien le journal de personne :
    23 février 2012 @18h35   « »

    Le Roi lion

    Papa, maman, au secours, je vais me noyer... crie l’enfant en se débattant dans les eaux troubles de l’océan.
    Le père se jette à l’eau... mais c’était une blague... l’enfant faisait semblant

    Papa, maman, au secours, je vais me noyer... crie l’enfant entraîné par les courants d’une mer déchaînée...
    La mère se jette à l’eau... mais c’était encore un canular... pour rouler ses parents dans la farine.

    Papa, maman, au secours, je vais me noyer... "ENCORE !" s’écrient les parents...
    Et aucun des deux ne se précipite pour le secourir.
    Il se noie... parce que plus personne n’y a cru. Plus personne n’y croit. Plus Personne n’y croira.

    Ainsi s’écriait l’infantile Amérique en s’adressant au reste du monde :
    Au secours ! au secours ! Donnez-moi la main pour que je prenne mon pied !
    A vos dépens... abrutis de parents.
    Avec elle ; le tragique vire toujours au comique.
    Elle nous a déjà fait le coup avec Saddam et ses armes de destruction massive et fait faire un voyage pour rien.

    Elle nous a refait le coup avec Kadhafi et sa paranoïa, en instrumentalisant la France au passage, et fait faire un voyage pour pas grand chose.

    Et aujourd’hui elle veut voler au secours de la Syrie et mettre un terme à la souffrance d’un peuple qui se meurt chaque jour.
    Seulement voilà... la Russie ne la croit pas. Pire, la Russie a toutes les raisons de ne pas la croire.
    L’Amérique a menti une fois, puis deux... donc elle mentira toujours...
    Laissez mourir la SYRIE... elle n’en mourra pas... se dit le Roi lion en regardant le reste du monde.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/02/le-roi-lion/

  • permalien Deïr Yassin :
    23 février 2012 @18h53   « »

    @ patrice

    " ... me confirme ce que je savais déjà. Le tableau d’ensemble ressemble beaucoup à celui de la Libye avant l’intervention occidentale."

    Je m’imagine que vos connaissances au sujet de la Libye et de la Syrie sont du même niveau que les miennes concernant, disons, le Rwanda et le Burundi : c’est-à-dire très superficielles. C’est pour cela que je ne me prononcerais jamais sur ces deux pays....

    "... et accélérer l’arrivée au pouvoir des islamistes radicaux salafistes, au grand dam des deux autres ethnies"

    J’ai dû rater un truc-là. Depuis quand ’islamistes radicaux salafistes’ est devenue une ethnie ? Et quelles deux autres ?

  • permalien Shanaa :
    23 février 2012 @19h08   « »

    Non seulement, les décideurs ont la mémoire courte, mais en plus ils ont l’humeur sélective !
    Le pére Assad était un grand ami de l’occiden jusqu’à la fin de son régne, et l’intronisation de son rejeton actuel, malgré ce qui s’était passé à Hama en 1982. Personne ne s’était intéréssé à cet épisode qui n’avait aucune importance dans l’agenda politique des puissances coloniales, sachant qu’un état ne connait que ses intérêts !
    En outre, les Assad ont privilégié et se sont appuyé sur telle ou telle communauté, au lieu de les intégrer toutes autour d’un projet. Leurs ennemis ont profité de ce talon d’Achile et réactivé le divisionnisme latent !

    "Le 2 février 1982, la population de Hama, à majorité sunnite, menée par 150 officiers s’insurge contre le pouvoir en place, suite à l’arrestation d’imams fondamentalistes. Les forces armées syriennes répliquent en assiégeant et bombardant 27 jours durant la ville et pratiquent la politique de la terre brûlée, un tiers de la ville — comptant de nombreux joyaux architecturaux — est alors détruit. Ces événements n’ont pas été, ou peu, relayés dans la presse occidentale et n’ont pas soulevé l’indignation à l’étranger car ils ont été occultés par la fermeture du pays et par la guerre du Liban." (wiki.)

    Certains avancent le chiffre de 35 000 morts !

  • permalien Shanaa :
    23 février 2012 @21h10   « »

    al-ummiyyu, bien au contraire, cet article est tout à fait juste ! Il a le mérite de faire le tour de la question en disant l’essentiel, clairement, sur une situation complexe, et que les traitements médiatiques rendent encore plus sybillique. Ce qui n’est pas le cas ici !
    Personne ne contestera que la Syrie a un systéme répressif ou la liberté de parole est limitée. Personne ne contestera que la mondialisation a creusé les inégalités et engraissé une caste qui affiche avec ostentation ses signes extérieurs de richesse, arrosé de mépris pour le petit peuple qui lutte pour le pain quotidien !

  • permalien orphe.vincere.tiferhy@orange.fr :
    23 février 2012 @22h43   « »

    Un point de vue très intéressant.
    Les différents protagonistes sont en partie bien disséqués.
    Les enjeux sont mis à nu.
    Tous les ingrédients de la guerre civile sont là monsieur Gress.
    L’affrontement entre les pays dits émergents et l’Occident par une guerre civile interposée ne fait plus de doute. Sur la Libye l’Occident avait marqué de point, mais dans le cas de la Syrie, ils ne vont pas se laisser surprendre comme des amateurs ou des gamins avec des littératures qui avaient fait ses preuves.
    A qui le tour ???
    Je pense que si les peuples des grands pays démocratiques comme l’Arabie Sauodite, le Qatart et toutes les grandes démocraties monarchiques du Golfe....se mettaient à revendiquer des libertés ou..., l’Occident va être scandaliser sur les repressions comme il fait pour le peuple de Syrie ou de la Libye.
    Merci
    A bientôt

  • permalien Kely Malaza :
    23 février 2012 @22h50   « »

    Une erreur sur mon commentaire.
    Je n’ai pas mis mon pseudonyme.

  • permalien K. :
    23 février 2012 @23h33   « »

    Le journaliste US Jake Tapper, au secrétaire de la Maison Blanche qui vient de louer le "journalisme énergique" à la façon des journalistes tués en Syrie :

    Comment cela s’harmonise-t-il avec le fait que cette administration essaye si agressivement de mettre fin au journalisme énergique aux Etats-Unis en utilisant l’"Espionage Act" pour trainer les divulgateurs devant une cour de justice ? [6 journalistes sous la présente administration versus 3 pour toutes les administrations antérieures réunies]

  • permalien Nathan :
    23 février 2012 @23h50   « »

    Une journée ordinaire dans la Syrie du boucher Assad : 60 morts.

    http://www.lemonde.fr/proche-orient...

  • permalien al-ummiyyu :
    24 février 2012 @00h12   « »

    Bonsoir,
    Madame ou Monsieur Shanaa avant tout je tiens à préciser que par la force des choses je soutiens le régime syrien et le soutiendrai jusqu’à ce que la paix revienne ! c’est dire si je m’engage sur un long chemin.
    Donc je pense que vous avez mal interprété mes propos ou moi-même les avoir mal exprimés.
    Ce que je regrette c’est le temps que peut mettre un ami du monde arabe, les amis du monde arabe à voir ce qui se joue, ce qui se passe ; et à parler, et à écrire. Ils contribuent à noyer le poisson d’abord ( sans s’en rendre compte, semble-t-il) puis ouvre un œil ensuite pour voir le poisson flotter au dessus de se flot de textes et de témoignages des journalistes des temps modernes. certains d’entre eux risquent la vie.
    La mort de ces deux journalistes, hier, et selon le président de la république "est la preuve que Bachchâr al-Asad (même plus président) devait démissionner".
    je ne voulais pas rentrer dans ce genre de discussion et en serais incapable, alors je m’arrête là.
    Il n’y avait rien de personnel dans ce que j’écrivais.
    Merci

  • permalien X :
    24 février 2012 @01h47   « »

    Shanaa et Mourad :

    Sadam n’est plus mais le chaos, la pauvreté, la dictature régnent en maitre, alors que l’Irak était prospére avant l’invasion USA. Idem pour la Libye : une dictaure religieuse s’est installée sans élection. La pauvreté, le chaos, la torture font leur apparition dans une Libye jadis en bonne santé économique !
    En Egypte, la délinquance, inconnue jusqu’àlors, est en augmentation. Le pays ne sait pas ou il va !

    Ah oui Shanaa sous Saddam et Kaddafi c’était le paradis. Vous êtes gravement atteinte. Les fils de Saddam pouvait sauter n’imnporte quelle du pays ou tirer une balle sur n’aimporte sans que personne n’ose ouvrir sa gueule. ce n’est qu’un exemple. Les Lybiens ne savent ce qu’est un partis politique, les irakiens et les syriens connaissent un seul partis le Baas et rien d’autres.

    Pendant plusieurs semaines les syriens ont demandé des changements et on leur a répondu par les armes, la mort et la mutilation. Quand le dictateur a réalisé que cette fois c’était différent il a proposé des changements. C’était trop tard. Trop de mal a été fait et trop de syriens étaient arrivés au point de non retour pour que ça s’arrête comme ça.

    Comme la si bien dit le mufti sunnite de Syrie, le seul véritable crime du régime, c’est d’avoir soutenu la résistance arabe au Liban et en Palestine, et d’avoir refusé toute paix avec Israël tant que celui-ci ne revenait pas aux frontières de 67. Quel autre régime arabe peut se vanter d’une position aussi juste ? Aujourd’hui il en paye le prix !

    C’est de pure la foutaise !

    Son crime c’est son régime lui même, les gorilles de ses services de sécurité qui prennent les syriens pour des moins que de la merde.

    Son crime c’est l’absence du droit, de liberté et de justice.

    Les syriens, ou une grande partie des syriens, veulent respirer comme tout le monde, veulent un peu de liberté. Le soutien du régime à la résistance au Liban et en Palestine ne devaient pas être utilisé comme prétextes priver les syrien de leurs dignité. Quand un syrien rentre dans un poste de police il n’a plus aucune dignité. Pour un syrien sa dignité ne doit remplacer aucune cause aussi juste soit elle. Surtout que dans ce cas ce n’est qu’un prétexte, la preuve c’est que aujourd’hui il propose des réforme en ’’propfandeur’’ sans pour autant renoncer à continuer soutenir la résistance. Trop tard il doit et va foutre le camps. La syrie connaitra des problèmes mais le seul responsable c’est ce régime qui a laissé pourrir la situation et que ne veut pas prendre conscience qu’il est fini. Il est de la même culture que Saddam et Kaddafi contrairement à Moubrak et Ben Ali.

  • permalien patrice :
    24 février 2012 @02h40   « »

    @Deir Yassin.
    Trois religions dominantes : Sunnites 78%. Alaouites (branche dissidente du chiisme : 10%. Chrétiens (catholiques+orthodoxes) 10%. Divers : 2%. Notons également la présence de kurdes, pour lesquels le terme ethnie est justifié.
    Autant que j’aie compris, mais je reconnais bien volontiers ne connaitre la Syrie que par ce que j’ai pu lire au sujet de ce pays ces derniers temps, une éventuelle victoire des sunnites, parmi lesquels se trouvent des salafistes, se traduirait par le massacre des alaouites et des chrétiens. Quant aux kurdes, les forces révolutionnaires les ont virés sans ménagement.
    Mais si vous avez des éléments qui infirment cette description des choses, je suis preneur.
    A part ça, ce conflit me rappelle, comme déjà indiqué, le conflit libyen, avec toutefois quelques différences, dans la mesure où l’on cherche en vain les qualités éventuelles de Bachar el Assad. Autre différence : L’occident n’interviendra pas, ou ne le fera que sous forme de pressions sur la ligue arabe, ou via des livraisons d’armes limitées. Je doute que les russes et les chinois tolèrent une action décisive. Accessoirement, Obama ne souhaite pas se lancer dans un nouveau conflit, que ce soit en Syrie, ou en Iran. C’est aussi bien comme ça.
    Quant aux gens qui, sur ce forum, hurlent au complot américain, peut être ignorent ils ce qu’est une dictature qui assassine et qui torture. Comment peut on "soutenir" Bachar al Assad ?
    Je suis le premier à admettre le fait que les préoccupations humanitaires des occidentaux sont très sélectives, et que l’on donne plus d’écho aux massacres syriens qu’à ceux commis par l’Arabie Saoudite, à admettre aussi le fait que ce qui préoccupe les américains est surtout la sécurité d’Israël...Mais de là à nier la violence de la répression syrienne, il y a un pas qui ne doit pas être franchi.
    Dans le même temps, je suis hostile à une intervention extérieure dans ce conflit. Le résultat serait le même qu’en Libye, pour les mêmes raisons.
    La Syrie n’a tout simplement plus d’avenir. Ce pays est en train de s’autodétruire. Les américains n’auront pas à intervenir. Les syriens se bombardent eux mêmes. Planète de dingues.

  • permalien patrice :
    24 février 2012 @03h02   « »

    @X
    Je vous trouve un peu dur avec Kadhafi. Contrairement à Bachar al Assad, il avait fait de son pays un pays prospère, doté de structures de base : Hôpitaux, écoles, postes, routes, etc. Le niveau de vie des habitants avait par ailleurs beaucoup progressé durant le règne de ce despote éclairé, et moins fou qu’on ne le pensait généralement. A noter également le fait qu’il dirigeait un pays quasi ingérable, du fait des guerres entre tribus. Ceci étant posé, il est vrai qu’il s’en est mis plein les poches, et que son règne a été marqué par une répression aussi permanente que féroce. Mais Shanaa a raison de souligner le fait que l’intervention occidentale a aggravé la situation du pays.
    Elle a également raison, du moins, à mon avis, en soulignant le fait que Saddam fut un pantin entre les mains des américains, du début à la fin de son règne. Le pays était bel et bien prospère avant la série de conflits orchestrés par les USA.(lesquels l’auraient poussé à envahir le Koweit !).
    Mais il est vrai que tous ces dictateurs mégalomanes sont bien peu sympathiques. Je devrais dire : étaient, puisque, quand on ne plait pas aux américains, mieux vaut être irréprochable.

  • permalien X :
    24 février 2012 @04h17   « »

    Kibboutzique Nathan :

    Une journée ordinaire dans la Syrie du boucher Assad : 60 morts.

    Vous avez tout à fait raison, ce salaud de boucher doit partir,ça fait dix mois que ça dure c’est trop long.

    Mais ça fait 60 ans que les palestiniens vivent des atrocités des bouchers sionistes. Ne trouvez vous pas que ça a trop duré aussi. Ou ça c’est supportable pour votre conscience.

    À propos, pourriez vous nous expliquez pour quelle raison les sioniste volent l’eau des palestiniens aux palestiniens et la revendent aux palestineins, qui sont obliger de l’acheter pour ne pas crever.

    La première explication qui viendrait à l’esprit d’une personne normale c’est que c’est pour dépoullier les palestiniens du peu de sous qu’ils ont. Mais voilà que Noval dit que non : puisuque les sioniste sont juifs on ne doit pas dire qu’il volent pour les sous ça peut se dire mais pas d’un juif ! C’est, parait il antisémite de le dire. Alors pourriez vous nous expliquer la raison. Est ce que c’est une sorte de distraction culturelle sioniste ? est ce que ça fait partie des activités sociales sionistes qui se pratiquent souvent d’ailleurs en famille, une sorte de pique niques sioniste. Un peu comme vos activités dans les Kibboutz à votre jeunesse aussi c’est marrant quoi !Ou ce que ce sont des tradition ancestrales...Merci de nous éclairer, personnellement j’y perd mon latin. Vous serez bien gentil et tant que vous y êtes le vol des terres aussi ce n’est pas pour les sous que ça vaut (c’est normal d’après noval) alors c’est quoi ces razzia pour vous. Merci bien.

    Je sais que Noval refuse d’échanger avec vous mais dans ce cas, en étant hypocrites et en refusant d’appler les choses par leurs nom, vous allez vous trouver du même coté que lui contre les palestiniens.

  • permalien X :
    24 février 2012 @04h34   « »

    patrice :

    Contrairement à Bachar al Assad, il avait fait de son pays un pays prospère, doté de structures de base : Hôpitaux, écoles, postes, routes, etc. Le niveau de vie des habitants avait par ailleurs beaucoup progressé durant le règne de ce despote éclairé, et moins fou qu’on ne le pensait généralement. A noter également le fait qu’il dirigeait un pays quasi ingérable, du fait des guerres entre tribus.

    Khadhafi était inondé par l’argent du pétrole, il avait moins que la moitié du libyens et n’a pas de sionsites à coté comme les Assad qui exigeait d’importantyes dépenses militaires.

    Ceci dit j’ai parlé plus de dignité que de sous ! les deux régimes, comme celui de Saddam et la majorité des autres régimes arabes n’ont aucune considération pour le commun des mortels de leurs citoyens.

    Contrairement à vous je pense que les révolution des peuples arabes vont atteindre leurs objectifs de rendre la dignité aux peuples. Dans ce contexte je considère que la révolution egyptien est sur la bonne voie quoi que l’on dise. Pour le reste c’est une question de temps.

  • permalien Sakhra :
    24 février 2012 @09h52   « »

    Ceci dit j’ai parlé plus de dignité que de sous ! les deux régimes, comme celui de Saddam et la majorité des autres régimes arabes n’ont aucune considération pour le commun des mortels de leurs citoyens.

    C’est vrai que les BHL, les Clinton, les Sarkozy, l’Otan, eux ont une considération énorme pour les peuples arabes : en les bombardant, en les disloquant en ethnies, en pillant leur patrimoine culturel, et leurs richesses, ...Les" sous" ne les intéressent pas , seule la dignité des peuples leur tient à coeur .C’est beau la démocratisation via l’Empire !

    Au fait, nous parle-t-on de la Libye aujourd’hui ? C’est un paradis aujourd’hui,depuis que l’Otan est passée pour "rendre la dignité " au peuple ?
    Le paradis, c’est la guerre civile, qui fait des morts tous les jours ?? Ce sont les armes, qui se baladent dans toute la région du Sahel, et qui commencent à alimenter la guerre au Mali ?
    Le président malien accuse l’Otanhttp://www.algerieinfos-saoudi.com/...

    Non, silence, il y a mieux à faire, il faut "démocratiser la Syrie", comme l’Irak,.... détruit, comme la Libye,.... détruite....Après la Syrie, quel sera le prochain ?
    L’Arabie séoudite ? ...Mais non, c’est déjà une grande démocratie, qui respecte la dignité de ses hommes et de ses femmes !
    Le Bahrein ? ...Mais, non, il y a une grande base américaine, donc la démocratie y est déjà !
    Le Qatar ? Non, là aussi la plus grande base militaire US, la preuve que la "démocratie" y est déjà...En plus, un ami d’Israel, la seule "démocrabie" de la région, c’est une autre preuve...Et, des"sous", il en a , il peut se payer..tout ce qui est à vendre.....COMMENT LE QATAR SE PAYE UNE PARTIE DE LA CLASSE POLITIQUE FRANCAISE",http://www.socialgerie.net/spip.php... .

    Et les bons "Samaritains", comme la Clinton, n’ont pas peur de déclarer :"La pression va monter sur des pays comme la Russie et la Chine parce que l’opinion publique mondiale ne va pas rester sans réaction. L’opinion arabe ne va pas se contenter de regarder deux pays soutenir, l’un pour des raisons commerciales, l’autre pour des raisons commerciales et idéologiques, un régime qui défie toutes les règles internationales"http://fr.news.yahoo.com/hillary-cl...

    Et les armes, qu’"elle" fournit à l’opposition,(pas n’importe laquelle, uniquement celle qui s’est engagée à faire la paix avec les sionistes, à neutraliser le Hezbollah, à rompre avec l’Iran ...celle qui leur permettra de "casser " l’Iran.)..ce n’est pas pour des raisons commerciales et idéologiques, mais par "charité chrétienne", pour l’amour de l’humanité, par amour pour le peuple syrien....Alléluia !!,

    Il faut la croire...sur parole...."elle", qui respecte toutes les règles internationales, comme le savent si bien les Palestiniens...

    ..

  • permalien Deïr Yassin :
    24 février 2012 @10h43   « »

    @ patrice

    C’est bien ce que j’ai cru comprendre : vous mélangez allégrement affiliations religieuses et ethnicité.
    Vos trois "ethnies" que vous spécifiez dans votre commentaire sont donc : les sunnites, les alaouites et les chrétiens. C’est du grand n’importe quoi !
    A part d’être totalement faux - sauf pour les alaouites que certains considèrent une ethnie tout comme les Druzes à cause de leur endogamie (entre autre), mais c’est un autre débat - sunnites et chrétiens sont des dénominations purement religieuses.
    Vous ne faites que reprendre la sainte trinité des analyses sur l’Irak : sunnites, chiites et Kurdes. Exactement le même mélange d’affiliation religieuse et appartenance ethnique.

    "A part cela, ce conflit me rappelle, comme déjà indiqué, le conflit libyen...."

    Et comme déjà indique, je crois que quand on connais mal un sujet, il vaut mieux rester humble dans ses propos au lieu d’étaler ses méconnaissances au grand publique. Vos propos sont bien chutzpahesques.

    ***
    Ceci dit, je souhaite la chute de ce régime, tout comme j’avais souhaité celui de Khadafi, et de lire des propos comme ceux de Mourad me font marrer. Je me dis qu’il faut être payé pour écrire tant de conneries. Je lui rappelle que pas une seule balle a été tirée depuis la Syrie sur Israël depuis 1973, mais que ce régime a préféré financer des groupes de résistance, tout en les opposant les uns aux autres quand cela arrange le régime. Les fractions palestiniennes en Syrie pourront en parler mais ils n’osent pas. Sans oublier que le Hamas a été mis au froid parce qu’ils ont refusé d’organiser des manifestations ’spontanées’ de soutien au régime dans les camps palestiniens. On se rappelle aussi les accusations du printemps dernier après la bataille de Lattaquié : selon le régime, c’était la faute aux Palestiniens.

    Comment peut on prétendre qu’un régime qui s’en fout totalement de son propre peuple s’intéresse au bien-être des Palestiniens ? Et cela ne vaut pas que pour le régime syrien !

  • permalien terre et liberté :
    24 février 2012 @11h37   « »

    Je suis d’accord avec l’essentiel de cet article mais la référence au rapport "Syrie, la libanisation forcée" me laisse pantois. En effet, l’un des auteurs de ce rapport est Richard Labévière. Richard Labévière que beaucoup (dont moi) avaient défendu lorsqu’il a été viré de RFI pour ses positions favorables aux peuples arabes. Le problème, c’est que Labévière a apporté son soutien au régime de Bachar Al Assad lors d’une interview à la télévision syrienne (avril 2011). Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’indépendance du rapport est sujet à caution (d’autant que RL ne s’est pas vanté du soutien qu’il a apporté à ce régime)...

  • permalien Venturii :
    24 février 2012 @13h24   « »
    Âpres propos sur la Syrie...

    Le régime Syrien a été toléré beaucoup plus longtemps que prévu parce qu’il agissait chez lui avec peu d’effet sur ses voisins, ou alors il agissait dans le jeu politique de ses voisins, en respectant les règles éventuellement violentes comme lorsqu’il a fait assassiner Hariri, mais aussi en accueillant des réfugiés - irakiens et palestiniens notamment.

    Mais la Syrie n’est pas comme la Libye isolée dans les sables, ou comme la Corée du Nord isolée entre trois grandes puissances.
    Le fait que depuis deux ans, des syriens fuient leurs pays - mais aussi des palestiniens réfugiés en Syrie - vers des pays comme la Jordanie qui sont déjà saturés de réfugiés - palestiniens, puis irakiens - c’est l’étincelle qui va mettre le feux aux poudres dans la région. Ces nouveaux réfugiés communiquent et rassemblent les communautés syriennes plus anciennes, un peu partout dans le monde.

    - Sachant qu’’il suffit de quelques parents de victimes pour porter plainte contre le régime syrien à l’ONU pour grimes de guerre et crime contre l"humanité - avec des armes russes
    - sachant que la Russie et la Chine savent qu’elles jouent enfin leur carte majeure au croisement de la Méditerranée et du Moyen-Orient,
    - sachant que Assad n’a d’autre porte de sortie que la Russie qui a besoin de lui en Syrie
    on peut effectivement conclure que toute tentative pour calmer le jeu en Syrie est complètement futile.

    La Russie et la Chine savent que le jour où Assad tombera, les procès commenceront à l’ONU.
    Les USA savent que s’ils sont impliqués dans des trafics d’armes avec l’opposition syrienne, la Grande-Bretagne et la France mettront leur véto à toute condamnation visant les USA.

    Devant le champs de bataille syrien, l’ONU est divisée non pas sur les méthodes mais sur les intérêts fondamentaux des membres du Conseil de Sécurité.
    "There Is No Solution in Syria."
    Résoudre la question syrienne nécessiterait de changer l’ONU.
    Même la mort de Assad mystérieusement dans son sommeil ne résoudrait pas le conflit car le pays est profondément divisé.

    Comme de toutes façons il y aura des procès, l’’important est que les journalistes continuent d’"opérer" en Syrie.

  • permalien Olivier Montulet :
    24 février 2012 @13h31   « »

    Toute ingérence est insupportable quel qu’en soit le prétexte en particulier quand elle est impérialiste et qu’elle se justifie par "les bons sentiments". Or les révoltes localisées à quelques quartiers de quelques localités en Syrie sont instrumentée par la presse occidentale qui ne se rend sur place que depuis peu et qui s’offusque d’autant que leurs trompes la morts s’exposent et se font bêtement tués alors que depuis des mois des journalistes indépendants s’y rendent sans que l’on ne s’inquiète pour eux et surtout en méprisant leurs rapports qui relativisent largement le conflit et qui sont en contradiction avec la propagande ayant court en Europe. La presse occidentale méconnait aussi que l’armée dite de la Syrie Libre est armée de missiles américains et israéliens que des soldats Qataris et Saoudites sont, comme en Libye, envoyés pour déstabiliser le pays. Mais l’image romantique adulée par la presse occidentale est trop alléchante que pour dire le réel. Mieux vaut valoriser une soi-disante soif de démocratie occidentale qui flatte l’égo occidental. Cette autosatisfaction est tellement confortable pour ne pas se questionner sur nos propres défaillances. Les organes de presse occidentaux ont une responsabilité écrasante dans les développements guerriers et meurtriers à travers le monde.

  • permalien bhv :
    24 février 2012 @13h38   « »

    d´accord pour les trois raisons pour la revolte. mais ce qui est aussi important à mentionner : pourquoi l´arabie saoudite (qui elle même supprime, torture, assassine)regrette -elle les mefaits et les cruautés du régime syrien ?pour soutenir tous les e´léments islamistes , voire fondamentaliste. pour supprimer tout ce qui garantie une certaine liberté réligieuse . (c´est un des rares côtés positifs dú régime syrien)

  • permalien Djazaïri :
    24 février 2012 @13h41   « »

    Salam,
    - merci pour cet article, nous l’attendions depuis longtemps,
    - ce qui se passe en Syrie est une intervention du Qatar,
    - Israël et d’autres ne souhaitent que l’atomisation des Etats arabes en bantoustans inoffensifs,
    ps : je suis outré du manque de professionnalisme de Bernard GUETTA et Ivcan LEVAI sur France-Inter : procès à charge, discours orienté. Et tout cela avec nos sous...

  • permalien X :
    24 février 2012 @13h42   « »

    Bonjour Skhra,

    On n’est pas des sauvages.

    Comme à votre habitude vous confonder bienn des choses. vous faites partie des conspirationistes qui veulent que tout ce que l’accident a touché était réflichi et préparé à l’avance dans tous ses détails...

    Au fait, nous parle-t-on de la Libye aujourd’hui ? C’est un paradis aujourd’hui,depuis que l’Otan est passée pour "rendre la dignité " au peuple ?
    Le paradis, c’est la guerre civile, qui fait des morts tous les jours ?? Ce sont les armes, qui se baladent dans toute la région du Sahel, et qui commencent à alimenter la guerre au Mali ?

    Une révolution n’est pas une transformation instatannée vers le bonheur. Soyez patiente, vous Shanaa, sarah, Tariq, Taoufiq tunisienne, ....Shanaa a déjà trouvé scandaleux que le conseil trasitoire qui s’est donné comme mission principale de préparer des
    élections en libye ne soit pas lui même élu ! On nage dans la paranoya.

    Je pense que le soulèvement populaire en Libye n’a pas été téléguidé, et si l’otan a intervenu c’est parceque votre malade Kadhafi n’a pas voulu comprendre qu’il était fini. Je pense que la dignité ne se donne pas mais se prend. Les pays de l’otan ont tourné une situation à leur avantage, et c’est normal. Les lybiens qu’on prenaient pour des demeurés, en laissant un malade les diriger sont vu autrement aujourd’hui. Ils ont plus de dignité, ils n’ont plus peur. Leur destin est entre leur mains. Je vous conseille de garder patience...

  • permalien dan :
    24 février 2012 @14h03   « »

    Il est évident que Bashar al Assad n’utilse pas l’aviation militaire à fin d’éviter l’instauration d’une no fly zone.
    Il ne lui faut pas de pression de la la Russie quand l’exemple Lybien est là !

  • permalien roro :
    24 février 2012 @14h03   « »

    dans l hisoire des revoulions.les intervetions etrangeres ont ete toujours contre les vrais revouletionnaires .leregime syrien est fini .mais a quel pris pour le peuple.et l alternative ;entente tacite entre l occident les monarchies democratiques du golfe et lecote leplus opportuniste de opposion et la plus sectaire.vive les amis de lasyrie.de l irak et de la lybie

  • permalien Oronte :
    24 février 2012 @14h06   « »

    Manifestement vous ne partagez pas le point de vue d’Ignace Leverrier (blog du Monde : un Oeil sur la Syrie).
    Voici le lien vers son analyse du rapport que vous signalez :
    http://syrie.blog.lemonde.fr/2012/0...

  • permalien patrice :
    24 février 2012 @14h51   « »

    @Deir Yassin
    "Vous ne faites que reprendre la sainte trinité des analyses sur l’Irak : sunnites, chiites et Kurdes. Exactement le même mélange d’affiliation religieuse et appartenance ethnique."

    Ben oui ! L’Irak est une poudrière précisément du fait de ces conflits ethnico religieux, si vous me pardonnez ce barbarisme, et l’emploi à mauvais escient du terme "ethnique"...Quoique. Les Kurdes ont surtout et avant tout une sorte "d’identité nationale" qui se joue pour partie des frontières inventées par les colonisateurs.
    De la même manière, les kurdes syriens constituent une entité ethnique, et les alaouites, une sorte "d’ethnie dominante" relativement solidaire. (la répression touche peu les contestataires alaouites). Mais j’aurais du parler de "groupes", voire de quatre groupes inhomogènes et divisés : Les sunnites, majoritaires, salafistes ou modérés, les alaouites, minoritaires, mais détenteurs du pouvoir (comme jadis les sunnites en Irak), les chrétiens catholiques ou orthodoxes, peu influents, et les kurdes, peu nombreux, mais fâchés avec à peu près tout le monde.
    Encore une fois, si cette analyse est fausse, expliquez moi en quoi, au lieu de sombrer dans l’argument d’autorité. Je reconnais bien volontiers être normand, et non syrien. Mes compétences sont donc plutôt du domaine de l’escalope à la crème, mais il n’est jamais trop tard pour apprendre. Jusqu’ici, en dépit de mon inculture, j’ai fait des pronostics exacts concernant les printemps arabes. J’avais prédit dès les premiers soubresauts que les contestataires allaient droit dans le mur, comme jadis, les révolutionnaires iraniens. C’est l’avantage d’une méconnaissance des détails. On a plus de recul. L’analyse est en fait assez aisée. Conflit religieux = Catastrophe. Mais bien sûr, les manipulations américaines n’arrangent rien, surtout lorsque le pays produit du pétrole.

  • permalien K. :
    24 février 2012 @15h09   « »

    Comment font-ils pour ne pas pouffer de rire ?

    Les manifestations sont contraires à la loi islamique affirme l’Arabie #saoudite qui défend "la démocratie" en #Syrie http://www.france24.com/ar/20110304...

    http://twitter.com/# !/alaingresh/st...

  • permalien K. :
    24 février 2012 @15h19   « »

    Ben oui ! L’Irak est une poudrière précisément du fait de ces conflits ethnico religieux,

    Oui, et les Bush y étaient entrés pour éteindre la poudrière.

  • permalien Shanaa :
    24 février 2012 @15h40   « »

    X , essayez l’argument à la place de l’insulte, du genre : "gravement atteinte" !
    Ceci dit, Kadhafi et Saddam n’étaient pas des génies politiques, mais le peuple libyen et irakien étaient en situation de paix avec une économie relativement bonne, qui assurait leurs besoins de base.
    Aujourd’hui, il n’ont rien hormis la violence et la pauvreté !
    Et comme disent les irakiens, "avec Saddam nous n’avions pas la démocratie", aujourd’hui nous n’avons ni démocratie ni Irak" !
    X, évitez de comparer les désirs des peuples arabes à l’aune du modéle occidental et sa démocratie de pacotille ! Parlons davantage d’état de droit, de justice. Ce sont des thémes universels sensibles à tous.
    Aucune société n’est parfaite. Ainsi, dans les démocraties occidentales, les inégalités persistent, les gens se suicident davantage, prennent trop de tranquilisants ou d’alcool. Ce qui veut dire qu’ils sont mal. En revanche, dans les pays arabes nous sommes détendus, nous rions, vivons sans trop compter sur l’état, si bien que l’on oublie son existence ! Le modéle qui doit régir le monde arabe reste à inventer, si tout se passe bien pour la Palestine, l’Irak, la Libye et tous les pays que l’on tente de déstabiliser. Au centre de ce modéle sera l’unité retrouvée !
    Sachez, que les dirigeants, dictateurs ou pas, n’incarnent pas à eux seuls tous les aspects de la vie. Ainsi, je n’ai jamais entendu dire qu’un citoyen libyen ou irakien soit mort de faim, alors que dans certaines démocraties des gens meures de froid !
    Donc, évitons les clichés et le manichéisme

  • permalien Shanaa :
    24 février 2012 @15h52   « »

    Patrice, j’adhére, en partie, à ce vous dites, mais les différentes composantes de la société syrienne auraient pû être une force, à condition d’un pouvoir fédérateur ! Or, les dirigeants arabes, sous l’ombrelle politique de tous les "Lawrence d’Arabie" aux dents longues, se font berner machiavéliquement !
    Pour la petite anecdote, Salah Eddine (Saladin) était Kurde et unificateur du monde arabe !
    La diversité est une force si le pouvoir est intelligent !
    La diversité est une faiblesse si le pouvoir est corrompu !

  • permalien Abu Marwan :
    24 février 2012 @15h57   « »

    Il y a deux ans, Ignacio Ramonet nous avait gratifie d’ un article pour le moins tres positif apres une visite a Bechar Al Assad et a son epouse, decrits comme des gens "bien". Aujourd’ hui, il ne reste plus qu’ un quarteron de pros Assad, devots du Hezbollah et autres amateurs de la theorie du complot (Thierry Meyssan) pour defendre le regime syrien. Ceux qui ont suivi la Syrie doivent se rapeler toutes les exactions de l’ armee syrienne contre le camp chretien -allie, il est vrai s’ Israel- , puis contre les palestiniens et l’ aneantissement du camp de Tall Zatar en 1976, la guerre contre l’ OLP dans les annees 1980, les massscres de Hamat et Homs en 1982. La repression, les meurtres des opposants, les massacres ne sont pas nouveaux pour le regime syrien. L’ arrivee de Bachar n’ a permis qu’ un "printemps de Damas" pale, qui vite s’ est transforme en une serie d’ arrestations. Aujourd’ hui quelque soient les interets des americains et autres occidentaux, qui ont sorti le regime syrien de son isolement apres l’assassinat de Hariri et lui ont deroule le tapis rouge, il n’en demeure pas moins que ce rgime est honni par une grande partie de la population. Quant aux monarchies du Golfe, elles sont mal placees pour donner des conseils de demcratie et des Droits de l’ Homme. La vague de reression et les massacres de cette derniere annee, ont signe la fin de regne. Il est malhereusement trop tard pour une solution negociee, le regime ayant brule toutes ses cartes ; meme divisee, l’ opposition croit que la fin d’ Assad est proche. L’ avenir est sombre, la libanisation est proche et l’ entree sur la scene d’ une "opposition" tribale, islamisee, financee par l’ Arabie et /ou ayant des
    ramifications en Irak et en Arabie fait craindre le pire a venir. La guerre confessionnelle est un scenario plausible ; elle risque de se superposer a une guerre de clans entre les differentes factions
    armees qui ont vu le jour. Il appartient a l’ opposition de creer les bases pour un regime de democratie reelle, loin de tout confessionnalisme et non soumis aux dictats de la politique imperiale
    des EU ; mais ce n’ est peut etre qu’ un vieux pieux...

  • permalien Deïr Yassin :
    24 février 2012 @16h53   « »

    @ patrice
    Comme vous avez remarqué, je n’ai pas d’analyse globale à proposer au sujet de la Syrie, sauf que je souhaite que ce régime dégage, et ceci pour le bienfait des Syriens et la région. Et quand je dis la région, je ne pense pas aux sionistes.

    Je connais un petit peu ce pays et son histoire, mais ne me sens pas du tout en mesure de dire quoique ce soit d’intelligent. Vous qui de toute évidence ne connaissez que très peu le fameux monde arabe, devez peut-être aussi montrer un peu de modestie dans vos propos.

    Maintenant vous parlez des Kurdes comme une ’entité ethnique’. Pourtant les Kurdes - qui forment bien une ethnie quoique très hétérogène - ne faisaient pas partie de vos trois ethnies dans vos propos antérieurs. Il s’agissait des "sunnites salafistes radicaux", des "chrétiens" et des "alaouites", et quelqu’un qui peut classifier ces trois groupes comme des ethnies, je ne peux tout simplement pas le prendre au sérieux.

    "Jusqu’ici, en dépit de mon inculture, j’ai fait des pronostics exactes concernant le printemps arabe."

    Il ne s’agit pas de jouer au tiercé ! Le printemps arabe ne fait que commencer, et si vous êtes le même Patrice que celui qui a étalé ses raccourcis sur le fil "Nobles causes", je vous conseille de relire le commentaire de K à votre intention.

    Comment on dit chutzpah en normand ?

  • permalien patrice :
    24 février 2012 @16h55   « »

    @Shanaa
    En période de crise, lorsque sévissent chômage et famine, la diversité est toujours un handicap, et un handicap encore plus pénalisant lorsque les conflits religieux mettent de l’huile sur le feu. Pour se réconcilier, les diverses populations concernées par le conflit ne peuvent agir positivement qu’en adhérent à un projet commun, sur la base d’une philosophie commune, en l’occurrence, des principes sociaux et laïques comme la tolérance, l’assistance aux démunis, la lutte contre la corruption, la démocratie. Dès que la religion intervient dans le débat, elle en devient le principal acteur.
    Les dictateurs "obligent" les fanatiques religieux à cohabiter sans conflits. Ils le font en utilisant la force. Supprimez cette contrainte, et le pays explose. Les révolutionnaires syriens ne sont d’accord que sur un point : Éliminer Bachar. Ensuite, ils s’en prendront aux alaouites, considérés comme des complices de Bachar, puis aux chrétiens, tenus pour alliés d’Israël, puis aux Kurdes, considérés comme des étrangers.
    Ne rendons pas les américains et leurs complices saoudiens, ni même Bachar al Assad responsables "principaux" de cette situation inextricable. Le problème de la Syrie, c’est un communautarisme pathologique amplifié par les conflits religieux. Ça se terminera en épuration ethnique, même si j’emploie encore ce mot hors de propos.

  • permalien Lou :
    24 février 2012 @17h00   « »

    Dissensions au sein de l’opposition syrienne avant la réunion de Tunis

    LEMONDE.FR avec AFP | 24.02.12

    Le Comité de coordination pour le changement national et démocratique (CCCND), un groupe d’opposition basé en Syrie, a décidé vendredi de boycotter la réunion de Tunis, contestant l’éventuelle reconnaissance du Conseil national syrien (CNS).

    "Malgré les assurances du président tunisien (Moncef Marzouki) que les parties de l’opposition seront traités sans distinction et qu’il n’y aura pas de reconnaissance d’une partie aux dépens de l’ensemble (des mouvances), nous avons remarqué une disposition dangereuse (...) qui vise à déterminer qui représente le peuple syrien", explique le CCCND dans un communiqué.

    La conférence de Tunis pourrait se diriger vers une reconnaissance du CNS comme représentant "légitime" et non unique du peuple syrien, selon une ébauche de la déclaration finale relayée par des sources de l’opposition.

    Le CCCND a également accusé la réunion de Tunis de vouloir "laisser la question de l’armement ouverte et ouvrir la voie à l’acceptation par la communauté internationale de l’idée d’une intervention militaire étrangère", en "contradiction claire et nette avec les intérêts du peuple syrien". Le CCCND regroupe des partis nationalistes arabes, kurdes, socialistes et marxistes ainsi que des personnalités indépendantes.

    Le CNS est une coalition des plus importants partis de l’opposition partagée entre islamistes, libéraux et nationalistes. Il y a quelques mois, une tentative de rapprochement entre les deux mouvements s’était soldée par un échec.

  • permalien Lou :
    24 février 2012 @17h14   « »

    Dissensions au sein de l’opposition syrienne avant la réunion de Tunis

    "Malgré les assurances du président tunisien (Moncef Marzouki) que les parties de l’opposition seront traités sans distinction et qu’il n’y aura pas de reconnaissance d’une partie aux dépens de l’ensemble (des mouvances), nous avons remarqué une disposition dangereuse (...) qui vise à déterminer qui représente le peuple syrien", explique le CCCND dans un communiqué.

    Le Conseil national syrien est "l’interlocuteur légitime", selon Juppé

    (...) Il a insisté toutefois pour que "toutes les sensibilités soient représentées" dans l’opposition, notamment les communautés chrétienne et alaouite.

    Interrogé sur une éventuelle reconnaissance formelle du CNS, il a répondu : "quand cette unité sera faite nous pourrons progresser".

  • permalien patrice :
    24 février 2012 @17h19   « »

    @Deir Yassin
    Le mot ethnie fait référence à un groupe doté d’une langue, d’une religion, et de traditions communes.
    En parlant de trois ethnies, je pensais aux kurdes, aux alaouites, et aux sunnites. J’avais oublié les chrétiens, qui sont aussi nombreux que les alaouites. Il n’en reste pas moins que ces quatre groupes, même si ils sont divisés, représentent des communautés hostiles les unes aux autres. Le terme de "nettoyage ethnique" correspond d’ailleurs assez bien à ce qu’il risque d’arriver si la dictature s’effondre. En Irak, après la chute de Saddam, les chiites s’en sont immédiatement pris aux sunnites. C’est juste un exemple.
    Je ne vois pas en quoi je suis "culotté"(?) en faisant ce type d’analyse de pur bon sens. De toutes façons, nous sommes sur ce blog pour en débattre avec des arguments autres que "Vous n’êtes pas compétent".
    En effet. Je ne suis pas compétent. Et alors ?

  • permalien Shanaa :
    24 février 2012 @17h30   « »

    X, je n’ai jamais dit que j’étais scandaliséee que, ceux que vous appelez si pudiquement "conseil de transition", tiennent des élections ! En d’autres circonstances, j’aurais même applaudi !
    Mais... il y a un mais, éh oui ! Ces rebelles, que n’importe qui peut voir comme des traitres, ont ouvert la porte de leur pays aux forces étrangéres qui ont tué des libyens ! Il y avait aussi des italiens, et Omar Mokthar a dû se retourner dans sa tombe ce jour là ! Les rebelles ont bradé le pétrole libyen, et les avoirs de la Libye se baladent dans la nature !
    Mais il y a pire ! Les rebelles ont tué et continuent de tuer et de torturer les libyens ! Voir le rapport de "médecins sans frontiéres" et "amnesty" ! De plus, ils ont déshonoré l’islam en exécutant un chef d’état, un prisonnier de guerre, en direct, violant les principes de l’islam et les lois de la guerre !
    Le pire attend les libyens, à huis clos ! Parceque rien ne change vraiment par la violence et les armes mais par un processus de maturité et d’étapes culturelles successives, y compris les apports extérieurs et les aspects positifs du net et de la mondialisation !
    Ces révoltes artificielles sont juste une tentative de remodeler la région comme par le passé, par les mêmes acteurs, britanniques en tête suivis des français ! Et j’espére que, ceux que vous taxez de complotistes, auront tort !

  • permalien Deïr Yassin :
    24 février 2012 @17h56   « »

    Merci, Patrice. J’ai étudié le concept ’ethnie’ pendant assez longtemps pour dire que votre définition est trop lacunaire, erronée même. Il y a autant de définitions qu’il y a d’anthropologues, à peu près.
    Un exemple par hasard : les Sérères forment bien une ethnie à part entière, la troisième en nombre au Sénégal, et pourtant ils n’ont pas la même religion. Certains comme Senghor sont chrétiens, d’autres sont musulmans, et cela vaut pour beaucoup d’ethnie.

    Quand en plus vous écrivez :

    "En parlant de trois ethnies, je pensais aux kurdes, aux alaouites et aux sunnites. J’avais oublié les chrétiens..."

    vous ne faites que confirmer : vous ne savez tout simplement pas de quoi vous parlez, et il ne s’agit pas de la Syrie mais en général. ’Sunnites’ et ’chrétiens’ sont des ethnies ? Mon Dieu ! Et les Kurdes sunnites, vous les classez comment ?

    Votre classification est digne de l’époque d’Apartheid en Afrique du Sud ou celle de "La-Seule-Démocratie-Au-Moyen-Orient", eux tentent aussi de diviser les Palestiniens en chrétiens et musulmans.... et Bédouins !

    "Nous sommes sur ce blog pour en débattre avec des arguments autres que "vous n’êtes pas compétent".
    En effet, je ne suis pas compétent. Et alors ?"

    C’est bien ce que j’ai dit : vous avez du chutzpah. Quand vous faites des analyses à deux balles du monde arabe, ne vous attendez pas à ce qu’on ne souligne pas vos inepties.

  • permalien Shanaa :
    24 février 2012 @17h57   « »

    Patrice, dans la région, ces groupes cohabitent, plus ou moins bien, depuis des milliers d’années ! Donc, le probléme central n’est pas la religion ! Je crois que vous confondez le noyau culturel syncrétique de l’islam avec le différencialisme occidental, surtout dans l’anglo-sphére en matiére d’extermination !
    Le probléme central réside dans le découpage géographique par les puissances coloniales ! Le Liban comme la Syrie sont des créations artificielles des puissances coloniales françaises, comme la partition de la Palestine par le traité Balfour !
    Ce découpage et la politique israélienne ont entretenu la tension qui permet aux puissances coloniales de mieux revenir ! C’est de la stratégie politique ! La fin (pétrole) justifie les moyens ! Et comme disait un trés haut responsable USA à propos des 5000 enfants irakiens morts des suites de l’embargo : " Cela valait la peine. C’était le prix à payer pour nos intéréts" !
    Aujourd’hui, la Palestine a été totalement mangée par les constructions de colonies et, de ce fait, il faut garder cette région en état de tension, de division, de faiblesse permanente pour assurer Israél et, éventuellement, remodeler la région comme le veulent les évangélistes et les néo-conservateurs via le clash des civilisations.

  • permalien Séb. Font. :
    24 février 2012 @18h55   « »

    Il semblerait que l’excellente Caroline Fourest ait découvert en Syrie un « four crématoire » (fourni par les Iraniens, il va de soi)...

  • permalien Sakhra :
    24 février 2012 @19h06   « »

    1/2

    Comme à votre habitude vous confonder bienn des choses. vous faites partie des conspirationistes qui veulent que tout ce que l’accident a touché était réflichi et préparé à l’avance dans tous ses détails.

    Alhamdoullillah, heureusement, qu’on a sur le blog, le x = aghioul, pour nous éclairer de ses lumières, comme d’habitude...
    Les conspirationnistes sont nombreux, il vous faudra aller leur donner des cours et les éclairer, les pauvres..
    Samir Amin, un conspirationniste notoire, vite vos lumières !

    La légitimité de la révolte du peuple syrien n’est donc pas contestable.
    Il reste que la destruction de la Syrie constitue l’objectif des trois partenaires que sont les Etats Unis, Israël et l’Arabie Saoudite, qui mobilisent à cette fin les Frères Musulmans, voire leur procurent des armes. Leur victoire éventuelle – par l’intervention militaire étrangère ou sans elle – produirait l’éclatement du pays, le massacre d’Alaouites, de Druzes et de Chrétiens. Mais qu’importe. L’objectif de Washington et de ses alliés n’est pas de libérer la Syrie de son dictateur, mais de détruire le pays, comme il n’était pas de libérer l’Iraq de Saddam Hussein mais de détruire le pays.


    Mahdi Darius Nazemroaya, un autre conspirationniste, vous allez avoir du boulot, l’aghioul !2 mai 2.011, déjà !

    Quand les Etats-Unis, La Grande-Bretagne, la France et l’Italie tombèrent d’accord pour donner l’indépendance à la Libye, il fut décidé que cela se ferait comme un état fédéral sous la férule du roi Idris. Idris fut placé comme chef d’état libyen par les britanniques et les puissances coloniales et sous ce système fédéral les autres petits émirs s’occuperaient de la Cyrénaïque et du Fazzan et seraient les représentants non-élus de ces deux territoires.

    En Tripolitaine, où se concentrait la vaste majorité de la population libyenne, les représentants libyens seraient choisis par le peuple, mais sous un système fédéral qui donnerait une importance équivalente à la Tripolitaine, au Cyrénaïque et au Fazzan. Les représentants choisis par le peuple libyen serait placés en minorité face aux émirs et autres cheikhs. Dans le système fédéral souhaité par Washington, les émirs non élus représentant les populations plus petites du Cyrénaïque et du Fazzan seraient la majorité dans l’assemblée nationale libyenne. 

  • permalien X :
    24 février 2012 @19h13   « »

    Shanaa

    je n’ai jamais dit que j’étais scandaliséee que, ceux que vous appelez si pudiquement "conseil de transition", tiennent des élections ! En d’autres circonstances, j’aurais même applaudi

    Je n’appelle pas le conseil de transition pudiquement conseil de transition ! Le conseil de transition s’apelle le conseil national de transion (le CNT). Tout le monde appelle le conseil national de trasition, le conseil de transiition.

    premières éléctions en libye depuis très très très longtemps
    http://www.ntc.gov.ly/LocalCouncel.aspx

    Vous vous êtes à deux reprise scandalisé que lee membres du CNT ne soient pas élus ! relisez vos posts. Qui voulez vous qui organise ces éléctions : un conseil de transition chargé de préparer l’éléction d’un conseil de transition. Et ce conseil de transition chargé de préparer l’éléction d’un conseil de transition pourquoi ne serait il pas élu. Mais qui va alors préparer l’eléction du conseil de transition chargé de préparer l’éléction d’un conseil de transition. Un autre conseil de transition cahrgé de préparer les éléction du conseil de transition qui lui même est chargé de préparer les éléction du un conseil de transition chargé de préparer l’éléction d’un conseil de transition. hein qui ?

    Ces révoltes artificielles sont juste une tentative de remodeler la région comme par le passé, par les mêmes acteurs, britanniques en tête suivis des français ! Et j’espére que, ceux que vous taxez de complotistes, auront tort !

    Je le savais que vous faites partie des conspirationistes. Je ne sais pas si vous aviez déjà rencontré quelqu’un qui aurait fait une visite chez les services de sécurité de Saddam, Kadhafi ou pire de Assad, ou la limite rencontré quelqu’un qui aurait rencontré quelqu’un qui l’a été mais ce n’est pas jojo.

    Je pense que le printemps arabe c’est d’habord ça. Souvenez vous ce que les egyptiens ont fait des bureaux et des dossiers d’archves des services de renseignements....C’était à coeur joie.

    L’assassinat dans les années 90 de plus de 1500 prisonniers politiques et d’opinion dans la prison d’Abou Salim par Kadhafi n’est pas un mirage et c’était à l’origine du début de la révolution libyenne.

    Si vous pensez que les arabes n’avait pas de raison de faire éclater ces révolutions vous avez encore beaucoup de mépris pour eux.

    Vous pensez que ces mouvements étaient décidés dans les bureaux de ne sais pas qui à Londres...C’est encore de la foutaise Kadhafi était devenu le pion par excellence de ces gens.

    Première éléctions locales en libye.

  • permalien Deïr Yassin :
    24 février 2012 @19h22   « »

    Pendant que l’armée israélienne soit à l’oeuvre dans le Haram al-Sharif - plusieurs blessés - Ismail Haniyeh a salué "le héroïque peuple syrien qui lutte pour la liberté, la démocratie et des reformes".
    - http://en-maktoob.news.yahoo.com/ha...
    - www.france24.com/en/20120224...

  • permalien Sakhra :
    24 février 2012 @19h27   « »

    Suite

    Ce que les Etats-Unis et leurs alliés essayaient de faire était d’éliminer toute forme d’auto-détermination de la part des Libyens. Les USA et leurs alliés tentaient de transformer la Libye en un émirat come le Bahraïn, le Qatar, le Koweit ou les Emirats Arabes Unis.

    Aujourd’hui les Etats-Unis et l’UE sont en route pour forcer un nouveau système fédéral en Libye ou pour diviser le pays entre au moins deux administrations, celle de Tripoli et celle de Benghazi.
    Ces pays sont aussi la force qui pousse pour une guerre tribale en Libye, ce qui transformerait le pays en une seconde Yougoslavie. lLes guerres tribales en Libye se répandraient au-delà des frontières de la Libye au reste de l’Afrique, de l’Afrique de l’Ouest, centrale et à ’Est

    8 mois après cet ’article du "conspirationniste, les guerres tribales font rage en Libye, elles touchent le Mali, et dans le Sahel, on est entrain de ressuciter l’Aqmi, qui a à sa disposition toutes sortes d’armes....que l’Otan n’a jamais vu "disparaitre, y compris des missiles anti-avions retrouvés dans le sud Algérien...
    Enfin, d’autres conspirationnistes,

    les intellectuels du Mali

    , ayant besoin urgent des lumières de l’aghioul : Déclaration d’intellectuels Maliens :

    la manière de gérer la libération des otages occidentaux a conforté AQMI dans la création au Mali d’un sanctuaire en liaison avec le terrorisme international.

    Nous sommes dans un processus programmé de désintégration de l’Etat et de cristallisation des identités ethniques et régionales. De ce point de vue, nous questionnons même la genèse de l’appellation « régions du Nord ».
    N’y a-t-il pas une volonté d’affaiblir des Etats de la CEDEAO et l’Organisation elle-même ?

    N’allons-nous pas vers une résurgence du vieux projet de l’Organisation des Etats Riverains du Sahara (OERS) ?

    Après le découpage du Soudan, nous sommes en droit de nous interroger sur l’intention des pays de l’OTAN de procéder à une nouvelle balkanisation de l’Afrique. Ne sommes-nous pas de fait en présence d’un processus de dépossession des ressources agricoles et minières africaines, qui constituent aujourd’hui une partie importante des réserves mondiales pour la relance de la croissance économique globale ?

    De l’approche globale que nous privilégions, il ressort que l’issue à cette guerre fratricide récurrente n’est ni militaire ni financière mais politique, économique, sociale, culturelle et diplomatique.

    Je ne répondrai plus à vos stupidités.Noval devrait en faire autant.

  • permalien Sarah :
    24 février 2012 @19h59   « »

    Autant je ne partage pas l’optimisme béat de X qui semble aveugle aux manoeuvres politiciennes des grandes puissances(surtout en Libye),mais je peux pas non plus adhérer aux thèses farfelues de Shanaa ou meme de Sakhra,où tout serait décidé dans les bureaux de Washington,de Tel Aviv.

    Shanaa nous dit qu’il s’agit d’un plan de remodelage de la région,personnellement je n’y crois pas une seconde.

    D’abord,je crois que vous donnez trop d’importance aux américains qui sont certes encore la plus grande puissance mondiale mais ils sont clairement sur le déclin,et les dernières guerres au moyen-orient n’ont clairement pas infléchi cette pente, bien au contraire.

    Rappelons qu’ils ont perdu la guerre d’Afghanistan militairement,et qu’ils cherchent une porte de sortie honorable,sans trop d’humiliation.

    La situation en Irak n’est toujours pas stabilisée.
    Si on admet que les objectifs de guerre (pour les américains en tout cas,je ne parle pas des israeliens qui ont clairement poussé à la guerre pour d’autres raisons)étaient le pétrole et un changement géostratégique de l’Irak,le moins qu’on puisse dire c’est que ça en valait pas le cout.
    Puisque ils n’avaient pas besoin de dépenser plus de mille milliards de dollars pour que les dirigeants irakiens pactisent avec l’Iran et que les compagnies pétrolières chinoises et autres fassent des affaires pendant ce temps là.

    Les américains cherchent à se désengager militairement de la région en faisant le moins de dégats possible et en préservant leurs interets.
    Les américains,en tout cas pas l’administration Obama,ne cherche pas une nouvelle guerre dans la région,ils n’en pas les moyens.

    Les seuls qui veulent la guerre contre l’Iran sont les sionistes,qui tentent d’influencer dans ce sens les américains via leurs lobbys.

    Et je ne serai pas surprise que les israeliens attaquent l’iran pendant la campagne présidentielle américaine pour mettre Obama devant le fait accompli.

    En ce qui concerne la Syrie,je ne crois pas non plus à une conspiration contre Assad.
    D’abord, parce que Assad ne dérangeait personne,ni les américains,ni les israeliens.

    Pour ceux qui pensent que Assad est un valeureux résistant,rappelons que selon Zbigniew brzezinski qui fut le conseiller officieux d’Obama pendant sa campagne présidentielle,Assad,sous l’égide de la Turquie,était en 2008 sur le point de signer un accord de paix avec israel SANS que la question palestinienne soit réglée.
    Autrement dit,la meme chose que les potentats d’Egypte ou de Jordanie.

  • permalien Shanaa :
    24 février 2012 @20h33   « »

    X, vous répondez aux parties faciles de mon commentaire en évitant les sujets qui fachent : Les rebelles ont ouvert les portes de leur pays à des forces étrangéres qui les ont aidé à tuer des libyens, le pétrole de libye et sa reconstruction sont aux mains d’entreprises étrangéres, l’exécution sommaire du prisonnier politique et chef d’état Khadafi, les avoirs libyens volatilisés, quel qualificatif on utilise pour désigner ceux qui ouvrent les portes de leur pays à des puissances étrangéres.
    Enfin, si une élection apportait démocratie et prospérité ça se saurait !
    Vous ne m’impressionnez absolument pas en me taxant de "complotiste" ! Si douter et se poser des questions c’est être complotiste, alors nous sommes des millions à l’être !
    Enfin, j’ai une haute estime du peuple arabe pour le voir mimer des modes importées ! Hitler a aussi été élu, de même que Bush et bien d’autres ! Et alors ? Sommes-nous dans le meilleur des mondes ? Assurément non, puisque les "démocraties" exportent leur guerres et font subir aux autres peuples ce qu’elles ne font pas chez-elles ! Voyez l’Irak et Abou-Gharib, l’Afghanistan et Bagram, Gantanamo !
    Je n’ai aucune sympathie pour les régimes autoritaires, mais il me semble que la meilleure liberté c’est celle qui se gagne par soi-même, sans bombes étrangéres !

  • permalien Shanaa :
    24 février 2012 @20h50   « »

    Sarah, pour ma part, je considére tous commentaires comme sujectifs, y compris les miens. En effet, nous avons notre ressenti particulier à chacun, et nous ne savons pas grand chose de la vérité politique, sinon des bribes d’informations glanées ça et là, et souvent noyées dans une propagande gobbelsienne ! Les seuls qui savent sont les politiciens et les spécialistes de ce domaine !
    Donc, mes vues sont aussi farfelues que les vôtre, sauf votre respect, parceque personne n’est assis sur des certitudes !
    Enfin, les USA n’ont pas "perdu" la guerre d’Irak ou d’Afghanistan ! Leur but n’était pas de "gagner" ! Pour "gagner" ou "perdre", il faut au moins deux armées face à face, et non des civils en haillons et des groupes sous armés !
    Le but des USA, était d’affaiblir l’Irak, de semer le chaos, de ramener l’Irak au moyen-àge et de sécuriser les puits de pétrole. C’est fait !
    L’Afghanistan a permis une légitimité à la guerre contre le "terrorisme", aux guerres unilatérales (préventives), un dénouement à l’encombrant Ben Laden !

  • permalien Mourad :
    24 février 2012 @21h26   « »

    @Deir yassine

    Je précise simplement que je ne soutiens pas Bachar el Assad, par principe, car je suis démocrate. En revanche, je considère que c’est un moindre mal, vu la tournure des évènements :

    Sachez que la lutte pour la démocratie et les respect des droits et des libertés n’est qu’un épiphénomène par rapport à l’autre réalité syrienne, à savoir les ingérences en vue de faire chuter le régime. Ce sont deux choses totalement différentes.

    Il y’a évidemment des problèmes sociaux en Syrie, des injustices, des passages à tabac dans les postes, de la répression, et beaucoup d’autres choses. Et je soutiens sincèrement tous ceux qui se battent pour démocratiser le pays. Mais cela ne change rien au fait que les véritables militants pro-démocratie sont systématiquement instrumentalisés par les ennemis de la Syrie (et qui se font passer pour ses amis), pour légitimer leur position et justifier leurs actes. Aussi, seules les mobilisations pacifiques sont légitimes et pourront contribuer à l’avènement d’une véritable démocratie. Et ne me dites pas que l’armée tire sur les manifestants pacifiques et qu’ils sont obligés de prendre des armes pour se défendre. l’armée et le régime ont commis des crimes mais n’ont jamais été aussi loin ! Et vous savez pq ? Parce que ce n’est pas dans leurs intérêts.

    Maintenant, vous savez ce qu’il se passe à Homs ?? Des chefs salafistes, pour qui l’arabie saoudite est un modèle pour l’humanité, endoctrinent des jeunes syriens en leur disant que Bachar el Assad est un criminel diabolique, en leur montrant des images choquantes et des discours de propagande, et lorsqu’ils ont suffisamment la haine et les larmes aux yeux, alors ils leur donnent une Kalash nikov chacun (produite en france ou aux états-unis) et leur disent ’’battez vous pour votre liberté’’ et ceux-la vont en rue et tirent sur les forces de l’ordre, sincères et convaincus que leur cause est juste, et certains tirent aussi sur les civils car après tout, celui qui soutient le criminel diabolique en un aussi, meme si il na jamais tué, n’est-ce pas ? et tirent et torturent et kidnappents les minoritaires de Syrie comme les majoritaires (de très nombreux sunnites n’ont jamais cesser de soutenir le régime), toujours au nom de la démocratie.

  • permalien Mourad :
    24 février 2012 @21h27   « »

    On ne compte plus manifestations immenses pro-Assad (je n’avancerai pas de chiffres) à Damas ou Alep. Pas à Homs, car celui qui soutient le régime a Homs n’ose même plus sortir pour acheter du pain ! Qu’allez vous dire ? Que ces millions de Syriens qui à mon avis constituent la majorité, sont des criminels ? Qu’il faut les tuer ? Qu’ils sont payés (comme moi) par le régime ? Qu’ils sont endoctrinés ? Qu’il faut leur expliquer les choses car ils sont bêtes ?Arrêtez des prendre les gens pour des imbéciles ! Les Syriens connaissent la Syrie mieux que quiconque je pense, ils connaissent aussi leur passé et leur présent, et savent mieux que vous et moi ce qui s’y passe !

    Aussi, si vous avez des griefs contre Bachar el Assad, ne l’accusez pas des crimes qu’à commis son père car ce n’est pas la même personne. Contentez vous de l’accuser des crimes que lui a commis car je n’ai jamais dit qu’il était un innocent, même si il est bien plus démocrate que nombreux de ses opposants.

  • permalien K. :
    24 février 2012 @21h29   « »

    " Cela valait la peine. C’était le prix à payer pour nos intéréts" !

    Albright n’a jamais dit que "c’était le prix à payer pour nos intéréts".

    Aucun yankee ne le reconnaitrait jamais.

  • permalien Nathan :
    24 février 2012 @22h05   « »

    Je me demande pourquoi nous devons nous intéresser à toutes ces guerres tribales... En quoi ça nous concerne ? Est-ce que cela va améliorer la situation économique de la France (ou de la Belgique) ? Faire baisser le chômage ? Renflouer la dette ? Augmenter la qualification des jeunes ? Réindustrialiser le pays ? Empêcher les délocalisations ? Nous rendre plus indépendants et plus compétitifs ? Nous protéger des prédateurs de la finance ? Le jour où le boucher de Damas tombera, il sera remplacé par un autre tyran du même tonneau ou alors par les inévitables Frères musulmans. La peste fera place au choléra. C’est kif-kif… En quoi tout ceci nous importe ?… Quelle perte d’énergie…

  • permalien Sakhra :
    24 février 2012 @22h18   « »

    Sarah,

    je peux pas non plus adhérer aux thèses farfelues de Shanaa ou meme de Sakhra,où tout serait décidé dans les bureaux de Washington,de Tel Aviv

    Et qui vous demande d’adhérer aux thèses "farfelues"de Shanaa et de Sakhra ?
    Ce sont les thèses, entre autres de Samir Amin, de Aminata Traoré, de René Naba et bien d’autres...Tous des farfelus, mais vos thèses à vous ? De la science infuse ?

    Si on admet que les objectifs de guerre (pour les américains en tout cas,je ne parle pas des israeliens qui ont clairement poussé à la guerre pour d’autres raisons)étaient le pétrole et un changement géostratégique de l’Irak,le moins qu’on puisse dire c’est que ça en valait pas le cout.
    Puisque ils n’avaient pas besoin de dépenser plus de mille milliards de dollars


    D’où provenait ces milliards de dollars, le savez-vous au moins ? Et l’argent du programme "pétrole contre nourriture", qui en avait la garde ? Renseignez-vous avant de raconter vos histoires.. .

    Revue d’Etude Palestiniennes
    Oded Yinon :Stratégie pour Israel dans les années 1980 .n° 14, février 1982
    Cet article, envoyé à la Revue d’Etude Palestiniennes par Israël Shahak, ancien président de la Ligue israélienne des Droits de l’Homme, est paru dans Kivunim (Orientations), n° 14, février 1982 (Revue publiée par le Département de l’Organisation Sioniste mondiale, Jérusalem) :

    L’Irak, pays à la fois riche en pétrole, et en proie à de graves dissensions internes, est un terrain de choix pour l’action d’Israël. Le démantèlement de ce pays nous importe plus encore que celui de la Syrie. L ’Irak est plus fort que la Syrie ; à court terme, le pouvoir irakien est celui qui menace le plus la sécurité Israël. Une guerre entre l’Irak et la Syrie ou entre l’Irak et l’Iran désintègrera l’Etat irakien avant même qu’il ne puisse se préparer à une lutte contre nous. Tout conflit à l’intérieur du monde arabe nous est bénéfique à court terme et précipite le moment où l’Irak se divisera en fonction de ses communautés religieuses, comme la Syrie et le Liban. En Irak, une distribution en provinces, selon les ethnies et les religions, peut se faire de la même manière qu’en Syrie du temps de la domination ottomane. Trois Etats -ou davantage- se constitueront autour des trois villes principales : Bassorah, Bagdad et Mossoul ; et les régions chiites du sud se sépareront des sunnites et des kurdes du Nord. L’actuel conflit irano-irakien peut radicaliser cette polarisation.

    http://www.renenaba.com/revue-d’e...

  • permalien Lionel :
    24 février 2012 @22h55   « »

    J’ai beaucoup de respect pour l’auteur. Je le remercie pour cet article documenté. Cependant, au fur et à mesure de ma lecture, je deviens de plus en plus perplexe. Le régime Assad malgré ses positions contre la dictature mondiale n’a aucune raison de pratiquer une dictature locale. Il tue ses citoyens et crée les conditions qui lui permettent de perdurer quitte à pratiquer la tactique de terre brûlée. Les attitudes impérialistes des puissances et les desseins de certains acteurs régionaux ne doivent pas nous pousser à une quelconque empathie envers un régime sanguinaire.

  • permalien K. :
    24 février 2012 @22h56   « »

    Au Honduras aussi la poudrière est due aux "différences ethnico-religieuses", Européens d’origine versus "Indiens".

    A l’époque en Irlande, l’ethnie protestante et l’ethnie catholique se combattaient comme des sauvages, mais heureusement la race anglaise est venue sauver la mise.

  • permalien Nathan :
    24 février 2012 @22h59   « »

    Il est normal que l’Algérienne, qui n’a même pas trouvé le courage de manifester, même timidement, contre sa propre oligarchie corrompue jusqu’à l’os, essaie faire porter les responsabilités de l’insurrection en Syrie sur Israël et sur les pays occidentaux. Si Israël avait vraiment voulu se débarrasser d’Assad, l’affaire aurait été expédiée en quatre jours.

  • permalien Deïr Yassin :
    24 février 2012 @23h20   « »

    Nathan, le troll, écrit :

    "Je me demande pourquoi nous devons nous intéresser blahblah
    En quoi ça nous concerne ?"

    Si vous ne l’avez pas encore remarqué mais personne ne vous oblige à commenter ici, et vous êtes donc libre de partir quand vous voulez. Ce blog concerne le Moyen Orient et ses ’ tribus sauvages’ - le plus sauvage, et de loin, est quand même allogène !!! - et si cela ne vous dit rien :
    GTFO !

  • permalien chb :
    24 février 2012 @23h26   « »

    Article plutôt courageux en ce monde (Monde ?) troublé et otanasié. S’il n’est pas exempt de tout poncif, il permet de voir clairement les intérêts en jeu dans les événements de ces derniers mois, et sans doute dans ceux des prochaines semaines. C’est ce que j’aime dans le Diplo : merci M. Gresh.

    Je retiens particulièrement que la Syrie est ciblée pour des raisons bien éloignées des droits de l’homme, dont je m’étonne que tant de commentateurs ne voient pas à quel point ils sont instrumentalisés. Le choix de la cible correspond à la carte de l’AxeDuMal, et ce n’est pas qu’une coïncidence, alors que tant de dictatures amies (pour l’instant) coulent des jours tranquilles, aidées par nos technologies de contrôle des populations.
    Quant à la corruption évoquée par certains, elle sévit sûrement à un niveau scandaleux en Syrie, mais a-t-elle été diminuée en Irak, en Afghanistan, au Honduras... en Libye, en Côte d’Ivoire … ? N’est-elle pas un sujet à creuser dans le pays des Tapie, Bouygues, Ballamou ? Al Assad n’est pas le plus pourri, loin de là, et ses erreurs comme le rappelle A. Gresh ont été de fait amplifiées par les exigences de nos propres gouvernements du temps où ils faisaient ami-ami avec lui. Aucune certitude d’honnêteté supérieure ni d’égalitarisme avec les successeurs du tyran.
    « Son crime c’est son régime lui-même, les gorilles de ses services de sécurité qui prennent les syriens pour des moins que de la merde. »
    Sauf qu’on a l’impression qu’un tel chef d’accusation nous débarrasserait « légitimement » de beaucoup de chefs d’état, même occidentaux. Les meurtres en moins en ce qui concerne les opposants français en France, puisque les bavures sont ici vénielles au regard des exactions racistes des forces israéliennes, ou des exécutions officielles ailleurs, la liberté est-elle parfaite ici ?

    Quant aux perses, dans le collimateur depuis si longtemps, leur patience pourrait s’épuiser après tant de coups tordus, de provocations, sanctions et menaces : s’il leur venait l’idée d’appliquer à des voisins belliqueux la magnifique stratégie de frappes préventives, on mettrait où notre humanisme à deux balles ? A l’écoute du débat sur le prochain bombardement sur Bushehr (France Inter, ce soir), le micro trottoir seulement du côté hébreu ne mesure pas la colère iranienne : quantité négligeable ?

  • permalien Sarah :
    24 février 2012 @23h30   « »

    @ Nathan :

    Oui ,C’est vrai que se rendre au diner annuel du CRIF,se prosterner devant un lobby communautaire représentant les interets d’une nation étrangère,ça concerne beaucoup plus les français !

    Sinon,il n’y a pas plus de soixante que les européens,tous blancs,chrétiens(pardon judéo-chrétiens,maintenant il faut dire) ,se sont exterminés dans une guerre qui allait faire aux alentours de cinquante millions de morts !

    C’est vrai que quand c’est chez les autres,ça s’appelle du tribalisme,conflits ethniques,barbares,pour l’europe civilisée,ce genre de choses n’est jamais arrivé,jamais oh grand jamais il n’y a eu de guerres entre "frères" européens,jamais de conflits entre catholiques et protestants,pas de différend ethnique ou territorial,sans parler bien sur des guerres civiles.

  • permalien Sarah :
    24 février 2012 @23h44   « »

    @ Sakhra,Shanaa,

    Oh la la ,je ne croyais pas que j’allais provoquer une telle levée de boucliers !

    Le problème avec les thèses du genre "tout a été prévu dans des plans précis il y a déjà plusieurs dizaine d’années",c’est que cela enlève tout espoir et toute confiance quant à l’énergie et à la volonté des peuples de prendre en main leur destin pour le changer !

    En effet,si l’ennemi est si puissant,si machiavélique,si omniscient,ça ne sert à rien alors de lutter,de se soulever contre l’injustice,puisque tout est prévu d’avance,et quoi qu’il arrive il gagnera.

    C’est tout ce que je voulais souligner dans mes posts.

  • permalien Deïr Yassin :
    25 février 2012 @00h10   « »

    @ Mourad
    Bien, peut-être que vous êtes démocrate ; mais j’avais trouvé vos deux commentaires de hier où vous chantez les louanges du Lionceau digne d’un Kim Machin-Truc nord-coréen ;-)

    "Visiblement, le seul qui parvient encore à distinguer ces deux réalités distinctes (la lutte pour plus de démocratie et les ingérences à l’origine de toutes les violences) mais que tout le monde mélange, c’est Bachar el Assad lui-même."

    Ceci, par exemple, me parait de la propagande. Ce pauvre type ne distingue rien du tout ! Contrairement à son père, il est doté d’une intelligence plus que moyenne, et n’est que le pantin entre les mains de plus rusés.

    "Il a reconnu dès le départ qu’il fallait du changement en Syrie et que des reformes étaient prévus."

    Ah bon ! "Des le départ", c’était au bout de combien de centaines de morts ?

    "On ne compte plus les manifestations pro-Assad....Que ces millions de Syriens qui à mon avis sont la majorité...."

    Votre avis, tout comme le mien n’engage que nous-mêmes.
    Pour les manifestations pro-Assad, Afshin nous avait ’expliqué’ exactement la même chose - sous un de ses pseudos - et je reposte donc le même article : regardez bien les deux vidéos du même événement : l’apparition ’surprise’ du lionceau sur la Place des Omayyades :
    - http://syrie.blog.lemonde.fr/2012/0...

    Quand vous réfutez les crimes dont le régime est accusé en disant que cela n’est tout simplement pas dans leur intérêt, je pense que vous surestimez les dictateurs et leur capacité de penser rationnellement.

    Sinon, ici un article qui pourrait intéresser plus qu’un :
    http://rezonances.blog.lemonde.fr/2...

    Pour ceux/celles qui habitent la région parisienne : l’opposition syrienne se rassemble tout les samedis à la Place de Châtelet, et cela discute beaucoup, aussi avec les passants.

  • permalien X :
    25 février 2012 @01h53   « »

    Bonjour ou Bonsoir Sakhra,

    Oui je maintien que vous confondez bien des choses, vous confondez, notamment le début de la révolution libyenne et comment elle s’est terminée. Le début du soulèvement était le fait des seuls libyens par la suite, plus tard seulement les choses ont évolué comme on le sait. Les occidentaux ont donné à plusieurs reprise la possibilité à votre idole de partir après ils ont du ntervenir pour arrêter les bains de sang. De là à prétendre que tout a été planifié dans des bureaux avnt même que le soulèvement ne commence ça relève de la pure paranoia. Kadhafi et ses fils étaient devenus les chouchoux de l’occident et la Libye leurs a été déjà bien acquise je ne vois pas pour quelle raison elles allaient préparer conspirer contre lui.

    D’ailleurs, les articles que vous avez cité datent d’après la première étape de la révolution, Kadhafi était déjà terminé et les occidentaux cherchaient à se posionner avec ses successeurs. C’est peut être ignoble mais c’est leurs droits. Je vous l’ai dit c’est embrouillé dans votre tête, revoyez l’enchainnement des évènnements.

    8 mois après cet ’article du "conspirationniste, les guerres tribales font rage en Libye, elles touchent le Mali, et dans le Sahel, on est entrain de ressuciter l’Aqmi, qui a à sa disposition toutes sortes d’armes....que l’Otan n’a jamais vu "disparaitre,

    Avant l’otan il y avait plus de 100 mort chaque jours c’est da la faoutaise. Patience le cas de la Libye est trop compliqué pour les esprits simples. Je vous comprends.

    Je ne répondrai plus à vos stupidités.Noval devrait en faire autant

    Vous m’avez déjà fait ce coup, il y’ a un moment et vous êtes revenue. Je ne faisais que répondre à votre commentaire sur un de mes post. Essayez de tenir, ce n’est pas très sérieux mais vous êtes pardonnée. Moi en tout cas si vous le permettez (ou non) je ne me priverai pas de ce plaisir. Qd à Noval il me semble qu’il est majeur.

  • permalien Keeryan O’Cankly :
    25 février 2012 @02h18   « »

    Mr Grech : merci beaucoup pour votre bel article. J’ai beaucoup apprécié sa rigueur. De toute façon, je vous place toujours en haute estime pour votre coutumière finesse d’analyse en général. J’écoute également avec grand plaisir vos interventions dans l’émission radiophonique "Là-bas si j’y suis". Je suis donc convaincu que vous avez raison.

    Quant à la situation actuelle en Syrie, je me défie de tous les donneurs de leçon qui répètent les mêmes erreurs d’analyse à l’emporte-pièce, à chaud tout comme ils les ont récemment commises au sujet de la Tunisie, de l’Egypte, de la Lybie, du Maroc, du Yémen, de Bahrein, de l’Arabie Saoudite, etc, etc... Deux exemples parmi tant d’autres.

    D’une part, ils confondent soulèvement, insurrection, rebellion et révolution, j’ose espérer par simple ignorance de la signification de ces termes. C’est bien gentil de faire référence à Noam Chomsky en évoquant, bien approximativement d’ailleurs certains de ses propos, encore faudrait-il connaître un petit peu leur implication politique.

    D’autre part, ils abusent de la locution "pays arabes" que seule la religion réunit tant bien que mal. Et la religion quelle qu’elle soit a toujours constitué un puissant concentré de haine, de division et de conflit. Nous, Européens, en avons un exemple vieux de plus de huit siècles mais soigneusement dissimulé tel une maladie honteuse, en notre propre sein. Je veux parler de l’Irlande, bien sûr. Mais nous nous voilons pudiquement la face !

    Il n’y a pas d’entité "pays arabes". Il y a des pauvres qui se battent contre des riches, arabes ou pas : classe contre classe.

  • permalien Sarah :
    25 février 2012 @02h52   « »

    @ X :

    De là à prétendre que tout a été planifié dans des bureaux avnt même que le soulèvement ne commence ça relève de la pure paranoia. Kadhafi et ses fils étaient devenus les chouchoux de l’occident et la Libye leurs a été déjà bien acquise je ne vois pas pour quelle raison elles allaient préparer conspirer contre lui.

    Autant,je suis d’accord avec la première partie de ce que vous dites,mais vous etes soit mal informé,soit naif en croyant que Khadafi était totalement acquis aux occidentaux.

    S’il est vrai que depuis sa réintégration sur la scène internationale,il avait cédé en ce qui concerne le pétrole et que les multinationales occidentales étaient présentes en Libye,par contre Kadhafi dérangeait beaucoup de monde dans sa politique internationale,notamment africaine.

    En effet,il avait clairement une politique africaine qui était contraire aux interets occidentaux:il soutenait des régimes(Soudan,Cote d’Ivoire,Tchad,Afrique du sud),des mouvements qui étaient soit hostiles ,soit dérangeants pour les interets américains, français et israeliens(ce dernier pays qui est,comme par hasard,jamais évoqué lorsqu’on parle de l’Afrique,alors qu’il y a de gros interets).

    De plus,au niveau international il avait des relations privilégiées avec des pays comme le Vénézuela ou la Chine,des pays qui sont dans la ligne de mire américaine.

    A ce sujet,pour comprendre les enjeux géostratégiques en Afrique,il faut lire le livre de Pierre Péan :"Carnages:les guerres secrètes des grandes puissances en Afrique".

    Où sont mis en évidence les interets américains,anglais,mais aussi, c’est plus surprenant,ceux d’Israel,qui considère l’Afrique et surtout la région des Grands Lacs comme sa profondeur stratégique face aux pays Arabes.

    Ainsi,les dictateurs sanguinaires de la région comme ceux du Rwanda,d’Ouganda,du Congo,ou encore du sud-Soudan sont aidés militairement,financièrement par Israel,et cela au prix de six millions de morts dans cette seule région(on pense tous à la situation tragique du Congo qui vit un véritable génocide,car ce pays a le malheur d’avoir l’un des sous-sol le plus riche du monde).

    Donc,il faut toujours nuancer ces propos:si je ne crois pas à une conspiration contre Kadhafi,par contre dès il a été mis en difficulté,les occidentaux n’ont pas hésité à le diaboliser,à grossir ses crimes(réels),et cela bien évidemment parce qu’il y avait de gros interets en jeu.

  • permalien X :
    25 février 2012 @03h51   « »

    Deïr Yassin :
    24 février @19h22

    Ismail Haniyeh a salué "le héroïque peuple syrien qui lutte pour la liberté, la démocratie et des reformes".

    Excellente nouvelle et pleine de bon sens.

    Les dirigeants du Hamas se sont tournés publiquement contre leur allié de longue date le président Assad ce vendredi, approuvant ainsi la révolte visant à renverser son régime dynastique.

    Bientôt les conspirationnistes Sakhra & co vont nous dire que MM Hanniyeh et Machaal on comploté avec les occidentaux et les sionsites dans le bureau oval contre le lionceau. N’est ce pas Chanaa.

    Pour changer, Sakhra bien sûr va jurer que Qatar les a acheté.

    J’ignore ce que seront les conséquences de cette décision admirable mais comme on dot elle est majeure. Nasrallah pour qui j’avais beaucoup d’estime s’est planté dans celle là.

  • permalien Yvan :
    25 février 2012 @08h33   « »


    Le Hamas officialise son divorce avec le régime de Damas - DIPLOMATIE - FRANCE 24
    Allié traditionnel du régime de Bachar al-Assad, le Hamas a apporté, par la voix de son Premier ministre Ismaïl Haniyeh, son soutien à la contestation populaire syrienne, qui lutte pour la "liberté et la démocratie".

  • permalien Yvan :
    25 février 2012 @09h06   « »


    Alain Gresh sauve l’honneur du Monde (diplomatique) - InfoSyrie
    Encore une fois, Alain Gresh n’est pas de notre bord. Mais il s’élève contre le mensonge médiatique et le simplisme politique et dénonce les arrières-pensées et manoeuvres des soi-disant défenseurs de la démocratie et des droits de l’homme. Il pense que la négociation, même difficile, sera toujours préférable à la guerre et à l’intervention étrangère. On est très loin des pamphlets atlantistes, bellicistes et sionistes à la BHL qui ont, hélas, pignon sur rue, de la droite à la gauche journalistiques.
    Bref, Alain Gresh sauve un peu, nous semble-t-il, un peu de l’honneur perdu de la presse française en général et du Monde diplomatique en particulier.

  • permalien Nathan :
    25 février 2012 @09h48   « »

    @ Sarah : 24 février @23h30

    Il faudrait savoir, à la fin. Lorsque les Occidentaux interviennent dans les affaires d’un pays avec le prétexte plus ou moins fallacieux de défendre la "démocratie" et les droits de l’homme, vous leur dites à juste titre de se mêler de leurs affaires. Moi, je dis l’inverse : occupons –nous de nos oignons. Ce conflit ne nous concerne pas. La France et les Français ont assez de problèmes comme ça. N’intervenons surtout pas. Laissons les Arabes résoudre cette affaire purement interarabe. Laissons même les Syriens – ou les Irakiens, Afghans, Pakistanais, Somaliens, Nigérians, Algériens, Egyptiens, etc - s’entretuer si ça leur chante… Et là, vous n’êtes toujours pas contente. Faudrait savoir…

  • permalien Sakhra :
    25 février 2012 @09h54   « »

    "La démocratie et les droits de l’Homme " selon les "révolutionnaires otanesques" libyens :

    Voilà ce que font subir les "rebelles" aux habitants de Tawergha. Tawergha est cette cité à proximité de Misrata et peuplée majoritairement de Libyens noirs. Chassés de leur ville, avec interdiction de s’y réinstaller, un certain nombre d’entre eux sont prisonniers des prétendus rebelles portés au pouvoir par l’OTAN, David Cameron et Nicolas Sarkozy (au nom des droits de l’homme, bien entendu, ce que BHL a certifié comme on le sait).
    Traités comme des animaux dans un parc zoologique, on les oblige dans cette séquence à manger le drapeau vert qui était l’emblème de la Libye sous Kadhafi. Et comme au zoo, il y a du

    public.
    http://mounadil.blogspot.com/

    http://www.youtube.com/watch?v=lGsf...

  • permalien roturo :
    25 février 2012 @10h00   « »

    quand, vous écrivez "C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre le veto des dirigeants russes et chinois à la résolution du conseil de sécurité des Nations unies du 4 février.", dans ce cadre, étant pour vous, une volonté, de nombreux pays dont la france, de vouloir militariser la situation en Syrie afin de pouvoir prendre le contrôle de la Syrie et de se rapprocher de l’iran avec qui ces "nombreux pays" veulent en découdre militairement.
    dans ce cadre, étant que la Russie et la Chine voudrait éviter l’envahissement de la Syrie par d’autres pays et éviter le soutien militaire de ces autres pays à l’opposition , tout cela par le dialogue.
    Ok, pourquoi pas.
    et de dire qu’en fait la Russie, la Chine, la Corée du Nord ... ont peur qu’un jour peut-être proche, suite à la mobilisation de leur peuple contre leur régime dictatorial, une mobilisation internationale intervienne afin de demander le départ des ces différents dictateurs ???

  • permalien Sakhra :
    25 février 2012 @10h10   « »

    Conférence de Tunis : les « Amis de la Syrie » prônent une solution politique

    Les Séoudiens ont fait une proposition , qui n’a pas été retenue : armer l’opposition syrienne ? C’est Halal ?
    Chez eux, une simple manifestation doit être réprimée, car illicite au regard de "leur" charia wahabite !
    http://www.rfi.fr/afrique/20120224-...

  • permalien Nathan :
    25 février 2012 @11h02   « »

    En effet, occupons-nous de nos oignons… Ce qui se passe en Syrie est éminemment tragique mais qu’attendre d’autre de la part de dictateurs arabes, surtout ceux de la variété "progressiste" ? A quoi ça sert d’intervenir dans tous ces pays au nom des droits de l’homme alors que nous avons perdu depuis longtemps la maîtrise de notre propre destin collectif (qui est entre les mains des marchés, c’est-à-dire des investisseurs internationaux, de la Bundesbank rebaptisée banque centrale européenne et des apparatchiks décérébrés de l’Eurocratie) ? A quoi ça sert de défendre la démocratie en Syrie ou en Afghanistan si une candidate aux élections présidentielles françaises faisant entre 15% et 20% des voix n’est même pas sûre de pouvoir se présenter faute d’avoir un nombre suffisant de signatures ? On n’est même pas capable de faire respecter des formes minimales de démocratie en France. Doit-on vraiment s’enthousiasmer parce qu’un Ismail Haniyeh défend sa tribu (les Frères musulmans) et soutient l’opposition en Syrie alors qu’il règne d’une main de fer à Gaza et interdit toute opposition ? Doit-on vraiment souscrire à cette farce burlesque ? Décrétons une bonne fois pour toutes que ce qui se passe dans tous ces régimes féodaux ne nous concerne pas.

  • permalien Deïr Yassin :
    25 février 2012 @11h37   « »

    @ Nathan le troll

    "Décrétons une bonne fois pour toutes que ce qui se passe dans ces régimes féodaux ne nous concerne pas"

    La moitié encore présente de Dupont & Dupond parle d’abord de "ceux dans la variété "progressiste" et 10 lignes plus tard il nous parle de "régimes féodaux".

    Pour ne pas se ridiculiser plus que nécessaire, et pour être en cohérence avec ses propres propos, il doit donc maintenant logiquement quitter ce blog dont les sujets "ne le concernent pas".
    N’oubliez pas de fermer la porte en partant ...

  • permalien Nathan :
    25 février 2012 @11h47   « »

    Que la France rapatrie aussi ses soldats d’Afghanistan. Ça suffit comme ça. Assez joué aux mercenaires pour satisfaire les Américains et surtout les Chinois (qui exploitent tranquillement les mines afghanes sous bonne garde occidentale). De toutes façons, c’est peine perdue. Les barbares talibans vont revenir au pouvoir. Et ça sera rebelote. Retour à la case départ. Interdiction aux fillettes d’aller à l’école, charia oblige. Lapidation des femmes en place publique. Retour de la sympathique coutume locale des décapitations. On les voit déjà s’agiter parce que quelques malheureux exemplaires du coran ont été malencontreusement jetés au feu alors que de leur côté, ils n’ont pas hésité à détruire à l’explosif les deux bouddhas géants de Bâmiyân. Déjà une bonne vingtaine de morts… Même les génuflexions américaines n’ont pas suffi. Arrêtons de participer à cette farce. Qu’ils s’entretuent, on s’en fout, c’est leur problème…

  • permalien Yasmina :
    25 février 2012 @11h54   « »

    X

    Nasrallah pour qui j’avais beaucoup d’estime s’est planté dans celle là.

    n’est pas ingrat qui veut. Il a toujours été à contre-courant de l’oportunisme et de l’opinion mainstream. Je l’admire d’avantage.

    Ismail Haniyah est intègre, intelligent et courageux. il a ses contraintes et je respecte son choix.

    La situation n’est pas facile pour le camps de la résistance . Evitons de juger.

  • permalien Nathan :
    25 février 2012 @12h51   « »

    Je lis par exemple dans la presse que Didier Reynders, le ministre belge des affaires étrangères a déclaré : "Le régime syrien a choisi la voie de la barbarie". C’est très vrai mais en quoi ça le concerne ? En quoi ça nous concerne ? Que Reynders s’explique plutôt sur la faillite de Dexia, qui coûte des milliards aux citoyens et contribuables belges (et français). Qu’il s’explique plutôt sur ses propos d’il y a quelques mois selon lesquels "la dette belge était une légende urbaine" (sic !). Qu’il s’explique sur le fait qu’il avait nié que des entreprises étrangères ne payaient pas d’impôts en Belgique. Qu’il s’explique sur le fait qu’il refuse d’effectuer un audit de la dette belge, comme le lui demande notamment ATTAC. On voit ici très bien en quoi la situation tragique en Syrie tombe à pic et permet à cette canaille de faire diversion à bon compte.

  • permalien Shanaa :
    25 février 2012 @12h55   « »

    Nathan, lors du carnage baptisé "plomb durci" personne ne s’est soucié du droit de l’homisme, à géométrie trés variable, il est vrai !

  • permalien gloc :
    25 février 2012 @12h57   « »

    Le dénommé Nathan : « C’est très vrai mais en quoi ça le concerne ? »

    C’est que pour quiconque ne se sent pas impliqué dans les intérêts régionaux (comme Israël), la question reste frivole.

  • permalien Shanaa :
    25 février 2012 @13h14   « »

    X, Sarah, personne n’a dit que les révoltes ont été décidées dans le bureau ovale !
    En revanche, de nombreux observateurs soulignent leur étrangeté ! Pourquoi la Libye et pas l’Arabie Saoudite, alors ?
    Pourquoi l’Irak et la Syrie et pas la Jordanie ? Bref, pourquoi s’acharner sur des états laics, respectant le droit des femmes, en bonne santé économique, tout en s’appuyant sur des monarchies rétrogrades ?
    Enfin, cerise sur le gateau : Qui voudrait croire que BHL, Sarkozy et Cameron sont capables de dépenser des millions d’euros pour sauver des arabes libyens, par pur altruisme et amour des droit de l’homisme ?
    Rappelons que Khadafi avant sa chute a été reçu en France, et que Assad s’est pavané au défilé du 14 juillet, a posé sur "Paris match" avec son épouse Asma ! Le titre était : deux amoureux à Paris !!!
    Comment se fait-il qu’en si peu d’intervalle, ils deviennent les diables à abattre ?

  • permalien EAUX TROUBLES :
    25 février 2012 @14h42   « »

    En complément de cet article :

    Je vous invite à lire l’article paru sur http://www.cf2r.org/ : SYRIE : UNE LIBANISATION FABRIQUÉE Compte‐rendu de mission d’évaluation auprès des protagonistes de la crise syrienne. http://www.cf2r.org/images/stories/...
    qui nous avait déjà produit un compte-rendu lucide de la situation en Libye.

    C’est un document incontournable.

    Sur la web, il y a de tout et il est facile de piocher le pire pour accuser de conspirationnisme aggravé celui ou celle qui oserait remettre en cause une version officielle ou la version d’un seul camp.

    La « Lettre à une Journaliste » de Jean Bricmont doit aussi être lue (elle a été postée sur Voltairenet – horreur !), le site d’origine : http://www.michelcollon.info/Lettre...

    Il est dommage que le contexte géopolitique soit rarement rappelé dans cette crise syrienne (pour la Libye, saviez-vous qu’il y résidait une vingtaine de milliers de Chinois – tous partis – et que les accords avec la Chine ont de ce fait été remis en cause ; je crois que la Chine ne se laissera pas faire une seconde fois, ainsi que les Russes). C’est la crise Libyenne qui a fait réagir ainsi les Russes et Les Chinois. Les Occidentaux n’ont pas respecte les résolutions de l’ONU puisqu’on le sait aujourd’hui ils étaient aussi engagés au sol.

    Pourquoi cette diabolisation à l’extrême du régime syrien ?

    Quelles sont les sources des exactions commises par le Régime et celles des « opposants », en parle-t-on ?

    Et le soutien d’Al-Qaeda aux « opposants » ?

    Une autre information intéressante :

    http://mondialisation.ca/index.php?...

    « 40 officiers du renseignement turc ont été capturés par l’armée syrienne ». parue sur le journal israélien HAARETZ http://www.haaretz.com/news/middle-...

    Sur l’utilisation des Missiles Milan :

    http://www.mondialisation.ca/index....

    Y avait-il tout ce branle-bas de combat – les « Amis de la Palestine » – quand il a eu l’opération PLOMB Durci ( a l’uranium appauvri ?) mené par Tsahal (armée israélienne) à Gaza ?

  • permalien Nathan :
    25 février 2012 @15h51   « »

    Voyons un peu de quoi nous sommes censés nous intéresser dans cette vaste aire "culturelle" qui nous occupe en permanence…

    - Encore au moins une dizaine de morts à Homs (Syrie)… La ration quotidienne servie par le boucher Assad

    - Des explosions au Yémen font 25 morts, sans doute pour fêter l’arriver au pouvoir du nouvel autocrate local

    - Encore des attentats mortels provoqués par les islamistes Boko Haram au Nigéria

    - Deux officiers de l’OTAN tués à Kaboul à cause de quelques malheureux exemplaires du coran brûlés par inadvertance, dans un pays où les talibans n’avaient pas hésité à détruire les deux bouddhas géants de Bamiyan que même les hordes de Genghis Khan avaient laissés tranquilles

    - Une conférence internationale s’est réunie cette semaine pour discuter de l’avenir de la Somalie, un pays transformé en jungle islamiste et qui compte déjà un million de victimes depuis la chute de Siad Barre en 1991. J’imagine que les contribuables européens seront encore sollicités de leur poche pour faciliter la pacification d’un pays qu’ils ont du mal à situer sur la carte

    Et demain sera un autre jour...

  • permalien Sarah :
    25 février 2012 @16h03   « »

    @ Nathan :

    Pour une fois,nous sommes d’accord:laissons les Arabes tranquilles et régler leurs problèmes eux-memes !

    Si les occidentaux pouvaient dans le meme temps rapatrier toutes leurs troupes de cette région,évacuer toutes leurs bases militaires,arreter leurs prédations et soutien à toutes les dictatures,les armer,les financer, ou encore organiser des coups d’état,ce serait un bon début pour faire baisser la tension dans la région.

    Et si dans le meme temps,ils pouvaient demander à leurs amis israeliens d’arreter le vol des terres palestiniennes,et le nettoyage ethnique en Palestine,ou s’ils ne parviennent pas convaincre les fascistes Lieberman et Netanyahou,qu’ils cessent au moins de leur venir en aide(soutien militaire,financier,diplomatique),ce serait un très bon début !

    Et je ne sais pas où vous etes allés chercher que j’étais pour une intervention occidentale dans la région.

    Tout ce je veux,et en fait la majorité des habitants de la région,c’est que les occidentaux LES LAISSENT TRANQUILLES et QU’ILS CESSENT D’INTERVENIR DANS CETTE REGION QUI N’EST PAS LA LEUR !

    Je crois que c’est clair,non ?

  • permalien X :
    25 février 2012 @17h04   « »

    Yasmina :

    Ismail Haniyah est intègre, intelligent et courageux. il a ses contraintes et je respecte son choix.

    Est ce que vous voulez dire que Monsieur Hanniyeh a pris une mauvaise décision pour des raisons stratégiques ? Si c’est le cas c’est une insulte à son intélligence et à celle su Hamas.

    Le Hamas est l’un des trēs rares mvmt démocratiques du monde arabe. J’ai la certitude que ça décision n’est pas celle d’un seul homme. Il n’est ni Assad, ni Kadhafi, ni un des roitelets du golfe.

    La situation n’est pas facile pour le camps de la résistance.

    La résistance à plus a ganger de la chute des dictatures. Le contexte est trēs, favorable est les sionistes paniquent : Moubarak est en prison, bientôt j’espère pondu, Ben Ali est caché chez les Saoud pour éviter un sort identique, Abdellah et M6 sont pris de panique...

  • permalien patrice :
    25 février 2012 @17h36   « »

    @Sakhra
    A propos de l’Irak :
    "Conçu comme une « mesure temporaire destinée à couvrir les besoins humanitaires du peuple irakien », le programme « Pétrole contre nourriture » fonctionne de 1996 à 2003, brassant en tout 64 milliards de dollars."
    A comparer avec les 3000 milliards de Dollars dépensés par les seuls américains pour la deuxième guerre du Golfe.(seulement 800 milliards selon Wikipédia...Pourquoi pas)
    En fait, cette guerre n’a été rentable que pour les sponsors de la campagne électorale de Georges Bush. Et elle a coûté très cher au contribuable américain, alors que les USA auraient pu obtenir des concessions pétrolières à moindre coût via un simple chantage. En revanche, la destruction de l’Irak faisait sans doute l’affaire d’Israël, qui a poussé à la roue pour déclencher le conflit.
    En ce qui concerne l’occupation de l’Afghanistan, je dois avouer que je n’en perçois pas les motivations, sauf à envisager à nouveau un lobbying des sociétés d’armement.
    Mais, pour en revenir au programme pétrole contre nourriture, il a surtout fait des heureux à l’Onu, puisque les fonctionnaires de cette organisation ont détourné une grande partie de l’argent pour alimenter leurs caisses.

  • permalien Yvan :
    25 février 2012 @17h54   « »

    Sarah : Pour une fois,nous sommes d’accord:laissons les Arabes tranquilles et régler leurs problèmes eux-memes !

    Pourquoi que les Arabes ?

    Il n’y a donc que des Arabes en Syrie, en Iran, en Israël, au Moyen-Orient ?

  • permalien patrice :
    25 février 2012 @17h56   « »

    @Eaux troubles
    En suivant votre lien, je découvre ceci :
    "Le quotidien hébreu rapporte que les agents turcs auraient confessé aux autorités syriennes avoir été entraînés par le Mossad israélien, dont ils auraient reçu « l’ordre de mener des attaques à la bombe afin de porter atteinte à la sécurité de la Syrie ». (Ibid.) L’un des agents aurait affirmé que le « Mossad entraîne des soldats de l’Armée syrienne libre ». (Ibid.) Des agents du service de renseignement israélien auraient par ailleurs formé des représentants d’Al-Qaïda en Jordanie afin de les envoyer attaquer la Syrie."
    Moi aussi, sous la torture, j’avouerais être un agent du Mossad lié à Al Qaida, et complice des attentats du 11 Septembre.
    Je ne doute pas de la participation du Mossad aux troubles qui ont lieu en Syrie, mais permettez moi d’être très étonné par les liens supposés entre les services secrets israéliens et Al Qaida. On dirait du Thierry Meyssan. Je me trompe ?
    Ou alors, ça devient vraiment très compliqué, dans ce pays. Est ce bien un journal israélien qui écrit ça ? Dans quel contexte ?

  • permalien X :
    25 février 2012 @17h57   « »

    Shanaa :
    25 février @13h14 «  »

    X, Sarah, personne n’a dit que les révoltes ont été décidées dans le bureau ovale !
    En revanche, de nombreux observateurs soulignent leur étrangeté !

    Justement leur étrangeté en est la preuve, si ce n’est pas dans le bureau ovale c’est au 1 Downing str ou à l’Elysée. Des peuples gouvernés par des dictateurs se révoltent on n’a jamais vu ça, des arabes en plus. C’est trop louche.

    Pourquoi la Libye et pas l’Arabie Saoudite, alors ?
    Pourquoi l’Irak et la Syrie et pas la Jordanie ?

    Quand j’ai commencé à lire votre question j’ai pensé que vous alliez dire : Pourquoi la Libye et pas la Tunisie , alors ?
    Pourquoi la Syrie et pas l’Egypte ?

    Mais ça ne marche pas alors l’Arabie Saoudite, le meilleur exemple.

    Alors pourquoi la Tinisie et pas la Libye hein ? et pourquoi l’Egypte et pas la Syrie ?

    Bref, pourquoi s’acharner sur des états laics, respectant le droit des femmes, en bonne santé économique, tout en s’appuyant sur des monarchies rétrogrades ?

    Qui s’acharnent c’est le bureau ovale, n’est ce pas ?

    Encore une fois : vous trouvez que le peuple libyens devait se contenter de Kadhafi pendant plus de 40 ans, et qui préparait son fils à prendre le pouvoir et massacrer tous ses oppasants politiques....

    J’ai déjà parlé des service de renseignement et de sécurité en Syrie et la façon dont ils traitent les syrien.

    Ces peuples n’ont aucune raison pour se révolter. Il a fallut la conspiration...des occidentaux

    Je vous l’ai dit hier vous n’avez aucune estime pour les peuples arabes. J’en ai maintenant la certitude.

    Qui voudrait croire que BHL, Sarkozy et Cameron sont capables de dépenser des millions d’euros pour sauver des arabes libyens, par pur altruisme et amour des droit de l’homisme ?

    Ça c’est vous qui dites ça. Ils sont intervenus pour déffendre leur intérêts. Ce faisant ça a mis fin au carnage... Les lybiens ont leur avenir entre leur mains maintenant....

    Vou qui faites partie des conspirationnistes que pensez vous de la décision du Hamas ? Ça vous donne une sorte de gueule de bois. Personne d’entre vous ne sait encore comment l’aborder.

  • permalien mikhael :
    25 février 2012 @18h45   « »

    une autre façon de penser ce conflit

    Syrie : la « Taqiya » des agités du bocal, Sartre, les rhinocéros et le ténia barbu

    http://chahidslimani.over-blog.com

0 | 100 | 200

Ajouter un commentaire