Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Oui à Briand et à Jaurès, non à Guéant et à Valls (I)

Oui à Briand et à Jaurès, non à Guéant et à Valls (I)

samedi 31 mars 2012, par Alain Gresh

« En le votant [le projet de loi de séparation des Eglises et de l’Etat], vous ramènerez l’Etat à une juste appréciation de son rôle et de sa fonction : vous rendrez la République à la véritable tradition révolutionnaire et vous aurez accordé à l’Eglise ce qu’elle a seulement le droit d’exiger, à savoir la pleine liberté de s’organiser, de vivre, de se développer selon ses règles et par ses propres moyens, sans autre restriction que le respect des lois et de l’ordre public. »

Aristide Briand, rapport sur le projet de loi de séparation des Eglises et de l’Etat, 4 mars 1905.

Une des plus grandes escroqueries intellectuelles du débat sur la laïcité est la manière dont certains prétendent renouer avec l’histoire de la République, alors qu’ils l’ignorent ou la trahissent. La loi de séparation des Eglises et de l’Etat votée en 1905 (et qui ne contient pas le mot laïcité) a été adoptée dans un contexte qui n’avait rien à voir avec celui d’aujourd’hui. Le débat opposait une Eglise catholique dominante, antidémocratique et antirépublicaine, à la République. Pourtant, même dans ce contexte, les principaux tenants de la laïcité furent attentifs à ne pas provoquer de guerre civile, à ne pas dresser une France contre l’autre, à ne pas confondre la séparation avec la destruction de l’Eglise (ce que voulaient certains). Il est intéressant de noter que les socialistes de l’époque furent partisans d’un compromis, contre les positions laïcardes d’une partie des radicaux qui voyaient dans cette lutte contre l’Eglise le moyen d’occulter, déjà, la question sociale, de la reléguer au second plan au nom de la lutte contre les curés.

Je reprends ici des passages de mon livre L’islam, la République et le monde, qui éclairent les débats de l’époque.

Après la défaite française en 1870 et quelques années d’incertitude, s’installe au parlement une majorité républicaine. Sa première tâche fut la laïcisation de l’école.

« Plusieurs lois, entre 1882 et 1886, vont organiser la triple “laïcisation” de l’école : celle des programmes, celle des locaux et celle des enseignants. Jamais n’est évoquée la laïcisation des élèves : il faut attendre 1925 pour que la question de leur “neutralité” soit abordée dans une simple circulaire qui vise… la propagande communiste. Avec la loi du 28 mars 1882, l’enseignement primaire devient gratuit et l’instruction obligatoire, tandis que l’enseignement religieux est interdit dans les écoles primaires d’Etat. Le 30 octobre 1886, la loi Goblet confie l’enseignement à un personnel exclusivement laïque. En revanche, jamais aucune majorité ne se dégagera en faveur d’un système unifié de l’enseignement : beaucoup de républicains sont hostiles à un monopole d’Etat, au nom de la liberté individuelle… Une fracture qui marquera les combats de la laïcité durant tout le siècle et s’achèvera, dans les années 1990, par un compromis.

La stratégie républicaine de laïcisation s’accompagne d’une volonté d’éviter toute guerre civile et de favoriser l’évolution des consciences plutôt que la lettre de la loi, ainsi qu’en témoigne l’affaire des crucifix. Fallait-il retirer ces signes religieux des écoles publiques à la rentrée 1882 ? Les circulaires ministérielles appelèrent à appliquer la loi “dans l’esprit même où elle a été votée, dans l’esprit des déclarations réitérées du gouvernement, non comme une loi de combat dont il faut violemment enlever le succès, mais comme une des grandes lois organiques qui sont destinées à vivre avec le pays, à entrer dans les mœurs, à faire partie de son patrimoine”. On décida donc de ne plus installer de symboles religieux dans les bâtiments nouveaux qui seraient construits, de les ôter là où cela ne posait pas de problème et de les maintenir ailleurs. Cent ans plus tard, des crucifix ornaient encore quelques salles de classe… »

(...) « Les programmes d’instruction civique inclurent, jusque dans les années 1920, une mention aux “devoirs envers Dieu”.

Dans une célèbre “lettre aux instituteurs” datée du 17 novembre 1883, Jules Ferry exhortait ses troupes : “Si parfois vous étiez embarrassés pour savoir jusqu’où il vous est permis d’aller dans votre enseignement moral, voici une règle pratique à laquelle vous pourrez vous tenir. Au moment de proposer aux élèves un précepte, une maxime quelconque, demandez-vous s’il se trouve à votre connaissance un seul honnête homme qui puisse être froissé par ce que vous allez dire. Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant, pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu’il vous entendrait dire. Si oui, abstenez vous de le dire ; si non, parlez hardiment.” »

Dans le secondaire, le décret du 24 décembre 1881 stipule :

« Art. 1er. Dans les établissements publics d’instruction secondaire, le vœu des pères de famille sera toujours consulté et suivi en ce qui concerne la participation de leurs enfants aux enseignements et aux exercices religieux.

Art. 2. L’instruction religieuse sera donnée par les ministres des différents cultes dans l’intérieur des établissements, en dehors des heures de classe.

De plus, une circulaire maintenait la prière en commun faite à l’étude du matin et du soir, étant entendu qu’il fallait que l’élève chargé de la prière soit parmi ceux qui avaient été désignés par leur famille comme devant participer aux activités religieuses ; les autres devaient assister en silence à cet exercice. Si cette pratique a été abandonnée, il existe encore des aumôneries dans les lycées. »

Il faudra encore vingt ans pour que les républicains, pourtant majoritaires au parlement, se décident à s’engager dans la séparation des Eglises et de l’Etat. Pourquoi ce délai ?

« “Il faut se garder, écrit l’historien Benoît Mély, de cette sorte d’illusion optique qui guette l’historien apercevant 1905 à peu de distance historique des lois scolaires de 1882-1886, et faisant de celles-ci une préparation consciente de celle-là. Ferry et Gambetta élaborent leur politique à partir de données différentes. D’une part, ils estiment disposer avec le budget des cultes d’un efficace levier de contrôle de l’Etat. […] D’autre part, l’Eglise de Rome demeure une alliée précieuse de la France dans le jeu diplomatique et international pour le partage du monde, donc des zones de mission, face aux puissances protestantes, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Allemagne. »

Encore au printemps 1903, Emile Combes, président du conseil, franc-maçon et connu pour son opposition à l’Eglise crée une commission pour étudier le problème. Il affirme à l’un de ses proches : « La séparation ? Vous n’êtes pas sérieux. Il faudra encore vingt ans. »

Je ne m’étendrai pas sur les raisons politiques et diplomatiques qui poussèrent les républicains à voter la séparation (je les évoque dans mon livre), mais je reviendrai dans un prochain envoi sur le débat de 1905 et sur la manière dont la majorité républicaine, poussée par Briand et Jaurès, adopta une loi ouverte et tolérante. Ils seraient surpris de lire aujourd’hui les imprécations contre l’islam et les religions proférées en leur nom.

48 commentaires sur « Oui à Briand et à Jaurès, non à Guéant et à Valls (I) »

  • permalien Nobo :
    31 mars 2012 @15h55   »

    Les apories (pour ne pas dire le double discours) autour de la laïcité sont apparues à un moment très précis de l’histoire :

    Le trou de la Laïcité française

  • permalien Marcel Séjour :
    31 mars 2012 @18h07   « »

    Il était temps !

    Avant même la publication du billet numéro deux je dis et redis qu’il était temps.
    Il était temps que fut remis en lumière ce qui est le socle de notre laïcité. Il était temps que fut souligné que la loi de 1905 ne recherchait pas l’exclusion mais la cohabitation. Il était temps de rappeler que si la cohabitation est en train d’échouer ce n’est pas l’exclusion qui la rendra possible. Et il est grand temps de dire aux intégristes de la laïcité que leur intransigeance sert surtout à les protéger de leurs propres angoisses. Rien n’est plus inquiétant que quelqu’un qui a peur. Rien non plus n’est plus nauséabond qu’un politicien surfant sur les peurs. Ignoble et profiteur. Les putes valent mieux car elles ne cherchent qu’à profiter.
    Guéant, Valls, même combat, sans aucun doute. Et la Marine. Pour ne citer que les figures de proue. Et de peu.
    J’attends la suite Mr Gresh. Un grand merci d’avance.

  • permalien Yvan :
    31 mars 2012 @18h39   « »

    Par delà l’héritage de tolérance des Philosophes, la prudence des Briand et Ferry ou même Combes, n’étaient certainement pas sans arrière-pensées économiques.

    Les capitaux étaient catholiques, et de même qu’un Hollande ou un Mélenchon rassure aujourd’hui les "milieux financiers", ça équivalait à cette époque à rassurer les milieux catholiques.

    L’enseignement aussi était catholique et n’avait pas attendu Robert de Sorbon, pour contrôler le savoir. Il fallait donc effectuer un "transfert de compétences" en douceur et construire, un modèle d’enseignement républicain calqué sur le modèle apostolique et romain

    Aujourd’hui le développement de l’islam pose deux problèmes majeurs.

    D’abord sa structure "en nébuleuse" s’accorde mal avec la structure hiérarchisé de l’église catholique et de la république, directement héritées de l’Empire Romain. L’islam fait peur et la tentative imbécile de lui imposer l’organisation en consistoire de l’islam de France est anti-islamique.

    Ensuite les musulmans en France, ne sont pas des enjeux économiques en terme d’apport en capitaux, bien au contraire, ils ont été pendant longtemps maintenus au statut d’indigène, et il faudra encore longtemps pour que la mentalité coloniale disparaisse. Accueillir l’islam au même titre que les autres religions dans la république équivaudrait à accorder aux musulmans un statut de citoyens à part entière, ce qui en terme économique se traduirait par une baisse de la pression morale exercée sur ces travailleurs et au bout du compte, à une augmentation du coût moyen du travail en France.

    C’est le refus de cette situation qui entraine les musulmans né en France et nourris à la mamelle républicaine au mieux à faire du rap au pire de contourner ces pressions par tous les moyens légaux et illégaux.

    Ceci explique peut-être la différence de poids donné au mot "laïcité" quand il concerne des catholiques ou des musulmans.

  • permalien Un partageux :
    31 mars 2012 @19h18   « »
    La laïcité, ce sont quatre principes

    1) La séparation de l’État et de la religion. En France la loi du 9 décembre 1905 dit que, collectivité publique et religion(s), chacun vit à sa place sans interférer dans les affaires de l’autre.

    2) La neutralité de la puissance publique envers toute religion, toute école de pensée ou toute conviction particulière. Jules Ferry dit en substance que l’obligation de l’instruction contraint l’État à offrir à tous les parents d’élèves une école publique qui ne brime pas la liberté de conscience d’un citoyen. Très bien. Mais la neutralité de l’arbitre n’est pas la neutralisation de l’espace public qui serait une répression de l’expression. Le débat d’aujourd’hui à propos des musulmans — qu’on a déjà connu selon les époques ou les lieux à propos des manifestations athées, des processions catholiques, des conventions évangéliques ou des assemblées protestantes — relève de l’intolérance et non de la laïcité.

    3) La liberté de conscience ne concerne pas seulement le for intérieur ou la sphère privée mais est aussi une forme essentielle de la liberté d’expression. Aristide Briand obtient que la loi de 1905 affirme : « La République assure la liberté de conscience ». Chacun peut pratiquer la religion ou bien avoir la pensée philosophique de son choix et en faire usage à sa convenance sans être inquiété, la limite de la liberté est fixée ici par la liberté de l’autre. Ce principe est très volontiers bafoué par des intolérants qui se réclament de la laïcité.

    4) L’égalité des droits vaut quelle que soit l’appartenance ou la non appartenance religieuse et/ou de conviction. Jean Jaurès, notamment, insiste lourdement sur ce point dans de nombreux écrits. Cette égalité des droits est aujourd’hui très violemment mise en cause par des intolérants qui refusent aux musulmans, hier à d’autres religions, le droit qu’ils ont de s’affirmer publiquement athées.

    Je suis athée. Je veux pouvoir le dire comme bon me semble et où bon me semble sur la place publique. Hisser un drapeau noir proclamant "Ni dieu ni maître" ou bouffer du radis noir, si cela m’amuse, même si c’est une espèce en voie de disparition. J’entends que l’on me foute la paix. Et j’exige ce même droit pour mes amis qu’ils soient chrétiens, musulmans, bouddhistes ou toute autre conviction de leur choix.

    J’observe que les intolérants de la laïcité sont le plus souvent des gens de droite qui se disent de gauche. Leur croisade contre les hérétiques à leurs idées leur évite de parler de sujets qui fâchent, qui sont autrement plus sérieux et qui leur demanderaient un réel engagement de gauche comme la répartition de l’emploi et la répartition des revenus...

    http://partageux.blogspot.om

  • permalien Dora :
    1er avril 2012 @00h09   « »

    Rassurer les “milieux financiers”, Hollande oui, sans l’ombre d’un doute, mais Mélenchon ? Où se situerait l’arcane invisible au profane où il l’aurait fait ?

    D’abord sa structure "en nébuleuse" s’accorde mal avec la structure hiérarchisé de l’église catholique et de la république, directement héritées de l’Empire Romain.

    Certainement, mais sa « structure » ne s’accorde pas mieux avec la nébuleuse protestante. D’ailleurs, avec quoi s’accorde l’islam quelque part dans le monde ? Avec l’hindouisme ? Le bouddhisme ?

    Accueillir l’islam au même titre que les autres religions dans la république équivaudrait à accorder aux musulmans un statut de citoyens à part entière, ce qui en terme économique se traduirait par une baisse de la pression morale exercée sur ces travailleurs et au bout du compte, à une augmentation du coût moyen du travail en France.

    Je ne sais pas dans quelle mesure cela conduirait à une augmentation du coût moyen du travail ; dans l’ensemble, la présence immigrée en général tend à tirer les salaires vers le bas, et la crise économique tend en général à tout niveler par le bas. Par contre, « décoloniser la république », pour utiliser la terminologie des Indigènes de la république et toute leur mouvance, signifierait concrètement faire une politique semblable à celle de l’Afrique du sud, à savoir à mettre en place une Affirmative Action, c’est ce qu’ils voudraient. En clair, cela voudrait dire laisser volontairement, à diplôme égal, un bon million de non-musulmans, donc d’autochtones, blancs, au chômage pour faire travailler les indigènes.

    Outre à devoir supporter toutes les demandes religieuses musulmanes à propos de la nourriture hallal, de port du voile et autres salles de prière dans les entreprises, la classe moyenne devrait aussi accepter de s’appauvrir plus qu’elle ne s’appauvrit déjà pour… l’Autre et toute la rhétorique sirupeuse dont il est paré ? Comme ça la main sur le cœur ? Qui plus est en période de crise ? Et bien voyez-vous je n’y crois pas.

    D’ailleurs, ce n’est pas pour rien qu’Alain Gresh prend bien soin de dire qu’en instaurant la laïcité les républicains voulaient éviter la guerre civile et que la laïcité signifie surtout cohabiter dans le respect mutuel etc, etc. Lui qui précisément tient un langage peu différent de celui des Indigènes de la république et souhaiterait justement que soit appliquée une politique de type affirmative action se rend bien compte du danger : le risque palpable d’une guerre civile, effectivement.

  • permalien feuille de chou :
    1er avril 2012 @01h37   « »

    Lien vers une émission édifiante de France-Culture qui éclaire la non-laïcité de l’Alsace-Moselle :
    http://www.franceculture.fr/emissio...

    feuille de chou

  • permalien patrice :
    1er avril 2012 @02h42   « »

    @Dora ?
    " En clair, cela voudrait dire laisser volontairement, à diplôme égal, un bon million de non-musulmans, donc d’autochtones, blancs, au chômage pour faire travailler les indigènes."

    A diplôme égal, c’est à dire à compétence égale, un arabe ou un noir*, a beaucoup moins de chance de trouver un emploi qu’un blanc (là, merci d’avoir avoué votre racisme pathologique). Cela s’appelle de la discrimination, tout court, et c’est illégal. Les noirs et les arabes victimes de cette injustice ne réclament pas une "discrimination positive", mais le respect de la loi.
    On n’interdit pas aux entreprises de choisir leurs employés. Mais un patron est tenu de recevoir tous les candidats* dont le profil convient à l’emploi proposé, sans tenir compte de la couleur de peau du postulant de manière systématique.
    Ce que vous cautionnez n’est même pas la fameuse "préférence nationale" de Marine Le Pen, c’est un racisme pur et dur qui s’adresse aux "basanés", qu’ils soient immigrés ou français. Ce racisme est d’autant plus stupide quand le "basané" a passé de brillants diplômes, ce qui démontre sa volonté de s’intégrer. Une manière de dire aux arabes : "Quoi que vous fassiez, on vous persécutera", et le plus sûr moyen de déclencher des violences dont les "blancs" pourront ensuite se plaindre.
    * Pourquoi employer le terme "indigènes de la république", qui désigne un mouvement politique, en lieu et place de : Noirs et arabes, puisque c’est ce que vous cherchez à dire ?
    *2 Quand la loi oblige patrons et agences d’intérim à recevoir les arabes et les noirs, on s’aperçoit que même les plus fachos sont souvent agréablement surpris, et reviennent sur leurs préjugés...Et pour cause. Le type qui est parvenu a faire des études supérieures alors qu’il habitait dans une cité est en général drôlement dynamique et travailleur. C’est lui qui devrait demeurer au chômage pour faire de la place à Charles Edouard ?
    Ne vous inquiétez pas pour lui. Il se fera embaucher par un copain de papa.

  • permalien Yvan :
    1er avril 2012 @05h57   « »

    Certainement, mais sa « structure » ne s’accorde pas mieux avec la nébuleuse protestante.

    ... pas plus que la structure protestante ou juive ne s’accordent à la "laïcité catholique" française.

    Il a fallu passer par une "catholicisation" du protestantisme et du judaïsme, pour que cessent les persécutions contre ces religions et le modèle fédéré et identitaire des états protestants comme le Royaume Uni, la Fédération Allemande, ou les États Unis d’Amérique, n’ont pas grand chose à voir avec le jacobinisme catholique français.

    Jean-Luc Mélenchon : « Les investisseurs n’ont aucune raison d’avoir peur de mon programme », Election présidentielle 2012 - Les Echos.fr

  • permalien Dora :
    1er avril 2012 @09h50   « »

    @ Yvan
    Oui c’est exact, le protestantisme et le judaïsme ont été en quelque sorte catholicisés pour devenir des catégories mentales compréhensibles et acceptables. Le même judaïsme a dû être protestantisé pour les même raisons dans les pays à majorité protestante je suppose. Cela semble bcp plus problématique avec l’islam, dans les pays catholiques comme dans les pays protestants.

    Mélenchon ne cherche pas à "rassurer" les marchés financiers. Dans le lien que vous donnez, il répond aux questions qui lui sont posées, point. De manière très cohérente, il me semble.

  • permalien Dora :
    1er avril 2012 @10h11   « »

    @ Patrice
    J’ai cru comprendre en lisant l’autre fil que vous êtes un épouvantable sioniste se prétendant « intello », qualité qui vous semble nettement contestée par vos pairs qui, eux, s’estiment de grands intellectuels dignes de l’EHESS ou du CERN, puisqu’ils sont au moins professeurs des collèges…
    Vous êtes donc assez malvenu de me faire une leçon de doxa morale agressive s’appuyant sur des attaques personnelles de bas étage. J’espère au moins que vous n’êtes pas enseignant…

    Il n’est pas question ici de Charles Edouard.
    Il est question de la classe moyenne, qui s’appauvrit et que vous souhaitez appauvrir davantage, comme tous les gens de ce site, en tenant un discours qui est peu ou prou le même que celui que tient la mouvance des Indigènes de la république et ses « sociologues ».

    Et c’est toute la différence qu’il y a entre cette mouvance dont vous faites partie et le FdG.

  • permalien Yvan :
    1er avril 2012 @14h04   « »

    Dora : Cela semble bcp plus problématique avec l’islam, dans les pays catholiques comme dans les pays protestants.

    Pour réellement apprécier la problématique islamique en pays latins ou nordiques il vous manque à peu moins de 2000 ans par rapport au judaïsme et au christianisme... patience !

    Mélenchon ne cherche pas à "rassurer" les marchés financiers. (...) il répond aux questions qui lui sont posées (...)

    Par définition quand on répond à des craintes ou à des inquiétudes, on appelle ça "rassurer"... vous avez dû confondre avec "mentir".

  • permalien Ferrassie :
    1er avril 2012 @14h34   « »

    Si le mot laïcité n’est pas cité dans la loi de 1905, le mot religion ne l’est pas non plus et le mot église ne l’est que pour désigner les édifices. Cette loi “garantit le libre exercice des cultes”.
    C’était effectivement une loi de compromis, malgré la volonté de certains comme Maurice Allard ou Edouard Vaillant qui étaient pour la suppression radicale de l’église catholique.

    Le “problème musulman” n’en est pas un. Il suffit simplement d’appliquer la loi de 1905 à l’égard de cette religion. D’ailleurs, la plupart des pratiquants de cette religion souhaitent financer eux-mêmes leurs lieux de cultes. Mais l’église catholique n’a pas digéré la loi de séparation, et, en introduisant une exception dans son application au profit des musulmans, elle pourrait faire étendre cette exception à son propre profit. Des gens comme Jean Baubérot, par exemple, qui demandent une mise entre parenthèses de la loi pendant quelques années font partie de ceux qui veulent liquider la loi de séparation.
    Pourtant cette loi a subi un certain nombre de restrictions dans son application au cours de son histoire (mais pas d’élargissement de son domaine géographique, ne serait-ce qu’à l’Alsace-Moselle, puis à tous les départements d’outre-mer), mais elle est inscrite dans l’histoire de notre pays.

    En fait, la loi de 1905 a n’a pas eu seulement pour but de séparer les églises de l’Etat, après avoir connu de graves crises politiques à propos de Mac-Mahon (qui voulait restaurer la monarchie), du “boulangisme”, frôlé la guerre civile à propos de l’Affaire Dreyfus, il était nécessaire de réunifier les Français en leur redonnant l’égalité devant la loi (car certains citoyens étaient plus égaux que d’autres : les catholiques) pour réaliser l’unité nationale, facteur de paix civile.

  • permalien patrice :
    1er avril 2012 @15h01   « »

    @Dora
    Une fois pour toutes, lorsque je me suis moi même qualifié d’intello, et non : intellectuel, je faisais référence à l’insulte que l’on adresse récurremment aux gens qui s’intéressent à autre chose qu’au football. Personne n’est allé jusqu’à me qualifier de sioniste. Les opposants à mes thèses ont juste dénoncé ma perméabilité aux thèses médiatiques concernant les musulmans. En réalité, j’ai surtout une dent contre les religions, toutes les religions, (à commencer par celle qui est supposée être la mienne, la religion catholique), et, accessoirement, contre les religions du même style, juives, ou musulmanes.
    En revanche, je ne perçois aucune raison d’être raciste, partant du principe que chaque individu constitue un ensemble spécifique, avec ses qualités et ses défauts, et qu’il convient de l’évaluer sans a priori infondé, comme, par exemple, un soupçon de vilenie qui serait lié à son taux de mélanine. Entre un noir cultivé et sympa et un aryen borné qui fait dix fautes par ligne, je préfère le noir. Entre Nelson Mandela et Carl Lang, je préfère Mandela. Nous avons déja eu ce débat dans une vie antérieure.
    Le communautarisme qui vous dérange tant n’est que la conséquence du traitement injuste des immigrés et des français de couleur, lesquels sont rejetés même lorsqu’ils se comportent d’une manière "exemplaire" selon les normes du Figaro.
    C’est tout. Quant à ma brève carrière dans l’enseignement, c’était il y a bien longtemps, mais dans une zone assez hard. Ca m’a appris pas mal de choses sur la grande pauvreté, que l’on confond à tort avec la problématique communautariste, dans bien des cas. Les "blancs" ultra pauvres ne différaient guère de leurs camarades de couleur.
    Et pour finir, je vous rappelle que Mélenchon, pour lequel nous votons l’un et l’autre, dénonce récurremment le racisme et les persécutions visant les immigrés. Cela n’a rien de bien étonnant s’agissant d’un socialiste. A noter le fait que je ne vous insulte pas en vous qualifiant de raciste, puisque c’est vous qui revendiquez cette tare comportementale pour des raisons incompréhensibles.

  • permalien X :
    1er avril 2012 @15h39   « »

    Patrice :

    En revanche, je ne perçois aucune raison d’être raciste

    Vous ētes raciste, vous expliquez votre racisme par : on ne peut pas traiter des musulmans et des juifs de la mēme maniēre parceque ce ne serait pas trēs rēaliste.

    Le monde entier considēre que la colonisation est ilégale, Lieberman, le ministre des affaires ētrangēres israēlien est un colon, et beaucoup de monde dont le Dēnommē Nathan admet qu’il est fasciste. Doit il ētre accepté en France ? Et pour répondre, si jamais vous répondez l’assez poutine tranquille.

    Il arrive que des racistes ignorent ce qu’ils sont. Vous n’ētes pas le seul.

  • permalien ben ramden :
    1er avril 2012 @16h21   « »

    @x
    vous etes certainement l’un des rares intervenant qui ne changent pas de pseudo,dans l’echange vous etes certainement un jusqu’au boutiste.moi ,mon role dans ce blog est limité,tout simplement ou dans la plus part des cas pour faire une lecture.je ne peux pas m’exprimer comme vous ou j’e n’ai pas l’attractivité dont vous disposez.vous n’avez pas simplement ce merite,mais celui d’un opposant sans concessions:excusez moi si je suis intempestif ou quelques peux curieux,cet interview publié par "telquel" ne vous dit pas quelques choses ?
    MIDHAT RENé bourequat
    ancien prisonnier de tazmamart
    "je ne pardonnerai jamais à hassan deux"
    ou bien je me trompe d’adresse,dans ce cas comme l’autre,vous meritez un pseudo mieux que x,certainement un pseudo plus heroique de ces nobles combattants rifains ou paléstiniens.
    en guise de reconnaissance,vous savez moi,je n’ai jamais été un rancunier.je comprend votre silence.cordialement.

  • permalien patrice :
    1er avril 2012 @17h34   « »

    @X
    "Vous ētes raciste, vous expliquez votre racisme par : on ne peut pas traiter des musulmans et des juifs de la mēme maniēre parceque ce ne serait pas trēs rēaliste."

    Je vous serais reconnaissant de bien vouloir relire mes posts avant de vous hasarder à des interprétations qui n’engagent que vous. La fameuse méthode Caroline Fourrest, que vous critiquez tant, je me demande bien pourquoi, puisque vous l’avez manifestement adoptée.
    J’ai parlé de réalisme à propos, non du jugement moral concernant la colonisation israélienne, mais à propos des solutions possibles au conflit, dans la mesure où le rapport de force est très inégal. Difficile de nier cet aspect des choses, sauf à couper avec la réalité.
    Lorsque je critique juifs ou musulmans, je critique juifs et musulmans, c’est à dire les adeptes de religions monothéistes rétrogrades, tout en précisant le fait que seuls les intégristes me dérangent, qu’ils soient juifs, musulmans, ou chrétiens.
    J’ai dénoncé le racisme et son cousin le fascisme à longueur de posts depuis que je débats sur ce blog. Je ne peux donc défendre une option qui n’est pas la mienne, le racisme, et que je n’ai jamais exprimée. C’est vous qui confondez la critique de toutes les religions sans exception avec le racisme, sans doute au motif que Marine Le Pen récupère la laïcité à son profit. Qu’ai je à voir avec cette fasciste catholique qui recrute à Saint Nicolas du Chardonnet ? Vous me faites penser à Plantu assimilant Mélenchon et Le Pen. On peut toujours diffamer. Sauf que c’est faux.
    Lorsque je m’en prends aux prédicateurs intégristes, je ne vise pas les arabes. Je vise des thèses qui me rappellent celles du Maréchal Pétain. Je pourrais, si j’étais aussi malhonnête que vous, vous accuser de faire l’apologie du pétainisme. Ca serait tout aussi absurde que vos accusations de racisme, ou que les accusations d’antisémitisme qui ont visé Siné au moment de son éviction de Charlie Hebdo. La base des tous les raisonnements erronés est l’identification abusive : Mettre en équation des ensembles qui n’ont en commun que quelques éléments. Ca m’arrive aussi. C’est pourquoi je reviens souvent sur certaines de mes conclusions. Mon but n’est pas de "gagner" des batailles verbales, mais de confronter mes analyses à celles des autres. J’ai appris énormément de choses sur ce blog, c’est pourquoi je continue d’y participer.
    Ceci étant posé, il se trouve que je n’ai jamais été raciste, et encore moins sioniste. Pour quelle obscure raison le serais-je ? Le racisme est irrationnel, comme la religion. En général, ça marche ensemble.

  • permalien Vitigis :
    1er avril 2012 @17h50   « »

    Au moment de proposer aux élèves un précepte, une maxime quelconque, demandez-vous s’il se trouve à votre connaissance un seul honnête homme qui puisse être froissé par ce que vous allez dire. Demandez-vous si un père de famille, je dis un seul, présent à votre classe et vous écoutant, pourrait de bonne foi refuser son assentiment à ce qu’il vous entendrait dire. Si oui, abstenez vous de le dire ; si non, parlez hardiment.”

    Alors comme ça, tout père de famille (et quid des mères ?) a un droit de veto direct sur l’enseignement ? Dans ce cas, l’école doit fermer car dans chaque classe on trouvera bien un musulman opposé à l’évolutionnisme et un homme sans religion opposé au créationnisme. On ne pourra plus rien enseigner du tout.

    D’autre part, les religions modernes sont volontiers sectaires : elles bloquent arbitrairement certaines notions dans l’intangibilité au nom du sacré. Or ces notions sont différentes selon les religions. Comment voulez-vous construire un enseignement sur cette base ? Ce sera l’enseignement du plus fort, et que le meilleur gagne. Régression, régression, régression.

  • permalien Judex :
    1er avril 2012 @17h53   « »
    C’est dans les vieux pots qu’on nous ressert la même soupe (adaptation libre)

    @ Dora

    Merci de nous refaire partager vos élucubrations sur la fonction économique de l’immigration (que vous ânonniez alors sous votre précédent pseudo - Floréal, si je ne m’abuse).

    Pour info : dans le cas français, le recours à l’immigration a été un moyen de combler un déficit de main-d’œuvre provoqué par la précocité de la transition démographique et le relatif ralentissement de l’exode rural. Il répondait alors à un besoin structurel qui n’avait aucun lien avec le coût du travail.

    Par contre, la place qu’occupe les immigrés dans la population active a eu indirectement un rôle : l’emploi d’immigrés permettait de maintenir - et non de baisser - un faible coût et de mauvaises conditions de travail dans les activités les plus dénigrées sur le marché du travail. Les immigrés ont permis de continuer à maintenir des conditions d’emploi indignes que tout citoyen digne de ce nom ne pouvait accepter - jusqu’à ce qu’eux aussi se barrent et soient remplacés par des migrants plus récents (et cela, peu importe leur origine).

    Quant au recours à l’immigration pour faire baisser les rémunérations des classes moyennes, c’est du pur fantasme : la dégradation de leurs conditions de vie - à relativiser par rapport à celle des classes populaires (cf. le numéro de mars d’Alternatives économiques) - est plus liée aux attaques contre l’État social et par la financiarisation démente du capitalisme depuis les années 1980-1990.

    N.B. : justifier votre soutien à Mélenchon au nom de votre rhétorique anti-immigrée et anti-musulmane ne lasse pas de m’écœurer. Mais je dis ça, je dis rien.

  • permalien Judex :
    1er avril 2012 @18h00   « »
    De la connerie élevée au rang des beaux-arts

    @ Vitigis

    Je sais que lire les textes avant de lire critiquer est fatiguant pour vos pauvres neurones, alors je vous copie la citation que vous n’êtes pas fichu de lire correctement (c’est moi qui souligne) :

    Si parfois vous étiez embarrassés pour savoir jusqu’où il vous est permis d’aller dans votre enseignement moral , voici une règle pratique à laquelle vous pourrez vous tenir.

    Faut que je vous explique la différence entre cours de morale et cours de sciences ?

  • permalien X :
    1er avril 2012 @18h11   « »

    Qd est ce que j’ai parlé de Caroline F. Vous n’avez rien à dire de Lieberman ?

  • permalien Judex :
    1er avril 2012 @18h17   « »
    Mélenchon rassure les marchés comme Hollande ?

    @ Yvan

    Voilà le paragraphe d’où est tiré la citation de Mélenchon qui sert de titre à l’article des Échos :

    Ne craignez-vous pas que vos propositions se traduisent par une fuite des entrepreneurs et au final une hausse du chômage ?

    Pourquoi les entrepreneurs fuiraient-ils ? La hausse du SMIC - 1.700 euros nets en fin de législature - s’applique à des secteurs de l’économie non exposés à la concurrence internationale. C’est-à-dire dans les services à la personne, la restauration rapide ou encore le bâtiment qui ne sont pas des activités délocalisables. Dans l’industrie manufacturière, la part de salaires au SMIC est résiduelle. Et mon programme va relancer l’activité et redynamiser tout le tissu industriel. Où les entrepreneurs iraient-ils quand toute l’Europe rentre en récession avec la généralisation de la politique de contraction des activités et de la dépense publique ? L’avantage comparatif de l’Allemagne résulte exclusivement de l’avantage qu’elle a conservé dans la production de biens intermédiaires.

    Dans mon programme, qui combine l’action de l’État et de forts amortisseurs sociaux, les entreprises y trouvent leur compte car il repose sur un élément de nature à les rassurer : la planification écologique qui donne une vision à long terme, permet d’organiser la production et l’investissement. Là on n’est plus dans le pilotage à court terme de l’entreprise imposé par les fonds de pension et les fonds d’investissement. Et la France n’est pas l’Allemagne. Avec 8 millions de naissances dans les 10 prochaines années, peut-on faire une croix sur l’investissement public, les écoles, les instituteurs ? Personne n’envie les Allemands dont 20% des actifs vivent sous le seuil de pauvreté.

    La planification écologique est un défi scientifique et technique lancé à toute notre industrie. Elle lui donne une ligne. Plutôt que la règle d’or, appliquons la règle verte qui consiste à mobiliser toutes nos capacités pour apurer la dette écologique. Les investisseurs n’ont aucune raison d’avoir peur.

    La citation vient en fin de réponse pour conclure une démonstration. Il ne s’agit pas de brosser le patronat dans le sens du poil comme l’a fait Hollande dans le Guardian, mais de lui démontrer la rigueur économique de ses propositions. C’est-à-dire que Mélenchon part du principe qu’il faut argumenter son point de vue dans un langage susceptible d’être compris par ses adversaires. Je ne vois pas de mal à cela.

    Évidemment, ce n’est pas pour autant que les lecteurs de base des Échos cesseront de voir Mélenchon comme un dangereux bolchévique. Mais c’est une autre histoire.

  • permalien Yvan :
    1er avril 2012 @19h42   « »

    @Judex,

    effectivement, il ne rassure pas du tous les marchés, on peut même dire qu’il les terrorise.

    Rien que l’idée de n’augmenter le SMIC que dans les secteurs non compétitifs, ça doit les empêcher de dormir les marchés.

    Comment vont-ils pouvoir expliquer à leur actionnaire le maintien de leur dividendes. Si les révolutionnaires se mettent aussi à l’économie de marché, c’est la fin du monopole des marchés dans l’économie de marché.

  • permalien X :
    1er avril 2012 @20h13   « »

    @ Ben Ramden et cher ami,

    J’ignorai l’entrevue de Bourequat je viens de la lire, en faisant la recherche j’ai vu qu’il y’a un autre article dans la mēme revue sur l’histoire de sa famille :

    Révélations. Incroyable mais vraie : La folle, folle, histoire de la famille Bourequat.

    C’est incroyable ! L’histoire des Oufkir est également incroyable. Beaucoup de gens n’ont pas eu la chance de survivre. J’avais aussi lu « la cellule numéro 10 » de Ahmed Merzouki qui parlait d’eux, et suivi la série d’émissions à al Jazeera consacrée à Tazmamert. Je pense que personne ne devrait pardonner à H2 ce qu’il a fait c’est inhumain.

    Je ne vois pas pourquoi vous parlez de rancune nous avons eu des dēsaccords sur le régime actuel, je pense que notre discussion ētait musclée mais avec respect. Je reste convaincu que la commission équité et réconcilliation et les ouvertures que M6 a fait sont trēs insuffisantes et que ça va lui péter en pleine face une autre fois.

    Les débats sur la récente visite au Maroc de Mme Clinton et du diplomate isarēlien montrent que la démocratie n’est encore qu’une façade et qu’une bonne partie du pouvoir est exercée par M6 et ses conseillers (un 2ème gouvernement). Et que, à terme, ça ce n’est pas bon.

    Je voulais vous dire également que je lis vos posts sur la situation de la communauté juive marocaine et j’en suis vraiment très sensible. Aujourd’hui sur la BBC, j’ai entendu que de menaces ont été fait aux juifs de Tunisie par des salafistes et ça m’enrage. Je suis persuadé que des régimes démocratiques forts n’hésiterait à punir ceux qui qui font ce genre de menaces. Ce doit ētre la Loi.

  • permalien Dora :
    1er avril 2012 @21h02   « »

    @ Patrice
    Je ne suis pas une lectrice du Figaro, je ne connaissais pas « les échos » qui m’ont été donnés en lien, et je ne sais pas qui est Carl Lang. Je ne sais pas si vous êtes ou avez été enseignant, j’ai seulement espéré que vous ne le soyez pas... Je n’ai parlé nulle part de communautarisme, mais effectivement il existe actuellement en France. J’ai parlé de l’Afrique du sud pour donner un exemple de ce à quoi porte une politique de type affirmative action.

    @ Judex
    Je n’ai pas bien compris ce que vous vouliez dire ni si vous vous adressiez à moi ou à Yvan ou à quelqu’un d’autre… ? Je ne suis pas spécialiste en économie, ni enseignante ni sociologue, ça ne me retire pas le droit de m’exprimer.
    En tous cas, Mélenchon parle de régulariser les clandestins, ce qui me parait normal, pas de faire venir 4 ou 500 mille immigrés par an. Il ne pourrait de toutes façons pas plus que n’importe qui d’autre accueillir toute la misère du monde en France. Je ne justifie rien ni ne soutiens personne, je ne suis pas une militante, je voterai probablement FdG, oui.

  • permalien blablamof :
    1er avril 2012 @21h09   « »

    Tant qu’il n’aura pas été statué sur ce dont il s’agit chez ceux qui vivent ou qui vivent par anticipation des formes de colonisation ICI&MAINTENANT , il y a non lieu , et les petits malins qui brandissent des fanons à tout bout de champ devraient y regarder à deux fois

  • permalien Shanaa :
    1er avril 2012 @21h10   « »

    Quand une société est en proie aux problémes gravissimes, celle-ci adopte, pour faire peur ou souder le peuple, la stratégie du bouc émissaire, la diabolisation pure et simple des éléments les plus faibles, dont les minorités. Dans ce cas, la doxa hurle avec le pouvoir pour garder ses prérogatives. C’est le cas des "intellectuels" français ! Les temps sont durs ! Pourquoi s’encombrer d’idéaux ou de responsabilités, se demandent tous les Valls de France et de Navare ? Ils savent parfaitement qu’ils font des entorses à l’esprit de la laicité mais le débat en France est volontairement orienté pour essentialiser l’islam ; bien que des voix éclairées essayent de se faire entendre dans ce qui convient d’appeler une hallucination politique, qui diffuse, en boucle, un discours électoraliste et irresponsable.

  • permalien X :
    1er avril 2012 @21h33   « »

    Yvan :
    1er avril @19h42 «  »

    effectivement, il ne rassure pas du tous les marchés, on peut même dire qu’il les terrorise.

    Allez y doucement avec le mot terroriste, il est rēservē aux arabes et aux musulmans. Trouvez autre chose.

    Des attentats commis par des colons sur des soldat juifs : Barak ce sont des terroriste, Netanyahou : Non autre chose mais pas terroristes, le est rēsērvē.

    http://www.haaretz.com/news/diploma...

  • permalien Deïr Yassin :
    1er avril 2012 @22h59   « »
    Qu’est-ce que c’est le terrorisme ?

    Pour le grand intellectuel, actuellement Ministre des Etranges Affaires de la seule ethnocratie au Moyen Orient, Danny Ayalon, qui s’est penché sur la question :
    - Pour DA, les manifestations palestiniennes à l’occasion de la Journée de la Terre relèvent du "terrorisme politique" et elles sont, toujours selon le grand penseur, une continuation du "terrorisme diplomatique" qu’Abu Mazen utilise contre Israël dans des forums internationaux.
    - www.ynetnews.com/articles/0,...

    Ici on voit le "terrorisme politique" palestinien à l’oeuvre :
    Près de la Porte de Damas, al-Quds :

    Ici à Qalandiya

    Encore à al-Quds :

  • permalien ben ramden :
    1er avril 2012 @23h07   « »

    @x
    madame clinton a pris l’habitude de visiter le maroc,selon le journal "al itihad el ichtiraki",il vient se ressourcer dans la montagne au maroc,et visiter un parent juif qui reside au maroc parmi les tribus berberes.
    ma passion aussi c’est la montagne,je uis un grimpeur et un randonneur,je suis tous les traces et les chemins sur les plus grandes cimes de l’afrique.une fiereté pour moi.l’autre jours une honorable dame marocaine juive m’a demandé de l’aider à grimper,je lui est dit que c’etait difficile pour elle,mais elle avait trop insisté,sa fouge etait immense elle voulait obsolument atteindre les sommet meme si sa santé est un peu fragile.je savais aussi qu’elle voulait voir ce qui reste encore d’un sanctuaire juif.
    elle a reussi difficilement a atteindre le sommet,elle avait du caractere cette dame.elle a beaucoup pleuré devant les vestiges de sa memoire.
    les berberes,les nobles bergers,des pauvres qui ont de l’amour propre dont la generosité est legendaire ont acceulli cette femme genereuse ,elle qui sait bien avec sa bonté et sa generosité ce que c’est la generosité.une femme comme ma mere.
    je ne sais quoi vous dire,j’ai appris que la bravoure et l’humilité consistent à respecter les femmes.les femmes juive m’ont toujours respecté,j’en suit tout a fait ému,de parfaites meres marocaines juives.
    au dela de cette emotion,une autre plus grande,le meme journal montre dans son edition d’aujourd’hui,deux femmes marocaines qui ont escaladé le kilemondjaro,6000 m d’altitude pour hisser le drapeau national et demander le respect de la dignité de la femme dans leur pays.quelle fiereté et quelle force !
    la democratie est un long chemin,je sais,c’est un pari difficile et puisqu’il l’est il faut le tenter coute que coute.
    j’ai toujours eu de la consideration pour les femmes,les races et les religions,je sais que la guerre raciale au monde est à son paroxysme,mais je veux donner l’exemple par moi meme.parceque moi,j’ai deja souffert d’ostracisme des miens.

  • permalien X :
    1er avril 2012 @23h50   « »

    Ben Ramden,

    La polēmique soulevée par la dernière visite de Mme Clinton au Maroc ētait qu’elle a été plus longuement reçue par le consellier du palais responsable des affaires étrangères avant une brēve entrevue avec qqun au ministrēre. Le gouvernement ēlu n’est qu’un figurant dans les affaires importantes comprē au pouvoir royal.

  • permalien Dora :
    2 avril 2012 @00h07   « »

    @ Deïr Yassin
    Le titre de l’article est "Oui à Briand et à Jaurès, non à Guéant et à Valls" et traite de laïcité... en France. Pas de terrorisme ni de Palestine ni d’Israël que vous ramenez sur le tapis sans aucune raison valable.
    A vouloir importer ce conflit, ce qui est l’idée fixe des Indigènes de la république et de leur mouvance dont vous faites partie, vous finirez bien par l’avoir, la guerre civile. C’est peut-être même ce que vous souhaitez...

  • permalien Shanaa :
    2 avril 2012 @00h31   « »

    La laicité qui date de 1905 n’a pas mis les juifs à l’abri des persécutions, surtout celles du régime de Vichy. Donc, l’histoire se répéte et ce sont les musulmans qui sont désignés en premier lieu, bien que l’antisémitisme demeure dans une moindre mesure.
    La question à poser aux musulmans est celle de savoir pourquoi ils veulent s’ancrer dans un pays, un continent qui a persécuté et acculé les juifs européens à créer un état ailleurs ? Cet antécédent devrait éclairer les musulmans ! En effet, à chaque probléme ils seront désignés pour les actes de x ou de y. D’ores et déjà, cette question du traitement médiatique a ébranlé des gens qui se croyaient sincérement français, sur plusieurs générations, qui ne pratiquent pas, qui ne parlent que le français et qui n’ont aucune idée du coran ! Les amalganes et les généralisations abusives créent du mal être que les politiques et les médias ne semblent pas prendre en compte !

  • permalien Deïr Yassin :
    2 avril 2012 @00h43   « »

    @ Dora
    Après Patrice, maintenant c’est moi qui fais partie des "Indigènes de la République".
    Allez vous faire soigner ! Vous êtes malade, et ce n’est pas un doliprane qui va le faire !

  • permalien ben ramden :
    2 avril 2012 @01h24   « »

    @x
    exactement,je l’ai deja dit.je ne vais pas me cacher derriere le discours rassurant que j’ai deja adopté sur ce blog.la vertu,elle aussi consiste à dire qu’on avait tort.il n’ya pas de honte à cela.
    j’ai compris qu’on ne peut plus faire la democratie avec une classe politiquement faible.oui ,c’est la verité,moi je crois à la competence et l’expertise.le maroc regorge de savants et de competences de haut niveau.à titres d’exemple puisqu’on parle de racisme et la montée de l’extreme droite,surtout en hollande ou j’ai de la famille,le maire de roterdam est un homme d’origine marocaine.un autre parent est un scientifique de haut niveau.
    mais je sais aussi que l’obscurantisme gagne du terrain,c’est une verité.je ne le dis pas par pure démogagie ou pour justifier la chasse aux sorcieres.
    le pourrissement est là,peut etre à cause de ma nature personnelle et à cause de ma fragilité.j’etais toujours un etre qui prefere les compromis,j’etais pris entre plusieurs feux.ces compromissions,oui j’ai le courage de le dire,ma solitude,le sentiment d’etre trahis par les gens les "parfaits musulmans" ainssi que les "parfaits juifs" m’ont comdamné à la dépendance alcoolique.mais malgré cela,j’ai constitué une fortune.c’etait cela qui comptait pour moi pour se valoriser.pour y arriver j’ai tourné le dos à la politique.maintenant j’essaie de me racheter,j’aime mon pays et mes concitoyens malgré le mal qu’on m’a fait.j’ai tout pardonné sauf aux sionistes.je les considere comme la cause principale du drame paléstinien et celui des juifs eux meme.
    voila marokay

  • permalien Sarah :
    2 avril 2012 @01h27   « »

    @ Dora :

    Ce ne sont pas les indigènes de la République qui importent ce conflit en France(d’ailleurs ils n’en ont pas les moyens),mais bien les associations communautaires juives(CRIF,LICRA,UEJF,UPJF,etc) et les responsables politiques français,et en premier lieu le Président de la République française.

    Pourquoi la quasi-totalité de la classe politique française se rend-t-elle à un diner communautaire(le diner annuel du CRIF)pour parler non de la communauté juive française mais de la politique française au Proche-orient ?

    Pourquoi Monsieur Prasquier se comporte-il, non pas comme le représentant d’une association communautaire juive française ,mais en représentant d’un état étranger,Israel ?

    Vous nous parlerez de la non-importation du conflit israelo-palestinien le jour où la classe politique française(sous pression d’organisations communautaires juives)cessera justement d’importer ce conflit en France.

    http://www.youtube.com/watch?v=suIO...

  • permalien ben ramden :
    2 avril 2012 @02h24   « »

    j’ai du respect pour la france et les institutions et le drapeau national.mais exusez moi,je ne savais pas que cette france qui est dans ma tete,a un president ,un simple mendiant qui l’espace d’un diner transforme toute une puissance en un nain politique.au moins il aurait du adopté un discours relativement temperé pour sauver la face de la politique etrangere de son pays.si israel selon lui un miracle,le peuple palestinien serait quoi ?
    le lobbie sioniste,l’a deja confirmé:nous n’avons aucune inquitude pour l’issue des elections prochaine".ils ont raison.
    donc ,conclusion:le peuple palestinien c’est un miracle personnifié,je me prosterne devant lui.

  • permalien Deïr Yassin :
    2 avril 2012 @12h07   « »

    Les "5 minutes chez le CRIF" posté par Sarah est un must. Comment un président d’un pays souverain peut se compromettre à ce point ?

    - Corinne Lepage, cela ne m’étonne pas. Elle fait partie de ces gens qui ont un double-discours comme Jean-Yves Camus, l’esprit républicain à l’extérieur et discours communautariste entre coreligionnaires.

    - Roselyne Bachelot par contre me déçoit. Elle a écrit des choses bien sur la Palestine : "De la Palestine à l’Irak : refuser les "deux poids-deux mesures" dans un ouvrage collectif issu d’une réunion à l’Assemblée Nationale, mars 1999, à l’initiative du Monde Diplomatique et l’IRIS, avec une introduction de notre hôte, Mr Gresh. Depuis, j’avais toujours un faible - tout relative - pour elle....

    A propos du Lobby :
    J’ai lu il y a quelques jours - mais je ne me rappelle plus où - que quand Bibi faisait son fameux speech au Congrès américain qui lui a quand même valu 29 standing ovations - plus qu’Obama ou n’importe quel autre président US - les Républicains applaudissaient comme des fous à chaque parole aussi extrémiste fut-t-elle, mais quand les Démocrates semblaient hésiter, la cheerleader [meneuse, pom-pom girl ?], la Démocrate Debbie Wasserman Schultz, élue de Floride - où le vote juif (oui, oui, c’est permis au US, juste en cas d’accusation d’antisémitisme) est indispensable - se levait, se tournait vers son camp et l’incitait à applaudir.
    Il s’agit bien d’une occupation sioniste du Congrès.

  • permalien patrice :
    3 avril 2012 @03h27   « »

    @Shanaa
    "La question à poser aux musulmans est celle de savoir pourquoi ils veulent s’ancrer dans un pays, un continent qui a persécuté et acculé les juifs européens à créer un état ailleurs ? Cet antécédent devrait éclairer les musulmans !"

    En fait le racisme décroit régulièrement en France. Il était encore très fort dans les années 60. L’effondrement de l’église catholique, puis les lois Mitterrand ont contribué à atténuer cette pathologie comportementale. Ca ira encore mieux quand Sarkozy se retrouvera en cabane, ce qui ne saurait tarder, à en juger par ce qui l’attend dans quelques mois, quand son immunité sera levée. Dernière casserole à émerger : Le financement de sa campagne de 2007 par ...Kadhafi ! Comme quoi sa haine des musulmans était très sélective, à l’époque.
    Je crois qu’on va rigoler.

  • permalien Vitigis :
    3 avril 2012 @09h35   « »
    Judex tire pour tuer

    De la connerie élevée au rang des beaux-arts etc...

    Votre énervement est disproportionné. "Enseignement moral" est d’ailleurs un terme très vague. De plus, les musulmans voient la morale partout (même le fameux atlas de l’évolution commence par parler des bonnes moeurs que le créationnisme entretiendrait). Je pense que M. Gresh amène ici de l’eau au moulin des musulmans qui veulent orienter l’enseignement selon leurs vues.

  • permalien Vitigis :
    3 avril 2012 @09h53   « »
    Judex tire pour tuer

    Rectification : au lieu de "atlas de l’évolution", lire "atlas créationniste".

  • permalien Orangerouge :
    3 avril 2012 @17h04   « »

    Ecoutez le Grand Rabbin Gilles Bernheim conseiller de manière si paternaliste et si raciste aux musulmans de manifester contre l’islamisme radical. Comme si chaque musulman avait quelque chose à voir avec l’atroce tuerie de Toulouse :

    http://religion.blog.lemonde.fr/201...

    C’est dommage que fin 2008 début 2009, pendant "Plomb durci", ce même grand rabbin Gilles Bernheim ait cru nécessaire de manifester pour soutenir Israël : Israël était alors en train de bombarder la population de Gaza. Ce bombardement laissera un peu moins d’un millier de morts dont des centaines d’enfants, et des milliers de blessés graves.
    http://www.crif.org/page=articles_d...

    Cela m’avait profondément choquée à l’époque. Et je ne comprends toujours pas qu’on ai laissé faire cette manifestation à ce moment là. C’était semer de la haine.

    Taisez vous Monsieur Gilles Bernheim, et que se taisent ceux qui manifestaient avec vous.

    J’ai posté cela hier sur le blog "Religion" du Monde qui relaie les paroles de Bernheim.
    Mon message n’est pas publié ... pourtant il s’agit de faits inconstestables.

  • permalien K. :
    3 avril 2012 @17h21   « »

    ... les musulmans voient la morale partout

    LOL

  • permalien K. :
    3 avril 2012 @17h23   « »

    De l’Afrique à la Chine en passant par la Bosnie, Ah ya Vitigis Macha’allah, smala smala.

  • permalien Orangerouge :
    3 avril 2012 @18h06   « »

    Il y a des chances qu’on arrête des "islamistes" chaque semaine en France, jusqu’à la date de la présidentielle, en tout cas.

    Dommage qu’avant la tuerie de Toulouse, Merah, qui était archi repéré et contre lequel une femme avait porté plainte, lui, était laissé dans la nature. Mais l’élection présidentielle ne devait pas être suffisamment proche ...

  • permalien Noval :
    3 avril 2012 @18h28   « »

    Election présidentielle oblige, ce soir un grand tintamarre sioniste se déroulera à Paris. Chez les " amis d’Israël ", on appelle cela "replacer la politique internationale de la France au cœur du débat de la présidentielle " .

    Programme et thématiques :

    http://www.crif.org/fr/tribune/1er-...

  • permalien Shanaa :
    3 avril 2012 @23h05   « »

    Patrice : "comme quoi sa haine des musulmans était très sélective, à l’époque. "
    Je crois qu’il faut considérer la chose sous l’angle de la politique USA et les fameux théoriciens du "clash des civilisations". La désignation de l’islam est destinée à créer un ennemi de substitution au communisme post guerre froide ! Ce n’est donc pas de la haine mais une stratégie mûrement réfléchie, qui a des adeptes politiques dans tous les pays d’Europe ! Cette doctrine a été mise en pratique durant l’invasion de l’Afghanistan par la Russie avec la création d’alquaéda. Ensuite, ce fut le 11/9 et l’invasion de l’Irak. Et cela continue avec l’élimination des régimes laics arabes comme en Libye !
    Au final, il y aura un ennemi de substitution qui légitimera les lois liberticides et les guerres !

  • permalien Judex :
    6 avril 2012 @13h18   « »
    @ Dora (en attendant un autre pseudo)

    Vous avez parfaitement le droit de vous exprimer, c’est même parfaitement légitime.

    Vous avez même le droit d’avoir les opinions qui vous chantent. Après tout, il paraît qu’on est en démocratie.

    Par contre, lorsque vous racontez des sottises (et je suis gentil), il ne faut pas vous étonner que vous vous fassiez voler dans les plumes. A moins que vous estimiez qu’on a le droit de raconter n’importe quoi et d’exiger en même temps d’être prise au sérieux.

    Mais là, on quitte le cadre de la discussion rationnelle.

  • permalien Judex :
    6 avril 2012 @13h25   «
    @ Vitigis

    - si je dis que vous racontez des conneries, ce n’est pas parce que je m’énerve, mais parce que c’est un fait.

    - les cours de morale dont il est fait question dans la lettre de Jules Ferry aux instituteurs étaient un cours officiel de l’école de la IIIe République. Cela allait de la morale inscrite au tableau noir au début de chaque journée aux cours d’instruction civique et morale dispensés par les instits. Mais bon, on ne peut pas tout savoir et c’est la mode de donner son avis sur des sujets dont on ne connaît rien (Évangile selon St BHL, chapitre 1, verset 1 : "Ô grand philosophe pour médias, chaque jour tu donneras ton avis éclairé sur la marche du monde/ Point n’est nécessaire de savoir de quoi on parle/ Beaucoup d’arrogance et du culot suffiront.")

Ajouter un commentaire