Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Frères musulmans : victoire électorale et défaite politique ?

Frères musulmans : victoire électorale et défaite politique ?

lundi 18 juin 2012, par Alain Gresh

Le second tour de l’élection présidentielle semble avoir donné la victoire au candidat des Frères musulmans Mohammed Morsi, qui aurait obtenu plus de 52 % des votes contre 48 % pour son rival, l’ancien général Ahmed Chafik. Cette élection infirme la plupart des prévisions que j’ai pu entendre, formulées par des journalistes ou des intellectuels libéraux, encore une fois incapables de comprendre la réalité du fait politique islamiste. Pourtant, malgré cette victoire, les Frères ne peuvent être satisfaits. Leur candidat n’aura que peu de prérogatives, l’essentiel de celles-ci restant entre les mains du Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui ne semble pas décidé à un vrai transfert du pouvoir vers les autorités civiles. Et l’organisation a subi de graves reculs durant ces derniers mois, dont elle est pleinement responsable : son candidat Morsi a obtenu au premier tour de la présidentielle cinq millions de voix, la moitié du score obtenu par les Frères aux élections législatives.

Reprenons depuis le début. La première et la plus importante leçon de ce second tour est le refus du peuple égyptien d’un retour au passé, malgré la formidable campagne de propagande menée par le pouvoir, malgré les annonces de violences à venir – nombre de chauffeurs de taxi, souvent liés aux moukhabarat (la police secrète), m’ont expliqué que les Frères musulmans s’apprêtaient à mettre le pays à feu et à sang ; une vidéo sur Youtube annonçait même une révolution à l’iranienne. La presse et les médias officiels, les journalistes, qui s’étaient surtout illustrés par leur absence d’opposition au régime Moubarak, des représentants de partis comme le Tagammu (de « gauche ») ont surenchéri, affirmant que le danger principal était désormais la confrérie, reprenant exactement le même discours que celui des présidents déchus Ben Ali et Moubarak.

Pour les électeurs qui ont voté Morsi, il ne s’agit en aucun cas d’accorder un blanc-seing aux Frères musulmans mais de mettre l’accent sur le danger principal : les militaires qui ne veulent pas céder le pouvoir. Car l’élection de Chafik aurait abouti à la reconstitution d’un parti-Etat, lié à l’armée, aux services de renseignement, aux capitalistes corrompus, ceux-là même qui ont mis le pays en coupe réglée depuis des décennies.

Ceci ne signifie pas que les 8,5 millions de votants qui se sont ajoutés aux 5 millions du premier tour ne sont pas conscients des sérieux manquements de la confrérie, de ses erreurs ni de ses hésitations depuis le début de la révolution.

Dans un premier temps, les Frères avaient annoncé qu’ils ne concourraient que pour un tiers des sièges du Parlement : ils en ont finalement obtenu environ 45 %. Ils s’étaient engagés à ne pas présenter de candidat à la présidentielle, ils sont revenus sur cet engagement. Mais, surtout, ils ont hésité entre une alliance avec le CSFA et avec les jeunes révolutionnaires. Ce n’est qu’après les élections législatives, et quand le CSFA a refusé que les Frères forment le gouvernement, qu’ils ont commencé à se heurter aux militaires, mais toujours en évitant toute mobilisation populaire. Par des déclarations ambiguës, ils ont avivé les craintes de différentes couches de la population qui craignent leur volonté d’imposer un Etat islamique. Ils ont permis au CSFA de ressusciter, avec Chafik, l’« Etat profond », celui qui a dirigé le pays depuis des décennies. Entre les deux tours, le candidat de la confrérie n’a pas été capable de forger une alliance avec ceux de ses adversaires qui, d’une certaine manière, représentaient la révolution : Hamdin Sabbahi et Abdelmonem Aboul Foutouh qui, ensemble, avaient obtenu 40 % des voix.

C’est dans ces conditions que, quelques jours avant le scrutin, la Haute Cour constitutionnelle a annoncé la dissolution du Parlement. Les Frères ont dans un premier temps accepté cette décision scandaleuse. « Ils ont refusé de se concerter avec les autres candidats à la présidentielle pour marcher sur le Parlement et créer un conseil présidentiel composé de leur candidat et des candidats de la révolution », explique un jeune intellectuel, ancien membre de la confrérie. « Ils ne savent pas faire de la politique, poursuit-il. Les Frères sont une organisation caritative et de prédication. Ils ont créé un parti politique, mais qui n’a aucune autonomie. » Pourtant, le fait qu’ils aient perdu plus de la moitié de leurs suffrages entre les législatives et le premier tour de la présidentielle aurait dû leur faire comprendre que leur base n’est ni homogène, ni solidement acquise.

Enfin, pour ajouter aux difficultés des Frères, le CSFA a adopté dans la nuit du second tour de l’élection présidentielle un addendum constitutionnel aux textes qui régissent la période intérimaire. Comme le résumait un journal : l’armée donne le pouvoir à l’armée. Et le CSFA gardera tous les pouvoirs législatifs, en attendant l’élection d’un Parlement dans plusieurs mois.

Il serait cependant faux de croire que l’armée peut agir à sa guise. Le paysage politique du pays est complexe et la mobilisation pour les élections confirme que les Egyptiens ne veulent pas se départir des droits qu’ils ont chèrement conquis.

307 commentaires sur « Frères musulmans : victoire électorale et défaite politique ? »

0 | 100 | 200 | 300

  • permalien K. :
    18 juin 2012 @13h27   »

    C’est une plaisanterie j’espère ? Certains commentateurs affirment qu’il est possible que la dictature militaire décrète demain que c’est chafik qui a gagné.

  • permalien Shanaa :
    18 juin 2012 @14h20   « »

    K. Personne n’en sait rien !
    De toute évidence, la stabilité du pays primera sur toute autre considération, vu le contexte régional !
    Un pays c’est quand même un territoire, une armée, une constitution. Aussi, je suis étonnée de la soudaine empathie des médias dominants français à l’égard des fréres musulmans, alors que ces médias passent leur temps à stigmatiser les musulmans de France et du monde ! Je ne comprends pas non plus cette animosité envers l’armée egyptienne qui est moins belliqueuse que celle de l’OTAN qui a détruit la Lybie !
    L’expérience démontre que si le systéme médiatique démonise telle partie au profit de l’autre c’est qu’il y a anguille sous roche ! Ainsi ce soutien soudain aux "islamistes" est louche !

  • permalien K. :
    18 juin 2012 @14h22   « »

    Hossam El-Hamalawy, 14/06/2012 :

    ...

    6- Les grèves (...) incarnent le seul espoir pour le renversement du régime (...) le fait demeure : La vague de grèves a entamé sa sixième année en continu, sans aucune perspective de voir se terminer les actions industrielles, tout simplement parce que les raisons structurelles, objectives du déclenchement des grèves sont toujours là, et aucun candidat à la présidentielle, ni un prophète, ne peuvent résoudre ces problèmes aussi longtemps que le régime néolibéral demeure en place.

    7 - Les grèves, bien que n’étant pas sous une direction unique, ont donné lieu à des confrontations directes répétées avec l’armée, à des slogans anti-junte militaire, ainsi qu’à des frictions avec des membres Frères musulmans ou salafistes du parlement qui ont tenté de désamorcer les actions industrielles dans leur région, ou qui n’ont pas pris la peine d’intervenir pour aider les travailleurs.

    8 - L’opposition islamiste elle-même est pleine de contradictions et de dissensions internes. La piètre performance au sein du parlement (aujourd’hui dissous), la collaboration avec la junte au cours de l’année écoulée, et l’incapacité à obtenir le moindre gain national concret en faveur du peuple pendant la défunte législature de courte durée, ne pouvait que signifier un processus de désillusion parmi les pauvres et les jeunes dans ces groupes ont le potentiel pour accélérer.

    9 - Il ya de bonnes raisons de s’attendre à quelques mois difficiles devant nous. (...) les membres du PND se sont sentis assez à l’aise pour sortir du placard après avoir disparu des yeux du public pendant un an. Des responsables de la sécurité de Moubarak ont ​​tous été acquittés, et [d’autres le sont tous les jours]. Bien que la loi d’urgence a été levée officiellement il y a deux semaines, le ministre de la Justice a accordé à la police militaire et aux officiers du renseignement le pouvoir d’arrêter des civils. Sans un parlement ou une constitution, le prochain président Shafiq [sic] devrait procéder à une répression sécuritaire radicale contre les militants de la démocratie, les groupes d’opposition et les révolutionnaires, avec le plein appui du CSFA

    10 - Cette prochaine vague de répression ne mettra pas fin à la révolution. Encore une fois, il faudra plusieurs années pour que l’horizon s’éclaircisse. Le camp révolutionnaire n’a pas les outils essentiels pour contre-attaquer, soit une organisation nationale pour les sections les plus avancées des travailleurs et de la jeunesse, et un front uni cohérent qui coordonne entre les différents groupes révolutionnaires dans la capitale et les provinces. Et dans ces moments difficiles, alors que la contre-révolution a le vent en poupe, la nécessité d’une telle organisation devient plus urgente.

  • permalien K. :
    18 juin 2012 @14h35   « »

    @ Shanaa,

    Parce que vous croyez que si l’armée impose Chafic la "stabilité" serait assurée ?

    Si vraiment l’armée veut la stabilité pourquoi ne permet-elle pas, pour commencer, que l’on jette un oeil sur ses livres de compte ?

    Pourquoi a-t-elle permis l’acquittement d’officiers assassins ? Leur emprisonnement aurait déstabilisé la nation ?

    Mais entrons un instant dans votre très étrange logique, pourquoi avoir permis la tenue d’élections législatives et la création d’une assemblée constituante si c’est pour en annuler les résultats peu de temps après ? C’est une attitude "stabilisatrice" ?

  • permalien X :
    18 juin 2012 @14h44   « »

    Shanaa :

    L’expérience démontre que si le systéme médiatique démonise telle partie au profit de l’autre c’est qu’il y a anguille sous roche ! Ainsi ce soutien soudain aux "islamistes" est louche !

    C’est un autre complot.

  • permalien X :
    18 juin 2012 @14h50   « »

    @ K,

    Il y’a stabilitē et stabilitē !
    Shanaa parle de la stabilitē qui assure les intērēts de l’Occident.

  • permalien K. :
    18 juin 2012 @14h55   « »

    @ X,

    Non justement, Shanaa est convaincue en toute bonne foi qu’il s’agit de la stabilité qui empêcherait une atomisation de l’Egypte sous les coups sournois des FDP que sont les dirigeants occidentaux.

  • permalien X :
    18 juin 2012 @14h56   « »

    Sur un autre fil :

    Shanaa :
    16 juin @16h19 «  »
    Historiquement, depuis Nasser, l’Egypte a toujours été gouvernée par des dirigeants issus de l’armée. Celle-ci est donc bien ancrée et, comme le souligne Yvan à travers un article de "Al ahram hedo", l’armée egytienne reçoit formation et aide intéréssées des USA, en échanges de services stratégiques et économiques rendus.
    Donc, quel que soit l’issue du scrutin, il devra tenir compte, d’abord, des exigences des puissances dominantes.
    Les egyptiens ne sont pas un peuple de querelleurs, mais ils sont tellement inondés d’informations contradictoires via les chaines satellitaires, qu’il devient impossible d’avoir une idée précise sur le devenir du pays.

  • permalien K. :
    18 juin 2012 @15h02   « »

    Shanaa dites moi que ce n’est pas vrai ? :-))

  • permalien K. :
    18 juin 2012 @15h06   « »

    "que ce n’est pas vrai" ça se termine par un point d’exclamation ou d’interrogation ?

  • permalien X :
    18 juin 2012 @15h08   « »

    Sur l’autre fil :

    Shanaa :
    18 juin @13h01 «  »
    Donc, dans ce monde instable, l’Egypte a besoin de son armée comme la Russie a besoin de Poutine, dans ce contexte actuel. Aprés on verra ! L’armée et les fréres ont compris cela, d’ou le dilemme !
    Ahmed Shafik, n’est pas Moubarak. Il sera obligé de tire des leçons de la contestation et de s’adapter au nouveau contexte d’instabilité régionale. Shafik est à l’origine de la restructuration réussie d’EgyptAir. Il a des compétences , une connaissance du terrain et une maitrise des affaires internationales. D’un point de vue pragmatique, il est indispensable pour une transition en attendant que passe la tempéte !
    Les fréres ont leur soutien dans le peuple et mérite d’oeuvrer pour le pays dans des institutions démocratisées, mais ils sont novices en gouvernance et, vu le contexte régional, c’est risqué pour l’Egypte ! L’Irak, puis la Libye doivent rester dans nos têtes afin de ne pas céder aux chants des sirénes ! Entre l’armée et les fréres il y a la stabilité de l’Egypte !

    Quelle dēception !

  • permalien Davor Mihailovic :
    18 juin 2012 @16h43   « »

    C’est pour moi une très grande surprise de voir le régime laisser gagner un concurrent, même si la fonction présidentielle a été beaucoup vidée de son sens (mais pas totalement) par une seconde bombe atomique institutionnelle (après la dissolution du parlement) qui est l’addendum constitutionnel décrété par le CSFA hier soir, une heure après la fermeture des bureaux de vote.

    C’est le moment 0 de la transformation. Autant dire qu’on est nulle part mais pour la première fois, le pouvoir absolu du régime est en théorie soumis à un contrôle et "contre-balancé" (le parlement n’avait absolument aucun pouvoir, même pas celui de mettre le désastreux gouvernement Ganzouri en position de défiance).

    Le plus grand souci reste le manque de cohésion entre les tendances civiles. Le problème est que chacune d’entre elles est restée silencieuse lorsque les autres courants civils se faisaient réprimer par le CSFA et ses exécutants. Ensemble, les différents courants civils eurent pu obtenir beaucoup plus d’un deal avec l’armée que la maigre pitance obtenue pour l’instant par le parti islamiste.

    Lorsque la confrérie a affirmé qu’elle ne présenterait pas de candidats aux présidentielles, l’armée n’avait pas l’intention déclarée de laisser participer Omar Souleymane (c’eut été une plus grande catastrophe encore) ni Ahmed Chafik. C’est un jeu d’échecs entre les CSFA et les FM. Il convient de remettre cette décision, certes étonnante, et contraire aux déclarations antérieures, dans le contexte.

    S’il y a bien une seule chose que l’on ne peut reprocher à la confrérie et à son parti, ce serait son manque de sens politique. Celui-ci est au contraire extrêmement développé par rapport à une certaine immaturité politique qui caractérise la plupart des courants révolutionnaires, libéraux, de gauche et modérés qui ont été incapables de s’organiser jusqu’à présent. Il est vraiment étonnant de lire que les Frères "ne savent pas faire de la politique" alors que ce sont les seuls qui en ont fait depuis le printemps 2011.

    Il est ainsi illusoire de croire que les FM ou le PL&J descendraient dans la rue en raison de la dissolution du parlement, ou demanderaient l’institution d’un conseil présidentiel, juste deux jours avant le scrutin présidentiel ou la priorité numéro 1 était d’éliminer l’homme du SCAF et de Moubarak (ce qui n’est pas encore fait, j’y croirai jeudi midi).

  • permalien K. :
    18 juin 2012 @18h23   « »

    « Calvinball au Caire » écrit Marc Lynch, qui ne dira cependant jamais qui est le maitre en la matière.

  • permalien Shanaa :
    18 juin 2012 @18h37   « »

    X, les intéréts de l’occident, en particulier des USA dominants, sont assurés partout dans le monde, y compris en Europe ou il existe bases militaires et accords politico-économiques. Même dans les pays volontairement plongés dans le chaos (Afghanistan, Irak, Libye) ces intéréts sont protégés et le business continue ! L’Egypte n’est donc pas une exception, la raison du plus étant toujours la meilleure.
    Pour l’instant, l’Egypte est entourée d’une région en feu, de la Syrie à la Libye ! L’Afrique est aussi en ébullition et des tonnes d’armes se baladent suite à l’agression de la Libye par l’OTAN.
    Dans ce contexte Ahmed Shafik, l’armée et les fréres doivent veiller à la stabilité d’un pays important en population et dans le monde arabe !
    L’armée egyptienne tient compte du contexte, et les fréres se sont présentés aux élections tout comme Shafik.

  • permalien jjdd :
    18 juin 2012 @18h54   « »

    Complot ou pas, comme les ’frères’ en Tunisie et en Libye, ce qui est évident c’est que ni l’un ni l’autre ne veulent de la révolution arabe : à savoir s’éloigner des intérêts des us et d’israel. Que vont ils faire pour faire oublier les problèmes économiques ? Un maquillage "islamique" suffit il ? A quelle point la branche égyptienne de cette confrérie est elle liée aux intérêts des qatar/wahabites ?

  • permalien Shanaa :
    18 juin 2012 @18h56   « »

    K, ma logique n’est si étrange. Elle est semblable a celle d’un nombre important de personnes qui optent pour le moindre mal. La violence fratricide n’ayant jamais donné de fruits, sinon des traumas collectifs durables ! Ceux qui veulent que les peuples changent pour se conformer à une unique organisation politique, sont les ennemis de la civilisation. La premiére des choses qu’ils ont faites c’est de pilonner Bagdad, détruire son musée et piller ce qui si trouve !
    Dans ces conditions, la sagesse indique que le changement arrive historiquement. Et si cela ne fonctionne pas c’est qu’il a été provoqué artificiellement, comme en Irak ou en Libye.

  • permalien K. :
    18 juin 2012 @19h08   « »

    @ Shanaa,

    Je ne vous suis pas du tout.

    Sauf erreur de ma part,

    tantot vous dites que les soulèvements égyptiens qui ont, selon vos dires, déstabilisé l’Egypte ont été, selon vos dires toujours, commandités par les Etats-Unis,

    tantot vous dites que l’Egypte connaissait une bonne situation économique avant les soulèvements grace à une relation symbiotique entre les US et l’Egypte mais alors pourquoi auraient-ils cherché à déstabiliser l’Egypte ?

    tantot encore vous dites que les Etats-Unis déstabiliseraient l’Egypte si elle s’aventurait à vouloir construire son destin elle-même mais encore une fois pourquoi avoir cherché à la déstabiliser ?

  • permalien Sarah :
    18 juin 2012 @19h12   « »

    @ K :

    Effectivement,je me pose les mêmes questions.

    @ Shanaa :

    J’ai du mal à suivre votre raisonnement.

  • permalien Shanaa :
    18 juin 2012 @19h14   « »

    K. Concernant le concept de révolution je vous suggére la lecture ou la relecture de "Animal farm".
    Et pour cerner la problématique du monde arabe, il y a un petit livre de Samir Kassir : " Considérations sur le malheur arabe".
    Enfin, la non violence peut aussi donner des résultats. Nous avons l’exemple du Mahatma Ghandi ! Cela peut faire sourire dans un monde cynique et hyper-militarisé, mais l’utopie c’est mieux que le mimétisme stupide ! Non ?

  • permalien Shanaa :
    18 juin 2012 @19h28   « »

    K. : "tantot vous dites que l’Egypte connaissait une bonne situation économique avant les soulèvements grace à une relation symbiotique entre les US et l’Egypte mais alors pourquoi auraient-ils cherché à déstabiliser l’Egypte ?"
    Ah ! Mon dieu ! Mais ou ai-je employé l’horrible mot "Symbiotique" ? Jamais !
    Que tout soit clair ! Je parle de pragmatisme ! La fin : Sécurité de l’Egypte. justifie les moyens : Coopération intelligente de l’armée, de Shafik, des fréres. Résultat : Démocratisation des institutions et redressement économique de l’Egypte ! Pragmatiquement, Shafik a des compétences énormes !
    Pour ce qui est des USA et la mondialisation c’est un phénoméne planétaire ! L’Egypte n’est pas une exception !
    Méme la prix Nobel birmane Aung San Suu Kyi a supplié les multinationales les plus douteuses à venir investir en Birmanie !!! On est pas sorti de l’auberge !

  • permalien K. :
    18 juin 2012 @19h32   « »

    @ Shanaa,

    Pourquoi voulez-vous sortir de l’auberge puisque vous pensez qu’on peut y cuisiner bonheur et prospérité ?

  • permalien Shanaa :
    18 juin 2012 @20h58   « »

    K. "Pourquoi voulez-vous sortir de l’auberge puisque vous pensez qu’on peut y cuisiner bonheur et prospérité ?"
    C’est vous qui me prêtez cette pensée ! Souvent, les "intellos" ont une analyse du monde purement cérébrale, sans intuition ; un peu à la Francis Fukuyama et sa "Fin de l’histoire" ! Et c’est pour cela qu’on est dans la m....!

    Sarah, je pense que l’armée et les fréres savent évaluer le contexte et l’adapter avec pragmatisme pour la sécurité du pays.
    Les egyptiens sont aussi fiers de leur religion que de leur armée et, quelque soit le dénouement, celui-ci devra tenir compte du contexte régional !
    Depuis 2OO3, changement de régime en Irak, la "démocratie" a le visage du chaos, comme en Libye !
    Il est donc de rigueur de douter. A moins d’être suicidaire !

  • permalien ka :
    18 juin 2012 @21h27   « »

    défaite pour l’Egypte en tout cas...

    @shanaa

    êtes vous égyptienne ? cela expliquerait pourquoi d’un côté vous voulez la stabilité et l’unité en Egypte mais pas vraiment en Syrie....
    à quoi cela a servi le départ de moubarak si les intérêts us/israel sont maintenus ?

  • permalien Shanaa :
    18 juin 2012 @22h28   « »

    Ka, pourquoi dites-vous défaite pour l’Egypte ? Défaite par rapport à quoi ?
    La paix civile, l’unité sont des atouts dans ce contexte, c’est sûr. Faut-il encore en être conscient et, collectivement c’est mieux !
    Qu’est-ce qui vous fait dire que "je souhaite l’unité à l’Egypte, et pas à la Syrie" ? Si cela dépendait de mon humble personne, je voudrais, de suite, l’unité du monde arabe, puis du monde musulman ! Une sorte "d’Europe" à nous, avec échanges culturels, économiques, politiques, ect... L’union fait la force, non ?
    Pour les intérêts US-Israél, franchement, l’Egypte a-t-elle réellement le choix ? Ou est sa marge de manoeuvre ? Nous ne sommes plus au temps de Nasser avec un équilibre de la terreur EST-OUEST ! C’est une seule équipe armée jusqu’aux dents qui décide, et les autres n’ont qu’à bien se tenir ! Sinon c’est "l’ingérence humanitaire" version apocalypse now !

  • permalien X :
    18 juin 2012 @23h58   « »

    Shanaa :

    1.

    Shafik a des compétences énormes !

    Et si Shafiq n’ētait pas là, qu’adviendrait-il de l’Egypte.
    Soyons sērieux on n’ēlit pas un prēsident parcequ’il est compētent, mais pour ses politiques.

    2.

    4o ans de stabilitē à mis 4o % des égyptiens sous le seuil de la pauveretē, ça ne vois suffit pas ? Au Caire 2,5 millions habitent avec les morts dans des cimetières. Faut il continuer à remplir ces cimetiēres au nom de la stabilitē.

    3.

    "Zanga Zanga, Dar Dar , Biet Biet..." Ça vous dit qq chose ?
    C’est le dernier grand projet de Kadhafi pour la construction de la Libye.

  • permalien X :
    19 juin 2012 @00h10   « »

    Le printemps de Saoud :

    Le prince hēritier à creuvé

  • permalien ka1 :
    19 juin 2012 @01h09   « »

    @shanaa

    Moubarak et saddat ont trahi l’Egypte, n’est ce pas ? alors a quoi sert le départ de moubarak, à part plus de division et de l’audience à aljazeeraa, si les politiques sont les mêmes ?

    si les ’frères’ vont finalement faire la même chose vis à vis d’israel pourquoi(comme vous) se permettent ils les ingérences verbales ( en apparence) en Syrie. Ces ’frères’ influent les palestiniens de Gaza en les divisant sur la question syrienne, en les forçant à prendre parti, alors qu’ils étouffent à Gaza.
    C’est honteux. S’ils sont faibles au point de ne rien changer avec les us-israel,et si le peuple ne pense qu’à sa panse, alors pourquoi les ingérences ?

  • permalien ka2 :
    19 juin 2012 @10h50   « »

    @

    un envoi de pain à Gaza et c’est la fête...ils ne devraient pas donner de l’espoir à Gaza à la légère ...les ’frères’ veulent juste la charia. On sait ce que cela amène d’être une marionnette us ? Que veulent ils faire à israel s’ils ne changent rien avec les us ? c’est valable avec les ’frères’ en Tunisie et en Libye.

  • permalien wini :
    19 juin 2012 @12h05   « »

    c’est lla faute des autres des américains des juifs des chrétiens des croisés .. Bref de l’autre cela est en effet reposant mais inefficace car tôt ou tard l’Égypte se retrouvera SEULE face à son destin .....et ce jour là c’est aujourd’hui

  • permalien ka12 :
    19 juin 2012 @12h50   « »

    l’Egypte seule, il ne faut pas exagérer, il suffit juste qu’ils choisissent le camp anti-impérialiste car l’alliance avec us/israel est bizarre. Ceci dit, ils ne sont pas les seuls en Afrique à être dans ce cas mais ils préfèrent juste l’hypocrisie/le vernis musulman.

  • permalien Yvan :
    19 juin 2012 @12h57   « »
    Frères musulmans : stratégie électorale.

    Ayant très bien compris que les élections se gagnaient aussi à Washington, les Frères ont depuis longtemps entrepris une campagne qui passe par les USA :

    Lalibre.be - Egypte : les USA dialoguent avec les Frères musulmans
    Longtemps réticents, mais contraints de s’adapter au nouvel ordre politique égyptien, les Etats-Unis dialoguent aujourd’hui avec les Frères musulmans, malgré des inquiétudes tenaces sur l’attitude du mouvement islamiste envers les femmes, les minorités ou Israël.

    ... quitte à glisser leurs pas dans ceux du "grand frère" :

    USA/Egypte : "respecter la démocratie" - Europe1.fr - International
    La porte-parole du département d’Etat américain Victoria Nuland a indiqué que les Etats-Unis étudiaient actuellement la décision mais a dit espérer pour le peuple égyptien qu’il "obtienne ce pour quoi il a combattu" au cours de la révolte ayant conduit à la chute d’Hosni Moubarak l’année dernière.
    Le candidat des Frères musulmans à la présidentielle égyptienne Mohammed Morsi a déclaré jeudi qu’il respectait la décision de la Haute cour constitutionnelle de considérer le Parlement, dominé par les islamistes, comme "anticonstitutionnel". "Je respecte le jugement de la Haute cour constitutionnelle, en raison de mon respect pour les institutions de l’Etat et pour le principe de la séparation des pouvoirs, a dit Mohammed Morsi à la télévision privée Dream TV.

    ... et attendre :

    Washington presse les militaires égyptiens de céder le pouvoir | Bradley Klapper et Lolita C. Bador | Égypte
    L’administration du président américain Barack Obama a averti lundi les dirigeants militaires de l’Égypte qu’ils devaient rapidement remettre le pouvoir aux civils s’ils ne veulent pas risquer de perdre les milliards de dollars d’aide militaire et économique que les États-Unis versent chaque année au pays.

  • permalien Shanaa :
    19 juin 2012 @14h44   « »

    X, vous caricaturez sans donner d’arguments pour étayer vos petites certitudes !
    Vous ne connaissez pas l’Egypte et vous ne savez rien de ce qui ce passe hormis le bassinage médiatique !
    Shafik est un rodé de la politique qui saura maintenir le gouvernail quand une tempéte régionale menace ! Une fois la tempéte passée, les changements se feront, que ce soit avec Shafik ou les fréres ! La rue egyptienne a parlé et plus rien ne sera totalement comme avant ! Les egyptiens sont un peuple de bàtisseurs. Ils sont patients, endurants. Tout le contraire des impulsifs !
    Cher X, comment osez-vous dire que la Libye va mieux aujourd’hui ? Auriez-vous contracté le syndrome bhl ?

  • permalien Juba :
    19 juin 2012 @15h16   « »

    Les fréres musulmans, c’est comme les extremes droites en occident càd qu’ils prospérent à l’ombre des pouvoirs qui s’appuient sur leurs peuples pour etre élus et dés qu’ils y sont les oublient ! La democratie se résume t-elle simplement à une compétition électorale sans trucage ? ou bien c’est ’une pratique qui a pour fondement essentiel : La liberté au sens large du terme ? Or ni le CSFA, ni les FM ne sont imprégnés des idées de liberté , de droits fondamentaux des citoyens et leur ennemi commun : C’est la démocratie ! Les régimes autoritaires issus des indépendances confisquées ont fait le lit des integristes en confinant l’école dans une sorte de Medersa et une islamisation des TV et des régles applicables à la famille pour s’attirer la sympathie des FM qui ont été utilisés comme arme de destruction massive des élites qui se battaient pour la démocratie en Egypte, Algérie, Lybie etc .. Et croire que les FM, une fois arrivés au pouvoir par les urnes vont accepter de se soumettre au suffrage universel c’est méconnaitre leurs idées car l’integrisme c’est comme la mort on ne la subit qu’une fois et ce sera bien fait pour ceuxui révent d’aller au paradis le ventre creux avec des bras enchainés alors que leurs maitres spirituels aiment le pouvoir pour y jouir de ses privilèges !

  • permalien une Tunisienne. :
    19 juin 2012 @16h25   « »

    Shanna je vous comprends parfaitement. j’ai les même interrogations et appréhensions au sujet de mon pays.

    Et si le chaos était le but de ce "printemps arabe" ?

    @X : je ne suis pas obligé d’adhérer sans réserve à la version des événements voulue par la classe dominante. Comme shanna, je me méfie quand la presse occidentale encense les FM et diabolise l’armée garante de la souveraineté d’un pays. Si vous êtes jeune, j’espère que vous vivrez assez longtemps pour voir comment les pays arabes vont être morcelés. inutile de me classer dans la catégorie des "complots".

    Avez vous entendus parler d’un nouveau "Frères pour la libération du Hedjaz" ou qulque chose de ce genre. Les Britanniques sont derrière cette créature. Donc la Saoudie est dans la ligne de mire. Il y a quelque temps, Zulficar Ansar a mis un article dans ce sens( un projet Us pour morceler le Royaume des Saouds et mettre les lieux saint La Mecque et Medine dans une entité indépendante gérée par des musulmans du monde entier. On dirait qu’a Washington quelqu’un a dit "GO".....)

  • permalien f m amine :
    19 juin 2012 @16h33   « »

    Je viens de voir a l’instant une transmission d’une conférence de presse de l’équipe électorale d’Ahmed Chafik ou ils assurent que leur candidat a remporté les élections a 51.5% et qu’il depasse Morsi de 500 000 voix !

  • permalien Sarah :
    19 juin 2012 @16h57   « »

    @ Tunisienne et Shanaa :

    D’habitude c’est moi qu’on traite de complotiste mais là je dois avouer que vous m’épatez les filles !

    A peine les frères musulmans ont-ils gagné les élections qu’ils sont déjà traités d’agents de la CIA,de fourbes,etc sans avoir dis ou fait quoi que ce soit.

    Un intervenant,en manque d’argument, nous a sorti un gros bobard comme quoi Ennahda avait rétabli la polygamie !
    Rappelons que les islamistes en Tunisie ont répété qu’ils ne toucheraient pas au statut de la femme(jusqu’à maintenant ils ont tenu parole),qu’ils ont même refusé d’inscrire la charia dans la constitution.

    Si j’ai bien compris pour certains ici,la seule position acceptable à leurs yeux pour un dirigeant arabe c’est de se confronter directement aux USA,d’inviter des négationnistes,d’être diabolisé par la communauté internationale,bref d’être une sorte d’Ahmadinejad.

    Shanaa,

    Ne seriez pas un adepte de Soral et de son fameux théologien qui nous explique que le printemps arabe est une vaste manipulation qui consiste à mettre des islamistes radicaux partout,pour ensuite justifier une attaque contre ces pays,et déclencher la troisième guerre mondiale dans le but de réaliser le Grand Israel ?

  • permalien Shanaa :
    19 juin 2012 @17h13   « »

    Ka, Je crois que vous prêtez aux fréres un pouvoir qu’ils n’ont pas en réalité !
    Les situations des uns et des autres sont bloquées par le filet des mauvaises alliances contractées dans le passé, et que l’on a cru maitriser ! Les pétromonarchies alliées volontaires ou obligées des puissances coloniales US-britanniques ne sont pas étrangéres à ce tissage d’araignée, aggravé par la position d’Israél dans la région.
    Le Soudan, l’Irak, la Libye ont été volontairement morcelés pour leurs matiéres premiéres, mais aussi pour les affaiblir , les détruire et permettre aux entreprises étrangéres d’avoir du travail en reconstruisant ce qui a été détruit ! La Syrie est, hélas, vouée au même sort, sauf si la Russie et la Chine remportent le bras de fer !
    La Syrie, comme la Libye, n’ont ni coca ni macdo. C’est un manque à gagner pour le capitalisme qui, dans son stade actuel, a besoin de consommateurs !

  • permalien Mourad :
    19 juin 2012 @17h27   « »

    Je suis d’accord avec vous, Shanaa.

    Au final, la situation en Egypte et en Syrie n’est pas si différente que cà. Ce sont deux pays qui veulent du changement mais tentent avant tout d’éloigner les ingérences extérieures pour conserver l’unité et l’indépendance. L’Occident veut la démocratie dans ces pays mais uniquement pour mieux influer sur ses affaires. Le garant de l’état central est l’armée aussi bien en Syrie qu’en Egypte.

  • permalien Shanaa :
    19 juin 2012 @17h42   « »

    Sarah : Shanaa,

    "Ne seriez pas un adepte de Soral...."
    Qui est cette personne ?
    Adepte ? Non, je n’appartient à aucune secte !
    Je lis Orwell, Max Weber, Chomsky, le diplo. La seule fantaisie "complotiste" que je me permets c’est Alex Jones !
    Donc, je me base sur ma propre observation pour mes commentaires.
    Dites moi, avez-vous déja oublié la petite fiole de Powell à l’ONU ?
    Avez-vous oublié la destruction de l’Irak ? Abou-Gharib ? Falloudja ? l’Uranium appauvri ? La pendaison de Saddam ? Bref, ou est la démocratie en Irak ?
    Pourquoi la partition du Soudan ? Celle de la Libye ?
    Les USA et les britanniques ont-ils déjà soutenu une seule "démocratie" dans le monde ? Si oui, pourquoi avoir liquidé un Allendé ? Un Mossadegh ?
    Ceci dit, je souhaite que vous ayez raison X et vous !
    Pour ma part, la seule "révolution" qui vaille est celle de la décolonisation ! La guerre civile entre fréres, en Islam, s’appelle Fitna ! C’est une énorme turpitude ! Parce que il y a des moyens non violents de dégager un type au pouvoir ! Fut-il un roi !

  • permalien Shanaa :
    19 juin 2012 @17h55   « »

    Mourad, tout à fait ! C’est la même fiévre qui secoue les uns et les autres ! Avec un acharnement particulier sur la Libye et la Syrie qui ne coopéraient pas assez avec le capitalisme !
    C’est sûrement la forme de "démocratie" promise aux arabes par "yes we can" ! Vous savez, dans son discours au Caire ! J’ai faillit chialer ce jour là !

  • permalien ka122 :
    19 juin 2012 @17h58   « »

    @sarah

    à peine arrivés (avec les drones américains en Libye), et ils se la jouent en donneurs de leçons au monde arabo-musulman d’islam (charia) d’abord, de démocratie, de diplomatie, sans parler d’économie qui est liée à tout cela. Il est bon de rappeler que cette ’révolution’ ne leur appartient pas, tout comme l’islam (heureusement) et l’islamisme.

    @shanaa

    mes reproches aux ’frères’ sont entre autres les ingérences et de beaucoup parler pour les palestiniens alors qu’ils n’ont ni les moyens, ni semble-t-il l’ambition car ils ne se définissent plus par rapport à la cause arabe.

  • permalien Shanaa :
    19 juin 2012 @20h49   « »

    K122. Le mouvement des fréres musulmans date de 1928 seulement. Il est, pourtant, bien organisé et structuré. Il est aussi parfaitement capable d’apréhender le monde dit "moderne" et de le conjuguer avec virtuosité, Ainsi, Shater est parfaitement à l’aise dans le monde des affaires. Morsi M. a fait une partie de ses études aux USA !
    Sous Nasser, sous Saddate, puis Moubarak, les fréres ont été ostracisés, persécutés ! Ce qui n’est pas juste, puisqu’ils ont hautement lutté contre le colonialisme britannique. Les fréres musulmans d’Egypte sont trés proches du peuple, des pauvres. Ils sont présents pour aider, instruire, etc...
    Avec les affres de la mondialisation, de la pauvreté, ils ont évité au pays les formes de délinquances et autres stigmates ! Ils font du bon boulot, c’est vrai !
    Le seul probléme, je crois, c’est l’influence des pétromonarchies. Et vu les alliances, il est difficile d’avoir une vision et un projet panarabe !
    Vous aurez remarqué que, durant le début de la crise libyenne et syrienne, la "Ligue arabe" n’était ni efficace ni autonome !

  • permalien Yvan :
    19 juin 2012 @21h05   « »

    Samir Amin : les Frères/Armée... et la révolution.

    Samir Amin, économiste - FRANCE 24

  • permalien Yvan :
    19 juin 2012 @21h24   « »
  • permalien K. :
    19 juin 2012 @21h35   « »

    Confusion mentale (de parties prenantes ?) mise à part, une partie qui prend de force tous les pouvoirs est une dictature.

    Et quand cette dictature est le fait de mafieux comme l’armée égyptienne, des lendemains très sanglants (jusqu’à ce que “stabilité” s’en suive ?) se profilent à l’horizon.

    La nouvelle charte de l’armée est la dernière d’une série d’étapes menées au pas de course que les généraux ont adoptées afin de renforcer leur emprise sur le pouvoir juste au moment où ils avaient promis de remettre à des civils élus l’autorité qu’ils ont assumé depuis l’éviction de Hosni Moubarak l’an dernier.

    Leur charte leur donne le contrôle de toutes les lois et du budget national, l’immunité contre toute surveillance, et le pouvoir d’opposer leur veto à une déclaration de guerre (au nom de la “stabilité” ?).

  • permalien Shanaa :
    19 juin 2012 @21h41   « »

    Nouvelles de la Libye post-révolutionnaire. A méditer !
    "La prolifération d’armes au-delà des frontières de la Libye n’est plus la seule conséquence de la chute de Kadhafi. Un autre legs de la guerre, pas des moins étonnants, est l’afflux en masse de criquets pèlerins dans les pays du Sahel.

    Dans un communiqué daté du 5 juin, la FAO, l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, tire la sonnette d’alarme. Malgré les tentatives entreprises depuis la mi-mai par l’Algérie et la Libye, où des infestations acridiennes ont été signalées en janvier, les criquets pèlerins sont bel et bien en train d’arriver au Mali et au Niger, menaçant les cultures de la région qu’ils déciment sur leur passage. Comme l’explique "Jeune Afrique" dans son édition du 10 juin, la Libye de Kadhafi disposait d’un dispositif d’éradication d’essaims très en pointe. Mais la révolution a réduit à néant le parc des véhicules pulvérisateurs et la chasse aux criquets n’a pas été inscrite au rang des priorités par les nouvelles autorités libyennes."

  • permalien ka12121 :
    19 juin 2012 @22h28   « »

    merci pour l’interview de Samir Amin.

    @Shanaa

    c’est la même histoire dans trop de pays(Tunisie, Maroc, Jordanie), quand le peuple n’est pas opprimé par des rois/riches alliés des américains qui ne favorisent que les riches/capitalistes, il est à la merci de religieux wahabites pro-américains. On trouve même ce phénomène en Europe. On peut trouver des arguments pour les ’frères’ (lutte contre la misère) et pour l’armée (stabilité) mais cela a apporté la ’révolution’ et rien n’a changé et encore moins pour les palestiniens.
    Les luttes anti-impérialistes en Amérique du Sud ne sont elles pas la voie ?

  • permalien K. :
    19 juin 2012 @23h21   « »

    L’hilarante Clinton : il existait une "transition démocratique" en Egypte jusqu’il y a quelques jours :

    Hillary Clinton a martelé qu’il « ne peut y avoir de retour en arrière » dans le processus démocratique égyptien.

    Vu le constant mépris de l’armée pour les normes démocratiques élémentaires au cours des 16 derniers mois, le commentaire de la Secrétaire d’État Hillary Rodham Clinton la semaine dernière disant qu’« il ne peut y avoir de retour en arrière sur la transition démocratique appelée par le peuple égyptien" sonnait ridiculement.

  • permalien X :
    19 juin 2012 @23h32   « »

    Une Tunisienne,

    Je reste persuadé que la rēvolution tunisienne va rēaliser son objectif d’installer la dēmocratie.

    Une des explications de votre déception peut ētre que dēcouvrez que les ne sont pas tout à fait ce que vous pensiez.

  • permalien
    20 juin 2012 @08h28   « »

    "C’est une seule équipe armée jusqu’aux dents qui décide, et les autres n’ont qu’à bien se tenir ! Sinon c’est "l’ingérence humanitaire" version apocalypse now !"

    Pas faux. Si j’étais egyptien, je dirais aussi qu’il vaux mieux laisser les iraniens et autres syriens tenter quelque chose et faire son petit bout de chemin dans le système, un peu comme les européens..

  • permalien Yvan :
    20 juin 2012 @09h10   « »
    Frères musulmans : victoire électorale et défaite (?) politique ?

    Il s’agit bien de deux récits du même évènement :

    Frères musulmans et révolutionnaires se rassemblent place Tahrir - Challenges.fr
    LE CAIRE (Reuters) - Les Frères musulmans se sont rassemblés mardi place Tahrir, l’épicentre de la "révolution du Nil" au centre du Caire, aux côtés des jeunes élites laïques à l’origine du soulèvement contre Moubarak, pour protester contre la décision des généraux de s’octroyer de nouveaux pouvoirs.

    Manifestation des islamistes place Tahrir au Caire contre le pouvoir de l’armée - EGYPTE - RFI
    Une foule compacte a déferlé place Tahrir dans la soirée. Des hommes, des femmes voilées avec leurs enfants, agitant des drapeaux et des affiches à l’image de leur candidat Mohamed Morsi qu’ils considèrent déjà comme leur président.
    Seule la prière de 19h faite au beau milieu de la place a interrompu pour quelques minutes les slogans des manifestants. Quelques groupes de jeunes révolutionnaires avaient appelé à manifester mais l’immense majorité des personnes présentes sur la place étaient des islamistes.

  • permalien une Tunisienne :
    20 juin 2012 @12h00   « »

    @Sarah 19 juin @16h57 « 

    mon problème n’est pas Ennahdha.( Ce sont des conservateurs au pouvoir comme le parti républicain US) . Mais des gens venus de ne sais où qui s’autoproclament"salafistes". En fait ce sont des bandits, des criminels , des ex taulards, des types avec des casiers judiciaires, payés par qui ? qui se laissent pousser la barbe, quand ce n’est pas une perruque, qui sèment la zizanie dans le pays. Ils sont violents et n’ont peur de rien , n’hésitent pas à attaquer les forces de l’ordre et à brûler les postes de polices. Il y a même un groupe qui a pris le contrôle d’une gros bourg agricole Sejnane et y a crée un "emirat"

    Sarah, le danger pour nous ce sont les forces qui se tiennent en arrière, en embuscade et qui sont les vrais donneurs d’ordre.( ou de désordre)

    Rappelons que les islamistes en Tunisie ont répété qu’ils ne toucheraient pas au statut de la femme(jusqu’à maintenant ils ont tenu parole),qu’ils ont même refusé d’inscrire la charia dans la constitution.

    sujet bateau pour détourner l’attention du vrai problème : le chômage et la dignité. en plus"Charia" c’est un mot fourre tout tellement malmené que beaucoup confondent avec l’application des peines pour des délits comme le vol, l’adultère , le banditisme. Notre ancienne constitution est basée sur la"Charia" c’est à dire des principes éthiques pour le bonheur de tous.

    Si j’ai bien compris pour certains ici,la seule position acceptable à leurs yeux pour un dirigeant arabe c’est de se confronter directement aux USA,d’inviter des négationnistes,d’être diabolisé par la communauté internationale,bref d’être une sorte d’Ahmadinejad

    Vous caricaturez. La position acceptable pour un dirigeant où qu’il soit est d’ouvrer pour le service de tout le peuple( Education, santé, travail, sécurité, developpement et sécurité alimentaire) et d’instaurer la justice sociale. En politique etrangère, avoir des rapport amicaux et d’échange avec les autres pays.

  • permalien une Tunisienne :
    20 juin 2012 @12h48   « »

    @X :

    Je reste persuadé que la rēvolution tunisienne va rēaliser son objectif d’installer la dēmocratie.

    Notre objectif est d’abord le travail et la dignité. Le développement des régions. la sécurité alimentaire.

    que veut dire démocratie ?des partis, des elections, une majorité qui gouvernent. Et si la majorité décident de s’en prendre à la minorité ? C’est toujours la démocratie.

    Au lieu de l’economie de marché( qui nous a appauvris puisque les plus riches controlent tout via le FMI et son systéme d’endettement et de remboursement usuraire) je voudrais voir s’instaurer l’economie d’echange. D’une manière plus générale multiplier les échanges Sud-Sud entre les pays qui détiennent 80% des ressources naturelles du monde.Procéder à ces échanges sur la base du troc pour ne point passer par les devises du Nord et mettre fin à la speculation sur les monnaies.

    Une des explications de votre déception peut ētre que dēcouvrez que les ne sont pas tout à fait ce que vous pensiez.

    Ma déception vient du fait que j’ai compris que j’ai été manipulée depuis le 14 janvier2011. Kasbah 2 qui a abouti pour des élections pour elire les membres d’un constituante . Quel gâchis ! Il aurait mieux valu confier la rédaction à des expert en droit constitutionnel. On aurait avancé beaucoup plus vite et stabiliser le pays.

    je voudrais terminer ma vie dans la sérénité. l’histoire de ma famille est pleine d’exil , de souffrance et de manque. Je n’aimerais pas voir mes enfants( 3 grands en age de se marier, super diplômés) émigrer pour trouver du travail au niveau de leurs compétences.

  • permalien Yvan :
  • permalien Houcine :
    20 juin 2012 @13h03   « »

    Shanaa !

    - La guerre civile, c´est la Fitna !

    Au lieu de cette terrible Fitna comme en Syrie, en Libye, au Mali et en Irak, il faudrait mieux se tenir aux principes du Printemps arabe, `a l´ instar de la courageuse revolution en Tunisie et les reclamations des Fevrieristes marocains.

    Les peuples (tous les peuples), actuellement, ils disposent de beaucoup de moyens pour reclamer leur souverainete, chasser les dictateurs et recuperer sa dignite. Nonobstasnt, l´Entreprise neo colonial, comptant sur ses laquais roitelets arabes, comme en Arabie Saoudite, en Jordanie et au Maroc, il a ses plans geopolitiques, et il veut bien dechirer ce qui reste du monde arabe et exclure l´Islam qui ne cesse d´unifie des millions d´etres humains, ne reclament que la paix et la prosperite du monde entier, en fonction et ce qui est deja bien specifie au Saint Coran.

    - Comment agissent-ils les ennemis de la paix mondiale, au detriment de tous les petits peuples ?

    La volonte et les maineuvres neo coloniales en quete de creer un monde plus corrompu que jamais, elles ne cessent de se manifester meme parmi les Etats consideres modernes et assez democratiques !

    - l´arme de la dechirure !

    L´appui du separatisme comme vecu au Soudan, en Libye, en Irak, en Syrie, en Egypte et au Maghreb (sunnis, chiis, alaouis, koptes, maronites, kurdes, berberes, arabophones, francophones, anglophones), la mondialisation, Soros et ses finances, la crise de l´Euro devenue une grosse affaire des ruses creanciers, profitant de la dechirure du vieux continent, ils n´annoncent rien de bon pour tout l´ univers.

    - En conclusion

    Selon ces enjeux, les plus menaces sont nos pauvres et dociles arabes, a cause de leur niveau culturel calfeutre, leur faiblesse sentimental qui les rend faciles `a manipuler, `a diviser et `a exploiter.

    - Que faire ?

    Il faudrait analyser tous ces points faibles, assurer une autre conduite (une autre mentalite) aux generations les plus jeunes, leur permettant de se situer `a la hauter des circonstances de leur voisinage et les conjonctures de leur temps.

    Cordialement

    Houcine__

  • permalien Houcine :
    20 juin 2012 @13h28   « »

    Exemple de rigime arabe voisinant l´Europe des lumieres !

    Un monarque hautement moderne aux yeux de ses Mentors occidentaux, mais tellement primitif, toujours gouvernant ses sujets au nom du ciel et les privileges de sa race !

    http://www.demainonline.com/2012/06...

    Houcine__

  • permalien Orangerouge :
    20 juin 2012 @15h39   « »
    Fabius alimente la fable du "processus de paix" pour permettre à Israël de poursuivre l’épuration ethnique

    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pa...

    Monsieur Fabius, ces enfants là, vous les entendez ? Même s’ils sont arabes ...

    http://www.europalestine.com/spip.p...

    Rapport de l’ONU :

    Dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, 11 enfants palestiniens ont été tués et 360 autres (342 garçons et 18 filles) blessés lors d’incidents liés au conflit armé. Cinquante-huit des 360 enfants blessés avaient moins de 12 ans ; 83 % venaient de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et 17 % de Gaza ; 302 ont été blessés par les forces de sécurité israéliennes, 40 par des colons israéliens, 11 par des engins non explosés et 2 par des personnes non identifiées. En outre, cinq enfants ont été blessés en manipulant des armes et des explosifs, notamment lors d’un incident qui serait lié à des affrontements internes entre différents groupes armés palestiniens. En 2010, aucun enfant israélien n’a été tué du fait du conflit, mais deux ont été blessés, dont un par une roquette tirée le 21 décembre à partir de Gaza par un groupe armé palestinien non identifié.

    La suite est ici :

    http://www.un.org/children/conflict...

  • permalien Orangerouge :
    20 juin 2012 @15h40   « »

    Pour joindre le Ministère des Affaires étrangères français :

    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/na...

  • permalien Orangerouge :
    20 juin 2012 @15h47   « »
    Demain entretien de Laurent Fabius avec Daniel Ayalon, vice-ministre israélien des Affaires étrangères

    Laurent Fabius recevra le 21 juin Daniel Ayalon, vice-ministre israélien des Affaires étrangères.

    Ils aborderont en priorité les questions régionales, à commencer par le processus de paix israélo-palestinien et le dossier nucléaire iranien.

    Le ministre soulignera l’attachement de la France à la sécurité d’Israël et à la nécessaire relance du processus de paix. Il marquera également notre volonté de continuer à renforcer les relations entre nos deux pays.

    Cet entretien permettra aussi d’évoquer notre excellente relation bilatérale qui se caractérise par de nombreuses coopérations dans les domaines économique, culturel, scientifique et technique.

    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/pa...

    Le nucléaire israélien ne semble pas à l’ordre du jour ...

    Combien paient-ils nos politiques, les Israéliens, pour cet oubli ?

  • permalien Orangerouge :
    20 juin 2012 @16h02   « »

    En tout cas, dans mon institution d’enseignement supérieur, les enseignants-chercheurs ont fait échouer, il y a quelques années, une tentative de "collaboration" avec une université israélienne.

    Ils ne sont plus revenu.

    Pour ceux que cela intéresse :

    AURDIP - Association des Universitaires pour le Respect du Droit International en Palestine

    http://www.aurdip.org

  • permalien Frederic :
    20 juin 2012 @16h24   « »

    Je vis en Egypte sans être égyptien. Je suis croyant sans être musulman. Je suis très touché et très proche de l’avis de Sanaa et d’une Tunisienne. Le monde est plutôt malade de ceux qui fuient la réalité (faire manger dignement sa famille, que l’on soit croyant ou pas), pour se réfugier dans les idéologies intellectualisantes et professorales ou religieuses (et messieurs les gens "qui savent mieux que les autres" ne venez pas me dire qu’être croyant et être religieux c’est pareil).
    Autour de moi, effectivement, beaucoup de collègues ont pu voter à des moments différents de cette courte histoire depuis le 25 janvier, frères puis chafik, gauche puis Morsi, abd el fotuh puis chafik, frères aux législatives puis Sabahi,...etc... Effectivement, la démocratie n’est pas la victoire des uns sur les autres, mais le meilleur compromis pour le bien (ou le moins mal effectivement) de tous.
    Le problème numéro 1 de l’après Moubarak (mais qui apparemment était déjà le problème de Mohamed Ali il y a deux siècles) c’est l’école et la santé, sans se déchirer et se tuer dans la rue, ni dans les églises, ni dans les mosquées. Oui, les frères ont été et restent efficaces dans beaucoup de solidarités locales mais ont peu de compétences politiques, oui, l’armée est rassurante mais autarcique et opaque, oui, tout le monde est désireux de recommencer à travailler ici et ne pas avoir à s’exiler,...etc...
    Et pour les intello, je rappelle également que la démocratie s’est historiquement créée non pas pour donner une voix à chaque citoyen (12 "dèmes" au départ, composés chacun d’un grand nombre de citoyens), mais pour s’opposer à l’ochlocratie ("Ochlos" en grec, signifiant "foule"), à la foule qui brise la personne, qui ne réfléchit pas. Moi, j’aime bien me remettre ça en mémoire, en pensant à Tahrir, aux grèves ’pic-nic’ manipulées, aux moutons de Panurge, aux meeting électoraux soi-disant spontanés même en France, aux manifs médiatiques qui permettent à tous d’éviter de réfléchir (on est pour ou contre). Et puis Piaf aussi, tant qu’à faire, dont la chanson en parle...

  • permalien Dawood El Masri :
    20 juin 2012 @16h47   « »

    Je lis plus haut que Chafik serait le candidat de la fermeté et qu’il saurait se faire respecter. Il ne peut déjà contrôler ses nerfs sur un plateau de télévision lorsqu’il se fait un tant soit peu remettre à sa place : http://www.youtube.com/watch?v=xePL...
    Il a essuyé des jets de chaussures lorsqu’il a été voter au premier tour, je ne sais pas si vous vous imaginez la portée que cela aurait dans le monde arabe si il est amené à représenter l’Egypte.

  • permalien gloc :
    20 juin 2012 @17h22   « »

    Frederic : Et pour les intello, je rappelle également que la démocratie s’est historiquement créée (...) pour s’opposer à l’ochlocratie ("Ochlos" en grec, signifiant "foule"), (...)

    Absolument.

    Et pour les citoyens (et puisque nous sommes dans Aristote), je rappelle également "également", que l’"économique" a été créée en opposition à la chrématistique (χρηματιστικο ́ ς, "art de gagner de l’argent").

    Et pour les citoyens égyptiens, c’est le choix qui sont en train de faire :
    - soit continuer à alimenter le système d’accumulation d’argent de l’armée,
    - soit créer une économie.

  • permalien Houcine :
    20 juin 2012 @17h46   « »

    L´Egypte de Lakhdewi, Zaghloule et Nasser !

    L´impasse dans lequel se trouve l´Egypte de »Saad Zaghloule et de Nasser« , elle remonte à Mohammed Ali Bascha et ses héritiers qui ont fait échouer tout l´Empire Ottomane. La banque de Messr, le projet chemin de fer et la construction du Canal de Suez´1869, ensemble, ils ne furent qu´un prélude pour appliquer les accords de Madrid´1880, définissant les intérêts anglais en Orient et ceux de la France au Maroc d´Hassan Ier & Fils.

    Profitant de ses aventures militaires (Darfour´1867) ruinant sa Khizana, le gouvernement de sa majesté à Londres contraint »Ismaël Bascha–Lakhdewi« à vendre les droits d´Egypte sur le Canal. Malgré son complot de 1879, en quête d´échapper au contrôle de ses finances, aussi, il fut contraint d´abdiquer en faveur de son fils Taoufiq et partir en exil vers Constantinople.

    Après Abbas et Fouad, à l´âge de 16 ans, Farouk devint roi d´Egypte ! Son rythme de vie, surtout au cours de la deuxième guerre mondiale, et l´envoi de ses soldats au combat contre Israël en 1948 n´ayant que des armes défectueuses, ils l´exposèrent à la haine du peule. Les américains et les anglais en profitèrent l´ayant longtemps dans leur mire, ainsi l´arrière, arrière petit fils de Mohammed Ali, à son tour, lui, sa femme et leur petit Fouad II, ils se trouvèrent chassés par les jeunes officiers et contraints de naviguer sur leur Mahrossa vers l´Exil en Italie, et plus tard à Monaco.

    Selon ces circonstances et face au déracinement de la société égyptienne, sous le fardeau des héritiers de Mohammed Ali, les premiers étudiants venus en France, et parmi lesquels se trouva Taha Hussein, de retour sous l´influence des grands penseurs français et européens, ils avaient contribué à faire revivre la renaissance d´ »Al Afghani et Mohammed Abdou« . Quant à l´Université d´ »Al Azhar« , dont la fondation remonte aux Fatimides, elle aussi, elle a contribué au maintien de l´aspect musulman au sein d´une société sans aucun choix ! C´est cet esprit qui a contribué à faire réveiller les égyptiens et les maghrébins contre les colons anglais et français, malgré l´occupation de l´Algérie en 1830 (naissance de Lakhdewi), les accords de Bardo´1881 et ceux de Fès´1912, culminant par l´indépendance formelle d´Egypte en 1936.

    Après 142 ans de conflits et de défaites, que reste-t-il donc à faire sous les frères qui furent les chevaliers d´Al Saoudes, ou avec la tradition militaire de Farouk formé en Angleterre et Ismaël–Lakhdewi qui ne fut qu´un autre Officier - produit franco parisien ?

    Houcine & Samya__

  • permalien Orangerouge :
    20 juin 2012 @17h53   « »

    Frederic, la démocratie, c’est quand même "un homme une voix", ce qui n’a rien à voir avec des phénomènes de foule, qui effectivement peuvent être irrationnels ou manipulés. Chacun réflechi dans son isoloir, à partir de ses reflexions avec d’autres, mais face à lui-même.

    Et l’armée, c’est plutôt en Egypte, une caste de hauts gradés qui ont mis le grappin sur des entreprises pour la gestion desquelles ils n’ont aucune compétence.

    Ce que j’espère, c’est que la troupe refuse de les soutenir (elle a la force du nombre, elle a la motivation que créé le mépris dans laquelle on la tient).

    Si la première phase de la révolution égyptienne a réussi, c’est aussi parce que les tankistes n’ont pas tiré et qu’il y a eu des phénomènes de fraternisation entre soldats de base et manifestants.

  • permalien Houcine :
    20 juin 2012 @17h54   « »

    Corrigé : l´impasse dans laquelle .....

    m´excusant

    Houcine__

  • permalien Orangerouge :
    20 juin 2012 @18h01   « »

    Sur l’armée égyptienne, intéressant article du Guardian (traduit ici) de février 2012 :

    http://alencontre.org/moyenorient/e...

  • permalien gloc :
    20 juin 2012 @18h08   « »

    Orangerouge : « la démocratie, c’est quand même "un homme une voix" »

    Non, "un homme une voix", c’est le suffrage universel.

    La constitution de 1936 de l’URSS de Staline reconnaissait le suffrage universel, ça n’en faisait pas une démocratie (même pas "populaire").

  • permalien Houcine :
    20 juin 2012 @18h11   « »

    Un échantillon résumant la volonté et la politique des Commandeurs arabes, n´ayant que de très laids et sauvages viages !

    http://www.demainonline.com/2012/06...

    - Que comprend-t-on ?
    - Que faire ?

    Houcine & Samya__

  • permalien X :
    20 juin 2012 @18h28   « »

    Al Jazeera rapporte en citant Maariv, que la junte militaire au pouvoir en egypte, s’est engagée envers Israel que le président élu n’aura aucun mot à dire sur tous les aspects des relations avec Israel notamment les aspects militaires, politiques et économiques. Et que toutes ces décisions resteraient entre les mains de la junte.

    Voilà donc qui expliquerait pas mal de choses : la décision de dernière minute de la cour constitutionnelle de rendre le parlement inconstitionnel, la décision de la junte de le dissoudre et enfin le dépouillement du président d’une bonne partie des ses pouvoir.

    Et qui expliquerait aussi le silence de l’occident et notamment de l’us face à ce coup d’état.

    http://www.aljazeera.net/mob/f64516...

  • permalien Houcine :
    20 juin 2012 @18h39   « »

    @X.

    Au Qatar, Mouza et son éléfant, ils ne sont pas plus charitables que ces officiers égyptiens, au service de la Maison de leur Eternel.

    Cordialement

    Houcine__

  • permalien X :
    20 juin 2012 @19h06   « »

    Al Ahram (éd. arabe) rapporte que la commission électorale a convoqué les deux candidats pour leur permettre de se défendre des plaintes déposé par leurs adversaire.

    Chafiq s’est assuré de contester plus d’un million de voix alors que l’écart même selon le clan Chafiq est beaucoup moins que le million de voix.

    http://www.ahram.org.eg/The-First/N...

    Le titre de l’article d’Al Ahram : les 48 heures les plus dangereuse de l’histoire se l’Égypte.

    Ça pue une autre grosse couillonnade.

    Un scénario à l’algérienne des années 90 ?

  • permalien Houcine :
    20 juin 2012 @20h03   « »

    Puisque il fait déjà trop chaud aux bords du Nil et ca fume en Egypte d´Oum Kalthoume et des meilleurs écrivains arabophones (Al Akkad),

    revoyons les conflits de ce très beau pays, remontant à Napoléon et Orabi !

    1- Il y a des pays qui se ressemblent par leurs peuples, leurs peines, leurs économies ; leurs administrations publiques et surtout leur histoire et combat pour la souveraineté. Parmi ces nations, l´Egypte des pharaons, dans tous ses aspects, elle se ressemble au Maroc !

    Le document suivant, son contenu donnerait aux lecteurs l´opportunité d´ajouter des opinions et des critiques.

    Sous la dynastie de Mohamed Ali (1805-1953), l´Egypte a connu des réformes et une modernisation accélérée qui a permis à ce pays de devenir le plus développé, en dehors de l’Europe coloniale. Cependant, ses efforts ont entrainé des dépenses gouvernementales excessives, qui ont conduit l’État à la faillite et à la dépendance étrangère. Avec l’affaiblissement des angalis à cause des deux guerres mondiales, les mouvements patriotiques montèrent en puissance et finirent par obtenir l’indépendance, puis l’abdication du »roi Farouk« .

    En 1798, les troupes françaises dirigées par Napoléon, elles prirent l’Égypte qui fut sous l´Empire ottoman.

    Soutenus par les Britanniques, ces derniers envoyèrent une armée pour la reconquérir. Les Français furent défaits à la bataille d’Aboukir et perdirent tout ce territoire. Mohamed Ali qui fut le numéro deux de l’armée ottomane, il émergea comme figure principale en Égypte.

    Les Britanniques misant sur cet homme afin de conserver leurs forces et faire face à Napoléon, ils s’abstinrent d’occuper l´Egypte. À leur départ, une guerre civile tripartite éclata entre l’armée régulière ottomane, les mamelouks et les mercenaires albanais, dirigés par Mohamed Ali. Cette guerre civile dura de 1803 jusqu´à 1807. Et dès 1805, la victoire de Mohamed Ali s’annonça, lorsque le Sultan Sélim III le reconnut Wali au Caire. C´est ainsi comment il eut son temps pour consolider son pouvoir, réaliser ses rêves, et au détriment de Constantinopole, il fonda sa propre dynastie !

    Samya & Houcine__

  • permalien Houcine :
    20 juin 2012 @20h10   « »

    2- La France prend pied en Egypte des pharaons !

    (massacre des généraux Mamlouks)

    Pour moderniser ses unités, Mohamed Ali s’était tourné vers la France, qui saisit l’occasion de contrer l’alliance anglo-turque. De bon gré, des officiers gaulois acceptèrent former ceux de l´Egypte alaouite.

    Pour éliminer les menaces contre son pouvoir, en 1811 Mohamed Ali fit massacrer la plupart des généraux mamelouks, et depuis 1808, il commença déjà son programme d’achat des terres, partout le long du Nil. Sous forme de pensions périodiques, les propriétaires furent forcés de lui vendre leurs parcelles à des prix imposés par sa seule volonté. Même quand Mohamed Ali était en campagne en Arabie saoudite, le programme suivait son cours. Ainsi, le clan albanais devint le plus gros propriétaire terrien d´Egypte.

    L´industrie du Coton, les réformes et les marchands étrangers
    Pendant la période 1818-1820, Mohamed Ali tentait d’autres réformes, comme l´amélioration de l’administration financière et de l’agriculture, Vers 1810, il reconstruit la ville d’Alexandrie et en 1819 commença la construction du »Canal Mahmoudiya« , irriguant la ville de la belle »Cléopâtre« . Alexandrie trouva la splendeur de ses anciens temps, et en 1822, après avoir conquis une grande partie du Soudan, le général »Mahommed Bey« introduisit la culture du coton. Cette industrie était bien développée, et dans l’espace de quelques années le coton devint une importante source de revenu pour l’Égypte. En 1826, ce Wali envoya des étudiants en France, constituant le mouvement »Rifa’at al-Tahtawi« . Ses réformes touchaient également l’université al-Azhar et les instituts religieux sur lesquels le contrôle de l’État s’était renforcé.

    Les marchands européens jouissaient des statuts les plus privilégiés, car Mohamed Ali avait besoin d’eux. La ville portuaire d’Alexandrie connaissait une prospérité grandissante. Le volume de marchandises européennes et indiennes transitant par l’Égypte était en bonne augmentation. La présence nombreuse des marchands chrétiens en majorité, a aussi apporté des améliorations aux conditions de vie de la communauté chrétienne autochtone.

    Samya & Houcine__

  • permalien Houcine :
    20 juin 2012 @20h43   « »

    3- Guerre en péninsule arabique !

    (Al Saoude et leurs autres premiers Ikhwanes)

    Suite à la prise de La Mecque par les »Wahhabites« en 1802, le Sultan ottoman Mahmoud II donna l’ordre au général Mohamed Ali de mater leur révolte. L´officier albanais devenu maitre de l´Égypte, il débuta ses campagnes dans cette péninsule qui sera un autre thétre de bataille, entre Abdelaziz et ses Ikhwanes, contre les Chérifs mécquois.

    Mohammed Ali commença par envoyer son fils »Toussoune« âgé seulement de 16 ans, à la tête de 20.000 soldats, équipés de 2000 betes. Cette force échoua au défilé de Jejeida, près d’Al-Safra, et elle dut se retirer à Yanbua en mer rouge, en attentes des renforts arrivés en fin d’année, permettnat au général Toussoune de reprendre ses offensives. Après un long siège, Médine tomba. Ensuite, il prit Djeddah, la Mecque et captura même un général saoudien. Lorsque en l´été 1813 la situation tourna au désavantage, Mohamed Ali lui-même dut diriger les opérations, laissant son fils adoptif »Ibrahim« garder l’Égypte.

    Malgré les difficultés dues au dépaysement des troupes et les tactiques de leurs adversaires – renards des déserts-, le Seigneur du Caire réussit ses exploits et déposa le »Shérif de la Mecque« , et suite à la mort de »Saoude« , il signa en 1815 un traité de paix avec son fils »Abdallah I« 

    En apprenant que les ottomans voulaient profiter de son absence et que Napoléon avait retrouvé son pouvoir, le jour fatal de la bataille de Waterloo, Mohamed Ali se précipita, regagnant sa base au Caire.

    Samya & Houcine__

  • permalien K. :
    20 juin 2012 @21h23   « »

    Existe-t-il dans l’histoire un ou des cas similaires à celui qui existe en Egypte : une grosse partie de l’économie d’un pays entre les mains d’une junte militaire ?

    En plus, comme vont les choses- la junte s’accaparant le pouvoir absolu- cette partie est partie pour être encore plus colossale.

  • permalien Houcine :
    20 juin 2012 @21h29   « »

    4- Ibn Saoude déporté à Istanbul et des captifs furent brulés vifs !

    À cause d´une mutinerie au Caire, le général Toussoune aussi, il rentra au pays et y mourut. Non satisfait son père du traité avec les Saoudiens, en représailles, il envoya tous les mutins vers la péninsule arabique.

    Cette campagne dirigée par Ibrahim Bascha, elle s’ébranla en automne 1816. Nonobstant, Ibrahim réussit quand meme à s’emparer de Diriyah où Abdallah I ainsi que son trésorier et son secrétaire, ils furent déportés à Istanbul. Malgré la promesse garantissant leur sécurité, ils furent exécutés. En 1818, après avoir écrasé ses oppositions, Ibrahim Bascha revint au Caire, d´où son père se hata envoyant une autre armée au grand désert Libyen, s’emparant de l’oasis de Siwa. Dans la même année, il envoya une autre expédition contre le Soudan, dirigée par son fils Ismail. Cette armée forte de 5000 hommes, elle fut composée de jeunes arabes et turcs, et rapidement, elle s’empara de la Nubie, ensuite, elle écrasa lesdits Shagia au sud de la province de Dongola, défit les Mamelouks rescapés et s’empara du territoire de Sennar, au centre du Soudan.

    En 1821, Ibrahim Bascha fit construire le bourg de Khartoum, qui deviendra plus tard la capitale soudanaise. Cette année, Mohamed Ali envoya le général Mahommed Bey envahir le pays de Kordofan.

    Cette opération au centre du Soudan, elle fut accomplie après des terribles batailles, concluant par la capture des hommes d´Ismael Bascha, qui furent brûlés vifs par Nimr, roi du pays de Shendi au nord, mais Mahommed Bey devint quand même gouverneur du Soudan, et par vengence, il fit soumettre tout ce peuple à l´oppression. La conquête du Soudan continua et les égyptiens se rendirent maîtres des ports de Suakin et Massawa sur la Mer Rouge.

    Samya & Houcine__

  • permalien Houcine :
    20 juin 2012 @21h35   « »

    La suite - l´Egypte d´Oum Kalthoume et des plus briants écrivains arabophones (Najib Mahfoud), elle viendra demain In Shaa Allah !

    Bonne lecture

    Samya & Houcine__

  • permalien K. :
    20 juin 2012 @21h46   « »

    En quête d’un (bientôt unique) employeur ?

    Le véritable tournant machiavélique en Egypte est simplement le nombre d’islamistes, libéraux, nationalistes et acteurs non affiliés qui se contentent de regarder l’empire économique de l’armée se développer au détriment de ceux qui réclament changement politique et justice sociale.

    http://www.merip.org/mer/mer262/egy...

  • permalien K. :
    20 juin 2012 @22h17   « »

    Les appels et autres sommations atlantistes n’en sont que plus risibles.

    Les récompenses pour les conglomérats étrangers qui entrent en affaires avec les militaires, Inc représentent en grande partie le même système de prestations dont les oligarques égyptiens ont bénéficié, y compris le traitement préférentiel pour les contrats d’État, un accès privilégié aux infrastructures et aux services, et la notification préalable des projets en suspens.

    Le plus grand avantage, cependant, est de pouvoir compter sur les soldats égyptiens pour sécuriser les actifs d’entreprise - un type d’assurance qu’aucun autre acteur étatique n’est en mesure de fournir.

    http://www.merip.org/mer/mer262/egy...

  • permalien K. :
    20 juin 2012 @22h32   « »

    Dire qu’il faut se montrer “pragmatique” (baisser la culotte en langage non confus- ou non partie-prenante) en acceptant la tutelle de ceux dont le "leadership" est reponsable de la plus grosse crise économique de tous les temps (et du malheur de centaines de millions de gens à travers le monde) pour ne pas voir l’Egypte se diviser relève vraiment de la farce pure.

  • permalien K. :
    20 juin 2012 @22h45   « »

    Hommage à Mohamed el Baradei.

    http://www.jadaliyya.com/pages/inde...

  • permalien X :
    21 juin 2012 @00h11   « »

    K. :
    20 juin @21h23 «  »
    Existe-t-il dans l’histoire un ou des cas similaires à celui qui existe en Egypte : une grosse partie de l’économie d’un pays entre les mains d’une junte militaire ?

    Les gēnēraux en Algērie peut ētre ?

    La commission ēlēctorale a annoncē le report de l’annonce des rēsultats, jusqu’à l’analyse des vote contestēs.

    Selon Abdelbari Attoine, dans Acharq al Awsat le nombre des votes contestés par Shafiq, s’ēlēveraient à 3 millions alors que l’avance annoncēe pas Morsi n’est que de 800 000 votes. Il suffira d’accepter le 1/3 des contestations pour annoncer Shafiq vainqueur.

  • permalien K. :
    21 juin 2012 @00h39   « »

    Le "remains" nonobstant

    The Carter Center said it had been unable to monitor the vote properly and that a "return of elements of martial law" meant it was "now unclear whether a truly democratic transition remains under way in Egypt".

    http://www.chicagotribune.com/news/...

  • permalien X :
    21 juin 2012 @04h11   « »
    Le printemps du Koweït

    La Cour constitutionnelle koweïtienne a déclaré mercredi illégal le Parlement dominé par l’opposition, et rétabli la chambre précédente, ouvrant une nouvelle crise dans cet émirat pétrolier du nord du Golfe coutumier des litiges politiques.

    http://www.romandie.com/news/n/_Le_...

    Sans rēvolution l’Ēmirat se met à la derniēre mode du Printemps des arabes.

  • permalien X :
    21 juin 2012 @05h26   « »
    Les versets Nathaniques

    Nathan :
    19 juin @12h35 «  »

    Oui, ils sont partout. Les Yahouds avec leurs doigts crochus sont partout. Normal, ils veulent dominer le monde, si ce n’est déjà fait. L’autre jour, Shanaa - une source très fiable, la preuve, elle lit oumma.com - nous informait qu’ils voulaient dépecer le Sud de l’Egypte et partager les beaux morceaux avec le Sud-Soudan et l’Ethiopie. Dingue, non ?

    40% d’analphabètes en Egypte ? C’est de la faute des Yahouds.

    Un Egyptien sur deux ne gagne que 2 misérables dollars par jour ? C’est de la faute des Yahouds.

    Une entente entre la junte militaire et l’entitē sioniste annoncēe par Maariv, explique le coup d’ētat en cour par la junte qui garderait la population dans un ētat de dēpendance et d’extrēme pauveretē.

    Les rēcentes raids des sionistes sur Gaza ont fait au moins six morts dont une filletes de deux ans et un garçon de 14 ans.

    Les colons juifs terroristes ont mis le feu dans une mosquēe et inscrit des propos haineux sur ses murs.

    La prēsence de l’entitē sioniste au moyen orient n’a apportē que des malheurs dans la rēgions et les sionistes dont les Kipoutznik sont des voleurs et des criminels. Les arabes les voient comme ils sont.

  • permalien gloc :
    21 juin 2012 @07h10   « »

    X : "Les gēnēraux en Algērie peut ētre ?"

  • permalien Yvan :
    21 juin 2012 @09h15   « »

    Comme Moubarak, les élections passent de "coma" à "mort clinique"...

    ... et vice et versa :

    En Egypte, report de l’annonce du résultat de l’élection présidentielle - Egypte / Présidentielle - RFI
    Les Egyptiens vont devoir attendre encore avant de connaître les résultats officiels de l’élection présidentielle. L’annonce de ces résultats devait être faite ce jeudi 21 juin 2012 mais elle a été repoussée sine die.

    ... au fait ! ... Quelles élections ? ... et quel Moubarak ?

  • permalien une Tunisienne :
    21 juin 2012 @10h19   « »

    @Frederic20 juin @16h24 «  »

    Je vis en Egypte sans être égyptien... Je suis très touché et très proche de l’avis de Sanaa et d’une Tunisienne.

    j’ai remarqué, depuis un an et demi que je lis ce blog, que ceux qui parlent le mieux, qui comprennent la situation et les enjeux, les tenants et aboutissants, la réalité derrière l’apparence, bref ceux qui voient avec leur deux yeux sont ceux qui vivent dans les pays de la rive sud de notre Mediterrannée. A ce jour je n’ai pas lu une seule analyse correcte( à mes yeux) des intellectuels du Nord. Il y a comme une ligne à respecter, une sorte de pensée unique. si vous sortez de ce cadre, vous êtes traitées de complotiste, donc de malade mental, et descendu en flèche. Vous récoltez le mépris et la dérision. moi même je me censure beaucoup sur ce blog pour ne pas être attaquée.

    Donc, je vous remercie d’avoir posté votre commentaire.

    Et pour les intello, je rappelle également que la démocratie s’est historiquement créée .....

    Tout à fait.Etymologiquement démocratie signifie : gouvernement par le peuple et pour le peuple. Or, le principal théoricien de la démocratie, celui dont se réclamait la Révolution française, Jean Jacques Rousseau, dans son Contrat social, dit clairement, déchirant tous les mensonges des prétendues "démocraties occidentales" : "A prendre le terme dans la rigueur de l’acception, il n’a jamais existé de démocratie véritable." Et ceci pour deux raisons.

    1/ — l’inégalité des fortunes, qui rend impossible la formation d’une volonté générale, opposant au contraire ceux qui ont et ceux qui n’ont pas.
    2/ — l’absence d’une foi en des valeurs absolues qui fassent à chacun aimer ses devoirs au lieu de laisser régner la jungle d’un individualisme, où, chacun se croyant le centre et la mesure des choses, est le concurrent et le rival de tous les autres. (Contrat social, Ed. Pléiade, p. 468).
    Il n’avait alors qu’un exemple historique d’une prétendue démocratie : celui de la Grèce antique. L’on enseigne, aujourd’hui encore, à nos écoliers, qu’elle est la mère des démocraties, en ne rappelant pas que dans cette démocratie athénienne à son apogée (au temps de Périclès au Ve siècle) il y avait vingt mille citoyens libres, constituant le peuple et possédant le droit de vote, et cent dix mille esclaves n’ayant aucun droit. Le vrai nom de cette démocratie serait : une oligarchie esclavagiste.

    Or, cet usage menteur du mot démocratie n’a cessé de régner en Occident.

    — La Déclaration de l’Indépendance américaine, proclamée le 4 juillet 1776 (l’année de la mort de J.J. Rousseau), "considère comme des vérités évidentes par elles mêmes que les hommes naissent égaux ; que leur Créateur les a doués de certains droits inaliénables : la vie, la liberté...". Or la constitution née de cette déclaration solennelle maintient l’esclavage pendant plus d’un siècle.

  • permalien gloc :
    21 juin 2012 @10h31   « »

    une Tunisienne : j’ai remarqué, depuis un an et demi que je lis ce blog, que ceux qui parlent le mieux, qui comprennent la situation et les enjeux, les tenants et aboutissants, la réalité derrière l’apparence, bref ceux qui voient avec leur deux yeux sont ceux qui vivent dans les pays de la rive sud de notre Mediterrannée.

    Donc comme vous le faites vous-même, il suffit de déclarer une identité du sud de la Méditerranée, pour trouver grâce à vos yeux ?

    Donc comme vous le faites vous-même, il suffit de sortir les imbécilités du racisme le plus élémentaire, pour être du nord de la Méditerranée ?

    Tout n’est peut-être pas aussi prédestiné ?

  • permalien Deïr Yassin :
    21 juin 2012 @10h43   « »

    @X
    La fillette de deux ans, Hadil al-Haddad, n’a pas été tuée par l’armée israélienne.

    C’est malheureux que des sites (je pense à Europalestine en français entre autres) reprennent des infos de je ne sais pas où sans la moindre vérification car cela nuit à la crédibilité générale.

    Il suffit de voir comment les sites sionistes se sont jetés sur cette information alors que le responsable de Hamas cité dans la dépêche de Ma’an n’a pas exprimé qu’elle fut tuée par un raid israélien.
    La moindre erreur et c’est toute la Nakba qui est mise en doute ! Il suffit de voir les procédés du feu Lolo.

    Ma’an - qui est très fiable et rectifie toujours leurs erreurs en cas - a pourtant publié des infos sur cette fillette déjà mercredi, selon des témoins tuée par une explosion quand des militants ont lancés une roquette.
    - www.maannews.net/eng/ViewDet...

    Parmi les huit tués sont trois adolescents, deux garçons de 16 ans dont on a retrouvé les corps criblés par balles, mardi, et un autre de 14 ans, tué dans un raid hier.

  • permalien Deïr Yassin :
    21 juin 2012 @10h47   « »

    J’avais oublié de mentionner les deux Palestiniens tués par balles par un "civil" israélien près d’al-Khalil en Cisjordanie dimanche dernier.
    Il ne va pas être inquiété celui-là non plus ! C’était des meurtres préventives....

  • permalien une Tunisienne :
    21 juin 2012 @10h54   « »

    Gloc : je ne vous comprends pas. Vous me voyez à votre image ?

  • permalien gloc :
    21 juin 2012 @11h25   « »

    @une Tunisienne, je vous vois domicilier J.J. Rousseau au sud de la Méditerranée... en tant qu’être humain ça m’attriste.

    Vous auriez été plus cohérent(e), et surement plus pertinent(e) en vous inspirant d’auteurs du sud de la Méditerranée :

    "Où il n’y a point de justice, il n’y a point de
    république”

    Saint Augustin - La Citée de Dieu

  • permalien Orangerouge :
    21 juin 2012 @11h50   « »

    à Deïr Yassin,

    Cette information là est-elle fiable ?

    20 enfants palestiniens en grève de la faim dans la prison israélienne d’Hasharon
    http://www.europalestine.com/spip.p...

    J’essaie de faire circuler les infos sur les crimes israéliens parce que ce n’est pas les médias (dominants ou même peu dominants comme Mediapart) qui vont le faire.

    Mais traduire des articles en anglais, je n’ai pas le temps.

    Alors je me fie à Europalestine, souvent fiable quand même, même si effectivement, des erreurs passent (mais dans les media dominants aussi passent des erreurs ... et eux ils sont payés pour le travail qu’ils font !)

  • permalien Orangerouge :
    21 juin 2012 @12h01   « »
    Julian Assange : Ce qu’il en coûte d’informer sur les crimes occidentaux

    Julian Assange a rendu service à l’humanité en publiant les dépêches diplomatiques étasuniennes qui révélaient que "les décisions politiques étasuniennes étaient plus motivées par le pétrole que par la lutte contre le terrorisme" et que les meurtres et la torture de dizaines de milliers de civils par les forces des Etats-Unis et de l’OTAN en Irak et en Afghanistan dont font état les journaux de guerre respectifs étaient des preuves de crime de guerre.

    http://www.info-palestine.net/artic...

  • permalien Shanaa :
    21 juin 2012 @12h24   « »

    Houcine, merci pour toutes ces "infos" qui démontrent, au moins, une chose : Depuis la nuit des temps, ces guerres, ces destructions, ces violences, cette barbarie, n’ont absolument rien résolu, à part renforcer le pouvoir et la richesse de 2% de l’humanité ! Au point que, ces guerres, ces destructions sont devenues le but-businnes !
    Nous ne sommes pas obligés d’être des vandales, de détruire nos propres pays et de nous auto-détruire dans des guerres civiles qui arrangent ceux qui fabriquent et vendent des armes !
    Il y a, il faut trouver, d’autres moyens de lutte. Il y va de notre survie !
    Il est vrai, que nous n’utilisons que 10% de notre cerveau, mais tout de même !!! D’ailleurs, notre cerveau peut encore évoluer au regard des énormes connextions technologiques qui nous relient les uns aux autres !

  • permalien Shanaa :
    21 juin 2012 @12h49   « »

    K. Vous écrivez ceci "Existe-t-il dans l’histoire un ou des cas similaires à celui qui existe en Egypte : une grosse partie de l’économie d’un pays entre les mains d’une junte militaire ?"

    Je vous réponds : Oui, sur des milliards d’habitants de cette planéte 2% détiennent toutes les richesses ! En Europe, aux USA, c’est les banques privés et les bourses qui font leur loi aux détriment des peuples ! La crise des "Subprime" ça vous dit ?

    Non, l’armée egyptienne n’a pas le monopole de l’économie. Shater qui est un frére, est quasiment milliardaire. Enormément d’hommes d’affaires egyptiens sont civils !
    Non, l’armée egyptienne n’est pas une "junte" ! Non, l’armée egyptienne ne détient pas tous les pouvoirs. Elle tient compte du monde virulent qui l’entoure et d’un voisin expansionniste qui posséde l’arme atomique ! Sans oublier la pression USA !
    En Egypte, il n’y a pas de pénurie, pas de famine, les boutiques sont pleines, la solidarité existe, et il est plus facile de trouver un médecin et de se soigner qu’aux USA !

  • permalien Shanaa :
    21 juin 2012 @12h58   « »

    K. Vous devriez surtout dénoncer le gaspillage des pétromonarchies, dont certaines construisent des "tours inutiles", juste pour épater ! Ou celle qui a l’idée saugrenue de construire des stations de ski avec neige artificielle dans le désert !
    Je passe sur les temples de la consommation et autres comportements mégalomaniaques !
    L’Egypte parait un havre de simplicité et de sobriété !

  • permalien Orangerouge :
    21 juin 2012 @13h00   « »
    Témoignage d’un officier de réserve de l’armée égyptienne

    Ben voyons ... des gens charmants les hauts responsables de l’armée égyptienne  !
    La preuve : ils ont rétabli le droit de tirer sur les civils.
    Ils détiennent entre 20 et 40% de l’économie, ce qui n’est pas leur rôle.
    Et ils ont confisqués tous les pouvoirs.

    A lire ce témoignage recueilli par l’excellent Guardian :

    http://alencontre.org/moyenorient/e...

0 | 100 | 200 | 300

Ajouter un commentaire