Le Monde diplomatique
Accueil du site > Défense en ligne > Laurent Fabius, le grand « facilitateur »

La France dans la guerre du Sahel

Laurent Fabius, le grand « facilitateur »

mardi 25 septembre 2012, par Philippe Leymarie

Le compte à rebours a commencé. La France tient son nouveau hochet d’intervention, dans un conflit à sa mesure, au sein de son ex-« pré-carré » africain – qui, du coup, le redevient – mais où elle n’apparaîtra pas en première ligne : grandeurs et servitude du « facilitateur », pour reprendre le mot du nouveau chef de guerre à la française, le terrible Laurent Fabius. Dans ce conflit, comme à propos de la Syrie, et avant celle-ci de la Libye, le ministre des affaires étrangères a tendance à chausser les basques de l’inénarrable Bernard-Henri Lévy. Quant à l’armée française, elle n’est donc pas vouée entièrement à la « betteravisation » qui la guette depuis la décision d’évacuer l’Afghanistan : il y a aura, avec cette équipée dans les sables sahéliens, un peu de grain à moudre, d’armes à manier et de crédits à consommer...

Après huit mois, l’actuel pouvoir malien a donc sauté le pas, acceptant de demander officiellement l’aide militaire des pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) et le feu vert du Conseil de sécurité des Nations unies pour la reconquête du nord du pays. Cette zone est actuellement dominée par les mouvements djihadistes d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et du Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), et par les indépendantistes touaregs d’Ansar Dine et du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA). Les plus radicaux rêvent d’en faire un « Sahelistan » – pour reprendre à nouveau l’une des fines trouvailles sémantiques de Laurent Fabius.

Frères ou étrangers

L’accord passé dimanche dernier entre le gouvernement malien et la CEDEAO – qui demande encore à être couché « au propre » – prévoit que :

- les cinq bataillons promis par la CEDEAO (3 300 hommes), constitués par des contingents nigérian, burkinabe et ivoirien, notamment, seront déployés « en appui de l’armée malienne, sur le terrain au nord », mais n’auront pas à assurer la sécurité au sud du pays ;
- ces troupes de pays-frères ne peuvent être considérées comme des « soldats étrangers », non-africains, dont la présence visible n’est toujours pas souhaitée ;
- le commandement et les services de cette force d’intervention seront basés à Bamako ou dans sa périphérie, par commodité pratique : la partie malienne a proposé l’usage de la base de Koulikoro (située à 60 km du centre) ;
- la sécurité de la Mission de la CEDEAO au Mali (MICEMA) sera assurée par une équipe mixte de 140 policiers et gendarmes ;
- le « matériel militaire aérien » sera fourni par le Nigeria (le poids lourd économique et militaire de la région), ainsi que par la France ou d’autres partenaires ;
- des techniciens et formateurs vont entraîner l’armée malienne aux opérations de déminage, d’enquête, etc. ;
- il faudra compter « près de deux mois » pour la mise en œuvre de cette force ouest-africaine… [1]

Grande inconnue

L’accord n’épilogue pas, évidemment, sur ce nouveau délai, dans une guerre qui se déclenche visiblement bien tard, les mouvements islamistes ayant eu tout le loisir d’occuper l’ensemble des positions stratégiques au nord du Mali. Pas plus que sur la réelle compétence des unités des armées ouest-africaines sur des guerres de désert, de « rezzous » à la tchadienne [2] Ni sur le niveau de motivation des troupes maliennes, qui reste une grande inconnue, et ne rassure pas forcément sur l’issue de ce conflit.

Ou encore sur le rôle de l’Algérie, qui avait chassé AQMI vers le Mali, et reste officiellement opposée à toute ingérence étrangère en Afrique, et encore plus chez ses voisins ommédiats : elle est « sur la corde raide », écrit par exemple le quotidien Les Dernières Nouvelles d’Algérie, d’autant plus qu’un groupe de cette nébuleuse intégriste, le MUJAO, détient encore des otages algériens et menace Alger d’attentats terroristes.

Dans les marécages

Côté français, l’équation n’est pas simple non plus : AQMI a promis, le 20 septembre dernier, qu’une « invasion » du Nord-Mali avec le soutien français « n’aura pas seulement pour conséquence la mort des otages (les quatre hommes enlevés à Arlit, au Niger), mais noiera la France toute entière dans les marécages de l’Azawad (la zone touareg du nord-Mali), ce qui aura pour conséquence pour elle et pour son peuple davantage de malheurs et de drames ».

Mais il y a également le danger de se faire traiter de « colonialiste » par une partie de l’opinion africaine, ce qui est encore moins agréable – en théorie – pour un gouvernement de gauche. Un danger auquel la France croit pouvoir échapper en prônant une action de « facilitateur » et non pas d’acteur, avec la difficulté qu’il y aura en outre à faire la part des deux rôles ; ou en promettant qu’il n’y aura pas de troupes « au sol », alors que – de notoriété publique – il y a déjà des unités de forces spéciales à l’œuvre en Mauritanie, au Burkina, au Niger – et cela depuis plusieurs mois, sous le nom d’opération « Sabre ».

Implication « par derrière »

Le soutien logistique – qui passera non seulement par le transport des troupes, mais aussi la fourniture d’armes, de renseignements, voire par un parapluie aérien de style offensif en cas de besoin – ne risque pas de passer inaperçu, de même que les transferts de troupes depuis les bases françaises de N’Djamena, Libreville ou Djibouti.

Reste que cette initiative de l’ancienne puissance coloniale française de leadership from behind (comme disaient les Américains à propos de leur implication « à distance » lors de l’opération de 2011 en Libye) pourra servir éventuellement de dérivatif politique : de quoi faire oublier la difficulté pour Paris à se faire les dents sur les conflits en Syrie et en Iran, ou même à convaincre l’opinion dans l’Hexagone d’ « avaler » les hausses d’impôts et les limitations du pacte budgétaire européen…

Notes

[1] Selon certains spécialistes, la fourchette serait plutôt entre 3 et 6 mois ...

[2] Mais sans les militaires tchadiens, justement, trop occupés chez eux. Les Sénégalais ont également décliné l’invitation ...

58 commentaires sur « Laurent Fabius, le grand “facilitateur” »

  • permalien
  • permalien Shanaa :
    25 septembre 2012 @20h56   « »

    Merci pour cet article trés clair, quoique un peu court, mais qui en dit long sur les tribulations d’une politique totalement irresponsable.
    Ceci est la suite logique de l’intervention libyenne ! A croire que les armes ont été semé exprés !
    Un despote est mort, vive le chaos !

  • permalien Kelymalazanavazimba :
    25 septembre 2012 @22h31   « »

    C’est un minimum que va faire la France. Elle est quand même à l’origine de ce désordre ; toutes les armes qu’elle avait déversées et disséminées dans cette région a pour conséquence la prise de pouvoir de ces individus moyenâgeux.

  • permalien Shanaa :
    25 septembre 2012 @23h11   « »

    Kelymalazanavazimba , ces types, moyen-âgeux ou pas, n’existaient pas il y a quelques années. Ils sont la conséquence d’une politique internationale de manipulations irresponsables !
    Il faut cesser de provoquer le chaos, dont est victime l’Irak depuis 2003 suite à l’intervention USA ! La Libye suit le même chemin depuis l’intervention de l’OTAN qui a couté 320 millions d’euros à la France, 3000 missiles "égarés", la destruction d’un pays et, probablement, la mort de milliers de civils dont le nombre a été sous-estimé, voire occulté !

  • permalien K. :
    26 septembre 2012 @00h40   « »

    Les Fabius ont une excuse : ils se sont tellement assis dessus que les traces de leur postérieur les ont rendu illisibles.

    En violation des "Principes de Maastricht" (page 151)

    Les Principes de Maastricht précisent que « [l]orsque le dommage résultant d’une violation alléguée a eu lieu sur le territoire d’un État autre que l’État dans lequel le comportement préjudiciable a eu lieu, tout État concerné doit offrir un recours aux victimes » (....).

    Le gouvernement ivoirien n’est pas le seul à avoir manqué à son obligation de garantir un recours effectif aux personnes dont les droits à la santé et au travail ont été bafoués par Trafigura en conséquence du déversement illégal de déchets dangereux par son mandataire Tommy à Abidjan. En effet, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Commission européenne n’ont pas offert aux victimes un véritable accès à une procédure qui aurait pu permettre d’obtenir un recours efficace. Ils n’ont pas non plus mis en œuvre de coopération internationale avec la Côte d’Ivoire et entre eux dans le but de garantir des recours efficaces
    aux victimes. ...

  • permalien Matthias Sauvergeat :
    26 septembre 2012 @05h26   « »

    Je pense que la population du nord Mali doit attendre d’être débarrassée de ces dingos d’islamistes à la noix...

  • permalien drone :
    26 septembre 2012 @11h01   « »

    On est bien dans la stratégie du chaos mise en oeuvre par les Etasuniens depuis le 11/09 : la balkanisation des états permet un meilleur contrôle de leurs ressources. C’est ce qui se passe en Lybie actuellement, pour contrôler la ressource pétrolière, c’est ce qu’ils tentent de faire en Syrie depuis 1an et demi, sans y parvenir, c’est ce qu’ils ont fait en Irak, qui est à ce jour, de fait, divisée en régions autonomes pour le plus grand profit des compagnies étrangères. Je ne vous parle pas du Soudan, oû il s’avère aujourd’hui que le sud est détenteur de toutes les ressources pétrolières etc...

  • permalien Frédéric Poncet :
    26 septembre 2012 @11h56   « »

    Kelymalazanavazimba a raison : le gouvernement Français n’essaye ici que de réparer les sottises commises en Libye par son prédécesseur -d’une stupidité diplomatique qu’il a lui-même implicitement reconnue en appelant Juppé au secours quand plus rien ne tenait.

    Que la méthode choisie soit la bonne ou non, c’est un autre débat. Mais que faire ? Dire "ce désordre, c’est la faute de la France" : c’est vrai ; et après ?

  • permalien Shanaa :
    26 septembre 2012 @13h51   « »

    Frédéric Poncet :" le gouvernement Français n’essaye ici que de réparer les sottises commises en Libye".

    Que de simplisme ! C’est bien plus machiavélique.
    Et de quel droit la France a commis des "sottises" dans un pays souverain ? En violation de la convention 1973 qui préconisait juste une "zone d’exclusion aérienne" !
    La terre des autres n’est pas un terrain de jeux, et leurs vies sont aussi précieuses que les autres !
    Le monde à besoin d’hommes politiques et de diplomates pas de rigolos !

  • permalien Shanaa :
    26 septembre 2012 @13h58   « »

    Matthias Sauvergeat, qui a créé, soutenu et armé "les dingos islamistes", comme vous dites ?
    Et vous croyez que ceux qui bombardent des populations civiles pour du pétrole sont moins dingos ?
    L’extrémisme de la politique internationale sécréte des extrémismes !
    Noam Chomsky n’hésite pas à employer le terme de "terrorisme des états", comme dans le le cas irakien ou des crimes de guerre ont été commis comme le rasage de la ville de Falloudja au phosphore, et des conséquences de l’uranium appauvri sur le génome des irakiens. Sans oublier l’impact sur la faune et la flore !

  • permalien arndebian :
    26 septembre 2012 @14h04   « »
    Une guerre humanitaire, une de plus ...

    Donc si les comptes sont bon,
    Après la Yougoslavie, la Somalie, l’afghanistan, le Soudan, l’Irak, la Libye, la Syrie, le peuple français va bientôt se trouver dans sa eième guerre humanitaire au Mali-Asawa toujours sans aucune sorte de consultation démocratique puisque les élites savent mieux que la "France d’en bas".

    La suivante sera quoi ? La défence de l’Antartique face aux pingouins extrémistes ?

    Que ne ferait-on pas pour oublier la crise financière et surtout pour assurer des capitaux illimités aux banques,et le jour ou elles ferons faillites, on enverra quoi, des ICBM au russes et chinois ?

  • permalien Shanaa :
    26 septembre 2012 @18h46   « »

    arndebian , ces micro puissances citées valent la peine d’être diabolisées et agrassées ; Faibles, riches en ressources, ayant un intérêt stratégique.(Chomsky).
    Les pingoins extrémistes sont idiots, manipulables et utiles. En revanche nul n’osera chercher des noises à Kim Jong Un !

  • permalien Matthias Sauvergeat :
    27 septembre 2012 @06h34   « »

    L’Idéal serait que les touaregs comprennent qu’il faut partir ou rendre les armes sans faire de problème.

    Comme il est écrit :

    "Il est égal que tu les avertisses ou que tu ne les avertisses pas : ils ne croient pas. Un voile épais leur couvre la vue et pour eux il y aura un grand châtiment" [...]

    Al Baqarah II 6-7

  • permalien ali2012 :
    27 septembre 2012 @16h34   « »

    Toutes ces guerres d’intervention de l’otan en Afghanistan, ... Lybie, ont pour but de piller les richesses naturelles de ces pays.
    Quand aux droits de l’homme, il (l’otan) n’a rien à cirer.
    Il suffit de se rappeler du soutien de tous nos présidents de France à certains dictateurs comme Moubarak, ben Ali, ..., les rois et princes de l’arabie, ...
    ... ils nous prennent vraiment pour des c...

  • permalien Shanaa :
    27 septembre 2012 @18h49   « »

    "de quoi faire oublier la difficulté pour Paris à se faire les dents sur les conflits en Syrie et en Iran, ou même à convaincre l’opinion dans l’Hexagone d’ « avaler » les hausses d’impôts et les limitations du pacte budgétaire européen…"

    En d’autres termes, la France régresse en renouant avec le colonialisme du siécle dernier ! Ou bien est -elle obligée de suivre la politique du chaos des USA, et accessoirement Israél !
    C’est à dire que ce sont les mêmes qui font des guerres unilatérales, prises à la légére, tuant essentiellement des civils, dans des pays musulmans, riches en ressources !
    Cette politique prédatrice a rendu la planéte invivable, pour le nord comme pour le sud !
    Quand vont cesser ces pillages massifs, ces exterminations de peuple entier (Incas, Tasmaniens, Aborigénes, Amérindiens, etc..), ces destructions massives de la faune, de la flore (espéces disparues), ces destructions des cultures, cette haine de la civilisation, du sacré ?
    Les peuples des états dits "démocratiques", devraient avoir leur mot à dire sur ces sujets qui les concernent tout autant que les opprimés ! C’est en leur nom qu’on lieu ces destructions massives !

  • permalien Shanaa :
    27 septembre 2012 @18h59   « »

    Autre aspect de la domination sans respect pour la vie :

    "Le déversement de résidus toxiques du cargo Probo Koala à Abidjan en août 2006 avait causé la mort de 17 personnes et près de 100.000 intoxications, selon la justice ivoirienne. La multinationale de courtage pétrolier et transport maritime Trafigura, affréteur du navire, a toujours nié qu’il ait provoqué décès et maladies graves.

    "Amnesty International et Greenpeace ont étudié « la succession tragique des défaillances à l’origine d’un désastre sanitaire, politique et environnemental », dans leur rapport de plus de 250 pages, rédigé après trois années d’enquête. Pour les deux ONG, le Royaume-Uni doit ouvrir une enquête pénale sur le rôle joué par Trafigura dans le déversement, étant donné que la branche du groupe basée dans le pays a pris « un grand nombre de décisions cruciales à l’origine du désastre."

    Dans un premier temps, les déchets, générés par le lavage à la soude caustique de gros volumes de pétrole non raffiné, ont été acheminés aux Pays-Bas mais Trafigura, estimant que le tarif demandé était trop élevé, a refusé qu’ils y soient traités et décidé de les expédier à Abidjan, sans traitement pour éliminer leur dangerosité, selon les deux ONG.

    "Amnesty International et Greenpeace dénoncent d’ailleurs le fait que les autorités néerlandaises ont laissé les déchets quitter le pays, en « grave violation de leurs obligations juridiques."
    - 20minutes.

  • permalien Matthias Sauvergeat :
    27 septembre 2012 @19h16   « »

    Il paraît qu’il y a 5000 putchistes au Nord Mali.

    Souhaitons qu’ils se "barrent" à l’arrivée des militaires...

    Pour les otages (s’ils ne sont pas déjà tués ?) les kidnappeurs prennent leurs responsabilités...

  • permalien damams :
    28 septembre 2012 @05h52   « »

    La Syrie se bat pour sa souverainete . Les islamistes ne sont pas tombes du ciel. Merci L Arabie Saoudite , Etats Unis et autres rapaces de matieres premieres. Sous Chirac, on entendait un autre son de cloche, Fabius aux commandes, c est comme pour l histoire du sang contamine, nous allons avoir de belles surprises. L islamisation radicale est tout simplement organise depuis l exterieur de ces pays.

    Diviser pour mieux regner. Irak , Lybie, Jordanie bientot avant d aller chercher L Iran....Les Russes et les Chinois ne se laisseront pas faire. La France ne doit pas oublier ses allies d autrefois. L echec est devant nous, nous ne sommes pas Americains, nous n avons pas les memes moyens et pas les memes politiques. C est un terrain tres dangereux que notre gouvernement Sarkozy et Hollande empruntent. Le plus grave est devant nous. Triste sera le futur.

  • permalien ali2012 :
    29 septembre 2012 @09h22   « »

    Bonjour Mathias,
    ce n’est pas qu’une bande mais plusieurs bandes de terroristes manipulés, entraînés, financés, ... par le qatar, l’arabie saoudite, les usa, ... et qui sont en train de créer le chaos en Syrie, où musulmans, chrétiens et juifs vivaient en paix.
    Regardez le chaos que connaîssent aujourd’hui l’Irak, la Libye, ... au nom de la démocratie à la sauce américaine.
    Hollande et Fabius ont fait une grosse erreur en suivant la politique étrangère américaine...

  • permalien Matthias Sauvergeat :
    29 septembre 2012 @18h19   « »

    En Irak, le désordre apparent est tout de même mieux que la dictature.

    C’est aussi cela la démocratie...

  • permalien Matthias Sauvergeat :
    29 septembre 2012 @18h22   « »

    Peut-être que nous dirons plus tard que les terroristes islamistes ont lutté pour la démocratie (comme les anarchistes français espagnols)...

  • permalien Shanaa :
    29 septembre 2012 @18h25   « »

    ali2012 :
    " Le chaos en Irak, en Libye et... au Soudan !
    On voit bien que le but, outre le pillage, c’est d’affaiblir, d’alimenter le divisionnisme et le partitionnisme propices au chaos.
    Quant aux groupes dont vous parlez, il est paradoxal que, d’un côté ils soient manipulés (libye), et que de l’autre ils soient "combattus" (Afghanistan) ; combattus aprés avoir été créés !!!
    Justement, avant l’invasion de l’Irak, il était question de le détruire afin de le ramener au moyen-àge, disaient les faiseurs de guerres !
    La région est en train de devenir explosive, une menace pour la paix. Cependant, il n’y a pas de personnalités, ou de front qui dénoncent haut et fort cette politique totalement irresponsable et sans précédent, vu la prolifération des moyens militaires, surtout nucléaires ! A croire, que dans les "démocraties" l’instinct de survie est en berne ! Pas de pacifistes, pas de grandes âmes, pas d’intellectuels d’envergure pour réagir, mobiliser, dénoncer !
    On se demande à quoi leur sert la "démocratie" si c’est pour être aussi statiques !

  • permalien Matthias Sauvergeat :
    29 septembre 2012 @18h26   « »

    Ce n’est pas une raison pour les laisser faire tout et n’importe quoi : c’est une lutte internationale (la révolution permanente de Trotsky).

    La raison aussi est une lutte pour la trouver...

  • permalien Matthias Sauvergeat :
    29 septembre 2012 @18h30   « »

    La Raison avec un grand R : "le cadavre à terre mais l’Idée est debout" (comme dirait Victor Hugo parlant de la Commune de Paris)...

  • permalien Matthias Sauvergeat :
    29 septembre 2012 @18h30   « »

    C’est triste à dire mais c’est comme ça...

  • permalien Shanaa :
    30 septembre 2012 @14h54   « »

    Matthias Sauvergat : (la révolution permanente de Trotsky)

    C’est sur que bien calé devant un ordinateur c’est facile de faire le révolutionnaire de salon !
    La "révolution" est un accés de fiévre violent qui accouche d’un autre pouvoir, parfois pire, parfois agrémenté de quelques améliorations ! Mais le fond du pouvoir (dominer) reste inchangé ! Orwell l’ a parfaitement démontré dans "Animal Farm".
    Il faut donc parler d’organisations politiques au pluriel ! Chaque culture à le droit inaliénable de choisir son mode de fonctionnement qui tient compte de son histoire, de ses valeurs, de son climat. Il est insensé de vouloir imposer l’uniformisation mondialiste !

  • permalien Matthias Sauvergeat :
    30 septembre 2012 @22h23   « »

    à Shanaa :

    Il faut souhaiter que l’Idée de démocratie soit debout au Moyen-Orient en ce moment : c’est cela la Révolution !..

  • permalien K. :
    2 octobre 2012 @08h12   « »

    http://m.washingtonpost.com/world/n...

    Pendant qu’ils jouent le beau rôle à travers des déclarations lénifiantes les yankees préparent en réalité leurs drones.

  • permalien Sakhra :
    2 octobre 2012 @09h11   « »

    Le jeu des yankees au Mali  :

    L’Algérie se retrouve depuis quelques mois coincée entre les fortes pressions de la France pour la pousser à régler la question malienne militairement et celles des Etats-Unis de la voir tenir le rôle de médiateur entre les groupes maliens en conflit. La récente visite à Alger du commandant en chef américain de l’Africom n’a rien de fortuit et ne s’arrête pas à « renforcer et à avoir des interactions avec les dirigeants algériens et continuer le dialogue et la coopération en vue de renforcer la sécurité dans la région ». Le général Carter F.Ham est bien venu pour rappeler à l’Algérie que les Etats-Unis n’encouragent pas une intervention militaire au Mali et qu’ils veulent que le conflit se règle d’une manière « politique et diplomatique » mais conformément à leur vision. Il est clair que les Américains refusent en premier de s’aligner -pour l’instant- sur la position de Paris qui veut absolument entraîner Alger dans une guerre inutile en l’amenant à intervenir militairement au Mali. C’était le rêve de la France sarkozienne et il semble même que l’appréciation de la situation malienne par le cabinet Hollande n’a pas trop changé depuis. Il est difficile que la France change de vision vis-à-vis d’une Afrique qu’elle a tendance à vouloir toujours commander.

    Bien que le jeu américain ressemble à celui français dans plusieurs régions du monde, il leur est quelque peu difficile de pénétrer l’Afrique alors que la France s’y trouve depuis fort longtemps. « Les USA n’ont pas la même compréhension de la situation au Mali », a avoué le commandant en chef de l’Africom. Ils auraient peut-être eu une autre approche s’ils avaient réussi à installer l’Africom dans un des pays africains. Cependant, même leur intention de pousser l’Algérie à jouer la médiation entre les groupes en faction au Mali a une durée de vie déterminée. Le général américain a prévenu que « nous sommes dans un processus d’identification des acteurs ». Les intérêts français et américains pourraient alors faire jonction à un moment où l’Algérie s’attendrait le moins.

    http://www.lequotidien-oran.com/ind...

  • permalien K. :
    2 octobre 2012 @20h15   « »

    Romandie.com

    WASHINGTON - Les autorités américaines ont engagé une réflexion sur de possibles bombardements de drones dans le nord du Mali contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), affirme mardi le Washington Post.

  • permalien dom cartooch :
    3 octobre 2012 @05h50   « »

    quelle merde ! vive les democrasssseurs !!!

  • permalien Shanaa :
    3 octobre 2012 @13h39   « »

    Lu dans le quotidien français "Humanité" :

    « ...Pourtant, les révélations du quotidien italien Corriere della Sera sont plus que troublantes.

    Le journal transalpin affirme en effet que la balle que Kadhafi a reçue dans la tête n’a pas été tirée par un jeune Libyen, membre des brigades révolutionnaires, mais par un agent des services de renseignements français  ! C’est ce qu’a dit Mahmoud Jibril, ancien premier ministre du gouvernement de transition et aujourd’hui président du conseil exécutif du Conseil national de transition (CNT), lors d’une interview à la chaîne égyptienne Dream. «  Sarkozy avait toutes les raisons d’essayer de faire taire le colonel Kadhafi le plus rapidement possible  », estime, sous couvert d’anonymat, un agent diplomatique en poste à Tripoli et cité par le Corriere.

    Le journal révèle de plus, en citant Rami Al Obeidi, ancien responsable des relations avec les agences de renseignements étrangères au nom du CNT, que Kadhafi a pu être localisé par les appels qu’il passait avec son téléphone Iridium et dont le numéro aurait été fourni aux services de l’Otan par Bachar Al Assad. Le président syrien aurait obtenu, en retour, «  de Paris, précise Al Obeidi, la promesse que soit limitée la pression internationale sur la Syrie pour arrêter la répression contre la population révoltée  ».
    - Humanité.

  • permalien Frédéric :
    4 octobre 2012 @10h58   « »

    Cette histoire de ’’téléphone satellite’’ repéré est du grand ’’n’importe quoi’’.

    Ainsi donc le service de sécurité de feu K. était plus incompétent que ceux des dealers qui ont des téléphones jetables ou du moins change de puces SIM régulièrement ?

    Au fait, on accuse l’OTAN et la France d’avoir ’’foutu le bordel’’ au Mali, mais il faut rappeler que les gus descendu de Libye pour ’’l’indépendance’’ du Nord Mali étaient employé par le Roi des Rois.

    Pour en retourner à l’affaire, attendre des mois avant de réagir à une telle menace contre un pays ’’ami’’ d’Afrique montre l’affaiblissement de la France.

    Dans les années 70/80, dès que les ’’rebelles’’ se seraient fait trop remuant, on aurait envoyé des Jaguar décimé leurs colonnes de 4x4 et une compagnie de para défendre la ville qu’ils voulaient conquérir.

    La, être obligé dans passer par toute les strates de la diplomatie mondiale (CEDEO, UA, ONU) avec les mois de perdu montre à quel point le ’’pré carré’’ n’est qu’un vague souvenir.

  • permalien Sakhra :
    4 octobre 2012 @12h54   « »

    Aminata Traoré - Le Mali : chronique d’une recolonisation programmée

    Face au rôle de pompier pyromane de la France dans la crise malienne, nous ne pouvons pas nous empêcher de penser à la loi N° 57-27 du 10 janvier 1957 créant une Organisation Commune des Régions Sahariennes (OCRS). Elle visait « l’expansion économique et la promotion sociale des zones sahariennes de la République française et à la gestion de laquelle participent l’Algérie, la Mauritanie, le Soudan (l’actuel Mali), le Niger et le Tchad ».

    http://www.legrigriinternational.co...

  • permalien Shanaa :
    4 octobre 2012 @12h55   « »

    Frédéric, personne n’accuse qui que ce soit ! C’est l’OTAN qui émet des inquiétudes :

    "La trace d’au moins 10 000 missiles sol-air a été perdue en Libye, a estimé un haut responsable militaire de l’OTAN, cité dimanche 2 octobre par le site internet de Der Spiegel.
    Selon l’hebdomadaire allemand, le président du Comité militaire qui regroupe les chefs d’état-major des pays de l’OTAN, l’amiral Giampaolo Di Paola, a tenu une réunion secrète avec des députés allemands lundi dernier, dans lequel il a exprimé les inquiétudes de l’Alliance atlantique

    "Plus de 10 000 missiles sol-air" qui représentent "une sérieuse menace pour l’aviation civile" pourraient sortir de Libye et se retrouver dans de mauvaises mains "du Kenya à Kunduz" (Afghanistan), leur a déclaré l’amiral, selon le magazine. Le président du Comité militaire de l’OTAN n’a pas donné de précisions sur le type et les capacités des missiles en question.

    Le chiffre évoqué par l’amiral Di Paola est deux fois supérieur à celui donné samedi à Benghazi par un responsable militaire du nouveau régime libyen, interrogé sur le risque que de telles armes susceptibles de servir à des attentats contre des avions civils tombent entre les mains d’Al-Qaïda."
    - Le Monde.2011.

  • permalien Ardennais Radical :
    4 octobre 2012 @22h33   « »

    @Matthias sauvergeat. Je ne suis pas certain que la démocratie, telle que nous la connaissons "par ici" en Europe, et en France en particulier, soit la panacée.

  • permalien Clavidus :
    4 octobre 2012 @22h57   « »

    Laurent Fabius, le grand FALSIFICATEUR. Content de constater que la rédaction de ce journal arrête de répéter les dires de la presse mainstream ( Le monde ; LCI ; Fr24 ;I tele .... ). Les Intégristes sont mauvais au Mali mais ils sont gentils en Syrie. La diplomatie française est au plus bas, téléguidé depuis Israël et USA . 17 Millions de Français on voté F H , c’est ça la démocratie. La lumière traverse lentement les esprits mais que c’est lent.

  • permalien Zanga :
    5 octobre 2012 @11h04   « »

    La situation au Nord du Mali est la conséquence directe du chaos crée en Libye par l’implementation de la résolution 1973 du Coneil de sécurité de l’ONU par les alliés de l’OTAN et leurs "partenaires" arabes contre l’avis de l’Union africaine. Contre toute logique, il revient maintenant aux Africains de payer les pots cassés et on se plait à dire que c’est un problème africain et ce sont les Africains qui doivent etre en première ligne pour le résoudre. Sahelistan ou pas, le problème au nord du Mali est crée par les membres de l’OTAN - organisation qui entend défendre les valeurs et le mode de vie de ses membres en s’immisçant dans tous les conflits. C’est incroyable comment cette organisation se refait une raison d’être en adoptant le discours néo-conservateur et sioniste américain contre les terroristes musulmans.

  • permalien Frédéric :
    5 octobre 2012 @11h19   « »
    Classe politique et militaire du Mali, grands responsables.

    Le fait est que l’État Malien à faillit à son rôle car les personnes à sa tête on fait du grand n’importe quoi.

    Il y a eu des révoltes dans le nord de ce pays tout les 2 ou 3 ans ces dernières décennies, et à chaque fois les traités ou accord avec Bamako sont resté lettre morte et le comportement consternant de la classe politique et des hauts gradés depuis le début de l’année est une véritable honte avec ce ’’coup d’état’’ ridicule.

    La Mauritanie qui n’est pas plus ’’riche’’ que le Mali fait elle ce qu’il faut avec ses propres moyens pour empêcher l’extension de ces ’’islamistes’’ par ’’ses’’ touaregs.

  • permalien medac :
    7 octobre 2012 @01h19   « »

    une seule question s v p : Ess ce que F Hollande et son parti Socialiste a une politique ou une stratégie pour l’afrique et le monde arabe , qui ne soit pas forcemment celle de Sarkosy et UMP ?
    de le réponse donnée on verra plus clair , merci

  • permalien medac :
    7 octobre 2012 @01h30   « »

    pour l’Algérie qui connait trés bien ce qu’est le terrorisme au sens propre du terme, est ce que le pouvoir civil de Boutéflika en a la meme connaissance, lui et son équipe qui n’ont pas vécu un seul jour en algérie lors de la terreur... une réponse peut éclairer nos lanternes svp.

  • permalien medac :
    7 octobre 2012 @01h36   « »

    la seule réponse pragmatique est celle des USA, identifier qui sont ces ansar eddine ,ce munjao et aqumi (elle est connue), tout en souhaitant une identification complète de ses relais politiques ou autres intelligences y compris les services francais, car le DRS algérien n’a pas les moyens de la DGSE francaise ni la CIA.
    espoir en attente ou réponse du berger à la bergère peu importe dans ce jeu de cache cache

  • permalien Shanaa :
    7 octobre 2012 @21h03   « »

    Medac, à mon humble avis, il n’y a plus de différence idéologique entre gauche et droite en France. C’est bonnet blanc et blanc bonnet comme disent les français ! En d’autres termes personne n’échappe au néo-libéralisme forcené et planétaire !
    La politique internationnale pour l’Afrique comme pour les pays arabes est suiveuse des USA. C’est pour cela que la France a intégré l’OTAN !

  • permalien Matthias Sauvergeat :
    7 octobre 2012 @21h07   « »

    à Ardennais Radical :

    Je ne suis pas sûr non plus que la démocratie que veulent imposer ces touaregs en soit une panacée aussi...

  • permalien Matthias Sauvergeat :
    7 octobre 2012 @21h09   « »

    C’est par le dialogue et la négociation que la situation peut évoluer positivement... ou négativement malheureusement...

  • permalien Sakhra :
    8 octobre 2012 @10h09   « »

    Le Mali, nouvelle victime désignée d’actives ingérences néocoloniales françaises

    La France fait la guerre ou paye. Or, qui paye commande.

    M. Ouattara fut reçu à l’Elysée le 26 juillet 2012. A la fin de l’entretien M. Hollande annonça que la France accordait à la Côte d’Ivoire l’effacement de sa dette publique envers l’Etat français, à savoir un montant de plus de trois milliards d’euros ! (11) Le richissime homme d’affaires Ouattara obtint pour son régime ce cadeau au titre de la procédure dite PPTE, pour « pays pauvre très endetté ». (12) Son régime n’a pas les moyens pour payer la dette souveraine ivoirienne envers la France mais à une ambition inébranlable pour envoyer des milliers de ses militaires, ses anciens rebelles, au Mali. Sous prétexte de lutter contre une rébellion et réunifier le Mali. De qui se moque-t-on ?

    Du contribuable français. Car c’est lui qui devra payer les générosités de M. Hollande et les aventures militaires de la FrançAfrique. Et il payera double. Trois milliards d’euros donnés en cadeau par F. Hollande à M. Ouattara, à la tête d’un régime tyrannique et archi corrompu, où les droits de l’homme sont piétinés tous les jours. L’aventure guerrière en perspective de M. Ouattara et de M. Compaoré, cotitulaires de la CEDEAO, sur le territoire du Mali, avec leurs soldatesques surtout avides de toucher des soldes exceptionnelles et des primes, sera payée par Paris.

    http://www.cameroonvoice.com/news/n...

    Le point de vue des Africains.

  • permalien Sakhra :
    8 octobre 2012 @10h35   « »

    Un autre point de vue d’une malienne .

    Aminata Traoré ......auteure de "l’Afrique mutilée".

    C’est quoi la "Démocratie" ??????????????

    http://www.youtube.com/watch?v=ow00...

  • permalien Shanaa :
    8 octobre 2012 @12h36   « »

    Dans un contexte de crise, le nerf de la guerre, ici néo coloniale, est l’argent, c’est à dire piller les ressources mais aussi faire régner la peur, y compris chez soi !
    Le spectre de "l’islamisme" sert à justifier ces interventions. Exactement de la même façon que le spectre d’une "menace nucléaire" iranienne est utilisé pour justifier une agression " préventive " sans se soucier de l’arsenal israélien dangereux pour les peuples de la région !
    Le précédent, vite oublié,était la présence des " armes de destruction massive" en Irak avant que l’armée américaine ne séme le chaos éternel dans ce pays.

  • permalien Shanaa :
    8 octobre 2012 @23h21   « »

    Les candidats américains parlent davatange de guerre que des
    problémes de leurs concitoyens :

    Le candidat républicain, qui promet de se montrer ferme face à l’Iran et la Syrie, a égratigné le bilan de la présidence Obama.

    « Je sais que les Américains se demandent si notre pays, avec son économie malade et sa dette massive après 11 ans de guerre, est toujours capable d’être le leader, a lancé Romney lundi, face à une mer de cadets en uniforme blanc. Je crois que si l’Amérique n’assume pas le leadership, d’autres le feront, qui ne partagent pas nos intérêts et nos valeurs… Et le monde deviendra plus sombre. »
    - Le Figaro

  • permalien Sakhra :
    11 octobre 2012 @14h18   « »

    Crise malienne : Washington et Paris même combat ?

    Les Etats-Unis semblent enfin clarifier leur position sur le Nord-Mali. Dans un entretien accordé au quotidien Le Monde, Philip Gordon, le secrétaire d’Etat adjoint américain chargé de l’Europe annonce le soutien de Washington à Paris en cas d’une éventuelle intervention militaire au Sahel pour y déloger les islamistes qui le contrôlent depuis plus de six mois maintenant.
    ....
    « Dans toutes les réunions, la France souligne l’importance du Sahel. A chaque fois, nous nous engageons à travailler avec elle », déclare Philip Gordon. Cette fois-ci, « Nous soutenons la France et si elle décide qu’il est nécessaire d’intervenir militairement, elle peut compter sur le soutien des Etats-Unis », s’engage le secrétaire d’Etat adjoint américain chargé de l’Europe.

    Guerre pour l’uranium ?

  • permalien K. :
    22 octobre 2012 @22h03   « »

    A French defense official said Monday that France plans to move two surveillance drones to western Africa from Afghanistan by year-end, though he did not provide details.

    Top-level American and French military leaders and diplomats, including U.S. assistant secretary of state for African affairs Johnnie Carson, began two days of talks in Paris on Monday on intelligence-gathering and security in Mali and the rest of the Sahel region, officials from both sides told the AP.

    http://www.washingtonpost.com/world...

  • permalien K. :
    7 novembre 2012 @22h07   « »

    La CEDEAO propos[ait] jusqu’à présent une force de seulement 3.300 soldats, recrutés dans les pays membres, comme composante militaire d’une vaste stratégie visant à prendre le contrôle d’un territoire qui est à peu près la taille de la France.

    "3.300 soldats, ce n’est pas sérieux ; en effet, c’est une plaisanterie, en particulier pour les 3.300 soldats qui viendront de la ceinture tropicale d’Afrique de l’ouest et qui seront engloutis par le désert où ils n’ont jamais été auparavant" [avait déclaré Peter Pham du Conseil de l’Atlantique, à Washington]

    http://www.ipsinternational.org/fr/...

    La CEDEAO réagit,

    "C’est un plan ambitieux, il faut prévoir un peu plus de 4 000 personnes en cas d’intervention militaire. (..)"

    http://www.lemonde.fr/afrique/artic...

  • permalien K. :
    7 novembre 2012 @22h12   « »

    Ansar dine Hier,

    Ansar Dine, l’un des groupes islamistes qui opèrent dans le nord du Mali, a appelé à un "dialogue politique" et s’est engagé à observer "un arrêt total des hostilités".

    Fabius aujourd’hui,

    Sur le #Mali : "nous sommes en phase, car les américains sont déterminés à lutter contre le terrorisme" #19hRuthElkrief

  • permalien K. :
    7 novembre 2012 @22h25   « »

    Ansar Dine “obligés” du régime algérien ?

    http://maliactu.net/mali-comment-al...

  • permalien Sakhra :
    7 novembre 2012 @22h56   « »

    Le complexe malien

    Pousser Ançar Eddine à prendre ses distances à l’égard des groupes djihadistes au nord du Mali et aller vers une négociation entre Maliens pour aboutir à une réconciliation couplée à des réformes politiques structurelles n’a rien d’une option déraisonnable. Mais à lire les réactions outragées dans certains médias maliens, on est rappelé à la réalité que le problème fondamental de ce pays est à Bamako. Là, on ne veut pas entendre parler de réforme ou de réconciliation et ceux qui ont perdu le nord et conduit le pays à la ruine institutionnelle comptent totalement sur une intervention occidentale pour faire oublier l’étendue de leur responsabilité.
    ..............

    IL Y A BIEN ENTENDU DANS CE REFUS DE DONNER UNE CHANCE A LA NEGOCIATION UN REFUS DE RECONNAITRE QUE LA CRISE AU NORD DU MALI EST LE RESULTAT D’UNE DEMARCHE INCONSEQUENTE ET A COURTE VUE DES POUVOIRS EN PLACE A BAMAKO. MAIS ON NE PEUT OCCULTER LE FAIT AUSSI QUE DES PUISSANCES EXTERNES NE SOIENT PAS INTERESSEES PAR UNE SOLUTION ET ENTENDENT TOUT FAIRE POUR QUE L’OPTION MILITAIRE PREVALE. L’ANCIEN MINISTRE MALIEN DES AFFAIRES ETRANGERES, SOUMEYLOU BOUBAY MAIGA, A RAPPELE UN DES ENJEUX LES MOINS MIS EN AVANT DANS CETTE CRISE. DES ENJEUX ECONOMIQUES IMPORTANTS POUR UNE ZONE SITUEE « ENTRE LES BASSINS ENERGETIQUES DE L’ALGERIE ET DU NIGERIA » ET A « L’EST, IL Y A LES GISEMENTS D’URANIUM, AU NORD DU NIGER, QUI CONSTITUENT 60% DE L’ENERGIE EN FRANCE, ET A L’OUEST LE BASSIN DE TAOUDENNI, LE SOUS-SOL LE PLUS GORGE D’EAU ». LE MALI N’A RIEN D’UNE AFFAIRE SIMPLE.

    http://www.lequotidien-oran.com/?ne...

  • permalien Sakhra :
    8 novembre 2012 @22h07   « »

    Une interview d’Aminata Traoré , qui reste valable /

    Aminata Dramane Traoré « Les dégâts de
    Sarkozy en Afrique sont incommensurables »

    http://www.foram-forum-mali.org/img...

    Avec Hollande et sa" bande" ce sera pire ....

  • permalien K. :
    8 janvier 2013 @23h32   « »

    Extraordinaire Thomas Boni Yayi, le président en exercice de l’Union africaine, qui déclarait en mai 2012...

    J’ai peur que ce qui se passe au Mali ne soit assimilé à ce qui se passe en Afghanistan, c’est-à-dire le terrorisme sous toutes ses formes. La criminalité, la circulation des armes lourdes, légères de toute sorte, la drogue, les stupéfiants, etc…

    ....et déclare aujourd’hui,

    L’OTAN devrait jouer un rôle [au Mali], et les forces africaines mèneraient les opérations comme cela a été fait par l’OTAN en Afghanistan

  • permalien E.R. :
    9 janvier 2013 @16h43   «

    Il ne manque pas d’air, l’innénarable Boni

Ajouter un commentaire