Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Syrie, médias et mensonges

Syrie, médias et mensonges

mercredi 14 mars 2012, par Alain Gresh

La Radio suisse romande a consacré son émission « Babylone » du mercredi 14 mars à « Syrie : ce qu’on en sait, et comment ? ». J’y ai participé aux côtés de Gaëtan Vannay, chef de la rubrique internationale de la RTS-Info (radio) et auteur de reportages en Syrie, Pierre Piccinin, historien, politologue, auteur de reportages en Syrie, et Nadia Boehlen, porte-parole d’Amnesty International section Suisse.

On trouvera ci-dessous le podcast de l’émission qui me semble d’autant plus salutaire que nous vivons une époque de désinformation sur la Syrie, à laquelle la chaîne de télévision Al-Jazeera, qui fut pourtant pendant de longues années une chaîne excellente et professionnelle, participe activement (lire Ibrahim Al-Amine, « Al-Jazeera’s identity crisis », Al-Akhbar in English, 13 mars 2012).

Ce qui m’a frappé dans cette émission, c’est la volonté de la Radio suisse romande de s’interroger sur le travail des journalistes en Syrie, volonté qu’on aimerait trouver chez nos confrères du service public français.

IMG/mp3/babylone_20120314_full_babylone_fb869f48-b2ac-4e41-97bd-b1c74598ca15-128k.mp3

217 commentaires sur « Syrie, médias et mensonges »

0 | 100 | 200

  • permalien Deïr Yassin :
    14 mars 2012 @18h44   »

    Merci, Monsieur Gresh. Cela fut très intéressant.
    Je retiens surtout vos propos à la min 46:50 environ :

    "Je voudrais être clair, moi, je pense que l’insurrection est exactement de la même nature que celle qu’il y a eu en Egypte et en Tunisie, c’est le droit du peuple syrien d’en finir avec un régime, un régime autoritaire et dictatorial, donc je n’ai pas de doute la-dessus"

    Vous continuez sur la responsabilité de la presse :

    "Ce qui me gène n’est non seulement le fait que la couverture n’est pas correcte, mais que, je veux dire, en ne voyant pas la complexité de la situation sur place avec les risques de tensions ethniques, confessionnelles etc, on aggrave les choses, on n’aide pas à les resoudre".

    Vous risquerez quand même de vous faire traiter d’endoctriné par la propagande atlantiste par certains !

  • permalien Lou :
    14 mars 2012 @18h53   « »

    Merci, itou, Monsieur Alain Gresh.
    Les différents intervenants s’expriment sans se couper la parole :
    # Alain Gresh, directeur-adjoint du Monde Diplomatique et spécialiste du Moyen-Orient,
    # Gaëtan Vannay, chef de la rubrique internationale de la RTS-Info (radio) et auteur de reportages en Syrie,
    # Pierre Piccinin, historien, politologue, auteur de reportages en Syrie,
    # et Nadia Boehlen, porte-paroles d’Amnesty International, section Suisse.

    Et ils peuvent même aligner plusieurs phrases d’affilé .
    Quel bonheur !

  • permalien Sarah :
    14 mars 2012 @19h02   « »

    Merci Alain Gresh.

    Je partage votre point de vue:il s’agissait au départ de manifestations pacifiques contre un régime inique,manifestations réprimées avec une violence incroyable(enfants torturés avec les ongles arrachés !).

    Face à cette répression féroce,une partie de l’opposition s’est armée, et a pu commettre des actes de vengeance répréhensibles.

    Toujours est-il que je ne crois pas du tout à la théorie du complot pour renverser le pauvre Bashar Al Assad,le soit-disant résistant à l’empire !

    C’est la faute du régime si aujourd’hui la Syrie vit une tragédie coutant la vie à des dizaines de personnes tous les jours.

    Je ne comprends pas qu’on puisse défendre ce régime connu pour sa brutalité et son caractère dictatorial.

    Je Précise,avant qu’on traite de vendue à l’axe américano-sioniste,que je suis contre toute intervention étrangère en Syrie.

  • permalien K. :
    14 mars 2012 @19h04   « »

    Vous risquerez quand même de vous faire traiter d’endoctriné par la propagande atlantiste par certains !

    Mais aussi du contraire.

    "Soit tu es avec nous soit tu es contre nous" comme disait débilou Bush.

  • permalien Mourad :
    14 mars 2012 @19h20   « »

    Merci Mr Gresh,
    On attendait ça depuis longtemps.
    En Occident, Il faut bien plus de courage pour dénoncer la désinformation médiatique que pour dénoncer les crimes de Bachar El Assad.

    Comme le dit Piccinin, plus il travaille sur la question syrienne, plus il en arrive à la conclusion que la majorité des Syriens préfèrent le régime à l’opposition.

    Mais dès qu’on emet le moindre scepticisme sur la couverture médiatique de la Syrie, on est traité de conspirationnistes.

    De plus, Alain Gresh a bien fait de dénoncer Qatar qui profite de la réputation qu’a acquise Al-Jazeera au fil des années, pour s’adonner à une véritable propagande de guerre en vue de retourner l’opinion publique arabe contre le régime syrien, et pour justifier une future intervention.

    Concernant Al-Jazeera, je pense que c’est quelquechose de planifier par les autorités qataries : le recours systématique à l’émotionnel, les images chocs, la très évidente partialité.. Enormément d’arabes même en Europe, ne s’informe que par ce média, c’est une catastrophe.

  • permalien Mafalda :
    14 mars 2012 @19h43   « »

    Enfin une radio libre qui invite des journalistes avec des opinions différentes. Merci pour ce coup de balaie dans l’uniformisation de nos information sur la Syrie,nous pays (la France) soi-disant démocratique et, toujours prête à donner des leçons sur ce thème et merci pour les journalistes qui font en toute honnêteté leurs travail.
    Je vais écouter votre station de radio

  • permalien Orangerouge :
    14 mars 2012 @20h07   « »

    Merci de cette émission, à Alain Gresh, aux différents intervenants, et à la Télévision Suisse Romande.

    Peut-être faudrait-il faire un "Prix du journaliste résistant à la pression du conformisme".
    Ce conformisme allant bizarrement très souvent dans le sens des intérêts bien compris des pouvoirs économiques ou politiques. (C’est ainsi que Pascal Boniface explique le succès des "intellectuels faussaires" comme Caroline Fourest ou Bernard Henri Levy.)

    Il faudrait se baser sur une évaluation des productions des journalistes vielles de 5 ans. Cela pour que le poids du consensus paresseux/propagandiste se soit atténué et que l’on ait du recul pour juger.

    Ceux qui auraient le plus honnêtement relaté les faits et qui auraient livré les analyses les plus rigoureuses seraient primés.

    S’ils ne trouvent pas très facilement du travail, ne passent pas facilement leurs papiers et documentaires, et si ce ne sont pas ceux qui ont les plus hautes rémunérations, on aura une idée juste de l’honnêteté de ceux qui contrôlent les médias.

    A défaut d’être efficace cela pourrait être pédagogique pour tous ceux, très nombreux, qui ne se (dés)informent qu’auprès de la télévision.

  • permalien Yvan :
    14 mars 2012 @21h55   « »

    Il est regrettable que le journaliste comme objet d’information n’ait pas été traité dans cette émission.

    L’aventure souterraine et rocambolesque d’Édith Bouvier à fait l’objet d’une large couverture médiatique, autant que le dévouement sans faille des révolutionnaires à son égard, ainsi que l’épopée son retour triomphal via le Liban, alors que la mort de Rémi Ochlik et le retour de ses cendres n’ont eu droit qu’au minimum syndical dans la presse.

    Tout se passe comme si face à la difficulté de construire un récit idéologiquement cohérent, la tentation soit grande de mettre en avant certaines histoires individuelles pour illustrer un discours et de taire tout ce n’entre pas dans ce cadre.

  • permalien Nathan :
    14 mars 2012 @22h05   « »

    Dans la série "la réalité dépasse toujours la fiction", 3000 e-mails du couple Assad ont été interceptés, puis authentifiés et analysés par le Guardian. Pendant que le régime massacre et torture (avec un petit coup de pouce des Iraniens), le couple Assad continue de mener une vie luxueuse et insouciante.

    http://www.guardian.co.uk/world/201...

    http://www.rue89.com/2012/03/14/les...

    Un autre qui est pas mal dans le genre c’est Rony Brauman. On se rappelle qu’à l’époque, Brauman avait fermement condamné le massacre de Jénine.

    En Syrie, les victimes se comptent par milliers. Cela n’empêche pas Brauman de déclarer que "en dépit des apparences, il y a une certaine retenue dans l’usage de la violence".

    http://www.lemonde.fr/proche-orient...

  • permalien Jordi GRAU :
    14 mars 2012 @22h55   « »

    A Nathan

    Bonsoir.

    Isolée de son contexte, la phrase de Rony Brauman que vous citez est effectivement étrange, pour ne pas dire scandaleuse. Si on lit ce qui précède et ce qui suit, on la comprend mieux :

    La situation pourrait être pire, sous-entendu en cas d’intervention étrangère, en faisant monter de plusieurs crans la violence. Prenons un peu de distance pour constater : 8 000 morts en un an, dont 2 000 parmi les forces armées syriennes et 6 000 parmi l’opposition - civile d’abord, mais combattants également. C’est à la fois très choquant, mais c’est aussi un bilan limité. Je veux dire par là qu’en dépit des apparences, il y a une certaine retenue dans l’usage de la violence. Une intervention étrangère justifierait de la part des autorités un surcroît de violence, l’usage d’armes plus lourdes, des arrestations plus massives, probablement une fuite en avant dans la violence, dont les Syriens seraient les premiers à payer le prix.

    Rony Brauman, me semble-t-il, ne cherche pas du tout à atténuer les crimes du régime syrien, dont il a d’ailleurs dit plus haut qu’il était indéfendable. Il veut seulement dire que la répression pourrait être encore plus meurtrière en cas d’intervention étrangère. Cette opinion est peut-être discutable, mais elle n’est pas scandaleuse.

  • permalien Deïr Yassin :
    14 mars 2012 @23h11   « »

    @ Nathan
    Vous êtes intrinsèquement malhonnête ! Vous coupez la phrase de Brauman d’une manière à lui donner un sens déformé ! Enfin j’apprends rien à personne !

    Vous avez écouté l’émission dont traite ce fil ou cela ne vous intéresse pas d’avoir l’avis de quatre personnes dont trois ont été sur place ? Vous préférez continuer votre litanie monocorde glanée dans les MSM ou à la Hasbara Centrale ?
    En effet, vous foutez quoi sur un blog du Monde Diplomatique, un des rares endroits pour avoir ’une autre information’ ?

  • permalien Nathan :
    14 mars 2012 @23h59   « »

    Oui, Deïr Yassin, j’ai écouté l’émission. Il y a une chose qui me chiffonne : doit-on considérer Pierre Piccinin comme un observateur impartial et objectif ? A l’époque des élections présidentielles en Iran, il estimait qu’elle celles-ci n’avaient pas été tronquées - contrairement à ce qu’avaient affirmé de nombreux observateurs et notamment Alain Gresh - et que la victoire d’Ahmadinejad était incontestable. Qu’en savait-il ? Etait-il dans le secret des dieux ? D’autre part, j’ai lu qu’Alain Gresh avait également séjourné à Hama et qu’il avait constaté la présence d’une foule plus importante sur la place centrale que les dix mille ou même trois mille manifestants dénombrés par Piccinin. Il me semble qu’Alain Gresh n’a pas fait état de cette différence d’appréciation dans le cadre de l’émission.

  • permalien X :
    15 mars 2012 @00h06   « »

    Dēnommē Nathan

    Deïr Yassin :@ Nathan
    Vous êtes intrinsèquement malhonnête ! Vous coupez la phrase de Brauman d’une manière à lui donner un sens déformé ! Enfin j’apprends rien à personne !

    Je vous ai dit dans un prēdent post que grace à vous j’en apprends beaucoup sur le sionistes. Vous continuez à faire mon instruction par vos tricheries, vos mensonge et vos manipulation. Et je constate que je ne suis pascle seul. Mile Merci Dēnommē Nathan.

  • permalien X :
    15 mars 2012 @05h02   « »

    1/2

    Aux conspirationnites du blog Nouvelles d’orient : une tunisiènne, la soeur Sakhra, Shanaa, Sara, l’Anonyme de je ne sais plus quelle heure, son ami Toufiq, Tristan et Mourad.

    Mourad écrvait hier :

    Bachar a reconnu dès le départ qu’il y avait eu des bavures policières et militaires et que les responsables seraient jugés après enquête

    Un rapport sur la torture en Syrie vient d’ētre publié par Amnisty International. Ce rapport fait états des horreurs subbies par les opposants et manifestant syriens. Ce rapport dresse un vrai catalogue de 31 mēthode de tortures des unes plus déguelasse en voici quelques unes ci-dessous :

    Dans une enquēte Amnesty International écoutē des comptes rendus des méthodes de torture et autres mauvais traitements dont on a pas entendu parler de nombreuses années.

     Menacer la victime de viol
     Cheveux tirés ou arachés
     Cigarettes écrasées sur le corps
     Peau crevée par des pinces
     Falaqa, coups sur la plante des pieds
     Bisat al-rih (tapis volant), la victime est attachée face vers le haut sur une planche en bois pliable, les deux extrémités sont rapprochées l’une de l’autre provoquant une douleur importante au bas du dos.
     Shabeh : la victime est suspendue par les poignets chargés de chaînes, ou à partir d’un crochet ou sur une porte, ou parfois par les pieds, souvent pendant de longues périodes et généralement battus, dans une position où le détenu doit garder ses orteils sur le sol
     Crucifixion - une autre forme de torture la suspension, si la victime est attachée à un mur ou un cadre avec les bras tendus dans une position de crucifixion.
     être forcé à rester debout pendant des heures sur la pointe des pieds
     Être soumis à la violence sexuelle
     Être forcé à regarder le viol d’un autre détenu
     Être soumis à images et les sons de la torture infligés à d’autres, y compris des amis et des membres de la famille, et d’être exposés à des meurtres de victimes de la torture.
     Chocs électriques sur les parties du corps.
     Chocs électriques par l’intermédiaire d’une charge électrique appliquée à un sol humide
     Chaise électrique : une chaise en métal avec une sorte de casque en métal dans lequel la victime est attaché, puis un courant électrique est en marche

  • permalien X :
    15 mars 2012 @05h25   « »

    2/2

    Aux conspirationnistes du blog Nouvelle d’Orient :

    Suite des horreurs d’Assad :

     « chaise allemande » (al-kursi al-almani) : la victime est attaché sur une chaise en métal, au dos de laquelle est déplacée vers l’arrière
    Menacer la victime que ses proches seront détenus, violés ou ltorturé
     Traitements dégradants de la victime en utilisant un langage obscène ou insultes ou les forcer à se déshabiller devant les autres
     Poignarder la victime ou le couper
     Priver la victime de l’air, des installations de la toilette.
     Être détenu en isolement cellulaire prolongé
     Partage de la cellule avec un détenu mort ou en train de mourir.
     Le partage d’une cellule d’isolement avec un cadavre humain.

    Je me demande qu’est ce que nos conspirationnistes vont dire. Amnisty a notamment dénnoncé les tortures us en Irak et à Guantanamo, les traitements des palestiniens par les sionistes....Pour Assad ils vont probablement nous dire que Amnisty a reçu son rapport de la maison balnche ou de Sarko. Ou qu’Amnisty, une ONG occidentale est dans le coup avec l’OTAN..... C’est une autre conspiration, un nouveau complot.

    D’ailleurs, pour simplifier les discussion je vous propose de vous regrouper dans une association : l’Association des Conspirationnistes (ou Complotistes) des Nouvelles d’Orient. Ou l’ACNO pronencez LAKNO. Présidente, Syster Sakhra, et Président d’Honneur Tristan (en général un président d’honneur ne sait pascde quoi il s’agit, il est là pour ētre là un peu comme ses contribution au blog)

  • permalien Jean-pierre :
    15 mars 2012 @05h54   « »

    Que cela fait du bien d’entendre ces avis nuancés qui traduisent bien la complexité d’une situation. Les medias nous montrent un monde binaire, noir et blanc alors que la réalité est TOUJOURS toute autre en multiples nuances de gris.
    Merci Messieurs pour ce rare moment d’authenticité.

  • permalien Nathan :
    15 mars 2012 @09h33   « »

    @ Jordi GRAU

    Croyez-vous qu’après l’intervention israélienne à Jénine, - qualifiée dans un premier temps de “génocide” jusqu’à ce que le bilan fasse état d’une vingtaine de civils palestiniens tués dans le contexte d’une bataille entre soldats israéliens et combattants palestiniens, - Rony Brauman aurait pu dire “qu’en dépit des apparences, Tsahal a fait preuve d’une certaine retenue dans la violence” ?

    J’en doute fort. Le bonhomme – que je respecte, par ailleurs – a une vision biaisée, comme tout le monde. Dans un cas, il réagit avec ses tripes ; dans l’autre, il chipote et hésite à appeler un chat un chat.

  • permalien YvesT :
    15 mars 2012 @09h49   « »

    Le traitement manichéen de ce conflit par les médias (comme la plupart des conflits d’ailleurs) a des effets extrémement pervers. On peut soit adhérer totalement au discours et dans ce cas les choses sont assez simples et on pense savoir qui sont les bons et les méchants. Ou alors on peut se poser plus de questions et quelquefois par réaction se retrouver à défendre des gens indéfendables et totalement opposés à nos principes.
    C’est pourquoi je trouve très salutaire qu’ils y ait des voix discordantes, qui n’ont pas forcément toujours raison mais qui incitent à réfléchir. Des Tariq Ramadan, Nabe, Michel Collon, Jean Bricmont, Pierre Piccinin, Rony Brauman, Pascal Boniface ou Alain Gresh ne tiennent pas tous le même discours mais ont le mérite de nous remuer les neurones.
    En se référant à leurs histoires et à leurs différentes prises de positions dans le passé on arrive à se faire une idée plus précise d’un conflit de toute façon plus complexe que sa caricature médiatique.
    Merci à tous ces gens de l’ouvrir. Même quand je ne suis pas d’accord avec eux je les trouve nécessaires. Et il serait bon que nos "élites" politiques les écoutent attentivement au lieu de les rejeter comme des pestiférés.

  • permalien Yves :
    15 mars 2012 @10h35   « »

    On Peut penser ce que l on veut de ce conflit Syrien, et se poser toutes les questions mais une chose est sure et si vous Voulez verifier les massacres Venez au Liban rencontrer la miserere de ces refugies SYriens et meme si certains Sont conditionnes vous entendrez des recits qui ne vous laisseront pas indifferent, les morts et les blesses Sont reels et c est une honte, en 2012 laisser faire ca a la porte de l Europe ce n est pas digne de la civilisation.

  • permalien Orangerouge :
    15 mars 2012 @10h48   « »

    Yves, la plupart des gens ici ne doutent pas des crimes commis par Assad.

    Il est cependant impossible de se faire une idée de ce que souhaite la majorité des Syriens (comme dans toute population, il y a une diversité de groupes) et surtout si les Syriens qui demandent une intervention militaire des occidentaux et de l’Arabie saoudite, sont représentatifs du reste de la population du pays.

    Si vous écoutez l’émission qui fait l’objet de cet article d’Alain Gresh, on voit bien que les affrontements ont lieu dans un certain nombre de villes. Mais ce n’est pas l’ensemble du pays qui se révolte, peut-être par peur, peut-être parce que l’orientation politique de certains des révoltés ne leurs plaisent pas.

    Ensuite nous savons bien maintenant qu’une intervention militaire peut conduire à beaucoup plus de victimes que la lutte d’un Régime dictatorial contre ses opposants révolutionnaires ou révoltés.

    Les expériences de l’Irak à la Lybie, nous enseignent qu’intervenir militairement peut être encore plus destructif que de laisser se faire les luttes internes au pays.

  • permalien Caius Gracchus :
    15 mars 2012 @10h50   « »

    @Yves vous êtes au Liban ? vous êtes allé voir des réfugiés ? Néanmoins considérons que ces témoignages sont globalement authentique, j’ai juste envie de dire : "On Peut penser ce que l on veut de ce conflit Syrien, et se poser toutes les questions mais une chose est sure et si vous Voulez verifier les massacres (de la part de groupes armées rebelles) Venez en Syrie écoutez des habitants ayant fui parfois leur maisons et meme si certains Sont conditionnés vous entendrez des recits qui ne vous laisseront pas indifferent, les morts et les blesses Sont reels " (de la part de certains rebelles).

    Et plus généralement juste une remarque,:si une révolte contre le pouvoir en Syrie peut être légitime (mais pas le meurtre de membres des forces de l’ordre, et ce pratiquement depuis le début du mouvement de révolte), contre un régime qu’on sait autoritaire et surtout féroce en matière de répression, cela ne nous oblige pas à dire que ce qui est minoritaire est majoritaire, à ne pas regarder qui est derrières le mouvement (ou du moins qui essaie d’en récupérer la direction) et encore moins à soutenir ceux qui en appellent aux pires ennemis de la Syrie et de son peuple et au anciens colonisateurs !

  • permalien Caius Gracchus :
    15 mars 2012 @10h58   « »

    Quant à l’exemple de Jenine il est intéressant comme exemple, non pas d’une retenue de l’armée israélienne (raser une ville n’est pas faire preuve de retenue à mon sens) mais du fait qu’un assaut aussi violent en zone urbaine, fait sommes toutes relativement peu de morts civils (je croyais aussi à l’époque que les israéliens avaient commis un massacre, mais en fait dans de tels cas la majorité des habitants arrivent à fuir , et tout laisse à penser que même à Homs les bombardements à la roquettes ont sans doute fait plusieurs dizaines de morts chez les civils, loin de ce qui s’était passé à Hama en 1982)

  • permalien houariB :
    15 mars 2012 @11h02   « »

    je suis tombé pars hasard récemment sur cette émission diffusé sur TV5 qui remonte quelque peux le niveau des médias télévisuels francais. Regarder cette émission avec votre collègue du diplo en langue arabe Samir Aïta et avec Richard labéviere.
    http://www.tv5.org/cms/chaine-franc...

  • permalien Delphine :
    15 mars 2012 @11h33   « »

    Je ne peux que me réjouir à l’écoute de ce podcast et vous en félicite de le diffuser. Nous voyons dans les médias français et belges une diffusion très manichéenne de ce conflit, basée sur l’émotion avec perte d’objectivité. Les européens réagissent avec leur propre culture et aiment à voir dans cette crise syrienne la révolution d’un peuple contre un dictateur. Ce qui est une vision beaucoup trop simpliste . Il est plus que primordial de rappeler la base réelle de ce conflit qui est n’est pas politique mais bien religieux. Les rebels sunnites réclament le pouvoir détenu (par la force) par une minorité alaouite. Dans un tel contexte, ne pas intervenir militairement ne veut pas dire soutenir le régime d’Al Assad, qui clairement devra répondre de ces actes, mais intervenir reviendrait à soutenir les sunnites. Ce qui dans le contexte géopolitique actuel risquerait d’embraser toute la région !Là se trouve la complexité réelle du conflit. Ce que les occidentaux ont sous estimé en Lybie ! Ce que l’ONU peut et doit faire est de protéger la population syrienne prise entre les deux !

  • permalien YvesT :
    15 mars 2012 @11h44   « »

    Le fait d’avoir été sur place ne donne pas forcément une vision juste de la réalité même si c’est un apport incontestable.
    Quelqu’un qui arriverait en France pour analyser la vie politique française aurait une vision très différente suivant si il tombe dans une section UMP, au FN, en ville, chez des ouvriers au PC ou à Neuilly...
    Ce que l’on voit en toute objectivité peut aussi cacher une toute autre réalité. C’est pourquoi recouper différentes infos est à mon avis plus utile que se fier à une seule source même paraissant très légitime.

  • permalien Orangerouge :
    15 mars 2012 @12h27   « »

    Oui l’ émission de TV5 dont lien est donné par houariB, est très intéressante sur la Syrie : elle entre dans la complexité des choses avec deux journalistes (Richard Labévière et Samir Aïta, Franco-Syrien, rédacteur en chef et directeur général de l’édition arabe du Monde Diplomatique) et Meyar al-Roumi, un réalisateur syrien opposant à Assad :

    http://www.tv5.org/cms/chaine-franc...

    La question qui est bien posée dans cette émission est la suivante : face à une révolution en Syrie, (et avec nécessairement certains risques de communautarisation des conflits) est-il bien honnête de laisser l’Arabie et le Qatar, ces grands démocrates, fournir les armes aux révolutionnaires ...

  • permalien Gilles :
    15 mars 2012 @14h40   « »

    Les discours des uns et d’autres sont, dans cette émission, beaucoup plus différents qu’il ne semble au premier abord.
    Pierre Piccinin s’en tient à ce qu’il a constaté de visu. En cela, il a pleinement sa place dans le débat ("Ce que l’on sait, et comment"). Ce n’est pas le cas d’Alain Gresh, qui parle très peu de ce qu’il a pu constater sur place. Il accuse l’armée syrienne, et Assad, d’être les principaux coupables des atrocités commises, mais en se fondant sur ses intimes certitudes, et sur rien d’autre.

  • permalien Handala :
    15 mars 2012 @17h19   « »

    Oui Gilles, je suis un peu d’accord avec vous.
    Le postulat de départ, qu’il ne faut pas remettre en question, de la croisade médiatique anti-Bachar, selon moi anti-Syrie, est que, au départ, Bachar est responsable de la situation de violence en Syrie, quasiment de tous les maux de la Syrie, que le régime de Bachar mérite toutes les condamnations et les qualificatifs les plus outranciers et sans appel ; c’est comme une entrée en matière obligée, pour qu’une intervention qui se nuance par la suite puisse être reçue ; un alignement professé sur la doxa de départ, même si on cherche à se désaligner par la suite.
    Je remets en cause, ce principe du postulat sans nuances, que l’on ne doit pas discuter, car c’est le principe même d’une diabolisation orchestrée, comme en Irak, comme en Libye, etc. Et l’on sait dans quel but ! Alors que la liste des dictateurs, des Etats-bourreaux et criminels, trop longue pour être énumérée, et bien sûr l’on ne peut pas ne pas penser à Israël, bénéficie d’une étrange mansuétude et d’un silence pour le moins très "indulgent" de la part des médias mainstream et des politiques occidentaux.
    En général ce sont pour leurs "qualités", l’obstacle qu’ils représentent pour les intérêts géopolitiques de l’axe du bien de Bush et compagnie et non pas parce qu’ils seraient des dictateurs à 25, 50 ou 100 %, qu’ils sont cloués au pilori.

  • permalien Handala :
    15 mars 2012 @17h24   « »

    - Suite-
    Ce n’est pas une défense à 100%, ou à 150% du régime de Bachar, dont il a en grande partie hérité, que je veux faire. Et entre autres, je pense que le dossier du système répressif (prisons, tortures), mls en place par le régime baassiste doit être réouvert et je le souhaite réformé dans une Syrie réformée. Mais dans combien de pays le système répressif et les tortures mériteraient une levée de boucliers, que l’on se garde apparemment de faire, à commencer dans les prisons d’un pays ami comme le Maroc, sans parler, bien entendu des prisons et de la torture en Israël, inscrite même dans la constitution !
    Donc, je remets en cause, l’acte de soumission, "l’acte de foi" de départ du catéchisme de diabolisation de Bachar, qui conduit à la conclusion "unanime", que d’une façon ou d’une autre, il doit débarrasser le plancher : et l’on sait, ce que cela peut vouloir dire pour l’OTAN et consorts !
    C’est très violent (le souci de l’objectivité n’a rien à voir là-dedans, et surtout pas, un quelconque esprit critique) et très outrecuidant vis à vis du peuple syrien et du respect de sa souveraineté. N’est-ce pas à lui décider ? Nous décrétons à leur place que leur Président est un monstre, un "boucher" - le "modéré" Nathan ne l’appelle que comme ça ! - alors que nous savons pertinemment que la majorité des Syriens font cohésion autour de leur Président (pour la défense de leur souveraineté et de la souveraineté de leur pays en premier lieu) et veulent jouer le jeu du programme de réformes initié.

  • permalien Gilles :
    15 mars 2012 @17h58   « »

    Entièrement d’accord avec vous, Handala.
    La majorité des Syriens savent que certains pays arabes et occidentaux veulent leur infliger ce qu’ils ont déjà fait subir aux Libyens, et bien sûr ils n’en veulent pour rien au monde. Et, à tout prendre, l’oppression du régime d’Al Assad leur semble encore préférable, d’autant qu’il n’y a pas de raison de penser que les réformes entreprises soient un leurre.
    En outre, les mensonges de nos médias et l’arrogance de nos gouvernants sont ressentis par ce peuple comme une insulte intolérable.

  • permalien Orangerouge :
    15 mars 2012 @18h09   « »

    On ne peut pas nier qu’Assad attaque un certain nombre de villes à l’arme lourde et qu’il torture à tour de bras.
    Amnesty International a une certaine expérience dans le recueil et le recoupement de témoignages.

    Par contre il est aussi clair que chaque pays défend ses intérêts propres, et on peut être certain que ni l’Arabie ni le Qatar n’agiront en faveur de la démocratie.

  • permalien Handala :
    15 mars 2012 @19h19   « »

    Gilles, l’oppression sur les opposants, oui, et de façon certainement terrible, voire paranoïaque, mais l’oppression sur l’ensemble du peuple syrien, là, je crois qu’il faut être plus nuancé, beaucoup plus nuancé. Pour ceux qui le soutiennent (il y en a même qui l’aiment -ils sont fous ces Syriens !), certes il y a la conjoncture actuelle, son bilan pour la Syrie, même s’ils souhaitent des réformes, est loin d’être négatif.
    J’ajouterai, que le régime baas est celui qui a accueilli le plus de réfugiés palestiniens et dans des conditions beaucoup plus généreuses que la plupart, sinon tous les autres régimes arabes. A ma connaissance, les Palestiniens ne subissent pas de discrimination, notamment pour l’accès à la propriété et au travail.
    C’est aussi le pays qui a ouvert le plus largement ses portes et pris en charge le plus de réfugiés irakiens.
    Reste le dossier sur la répresion de l’opposition, instituée de longue date, avant Bachar. Je crois que même les "pro-Bachar", dans une Syrie plus démocratique, devront demander à ce qu’il soit ouvert (car, bien sûr, c’est le monde du secret) et réformé. Est-ce possible ?
    Car ce qui me trouble, c’est que ce système d’oppression sur les opposants, qui rivalise de brutalité, semble exister dans tous les pays du Proche et Moyen-Orient. Quant à Israël, son "exutoire" "ethnique" féroce et meurtier, sans discrimination, sur les Palestiniens, protège peut-être un peu, les opposants juifs. Quoique maintenant, de façon tout de même encore plus modérée que les Palestiniens, ils commencent eux-aussi à y goûter.

  • permalien al-Ummiyyu :
    15 mars 2012 @19h54   « »

    Bonsoir,
    en somme si je comprends bien 40 années de stabilité (dans une direction autre) et il faut oser le mot il n’est pas si gros, il n’est pas trop gros et il devient même "un compliment pour ce Moyen-Orient", 40 années de stabilité donc ponctuées par la solidité avérée de Hizb Allah. La Syrie comme d’autres grandes nations a pu livrée une guerre en dehors de ses terres et avec un certain succès ; de ce point de recul vous pouvez écrire la suite vous-mêmes.
    Mais si on reste en Syrie en tentant d’y appliquer une des règles saintes de la démocratie (celle qui se joue et se vend actuellement) : le règne de la majorité.
    depuis l’an 2000 depuis la mort du père (peut-être qu’un bon connaisseur de Hafiz al-Assad pourrait faire l’effort pour nous d’imaginer sa gestion de cette crise et il est interdit de recycler !),
    le fils fait al-infitah (et c’est là qu’il y aurait de véritables reproches à faire) et le pays le suit, une grande partie du pays. Qui a connu la Syrie des années 70, 80 et 90 ne peut nier cette éclosion plus qu’une ouverture. Je ne juge pas le parfum ni l’aspect mais tout ce monde allait dans une certaine joie vers 10% de riches, une bonne classe moyenne et des pauvres (nos plus belles démocraties ne peuvent prétendre à mieux). La majorité allait donc et réclamait aussi et c’est bien parc-qu’elle réclamait que le président faisait des promesses depuis 2001. Mais il faut naviguer à vue les usa sont là, Hariri est assassiner et le tribunal qui cherche le coupable ne doit surtout pas le trouver mais juste avoir de fortes suspicions quand il regarde de ce côté (car il ne peut jamais aller voir ailleurs), Hizb Allah résiste et de belle manière (en plus il menace de porter la prochaine guerre en Israël).
    Le président syrien a-t-il jamais eu l’intention de mener des réformes sérieuses dans son pays ? Les boulets étaient déjà prêts pour le ralentir et le Président Sarkozy (auquel survivra ??? le président Al-Assad) a sans doute bien injecté un anesthésiant en 2008 et sa piqure de rappel en 2010 pour que personne ne puisse voir les outils de la guerre venir.
    ........
    La majorité du peuple syrien aurait réalisé plus qu’une révolution, une évolution c’est-à-dire une continuité si les islamistes minoritaires, en Syrie, n’avaient fait le choix, pour prendre le pouvoir, de mettre le pays non pas au bord de la guerre mais dans la guerre ; un holdup armé (préparé) et médiatique sur le dos des révolutions arabes.
    wa ala ad-dunya as-salam

  • permalien Shanaa :
    15 mars 2012 @20h31   « »

    Salutaire clarification, d’une situation complexe , tout à l’honneur des intervenants par sa probité.
    Je retiens particuliérement ces phrases qui, selon moi, caractérisent les médias mainstream : "Il n’y a aucune censure, mais tout le monde dit la même chose". Ou : "Vaut mieux avoir tort avec tout le monde que raison tout seul".
    Enfin, il est bon de rappeler que la torture existait en Syrie avant ces événements. Le régime l’a tout simplement généralisée et intensifiée.
    Il est vrai, que l’Irak et la Libye sont là pour dire qu’une intervention militaire étrangére serait une humiliation et perçue comme telle par les peuples arabes !
    Si des syriens soutiennent Assad par défaut, celui-ci doit partir ou être jugé. Sinon, la rancune des syriens qui ont subi les violences sera grande à son égard.

  • permalien ORONTE :
    15 mars 2012 @21h21   « »

    Et les mensonges de P. PICCINI qui dans sa propre bio. (voir son site) se pare de diplômes qui n’existent pas :

    "Certificat [tout au plus sans doute un certificat de participation à un stage de fouilles] de l’École Nationale d’Archéologie de Lattes (France)" ; Lattes n’est pas une école mais un labo du CNRS avec un chantier-école de fouilles -(aujourd’hui disparu) .

    "Certificat de l’École Pratique des Hautes Études (EPHE), Section des Sciences religieuses et Section des Sciences historiques et philologiques (Paris - Sorbonne)" : si elle dispense des diplômes l’EPHE ne dispense aucun certificat !

    Voilà qui le discrédite et en dit long sur son honnêteté.

  • permalien Shanaa :
    15 mars 2012 @22h02   « »

    X, tout le monde sait que le régime syrien avec son parti baath pratique la torture depuis des lustres ! C’est pas nouveau.
    Le pére Assad faisait de même, et avait aussi ordonné le massacre de Hama en 1982 ! Il y a eu aussi le massacre de la prison de Sednaya. A cette époque, personne ne trouvait l’intérêt de dénoncer ou de s’indigner ! Le pére Assad continua de régner et refila le trône au rejeton qui est ophtalmologue de profession,, mais sans vision politique !
    Le probléme de la Syrie, du Liban, de l’Irak, c’est que les habitants se définissent d’abord par leur religion, et non par leur citoyenné, leur culture, leur humanité. La religion n’étant qu’une maniére d’adorer un même dieu ! Le pouvoir exploite cette attitude en favorisant le groupe le plus puissant au détriment des autres. D’ou les tensions.

  • permalien Shanaa :
    15 mars 2012 @22h22   « »

    X, alors, si je suis "complotiste (oui), vous, en revanche, vous êtes un internaute "embedded" sur les épaules des rebelles tel un BHL !
    Humblement donc, je me demande ou sont les leaders ? Toute "révolution" a, au moins, un leader ! Comme Danton, Lenine, ect... Toute révolution a aussi des revendications précises : Etat de droit, abolition de la torture, respect des opinions, respect du culte, ect...
    Enfin, toute révolution débouche sur une constitution !
    Je n’ai rien entendu de semblable ! A moins d’avoir zappé un épisode ! Aussi, je compte sur vous pour me définir les axes de la "révolution" libyenne, par exemple...
    Enfin, au risque de vous décevoir, je pense davantage à des soulévements spontanés ou provoqués, ou les deux ! Avec toute la réserve qui caractérise les complotistes !
    Sans rancune et j’espére que l’avenir vous donnera raison !

  • permalien Mourad :
    15 mars 2012 @22h26   « »

    Je suis parfaitement d’accord avec Handala, Gilles, et Caius Graccus.

    Quant à X,

    Pour répondre simplement, je dirais d’abord que c’est un peu facile de traiter tout ceux qui ne sont pas d’accord avec vous de conspirationnistes. Si vous etes à cours d’arguments, ce n’est pas grave, ca arrive à tout le monde. Dans la citation de Rony Brauman, il apparait que 2000 membres des forces publiques ont été tués. La situation actuelle s’apparente bien plus à une guerre civile qu’à une révolution. Les tortures et les violences ne sont pas l’apanage du régime, les rebelles s’y adonnent très régulièrement aussi. Alors si on doit condamner les violations des droits de l’Homme, faisons-le dans les deux sens.

    Mais si vous préférez vous enfermer dans le politiquement correct et la position du fanatique de la démocratie, c’est votre droit et je le respecte. Moi je préfère celle du pragmatisme et du réalisme, convaincu que la démocratie est à la fois un processus permanent, et à la fois un idéal régulateur, qui se donne pour objectif le bien commun d’une société (des Syriens et des Syriennes en l’occurence). Et je suis sûr que le bien commun des Syriens ne réside ni dans une intervention étrangère, ni dans la chute brutale du régime. La seule voie possible est celle de la réconciliation et des négociations, ni dans l’intérêt du régime, ni dans l’intérêt des contestataires, mais dans celui du peuple Syrien, et il l’a bien compris. ;-)

  • permalien JLM :
    15 mars 2012 @22h34   « »

    Il n’y a qu’à écouter Amnesty International, réputé pour son objectivité, pour se faire une idée du régime syrien !

  • permalien X :
    16 mars 2012 @00h46   « »
    Conspirations en préparation contre l’Algérie à l’étranger bien entendu

    Le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a accusée dans un discourprononcé le jeudi 15 mars, des services de renseignement étrangers de chercher à former les jeunes pour faire une révolution en Algérie.

    http://www.alquds.co.uk/index.asp?f...

    Selon le premier ministre il y’aurait donc maintenant des jeunes en train d’apprendre comment aller gueuler dans la rue pour ouvrir un autre chapitre du printemps arabe en Algérie. Dans son discour il a parlé dune grand puissance. Le seul hic c’est qu’il ne nomme pas ce pays.

    Le moins qu’on puisse dire c’est Ouyahya est prévoyant. Mais on peut se demander quand même pour quelle raison les tunisiens et les egyptiens n’avaient pas besoin de formation pour se révolter alors que jeunes algériens ont en besoin. Faut croire que les temps changent plus vite qu’on ne pense.

    Avec ces dēclaration ça n’augure rien de bon pour l’Algérie pour les prochaines élections. À suivre.

  • permalien
    16 mars 2012 @00h54   « »

    peut etre que x,cest la verité, n’a aucune pitié pour les dictatures et qu’il n’est pas pret à leur accorder la moindre circonstance attenuante.aussi ,il ne veut pas perdre son temps à faire de comparaisons entre les prisons au maroc et ceux de syrie.je devine pour lui,c’est le meme enfer.
    je n’essaie pas de défendre sa position,il sait tres bien se défendre à sa maniere,de meme je ne lui en tiens pas rigueur d’etre un jour aux antipodes.
    neanmoins je lui concéde une chose:longtemps j’ai developpé un discours rassurant sur les questions nationales comme le font nos freres syriens sur ce blog,en fin j’ai découvert que ce discours est plus dangereux et plus pernicieux que le populisme.

  • permalien Deïr Yassin :
    16 mars 2012 @01h12   « »

    L’émission de Magreb Orient Express est effectivement très intéressante : Samir Aïta qui a l’avantage d’être Syrien a une bonne analyse : pour lui il y a bien une vraie révolte, ce qui n’empêche pas des complots. Il souligne aussi que pour lui, le principale responsable est bien Bashar al-Assad qui a commencé à former ses sbires déjà le mois de février.... juste pour ceux qui essaient de réécrire l’histoire en prétendant que le régime était prêt a discuter dès le début. Je crois que Mourad nous avait ’expliqué’ que les militaires avaient des fleurs aux fusils :-)

  • permalien Gilles :
    16 mars 2012 @01h32   « »
  • permalien Venturii :
    16 mars 2012 @04h37   « »

    J’ai un petit faible pour ce numéro des Guignols syriens...

  • permalien HW :
    16 mars 2012 @09h08   « »

    Une illustration de ce "moment orwellien" que vivent les journalistes français, ce matin au journal de 8h de France Culture : comparer les titres annoncés et le contenu du reportage sur la Syrie, puis comparer l’annonce de l’interview et de son contenu, et ce que dit vraiment la personne interviewée...
    http://www.franceculture.fr/emissio...

  • permalien HW :
    16 mars 2012 @09h43   « »

    Les enchères doivent voler très haut pour que même le vétéran Robert Fisk n’ait rien écrit sur la désacralisation et le vandalisme commis par une bande d’islamistes armés au cimetière militaire de Benghazi, contre les tombes des soldats tombés à al-Alameyn.
    http://www.dailytelegraph.com.au/ne...

    Ils ont eu le goût de se filmer pendant les deux jours de leur petite fête. Les médias français ont à peine mentionné l’affaire et les liens vers les vidéos toujours rares.

  • permalien Nathan :
    16 mars 2012 @10h49   « »

    Un article du Guardian, basé sur les mails interceptés de la famille Assad, montre le rôle actif joué par le beau-père du dictateur syrien, un cardiologue vivant peinard à Londres, n’hésitant pas à lui prodiguer des conseils pour affûter sa propagande.

    http://www.guardian.co.uk/world/201...

    Les mails interceptés témoignent d’une sorte de schizophrénie du dictateur syrien, probablement amplifiée par le mode de vie numérique et connecté qui est le nôtre. Dans un mail, le boucher de Damas envoie à sa femme une séquence youtube qu’il a particulièrement appréciée. Il s’agit d’une performance d’un illusioniste américain qui tranche par mégarde le corps d’un assistant en deux et le « recolle ensuite ». N’oublions pas qu’au même moment, les tortionnaires du dictateur tranchent effectivement des membres dans les geôles syriennes.

    http://www.lemonde.fr/international...

    Un psychanalyste pourrait y voir le désir de recoller les morceaux d’un pays qu’il a lui-même détruit.

    http://www.guardian.co.uk/world/201...

  • permalien Deïr Yassin :
    16 mars 2012 @10h58   « »
    Syrie, médias et mensonges : le cas ’al-Jazeera’

    Une info de la semaine dernière :

    - www.blottr.com/world/breakin...

  • permalien Yvan :
    16 mars 2012 @11h27   « »

    La Syrie, permet de comprendre, comment se construit l’information quand un des protagonistes, Assad, prétend contrôler les sources d’information.

    Imposer, une version de l’histoire, n’est pas que la conséquence d’un suivisme alimentaire des journalistes, c’est aussi le point de convergence d’opérations voulues, pensées et exécutées, donc forcément concertées, quand l’élément brut initial est absent ou perturbé.

    Ainsi la mise en histoire de l’épopée dÉdith Bouvier (le journalisme "embedded" dans une des composantes de l’opposition), est à ajouter, à la révélation de la liste des commissions de la famille Assad (le journalisme des éboueurs), le décompte des réfugiés (qui fuient la violence en général ? ou Assad ?), la traque sanglante des cyber-révolutionnaires, et le lâchage diplomatiques des "tyrans-frères".

    Une "communication" uniquement à charge, qu’on du mal à qualifier d’"information", tant elle s’acharne à "prouver" pour ne pas dire "argumenter", l’isolement d’Assad et de sa famille face aux différents composants de l’univers connu et inconnu.

  • permalien Gilles :
    16 mars 2012 @12h15   « »

    Ria Novosti

    Syrie/Al Jazeera : 3 journalistes démissionnent en signe de protestation

    Vendredi 16 Mars 2012

    Trois journalistes de la chaîne de télévision qatarie Al Jazeera ont démissionné la semaine dernière pour dénoncer la position de leur direction sur la crise syrienne, rapporte vendredi la chaîne russe Rossiya 24, citant Ali Hachem, un des journalistes protestataires.
    "Les premières manifestations au début de la contestation n’étaient pas pacifiques – il y avait même des personnes armées. Je l’ai vu de mes propres yeux, et c’est probablement une des raisons de mon départ d’Al Jazeera. J’ai vu des hommes armés se déplaçant du Liban en Syrie, traversant la frontière", a déclaré M.Hachem, ex-correspondant d’Al Jazeera au Liban.
    "Il ne s’agissait pas d’un ou de deux militants, mais de dizaines de personnes qui allaient ensuite affronter ensuite les forces gouvernementales (syriennes)", a-t-il ajouté.

    Selon Rossiya 24, le directeur exécutif du bureau d’Al Jazeera à Beyrouth, Hassan Chabaan, fait partie des démissionnaires qui protestent contre une couverture partiale des événements en Syrie.
    Le 15 mars, l’agence syrienne SANA, citant une source au sein du ministère de l’Information du pays, a affirmé que des groupes terroristes capturaient et tuaient des civils syriens afin de les faire passer pour des victimes du régime. En outre, selon la source, les chaînes satellitaires arabes (Al Jazeera et Al Arabiya) ont ces derniers temps commencé à prendre des militants en qualité de correspondants pour couvrir ces faux crimes dans les régions contrôlées par les terroristes.
    Selon SANA, ces informations sont confirmées par des habitants de la ville syrienne de Homs, qui identifient, parmi les victimes présumées de l’armée syrienne selon les reportages d’Al Jazeera et d’Al Arabiya, leurs proches, qui ont été depuis longtemps capturés et tués par des terroristes.

  • permalien X :
    16 mars 2012 @12h54   « »

    Nathan,

    Un psychanalyste pourrait y voir le désir de recoller les morceaux d’un pays qu’il a lui-même détruit.

    Je me demande ce que dirait ce mēme psychanalyste en consultant les post du dēnommē Nathan sur ce blog. Ses massages quasi qutidiennes sur Assad d’un coté et de l’autres :

    - aucun mot sur la détention administrative des palestiens dans des conditions inhumaines,

    - aucun sur le terrorisme des colons qui sont de la mēme religion que lui,

    - aucun mot sur les massacres de civils à Gaza par des des avions de chasses pilotē par des juifs comme lui,

    - qui justifie le drame des palestiniens par les injustices contre les siens non pas par des palestiniens mais par d’autres,

    - qui trouve que les drame des palestiniens dans ce 21e siēcles humains en les comparant avec des drames des siēcles passēs.

    - qui admet qu’il y’a un rêgime fascisste en Israel, mais ne voit aicune nēcēssitē de punir ou de juger qui que ce soit, parceque les fascistes en question sont de la mēme religion que lui.

    La liste est trēs longue...

    Vous n’avez pas de crēdibilitē Nathan.

    Je respecte l’intēlligence de Zyster qui a compris.

  • permalien Gilles :
    16 mars 2012 @13h46   « »

    A X.

    En écoutant l’émission, on apprend que le fameux Observatoire syrien des droits de l’homme, dont le fondateur est un proche de Rifaat el-Assad, rival et ennemi juré de son neveu Bachar, est affilié à Amnesty International ! Cela nous renseigne sur la légitimité des rapports d’Amnesty !
    Rifaat El Assad est surnommé le "boucher de Hama", car il commandait la répression des islamistes de cette ville en 1980.

  • permalien Shanaa :
    16 mars 2012 @14h05   « »

    Les Assad sont convaicues que la Syrie est leur propriété ! Les syriens comptent comme décor et vaches à lait. Ainsi, le rejeton capricieux et gâté a décidé de casser son jouet, la Syrie !
    Le mode de vie et la mentalité londonienne des Assad est en totale déphase avec le peuple syrien qui lutte pour la survie, au delà de toute considération politique ! Un occidental, par exemple, peut aisément s’identifier avec son dirigeant. Pour un arabe c’est difficile.
    On peut remarquer médusés que les seules fois ou les armées arabes servent à quelque chose, c’est contre leurs citoyens !!!
    Les Assad, aprés avoir rétabli l’ordre, organisé des élections, doivent être jugés. S’ils échappent comme les Bin Ali cela encouragera les dictateurs à récidiver pour s’en tirer à bon compte !

  • permalien ben ramden :
    16 mars 2012 @14h25   « »

    le commentaire du 16 mars 00h 54 est de ben ramden.
    je veux dire qu’en matiere de printemps arabe x est un lecteur pas du tout écléctique comme la majorité des lecteurs.
    ce qui se passe en syrie est vraiment consternant,je veux bien croire qu’il s’agit vraiment d’une ingérance étrangere pour déstabiliser un régime arabe"progressiste" qui se bat pour la cause de tous les arabes.qu’ils est aux prises avec des groupes commandités par l’exterieur.
    en verité,je n’accepte pas qu’une armée nationale,avec un tel déploiement de force,et les troupes d’élites soit confrontée au peuple.c’est l’evidence.
    je reproche au régime syrien le fait de ne pas avoir consolidé suffisament le front interieur,c’est la condition sine qua non pour gagner une guerre.
    de vouloir maintenir le pays dans un régime qui s’apparente à l’autarcie.un pouvoir hermetiquement clos.
    d’avoir aussi ,camper longtemps sur des positions rigides tenant de la guerre froide.
    d’avoir participé à la guerre de déstruction de l’irak.
    de vouloir jouer sur les divisions des fractions palestiniennes.
    d’empecher le consensus entre les libanais et les palestiniens.
    d’avoir dénaturé comme sadam,l’idéologie de baaas telle qu’elle a été tracé par les peres fondateurs,michel aaflak en tete.
    certes le complot imperialiste a toujours existé,mais qui dit que le peuple syrien n’est pas cabable de s’approprier de sa vocation premiere en faisant face au projet sioniste.
    de là à vouloir presenter baschar comme leader incontesté et renvoyer la balle à d’autres régimes arabes qui dans tous les cas ont les memes défauts,c’est une supercherie.
    ce qui compte s’est l’avenir,l’alliance de la syrie et de l’egypte.deux révolutions d’un gros calibre qui vont peser dans la balance dans ce monde arabe sans repere pour soutenir la cause palestinienne.

  • permalien HW :
    16 mars 2012 @15h45   « »

    Dans la série "moment orwellien", lu sur Le Monde point fr aujourd’hui
    On met dans la bouche d’une diplomate russe la phrase suivante : "Quoi qu’on pense de Kadhafi, c’était tout de même le chef de l’Etat. Les images de violences et d’acharnement contre lui étaient insupportables, moyenâgeuses", affirme Valentina Matvienko."
    alors qu’il est évident que l’allusion est aux tortures sur Kadhafi lors de sa capture et de son exécution...
    http://www.lemonde.fr/europe/articl...

    Mais les journalistes du Monde ne consultent pas les vidéos en arabe de Youtube...

  • permalien Shanaa :
    16 mars 2012 @18h43   « »

    X, croyez le bien, les réseaux sociaux c’est pour le pire et le meilleur ! Il en va de même pour tous les moyens d’acculturation mis en place par ses suprématistes ! Ainsi, dans n’importe ghetto des pays du sud les jeunes sont sapés comme dans les banlieues françaises ! Les signes extérieurs de la nouvelle religion se voient de la tête aux pieds, et l’obésité "macdolienne" fait des ravages ! Les fruits sont mûrs pour l’acculturation volontaire !

  • permalien michael :
    16 mars 2012 @19h03   « »

    loin des mensonges

    Printemps arabe : Bachar la Chimère, la Palestine et Bellérophon

    http://chahidslimani.over-blog.com

  • permalien X :
    16 mars 2012 @19h15   « »

    Gilles

    En écoutant l’émission, on apprend que le fameux Observatoire syrien des droits de l’homme, dont le fondateur est un proche de Rifaat el-Assad, rival et ennemi juré de son neveu Bachar, est affilié à Amnesty International ! Cela nous renseigne sur la légitimité des rapports d’Amnesty !
    Rifaat El Assad est surnommé le "boucher de Hama", car il commandait la répression des islamistes de cette ville en 1980.

    Oui Gilles c’est pour ça que j’ai dit que Amnisty a reçu le rraport de la maison blanche.

    Dans l’émission en question il y’avait une représentante
    d’Amnisty qui a expliqué, et ce n’est pas une nouveauté : Amnisty ne publie rien si elle ne fait pas recoupement et des vérifications jusqu’à ce qu’il n’ait plus de doute. Si vous n’avez entendu cette partie réécpouter l’émission.

    Est ce que vou voulez dire simplement qu’il n’y aps de torture en Syrie ? alors dites le. Vous êtes plus crédible qu’Amnisty.

  • permalien Mourad :
    16 mars 2012 @22h58   « »

    @ Deir yassine,

    Je n’ai jamais expliqué que les les soldats syriens avaient des fleurs au fusil. Déformation !

    J’ai dit que le régime avait ordonner aux militaires de ne tirer qu’en cas de légitime défense (certains soldats ont surement enfreint cette directive, chose que le régime a d’ailleurs condamné). Par ailleurs, les campagnes militaires à Homs et à Erbil sont une réaction normale, n’importe quel état et armée au monde réagirait exactement de la même manière, si le contrôle était perdu sur une partie de son territoire, et que la souveraineté était menacée. Et enfin il est prouvé que dès le départ de nombreuses manifestations n’étaient pas pacifiques. Quant aux véritables militants pro-démocratie, pacifiques, ils n’ont pas été tués ou torturés que je sache ! Bien qu’ils soient sous étroite surveillance et sujets à des arrestations intempestives. La preuve c’est que régulièrement, après enquête, le régime libère des milliers d’opposants.

    Mais bien-sur, pour vous, comme l’indiquent vos commentaires sur les autres articles du même sujet, tout ce que dit Bachar el Assad est forcément faux. Vous ne manquez d’ailleurs jamais de rappeler à quel point il est ’barbare’, ’fou’, et ’sanguinaire’. Et vous passez la moitié du temps à nous parler de Hama 1982 .

    Une fois de plus, contentons-nous d’accuser Bachar el Assad pour les crimes qu’il a commis. Plutôt que de le condamner pour les crimes de son père, pour les crimes de la rebellion, ou pour les crimes que Qatar aimerait tant qu’il commette un jour (comme un ’génocide’ par exemple, ce qui justifierait enfin une intervention en Syrie).

  • permalien Deïr Yassin :
    16 mars 2012 @23h51   « »

    @ Mourad

    Si vous avez remarqué, j’avais mis ’expliqué’ entre guillemets. Et puisque vous lisez ce blog très attentivement - si attentivement que vous avez trouvé des propos de ma part que je n’ai jamais tenus - cela m’étonne que vous ne savez pas à quoi je fais allusion. Le mot ’Hasbara’ a comme sens initial "explication" - du verbe lehasbir : expliquer - mais cela veut aussi, et surtout, dire la propagande.

    Vous ’expliquez’ à quel point le régime est plutôt victime qu’autre chose, et je me rappelle d’un commentaire de votre part il y a longtemps où vous disiez que Bashar al-Assad était selon vous, peut-être le seul dirigeant arabe qui méritait sa place car il était si "éclairé" et "prenait les bonnes décisions". C’est vraiment une "explication" !

    Vous ne manquez d’ailleurs jamais de rappeler à quel point qu’il [Bashar al-Assad] est "fou", "barbare", "sanguinaire".

    Vous me l’avez déjà écrit, et cela n’est pas le fait de le répéter qui le rend plus vrai ! Trouvez moi où j’ai écrit cela. Je suis sûre que je n’ai jamais écrit qu’il est fou ; je vous ai aussi expliqué que j’avais utilisé le mot "barbare" pour singer Nathan - dont j’attends encore la dénonciation des bombardements barbares à Gaza, et pour "sanguinaire", je doute que j’ai utilisé ce mot au sujet de Bashar al-Assad. Peut-être du régime en général, mais vous avez certainement un lien vers un de mes commentaires puisque ’je ne manque jamais de le rappeler’....

    "Vous passez votre temps à nous parler de Hama 1982"

    Là, par contre, il n’y a plus de doute : vous êtes carrément un menteur ! Je vous mets au défi de trouver un seul commentaire où j’ai parlé de Hama ! Vous n’en trouvez pas ! Peut-être que vous confondez avec Lattaquié.

    Si vous croyez que cela ajoute à votre crédibilité d’inventer ce genre de truc, vous vous trompez ! En ce qui me concerne, cela rappelle trop les procédés des sionistes sur ce blog et ailleurs. Comme quoi défendre l’indéfendable .... Je ne discuterai plus avec vous, les manipulateurs, j’en ai vu d’autres ici !

  • permalien X :
    17 mars 2012 @00h04   « »

    Mourad,

    Si vous etes à cours d’arguments, ce n’est pas grave, ca arrive à tout le monde.

    Je me suis fait chier à vous rēpondre point par point, trois post pour vous répondre, et vous que je manque d’argument ! Je vous suggēre de relire les messages que je vous ai adressē ou de ne pas rēpondre que je manque d’arguement. D’aileurs vousdites aussi :

    Pour répondre simplement, je dirais d’abord que c’est un peu facile de traiter tout ceux qui ne sont pas d’accord avec vous de conspirationnistes.

    Franchement, qui d’entre nous manque d’argument !

    Un conspirationniste est qqun, qui comme vous pense que ce qui se passe en Syrie est télécommandé par des pays étrangers, alors que vous mēme vous mentionnez que les syrien sont victimes de mauvais traitements.

    Deir Yassin a pris la peine de poster une phrase que M. Gresh a dit et je la reproduit encore une fois :

    "Je voudrais être clair, moi, je pense que l’insurrection est exactement de la même nature que celle qu’il y a eu en Egypte et en Tunisie, c’est le droit du peuple syrien d’en finir avec un régime, autoritaire et dictatorial, donc je n’ai pas de doute la-dessus"

    Non pas que Alain Gresh a le monopole de la vēritē mais comme vous aviez eu la gentillesse de bien rappeler certains aspects qui vous plaisaient ce qu’il a dit, pourquoi vous n’avez pas parlé de texte posté par DY ?

    Merci Mr Gresh,
    On attendait ça depuis longtemps.
    En Occident, Il faut bien plus de courage pour dénoncer la désinformation médiatique que pour dénoncer les crimes de Bachar El Assad.

    Personnellement à part Al Jazeera, j’ai compris que M. Gresh dénonçait surtout le manque de proffessionaliame des journalistes, et non la désinformation. C’est de la manipulation que vous faites, en plus vous vous êtes bien gardé de dire que si le travail des journalistes est difficile c’est parceque le régime leur ferme la porte.

    La mēme remarque est aussi utile à Gilles.

  • permalien Deïr Yassin :
    17 mars 2012 @00h07   « »

    Je m’excuse. J’ai accusez Mourad à tort. Il ne dit pas que je ’passe mon temps à parler de Hama 1982’, mais seulement la moitié de mon temps. Mea culpa.

  • permalien Mourad :
    17 mars 2012 @01h05   « »

    @ DEIR YASSINE ET X,

    Quand je dis vous, ce n’est pas que de vous personnellement dont je parle. Je constate simplement qu’on préfère souvent s’enfermer dans une diabolisation stérile du régime actuel, plutôt que de regarder la réalité en face. L’argument des massacres de Hama 1982 revient en permanence, alors que c’est bien Hafez el Assad qui en est responsable et pas son fils. Or, souvent, quand on vous indique que les responsabilités sont partagés dans les crimes en Syrie, et qu’il y a de grands enjeux géostratégiques derrières ces événements, qui les déterminent sans doute en bonne partie, vous répondez par des accusations de conspirationnisme, ou de soutien à un dictateur. Je respecte le choix des Syriens.

    Et Pierre Piccinin pense que la majorité des Syriens soutiennent le régime ne serait-ce que par défaut, et pour ses points de vue divergents sur la Syrie, il est aujourd’hui censuré par des gens qui se disent démocrates mais qui ne supportent en réalité pas d’être contredits et qui craignent de sortir du rang. De la même manière lorsque la Chine et la Russie posent leur droit de véto salutaire, on ne prend même pas la peine de comprendre cette position, on se contente d’incriminer.. alors que personne n’a plus de sang sur les mains que les accusateurs eux-mêmes armant les insugés.

    http://www.michelcollon.info/Un-che...

  • permalien X :
    17 mars 2012 @04h15   « »

    Mourad,
    1/2

    Quand je dis vous, ce n’est pas que de vous personnellement dont je parle

    Selon les conventions utilisées dans ce blog et dans tous les autres blogs de la planēte, si vous mettez le pseudo de DY au début de votre post, c’est que vous vous adressez à DY. Qd vous mettez en plus @ c’est encore plus clair. Car voyez vous les blog sont fait pour que des personnes échangent leurs idéea. Mais vous, vous mettez le pesedo de DY mais vous vous adressez à quelqu’un d’autre. Je pense que vous auriez au moins avoir la gentillesse de nous prévenir que vous alliez utiliser d’autres convention ou modifier les conventions que toute la planēte utilise. Alors soyez gentil dites nous quelle genre de convention on va utiliser pour échanger avec vous, si vous voulez qu’on ēchange avec vous parceque échanger avec vous c’est vraiment qq chose.

    Votre dernier post vous l’adresser à Deir Yassin et à moi et vous le commencez comme ça :

    Quand je dis vous, ce n’est pas que de vous personnellement dont je parle.

    Alors qd vous dites vous dans votre vous parlez à cette fois selon vos conventions. Si je comprends bien vous ne parlez ni à DY ni à moi puisuqe vous nous adressez le post et que vous avez vous mēme dit :

    Quand je dis vous, ce n’est pas que de vous personnellement dont je parle

    Je pense que vous êtes un petit menteur maladroit qui s’est fait piégé.

    Et je constate que vous ne répondez pas aux question qu’on vous pose. Peut ētre que selon vos convention quand on vous pose une qustion vous pensez qu’on lampose à qqun d’autre. Si c’est la cas dites le comme ça on arrētera de penser que vous ne répondez pas parce que vous n’avez rien à dire.

    ........une diabolisation stérile du régime...

    Pourriez vous svp expliquez à l’imbécile que je suis ce que ça veut dire. Dans un langage que le commun des mortels peut comprendre svp.

    L’argument des massacres de Hama 1982 revient en permanence,

    Selon nos conventions ça veut dire sans arrêt, pourriez citez trois ou fois que cet argumentvest sorti. Et je vous lance un défi une seule foi de Deir-Yassin ou de moi X une seule fois.

    Je vous lance un autre défi : trouvez qqun qui a parlé de Hama plus que vous. Je pense que vous en aviez parlé plus que tout le monde ici réuni. Conclusions : ça se passe dans votre tête.

  • permalien X :
    17 mars 2012 @04h27   « »

    Mourad,
    2/2

    Vous avez écrit :

    Or, souvent, quand on vous indique ..... qu’il y a de grands enjeux géostratégiques derrières ces événements, qui les déterminent sans doute en bonne partie, vous répondez par des accusations de conspirationnisme.

    J’imagine que dans ce cas vous utilisez la convention des terriens parce que moi j’accuse effectivement de conspirationnistes ceux qui disent que la révolution syrienne est planifiée d’ailleurs et téléguidé par des services de renseignement occidentaux et l’otan. Je l’avoue c’est moi le coupable mais peut être pas Deïr Yassin. Peut ētre que vous utilisez un mélanges des conventions des terriens avec les votres. Alors je vous doisvdes explications. Moi les grands enjeux stratégiques je n’y comprend rien. C’est trop compliqué pour moi alors pour garder ça à mon niveau j’accuse ceux qui disent ça de conspirationistes. Je suisun peu attardé mental je le reconnai, peut ētre avec le temps ....D’ailleurs vous n’ētes le seul à me dire que je suis un grand naif (qui veut dire un con) je le sais. Mais que voulez vous.

    Remarquez M. Gresh aussi est un peu limité il a laissé entendre que la révolte syrienne n’a pas été téléguidé par l’occident :

    "Je voudrais être clair, moi, je pense que l’insurrection est exactement de la même nature que celle qu’il y a eu en Egypte et en Tunisie, c’est le droit du peuple syrien d’en finir avec un régime, autoritaire et dictatorial, donc je n’ai pas de doute la-dessus"

    Je vous ai d’aileurs gentiment demandé ce que vous en pensez, vous n’avez pas répondu. Peut ētre que vous pensiez que vous alliez blēssē M. Gresh si vous dites ce que vous pensez. Si c’est le cas vous vous tromper. Allez y.

  • permalien X :
    17 mars 2012 @04h35   « »

    Mourad.

    Et vous passez la moitié du temps à nous parler de Hama 1982 .

    Et que fait elle (il) dans l’autre moitié.

  • permalien Gilles :
    17 mars 2012 @09h04   « »

    Qu’est-ce que ça veut dire conspirationniste ? J’ai cherché sur Lexilogos, et je n’ai rien trouvé. Apparemment, les dictionnaires ne risquent pas à en donner une définition, tant ce mot relève de la formule magique, tellement passe-partout qu’il en est devenu vide de sens.
    Un conspirationniste est-il une personne qui voit des conspirations partout ? Mais là il s’agit d’une conspiration précise : celle de l’Occident, qui soutient Israël et prépare l’assaut contre l’Iran, avec l’appui logistique de la Turquie, du Qatar et de l’Arabie saoudite.
    Ou alors est-ce tout simplement quelqu’un qui croit qu’il existe des conspirations dans ce monde ? Si vous ne croyez pas aux actions destabilisatrices, aux menées secrètes, si vous pensez que tout cela ne relève que du roman de gare ou de la littérature extra-terrestre, alors oui Mourad comme moi sommes conspirationnistes. Et à vous je conseillerais plutôt de vous en tenir à la Bibliothèque rose.
    C’est ainsi que je comprends Mourad quand il écrit à X : "Si vous êtes à court d’arguments, ce n’est pas grave, ça arrive à tout le monde." Le terme "conspirationniste" est un terme qu’on sort de son chapeau quand on ne sait plus quoi dire.

  • permalien gloc :
    17 mars 2012 @09h21   « »

    @Gilles ,

    Le "conspirationnisme" peut tout aussi bien être une pseudo-idéologie inventée par les conspirateurs, pour discréditer (faute de mieux) leurs accusateurs.

  • permalien Gilles :
    17 mars 2012 @10h22   « »

    @ gloc

    Vous êtes donc d’accord avec moi, c’est un mot passe-partout que tout le monde peut jeter à la face de son adversaire sans la moindre preuve.
    Par exemple, qui est "conspirationniste" ? Celui qui accuse l’Iran de préparer secrètement la bombe atomique ou celui qui s’en tient à la version officielle ? Celui qui accorde sa confiance au rapport de la Mission d’observation déployée sur tout le territoire syrien durant un mois par la Ligue arabe, ou celui qui pense que la vérité se trouve dans les affirmations quotidiennes d’un ou deux Observatoires syriens des droits de l’homme, dont le siège est à Londres ?

  • permalien gloc :
    17 mars 2012 @10h57   « »

    @Gilles,

    Le "complot" faisant partie de la nature humaine, il ne peut-être en soit être retenu en tant que tel comme un argument pertinent.

    On peut même concevoir que les sociétés humaines ou les civilisations, sont le résultat de complots contre leurs exclus.

    Ce n’est pas l’existence du complot, mais la nature du complot qui en fait un acte condamnable... au même titre que les autres activités humaines, réglementées par la société.

  • permalien X :
    17 mars 2012 @11h35   « »

    Gilees :

    Le conspirationnisme (ou "complotisme") est une idéologie paranoïaque née de la généralisation de théories du complot.

    Elle consiste à prétendre (i.e. affirmer sans preuves, mais par l’instigation du doute) que des autorités quelconques (étatiques, transnationales, militaires, religieuses, financières, etc.) dissimulent leur connaissance d’un certain nombre de faits ainsi que le contrôle de leurs opposants (par la désinformation, la menace, etc.) dans le cadre d’un objectif inavoué.

    En tant que croyance, il offre une explication de la réalité indifférenciable d’une autre où la conspiration n’existerait pas

    http://rr0.org/politique/ideologie/...

  • permalien Deïr Yassin :
    17 mars 2012 @11h37   « »

    @ Mourad

    Maintenant que j’ai compris que les commentaires que vous m’avez adressé - postulant que j’ai dit ceci et cela - ne m’étaient pas destiné malgré mon nom en haut et que le "vous" était un "vous" destinés à tous, je ne me sens donc pas obligée d’y répondre. Cela me fait gagner du temps....

    D’ailleurs, depuis l’histoire de votre imam chiite, je mets en doute votre raisonnement.

  • permalien Nathan :
    17 mars 2012 @12h53   « »

    Deïr Yassin : 16 mars @23h51

    je vous ai aussi expliqué que j’avais utilisé le mot "barbare" pour singer Nathan - dont j’attends encore la dénonciation des bombardements barbares à Gaza, et pour "sanguinaire", je doute que j’ai utilisé ce mot au sujet de Bashar al-Assad.

    Cette délicatesse l’honore. Quelques milliers de morts plus tard, Deïr Yassin hésite encore à traiter Assad de dictateur sanguinaire. J’ignore où elle situe la barre au dessus de laquelle, elle consentirait d’utiliser ce qualificatif.

    Moi, par contre, je n’hésite pas à condamner les tueries de civils à Gaza ou ailleurs, les arrestations administratives de Palestiniens, totalement illégales, la violence exercée contre les manifestants palestiniens dont certains sont tués à bout portant par des tirs de grenades lacrymogènes, et de manière générale l’occupation de la Cisjordanie et l’annexion de Jérusalem-est et d’une partie de la Cisjordanie.

  • permalien Deïr Yassin :
    17 mars 2012 @13h32   « »

    @ Nathan
    Inutile d’essayer de vous faire passer pour un humaniste !

    Je n’hésite à RIEN DU TOUT ! Je n’aime pas qu’on me fait des mauvais procès, c’est tout ! Cela fait trois fois que Mourad, le porte-parole du régime à Damas, postule que j’ai dit ceci ou cela.

    Je ne sais pas si j’ai utilisé le mot "sanguinaire" or non, par contre je sais que Bashar al-Assad est un homme d’intelligence moyenne - contrairement à son père qui était intelligent, cruel mais intelligent - qu’il me parait plutôt avoir été placé parce qu’il est le fils de son père mais que les véritables décideurs sont d’autres. Il suffit de le voir, il n’est même pas foutu de regarder un caméra en face quand il ment : il est fade, et aurait dû rester dans ses affaires de dents !

    J’ai remarqué que vous utilisé le mot "barbare" - le plus bas sur l’échelle de l’évolution humaine - pour parler des Arabes ou au sujet des Talibans en mentionnant la destruction des Bouddhas de Bamiyan. Selon vous, il est "barbare" de détruire des Bouddhas, très bien, même si j’aurais utilisé un autre vocabulaire mais soit.

    Et la destruction lente mais continue du patrimoine palestinien des deux côtés de la Ligne Verte, alors ??? Dites nous juste que cela est "barbare" aussi, pour m’ôter d’une doute.

    J’ai lu une histoire dernièrement, je ne me rappelle pas de qui, Yaniv Oppenheimer peut-être. En tout cas, la personne en question parlait d’une amie palestinienne de nationalité israélienne qui avait participé à des fouilles en Galilée. Elle avait un nom qui pourrait aussi bien être Juif qu’Arabe, et sur le terrain on l’a apparemment pris pour Juive. L’équipe de fouille avait trouvé des traces, de la céramique je crois, en tout cas, quelque chose de magnifique selon l’auteur de l’article, remontant à une période "musulmane", et son supérieur l’avait demander de le foutre à la poubelle, en disant que cela ne faisait pas partie de ce qu’on cherchait !!
    C’est "barbare", cela aussi, n’est-ce pas ?

  • permalien Nathan :
    17 mars 2012 @13h48   « »

    A lire la façon dont il a relaté la conférence chahutée de Caroline Fourest à Bruxelles, on peut douter de l’objectivité de Pierre Piccinin à propos de la Syrie. A noter que le titre "La contradiction s’invite à l’ULB" est déjà mensonger car il n’y a pas eu la moindre contradiction de la part des contestataires, juste un chahut pour empêcher la conférencière de s’exprimer. A noter aussi la façon dont il crache dans la soupe (universitaire) qui le nourrit. Ne serait-ce pas tout simplement un vulgaire opportuniste ?

    http://www.pierrepiccinin.eu/articl...

  • permalien Gilles :
    17 mars 2012 @14h10   « »

    @ X.

    Dans un message un peu obscur, vous me demandez, me semble-t-il, si j’aurais le front de contredire Amnesty International. A cette question, je réponds par l’affirmative, et j’ajouterai que j’ose également contredire les rapports du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et des ONG.
    Pour cela, je me fonde, par exemple, sur un document tourné en avant-première du film "La guerre humanitaire". On y voit Geneviève Garrigos, la présidente d’Amnesty International France, déclarer sur France 24, le 22 février 2011, que Kadhafi a embauché des mercenaires africains pour réprimer la "révolution" libyenne. Cette information fut largement reprise, et notamment par le représentant d’une ONG libyenne au cours d’une séance du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Son intervention a contribué à permettre l’exclusion de la Libye du même Conseil des droits de l’homme.
    Cinq mois plus tard, la même Geneviève Garrigos revenait sur ses propos, et admettait qu’il s’agissait d’une "légende colportée par les médias". Qu’importe, le mal était fait.
    Dans l’émission qui nous occupe ici, la représentante d’Amnesty International Suisse nous apprend que l’Observatoire syrien des droits de l’homme est considéré comme une source fiable par Amnesty International !
    On se rend ainsi compte qu’Amnesty International ne craint pas de répandre ou de confirmer les rumeurs les plus graves sans les vérifier, puisque les décomptes de l’OSDH, émis depuis Londres, sont par nature invérifiables.

  • permalien Gilles :
    17 mars 2012 @14h51   « »

    @ X

    Vous tirez d’un vague site ufologique une définition ronflante et creuse du conspirationnisme, sans y apporter le moindre commentaire, sans répondre directement à mon message (gloc non plus ne répond pas). Seriez-vous encore une fois à court d’arguments ?

    On apprend que les théories du complot "consistent à prétendre (i.e. affirmer sans preuves, mais par l’instigation du doute) que des autorités quelconques (étatiques, transnationales, militaires, religieuses, financières, etc.) dissimulent leur connaissance d’un certain nombre de faits ainsi que le contrôle de leurs opposants (par la désinformation, la menace, etc.) dans le cadre d’un objectif inavoué". Dans ce cas, je vous pose la question déjà posée à gloc : quand y a-t-il théorie du complot ? Quand on accuse l’Iran de préparer secrètement la bombe atomique ou lorsqu’on s’en tient à la version officielle ? Quand on prête foi au rapport de la Mission d’observation déployée sur tout le territoire syrien durant un mois par la Ligue arabe, ou lorsqu’on prétend que la vérité se trouve dans les affirmations invérifiables de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, organisme sis à Londres et lié à divers opposants à Bashar ?

  • permalien X :
    17 mars 2012 @14h55   « »

    Gilles :

    Voici mon message obscure :

    Oui Gilles c’est pour ça que j’ai dit que Amnisty a reçu le rraport de la maison blanche.

    Dans l’émission en question il y’avait une représentante
    d’Amnisty qui a expliqué, et ce n’est pas une nouveauté : Amnisty ne publie rien si elle ne fait pas recoupement et des vérifications jusqu’à ce qu’il n’ait plus de doute. Si vous n’avez entendu cette partie réécpouter l’émission.

    Est ce que vou voulez dire simplement qu’il n’y aps de torture en Syrie ? alors dites le. Vous êtes plus crédible qu’Amnisty.

    J’ai bien parlé de publier. Publier ça fait référence aux rapports.
    Vous ne parlez pas de mēme chose.

  • permalien X :
    17 mars 2012 @15h35   « »

    Gilles,

    Il y’a des gens qui personnes qui pensent que toute ou une partie des révolutions ont été provoquées par des complots des gouvernements occidentaux. Comme Shanaa, Sakhra, Sarah, une Tunisienne et bien d’autres....etc. Ces gens ne donnent aucune preuve de ce qu’ils avancent mais donnent parfois des explications par exemple : reconfigurer la région, s’emparer du pétrôle de la Libye, ....

    Personnellement je les ai appelés les conspirationniste ou complotiste.
    Les premiers conspirationnistes sont, bien entendu les dictateurs eux même, quoi qu’il leur arrivent ils l’expliquent par un complot de l’étranger. J’en ai mentionné qquns dans ce fil avec qq liens (voir mes mes posts du 11 mars à 18:18 et 12 mars 1:58)

    Aux états unis les conspirationnistes, ils sont nombreux, pensent notamment que c’est Bush qui a provoqué le 11 septembre.

    Alors maintenant qu’on a la définition si vous n’aimez pas le terme conspirationnite vous pouvez en proposez un autre. L’essentiel c’est qu’on sait maintenant de quoi on parle.

  • permalien Shanaa :
    17 mars 2012 @15h57   « »

    X, le "complot" n’est pas qu’une théorie, tant que cela reste dans le cadre d’une recherche plausible des faits. Ainsi, en 2003, Bush and co, à l’ONU, ont présenté des faux rapports et des fausses fioles pour justifier l’agression de l’Irak ! Idem, pour les lacunes sur le 11/9 ! Grace aux "complotistes un pan d’explications vraies fut mis en lumiére.

  • permalien Deïr Yassin :
    17 mars 2012 @16h08   « »

    @ Gilles
    Mettant de côté l’ingérence étrangère - aussi bien iranienne, arabe qu’occidentale - et l’infiltration des combattants du type salafiste, tous les deux des faits incontestables à des degrés divers et dont j’ignore personnellement l’ampleur.

    Pensez-vous comme Mourad que la révolte en Syrie était dès le début majoritairement téléguidé par l’étranger (non pas par la diaspora syrienne) ? Pensez-vous comme Mourad que la violence fut initié par les insurgés face à une armée d’abord pacifique (je caricature un peu mais pas beaucoup les propos de Mourad depuis le printemps dernier) ?

    Pensez-vous que le peuple syrien a le droit de se révolter contre un régime qui n’a aucune légitimité sauf celle que lui donne la supériorité militaire ? Pensez-vous que les intérêts géostratégiques prônent sur le bien-être des Syriens aspirant à la liberté ?

    Et pensez vous comme Mourad que des changements doivent être faites dans le cadre de ce régime ou par un changement de régime ?

  • permalien Shanaa :
    17 mars 2012 @16h12   « »

    Mourad, il est vrai que le pouvoir se définit par le monople de la violence (Weber). Aussi, le pouvoir, quelle que soit sa couleur usera de la violence si la réalpolitik ou ses intéréts l’exigent !
    Concernant la Syrie, Assad n’est pas vraiment légitime. Le pouvoir lui fut transmis par son pére. Or, la Syrie n’est pas une monarchie ! Ce népotisme est un obstacle qui barre la route à des gens plus aptes à gouverner, à créer, à unir toutes les composantes syriennes au lieu de poser un couvercle sur les problémes, et d’utiliser la violence quand ce couvercle saute ! En d’autres termes, l’opposition actuelle était traquée depuis le régne du pére ; le parti Baath est resté inchangé. Bref, la continuation de l’héritage paternel, le statu quo et l’immobilisme.

  • permalien Shanaa :
    17 mars 2012 @16h25   « »

    Le massacre de Hama à l’artillerie lourde, et la destructions d’une partie du patrimoine architectural de cette ville, font partie de l’histoire, de la mémoire collective des syriens. Le nom Assad est associé définitivement à ce drame, comme Sabra et Chatila l’est pour le Liban ou le génocide du Gujerat pour l’Inde !
    Tôt ou tard, une nation sera obligée de regarder son histoire en face. Occulter les événements, les nier, les mettre sous le tapis ne sert à rien. Le mensonge peut durer des siécles, la vérité le rattrape d’un pas. (adage africain.)

  • permalien Gilles :
    17 mars 2012 @16h27   « »

    @ X

    Décidément on tourne en rond.

    J’estime que les termes "conspirationniste" ou "complotiste" sont vides de sens. N’allez donc pas imaginer que je vais m’échiner à en inventer un troisième !

  • permalien Shanaa :
    17 mars 2012 @16h45   « »

    Gilles, tout à fait d’accord avec vous ! Les ONG ne sont pas absolument neutres, même si certaines essaient de l’être ! Elles ne détiennent pas la vérité absolue, indiscutable, même si certaines essayent de s’en approcher ! La vérité est dans les hautes sphéres politiques, chez les décideurs.
    Quant aux "complotistes", ils se divisent en plusieurs catégories : Les vrais, avec une imagination limite science fiction. Puis, les complotistes, majoritaires, qui ont le toupet de penser par eux-mêmes, d’aiguiser leur esprit critique, de remettre en question des situations obscures, des explications insatisfaisantes, bref de chercher le dessous des cartes, de ne pas gober la propagande.
    X et bien d’autres, quand ils sont dérangés dans leurs certitudes, à défaut d’une contre argumentation, vous colle l’étiquette rassurante de : complotiste ! J’aime bien ce mot, et je ne m’échinerez pas à en inventer un autre !!!

  • permalien X :
    17 mars 2012 @16h58   « »

    Gilles,

    Puisque ces gens existent, vous en ētes la preuve vivante, on les appelle comment ?

  • permalien Gilles :
    17 mars 2012 @17h18   « »

    @ Deïr Yassine

    Pensez-vous comme Mourad que la révolte en Syrie était dès le début majoritairement téléguidé par l’étranger (non pas par la diaspora syrienne) ? Pensez-vous comme Mourad que la violence fut initié par les insurgés face à une armée d’abord pacifique (je caricature un peu mais pas beaucoup les propos de Mourad depuis le printemps dernier) ?

    Oui. Je pense qu’au départ il y a eu une opposition réelle au régime, galvanisée par ce qui s’était passé en Tunisie et en Egypte, et que cette opposition a, au début des événements, été l’objet d’une répression meurtrière de la part du régime (Mourad n’a pas tort de dire que Bachar s’est excusé et a promis une enquête). Mais le mouvement de la rue, effectivement pacifique, a été très rapidement détourné par des bandes armées qui se sont employées à donner un tour systématiquement violent à ces manifestations. Les snipers n’étaient pas des gens du régime.

    Pensez-vous que le peuple syrien a le droit de se révolter contre un régime qui n’a aucune légitimité sauf celle que lui donne la supériorité militaire ? Pensez-vous que les intérêts géostratégiques prônent sur le bien-être des Syriens aspirant à la liberté ?

    Les immenses manifestations de soutien au régime qui se sont déroulées ces derniers jours sont un premier élément de réponse. Par ailleurs, Bachar Al-Assad a mis en route un programme de réformes dont je n’ai pas de raisons de penser qu’il soit négligeable ou éphémère. Et pensez-vous que les Libyens y ont gagné à voir Kadhafi chassé et assassiné par les forces de l’Otan ? Tout démontre que ce qu’ils vivent aujourd’hui est catastrophique. Je dirai donc que les Syriens ont, bien sûr, un droit absolu à la révolte, mais ce que ce à quoi on assiste actuellement n’a rien à voir avec un mouvement populaire, pour les raisons que j’ai déjà amplement exposées.

    Et pensez vous comme Mourad que des changements doivent être faits dans le cadre de ce régime ou par un changement de régime ?

    C’est aux Syriens de se prononcer. Il est évidemment exclu que quelque puissance étrangère que ce soit s’en mêle.

  • permalien Nathan :
    17 mars 2012 @18h14   « »

    Gilles : 17 mars @14h10

    Dans un message un peu obscur, vous me demandez, me semble-t-il, si j’aurais le front de contredire Amnesty International. A cette question, je réponds par l’affirmative, et j’ajouterai que j’ose également contredire les rapports du Conseil des droits de l’homme de l’ONU et des ONG.

    En somme, Gilles ne fait confiance à personne sauf... au régime syrien. C’est bien, Gilles. Un grand bravo ! C’est comme ça qu’il faut réagir. Ne jamais se poser de questions. Le chef a toujours raison. C’est ainsi que Gilles croit que...

    Bachar Al-Assad a mis en route un programme de réformes dont je n’ai pas de raisons de penser qu’il soit négligeable ou éphémère.

    Bien. Mais donnons plutôt la parole au principal intéressé, qui n’a pas l’air de partager l’opinion de Gilles.

    This is the best reform any country can have that u told me where will you be, we are going to adopt it instead of the rubbish laws of parties, elections, media......

    http://www.guardian.co.uk/world/201...

    A part ça, on peut regretter qu’il n’y ait pas en Syrie un organisme comme B’Tselem, dont les statistiques sont fiables. Il est vrai que c’est chez l’entité sioniste. Personne n’est parfait.

  • permalien X :
    17 mars 2012 @18h24   « »

    Gilles

    Mourad n’a pas tort de dire que Bachar s’est excusé et a promis une enquête

    Mourad lui fait confiance et vous ?

    Mais le mouvement de la rue, effectivement pacifique, a été très rapidement détourné par des bandes armées qui se sont employées à donner un tour systématiquement violent à ces manifestations.

    Est ce qu’il était nēcessaire d’envoyer l’armée et services de renseignement dēs le dēbut ?

    On dit que, ce que vous appeler bandes armées sont des syriens qui se sont armés pour se défendre. Comment pouvez vous être aussi sūr de ça ?

    Pourquoi il y’a des déffection dans l’armée ? Comment vous les expliquer ?

    Les snipers n’étaient pas des gens du régime.

    Comment pouvez en ētre aussi certain ?

    Comme vous l’avez lu les complotistes ne donnent pas de preuves à ce qu’ils avancent.

    Ne trouvez vous pas que les réformes arrivent un peu tard ?

  • permalien Gilles :
    17 mars 2012 @18h30   « »

    URGENT - Syrie : Regroupement de combattants étrangers aux frontières turque et jordanienne

    Réseau Voltaire | 17 mars 2012

    Damas, 17h50 - Plusieurs centaines de combattants libyens d’Al Qaida (ex- Groupe islamique combattant en Libye) sont arrivés au cours des dernières semaines dans des hôtels d’Amman (Jordanie). Ils les ont soudain quittés vendredi 16 mars 2012 pour se regrouper dans un lieu inconnu.

    Simultanément, un va-et-vient d’autobus a acheminé au moins 2 000 combattants dans un camp de "réfugiés" à Hatay (Turquie) dans les journées de vendredi 16 et samedi 17 mars. Ce transport se poursuit, il est encadré par l’Armée turque.

    Le colonel Riyad Al Asaad, qui avait été un moment assigné à résidence après l’accord syro-turc du 7 février, assure à nouveau pleinement le commandement de l’Armée "syrienne" libre depuis la Turquie.

    On estime que les forces déjà regroupées sont constituées par 500 à 1 000 takfiristes à la frontière jordanienne et 2 000 à 3 000 à la frontière turque. Aucun groupe jihadiste d’importance n’est signalé à la frontière libanaise, l’Armée libanaise ayant démantelé au cours des dernières semaines un camp de regroupement et une base de communication.

    Il reste encore plusieurs centaines de combattants étrangers sur le sol syrien après la chute de l’Émirat islamique de Baba Amr et le nettoyage de Deraa et d’Idlib. Bien que totalement désorganisés et à bout de souffle, ils peuvent préparer les attaques de ces nouvelles troupes.

    L’Armée nationale syrienne est en train de renforcer son dispositif aux frontières pour empêcher toute infiltration dans le pays.

  • permalien Tristan :
    17 mars 2012 @19h04   « »

    @Gilles

    Qu’est-ce que ça veut dire conspirationniste ?

    Tout le monde sait très bien ce que c’est :

    Une personne qui refuse la version officielle, de que les USA, Israël, et les idéologies qui leur sont associés, puissent agir de manière très fortement criticable, et surtout, qu’ils utiliseraiennt des raiseaux occultes (ou semi-occultes), pour qu’on ne puisse pas les accuser directement.

    Un conspirationniste, est, donc, par définition, antisioniste, et volontiers désigné, aussi, comme antisémite.

    Exemples de conspirationnistes connus : les "dictateurs" et "macacos" : Hugo Chavez et Evo Morales.

    gloc non plus ne répond pas

    Là, je ne suis pas d’accord avec vous, Gloc répond très bien à votre question, en disant qu’il ne compte pas condamner un complot ou des complotistes, car cela fait partie de la nature humaine (qui est, par définiton, condamnable, mais, comme le suicide collectif n’est pas une solution, on est bien obliger de faire avec).

    Je pense aussi, qu’il nous faut beaucoup plus de recul, pour pouvoir juger de la nature et des bien-fondés des complots et des complotistes qui nous intéressent.

    D’autant qu’en Syrie, là, les complots et les complotistes se croisent, et que le destin du monde semble suspendu, ici, entre la Perse et La Palestine.

    Comme le faisait remarquer X, je ne connais pas ce qui se passe au Moyen Orient, mais, comme, en Amérique du Sud, on est beaucoup à se poser des questions, j’essaye de chercher à comprendre, en particulier, en faisant des parallèles, avec ce que je connais.

  • permalien Gilles :
    17 mars 2012 @19h16   « »

    Je remercie mes interlocuteurs pour l’intérêt qu’ils ont porté à mes messages et pour la très grande qualité du débat.

  • permalien Sakhra :
    17 mars 2012 @19h32   « »

    Le peuple libyen trahi par ses « amis »

    Une grande menace pèse sur la Libye. Des Etats étrangers cherchent à restaurer la monarchie des Senoussi. Ils attisent les rivalités régionales et tribales en finançant les tenants de l’existence d’un « peuple de Cyrénaïque ». Cet objectif est poursuivi par les « amis » du peuple libyen qui veillent en réalité à appliquer le projet de Grand Moyen-Orient, projet commun aux administrations républicaine et démocrate qui se succèdent à la Maison-Blanche....

    Complot de famille
    Mais le plus grave dans cette affaire réside dans le fait que la proclamation de l’autonomie de la Cyrénaïque n’est pas le simple produit de l’impatience d’une population locale, longtemps délaissée par le pouvoir central ou d’une volonté de rapprocher l’administration de la population. Il n’est en effet pas innocent que le délégué désigné par le « Congrès du peuple de Cyrénaïque » pour diriger le Conseil provincial, soit Ahmed Zoubaïr El Senoussi, membre du CNT et, surtout, proche parent de l’ancien roi Idriss 1er El Senoussi renversé par El Kadhafi en 1969.

    La tentation monarchiste est présente depuis le début de la « révolution » libyenne de 2011 et elle est fortement encouragée par… les « amis » du peuple libyen. Cette accusation n’est pas lancée par des partisans de Kadhafi mais par son premier ennemi, l’actuel président du CNT libyen, Mustapha Abdeljalil. S’exprimant tout de suite après la proclamation de l’autonomie de la Cyrénaïque, Abdeljalil a déclaré : « J’ai le regret de dire que des pays (étrangers) ont financé et soutenu ce complot dans l’Est. » Et pour qu’il n’y ait pas la moindre ambiguïté, il a précisé : « Des pays arabes frères, malheureusement, financent et parrainent la sédition qui s’est produite dans l’Est, pour ne pas être contaminés par la révolution ». Il est clair que par « pays arabes frères », le président du CNT ne cible pas la Syrie ni même l’Algérie à qui il est reproché de ne pas avoir soutenu l’agression de l’OTAN et de refuser de livrer les membres de la famille de Kadhafi qui y sont réfugiés au nouveau pouvoir libyen. Non, par « pays arabes frères », Abdeljalil ne peut que viser le Qatar et l’Arabie Saoudite. Et derrière le Qatar et l’Arabie Saoudite se tiennent les Etats-Unis et la France…
    Stratégie de domination du CCG
    Le coup porté à l’unité de la Libye et de son peuple est ainsi directement encouragé et financé par Doha et Ryad et il est soutenu par Washington et Paris. Les ennemis libyens de Kadhafi découvrent que ceux qui les ont aidés ne l’ont pas fait par bonté d’âme, par humanisme ou par fraternité musulmane, mais uniquement et tout simplement par intérêt. ......La suitehttp://www.lanation.info/Le-peuple-...

  • permalien Sakhra :
    17 mars 2012 @19h37   « »

    Pourquoi le Bahreïn n’est pas la Syriepar Pepe Escobar.

    Donc, pour récapituler, le président des États-Unis Barack Obama, a dit que le président syrien Bachar al-Assad devait « se retirer et permettre qu’une transition démocratique débute immédiatement », tandis que le roi Hamad al-Khalifa reçoit de nouveaux jouets pour sévir contre ses subversifs et pro-démocratiques sujets.

    Obama souffre-t-il de dissonance cognitive ? Bien sûr que non. Après tout la Syrie est soutenue par la Russie et la Chine au Conseil de sécurité des Nations Unies, tandis que le Bahreïn accueille la Cinquième Flotte des Etats-Unis – défenseur du « monde libre » contre ces méchants Iraniens qui veulent fermer le détroit d’Ormuz.

    Et pour prouver pour de bon que nous vivons dans un monde qui va dans le sens de ce que disaient les Monty Python, prenez note de cette interview du roi Hamad publié par l’hebdomadaire allemand Der Spiegel.

    Le roi du Bahreïn dit qu’il a demandé au Conseil de coopération du Golfe d’envahir son pays en mars 2011 « pour protéger les installations stratégiques » – « au cas où l’Iran deviendrait plus agressif ». Téhéran n’avait absolument rien à voir avec les manifestations – provoquées par une monarchie sunnite qui traite la majorité absolue de ses sujets indigènes comme les Émirats arabes unis traitent leurs travailleurs immigrés sud-asiatiques.

    http://mecanoblog.wordpress.com/201...

  • permalien Sakhra :
    17 mars 2012 @19h50   « »

    @ Mourad, Gilles, Chiraz,bienvenue au club des "complotistes" !que parait-il, je préside ...par la "volonté des X=...."

    Je crois qu’il n’y a pas lieu de se casser la tête à expliquer à X= 0, ce qu’est ou n’est pas un complotiste...il ne comprend pas.
    Je partage vos points de vue concernant la Syrie.Malheureusement, pour certains esprits obtus,dénoncer la diabolisation pour les besoins de la cause(Les US envoyaient bien les prisonniers de Guantanamo, en Syrie, pour y être toturés, sans que celà gêne les "pr^cheurs d’aujourd’hui ;), dénoncer les interventions réelles du Qatar, et des Séoudiens qui arment une "opposition" fabriquée celle de l’extérieur, pour le compte de leurs mandants, c’est automatiquement être pour Assad, pour la dictature etc...c’est être" complotiste"

    Alors , complotiste et fière de l’être, mes amis...Croire que le Qatar, et les Séoudiens , par délégation, sont pour installer la démocratie en Lybie, ou en Syrie, c’est être atteint de crétinisme aigu...

  • permalien Tristan :
    17 mars 2012 @19h55   « »

    @X

    Et, vous, que pensez-vous, du journaliste (entre autre), Juif, membre de l’Opus Deï, islamiste, qui c’était illustré, au côté des oustachis, comme ?mercenaire ? idéaliste, en Yougoslavie, et qui a voulu, après, former des groupes "d’auto-défence", pour aider le séparatisme oustachi des Indes occidentales cambas (je parle d’Eduardo Rózsa Flores) ?

    Une histoire digne des plus magnifiques complots de la litérature. Les faits sont claire, même si il reste de très nombreuses zones d’ombres, comme, par exemple, El Viejo, qui pourrait bien être l’élément infiltré du gouvernement central, et les liens avec la CIA, par l’intermédiaire de l’agent double Istvan Belovai, malheuresuement mort et enterré, avant qu’il ne puisse éclairsir un peu les choses.

    Des complots et des comploteurs du même genre, il doit en exister des masses, et, pourquoi pas quelques’un en Syrie ?

    Je ne parle que d’un mode oppératoire, qui uni "révolution colorée", avec groupes armés chargé de chauffer un max la révolution avec du sang, pour mettre en place, souvant, un guerre civile.

  • permalien Sakhra :
    17 mars 2012 @20h12   « »

    "DESORMAIS, WASHINGTON EST LA SECONDE MECQUE DES ISLAMISTES"
    Les islamistes dans plusieurs pays arabes ont trouvé, avec les « révolutions » en cours, une autoroute pour accéder aux affaires. Le « veto » occidental, qui permettait aux régimes en place de se prévaloir d’une sorte de défense de « l’ordre » ou de la « civilisation », n’est plus de mise. La victoire électorale indubitable du Hamas, qui s’était traduite par un encerclement des Palestiniens, aura été l’expression la plus indigne de ce veto. Désormais, le temps est aux arrangements mutuellement profitables.

    Même le Hamas palestinien a délaissé ses intérêts objectifs et s’est rallié à la tendance générale des Frères musulmans sous le patronage wahhabite concernant la situation en Syrie. Les islamistes, salafistes inclus, ont tiré des conclusions de l’expérience des dernières décennies, où les dictatures en place ont mis en exergue leur potentiel déstabilisateur pour obtenir le soutien occidental. La plus importante consiste à donner des gages que l’alignement sur l’Occident restera inchangé et que ni la Russie ni la Chine ne viendront empiéter sur le pré carré moyen-oriental. Les autres signaux consistent dans la réaffirmation que la fonction de « contrôle » de la population et des limes continuera d’être assurée. Et, suggèrent-ils, avec davantage d’efficacité.....

    Le gage le plus clair que cette évolution ne porte pas à conséquence est le fait que cette acceptation de la donne islamiste se fait, d’une manière ou d’une autre, sous le management des émirs du Golfe, grands vassaux, fort peu démocratiques, devant l’éternel Empire. En dépit de l’expression de divergences secondaires (comme actuellement la polémique entre les Frères musulmans et les Emirats arabes unis qui menacent d’arrêter Al-Qaradhaoui après que celui-ci eut critiqué l’expulsion de contestataires syriens de ce pays), les islamistes ne peuvent vraiment s’écarter des lignes fixées par des monarchies réputées, officiellement du moins, islamistes. Ces monarchies, outre le fait d’agir sous le parapluie américain, disposent d’arguments financiers très convaincants.
    http://www.lequotidien-oran.com/?ne...

  • permalien MAY :
    17 mars 2012 @21h03   « »

    Il y a une seule chose qui est claire c’est que la communauté internationale ,l’otan ou l’onu n’ont apporté la paix dans aucun coin de la planète ! même pas en Palestine un pays petit comme la Bretagne .Tout le monde aujourd’hui sait qui fait quoi , cela fait des dizaines d’années que l’on dit a des gens "on viens vous aider et on les tuent" .Autrefois aussi tous les journalistes savaient tout ce qui se passait dans les camps par exemple et ils n’ont rien dit ,et ils ont laissé faire les crimes les plus odieux .La vérité c’est pour dans 50 ou 60 ans ?

  • permalien Lou :
    17 mars 2012 @21h51   « »

    Les médias BAO en Syrie : une plume commune et hallucinée

    L’excellent journaliste et auteur britannique Matt Carr entretient avec persévérance et alacrité un blog de qualité, qui emprunte son titre à l’un de ses livres : Infernal Machine. Ce 16 mars 2012, il consacre un petit billet au sujet des médias de notre civilisation, le bloc BAO, en Syrie, – plus que jamais, journalistes “en bloc”, écrivant comme s’il s’agissait d’une seule plume.

    Carr s’exclame à propos du comportement professionnel de ces journalistes-Système. Il cite d’abord l’analyste et “bloggeuse” Sharmine Narwanbu et sa “lettre aux journalistes occidentaux”, le 15 mars 2012, plus précisément intitulée : “Chers journalistes occidentaux… Restez chez vous”, sous-entendant qu’après tout ils feraient un aussi bon “travail” à partir de leurs chambres à coucher transformées en bureau, Rive Gauche ou Fleet Street.

    …Puis Matt Carr s’emporte, devant l’extraordinaire comportement de ces journalistes :

  • permalien Mourad :
    17 mars 2012 @23h07   « »

    X, en réponse je reproduit un commentaire que j’avais déjà publié et qui prouve que je n’ai jamais nié les exactions du régime, je les ai simplement remis dans leur contexte et rendu à leurs véritables proportions, en mettant régulièrement en lumière les crimes systématiquement occultés ou injustement imputés au régime (ceux des rebelles). Aussi, les déclarations de Piccinin et d’autres journalistes montrent bien que la Syrie n’est pas si fermé aux journalistes que vous voudriez le faire croire.

    Vous me demandez ce que je pense de la révolte syrienne ? Ce commentaire y répondra aussi.

    Je précise simplement que je ne soutiens pas Bachar el Assad, par principe, car je suis démocrate. En revanche, je considère que c’est un moindre mal, vu la tournure des évènements :
    Sachez que la lutte pour la démocratie et les respect des droits et des libertés n’est qu’un épiphénomène par rapport à l’autre réalité syrienne, à savoir les ingérences en vue de faire chuter le régime. Ce sont deux choses totalement différentes.

    Il y’a évidemment des problèmes sociaux en Syrie, des injustices, des passages à tabac dans les postes, de la répression, et beaucoup d’autres choses. Et je soutiens sincèrement tous ceux qui se battent pour démocratiser le pays. Mais cela ne change rien au fait que les véritables militants pro-démocratie sont systématiquement instrumentalisés par les ennemis de la Syrie (et qui se font passer pour ses amis), pour légitimer leur position et justifier leurs actes. Aussi, seules les mobilisations pacifiques sont légitimes et pourront contribuer à l’avènement d’une véritable démocratie. Et ne me dites pas que l’armée tire sur les manifestants pacifiques et qu’ils sont obligés de prendre des armes pour se défendre. l’armée et le régime ont commis des crimes mais n’ont jamais été aussi loin ! Et vous savez pq ? Parce que ce n’est pas dans leurs intérêts.

0 | 100 | 200

Ajouter un commentaire