Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Unilatéralisme palestinien, unilatéralisme israélien

Unilatéralisme palestinien, unilatéralisme israélien

mercredi 1er août 2012, par Alain Gresh

Le temps des vacances est aussi celui de la lecture, le temps des livres et des revues, de l’information « lente », plus approfondie. Le temps de rappeler ce qui fonde les positions défendues dans ce blog, parfois exprimées dans le feu du temps médiatique et donc, forcément, trop sommaires.

La lecture de la livraison du printemps 2012 de Journal of Palestine Studies, une revue universitaire de haut niveau, permet de revenir sur nombre de sujets. Jean-Pierre Filiu analyse l’histoire des Frères musulmans à Gaza, depuis leur création, et leurs hésitations à entrer, après l’occupation de juin 1967, dans l’opposition ouverte aux forces israéliennes. Noam Chomsky, dans un long entretien, s’interroge sur ses engagements, sur son rapport au sionisme, à la question palestinienne et à l’empire américain.

Mais deux autres textes retiendront ici notre attention par leurs implications sur l’avenir du conflit. Le premier s’intitule « Western Interests, Israeli Unilateralism, and the Two-State Solution ». Il est signé de Neve Gordon et Yinon Cohen ; le premier enseigne à l’université Ben Gourion dans le Negev, le second à l’université de Colombia. Les deux auteurs rappellent que les puissances occidentales se sont opposées à la demande des Palestiniens d’une adhésion de leur Etat comme membre à part entière de l’ONU, dénonçant l’initiative comme « unilatérale ». En revanche, ces mêmes puissances font preuve d’une étonnante placidité face à l’unilatéralisme israélien qui se manifeste par la colonisation et qui, jour après jour, change la réalité sur le terrain. Les chiffres donnés par les deux auteurs sont terrifiants.

Le 30 octobre 1991, quand s’ouvre la conférence israélo-arabe de Madrid, au lendemain de la guerre contre l’Irak, on comptait 132 000 colons dans la partie occupée de Jérusalem, 89 800 en Cisjordanie. Vingt ans plus tard, le nombre total de colons a dépassé 500 000. Le gouvernement israélien invoque souvent l’argument de la croissance « naturelle » ; c’est un argument fallacieux. Pour la Cisjordanie, si l’augmentation avait été seulement due à cette croissance naturelle de la populatin, on compterait entre 113 000 et 166 000 colons ; or ils sont aujourd’hui 313 000.

Une autre donnée soulignée dans l’article concerne les juifs ultra-orthodoxes. En 1991, on comptait cinq colonies de juifs orthodoxes, avec 4230 habitants (soit 5 % des colons et 1 % des juifs orthodoxes en Israël). Aujourd’hui, ce nombre a grimpé à 100 000 (soit un tiers des colons et 15 % du total des juifs orthodoxes). Pourquoi ? Les gouvernements israéliens ont utilisé le statut de cette population particulièrement pauvre pour l’inciter à se loger au-delà de la ligne verte — logements à bas prix, aide sociale spéciale, ouverture d’écoles orthodoxes, etc. La grande majorité des juifs orthodoxes qui se sont installés en Cisjordanie occupée ne l’ont pas fait pour des raisons idéologiques et, pourtant, ce transfert a eu des conséquences politiques importantes : les deux partis les représentant, le Shas et Judaïsme unifié de la Torah (seize députés en tout), rejettent désormais avec beaucoup plus de force l’idée de négociations, de retrait sur les lignes de 1967 et la création d’un Etat palestinien.

Enfin, le texte montre que le nombre de colons qui s’installent chaque année dans les territoires occupés (rappelons que cette installation est, selon les statuts de la Cour pénale internationale, un « crime de guerre ») n’a pas varié en fonction de la couleur des gouvernements — de droite, travailliste ou de coalition. Si le nombre a diminué à partir de 2000, c’est avant tout dû à la seconde Intifada dont ce fut l’une des réussites.

Comme le soulignent les auteurs en conclusion, la décision du président Obama et des puissances occidentales de refuser l’entrée de l’Etat palestinien à l’ONU crée les conditions pour un changement de paradigme dans la solution du conflit, le passage de la solution des deux Etats à celle d’un seul Etat.

C’est à ce point que commence l’article « Reconceptualizing the Israeli-Palestinian Conflict : Key Paradigm Shifts ». Il est écrit par Sara Roy, de l’université de Harvard et l’une des meilleures spécialistes de la question palestinienne et notamment de la bande de Gaza. Pour elle, tout le processus de paix a été pensé en termes politiques et non termes de droit international et c’est pour cela qu’il a échoué.

Et l’on assiste à un changement fondamental dans la manière dont la communauté internationale, ou en tous les cas les pays occidentaux, voient le conflit : elle accepte de fait la fragmentation territoriale et démographique de la Palestine. Cette fragmentation est l’objectif principal d’Israël. Roy cite ainsi une déclaration d’avril 2007 du général Yair Golan, à l’époque commandant des troupes israéliennes en Cisjordanie : « La séparation, et non la sécurité, est la raison principale de la construction du mur. On aurait pu atteindre la sécurité de manière plus efficace et moins coûteuse par d’autres moyens. ». Cette séparation ne vise pas du tout la création d’un Etat, mais la fragmentation sans précédent du territoire palestinien.

L’idée même que l’occupation était réversible — à l’origine de toutes les négociations — a maintenant été abandonnée dans les faits, avec l’acceptation de la politique de fait accompli sur le terrain. D’autant plus que, pour la majorité des Israéliens désormais, la paix et l’occupation ne sont pas incompatibles. L’auteure cite l’analyste Jeff Halper : « Pour les Israéliens, le conflit israélo-arabe a été gagné et oublié depuis plusieurs années, autour de l’année 2004, quand Bush informa Sharon que les Etats-Unis ne demandaient pas le retrait israélien sur les frontières de 1967, mettant ainsi un point final à “la solution à deux Etats”, et quand Arafat mourut “mystérieusement”. »

Désormais la communauté internationale, accepte la vision israélienne des relations entre Israël d’un côté, Gaza et la Cisjordanie de l’autre : ce n’est plus une relation entre un occupant et un occupé, mais une relation entre parties en conflit, régie par les lois de la guerre. Ce point est capital et rend improbable un changement majeur dans l’attitude des gouvernements américain et européens, incapables d’échapper à cette vision.

Et il ne faut se faire aucune illusion (j’exprime ici mon point de vue) sur un éventuel changement de la politique américaine, en cas de réélection du président Obama.

Cette politique israélienne, rappelle Sara Roy, s’accompagne à la fois de l’expulsion de populations entières — le nombre de Palestiniens vivant dans la vallée du Jourdain est passé, entre 1967 et aujourd’hui de 250 000 à 50 000 —, de l’extension du travail des compagnies minières israéliennes en Cisjordanie, etc.

Sous nos yeux, la Palestine se réduit petit à petit à une simple question humanitaire. Il s’agit d’alléger les souffrance des Palestiniens, provoquées par l’occupation. Tout en acceptant, comme à Gaza, de punir ces mêmes populations quand elles votent mal.

Et, malgré ses déclarations lénifiantes, l’Union européenne poursuit, sans aucune honte, sa politique de coopération avec Israël. Ce qui faisait dire à Leïla Shahid, déléguée générale de la Palestine auprès de l’Union européenne : « Sur le terrain, Israël défie la communauté internationale et détruit ce que l’Europe nous aide à construire. Comment expliquer alors qu’Israël demeure, et de loin, le premier partenaire de l’Europe dans la région ? Comment expliquer la signature de plusieurs accords sans contrepartie politique et alors même qu’Israël prive un autre partenaire, la Palestine, de mettre en œuvre ses propres accords avec l’Union européenne ? Comment exiger des autres partenaires de respecter leurs obligations pour obtenir des bénéfices déjà accordés à Israël, qui est pourtant responsable de violations graves et répétées du droit international ? Il revient à l’Union européenne de tirer les conséquences de ces questionnements afin de préserver son rôle, sa crédibilité, et son image, non seulement en Palestine, mais dans la région, et au-delà. »

En conclusion, Sara Roy voit quelque espoir dans une montée de nouvelles forces en Palestine, parallèlement au printemps arabe, mobilisées dans des formes de luttes non-violentes ; dans un renforcement de la solidarité entre les Palestiniens d’Israël et ceux des territoires occupés ; dans la défense de la revendication du droit au retour des réfugiés.

Ce qui est sûr, c’est que l’occupation se poursuivra tant qu’Israël ne paiera aucun prix réel, lourd, concret, au niveau local, régional (changements dans le monde arabe) et international (politique de sanctions).

114 commentaires sur « Unilatéralisme palestinien, unilatéralisme israélien »

0 | 100

  • permalien Lou :
  • permalien BM :
    1er août 2012 @19h34   « »

    Quelle tristesse. N’y a-t-il donc aucun espoir ?

  • permalien Sarah :
    1er août 2012 @20h43   « »

    Trêve de plaisanterie !

    Israel ne jouera JAMAIS le jeu d’une solution finale négociée où les Palestiniens retrouveraient un certain de leurs droits.

    Pourquoi ?

    Parce que prédomine dans la société israelienne la mentalité coloniale qui ne peut considérer comme des êtres humains lee personnes qu’elle domine,qu’elle occupe ou qu’elle exploite.

    Il suffit d’étudier l’ exemple algérien ou encore plus proche de nous,l’apartheid en Afrique du Sud.

    Dans les deux cas,les colons ont tout fait pour maintenir leur supériorité,leurs dominations poilitique et économique.
    S’ils ont accepté une "solution" c’est seulement lorsqu’ils ont été au pied du mur,quand il n’était pas possible de faire autrement.

    En effet,les sondages réalisés auprès des populations blanches en Afrique du Sud,quelques années seulement avant la chute du régime raciste, montrent clairement qu’ils refusaient toute égalité avec les noirs,qu’ils ne voulaient absolument pas partager le pouvoir,ni leur "accorder" aucun droit politique ou économique.

    D’ailleurs,le régime d’apartheid en Afrique du Sud a disparu en grande partie parce que l’occident et plus particulièrement les USA ont cessé leur soutien à l’Afrique du sud,considérée comme un rempart contre le communisme pendant la guerre froide.

    Il faut arrêter la fable du "processus de paix" et la "solution à deux états",solution disparue depuis longtemps.

    Ce conflit se terminera de la même manîère qu’en Afrique du Sud,lorsque les USA et l’Europe n’auront plus les moyens de soutenir Israel ou qu’ils jugeront que leur soutien leur coûte trop cher,ce qui est déjà le cas pour les USA où sans la présence d’un puissant lobby pro-israelien,les élites américaines auraient changé de stratégie depuis au moins la fin de la guerre froide.

    Le reste ce n’est qu’ écran de fumée et bavardages.

    .

  • permalien K. :
    1er août 2012 @20h46   « »

    Le jeudi 7 avril 2011 le Parlement européen avait trafiqué ses compteurs :

    Politique européenne de voisinage : l’Europe remet les compteurs à zéro

    Par ailleurs,

    Les États membres de l’UE ont choisi d’ignorer complètement l’article 2 de l’Accord d’association UE-Israël, qui est conçu pour dissuader les violations des droits humains en affirmant clairement que les relations UE-Israël doivent être fondées sur le respect des droits de l’homme et des principes démocratiques qui doivent guider politiques nationales et internationales.

  • permalien gloc :
    1er août 2012 @20h50   « »

    Les mots sont des armes et les sionistes prétendent rejeter le mot "colonisation" au prétexte qu’il renvoie aux colonisations européennes, jugées immorales et honteuses.

    Ils lui préfèrent le mot implantation (settlement), mais n’explique pas cette préférence. Pourtant c’est le même mot qui a accompagné le massacre des amérindiens, leur expulsion de leurs terres et la destruction de leurs civilisations (Western Settlement à ne pas confondre avec les "colonial settlements" de la Louisiane française).

    Quand on regarde la conquête de l’ouest le mot "colonies" semble appartenir au vocabulaire humanitaire (semble seulement).

    Il n’est pas impossible que la raison invoquée pour que la préférence pour "implantation" par rapport à "colonie" soit la bonne, il se peut que ce soit le mot juste pour l’action réellement en cours.

    Israël-Palestine : la guerre des mots | Slate

  • permalien K. :
    1er août 2012 @21h20   « »

    @ Sarah

    sans la présence d’un puissant lobby pro-israelien,les élites américaines auraient changé de stratégie depuis au moins la fin de la guerre froid

    Oui, mais changer de stratégie pour quels objectifs ?

    Nous avons quand même affaire à l’une des “élites” les plus corrompues, prévaricatrices et méprisables de tous les temps.

    Les populations de la région ne devraient surtout pas compter sur de telles élites sauf si une “saoudisation” de la région est la chose souhaitée.

  • permalien Vitigis :
    1er août 2012 @21h55   « »
    Voulez-vous régler vos comptes ou régler la situation ?

    "Israël défie la communauté internationale et détruit ce que l’Europe nous aide à construire."

    Tiens, les affreux colonialistes européens aident les Palestiniens ? Première nouvelle d’Orient ! Il fallait consulter l’autre-autre information pour le savoir.

    Ce qui est sûr, c’est que l’occupation se poursuivra tant qu’Israël ne paiera aucun prix réel, lourd, concret, au niveau local, régional (changements dans le monde arabe) et international (politique de sanctions).

    Attitude aussi menaçante qu’imprécise. C’est le genre d’attitude, combinée aux souhaits affichés du Hamas et du Hezbollah de détruire tout simplement l’Etat d’Israël, qui ne détendra pas l’atmosphère. C’est une perche tendue aux extrémistes de droite israéliens.

    Mais la situation pourra difficilement être réglée tant que la cause palestinienne servira de levier à l’Iran dans ses projets d’hégémonie régionale.

    On voit bien avec l’affaire de Syrie que la cause des opprimés est un fonds de commerce que l’on met entre parenthèses quand l’intérêt l’exige. Les malheurs de la population syrienne ne comptent pas quand il s’agit de protéger les lignes d’approvisionnement en armes du Hezbollah.

    C’est pour cela que dans l’affaire palestinienne il vaudrait mieux essayer de régler la situation que de penser éternellement à régler ses comptes.

  • permalien Rouzbeh :
    1er août 2012 @21h59   « »

    La preuve par la Torah (2005) -Strip Tease

    http://www.youtube.com/watch?v=-IQz...

  • permalien Sarah :
    1er août 2012 @23h26   « »

    @ K :

    Je pense que le président Bush père voulait vraiment régler définitivement le conflit israelo-palestinien avec une solution à deux états,mais comme vous le savez il n’a pas été réélu, et son successeur Clinton était vraiment un opportuniste de premier,et son équipe pour le proche-orient était composée en grande partie de sionistes,dont certains d’entre eux étaient d’anciens membres de l’AIPAC.

    En ce qui concerne l’Afrique du sud,il faut savoir que les américains ont abandonné le régime raciste à deux conditions :

    La première était la disparition de l’union soviétique ;condition réalisée après la chute du mur de Berlin.

    La deuxième était que l’ANC, qui était au départ un mouvement marxiste,intégre l’économie néo-libérale une fois au pouvoir.
    C’est qui se passa dans les années 1990 après la fin du régime d’apartheid.:la tendance marxiste a été progressivement marginalisée,et l’économie du pays a été confiée à des minsitres formés en occident dans la pure tradition néo-libérale.

    Ainsi sous la présidence Mandela où les noirs ont pu bénéficier de l’égalité des droits,le minsitère de l’économie a été confiée un ministre qui ne cachait pas son mépris pour les "communistes" ,les "marxistes".

    Est-ce pour autant que Mandela et l’ANC ont trahi les espérances de la population noire ?

    Certains le pensent.

    Pour ma part,je pense que Mandela a été sage de trouver un compromis avec les américains et la population blanche du pays.
    Sinon,on aurait eu la même situation qu’au Zimbabwe:les blancs auriaent quitté le pays,l’économie se serait effondrée,il y aurait d’intenses luttes de pouvoir et peut-étre même une guerre civile.

    Si on regarde le verre à moitié vide on dira que L’Afrique du sud est aujourd’hui l’un des pays les plus inégalitaires au monde,et les noirs restent toujours parmi les plus pauvres.

    Mais si on regarde le verre à moitié plein:on peut dire l’Afrique du sud est aujourd’hui un pays émergeant,membre du G20,que c’est la première puissance économique africaine,que c’est tout de même une démocratie,malgré ses imperfections,que le régime est stable contrairement à la plupart des autres pays africains.

    Peut-être parfois il faut regarder les choses à très long terme pour percevoir les bénéfices réels,et éviter le populisme et les solutions qui semblent à première vue comme "les meilleures".

    Ces questions là sont posées aujourd’hui au monde arabe(en dehors du conflit israelo-palestinien):qu’est qui est le plus "bénéfique" pour les peuples de la région ?Avoir des régimes qui s’opposent pour s’opposer en jouant sur le populisme,l’anti-impérialisme ?Avoir des élites qui ont une vraie stratégie à long terme,notamment en économie,même si dans un premier temps il faut collaborer avec un ordre mondial injuste,pour ensuite avoir une politique indépendante ?

    Ce sont des vraies questions qui restent en suspens.

  • permalien K. :
    2 août 2012 @00h02   « »

    @ Sarah (j’ai failli écrire Shanaa),

    ...qu’est qui est le plus "bénéfique" pour les peuples de la région ?Avoir des régimes qui s’opposent pour s’opposer en jouant sur le populisme, l’anti-impérialisme ?Avoir des élites qui ont une vraie stratégie à long terme,notamment en économie,même si dans un premier temps il faut collaborer avec un ordre mondial injuste,pour ensuite avoir une politique indépendante ?

    C’est l’une des très grosses victoires des ““élites”” US et de leurs subordonnés : avoir mis dans la tête des personnes les mieux intentionnés qu’il n’existe que deux choix possibles, « celui des régimes qui s’opposent pour s’opposer en jouant sur le populisme » etc.. et le passage obligé au "Consensus de Washington" en attendant de s’en libérer « à très long terme » (autant dire à la saint glinglin).

  • permalien Sarah :
    2 août 2012 @00h14   « »

    @ K :

    Non,je ne pensais pas que vous alliez traiter mes questions avec mépris.

    Ce sont de vraies questions.

    Personnellement,j’aimerais un ordre économique mondial plus juste qui se préoccupe des vrais enjeux, notamment écologiques.

    Je vous ai donné l’exemple de l’Afrique du Sud,j’aurais pu citer la Turquie,la Corée du sud.

    Quels sont vos exemples réussis de pays qui contestent l’ordre économique mondial qui en même temps ont réussi à avoir de vraies économies au bénéfice de leur peuple ?

    Le Cuba ?Le Vénézuela ?l’Iran ?La LiBYE DE Khadafi(avant sa réintégration à la "communauté internationale") ?

    Je me pose vraiment ces questions,et je n’ai pas de réponse définitive.

    Parce qu’il est regrettable de constater aujourd’hui que cet ordre économique néo-libéral n’est pas contesté par des acteurs de poids comme la Chine,l’Inde ou encore le Brésil.

  • permalien K. :
    2 août 2012 @00h35   « »

    @ Sarah,

    Si je vous ai paru méprisant veuillez m’en excuser mais ce n’était pas mon intention.

    Pour le Venezuela et Cuba, quelle était la situation de leurs populations quand ils étaient dans le giron US ? L’Iran n’est pas pire qu’au temps du shah et ce malgré de gigantesques sanctions qui n’existaient pas au temps de ce dernier.

    Quelle est la situation du Honduras maintenant qu’il est sous le giron US ? Les sandinistes mêmes édulcorés n’apportent-ils pas plus à leur population que leurs prédécesseurs pro-US.

    Moubarak et Ben Ali avaient un PIB du tonnerre, mais quid de leur population ?

    Le « très long terme » les populations ont déjà donné.

    Et puis le lobby pro-Israël a bon dos, si seulement le 1/4 des dirigeants arabes étaient moins misérables et s’unissaient pour une politique digne, lobby ou pas lobby, l’entité sioniste se tiendrait beaucoup plus tranquille.

  • permalien K. :
    2 août 2012 @00h52   « »

    ...j’aurais pu citer la Turquie....

    ...qui s’est formée malgré les puissances occidentales et comme par hasard la plus potable des pays à dominante musulmane.

  • permalien K. :
    2 août 2012 @00h58   « »

    ...et comme par hasard la plus potable parmi les pays à dominante musulmane.

  • permalien Sarah :
    2 août 2012 @01h02   « »

    @ K :

    En fait,nous sommes d’accord sur le fait que les peuples cubains,vénézuelien vivent mieux maintenant que sous les régimes pro-US.

    Il m’est arrivé très souvent de défendre les régimes cubain,vénézuelien ou encore iranien face à des gens qui voyaient en eux le diable.

    Maintenant,prenons des cas concrets comme l’Afrique du sud :
    je pense que le compromis fait Mandela et l’ANC ont été plus bénéfique que si une tendance plus radicale, type marxiste, avait pris le pouvoir en s’aliénant les USA,la population blanche et la plupart des pays occidentaux.

    Je pense la situation en Afrique du sud n’aurait pas eu grande chose à envier à celle du Zimbabwe.
    La transition du régime d’apartheid vers une "démocratie" un peu près stable aurait été ratée.

    Sachant qu’aujourd’hui l’Afrique du Sud,qui a une économie assez forte et un régime stable,peut se permettre d’avoir une politique étrangère par exemple indépendante,en s’opposant sur de nombreux points aux USA,notamment sur le conflit israelo-palestinien.

    L’autre exemple est la Turquie:je pense que si ce pays continue à préserver le caractère démocratique de son régime et qu’en même temps l’économie progresse dans le bon sens,dans quelques années la Turquie pourra se permettre d’avoir une politique étrangère complètement indépendante de toutes les puissances,que ce soient les USA,l’UE ou d’autres.

    Maintenant,que se passerait-il si demain l’Egypte décide d’avoir la même politique l’Iran,c’est à dire une politique d’opposition radicale aux USA et à Israel ?

    Personnellement,je pense que les forces impériales briseraient l’Egypte,tant sur le plan économique,politique que territoriale,parce qu’elle est encore trop faible pour se permettre ce genre de politique indépendante.
    En plus,contrairement à l’Iran elle ne peut pas compter sur la rente pétrolière pour faire face à des sanctions économiques.

  • permalien K. :
    2 août 2012 @01h24   « »

    La réservation des aquifères de Cisjordanie pour les nouveaux colons, le déracinement des oliviers palestiniens, l’expulsion des bergers bédouins de leurs terres de pâturage sont tous faits en avançant l’explication de la nécessité militaire par Israël.

    Ceux qui se rappellent de la Jim Crow society du Sud de l’Amérique dans les années 1950 connaissent le but réel de ces actions : affirmer et rendre visible par la force la supériorité d’une caste de personnes sur une autre, et expulser les gens inférieurs des lieux de valeur.

  • permalien K. :
    2 août 2012 @01h44   « »

    @ Sarah,

    Il faut voir la misère multidimensionnelle des populations de la région. Je vous assure c’est à chialer.

    Je ne crois pas à la théorie du passage obligé. Les mêmes causes produiront immanquablement les mêmes effets.

    Je crois qu’il n’y a d’autre choix que d’essayer et de réessayer.

  • permalien K. :
    2 août 2012 @02h12   « »

    @ Sarah,

    Il ne s’agit pas d’opposition systématique juste pour jouer aux anti-impérialistes. çà n’a strictement rien à voir. Il s’agit de s’opposer à tout ce qui va à l’encontre des intérêts des populations de la région.

    Quant aux Palestiniens il ne s’agit pas de faire la guerre à Israël, mais au moins de ne pas se rendre complice des bestialités israéliennes comme l’avait fait Moubarak, ou encore de boycotter les corporations qui violent les droits des Palestiniens, contrairement à ce que font les pays du Golfe.

    Ce serait déjà d’une grande aide pour les Palestiniens je crois.

  • permalien Rouzbeh :
    2 août 2012 @09h02   « »

    L’Iran n’est pas pire qu’au temps du shah et ce malgré de gigantesques sanctions qui n’existaient pas au temps de ce dernier.

    Malheureusement si, il y a autant de corruption et de la répression « voir même pire » qu’à l’époque du Shah.C’est vrai que les sanctions font très mal aux iraniens, mais l’incompétence de la RII n’est pas étrangère à tout cela !

  • permalien K. :
    2 août 2012 @09h45   « »

    @ Rouzbeh, Vous savez certainement mieux.

  • permalien Je ne rêve pas :
    2 août 2012 @11h13   « »

    Je passe sur la présentation orientée ; d’ou sortez vous le nombre de palestiniens non israéliens dans la vallée do jpurdaon en 67....,il faut inciter les palestiniens a négocier Pour les aider a conserver les territoire contestes hors des bloc de billages israéliens

  • permalien Orangerouge :
    2 août 2012 @12h36   « »
    La guerre des mots

    Surprenant cet article de Slate concernant Israël "La guerre des mots", cité par gloc ci-dessus (message du 1er août @20h50)

    J’avais en envoyé, en janvier, un mail à la rédaction du site Slate pour protester vigoureusement (j’étais assez en colère contre le traitement médiatique de la situation en Palestine). Extraits du mail :

    Cécile Dehesdin, qui semble parler au nom de la rédaction de Slate, justifie, dans les commentaires de cet article, le fait de parler de Jérusalem pour parler du gouvernement israélien, comme s’il s’agissait de la capitale d’Israël.

    C’est ici :
    http://www.slate.fr/story/48839/Ira...

    Il est vraiment répugnant d’appuyer ainsi l’expansion coloniale israélienne.

    Un journal qui fait cela ne fait pas du journalisme, mais de la propagande au service d’un état profondément raciste et criminel.

    Extraits de la réponse de Slate :

    Je ne vous dis pas bonjour, puisque vous ne le faites pas, ce qui me donne une indication sur votre façon de penser.

    Je vous informe de différentes choses :

    - vous apprendre que le gouvernement israélien est à Jérusalem. Que cela vous chante ou pas, il est à Jérusalem, comme celui de la France est à Paris - il fut un temps où il était à Vichy, celui de Grande-Bretagne à Londres, celui de l’Allemagne à Berlin — c’est récent, avant il était à Bonn.

    - Faire du journalisme, ce sont d’abord donner des faits. La localisation d’un gouvernement en est un. Si les faits ne vous plaisent pas, c’est votre problème. Nous n’y sommes pour rien.

    Ce mail était signé, mais je préfère éviter de nommer, il répondait au nom de la rédaction.

    Vous apprécierez comme moi, je pense, la fine allusion à Vichy ... histoire de bien évoquer le statut de victime qui doit être attribué à l’état d’Israël d’aujourd’hui, quoiqu’il fasse.

  • permalien Je ne rêve pas :
    2 août 2012 @12h45   « »

    Orange rouge vous êtes passe au Porto : que cela ne tienne les faits sont incontournables

  • permalien Orangerouge :
    2 août 2012 @12h56   « »
    L’Union Européenne est morte : n’existe que l’Union des lobbys

    à K, 1er août @20h46 :

    L’Union Européenne, n’est plus "l’Union" pour la Paix et le progrès souhaitée par ses fondateurs : c’est juste l’expression des intérêts des lobbys les plus puissants, que des dirigeants politiques européens corrompus, s’efforcent de satisfaire, aux dépens des peuples européens eux-mêmes.

  • permalien Orangerouge :
    2 août 2012 @13h15   « »

    à Sarah dans son échange avec K.

    Prôner l’accommodement avec l’occident peut paraître efficace, parce que cela économise les sanctions et les actions occidentales de déstabilisation.

    Mais comme économiste, ce que je constate, c’est que l’Iran de la République islamiste a connu un fort développement économique, tout comme la Chine avec sa nomenklatura dictatoriale, ou bien les dragons asiatiques, en négociant avec fermeté leur ouverture aux échanges extérieurs.

    Les pays pauvres se développent quand ils refusent de s’ouvrir sans partage des gains, aux multinationales occidentales, et quand ils ont une politique économique nationaliste : le libre échange, oui dans les secteurs où le pays est fort et y gagnera, non, là où il deviendra dépendant et y perdra.

    Il n’y a pas qu’une seule voie au développement économique, mais ne pas lâcher tout à l’occident, comme l’ont fait tant de dictatures sud-américaines, arabes et africaines, faciles à corrompre, est une condition absolument nécessaire.

    Le maintien des pays dans la pauvreté se fait par l’action des multinationales, (pour la France, on peut citer les multinationales pétrolières, celles des armes et Areva au Niger (qui, parait-il, dégrade très gravement l’environnement sur place), et par une ouverture aux échanges non régulée.

  • permalien Laurent Szyster :
    2 août 2012 @13h49   « »

    @Je ne rêve pas,

    D’après les statistiques de l’UNRWA, en 1967 soixante mille réfugiés de 1948 qui vivaient dans trois camps près de Jericho ont été emmenés par les milices palestinienens de l’autre côté du Jourdain.

    Le chiffre de 250,000 habitants de la rive ouest de la valée du Jourdain avant 1967 est totalement fantaisiste (le premier recensement un peu sérieux en Jordanie ne date que de 1987, alors pourquoi se gêner ?). Selon Ma’an, ils seraient même jusqu’à 300,000 à avoir fui la vallée (faisons nous plaisir !).

    Notez que les réfugiés installés du côté Jordanien après 1967 comme les habitants autochtones ont en suite fui la guerre civile Jordano-Palestinienne de 1970-1971, faisant passer la population totale de cette rive là à seulement cinq mille personnes en 1971.

    Après l’expulsion de l’OLP, le gouvernement jordanien y a mis en place une politique de peuplement.

    Qu’ils soient 60 ou 300 mille ne changent rien au calvaire individuel de chacun de ces réfugiés depuis 1948. Mais accepter de raconter n’importe quoi, systématiquement, au nom d’une "cause" qui serait la leur, ça c’est à la fois une faute et une erreur.

    Et elle mène loin.

    M. Gresh postule que "l’occupation se poursuivra tant qu’Israël ne paiera aucun prix réel, lourd, concret". Une partie de l’équation disparait par magie, les Palestiniens sont relégués au rang de figurants d’un fantasme.

    On retrouve dans ce vocabulaire et ce style l’expression qui énonce obscènement l’objectif des partis "antisionistes".

    En somme, il faut que le Juif paye.

    Et cher !

  • permalien Rouzbeh :
    2 août 2012 @14h05   « »

    …,c’est que l’Iran de la République islamiste a connu un fort développement économique, …

    Pourriez-vous détailler (développer) un peu plus ce « fort développement économique » svp ?

  • permalien Sarah :
    2 août 2012 @16h48   « »

    @ orangerouge :

    Je reconnais tout à fait mon incompétence en matière économique.

    Vous avez raison pour la Chine:elle ne s’est ouverte au libre-échange que bien tardivement,comme l’Inde d’ailleurs où l’ouverture aux marchés internationaux ne date que des années 1990,si je ne me trompe.

    à Rouzbeh :

    Je ne connais rien à l’évolution de l’économie iranienne depuis la RII,mais ce je peux dire c’est que la révolution islamique n’a en rien constitué une régression dans les domaines aussi fondamentaux que l’éducation,l’alphabétisation de masse ou encore la fécondité et la démographie,bien au contraire.

    L’éducation de masse s’est généralisée en Iran,le taux d’alphabétisation de la jeune génération iranienne est désormais de 100%(hommes et femmes).

    En ce qui concerne la démographie,la transition est désormais finie en Iran.

    Le taux de natalité est de 1.8 enfant par femme(alors qu’il était de 6 ou 7 juste avant la révolution islamique).

    Il est à noter, que contrairement à la propagande islamophobe qui voit dans les mouvements islamistes des partis encourageant une politique nataliste,la natalité en Iran a chuté juste après la prise du pouvoir de Khomeini.

    Si on en croit des anthropologues et démographes comme Emmanuel Todd,l’alphabétisation de masse et la baisse de la fécondité sont autrement plus importants sur le plan historique long pour une modernisation mentale et technique que les points de PIB,qui eux peuvent révéler un caractère tout à fait artificiel.

  • permalien K. :
    2 août 2012 @18h29   « »

    @ orangerouge,

    Le "libre échange", tel qu’il est appliqué, n’est-il pas délétère même pour les populations des pays les plus forts et très profitable aussi pour les ““élites”” des pays faibles ? De manière générale n’est-il pas délétère pour toutes les populations même quand il se fait entre pays forts ?

  • permalien Orangerouge :
    2 août 2012 @18h49   « »

    Oui, K, vous avez raison. Le libre échange et l’action des multinationales allouent l’activité économique à la surface de la planète en fonction des intérêts de ceux qui détiennent le capital (donc en minimisant les coûts et la fiscalité) et une fraction importante de la population des pays développés en pâti presqu’autant que les pays pauvres.

    Pour être un peu nuancée, je dirais que la fermeture complète des pays et la recherche d’autarcie n’a jamais donné de bons résultats, mais que le libre échange sans régulation et gestion en fonction des intérêts du pays est tout aussi destructeur.

    P

  • permalien Rouzbeh :
    2 août 2012 @19h31   « »

    @ Sarah

    En ce qui concerne la démographie,la transition est désormais finie en Iran.

    Pas tout à fait : "Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, et le président Mahmoud Ahmadinejad ont appelé à un changement de la politique démographique pour favoriser les naissances. M. Khamenei a même affirmé que l’Iran devait avoir à terme une population de 150 à 200 millions d’habitants."
    http://quebec.huffingtonpost.ca/201...

    Il est à noter, que contrairement à la propagande islamophobe qui voit dans les mouvements islamistes des partis encourageant une politique nataliste,la natalité en Iran a chuté juste après la prise du pouvoir de Khomeini.

    Le contrôle de naissances a été mis en place après la guerre (c-à-d, après la mort de Khomeini) et non pas après la prise du pouvoir de Khomeini.

    PS:Il faudra revenir sur le sujet du fil !

  • permalien Noval :
    2 août 2012 @19h40   « »

    Qui ne voit que le prétendu " processus de paix " israélo-palestinien n’est depuis que cette expression a acquis ses lettres de noblesse, ni plus ni moins qu’une immense bouffonnerie ?

    Pour s’en rendre compte, il suffit de glaner au hasard quelques déclarations de responsables sionistes.

    En 1967, Moshe Dayan, alors ministre de la défense d’Israël déclarait : Le projet est en train d’être mis en œuvre, sous la forme de faits accomplis. Ce qui existe aujourd’hui doit demeurer un arrangement permanent au Moyen-Orient".

    " Le projet " dont parle Moshe Dayan n’est rien d’autre que la loi d’airain inhérente au sionisme : conquérir, occuper, coloniser l’intégralité de la Palestine historique tout en déshumanisant corrélativement par tous moyens ses habitants légitimes . En d’autres termes et pour reprendre la formule du criminel de guerre israélien Moshe Ya’alon avec le cynisme qui sied à tout sioniste, il s’agit de "faire rentrer profondément dans la conscience des Palestiniens qu’ils sont un peuple vaincu" .

    Quelques années après sa déclaration citée ci-dessus, le même Moshe Dayan déclarait à l’attention de la " communauté internationale " : "La question n’est pas de savoir "Quelle est la solution ?", mais "Comment pouvons-nous vivre sans solution ?"" "

    Toute l’immoralité du sionisme est résumée dans cette expression : " Vivre sans solution "...

    Il faut être frappé d’une cécité totale pour ne pas se rendre compte que sous l’appellation fallacieuse de " processus de paix ", les sionistes ne font rien d’autre que tester et mettre à l’épreuve la " communauté internationale " afin de repousser, jour après jour, mois après mois et année après année les capacités de résistance que la même "communauté internationale " pourrait opposer à leur obscénité.

  • permalien Sarah :
    2 août 2012 @19h41   « »

    @ Rouzbeh :

    Ce qui compte c’est la réalité,les faits,pas les discours.

    C’est un fait établi que la natalié a baissé en Iran juste après la prise du pouvoir de Khomeini.

    Que des dirigeants iraniens aient des discours natalistes pour enrayer une chute de la fécondité impressionnante(passer de 6 enfants par femme à 1.8,en moins de trente ans, est sans doute l’une des transitions les plus rapides au monde !),plaçant l’Iran désormais au même niveau que la Belgique et d’autres pays européens,c’est possible.

    En tout cas,je remarque ça n’a pas l’air de fonctionner.

  • permalien Lou :
    2 août 2012 @20h07   « »

    Palestinian Authority, Israel agree on revenue revamp

    An Israeli Finance Ministry statement said the sides agreed on steps that would better facilitate the movement of goods between Israel and the Palestinian Authority and reduce illegal trade and tax evasion, measures that could increase revenue.

    Prime Minister Salam Fayyad and Israeli Finance Minister Yuval Steinitz signed off on the arrangements that will begin to be implemented on January 2013.

    "I am certain that the arrangements concluded will help strengthen the economic base of the Palestinian Authority, through bolstering our tax system and increasing revenue from the proper collection of taxes," the statement quoted Fayyad as saying.

    libre circulation des marchandises, quant aux Humains ?

    Et les irresponsables politiques sont contents :
    Conclusion d’accords entre le gouvernement israélien et l’Autorité palestinienne sur la collecte des droits et taxes perçus par Israël (2 août 2012)

    La France salue la conclusion d’accords entre le gouvernement israélien et l’Autorité palestinienne, dont la mise en œuvre va permettre d’améliorer la collecte des droits et taxes perçus par Israël pour le compte de l’Autorité palestinienne, et ainsi d’augmenter les ressources budgétaires de cette dernière.

    Diplomatie Française ne pense pas à parler de l’occupation qui doit être un fait acquis.

  • permalien Jordi Grau :
    3 août 2012 @09h31   « »
    Jérusalem est-elle la capitale d’Israël ?

    A Jenerêvepas

    Bonjour.

    Comme Orangerouge n’a pas répondu à votre dernier message, je me permets de le faire à sa place, afin de rappeler un fait qui semble vous avoir échappé : le statut de Jérusalem est extrêmement controversé. Certes, l’Etat d’Israël considère cette ville comme sa capitale, mais c’est loin d’être le cas de tous les autres Etats du monde.

    Voici, à titre d’exemple, ce que dit le site du ministère des affaires étrangères de la France : "L’Etat d’Israël a fixé sa capitale à Jérusalem en dépit de l’absence d’accord international sur le statut de cette ville."

    Par conséquent, quand un journaliste écrit "Jérusalem" pour désigner par métonymie l’Etat d’Israël, il adopte (par inculture ou par connivence) le point de vue israélien, point de vue qu’on a pourtant d’excellentes raisons de contester.

    Pour plus de détails, voir Wikipedia :

    "La désignation par la loi israélienne de Jérusalem comme capitale est contestée actuellement par la quasi-totalité de la communauté internationale. Cette position date des débuts de l’histoire d’Israël, quand en 1949 Israël décide que sa capitale est la partie ouest de Jérusalem et y installe le gouvernement et la Knesset. La communauté internationale n’accepte pas cet état de fait qui ne tient pas compte des recommandations de l’ONU et les ambassades sont en conséquence à Tel Aviv ou même dans d’autres villes (jusqu’en 1973, il y avait toutefois à Jérusalem quelques ambassades africaines et jusqu’en 1980 y siégeaient aussi 13 ambassades de pays de l’Amérique latine et des Pays-Bas). La proclamation de Jérusalem réunifiée comme capitale, à la suite de la guerre des Six Jours, n’est pas plus acceptée car l’annexion n’est pas reconnue par la communauté internationale. La désignation de Jérusalem ou de Tel Aviv comme capitale a fait l’objet de controverses médiatiques."

  • permalien Orangerouge :
    3 août 2012 @11h16   « »
    Wikipedia est controlée par des sionistes

    Je signale au lecteur de passage que Wikipedia est contrôlée par des sionistes.

    Dans l’article concernant le député français Patrick Bloche j’ai rajouté la précision qu’il avait signé la lettre ouverte demandant à Sarkozy de refuser de reconnaitre l’état palestinien.
    Je mettais le lien vers la lettre parue dans le JDD en lien : l’information était donc parfaitement vérifiable et sourcée.

    Un premier administrateur de Wikipedia m’a demandé une formulation plus "neutre". J’ai modifié la formulation.
    Alors d’autres administrateurs se sont succédés pour effacer cette information véritable en m’accusant de "militantisme".

    J’ai discuté, exigeant des arguments pour cacher cette information que le député avait lui, affichée publiquement, je n’ai eu aucune réponse.

  • permalien Orangerouge :
    3 août 2012 @11h21   « »

    Merci, Jordi Grau, d’éclairer les lecteurs.

    Je ne prends pas toujours le temps de répondre aux commentaires outrageusement sionistes. C’est un tort, je le reconnais.

  • permalien Orangerouge :
    3 août 2012 @11h32   « »

    Un blog que je ne connais pas et qui parait intéressant : le Cercle des Volontaires.

    Ici un article sur la position des sionistes de JCall sur l’affaire Oberlin (chirurgien humanitaire attaqué en France par les représentants de l’état d’Israël que sont le CRIF et le BNCVA) :

    http://cercledesvolontaires.wordpre...

  • permalien K. :
    3 août 2012 @14h12   « »

    Techniques pour manipuler les forums sur Internet

    http://korben.info/techniques-secre...

  • permalien Nathan :
    3 août 2012 @15h35   « »

    En tout cas, le "Cercle des Volontaires" a l’air clairement en faveur du boucher Assad et publie un "article" de l’antisémite et négationniste notoire Israël Shamir. D’après ce dernier, Israël chercherait à obtenir une "somalisation de la Syrie". Elle est bien bonne, celle-là ! Tout le monde peut constater qu’Israël se garde bien d’intervenir dans ce panier à crabes.

  • permalien roberta :
    3 août 2012 @16h14   « »
    le monde pourrait s’écrouler...

    ... le monde pourrait s’écrouler qu’il y en a qui continueraient avec Israël !

    J’habite Paris. Et je vois les manifs pour la Syrie : 150 personnes, à 80% européens avec des pancartes des grandes ONG qui travaillent dans le monde. Et quelques personnes visiblement du Moyen-Orient, l’air instruit et éduqués. Mais pas un seul petit jeune de banlieue. Ni une caméra de TV.

    Par contre, quand il s’agit de venir manifester "pour la paix", alors là, c’est le débarquement en force avec brûli de drapeaux Place de la République, slogans violents et compagnie. Et toute une certaine gauche qui est là pour battre des mains en compagnie de fascistes barbus et cléricalistes.

    On a l’impression que le Monde Diplo attend avec impatience la fin du Printemps arabe pour pouvoir recommencer son fond de commerce obssessionnel sur Israël.

    Ca ne fait absolument pas avancer la cause palestinnienne. Mais ça permet de cracher son venin sur le juif.

    On appelle cela "instrumentaliser" une cause , et c’est pas joli, joli...

    D’ailleurs c’est pour ça que plus personne ne vote à l’extrême gauche ni ne lit le Monde Diplo... On a un cerveau, et on veut pas arrêter de penser. Et on pense pas comme ça.

  • permalien Orangerouge :
    3 août 2012 @17h14   « »

    On a une multiplication des trolls sionistes en ce moment.

    Sans égards pour le travail rigoureux du journaliste Alain Gresh, ils viennent ici mentir sans vergogne.

  • permalien deMontigny :
    3 août 2012 @17h34   « »

    @ roberta

    Vous m’en arrachez des larmes. Vous ne voulez pas "arrêter de penser !" Participez donc à un des blogues qui véhiculent des idées qui vous sont chères ; lèche-botte, statu quo et prêt-à-penser, qui vous conviendront assurément mieux qu’une discussion. Ces médias sont fort nombreux, et il sera donc inutile de vous acharner sur le Monde Diplomatique. Vous pourrez donc véritablement "arrêter de penser" sans avoir à vous en plaindre.

    Cela vous éviterait aussi de détourner les fils de blogues d’idées que vous préféreriez ignorer pendant que le rouleau continue à aplatir (les idées aussi bien que les habitations).

  • permalien X :
    3 août 2012 @17h43   « »

    roberta :

    Ca ne fait absolument pas avancer la cause palestinnienne..

    Pourquoi y’aurait il eu une cause palestinienne si vous n’ētiez des voleurs. Quoi qu’il arrive vous poursuivez le vol des terres et des ressources paestiniennes et d’installer des colons terroristes sur leur terres.

    Ce n’est pas par plaisir que les gens manifestent contre l’Apartheid sioniste. C’est comme ça que l’Aparthied sud africain à trouvē le votre suivra.

  • permalien K. :
    5 août 2012 @14h38   « »

    Parce qu’il est essentiel de ne pas se donner de faux espoirs.

    Certains disent que les colonies israéliennes coûtent très cher à l’entité sioniste. Ce n’est, comme le suggère Joseph Dana, qu’un très fructueux investissement :

    The Hermes 450 UAS have been used extensively in defence forces worldwide, including in active war zones, and have accumulated over 300,000 operational flight hours.

  • permalien Yvan :
    5 août 2012 @16h05   « »
    Le coût du "prix à payer" 1/2

    Le coût des colonies israéliennes

    Les colonies israéliennes dans les territoires occupés de Cisjordanie (routes, maisons, usines) s’étalent sur 12 millions de m2 et leur valeur est estimée à environ 17 milliards de $ selon le Macro Center for Political Economics. A l’aide de technologies modernes (satellite et autre), cet institut de recherche a pu faire la carte des maisons et structures dans les colonies israéliennes.
    D’après leur étude, dans ces colonies, on trouve 868 lieux publics occupant 488 769 m2 . Il y a 127 synagogues ( 94 848 m2 ), 96 bains rituels (10 755 m2 ), 321 centres de sport (382 867 m2) ), 344 garderies ( 91 353 m2 ), 211 écoles ( 296 933 m2 ), 68 yeshivas (i.e. écoles religieuses, 100 943 m2 ) et 21 bibliothèques (8 962 m2 ) .
    Nous devons préciser que toutes les colonies israéliennes établies en Cisjordanie sont illégales en vertu du droit international.


    Comment des associations "caritatives" américaines financent les colonies israéliennes

    "Les Américains, outre les trois milliards de dollars d’aide militaire annuelle accordée à Israël, subventionnent la construction de colonies israéliennes illégales.
    En dépit des déclarations du gouvernement américain sur son mécontentement quant à l’expansion de colonies israéliennes, des organismes basés aux USA recourent abusivement à la section 501©3 du code américain des impôts pour soutenir précisément cette expansion par des milliards de subsides.
    On compte par centaines ces prétendues œuvres de bienfaisance, exonérées d’impôts, qui canalisent l’argent vers des colonies israéliennes illégales, souvent sous des noms aussi peu imaginatifs que « Les amis américains de la colonie X ou Y ».


  • permalien Yvan :
    5 août 2012 @16h06   « »
    Le coût du "prix à payer" 2/2

    COMMUNE DE WATERMAEL-BOITSFORT
    EXTRAIT DU REGISTRE AUX DELIBERATIONS DU CONSEIL COMMUNAL.


    Le Conseil communal,
    (...)
    Considérant que cette banque est spécialisée dans le financement des communes et des collectivités locales et joue un rôle important d’intermédiaire dans les transferts financiers de l’Etat israélien vers les colonies de peuplement ;
    Considérant que la quatrième Convention de Genève de 1949 interdit l’implantation de populations nouvelles dans un territoire conquis suite à un conflit (art. 49,) ce qui fonde la condamnation des colonies israéliennes par l’ONU ;
    Considérant que l’Union Européenne a rappelé à maintes reprises, notamment en août 1998, qu’elle considère l’implantation de colonies de peuplement dans les territoires occupés comme illégale et contraire au droit  ;
    (...)

    Dénonce
    • le soutien financier et les crédits accordés par Dexia Public Finance Israël, filiale de Dexia S.A., à l’implantation de populations israéliennes dans les territoires palestiniens occupés ;

    Demande
    • en urgence au Holding Communal de saisir le conseil d’administration de Dexia S.A. afin que celui-ci redéfinisse clairement et publiquement les missions de sa filiale israélienne et mette fin immédiatement au financement même indirect des colonies de peuplement israéliennes en territoire palestinien
    • à la Banque DEXIA sa et à ses actionnaires, ainsi qu’à son président, Monsieur Jean-Luc Dehaene de se mettre, dans les plus brefs délais, en conformité avec le droit international et les résolutions du Conseil de sécurité des
    Nations Unies.



  • permalien Rouzbeh :
    5 août 2012 @21h38   « »

    Israël bloque la tenue d’une réunion sur la question palestinienne

    Israël a interdit aux chefs de la diplomatie de Malaisie, d’Indonésie, du Bangladesh et de Cuba, tous membres du Comité des Non-alignés sur la Palestine, d’entrer en Cisjordanie pour participer à une réunion sur la question palestinienne prévue dimanche 5 août à Ramallah, selon des responsables palestinien et israélien. Les participants devaient apporter leur soutien à un projet d’une demande palestinienne d’un statut d’Etat non membre à l’ONU. En conséquence de cette interdiction, la réunion a été annulée.

    (...)

    http://www.lemonde.fr/proche-orient...

  • permalien Lou :
    6 août 2012 @14h24   « »

    Cinq membres du commando qui ont pénétré en Israël tués

    Nous étions prêts car nous disposions d’informations préalables du Shin Beth (service de sécurité) et des services du renseignement militaire ce qui a permis de faire échec à un attentat sanglant,a pour sa part indiqué à la radio militaire le général Yoav Mordehai, porte-parole en chef de l’armée.

  • permalien K. :
  • permalien Lou :
    6 août 2012 @23h15   « »

    Pour le général Yoav Mordehai, porte-parole en chef de l’armée d’occupation israélienne il n’y a pas eu d’attentat sanglant.


    A Gaza ce soir Prières en face de la représentation de l’Égypte dans la bande de Gaza en empathie avec les 16 soldats tués dans l’attaque terroriste dans le Sinaï .

    Israël responsable de l’attaque contre l’Egypte

    GAZA (Non défini) - Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza Ismaïl Haniyeh a accusé lundi Israël d’être responsable, d’une manière ou d’une autre, de l’attaque menée la veille par un commando dans le Sinaï qui a tué 16 gardes-frontières égyptiens.

    Israël est responsable d’une manière ou d’une autre de cette attaque lancée pour gêner la nouvelle direction égyptienne et créer des troubles à la frontière afin de ruiner les efforts visant à en finir avec le siège (israélien) de la bande de Gaza, a-t-il indiqué dans un communiqué publié à l’issue d’une réunion en urgence du gouvernement du Hamas.

    Aucun Palestinien ne veut tuer qui que ce soit en Egypte. Toute attaque contre la sécurité de l’Egypte vise aussi la sécurité des Palestiniens. Nous appelons l’Egypte à discuter de toutes les questions touchant aux intérêts mutuels de l’Egypte et des Palestiniens, a-t-il encore dit.

    Le Hamas a par ailleurs organisé un sit-in devant l’ambassade d’Egypte à Gaza pour marquer sa solidarité avec ce pays et condamner l’attaque qui a tué les 16 gardes-frontières.

  • permalien Yvan :
    7 août 2012 @06h41   « »
    Un an déjà...

    Le Sinaï est devenu le nouveau sanctuaire d’al-Qaida | Slate 18/08/2011

    Depuis des mois, des combattants liés à al-Qaida ont profité de la révolution égyptienne pour faire du Sinaï un sanctuaire et une base d’attaques, notamment contre Israël. L’armée égyptienne tente de reprendre le contrôle de la péninsule. Sa tâche s’annonce difficile.


  • permalien Rouzbeh :
    7 août 2012 @16h48   « »

    A Susiya, leurs bras et leur voix contre l’expulsion

    (...)

    Constructions touristiques dans les colonies Le gouvernement israélien franchit une nouvelle étape dans la colonisation des territoires palestiniens. Évidemment, officiellement, il ne s’agit pas de ça. Les autorités expliquent de façon ingénue que la capacité hôtelière de Jérusalem ne peut répondre aux nombreuses demandes touristiques. En conséquence de quoi, il a été décidé d’autoriser et de financer la construction d’hôtels. Pas à Jérusalem-Ouest. Pas non plus dans la partie orientale occupée de la ville. 
Non, pour la première fois, ces infrastructures touristiques seront érigées dans des colonies. Il s’agit de Maala Adumim, colonie gigantesque qui empêche toute continuité entre Jérusalem-Est 
et Jéricho, ainsi que du Gush Etzion, colonie chargée là encore 
de s’opposer à une continuité territoriale avec la Cisjordanie. 
Israël pourra ainsi rendre de plus en plus «  normales  » ces colonies 
qui seront même visitées par les touristes du monde entier. Honteux  !

    Lors de la Fête de l’Humanité, 
le village du monde organisera, vendredi 14 septembre, une soirée «  Sabra et Chatila, trente ans après  », tandis qu’une initiative de solidarité avec les prisonniers palestiniens prendra place à l’Agora et lors 
du meeting de clôture, le dimanche.

    http://www.humanite.fr/monde/susiya...

  • permalien Lou :
    7 août 2012 @23h53   « »

    Noam Chomsky : réflexions sur une vie d’engagement avec le sionisme, la question palestinienne et l’empire américain.
    mardi 7 août 2012 / Mouin Rabbani

    Traduction complète : Info-Palestine.net - Marie Meert

    C’est après 1967 que beaucoup de vos pairs, je pense, ont développé une tache aveugle quand il était question du Moyen-Orient ?

    Ouais, je veux dire, la victoire israélienne de ’67 a touché un nerf chez les intellectuels libéraux aux États-Unis et elle a été très bien accueillie. Pas tant dans mes propres cercles proches qui étaient engagés dans la résistance à la guerre du Vietnam, mais au sein de la communauté intellectuelle libérale en général. De leur point de vue, la victoire d’Israël était une bénédiction, parce qu’enfin quelqu’un était arrivé et avait montré au monde comment il faut traiter les arrivistes du tiers monde

    C’est encore une référence à Nasser ?

    Oui aux Arabes. Une sorte de phénomène généralisé dont Nasser était le symbole.

    C’est l’intelligentsia libérale. Mais qu’en était-il de la gauche ?

    La gauche était du genre sioniste critique prudente. Si vous voulez dire la vraie gauche, elle était opposée à l’occupation.

    Mais généralement silencieuse sur la question ?

    Vous avez raison, dans la mesure où l’occupation n’était pas un sujet majeur. D’une part, il n’était pas clair que l’occupation allait être permanente. Si vous aviez accès à ce qui était alors les archives secrètes du gouvernement israélien, vous auriez su, mais à l’époque il semblait qu’ils pouvaient se retirer. Et souvenez-vous que jusqu’en 1971 la position américaine officielle était qu’Israël se retirerait des territoires occupés avec « des modifications mineures et mutuelles » des lignes de cessez-le-feu. C’était la position officielle de 1967 - résolution 242 [du Conseil de sécurité] de l’ONU - à 1971, et il était très facile pour des intellectuels libéraux de gauche de dire : « OK, nous n’aimons pas ça, mais ils vont bientôt se retirer, la question est réglée ».

    1967 a tout changé ici ; ce fut presque instantané. Soudain la communauté intellectuelle se prit de passion pour Israël, ce fut une histoire d’amour. Le soutien pour des actions israéliennes devint un réflexe (...). C’est en partie parce que maintenant l’alliance USA-Israël était fermement en place, rendant possible un soutien au gouvernement US tout en ayant l’air humanitaire en même temps. Vous pouviez soutenir violence et terreur tout en étant noble et humanitaire, défendant les juifs de l’antisémitisme et du génocide, etc... C’est une combinaison irrésistible pour des intellectuels libéraux. Vous pouvez voir le même phénomène ailleurs, comme en Bosnie.

  • permalien Yvan :
    8 août 2012 @06h42   « »
    1967




    U.S. had emergency plan for attacking Israel in 1967 - Israel News | Haaretz Daily Newspaper

    "Strike Command" l’entité qui devait mener la frappe contre Israël n’existe plus. Elle a été annulée en 1971, pour des raisons intérieures et remplacée par "Readiness Command", qui a été aboli en 1980 au profit du "Central Command" (CENTCOM), qui inclut aujourd’hui les forces en Irak, Iran, Syrie, Liban, Égypte, Jordanie et Afghanistan ; et du "Special Operations Command" (SOCOM).


  • permalien K. :
    8 août 2012 @08h37   « »

    "Informer sur le Proche-Orient (1) : Le syndrome de Tom et Jerry"

    http://www.acrimed.org/article3871....

  • permalien Orangerouge :
    8 août 2012 @18h20   « »

    Oui K, je l’ai lu.

    Mais pourquoi Julien Salingue ne nous dit-il pas pourquoi, par quel mécanisme, les medias occidentaux sont à la solde d’Israël, et, en permanence, en train de nous présenter une épuration ethnique d’un demi-siècle comme un dessin animé de Tom et Jerry ???

    Personne ne le dit, c’est LE non dit, le trou noir de l’information en occident.

    Nos medias, comme nos grands partis sont à la solde d’un pays étranger raciste et surarmé, Israël, mais personne ne dit comment c’est possible.

    Il y a un juif français, Jacob Cohen, qui nous donne des éléments d’explication. Il s’est fait attaquer par la LDJ, et aucun média n’en parle. Ca doit être un mauvais juif, je parie ...

  • permalien K. :
    9 août 2012 @00h32   « »
  • permalien K. :
    9 août 2012 @00h32   « »

    La vidéo est sous-titrée en français.

  • permalien Orangerouge :
    9 août 2012 @13h02   « »
    BDS : Le film "La couleur pourpre" n’a pas été diffusé en Israël, le livre n’y sera pas publié non plus

    La romancière américaine Alice Walker, lauréate du Prix Pullitzer a refusé que son livre "Couleur Pourpre" soit traduit et publié en Israël, en raison des violations par Israël des droits de l’homme et du droit international.

    Elle a signifié sa décision dans une lettre adressée à l’éditeur israélien Yediot Books, en déclarant qu’Israël était un Etat d’apartheid et qu’elle soutenait la campagne BDS (Boycott Désinvestissement, Sanctions).

    "Je suis née dans un contexte de ségrégation aux Usa, et j’ai également étudié le régime d’apartheid sud-africain, mais ce que fait Israël aux Palestiniens est pire que tout ce que nous avons subi sous la domination blanche", explique Alice Walker dans sa lettre à l’éditeur.

    Et j’espère de tout coeur que la campagne non-violente BDS, dont je fais partie, réussira à influencer la société civile israélienne, afin qu’elle change la situation".

  • permalien Orangerouge :
    9 août 2012 @13h03   « »

    Lien vers ces déclarations d’Alice Walker sur le site EuroPalestine :
    http://www.europalestine.com/spip.p...

  • permalien Rouzbeh :
    9 août 2012 @13h54   « »

    Norman Finkelstein VS Shlomo Ben Ami : Débat au sommet sur la Palestine (2006) VOST

    http://www.youtube.com/watch?v=l-Ci...

  • permalien Rouzbeh :
    9 août 2012 @14h54   « »

    Une flottille internationale prend la mer pour briser le blocus de Gaza (Daily News)

    Une organisation à base suédoise se lance dans un voyage en mer avec l’espoir de sensibiliser les consciences sur la situation désespérée des Gazaouis.

    (...)

    « Après les deux flottilles, nous avons bien sûr décidé que nous devions continuer parce que le siège est toujours là, et que nous allons le dire, le répéter encore et encore, aussi longtemps que le siège existera, nous reviendrons encore et encore jusqu’à ce que le siège soit levé intégralement et définitivement ».

    http://www.legrandsoir.info/une-flo...

  • permalien K. :
    11 août 2012 @20h07   « »

    BBC. Cooking in the Danger Zone : Israel and Palestinian Territories.

    10.10.16 Stefan Gates But is humous originally Jewish or, or Arabic ?

    10.10.19 Gil Hovav Of course it’s Arabic. Humous is Arabic. Falafel, our national dish, our national Israeli dish, is completely Arabic and this salad that we call an Israeli Salad, actually it’s an Arab salad, Palestinian salad. So, we sort of robbed them of everything.

    So, we sort of robbed them of everything.

    10.10.16 Stefan Gates, Mais le houmous est-il d’origine juive ou arabe ?

    10.10.19 Gil Hovav Bien sûr que c’est arabe. Le Houmous est arabe. le Falafel, notre plat national, notre plat national israélien, est complètement arabe et cette salade que nous appelons salade israélienne, en fait il s’agit d’une salade arabe, une salade palestinienne.

    Donc, nous nous arrangeons pour les dépouiller de tout.

  • permalien K. :
    12 août 2012 @22h48   « »

    Grâce à l’Iran, Netanyahou atteint son rêve : dictateur.

  • permalien Noval :
    13 août 2012 @11h41   « »

    De l’art et de la manière de tripoter les mots lorsqu’il s’agit d’informer sur le " Proche Orient " :

    http://www.acrimed.org/article3872.html

  • permalien Kei :
    13 août 2012 @11h50   « »

    On sait tous comment ça va se finir, malheureusement.

  • permalien Noval :
    13 août 2012 @12h27   « »

    Mettre des fers aux pieds d’un enfant de douze (12) ans d’âge, lier ses poignets dans son dos, bander ses yeux, l’obliger de s’agenouiller ou de se coucher ( ! ) face contre des véhicules militaires, telle est la terrifiante réalité du sionisme au quotidien :

    http://www.info-palestine.net/artic...

  • permalien Rouzbeh :
    13 août 2012 @13h39   « »

    Des extrémistes sionistes traquent les maisons palestiniennes à raser

    Fin juin, Richard Falk, rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, dénonçait :

    « Les colons israéliens développent leurs implantations illégales à proximité de Susiya, sans aucun effort du gouvernement d’Israël pour les en empêcher. En même temps, la Cour suprême israélienne facilite la démolition de maisons palestiniennes dans la zone. »

    http://www.rue89.com/2012/08/13/des...

  • permalien K. :
    13 août 2012 @22h33   « »

    Entité sioniste- et en toute logique : les meilleures bourses universitaires seront réservées aux plus laids d’entre nous, seuls dignes- tout aussi logique- à enseigner la laideur à nos enfants.

  • permalien Rouzbeh :
    15 août 2012 @14h48   « »

    "Jacob Cohen et Jean Bricmont dialoguent sur un sujet qu’ils connaissent bien et qui leur tient à coeur : "la paix" en Israël-Palestine."

    http://www.mondialisation.ca/index....

  • permalien K. :
    15 août 2012 @15h15   « »

    http://www.haaretz.com/news/diploma...

    Extraits.

    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a décidé d’enterrer le rapport Levy, qui recommande la légalisation de la majeure partie des colonies de peuplement non autorisées en Cisjordanie et rend plus facile pour les colonies existantes de se développer, a déclaré hier au Haaretz un haut responsable politique qui a parlé avec le Premier ministre de la question.

    Depuis que le rapport Levy a été présenté, le 21 Juin, Netanyahou a fait de grands efforts pour minimiser l’importance de ses conclusions. Des fonctionnaires dans l’entourage de Netanyahou ont dit a plusieurs ministres que le principal problème était le que rapport trouve que la quatrième Convention de Genève, qui régit le traitement d’un territoire occupé, ne s’applique pas à la Cisjordanie parce que la Cisjordanie n’est pas en fait un territoire occupé.

    (….)

    .... l’adoption du reste du rapport Levy, sans l’adoption de la section qui traite de savoir si la Cisjordanie est un territoire occupé serait interprétée comme un aveu de facto qu’Israël est en fait une puissance occupante.

    Le [Comité [ministériel des affaires des colonies] a décidé de revenir sur une décision du gouvernement de démolir deux bâtiments en construction dans le quartier de Beit El de Dreinoff. Les bâtiments ont été construits sans les permis nécessaires, sur des terres saisies à des fins militaires, de sorte que l’organisation Yesh Din avait demandé à la Haute Cour d’ordonner leur démolition.

    Le [Comité ministériel des affaires des colonies] a décidé que Beit El doit déposer un plan directeur visant à légaliser le quartier, et jusque-là le gouvernement de s’abstiendra de raser les bâtiments.

  • permalien Yvan :
    16 août 2012 @06h35   « »

    Iran : Israël pose ses conditions à Obama | Charles Enderlin

    1 : Barak Obama doit déclarer publiquement que les États Unis ne permettront pas à l’Iran de se doter de l’arme nucléaire. Le Président US pourrait faire cette déclaration devant l’assemblée générale de l’ONU
    2 : Les Américains et les autres membres permanents du conseil de sécurité (plus l’Allemagne) doivent lancer un ultimatum à l’Iran, fixant une date limite aux négociations avec l’Iran sur le nucléaire. Pas plus d’une ou deux semaines.. [c.à.d . fin aout]. Les Iraniens doivent cesser l’enrichissement de l’uranium à 20% pendant les pourparlers.
    3 : Étrangler l’économie iranienne (sic). Les États Unis doivent décréter un embargo sur toute personne qui fait des affaires avec la banque centrale iranienne. Annuler l’autorisation accordée au Japon et la Corée du Sud d’importer du pétrole iranien.
    4 : Les États Unis doivent renforcer leur dispositif militaire dans le Golfe Persique
    5 : Israël exige des Américains qu’ils acceptent le principe de la ligne rouge israélienne : l’Iran ne doit pas se donner la capacité d’avoir l’arme nucléaire..
    Si Obama remplit ses conditions, Israël renoncera à se frappe en Iran.


    Un responsable israélien prévoit un mois de guerre en cas de frappe contre le nucléaire iranien

    Le ministre américain de la Défense, Leon Panetta, a pour sa part réaffirmé mardi à la presse à Washington l’opinion des Etats-Unis selon laquelle Israël n’a pas encore décidé d’attaquer ou non l’Iran. Le chef de l’état-major interarmées, le général Martin Dempsey, a estimé comme beaucoup d’observateurs qu’une frappe israélienne ne ferait que ralentir le programme nucléaire iranien sans le détruire. Israël considère l’Iran comme son pire ennemi et l’accuse de mener un programme nucléaire militaire clandestin pour l’anéantir.


  • permalien Yvan :
    16 août 2012 @06h52   « »
    ...

    Conflit syrien : L’Iran, l’alternative de paix ?

    L’Iran est un pays riche en pétrole. Il est également un pays tampon entre le Moyen-Orient, zone traditionnellement favorable aux États-Unis, et les pays issus de l’ancien bloc de l’Est. Sa position géographique en fait un espace très convoité aussi bien par les États-Unis que la Russie et l’Union européenne, sans oublier les pays émergents comme la Chine et l’Inde dont les besoins en hydrocarbures ne cessent de croître. Et qui trouvent en Iran, une puissance pétrolière capable « de vendre de gré à gré son pétrole et son très abondant gaz naturel », sans forcément « l’autorisation de Washington ». Par ailleurs, de tous les projets d’oléoduc pour évacuer l’or noir de la Mer caspienne vers les marchés mondiaux, la voie iranienne a été présentée par les experts comme étant la plus rationnelle et la moins onéreuse. Malheureusement, cette option est refusée par le gouvernement américain. Les deux pays, d’un côté comme de l’autre, manœuvrent pour préserver leurs intérêts économiques et accroître leur influence dans le Moyen-Orient. Il est important qu’Iraniens et Américains se mettent ensemble pour trouver une solution viable à la guerre civile en Syrie.


    Un plan de paix iranien pour la Syrie voici un plan dont les médias en Occident ne parleront sans…

    Un plan de paix iranien pour la Syrie
    voici un plan dont les médias en Occident ne parleront sans doute pas. Il est rapporté par le service de traduction de la BBC. Il est tiré du quotidien Qods du 14 août.
    Ce qui est intéressant c’est qu’il considère les groupes de l’opposition, y compris armés, comme des interlocuteurs légitimes.



    (source : SYRIE : La guerre du « Pipelineistan »)

  • permalien K. :
    16 août 2012 @21h24   « »

    Parmi les multiples avantages que la puissance occupante qu’est la sinistre entité sioniste tire de l’"aide internationale" à l’AP :

    La compagnie d’électricité d’Israël dit qu’elle envisage e priver d’électricité de grandes parties de la Cisjordanie en raison de factures impayées de plus de $ 125 milllions.

  • permalien Rouzbeh :
    17 août 2012 @09h22   « »

    Her Name was Rachel Corrie

    http://www.dailymotion.com/video/xs...

  • permalien Yvan :
    18 août 2012 @11h00   « »
    Quand le Nobel de la paix, Peres, s’en va-t-en guerre contre la guerre...

    Les déclarations de Shimon Peres sur l’Iran créent une polémique en Israël ‎ - ISRAËL - FRANCE 24

    "Le but a apparemment été atteint. La position du président, qui s’ajoute à celles des hauts responsables de renseignements et de sécurité (opposés à une frappe) fera pencher la balance en faveur des opposants dans le débat sur l’éventualité d’une frappe israélienne", estime Shimon Shiffer, analyste politique du quotidien Yedioth Aharonot.

    "Netanyahu, après avoir répété qu’il serait le seul à décider d’une frappe contre l’Iran va être obligé de revoir sa position", ajoute-t-il.



    Au moment où Netanyahu fait monter les enchères entre Démocrates et Républicains aux USA...

    ... c’est le coup de pied de l’âne.

  • permalien K. :
    20 août 2012 @00h09   « »

    Le nombre de personnes lambda qui qualifient le comportement des colons sionistes de terroriste a grimpé en flèche depuis que les yankees l’ont étiqueté de cette manière.

    "adaptive supportives" :

    Les "Adaptive Supportives" sont les suiveurs dans la vie - la grande majorité qui adaptent leur vie aux systèmes de croyances qui prévalent.

  • permalien Rouzbeh :
    21 août 2012 @18h20   « »

    Nouvelle campagne de "bienvenue en Palestine" pour rejoindre Bethléem

    Sur invitation du maire de Bethléem, une nouvelle mission "bienvenue en Palestine" se déroulera du 24 au 31 août. Après l’échec des dernières expéditions, les organisateurs espèrent pouvoir enfin fouler le sol cisjordanien. Le ministère français des Affaires étrangères reste quant à lui en alerte en cas de refoulement.
    (...)

    Vigilance du côté du Quai d’Orsay

    "Notre réseau diplomatique et consulaire dans la région restera pleinement mobilisé pour apporter, le cas échéant, toute notre aide à nos ressortissants", a ajouté dans une déclaration le porte-parole adjoint du ministère français des Affaires étrangères, Vincent Floreani. "La France rappelle son attachement à la liberté d’expression, ainsi qu’à la liberté de circulation vers et dans les Territoires palestiniens, qui doivent notamment être accessibles aux visiteurs étrangers. Ce principe est régulièrement rappelé aux autorités israéliennes", a-t-il précisé. Cette prudence s’explique par l’échec des dernières campagnes. Á l’occasion de la mission qui devait se tenir du 8 au 16 juillet 2011, L’Etat d’Israël avait diffusé auprès des compagnies aériennes une « liste noire » de 342 participants qui avaient été empêchés d’embarquer. Trente-six militants venus d’Europe avaient été interdits d’entrée en Israël et expulsés dans les 48 heures qui avaient suivi leur arrivée, 82 autres avaient été détenus quelques jours dans des prisons israéliennes dans l’attente de leur expulsion.

    http://www.humanite.fr/nouvelle-mis...

  • permalien Lou :
    22 août 2012 @12h29   « »

    Israël veut une intervention du Quartette pour écarter Abbas

    JERUSALEM - Le ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a appelé le Quartette pour le Proche-Orient à intervenir pour que les Palestiniens tiennent des élections en vue d’écarter selon lui le président Mahmoud Abbas et relancer le processus de paix.

    Dans une lettre adressée mardi au Quartette (Russie, ONU, Union européenne, Etats-Unis), dont l’AFP a obtenu copie, M. Lieberman affirme que le président de l’Autorité palestinienne semble indifférent ou incapable (...) de parvenir à un accord qui permettrait de mettre fin au conflit israélo-palestinien.

    Il est temps de considérer une solution créative, hors des sentiers battus, pour renforcer la direction palestinienne, ajoute le ministre ultranationaliste.

    Des élections générales devraient être tenues et une nouvelle direction palestinienne, légitime et nous l’espérons réaliste, devrait être élue, ajoute-t-il.

  • permalien Lou :
    22 août 2012 @22h52   « »

    22 août 2012 - 14h56
    Document : la lettre dans laquelle Avigdor Lieberman demande la mise à l’écart de Mahmoud Abbas

    Voici la lettre que le Ministre israélien des Affaires Etrangères Avigdor Lieberman vient d’adresser à la Chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton et aux autres membres du Quartette pour le Proche-Orient (Etats-Unis, Russie, Union Européenne et ONU).

    Dans sa missive, le chef de la diplomatie israélienne qualifie l’Autorité Palestinienne de régime "despotique et miné par la corruption". Il demande la tenue d’élections dans les Territoires Palestiniens pour favoriser l’émergence d’une nouvelle direction palestinienne.

  • permalien
    24 août 2012 @20h36   « »

    Israël : accablants récits de soldats
    "Dans un livre noir, l’ONG Breaking the Silence a compilé des témoignages de militaires sur les violences et les violations des droits humains que subissent les enfants palestiniens. "

    (...)

    de jeunes vies traumatisées

    Au fil des témoignages bruts rassemblés chaque année par Breaking the Silence, les enfants sont omniprésents. Ils subissent, en première ligne, le traumatisme que représente la fouille ou la destruction d’une maison par l’armée israélienne. Un ­capitaine décrit ainsi la terreur d’une jeune fratrie lors d’une perquisition  : «  J’entre dans une maison, il y a là une femme (…) Je rentre et je lui demande  : “Où est l’homme de la maison  ?” Personne ne comprend, personne. Puis je vois un matelas recouvert d’une couverture. Des tremblements l’agitent. Et je… je ne sais pas, peut-être qu’il se cache là-dedans. Je demande à mon soldat  : “Allez vite voir ce qu’il y a sous le lit” et il essaie de tirer la couverture, et non, c’est… Je les compte, ils sont huit – huit enfants serrés ensemble, morts de frayeur. Ils se cachent les uns derrière les autres, me dévisagent, comme si l’instant d’après j’allais leur faire je ne sais quoi (…) Je suis sorti de là en état de choc.  » Mais que pèse la terreur d’un enfant quand, au nom de la sécurité, on peut tout justifier  ?

    http://www.humanite.fr/monde/502737

  • permalien Yvan :
    27 août 2012 @11h20   « »
    Unilatéralisme

    Les enfants palestiniens victimes des violences israéliennes - Territoires palestiniens - RFI

    On peut tirer pour tuer sur un jeune palestinien qui lance des cocktails Molotov à deux cents mètres d’une colonie. Même si à cette distance, il ne menace pas la colonie. L’ordre est que si quelqu’un lance un cocktail Molotov on peut le tuer, alors on tire. On arrête des enfants palestiniens, sans se soucier de savoir ce qu’ils ont fait, et on les frappe comme n’importe quel détenu. Parce ce qu’on est habitués à cela. On ne fait plus attention au fait qu’il s’agisse d’un enfant. C’est juste un détenu. C’est ce qui arrive, c’est la routine.


    ... et unilatéralisme

    Trois jeunes colons devant la justice israélienne pour violences | Dernières Infos | L’Orient-Le Jour

    Les trois suspects, âgés de 12 à 13 ans et originaires de la colonie de Bat Ayin, en Cisjordanie, devaient être présentés devant un tribunal dans la journée de dimanche afin d’être placés en détention préventive, a précisé le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld.


  • permalien Rouzbeh :
    28 août 2012 @12h50   « »

    La mission "Bienvenue en Palestine" refoulée au checkpoint...

    "La mission d’aide humanitaire à une école de Bethléem a été refoulée au checkpoint par les autorités israéliennes... "
    http://www.youtube.com/watch?featur...

  • permalien Rouzbeh :
    29 août 2012 @22h31   « »

    Israël peut-il se passer d’Abbas ?

    (...)
    L’Empire étasunien a finalement accepté le fondamentalisme islamique après que l’Arabie Saoudite et le Qatar l’aient rendu plus digeste mais avec une exception : l’Iran. Ici apparaît la doctrine du sectarisme. Les Etats-Unis veulent balkaniser le Moyen Orient selon des lignes sectaires pour pouvoir contrôler les nouvelles petites entités ainsi formées. Cette doctrine semble avoir réussi en Irak, Afghanistan, et Libye. Elle semble sur le point d’aboutir en Syrie et le but est de l’appliquer ensuite à l’Iran. Ensuite elle sera peut-être utilisée contre la Russie et la Chine.

    Dans ce jeu de pouvoir machiavélique, la question de la Palestine disparaît complètement des préoccupations des néocolonialistes occidentaux et de leur médias serviles aux mains d’intérêts économiques. Pour le moment la colonisation des restes de la Palestine peut se poursuivre sans problème. Mais les fantômes qui hantent Israël à cause de son injustifiable appropriation du pays d’un autre peuple ne s’évanouiront pas, quoique que puissent dire ses supporters.

    Ou Lieberman veut-il se débarrasser de Abbas dans l’espoir que le Hamas se saisira de la Cisjordanie et y établira un "régime terroriste" ? Une attaque contre l’Iran ne pourrait-elle pas offrir une nouvelle occasion de chasser le peuple palestinien de ce qui reste de la Palestine ? Quand un soi-disant nouvel historien traite les Palestiniens de "barbares", que des politiciens israéliens disent qu’ils sont un"cancer" et que d’autres voudraient qu’ils soient transférés (nettoyage ethnique), on peut penser qu’une attaque contre l’Iran serait le "bon" moment pour mettre en oeuvre ce radical projet criminel.

    http://www.legrandsoir.info/israel-...

  • permalien K. :
  • permalien Rouzbeh :
    1er septembre 2012 @18h55   « »

    BHL : "Une intervention internationale contre Israël est un impératif historique !"

    ...
    New-York, le 2 mars 2013 : Il est partout ! C’est grâce à lui que l’insurrection palestinienne a forcé le black-out qui tentait de l’occulter, pour que le carnage puisse, encore une fois, se commettre à huis-clos.
    (…)
    Bernard Henri Lévy est devenu le catalyseur du printemps palestinien. Il y a gagné une immense sympathie, et les masses arabes ne jurent plus que par lui. On ne l’y appelle plus que « Li Chi ». Ce qui veut dire, dans la pronciation arabe « le Ché », puisque le " e" et le "é" sont prononcés "i" .
    Le fait d’être juif a rendu son engagement, contre sa propre communauté, encore plus déterminant. Interpellé par le CRIF, qui l’a traité de traître, Il lui a fait une réponse admirable : "Ce que j’ai fait pour les Palestiniens opprimés, je l’ai fait comme juif. Et comme tous les juifs du monde, j’étais indigné par les méthodes barbares de l’armée sioniste, contre des jeunes qui luttaient contre les chars à coups de pierre.
    (…)
    ...Bernard Henri Lévy s’est révélé être l’homme qui a changé l’Histoire. Celui qui a mis la philosophie en symbiose avec l’action, avec la résistance. Grâce à lui, et pour la première fois depuis 70 longues années d’atroce oppression, l’humanité toute entière découvre enfin, sous son véritable jour, la monstruosité indicible de cet Israël que des philosophes menteurs tentaient de faire passer pour une démocratie débonnaire. Grâce à lui, la souffrance des Palestiniens est enfin connue du monde entier.
    Quel homme ! Et quel philosophe !
    Djamaleddine BENCHENOUF

    http://www.legrandsoir.info/bhl-une...

  • permalien Rouzbeh :
    2 septembre 2012 @15h53   « »

    Le bulldozer était menacé

    Les Etats-Unis d’amerique ne transigent jamais en general sur le sort reserve a leurs citoyens a l’etranger. les defendre contre les actes de violence et contre les injustices fait partie des devoirs elementaires d’une grande puissance. et les exemples ne manquent pas de reactions energiques, parfois excessives, du gouvernement americain dans les situations ou des citoyens americains sont en difficulte. le verdict, scandaleux, de la justice israelienne n’a suscite aucune reaction de la part de l’administration de barack obama. questionne, un representant du departement d’etat s’est abstenu de faire de commentaires. la conclusion s’impose : pour l’administration americaine, rachel corrie est aussi « coupable » d’avoir ete la pour temoigner de l’enfer vecu par les palestiniens sous le joug de la « seule democratie » de la region. et puis, obama est en campagne electorale dans un pays ou le lobby israelien pese lourdement. il ne faut donc pas l’importuner avec les notions de justice et de verite. le bulldozer israelien doit toujours avoir raison meme si le monde entier l’a bien vu ecraser une jeune americaine pacifiste et absolument pas menaçante !

    http://www.legrandsoir.info/le-bull...

  • permalien Valdimir :
    6 septembre 2012 @22h03   « »
    Mon analyse de la situation

    1) Israël est imbattable militairement et puis même, en cas de risque pour son existence elle a des sous-marins avec des armes atomiques qui circulent dans les mers. Son armée est aujourd’hui spécialisée dans la lutte contre la guerre de harcèlement.

    2) Politiquement, ces relations internationales sont renforcées chaque années avec les acteurs clés du monde (les États-Unis, l’UE, la Chine, l’Inde...).

    3) Israël est littéralement devenu le centre de l’identité Juive et la diaspora est aujourd’hui derrière l’état plus que jamais depuis sa création et connaissant l’influence absolument incroyable des Juifs, ça fait peur (par exemple il n’y a que 16 milliardaires français pour + de 65 millions de personne contre 200 milliardaires juifs pour - de 15 millions de personne).

    4) Le postsionisme est mort, les Israéliens ont enterré l’idée de l’état binational et des groupes d’extrême droite sioniste laïque (oui oui, laïque !) comme Im Tirtzu montent en flèche.

    Qu’en pensez vous ?

  • permalien K. :
    8 septembre 2012 @17h42   « »

    Le chemin de croix des chrétiens en Israël

    La récente profanation de l’abbaye de Latroun a mis en lumière la situation des chrétiens en Terre sainte.

  • permalien dylan1973 :
    9 septembre 2012 @15h10   « »

    Projection de Vers où Israël ? débat avec Shlomo Sand, le 18 septembre 2012 au 3 luxembourg 67 rue Monsieur Le Prince, paris 6, à 20h30

    rejoignez-vous sur facebook évènement.

    https://www.facebook.com/events/494...

  • permalien Rouzbeh :
    9 septembre 2012 @16h35   « »

    Rachel Corrie – Israël ! Arrête ton Char

    (...)
    Pour rien au monde je voudrais vivre dans une société qui refuse un vrai dialogue avec le reste de la communauté internationale (voir les votes d’Israël à l’ONU, une honte) ; Pour rien au monde je voudrais habiter un endroit tout en sachant que peu avant moi d’autres familles Arabes installées sur cette terre étaient chassées sans ménagement ; pour rien au monde je voudrais vivre dans une « démocratie » qui de plus en plus devient un état religieux ; pour rien au monde je voudrais voir des chars détruire les maisons de mes voisins, pour rien au monde je voudrais vivre dans un état qui veut me convaincre que tout le monde me hait, qu’il est antisémite alors que C’EST FAUX !!!

    Quant à l’administration Américaine, l’administration Obama (qui m’a tant déçu), le pays de Rachel, elle se planque et lâchement nous dit que « la justice doit suivre… Et être entendue ».

    Quelle honte de s’affaler comme ça…

    Cet article est écrit à ta mémoire jolie et passionnée Rachel ; car, vu ton milieu social ; tu aurais pu très bien rester peinarde, tranquille dans ta banlieue chic, aller à l’université et avoir le mec de tes rêves à tes pieds, tu aurais pu… Etre égoïste ! Mais au lieu de cela tu as été de cette héroïne qui au prix de sa vie a fait que 8 ans plus tard des gens comme moi, d’autres nombreux de par le monde te salut, t’embrasse et ne t’oublierons pas.

    http://www.agoravox.fr/tribune-libr...

  • permalien K. :
    12 septembre 2012 @10h40   « »

    Le grand débat au sein de l’entité sioniste : faut-il être bête et méchant, bête et bête ou méchant et méchant ?

    3 competing tendencies in Israel’s ruling coalition : annexationists, status quo merchants & Bantustan two-staters | NYT http://nyti.ms/Q1zdMN

    https://twitter.com/DidiRemez/statu...

  • permalien Lou :
    14 septembre 2012 @00h20   « »

    Un État palestinien, enfin !

    Larissa Sansour

    Un État palestinien, c’est ce que vous pourrez enfin découvrir au 43 de la rue de Montmorency (jusqu’au 20 octobre).

  • permalien Rouzbeh :
    16 septembre 2012 @18h08   « »

    « Les prisonniers palestiniens concentrent la peine de tout un peuple »

    (...)

    Fadwa Barghouti. « C’est un grand honneur pour moi de revenir ici à la fête de l’Humanité alors que Salah Hamouri a été libéré. C’est aussi grâce à votre mobilisation et au peuple français connu pour ses valeurs humanistes et je vous en remercie. Ce combat pour la libération des prisonniers palestiniens est une cause nationale pour nous.

    Je vous rappel qu’il y a eu près de 750 000 personnes détenues en près de 40 ans. Toutes les familles palestiniennes ont été un jour touchées par ce problème. Mon époux, Marwann, est le drame de tout un peuple pas seulement d’un individu. Je veux que l’on continue à se mobiliser, je veux revenir ici un jour à la fête de l’Humanité avec mon mari libéré" .

    http://www.humanite.fr/debats/%C2%A...

  • permalien K. :
    21 septembre 2012 @14h25   « »

    "On 18 September 2012, the European Parliament Committee on International Trade (INTA) passed the Protocol on Conformity Assessment and Acceptance of Industrial Products (ACAA) by a slim margin."

    http://www.huffingtonpost.co.uk/mob...

  • permalien K. :
    25 septembre 2012 @18h16   « »

    Que se passe-t-il à Ramallah ?

    Abbas accused most of the PLO factions, especially Fatah, of "standing behind the demonstrations" which swept the West Bank recently...

  • permalien Rouzbeh :
    26 septembre 2012 @21h28   « »


    La LDJ dans le Marais à Paris (Meir Kahane)

    http://www.dailymotion.com/video/xt...

  • permalien Rouzbeh :
    1er octobre 2012 @20h29   « »

    Révélations sur les massacres de Sabra et Chatila
    http://www.youtube.com/watch?featur...

  • permalien K. :
    5 octobre 2012 @15h33   « »

    Leur programme scolaire et les Atlantistes les encouragent à être indécents.

    The documentary that should make every decent Israeli ashamed

    http://www.haaretz.com/weekend/twil...

0 | 100

Ajouter un commentaire