Le Monde diplomatique
Accueil du site > Nouvelles d’Orient > Le Liban dans la tourmente syrienne

Le Liban dans la tourmente syrienne

lundi 22 octobre 2012, par Alain Gresh

L’assassinat le vendredi 19 octobre de Wissam Al-Hassan, le chef de la branche du renseignement des Forces de sécurité intérieures (FSI), représente le plus grave attentat commis au Liban depuis 2008. Et un acte d’autant plus inquiétant qu’il pourrait contribuer à entraîner ce pays dans la guerre qui se déroule en Syrie. Les affrontements à Tripoli, dans le nord du Liban, ont fait plusieurs morts, tandis que des heurts avaient lieu aussi à Beyrouth après les funérailles.

La radicalisation de certains groupes sunnites extrémistes, qui ne reconnaissent pas l’autorité du chef de l’opposition Saad Hariri, est incontestable, notamment dans le nord du pays, radicalisation encouragée par la terrible répression en Syrie et par les relations existant entre les deux pays. On a pu voir, notamment lors des heurts qui ont suivi l’enterrement d’Al-Hassan à Beyrouth, un drapeau d’Al-Qaida brandi par des manifestants (voir le reportage réalisé par la BBC, « Beirut funeral for Wissam al-Hassan followed by clashes », 21 octobre 2012).

Qui est Wissam Al-Hasan ? Le site en anglais du quotidien Al-Akhbar, dresse un portrait intrigant de cet homme de l’ombre, proche de la famille Hariri (« Who Was Wissam Al-Hassan ? »). Il fut notamment un garde du corps de l’ancien premier ministre Rafik Hariri assassiné en 2005. Il aurait dû se trouver dans le convoi de Hariri — il était alors le chef de sa sécurité —, mais miraculeusement, il n’y était pas. La commission d’enquête des Nations unies a affirmé que « son alibi était faible et qu’il pouvait être considéré comme un suspect » : il prétendait avoir passé des examens à l’université la matinée de l’assassinat, mais avait donné, durant ce temps, vingt-quatre coups de téléphone. Pourtant, il ne fut jamais inquiété, les Nations unies renonçant à approfondir l’enquête. Saad, le fils de Rafik, lui, a gardé sa confiance et il a même été promu à la tête de la branche du renseignement des FSI.

Paradoxalement, Al-Hassan avait d’excellentes relations avec les services de renseignement syriens, jusqu’au début de l’insurrection dans ce pays. Quand Saad Hariri s’était réconcilié avec Bachar Al-Assad, l’absolvant de toute responsabilité dans l’assassinat de son père (« Liban : Hariri revient sur ses accusations envers la Syrie », Lefigaro.fr, 9 septembre 2010), Al-Hassan avait accompagné Saad à Damas et avait rencontré Bachar (As’ad AbuKhalil , « Car Bomb in Beirut : Wissam Al-Hassan », Al-Akhbar, 21 octobre).

Les FSI sont proches de l’opposition dirigée par Saad Hariri et hostiles au gouvernement de coalition entre le Hezbollah et le parti de Michel Aoun, soutenu plus ou moins par Walid Joumblatt (lire « Jours intranquilles à Beyrouth »). Elles ont très tôt bénéficié de l’aide des services de renseignement saoudiens et occidentaux.

Depuis le début de la révolte en Syrie, les FSI étaient souvent accusées d’aider les rebelles et Al-Hassan jouait un rôle clef en ce domaine. Ce qui explique les accusations dirigées contre le régime syrien, même si, comme le remarque As’ad Abu Khalil sur son blog — the Angry Arab —, le 20 octobre : « Les médias occidentaux n’évoqueront PAS cet autre angle de l’affaire : que le service de renseignement de Hassan était responsable de l’arrestation de nombreux espions et terroristes au service d’Israël au Liban. »

Al-Hassan avait aussi joué un rôle essentiel dans l’arrestation en août 2012 de l’ancien ministre Michel Samaha, un homme qui n’avait jamais caché ses relations avec Bachar, et qui aurait essayé de commettre des attentats au Liban pour le compte de Damas. Lors de l’enterrement, le président libanais Sleiman a fait un rapport entre l’assassinat et l’arrestation de Samaha, appelant à accélérer l’enquête sur ce dernier (« Hasan funeral takes place as thousands gather in Beirut », The Daily Star, 21 octobre).

Quoiqu’il en soit, l’implication des forces de l’opposition dirigées par Saad Hariri dans le soutien aux insurgés syriens est avérée. Comme l’écrit As’ad Abu Khalil dans l’article du 21 octobre cité plus haut : « Ce qui n’est pas dit, c’est que Saad Hariri – aussi incompétent et stupide qu’il soit – a joué avec le feu. Il a bêtement décidé de jouer le jeu du « changement de régime » (regime change) qui a entraîné l’humiliation des Etats-Unis en Irak et en Afghanistan. Assis sur son yacht en exil en Méditerranée, Hariri a peut-être été l’instigateur d’un jeu qui a finalement abouti à la mort d’un de ses principaux collaborateurs. »

Rappelons enfin que le Tribunal spécial pour le Liban a inculpé plusieurs personnes proches du Hezbollah dans l’assassinat de Rafic Hariri (lire « Du Liban à l’Irak, juger les criminels ? » et « Le Hezbollah et l’assassinat de Rafic Hariri »).

Quel avenir pour la Palestine ?

Université populaire, Samedi 10 novembre, 5/7, rue Basse des Carmes 75005 Paris — Métro : Maubert Mutualité / Bus : 63, 86, 87 — Inscription obligatoire.

Séance 1 (10h30-12h30) : histoire et actualité de Gaza, avec Jean-Pierre Filiu, professeur des universités à Sciences Po (Paris), auteur de Histoire de Gaza (Fayard, 2012).

Séance 2 (14h-16h) : l’économie de la Palestine : acheter la paix ?, avec Julien Salingue, doctorant en science politique à l’Université Paris 8, auteur de A la recherche de la Palestine : Au-delà du mirage d’Oslo (Editions du Cygne, 2011).

Séance 3 (16h-18h) : la Palestine, la CPI et le droit international, avec Géraud de la Pradelle, juriste international, professeur émérite à l’université Paris X-Nanterre.

103 commentaires sur « Le Liban dans la tourmente syrienne »

0 | 100

  • permalien K. :
    22 octobre 2012 @14h49   »

    La al-jadeed TV a fait un reportage sur le sit-in de partisans du 14 mars sur la place des martyrs. Le but est la démission de l’actuel gouvernement. La journaliste a demandé si ça ne les dérangeait pas qu’il y ait parmi eux des Syriens (arborant le drapeau de l’armée syrienne libre) réclamant la démission d’un gouvernement libanais. Le type a répondu que le Liban et la Syrie faisaient un.

    Sur les photos Google on ne voit que le drapeau libanais.

  • permalien K. :
    22 octobre 2012 @15h10   « »

    "among them right-wing Christians mixed with Salafi islamists"

    "..Many were chanting ... anti-Shiah slogans"

    http://www.abc.net.au/unleashed/432...

  • permalien Yasmina :
    22 octobre 2012 @16h22   « »

    L’assassinat le vendredi 19 octobre de Wissam Al-Hassan,

    La réponse de l’Entité au survol de Ayoub de son teritoire...

    la réaction du 14 mars( sous controle des Sio-Atlantistes) est tellement dans la démesure que je me pose la question si le déclenchement par un assasinat d’une guerre civile( à Dieu ne plaise) ne serait pas une des réponses.

  • permalien Nathan :
    22 octobre 2012 @17h52   « »

    Yasmina : 22 octobre @16h22

    L’assassinat le vendredi 19 octobre de Wissam Al-Hassan,

    La réponse de l’Entité au survol de Ayoub de son teritoire...

    Ayoub, chmayoub... Absolument n’importe quoi !!! Comme s’il n’y avait pas une longue tradition d’assassinats en tout genre, de révolutions de palais, de règlements de compte, de vendettas, de vengeances personnelles dans le monde arabe et notamment au Liban. Mais non, Yasmina, tout ça, c’est entre vous, les Arabes. ENTRE VOUS. Assumez, que diable !

  • permalien K. :
    22 octobre 2012 @18h04   « »

    A Beyrouth le calme est revenu pour l’instant mais la circulation en ville reste très en-deçà de ce qu’elle est habituellement.

    Ce matin circuler dans certains quartiers sunnites (Kasskass notamment) revenait à jouer à la roulette russe à cause des francs-tireurs qui ont fait leur apparition depuis hier nuit, quand ils ont commencé à viser le quartier chiite adjacent de Tayouneh/Chiyah.

    Jamais on n’a été aussi proche de la fitna.

  • permalien K. :
    22 octobre 2012 @18h22   « »

    Nidal : Apprends à identifier les drapeaux avec le Monde :

    http://seenthis.net/messages/93029

  • permalien George C. :
    22 octobre 2012 @18h32   « »

    @Nathan

    On sait très bien que ce qui se passe au Liban dépasse le cadre purement interne. Ce n’est pas "entre Arabes" comme vous l’affirmez avec une pointe de dédain, c’est plus complexe. Et le rôle déstabilisateur d’Israël, l’Etat qui occupe des terres dans l’impunité international, est amplement prouvé au Liban le long de l’histoire de la région, jusqu’à nos jours ..

  • permalien Protométèque :
    22 octobre 2012 @18h49   « »

    @ Nathan 22 octobre @17h52

    Comme s’il n’y avait pas une longue tradition d’assassinats en tout genre, de révolutions de palais, de règlements de compte, de vendettas, de vengeances personnelles dans le monde arabe et notamment au Liban. Mais non, Yasmina, tout ça, c’est entre vous, les Arabes. ENTRE VOUS. Assumez, que diable !

    Vous avez raison, Nathan, on ne prête qu’aux riches, n’est-ce pas ? Les Arabes sont habitués de s’entre-tuer, et les Libanais en particulier.

    Encore une fois, vous faites preuve d’un soupçon de racisme dans ce propos, je suis sûr que ne vous a pas échappé « l’essentialisation » de votre propos : « c’est ENTRE VOUS… » : quelle hargne !

    Si on ne prête qu’aux riches, il est clair qu’on ne peut pas ne pas regarder en direction de Damas dans cette histoire et pourtant, en l’état actuel des choses, on n’en sait rien : Bachar est un suspect, un suspect en tête de liste mais il n’est encore qu’un suspect (je ne parle bien entendu que de cet assassinat).

    Mais si on ne prête qu’aux riches, Nathan, on ne peut pas non plus ne pas se demander si le voisin du sud, souvent dans les mauvais coups n’y est pas pour quelque chose… Ce ne serait pas la première fois que ce ne serait pas seulement « entre vous » comme vous l’écrivez à Yasmina, avec un mépris certain…

  • permalien Sakhra :
    22 octobre 2012 @19h10   « »

    @ Yasmina, Aslama,

    Je partage votre hypthèse .je m’expliquerai plus tard .Juste vous dire qu’il y a un débat sur la situation au Liban sur la TV Almayadeen.

  • permalien Protométèque :
    22 octobre 2012 @19h47   « »

    @ K 22 octobre @18h04

    Votre description me rappelle mai 2008 : des rues désertes, une ambiance de veille de guerre civile, puis tout était rentré dans l’ordre, enfin c’est une façon de parler. Déjà Moustakbal avait joué avec le feu et s’était brûlé. Hariri était rentré dans sa tanière. Saad Hariri, comme le mentionne le lien de l’article qui renvoie au texte d’As’ad Abu Khalil, a peut-être bien commis une erreur de plus. Il faut dire que je partage pleinement le point de vue d’Abu Khalil à son sujet : il est d’une rare bêtise.

    Je ne connais que deux hommes politiques libanais qui soit pourvu d’un cerveau en état de marche (ça va en faire grincer plus d’un) : Nasrallah et Joumblatt. Joumblatt est un opportuniste, si le mot n’existait pas en politique, on aurait pu en forger un avec son nom. Quant à Nasrallah, si le résistant suscite ma sympathie, le confessionnalisme du Hezbollah me répugne. Evidemment j’exagère, il y en a d’autres, mais ces deux là sortent du lot.

    Même cause, même punition ? Si Moustakbal va trop loin, il est peu probable qu’Hezbollah se laisse faire, mais cette fois le contexte interne et régional a changé, c’est d’ailleurs ce qui doit faire croire à Siniora qu’il peut faire le fier à bras, lui qui embrassait Condoleeza Rice en 2006, alors que les bombes israéliennes meurtrissait le Liban… Espère-t-il que les troupes US viendront mettre leur grain de sel dans cette histoire ?

  • permalien K. :
    22 octobre 2012 @20h37   « »

    @ Protométèque,

    Je suis de votre avis, le contexte a changé : la situation en Syrie est considérée comme un gros atout par le 14 mars. Le meurtre de W. al Hassan leur a paru (leur parait toujours) la bonne occasion pour tenter un coup d’Etat (il y a eu une tentative- ratée- dimanche de s’emparer par force du "Sérail" -la Primature- lors de la manifestation "place des martyrs)

    Un élément est particulièrement à prendre en compte : le discours sectaire anti-chiites s’est banalisé au Liban (véhiculé même par al-jadeed TV, habituellement remarquable, qui a récemment offert une plate-forme pendant 2 heures- de fiel- au cheikh salafiste de Saida Kassir) ceci dans le contexte d’une visibilité de plus en plus manifeste des salafistes wahabites, parfois comme cul et chemise avec les "laics" du 14 mars, y compris chrétiens.

    Or c’est connu, un chiite ("rafidoun") "est pire qu’un juif" pour ces gars là.

    Si les francs-tireurs ne sont pas maîtrisés, le chemin vers la Syrie étant devenu trop périlleux pour eux, les chiites, que le hezbollah soit d’accord ou pas, vont s’engager dans des représailles (exactement ce qui est souhaité) et on aurait enfin la sanglante fitna tant désirée depuis 2006.

  • permalien Nathan :
    22 octobre 2012 @21h16   « »

    Protométèque : 22 octobre @18h49 «  »

    Encore une fois, vous faites preuve d’un soupçon de racisme dans ce propos, je suis sûr que ne vous a pas échappé « l’essentialisation » de votre propos : « c’est ENTRE VOUS… » : quelle hargne !

    Cette hargne, mon cher, est une réaction naturelle par rapport au réflexe consistant à accuser sempiternellement les Israéliens ou les Occidentaux pour tout ce qui va mal dans le monde arabe. Comprenez-vous à quel point cette attitude infantile vous dessert ?

    J’ai lu un article sur ce Wissam Al-Hassan. Il paraît que tout le monde au Liban l’avait prévenu qu’il s’exposait à être assassiné – notamment pour avoir arrêté l’ancien ministre pro-syrien de l’information - et qu’il avait déjà mis sa famille au vert.

    Tout le monde sait que le Liban est une pétaudière dont l’équilibre instable est perpétuellement négocié entre des factions prêtes à dégainer au moindre accroc… Ce pays illustre d’ailleurs admirablement l’impraticabilité d’une solution binationale en Palestine.

    Cela fait près de deux ans maintenant que les Syriens s’entretuent. Les deux camps en présence ont des partisans au Liban. Il est évident que l’assassinat de Wissam Al-Hassan est lié à la situation en Syrie. Mais non, il faut que Yasmina, cette illuminée qui a trop lu "Da Vinci Code", s’imagine que cet assassinat est un complot israélien.

    Cela montre aussi à quel point, elle et d’autres, méconnaissent complètement les Israéliens. D’abord, les Israéliens ne liquident que leurs ennemis directs. En quoi ce Wissam Al-Hassan était-il un ennemi direct ? En rien. Ensuite, le gouvernement israélien n’a strictement aucun intérêt à provoquer une guerre civile au Liban. Une guerre civile pour quoi faire ? Pour faire partir la FINUL et retrouver le hezbollah à la frontière ? Je ne vois pas l’intérêt. Pour intervenir une nouvelle fois au Liban ? Ils ont donné. Enfin, le prétexte invoqué par Yasmina, à savoir qu’Israël se serait livré à des représailles sur un ancien ministre libanais sunnite et pro-syrien parce une sorte d’ULM de fabrication iranienne et lancé par le hezbollah a pénétré en territoire israélien, est absolument grotesque.

  • permalien Rouzbeh :
    22 octobre 2012 @21h31   « »

    ….D’abord, les Israéliens ne liquident que leurs ennemis directs.

    Comme les scientifiques iraniens ?

  • permalien Nathan :
    22 octobre 2012 @21h47   « »

    Rouzbeh : 22 octobre @21h31

    Comme les scientifiques iraniens ?

    Ça me semble évident. Ce sont des ennemis directs. Pas un ex-ministre libanais qui de toute évidence, a fourré son nez là où il ne fallait pas.

    Un excellent éditorial écrit par un Libanais :

    http://www.nowlebanon.com/NewsArtic...

    Friday’s bomb blast was not a result of the Israeli-Arab conflict, a struggle for which we have put our lives on hold for over half a century. Historic precedent (one only has to look at the past 37 years to see which country is suspected of murdering the most Lebanese politicians) suggests it was a desperate attempt by a regime on its last legs to destabilize its neighbor and hit back at a skilled and loyal security chief. For was it not Hassan who exposed former minister Michel Samaha as one of Syria’s most important operatives, one who was allegedly planning to murder fellow Lebanese at the behest of his masters in Damascus ? There are no coincidences in the Middle East.

  • permalien X :
    22 octobre 2012 @22h30   « »

    Nathan :

    Ça me semble évident. Ce sont des [les scientifiques iraniens] ennemis directs.

    Les scientifiques iraniens travaillent au développement de l’industrie nucléaire civil iranienne et peut être militaire (ce qui n’a pas été prouvé pour l’instant).

    Par conséquent en utilisant la réciprocité les scientifiques israeliens qui travaillent pour l’indestrie nucléaire (là on n’a plus besoins de preuve qu’elle est militaire) sont des ennemis tout ceux qui travaillent dans les industries de l’armement, (recherche & développement et fabrication), les soldats et futurs soldats....les politiciens de droites et de centre, les colons, les extrémistes religieux.....

  • permalien Rachida :
    23 octobre 2012 @02h04   « »

    "Les scientifiques iraniens travaillent au développement de l’industrie nucléaire civil iranienne et peut être militaire (ce qui n’a pas été prouvé pour l’instant).

    Par conséquent en utilisant la réciprocité les scientifiques israeliens qui travaillent pour l’indestrie nucléaire (là on n’a plus besoins de preuve qu’elle est militaire) sont des ennemis tout ceux qui travaillent dans les industries de l’armement, (recherche & développement et fabrication), les soldats et futurs soldats....les politiciens de droites et de centre, les colons, les extrémistes religieux....."

    Ben oui, comme les gens dans les bus, les restos, les marchés, les discothèques.

    Concernant les soldats et futurs soldats (les enfants) et leurs mères le cher "savant" Qaradawi a déjà émis une fatwa au sujet.

    Ca doit être aussi pour ça que l’UOIF l’avait invité pour leur convention au Bourget, inviter enfin un vrai "savant", ça doit être aussi pour ça qu’il est interdit de séjour en France.

  • permalien Zulfikar Al-Ansari :
    23 octobre 2012 @03h34   « »
    Dans l’attentisme de l’après-attentat de Wissam Al-Hassan (1/2)

    Bonne nuit à tous,

    Un excellent article du rédacteur en chef du quotidien libanais Al-Akhbar, Ibrahim Al-Amin, "C’est vrai, il n’y aura pas de retour en arrière" - reprenant implicitiment un ancien slogan de Saad Hariri - analyse les premières conséquences de l’attentat qui a coûté la vie à Wissam Al-Hassan.

    Al-Amin soutient que la coalition du 14 mars menée par Saad Hariri va tenter de capitaliser l’assassinat en termes de postes gouvernementaux. Or, Al-Amin montre combien les calculs des politiciens du 14 mars sont devenus stupides dans la mesure où ils ne veulent pas voir que la situation locale libanaise dépend d’un "deal" régional entre les puissances régionales et les grandes puissances. Exiger la démission du gouvernement de Najib Miqati est une autre marque d’ignorance de leur part.

    Extrait :

    Comme si ils [la coalition du 14 mars] ne savent pas ce que le gouvernement du Premier ministre Najib Mikati n’aurait jamais été pu voir le jour sans l’aval des Etats-Unis, et que lui-même Mikati n’aurait pas accepté sa mission sans le soutien explicite de l’Occident et de la non-objection de la part des pays arabes . Aujourd’hui, même si sur un plan personnel, il est prêt à démissionner, il ne prendra pas une telle décision que si ces mêmes parties occidentales et arabes venaient à décider de son départ. Ce qui n’a pas été le cas jusqu’ici.

    A mon humble avis, il me paraît difficile qu’une démission de Miqati soit à l’ordre du jour avant les élections présidentielles américaines. Walid Jumblatt, l’homme qui a donné la majorité à la coalition du 8 mars (Hezbollah, Amal, Courant patriotique de Michel Aoun et Marada de Frangieh) au détriment du 14 mars en changeant d’alliance en janvier 2011, a lui même déclaré qu’après Mikat...il y a Mikati !

    Or Mikati, comme l’a bien souligné le très perspicace Nidal sur son blog, joue également son avenir politique en voulant paraître comme le nouveau leader sunnite en damant le pion à Saad Hariri en faisant cette déclaration stupéfiante : "ma confession a été visée".

    Mais, il se trouve que l’attentat a eu lieu à Achrafieh, quartier à forte majorité chrétienne, et que les victimes de l’attentat étaient dans leur très grande majorité chrétienne à l’exception sans doute de Wissam Al-Hassan et son chauffeur Ahmad Al-Sahyouni. Cet attentat est avant tout politique. Si les drapeaux d’Al Qaeda ont été brandis durant les funérailles, c’est sans doute parce qu’Al-Hassan supervisait le trafic d’armes à destination de l’opposition armée syrienne dans le nord du Liban.

  • permalien Zulfikar Al-Ansari :
    23 octobre 2012 @03h37   « »
    Dans l’attentisme de l’après-attentat de Wissam Al-Hassan (2/2)

    Enfin, cet attentat s’est presque produit 3 mois jour pour jour après celui de Damas (18 juillet 2012) qui avait liquidé 4 des principaux chefs du renseignement syrien du régime d’Al-Assad - attentat qui suivait la nomination de Bandar Bin Sultan à la tête des services secrets d’Arabie Saoudite dont Al-Hassan était très proche. Un air de vengeance ?

    Cet attentat a eu lieu dans un contexte où quelques jours plus tot, le 15 octobre, Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française avait rapporté les propos du ministre des affaires étrangères russe Serguei Lavrov que voici "Assad ne quittera pas le pouvoir".

    Après 20 mois de conflit, la bataille décisive d’Alep scellera sans doute le sort de cette guerre où les rebelles syriens viennent de recevoir leur tout premier salaire financé par des "pays étrangers" selon le quotidien libanais Daily Star sans préciser lesquels. On peut penser qu’il s’agit principalement de l’Arabie Saoudite, du Qatar et des puissances occidentales dans une moindre mesure.

    A jouer aux apprentis sorciers dans cette région, l’Iran, les Russes et les Chinois ne pourront pas restés les bras croisés si le régime d’Al-Assad venait à être véritablement en danger : après la guerre en Libye, ces puissances ne peuvent plus tolérer une présence occidentale hégémonique au proche et moyen-orient d’autant que la Chine est en voie d’encerclement par les Américains.

    La solution doit être politique.

    Malheureusement, au moment où Lakhdar Brahimi , le médiateur international de l’ONU dans le cadre du conflit civil syrien - dont la nomination était pourtant issue d’un consensus entre les Occidentaux, la Russie et la Chine - rencontrait Bachar Al-Assad, un attentat à la voiture piégée à Damas faisait une dizaine de morts.

    Le timing des attentats est rarement le fruit du hasard ou le fait d’une coïncidence.

    Salutations à tous.

  • permalien CdQat :
    23 octobre 2012 @07h46   « »

    @Nathan

    les Israéliens ne liquident que leurs ennemis directs.

    Et ça vous satisfait ?!?!?
    Donc, il suffit d’être désigné comme un "ennemi direct" par Israël, et on peut être liquidé.
    Et comment sont désigné ces "ennemis directs" ?... Un tribunal ? Un jury populaire ? Non, inutile, qui de mieux qu’un bon militaire peut désigner un ennemi direct. C’est simple, tout palestos en est déjà un, plus les arabes de manière générale, puis les musulmans maintenant, puisque, c’est bien connu, musulman égal terroriste... Sans oublier les activistes qui critiquent Israël évidemment...
    Bien sûr cela vous parait parfaitement compatible d’un Etat de droit, condition fondamentale d’une démocratie.
    Décidemment, dès qu’on en vient à Israël, la morale est de suite plus élastique : ce qui serait une mutilation sur des gamins en toute autre circonstance y devient ici normal ; Tsahal qui se farci autant de civil que de militaire lors d’une opération, c’est tout à fait normal ; et les attentats dits "ciblés" sont parfaitement justifié
    Et le pire, c’est que c’est ce que j’écris qui vous choquera !!!

  • permalien BM :
    23 octobre 2012 @08h44   « »

    Bizarre, pas de rappel du rôle de la France dans la naissance du Liban en tant qu’état (i.e. en tant qu’état différent de la Syrie). Si la France n’avait pas cherché (dans les années 30) à créer un "état maronite" à sa botte, cela aurait peut-être enlevé une couche de "complexité" à "l’Orient compliqué"... Mais vu de Paris, il est tellement plus simple de blâmer Israël, Damas ou Washington plutôt que de se regarder honnêtement dans le miroir peu flatteur de l’Histoire...

  • permalien jcpres :
    23 octobre 2012 @09h50   « »

    C’est une région qui s’est toujours enflammé, à la moindre étincelle...

  • permalien Yvan :
    23 octobre 2012 @11h46   « »

    Selon Ziad Majed, politologue libanais :

    Attentat au Liban : "Un avertissement du régime Assad pour rappeler sa capacité de nuisance" - L’EXPRESS
    L’attentat qui a tué le général Wissam Al-Hassan porte de façon indéniable la signature du régime de Bachar el-Assad. Wissam Al-Hassan était l’homme qui enquêtait sur l’attentat contre le Premier ministre Rafic Hariri en 2005, mais aussi sur l’assassinat du journaliste Samir Kassir. C’est lui également qui avait arrêté Michel Samaha, proche de Damas ainsi que du patron de la sécurité syrienne, le général Ali Mamlouk, accusés d’avoir préparé des attentats au Liban, au mois d’août 2012.

    Si le chef du renseignement libanais se fait assassiner, par les gens qu’il a dans le collimateur, c’est qu’il était mal renseigné, quelque soient ses assassins... pire, c’est une faute professionnelle.

    Derrière cette faute professionnelle se pose la question de savoir, alors que le chef du renseignement est incapable d’assumer sa sécurité personnelle, qui se chargera de la sécurité des Libanais ?

  • permalien Protométèque :
    23 octobre 2012 @12h40   « »

    @ Nathan 1/3 : malgré vos explications, je ne vois pas bien pourquoi vous vous sentez personnellement agressé par ces « sempiternelles accusations », car, enfin, j’ose croire que vous n’êtes personnellement pour rien dans les affaires qui occupent nos échanges ? Vous n’êtes pas officier général dans quelque état major ? vous n’êtes pas ministre dans quelque gouvernement de la région ou d’une puissance en position de vous « ingérer » dans les affaires moyen-orientales ? En résumé, vous n’êtes pas personnellement comptable de ce qui se passe, en bien ou en mal, dans cette région ?

    J’ai raconté, dans un autre fil, que j’étais d’ascendance protestante, calviniste puis-je même préciser tant ce courant religieux compte de sectes, or le calvinisme était dominant dans l’Afrique du Sud de l’Apartheid et pourtant je ne me suis jamais senti obligé de trouver une quelconque excuse à cette doctrine, sous le prétexte que j’aurais dû ressentir une forme de solidarité avec mes coreligionnaires… Quelle logique aurait bien pu me pousser à défendre ce racisme ? Pourtant nous partageons une histoire de persécution, les Afrikaners comptent de nombreux huguenots d’origine et dans les Cévennes, il n’y a pas si longtemps, les guerres de religions françaises occupaient fortement l’imaginaire des parpaillots, j’ai été partiellement élevé dans ce souvenir. D’ailleurs, chaque année en septembre se tient dans les Cévennes un culte « du désert » souvent commémoratif de ces persécutions. Certes, les persécutions nazies contre les juifs ont atteint un sommet dans l’horreur que les protestants n’ont pas connu. Néanmoins, vous connaissez l’expression : chacun voit midi à sa porte

  • permalien Protométèque :
    23 octobre 2012 @12h42   « »

    @ Nathan 2/3 : l’humanisme, dont vous m’avez semblé vous réclamez, ne se vend pas au détail ! On ne peut pas être humaniste vis-à-vis du sort fait aux juifs et indulgent vis-à-vis des persécutions endurées par les Palestiniens parce que d’autres juifs en sont les auteurs. Je vous l’ai dit dans une conversation précédente, l’expression de votre judaïsme semble relever d’une forme de chauvinisme. En vous lisant je me souviens d’une remarque de Maalouf qui dans un de ses ouvrages, je crois qu’il s’agit des « identités meurtrières » sans en être certain, Maalouf qui donc s’afflige qu’au Liban la religion est un réflexe clanique plutôt qu’une démarche spirituelle.

    Car enfin, vous pouvez le nier autant que vous voudrez, mais vous aurez bien du mal à démontrer que la Syrie et le Liban ne sont pas le jeu de multiples « ingérences », quelles soient originaires d’Europe ou des Etats-Unis, de Russie ou d’Iran, du Qatar ou d’Arabie Saoudite, d’Israël ou d’Egypte… vous aurez du mal à démontrer qu’hier sur le terrain de la guerre civile libanaise, comme aujourd’hui sur celui de la guerre civile syrienne, tous ces pays précités ne se faisaient pas hier, comme ils se font aujourd’hui, une guerre par procuration.

    Alors il est certain que cela ne dédouane pas les Arabes , comme vous dites parfois avec un mépris qui discrédite votre discours. N’a-t-on pas les gouvernants qu’on mérite, n’est-ce pas ? Mais il n’est pas nécessaire de croire que les romans de Dan Brown seraient des reportages pour se rendre compte que les Arabes ne sont pas facilement maîtres de leur destin, que la période coloniale n’a pas encore été soldée, qu’Israël est un facteur de déstabilisation dans la région, que les ressources aquifères du Liban n’intéressent pas que les Libanais, que les ressources pétrolifères du Moyen Orient sont un enjeu mondial et que le Proche Orient n’est pas isolé de cette géostratégie, que les « Grandes Démocraties » ont de drôles d’alliés dans cette région, que si la politique russe semble bien cynique, la politique américaine semble bien hypocrite… et j’en passe !

  • permalien Protométèque :
    23 octobre 2012 @12h44   « »

    @ Nathan 3/3 : quant au général Al-Hassan, sans d’aucune façon justifier son assassinat, je crois qu’on peut dire qu’il est mort par où il a pêché. Il a voulu jouer dans le bassin des requins et il s’est fait dévorer par plus méchant que lui ou plus puissant. Il est fort probable qu’il ait été exécuté sur ordre de Damas, il était un acteur important de la militarisation de l’opposition aux Assad. Même si votre source « now lebanon » est un organe de presse aux mains des Hariri, il n’y est pas écrit que des bêtises. Pourtant l’extrait que vous avez relayé prêterait à sourire si ce drame n’avait pas entraîné la mort de nombreux innocents. « loyal security chief » ? loyal à qui ? à la famille Hariri, certainement ; au Liban ça reste sérieusement à démontrer…

    Ceci dit, je doute comme vous que l’épisode du drone hezbollahi soit à l’origine de cet attentat. Mais douter n’est pas assez. Al-Hassan avait en charge un des appareils sécuritaires libanais, celui dévoué aux Hariri, les FSI, il avait présidé au démantèlement et à l’arrestation de nombreux agents israéliens sur le territoire libanais ces dernières années. On ne peut pas exclure en l’état actuel de l’enquête, je regrette de vous le dire, on ne peut pas exclure donc que son assassinat soit un avertissement aux Hariri, justement, de ne pas se tromper de cible : la Syrie, oui, Israël pas touche ! Et puisque Tsahal ne semble pas en mesure d’éradiquer le Hezbollah, sauf à vitrifier le Liban, pourquoi ne pas laisser les sunnites libanais tenter de régler leur compte aux chiites, ces « rafidoun » comme nous le rappelle K.

    Encore une fois, pas besoin d’être un adapte de la théorie du complot pour savoir que ça complote pas mal dans la région et dans tous les camps.

  • permalien CdQat :
    23 octobre 2012 @13h35   « »

    @BM : 23 octobre @08h44
    Qui vous dit que nous ne regardons pas le rôle de la France (et de la GB aussi). On va même aller plus loin, tous les Etats, mais surtout toutes les frontières, du MO/PO ont été créés par les occidentaux, y compris Israël, et l’ensemble en fonction des uniques intérêts des puissance occidentales, donc en dépit du bon sens local, là encore, y compris pour ce qui concerne Israël.

    L’une des particularités d’Israël est que, aux yeux des arabes, cela reste le plus gros problème de la région.
    Une autre particularité est qu’Israël a été un acteur majeur des évènements libanais de ces quarante dernières années.

  • permalien Protométèque :
    23 octobre 2012 @14h38   « »

    @ K.

    Or donc, nous sommes d’accords et par ailleurs, pour rebondir sur mes propos à Nathan, il faut reconnaître que les récents évènements libanais arrangent aussi bien Israël que la Syrie.

    Israël trouverait son intérêt dans la sous-traitance du « problème Hezbollah » aux « sunnites claniques » libanais. S’il est peu probable que les milices sunnites puissent avoir le dessus sur le Hezbollah, une guerre larvée ou une bonne guerre entre eux ne fera aucun bien à la résistance, voire même ouvrira de nouvelles opportunités à Israël de se rapprocher à nouveau du Litani

    La Syrie des Assad trouverait son intérêt dans l’obligation faite à un Hezbollah acculé à s’impliquer dans le conflit syrien, en s’occupant de la « subversion » sunnite libanaise qui, à l’image d’Al-Hassan, est partie prenante au conflit syrien. Bien que de nombreux témoignages semblent indiquer que des membres du Hezbollah soient impliqués dans la répression syrienne, je n’en suis pas vraiment convaincu tant les sources manquent de crédibilités (autant d’organes de presse aux ordres de leurs propriétaires) et ce qui semble, plutôt, c’est qu’au grand dam des Assad, le Hezbollah ne se montrerait pas assez solidaire. Pousser les « sunnites claniques » à affronter le Hezbollah, c’est ouvrir un front sur les arrières de l’opposition syrienne, dont les Assad n’auront pas à s’occuper.

    Ce n’est pas la première fois qu’Israël et les Assad ont des intérêts immédiats communs, même si la finalité n’est pas la même : affaiblir le Hezbollah n’est pas dans l’intérêt des Assad, mais mieux leur vaut un Hezbollah affaibli mais impliqué, qu’un Hezbollah puissant mais passif.

    Ce qui en revanche me semble certain, c’est que rien de tout cela n’est à l’avantage des Libanais, mais qui s’en préoccupe ? bien peu le personnel politique libanais et certainement pas les officiels israéliens ni syriens !

  • permalien Yasmina :
    23 octobre 2012 @14h40   « »

    Protometeque

    Encore une fois, pas besoin d’être un adapte de la théorie du complot pour savoir que ça complote pas mal dans la région et dans tous les camps.

    avec Nathan c’est toujours comme ça : clouée au pilori. C’est peut être qu’il a compris que j’ai compris : Je vois l’histoire comme une continuité et une certaine logique depuis le premier Congres Sioniste de Bâle en 1897. Le hasard n’a pas sa place mais une volonté , une détermination pour concrétiser une idée, un projet et asseoir une domination.

    Au sujet de l’élimination de Wissan Al Hassan : d’accord avec vous. C’est peut etre la Syrie( et peut etre pas. Comme très souvent tout s’enchevêtre et comprendre les tenants et aboutissants n’est pas aisé).

    Wissam Al Hassan n’est pas net et même suspecté par les enquêteurs de l’ONU lors de l’attentat du 14/02/2005 qui a coûté la vie à Rafik Hariri et 22 autres personnes, sans compter les blessés. En tant que responsable de la sécurité de Rafik Hariri, il a failli à sa mission puisqu’il n’a pas empêché le meurtre de son patron. Ensuite il a géré pour le compte de Saad Hariri le dossier des faux- témoin lors de l’enquete. ( c’est lui qu’on voit sur une vidéo fuitée difusée par NewTV en réunion avecGerhard Lehman, l’assistant du procureur international, Saad Hariri et Zouhair Siddiq un des faux -témoins). A quelques mois de l’ouverture du procès Hariri à la Haye, la disparition de ce témoin gênant arrange bien de monde aussi.

    A propos ; il y a encore un faux témoin dans l’affaire Michel Samaha.

    A Nathan : je n’ai pas aimé "Da Vinci Code" ni les autres romans de Dan Brown . Trop ennuyeux. Je trouve l’histoire, la vraie, plus passionnante.

  • permalien K. :
    23 octobre 2012 @14h45   « »

    Saniora vient de refuser catégoriquement une proposition du président Michel Sleimane appelant à une table ronde entre toutes les parties.

    Le 14 mars prévoit donc encore quelque chose.

  • permalien K. :
    23 octobre 2012 @14h48   « »

    Des tirs viennent de partir de Kasskass visant une sortie du quartier de Chiyah. Il y aurait une personne touchée.

  • permalien Protométèque :
    23 octobre 2012 @15h13   « »

    Que de consternantes nouvelles, K. !

    Je sais bien d’expérience que quand il y a de mauvais coups à prendre pour le Liban, on peut toujours faire confiance aux politiques libanais pour précipiter les choses. Siniora, égal à lui-même, aux ordres de ses parrains wahhabites, vient ajouter un peu d’huile sur le feu en reprenant au compte d’Istakbal la rhétorique de l’opposition syrienne du CNS : pas de discussion, démission ! Assimilant Mikati à Assad. Avec de tels "responsables" le Liban n’a pas besoin d’ennemis...

    Ici, une information qui m’avait échappé concernant Al-Hassan et qui ouvre une nouvelle piste... le Hezb ?

  • permalien Byblos :
    23 octobre 2012 @16h42   « »

    @ Protométèque

    Merci pour votre lucidité, pour votre clarté.

  • permalien Protométèque :
    23 octobre 2012 @17h48   « »

    @ Jbeil :

    Afwan...

  • permalien Protométèque :
    23 octobre 2012 @17h50   « »

    @ Byblos

    ... mais s’il vous plaît, évitez de me faire rougir ;-)

  • permalien K. :
    23 octobre 2012 @18h27   « »

    @ Protométèque,

    Il faut quand même se méfier de aldiar, le journal de Charles Ayoub, ce dernier étant une sorte de Joumblatt du journalisme.

    Concernant la participation du hezbollah aux cotés du régime syrien, cela avait été catégoriquement nié par Nasrallah lors de son dernier discours.

    Voila ce qu’il a dit :

    il existe des villages syriens près de la frontière libanaise habités depuis des décennies exclusivement par des Libanais (info confirmée entre autres par le quotidien libanais anglophone pro-US "Daily Star"), dont des chiites, dont des chiites du Hezbollah. Ces villages sont à proximité de la région libanaise du Hermel, une zone, toujours d’après Nasrallah, d’une grande importance pour le hezbollah.

    Ces villages, d’après Nasrallah encore, sont attaqués régulièrement par l’armée syrienne libre (ASL) et constituent un avant-poste pour empêcher la pénétration dans le Hermel d’éléments de l’ASL, cette dernière ayant ouvertement déclaré le Hezbollah comme groupe ennemi (et refusé à un certain moment un appel du groupe libanais à des discussions directes).

    Le membre du Hezbollah qui est mort récemment l’a été, selon Nasrallah, en repoussant un assaut de l’ASL contre un des villages en question.

  • permalien K. :
    23 octobre 2012 @18h39   « »

    Autre chose : il est de notoriété publique que le Hezbollah enterre publiquement ses combattants (c’est ainsi qu’on avait pu faire le décompte exact du nombre de membres du Hezbollah morts dans la guerre des 33 jours).

    Pour des gens qui combattraient aux cotés des troupes de Assad, il est curieux qu’il n’y ait eu que le membre en question qui ait été enterré depuis le début des troubles en Syrie.

  • permalien Nathan :
    23 octobre 2012 @18h48   « »

    @ Protométèque : 23 octobre @12h40

    En effet, je ne suis pas ministre dans le gouvernement israélien ni officier dans l’Etat-major israélien et je n’ai pas de raison particulière de m’emporter si ce n’est que j’en ai assez des hypocrites. Il est clair que l’attentat contre le ministre libanais est lié à la situation en Syrie. Ce n’est pas la première fois que les Syriens et les Libanais pro-syriens commettent des attentats contre des personnalités libanaises et au Liban, les voix sont nombreuses pour désigner le clan Assad et ses affidés comme les responsables de l’attentat.

    Cela dit, je vois assez bien le "raisonnement" de type magique qui permet à Yasmina de voir la main des Israéliens dans cet attentat. D’abord, elle est clairement pro-Assad et pro-hezbollah. Comme K et d’autres, elle n’a pas versé la moindre larme sur le sort de la population syrienne (ces manifestations d’empathie sont exclusivement réservées aux Palestiniens). Bref, à ses yeux, ni le gouvernement syrien ni le hezbollah ne peuvent être raisonnablement soupçonnés. Que reste-t-il sinon Israël ? Reste à trouver un mobile. Ah oui, elle vient de se rappeler qu’il y a 15 jours, un drone lancé par le hezbollah a réussi à survoler le territoire israélien. C’est tout bon ça, elle tient le lien ! Quel est le rapport entre les deux événements ? Pourquoi les Israéliens assassineraient-ils un ministre libanais sunnite à cause d’un drone lancé par la milice chi’ite ? Comment les Israéliens auraient-ils pu préparer un attentat au cœur de Beyrouth en moins de 15 jours, un attentat qui, par ailleurs, ne correspond à aucun mode opératoire israélien ? Nul ne le sait mais la proximité temporelle des deux événements suffit largement à accréditer un lien pour un esprit illuminé soumis à la pensée magique.

  • permalien K. :
    23 octobre 2012 @18h53   « »
  • permalien Nathan :
    23 octobre 2012 @19h00   « »

    A propos du drone, un spécialiste a déclaré récemment :

    - Ce n’était pas le premier à survoler le territoire israélien

    - Ces drones sont primitifs. Ils ne sont pas armés et ne disposent pas de système de guidage sophistiqué

    - Les Israéliens n’attachent pas une importance excessive à ces objets volants inoffensifs, qui participent surtout de la guerre psychologique et servent la propagande de Nasrallah, qui a bien besoin de ça pour faire croire aux Libanais qu’il existe encore

    http://edition.cnn.com/2012/10/11/w...

  • permalien K. :
    23 octobre 2012 @19h05   « »

    Les musulmans sont des barbares et les hezbollah sont des rigolos.

    Vous ne pourriez pas aller faire dodo maintenant ?

  • permalien gloc :
    23 octobre 2012 @19h15   « »

    Le dénommé Nathan a tout de même trouvé le moyen de placer 15 fois le mot "israélien" (contre 3 fois à Protométèque).

    Se prétendre "dénommé Nathan" est vraiment une fatalité surtout quand personne ne répond vraiment à vos provocations.

    Triste destin !

  • permalien X :
    23 octobre 2012 @19h32   « »

    Nathan,

    Il y’a environ une semaine vous avez prétendu que les juifs israeleins ne sont pas plus raciste que les autres. Ce qui, comme l’indique le drame palestinien est faux.

    Comme s’il fallait un dessin voici qu’aujourd’hui même un sondage publié par Haartez donne la réponse claire et évidente : 69 % des juifs israeliens sont en faveur d’un régime d’apartheid en Israel.

    Pour les abonnées de Haaretz il y’a d’autres révélations sur la démocartie isarelienne. J’en suis certain ces chiffres ne tarderont pas à être reprises par d’autres.

  • permalien X :
    23 octobre 2012 @19h34   « »
    La majorité des juifs israeliens soutiennent le régime d’aparthied en Israel.
  • permalien Yasmina :
    23 octobre 2012 @19h38   « »

    Nathan vous êtes un maître en matière de tromperie.

    La Syrie fait face à une insurrection armée soutenue de l"étranger qui est venue se greffer sur une revendication pacifique des syriens. si le régime tient le coup et ne s’effondre pas comme prévue c’est qu’une grande partie de la population le soutient. Les médias nous trompent au sujet de la Syrie pays que je connais bien.
    D’autre part, je ne crois pas qu’Assad soit le seul à décider.

    Au sujet du Liban, c’est l’exploitation politique éhonté des politiciens Libanais( la liste des revendications des forces du 14 mars, ) avant meme de demander une enquete sérieuse et d’enterrer les défunts qui discrèdite la piste" Syrie".

    Et puis l’ennemie d’Israël c’est le Hezb : depuis le retrait de 2000, unilatéral, sans conditions Israël a tout fait pour détruire le Hezb : la 1559, l’attentat Rafik Hariri, la guerre de 33 jours, Nahr El Bared tentative repetée de fitna sunnite/chiite, des espions , des traitres , des agents à tous les coins de rues et dans tous les échellons de la société. Et vous nous dites que Israel n’a pas d’interet à tuer un chef des sercices de sécurité ? Qu’il n’a pas eu le temps de s’y préparer ? Mais vous insulter Israel ou quoi là ? Vous essayer de le faire passer pour ce qu’il n’est pas ?

  • permalien Yasmina :
    23 octobre 2012 @19h50   « »

    A propos du drone, un spécialiste a déclaré récemment :bla bla

    il a quand même traversé le territoire jusqu’à la centrale de Dimona. C’est un exploit à lui seul. "Le dôme d’acier" peut aller se rhabiller .

  • permalien Yvan :
    23 octobre 2012 @20h13   « »
    Le Fafa dans la tourmente syrienne
    Syrie : le gouvernement de Bachar El-Assad dénonce le rôle de la France dans le conflit - France / Syrie - RFI
    La Syrie accuse la France de soutenir les « terroristes » et d’entraver les efforts visant à arrêter les violences dans le pays. Un communiqué du ministère des Affaires étrangères à Damas en appelle à la communauté internationale pour évaluer le rôle de la France dans le conflit syrien.
    ... naaaan !
  • permalien Vitigis :
    23 octobre 2012 @20h35   « »
    Bernard Rougier

    Les citoyens européens ordinaires peu au fait des subtilités libanaises trouveront sans doute éclairant l’article intitulé Islamismes sunnites et Hezbollah, signé de
    Bernard Rougier, publié par le Monde diplomatique en janvier 2007. Il a l’air bien, cet auteur : il écrit ce que j’attendrais de M. Gresh.

  • permalien Orangerouge :
    23 octobre 2012 @20h59   « »

    est-ce que je peux enfin poster ?

  • permalien Orangerouge :
    23 octobre 2012 @21h07   « »

    Cela fait une bonne semaine que mes posts ne passaient plus ici.
    Un mail à notre hôte a peut-être débloqué la situation.

    Si un jour je n’apparais plus ici, vous saurez que ce n’est pas de mon fait, et que je garderai un souvenir affectueux de ceux que j’ai croisé ici pendant si longtemps.

  • permalien s=exp(j*pi) :
    23 octobre 2012 @21h16   « »

    @ Nathan // 23-10 / 19h00

    A propos du drone, ...

    ... Nasrallah a bien besoin de ça pour faire croire aux Libanais qu’il existe encore ...

    Franchement, Nathan, pourriez-vous nous en sortir une ou deux pareilles chaque jour ? Rigoler est excellent pour la santé et je m’en tiens encore les côtes.

    Pas besoin de drone, Nathan : les généraux israéliens et leurs ministres, eux, se souviennent d’une certaine campagne en 2006 qui fut loin d’être fraîche et joyeuse, malgré les moyens employés et les effectifs alignés côté israélien.

    On peut penser ce que l’on veut de Nasrallah, le "boxeur hezb" est resté debout jusqu’au gong devant son adversaire qui était d’un gabarit bien supérieur. Comme l’a écrit AVNERY, dans un tel cas on sait qui est vainqueur. Et les généraux israéliens et leurs ministres se demandent s’ils prendraient à nouveau une baffe en tentant aujourd’hui une percée vers le si convoité LITANI.

    Pour ces généraux et ces ministres, n’ayez crainte, Nathan, Nasrallah existe bel et bien. Vous pariez que ça alimente même leurs cauchemars ?

    Dans le cas contraire, l’armée israélienne serait sur le LITANI. Au moins ! ...

  • permalien Sarah :
    23 octobre 2012 @21h22   « »

    Si un jour je n’apparais plus ici, vous saurez que ce n’est pas de mon fait, et que je garderai un souvenir affectueux de ceux que j’ai croisé ici pendant si longtemps.

    Pourquoi vous ne pouvez plus poster ici,Orangerouge ???

    Vos posts sont toujours très intéressants et très informatifs.

    En tout cas,moi je les lis toujours avec plaisir.
    J’espère que le malentendu sera bientôt réglé.

    Cordialement.

  • permalien cana :
    23 octobre 2012 @21h40   « »

    d’abord merci à A.Gresh et à beaucoup d’intervenants dans ce blog qui proposent une autre analyse ( éclairée) de ce qui se passe dans cette tentative pour remettre du chaos au Liban.. Oui ça fait du bien de vous lire ( K. protométèque , Gloc , Yasmina et tous les autres)...
    Que peut-on penser" de cette phrase d’Obama lancé à Mitt à propos de la politique étrangère : Qu’il continue d’être dans l’optique des années 80" . Quest-ce qui a changé ? depuis 80 ?
    Serait-ce une nouvelle alliance ? yankee -Entité sioniste- Arabie S. Quatar-( il va falloir apprendre à aimer les - riches- arabes ). alliance non pas avec Qaîda- mais officiellement avec les monarchies du Golfe. c’est mieux qu’avec des dissidents à la noix comme Ben Laden.
    serait-ce ce nouvel empire du pétro dollar qui entre maintenant en scène bras dessus bras dessous avec uncle Sam et ses acolytes voués à occuper l’avant poste du progrès l’arme éternellement au poing, dans une vie continuellement paranoîaque.

    je ne suis pas hors sujet , car l’évènement qui vient d’arriver , est un crime ( l’assassinat par attentat de El Hassan) qui vient à la suite d’une série d’attentats qui nous montre d’abord la division de la structure de l’Etat ; ces crimes pourraient
    - faire éviter de faire une guerre ouverte entre les miliciens gouvernant - peut-être qu’ils la font comme ça ? en s’éliminant par assassinat
    - faire éviter de faire une guerre régionale entre par ex Syrie et Arabie S. et Qatar
    - faire éviter qu’il y ait une guerre mondiale : entre le bloc Syrie /Iran/Russie / Chine avec le bloc Yankee/ Entité s./ UE/ Arabie S. /Turquie - ?
    mais on peut penser aussi que l’affaiblissement du Hezb par une guerre civile au Liban servirait effectivemment à mettre en place la stratégie de la 2éme option guerrière.
    sans compter que les autres ( iran , Syrie Russie etc) ne sont pas dupes de ce jeu dangereux.
    peut-etre qu’on joue à la roulette russe et c’est le Liban( ce petit pays) qui serait facilement jouable -dangereusement- c’est grisant non ?

  • permalien cana :
    23 octobre 2012 @21h47   « »

    Orangerouge
    J’espère qu’on pourra vous relire

  • permalien Sakhra :
    23 octobre 2012 @22h26   « »

    Bonsoir à tous,

    Orangerouge ,vous nous avez manqué .. "marhaban".

    Yasmina :

    la réaction du 14 mars( sous controle des Sio-Atlantistes) est tellement dans la démesure que je me pose la question si le déclenchement par un assasinat d’une guerre civile( à Dieu ne plaise) ne serait pas une des réponses

    Entièrement d’accord avec vous . Et ceux qui ont programmé cet attentat avec une telle prècision, et qui étaient parfaitement renseignés sur Al Hassan( personne ne savait qu’il devait rentrer ce jour là rapporte la presse arabophone), un attentat qui a eu lieu dans le fief de Geagea , ceux-là ne pouvaient ignorer la réaction du 14 mars, réaction spontanée ou préméditée ....A voir comment l’accusation immédiatement portée contre la Syrie a fusé, on se demande si cette accusation n’était pas prête avant l’attentat ....

    Cette réaction attendue ou justifiée par cet attentat avait pour but de "neutraliser"le Hezbollah , de l’occuper dans une guerre civile et laisser la place à l’intervention sioniste...?

    Je viens de lire un excellent article de El Amin, Ibrahim sur Al Akhar en arabe, où après analyse ,énumère les auteurs que l’on peut suspecter concernant cet attentat ..Ces auteurs présumés sont limités , et Israel est en bonne place .Al Hassan avait été averti par des services de renseignements arabes, que l’entité sioniste n’avait pas apprécié la collaboration d’Al Hassan avec le Hezbollah dans le démantèlement des réseaux d’espionnage sionistes au Liban .

    En ce qui concerne la Syrie, il écarte carrément cette piste et il en donne les raisons ...Elles sont convaincantes .

    http://www.al-akhbar.com/node/170068

  • permalien Nathan :
    23 octobre 2012 @22h30   « »

    =exp(j*pi) : 23 octobre @21h16

    Pour ces généraux et ces ministres, n’ayez crainte, Nathan, Nasrallah existe bel et bien. Vous pariez que ça alimente même leurs cauchemars ?

    N’exagérons rien. L’un vit dans un bunker, les autres à l’air libre.

    Quant à l’ULM carburant au jus de chaussette, il aurait été repéré par la chasse bien avant d’entrer dans le territoire israélien, laquelle a attendu qu’il soit au dessus d’une zone inhabitée pour l’abattre.

    Mais bon, je vous laisse à vos illusions... Si ça peut regonfler votre plumage...

    Maintenant, la vraie question à se poser est : à quoi sert le hezbollah, à part servir de tête de pont iranienne au Liban et prendre tout un pays en otage en se livrant à des provocations ridicules vis-à-vis d’un Etat militairement plus fort ? Quelle est la contribution du hezbollah au développement du Liban depuis 2000 ? Pouvez-vous me citer quelques initiatives économiques et sociales proposées par ce mouvement ? Ça m’intéresse.

    Yasmina : 23 octobre @19h38

    Et puis l’ennemie d’Israël c’est le Hezb : depuis le retrait de 2000, unilatéral, sans conditions Israël a tout fait pour détruire le Hezb : la 1559, l’attentat Rafik Hariri, la guerre de 33 jours, Nahr El Bared tentative repetée de fitna sunnite/chiite, des espions , des traitres , des agents à tous les coins de rues et dans tous les échellons de la société.

    Israël n’est pour rien dans la résolution 1559 (laquelle demandait d’ailleurs à Israël de quitter définitivement et complètement le Liban) ; ni dans l’attentat contre Rafik Hariri (fomenté par le hezbollah) ; ni dans le soulèvement du camp de Nahr el Bared ni dans sa répression ; ni dans ce que vous appelez la fitna sunnite/chiite (ils se détestent depuis la nuit des temps). Quant à la guerre de 2006, elle n’aurait pas eu lieu si le hezbollah ne s’était pas livré à une provocation à la frontière sans prendre la peine de consulter les Libanais.

    Vous racontez n’importe quoi.

    Je ne cherche pas ici à défendre Israël mais à rétablir un minimum de vérité.

  • permalien Sakhra :
    23 octobre 2012 @22h50   « »

    Quand les traîtres libanais , qui ont servi dans l’armée sioniste contre leur peuple ; ayant demandé l’"asile " à l’entité sioniste, se retrouvent dans les manifestations contre le gouvernement libanais, et qu’ils affirment qu’ils sont prêts de nouveau à faire couler le sang ....

    Pierre Nemmour (?) K corrigera la transcription ..aux obsèques d’Al-Hassan ...parlant l’arabe avec un accent hébreu ...
    https://www.youtube.com/watch?featu...

  • permalien Zulfikar Al-Ansari :
    24 octobre 2012 @00h35   « »

    Israël n’est pour rien dans la résolution 1559 (laquelle demandait d’ailleurs à Israël de quitter définitivement et complètement le Liban)

    Israël et la résolution 1559 dans la bouche de Sylvan Shalom, ministre des affaires étrangères de l’Etat colon de 2003 à 2006 c’est-à-dire durant l’intervalle où la résolution fut votée.

    Extaits d’un article du journal Le Monde du 6 mars 2005, voici ce que déclarait alors Sylvan Shalom :

    "Les Syriens sont dangereux. Ils sont toujours mêlés aux attaques terroristes visant Israël d’une part et les Américains en Irak d’autre part", a déclaré M. Shalom à la radio publique avant son départ pour les Etats-Unis. "La Syrie fait tout pour ne pas appliquer la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui appelle à un retrait total de ses troupes du Liban (...) Le redéploiement est une simple mesure cosmétique. C’est inacceptable", a-t-il ajouté.

    [Mais de quoi je me mêle ! Allez appliquer la soixantaine de résolutions concernant le conflit israélo-arabe ]

    Puis d’ajouter :

    "Assad n’a pas dit un mot des hommes des services secrets syriens qui, sans uniformes, participent aussi à l’occupation du Liban", a encore dit M. Shalom. "Le Liban a le droit d’être libre, démocratique, souverain et indépendant. Cela serait le gage de meilleures relations entre le Liban et Israël, voire d’un traité de paix", a-t-il poursuivi. M. Shalom a indiqué qu’"Israël est prêt à un dialogue avec la Syrie et a engagé des contacts discrets à ce sujet". Il a cependant ajouté que "la Syrie ne peut pas parler de paix et soutenir en même temps le terrorisme, tout en couvrant et profitant du trafic de drogue au Liban".

    C’est bon Nathan, allez vous coucher maintenant

  • permalien X :
    24 octobre 2012 @01h11   « »

    Nathan :
    23 octobre @19h00 «  »
    A propos du drone, un spécialiste a déclaré récemment :

    Ce n’était pas le premier à survoler le territoire israélien

    Ces drones sont primitifs. Ils ne sont pas armés et ne disposent pas de système de guidage sophistiqué

    Les Israéliens n’attachent pas une importance excessive à ces objets volants inoffensifs, qui participent surtout de la guerre psychologique et servent la propagande de Nasrallah, qui a bien besoin de ça pour faire croire aux Libanais qu’il existe encore

    On peut se demander pourquoi les sionistes font dans leurs frocs.

    Si ce spécialiste a raison imaginez s’il se trompe..

  • permalien Deïr Yassin :
    24 octobre 2012 @01h58   « »

    Je ne suis pas abonnée à Haaretz non plus mais Noam Sheizaf a publié un article au sujet de l’étude mené par le Professeur Camil Fuchs. Il y a des chiffres incroyables.

    - 59% des Juifs israéliens souhaitent que le gouvernement donne des préférences aux Juifs (largement le cas, et dans toutes les domaines...)

    - plus de 40% voudraient que les logements et ls classes soient séparées (déjà le cas, même dans les villes dite ’mixte’, l’enseignement est séparée, avec 6 fois plus de moyens pour un écolier juif....)

    - 47% veulent que les Arabes - c-à-d les citoyens palestiniens - soient privés de leurs droits civiques, et soumis à l’Autorité Palestinienne.

    Sur le terme "Apartheid" :
    - 31% s’y opposent
    - 58% estiment que ce terme est adéquat (même pas honte...). Il faut peut-être mettre cela sur le compte des 70% des Juifs israéliens qui considèrent que les Juifs sont le Peuple Elu alors que 46% se considèrent aussi laïcs (publié dans Haaretz janvier 2012°

    Noam Sheizaf note d’ailleurs que puisque la hasbara clame que toute comparaison entre l’Apartheid et la situation dans La-Seule-Démocratie relève de l’antisémitisme, bien 58% des juifs israéliens sont donc antisémite. Celui-là il faut le garder précieusement :-)

    Si la Cisjordanie serait annexée, une grande majorité ne veulent pas donner le droit de vote aux Palestiniens, mais en effet, la majorité des Juifs israéliens ne veulent pas annexer la Cisjordanie. la situation actuelle leur convient tout à fait.

    http://972mag.com/poll-israelis-sup...

  • permalien nakba :
    24 octobre 2012 @04h14   « »

    Utiliser " le Liban" est incorrect, puisqu’il existe des " Liban" qui sont contraints de cohabiter.

  • permalien X :
    24 octobre 2012 @05h39   « »
    Plus sale raciste que ça tu meurs

    Des chiffres incroyables :

    - 74% des Juifs d’Israël souhaitent qu’Israéliens et Palestiniens empruntent des routes séparées en Cisjordanie occupée.

    - Il apparaît aussi que 69% de l’opinion juive d’Israël soutiendrait une loi interdisant aux quelque 2,5 millions de Palestiniens de Cisjordanie le droit de vote en Israël en cas d’annexion de cette région,

    - Enfin, en dehors de cette hypothèse, 47% des Juifs d’Israël se prononcent d’ores et déjà pour un transfert d’une partie de la population arabe d’Israël (1,3 million de personnes) vers les territoires contrôlés par l’Autorité palestinienne en Cisjordanie.

    Les résultats de ce sondage qui étonnent ceux qui ne connaissent pas ces gens sont maintenant repris dans de nombreux journaux et sites internet. Il suffit de regarder la composition de la Knesset pour s’en convaicre.

    Personne ne nous dira plus que les juifs israéliens ne sont pas plus racistes que les autres.

  • permalien Charivari :
    24 octobre 2012 @06h15   « »
    Combien coûte la tête d’Assad ?

    Le conflit dans cette région est devenu étonnamment rapidement une question de personnes.
    Les morts civils sont tellement anonymes à la fois dans leur identité et dans leur communautés, que seuls les morts célèbres comptent.
    D’où une nouvelle guerre d’assassinats visibles qui émerge de la guerre doublement anonyme.
    Le nœud de ces deux guerres est la tête d’Assad, à la fois dans ce qu’elle représente d’initiative de pouvoir, et dans ce qu’elle cache d’aides obscures et de tractations antérieures. À la fois dans ce que les alliés autant que les ennemis de Assad sont prêts à payer pour la conserver ou pour l’éliminer.

    Combien vaut la tête de Assad ? Voilà bien la valeur clé du conflit.

  • permalien K. :
    24 octobre 2012 @11h05   « »

    Ban-Ki Moon : le faible doit se laisser écraser pour que je puisse vanter un bilan onusien de "stabilité"

    http://www.haaretz.com/blogs/diplom...

    http://www.kuna.net.kw/ArticleDetai...

  • permalien K. :
    24 octobre 2012 @11h10   « »

    Nasrallah :

    Israel had violated Lebanese airspace 20,468 times since August 2006.

    Vingt mille quatre cent soixante huit fois en 6 ans.

  • permalien X :
    24 octobre 2012 @13h26   « »
    Sondage sur le judéofascisme

    Les résultats du ce sondage sur l’apartheid israélien est aussi repris par oumma.com avec en plus les illustrations parues dans l’article de Haaretz.

    http://oumma.com/14533/sondage-majo...

  • permalien Yasmina :
    24 octobre 2012 @13h51   « »

    Sakhra :

    Entièrement d’accord avec vous . Et ceux qui ont programmé cet attentat avec une telle prècision, et qui étaient parfaitement renseignés sur Al Hassan( personne ne savait qu’il devait rentrer ce jour là rapporte la presse arabophone), un attentat qui a eu lieu dans le fief de Geagea , ceux-là ne pouvaient ignorer la réaction du 14 mars, réaction spontanée ou préméditée ....A voir comment l’accusation immédiatement portée contre la Syrie a fusé, on se demande si cette accusation n’était pas prête avant l’attentat

    merci de votre lien vers Al akhbar . excellente analyse.

    Cet attentat est fait par de vrai pro. Ce qui a attiré mon attention c’est que les commanditaires sont sur que aucun derapage dangeureux ne sera permis comme la chute du gouvernement Mikati. Ce matin , toutes les infos confirment cela.

    Selon des informations rapportées par le quotidien AlAkhbar, un des faucons de l’opposition, le député Marwan Hamadé a reproché à son ami, l’ambassadeur de France au Liban, la position des Occidentaux. « Vous nous avez abandonné », a dit Hamadé lors d’un entretien téléphonique avec Patrice Paoli.

    Selon Hamadé, la position internationale envers le gouvernement de Mikati entrainera une « dépression au sein des forces du 14 mars ».

    http://www.almanar.com.lb/french/ad...

    Une autre analyse par RT , l’article est en arabe. Lire le dernier parapgraphe. invité hier sur la chaine pour donner son avis, Mark Brozonski pense que c’est la CIA qui gere cette guerre( qui ne dis pas son nom au M-O ) via les attentats par ci par là, avec professionnalisme. N’oublions pas que la CIA est dirigé par le General David Petraeus,( ancien général de l’armée américaine et commandant de l’ISAF en Afghanistan).

    هذا واعتبر الخبير في السياسة الخارجية الأمريكية وشؤون الشرق الأوسط مارك بروزونسكي في حديث لقناة "روسيا اليوم" من واشنطن ان الـ"CIA" هي من تدير الحرب في الشرق الاوسط عبر التفجيرات هنا وهناك، و"الامريكيون متدخلون في كل ما يحدث في المنطقة لكن بطريقة محنكة".

    http://arabic.rt.com/news_all_news/...
    ....

  • permalien Yasmina :
    24 octobre 2012 @13h55   « »

    Interrogée pour savoir si les Etats-Unis étaient favorables à un changement de gouvernement au Liban, la porte-parole du département d’Etat, Victoria Nuland a répondu que "le président Sleimane avait engagé des discussions avec tous les partis pour former un nouveau gouvernement (dirigé par Mikati) et nous soutenons ce processus".

    Nuland a ajouté que Washington ne voulait pas voir de "vide politique" au Liban.

    "Nous soutenons les efforts du président (libanais Michel) Sleimane et d’autres dirigeants responsables au Liban pour bâtir un gouvernement efficace et pour prendre les mesures qui s’imposent à la suite de l’attentat terroriste du 19 octobre", a-t-elle encore dit.

  • permalien K. :
    24 octobre 2012 @16h22   « »

    Nidal : L’édito du jour d’Ibrahim al-Amine est consternant.

    http://seenthis.net/messages/93365

  • permalien Protométèque :
    24 octobre 2012 @16h58   « »

    A la une du Monde.fr

    Que motive donc la mansuétude de ces grands amis de la puissance occupante du Golan pour le peuple syrien martyrisé ?

  • permalien Sakhra :
    24 octobre 2012 @18h29   « »

    K :

    Nidal : L’édito du jour d’Ibrahim al-Amine est consternant.

    Je ne vois pas en quoi, il est consternant . Al-Amine Ibrahim parle de la Syrie d’aujourd’hui et de la grande et dangereuse déliquescence de ses services de sécurité actuellement : et c’est ce qui le fait douter de la thèse "claironnée" partout, que c’est la Syrie qui est responsable .

    En tout état de cause, il y a une enquête en cours , qui seule, si elle est menée sans interférence extérieure( mais le FBI y est déjà) permettra de situer les auteurs de l’attentat .

    Sur Al Akhbar d’aujourd’hui Al-Amine Ibrahim rapporte quelques données concernant cette enquête .

  • permalien Sarah :
    24 octobre 2012 @21h10   « »

    @ Yasmina :

    La réponse de l’Entité au survol de Ayoub de son teritoire...

    Qu’en savez vous Yasmina ?Avez-vous des dons de voyance ?

    La dictature des Assad comme le régime d’apartheid israelien sont tous les deux capables de telles actions.Ils l’ont largement prouvé par le passé.

    Alors pourquoi éliminer tout de suite l’une des hypothèses ?

  • permalien K. :
    24 octobre 2012 @22h45   « »

    Un bon article de la (à mon avis) pro 14 mars Mouna Alémé.

  • permalien K. :
    24 octobre 2012 @23h37   « »

    Quand les MSM ne rapportent pas qui est l’auteur de crimes commis par les habitants d’un même pays c’est 9 fois sur 10 parce que ceux qui les ont perpétré sont ceux qui ont leur faveur et 1 fois sur 10 seulement parce qu’il est impossible de le savoir.

    C’est très manifeste dans les reportages sur les meurtres d’enfants dans la ville libanaise de Tripoli.

  • permalien Zulfikar Al-Ansari :
    25 octobre 2012 @01h08   « »
    Sur le drone Ayoub par Amin Hoteit et la question des frontières (1/2)

    Bonsoir à tous,

    Un article publié sur le site Mondialisation par le Dr Amin Hoteït, général (aujourd’hui en retraite), est consacré au drone Ayoub. Le général Hoteit représentait l’Etat libanais au sein la commission de l’ONU chargée de vérifier le retrait des Israéliens en l’an 2000 après 22 ans d’occupation. le général Hoteit fut à l’époque chargé de tracer ce qu’on appelle la ligne bleue, qui sépare la frontière libanaise du territoire israélien (Palestine occupée).

    Amin Hoteit analyse l’effet du drone Ayoub sur les Israéliens et critique le principe de souveraineté tel qu’il est défendu (sic) par la coalition du 14 mars.

    J’insère également un autre lien où il est question du général Hoteit et de la ligne bleue. Il s’agit de la frontière entre le Liban et le territoire israélien (Palestine occupée).

    Loin du bla bla et des bobards qui sont véhiculés par les médias du "mainstream", il faut savoir que cette frontière est née après la guerre de 1914-1918 (...) et est issue, comme la plupart des frontières du Proche-Orient, du démembrement de l’Empire ottoman. Elle ne correspond ni à une limite historique, ni à un obstacle naturel quelconque.

    Lire à ce propos l’article d’Henri Chamussy, La frontière méridionale du Liban. Histoire, géographie et géopolitique d’une frontière paradoxale

    C’est la frontière des paradoxes :

    Extraits :

    Cette frontière n’a pas été tracée par les deux États qu’elle sépare aujourd’hui, le Liban et Israël (la Palestine sous mandat britannique à l’époque), mais par un accord entre deux puissances européennes, la France et la Grande-Bretagne.Elle a été tracée avec rigueur, et matérialisée par 95 bornes et une quarantaine de bornes intercalaires.

    Ces bornes existaient dans les années 1960, et elles sont indiquées sur les feuilles au 1/20 000 produites par la Direction Géographique de l’Armée Libanaise (DGA.) à cette époque. Il est possible que, par suite des événements qui se sont succédé depuis, certaines de ces bornes aient disparu. Mais le tracé n’est pas, au moins pour l’instant, remis en cause par les deux États qui ont succédé aux puissances protectrices, et, en fait, ne l’a jamais été officiellement… C’est un premier paradoxe.

    Deuxième paradoxe : elle sépare deux États qui n’ont jamais entretenu de relations diplomatiques. Le Liban ne reconnaît pas l’existence de l’État hébreu : sur les cartes que l’on peut se procurer au Liban, cette frontière sépare le Liban de la Palestine.

  • permalien Zulfikar Al-Ansari :
    25 octobre 2012 @01h08   « »
    Sur le drone Ayoub par Amin Hoteit et la question des frontières (2/2)

    Troisième paradoxe : cette frontière, inscrite sur les cartes, a virtuellement disparu pendant 22 ans, du fait de l’occupation israélienne, c’est-à-dire depuis le début de l’« Opération Litani » jusqu’à l’évacuation de la « zone de sécurité » par Tsahal en 2000.

    Quatrième paradoxe : il s’agit d’une frontière « chaude », sans cesse conflictuelle. Elle crée un face à face entre deux armées : Tsahal et la milice du Hezbollah

    .

    En fait, avant la création de cette frontière poursuit Henri Chamussy :

    La notion de frontière était fort évanescente dans ce que l’on appelait au XIXe siècle la Syrie, ou bien le Levant, les termes de Proche et de Moyen-Orient étant apparus plus tard. Ce vaste ensemble, qui recouvrait ce qui est aujourd’hui la Syrie, le Liban, Israël et les territoires palestiniens occupés, la Jordanie, et même une partie de la Turquie (la Cilicie, le sandjak d’Alexandrette), faisait partie de l’Empire ottoman. Il n’était donc pas traversé de frontières d’États, mais comportait un certain nombre d’entités (wilayas, sandjaks, pachaliks…) dont l’autonomie — souvent floue — et les limites — également floues — variaient dans le temps et dans l’espace…

    .

    Alors lorsque les sionistes revendiquent leur Etat colon en invoquant le droit international [des Blancs, il faut le préciser], il s’agit du concept de frontière moderne, hérité du modèle westphalien, issu des traités de Westphalie (1648) puis développé sous la Révolution française qui a poussé le degré d’homogénéisation en supprimant tous les obstacles se dressant devant le territoire national qui devait être linéaire, unifié et précisément délimité.

    Ce concept était étranger à cette région du monde. Et prétendre qu’il y eu un Etat juif sous David ou Salomon au sens où on l’entend aujourd’hui est purement une escroquerie intellectuelle. Ouais, et même pas fichus de trouver ne serait-ce qu’une pierre du Temple de Salomon en 45 ans d’occupation d’Al-Quds, c’est dire...

    Salutations à tous.

  • permalien Zulfikar Al-Ansari :
    25 octobre 2012 @01h55   « »
    La France et la réforme du droit de véto au Conseil de sécurité

    Bonne nuit à tous,

    Ah oui, j’allais oublier que la France par la voix de son ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, propose de réformer le droit de véto au sein du Conseil de sécurité de l’ONU, préconisant que son usage soit réduit au seul cas où un état détenteur de ce droit était menacé d’une action hostile des instances internationales.

    Autrement dit, seuls les 5 détenteurs du droit de véto, seraient immunisés contre toute attaque par les pays membres des Nations-Unies.

    Ah ! c’est un petit mot pour notre ministre mais un pas géant pour l’impérialisme euro-américain !

    Evidemment, on pense tout de suite à la Syrie où une telle réforme donnerait automatiquement le feu vert à un tapis de bombes qui réduirait à néant l’Etat syrien et ses institutions.

    On aurait aimé une réforme qui prenne en compte l’Inde par exemple qui va devenir le pays le plus peuplé au monde ; on aurait aimé une réforme qui prenne en compte tout le continent africain ; on aurait aimé également entendre un mot pour l’Amérique latine qui devient une zone très dynamique et influente dans les affaires du monde ; on aurait aimé entendre une réforme qui prendrait en compte les aspirations du peuple palestinien qui attend depuis 65 ans dans la salle des pas perdus de l’ONU...

    Décidément, quand l’homme blanc n’est pas content de l’évolution du jeu, alors il en change les règles.

    A bientôt. Pause.

  • permalien Zulfikar Al-Ansari :
    25 octobre 2012 @01h59   « »

    Bonne nuit,

    L’article de René Naba sur la réforme du droit de véto :

    J’insère de nouveau le lien du billet précédent

  • permalien Yvan :
    25 octobre 2012 @07h31   « »
    Gaza dans la tourmente israélienne

    Ça y est, c’est officiel, pour Le Monde.fr avec AFP...

    Gaza : 4 combattants palestiniens tués et 6 blessés en Israël, amorce de trêve
    Des contacts étaient en cours en vue de rétablir une trêve entre les groupes armés palestiniens de Gaza et Israël après un nouveau cycle de violences qui a fait quatre morts palestiniens et deux blessés graves en Israël ces dernières 24 heures.
    (...)
    Depuis lundi matin, les frappes israéliennes sur Gaza ont fait sept morts et treize blessés palestiniens.

    ... Gaza est en Israël

  • permalien Yasmina :
    25 octobre 2012 @10h31   « »

    Sarah

    Qu’en savez vous Yasmina ?Avez-vous des dons de voyance ?

    La dictatur bla bla ....

    imiter Nathan ne vous sied pas du tout. Contentez vous d’être ce que vous êtes et apprenez à lire( ma phrase est au conditionnel et je n’assène pas de vérité absolue. Il faut vérifier soi- même avant de se faire une opinion)

    ...

  • permalien Search045 :
    25 octobre 2012 @12h47   « »

    Bonjour à tous
    est-il possible de commander quelques numéros de Manière de voir si on est hors-France ? merci.

  • permalien Maroun :
    25 octobre 2012 @13h28   « »

    je me demande pourquoi Mr. Gresh n’utilise dans ses analyses que les sources Libanaises pro-syriennes ??? comme "Al-Akhbar" par example. Tout le monde le sait que ce journal est fondé par Hezbollah et l’argent Iranienne, et que tout ses articles sont écrites par des journalistes pro-Hezbollah comme Ibrahim al Amin l’editeur du Journal.

  • permalien MR :
    25 octobre 2012 @16h28   « »

    Cité page 154 par David Hirst (journaliste britannique, un des meilleurs spécialistes du Proche-Orient) dans son livre "Une histoire du Liban" (éd. Perrin - 2010), l’article date de février 1982, et est intitulé "Stratégie pour Israël dans les années 1980". Oded Yinon est un ancien haut fonctionnaire du ministère des Affaires Étrangères et la revue Kivounim est un périodique de l’Organisation Sioniste Mondiale.

    "La désintégration totale du Liban en cinq gouvernements régionaux, localisés, constitue un précédent pour tout le monde arabe. [...] La dissolution de la Syrie, et plus tard de l’Irak, en districts par minorités ethniques et religieuses, suivant l’exemple du Liban, est l’objectif principal d’Israël à long terme sur le front de l’Est. L’affaiblissement militaire actuel de ces États est l’objectif à court terme. La Syrie se désintègrera en plusieurs États, selon la composition de sa structure ethnique et confessionnelle, [...] De sorte qu’il y aura un État chiite alaouite, que le district d’Alep deviendra un État sunnite, et celui de Damas un autre État (sunnite) hostile à celui du Nord. Les druzes -y compris ceux du Golan- formeront un État dans le Hauran et dans le nord de la Jordanie, [...] L’Irak, riche en pétrole mais très divisé et déchiré par les conflits internes, est assurément un terrain fertile pour réaliser les buts d’Israël. [...] Toute forme de confrontation interarabe [...] précipitera la réalisation du but suprême, à savoir le morcellement de l’Irak comme de la Syrie et du Liban. Il y aura trois États ou plus autour des trois villes principales -Bassora, Bagdad et Mossoul- tandis que les zones sunnites dans le Sud feront sécession avec le Nord sunnite, à prédominance kurde. [...] La péninsule arabe tout entière est un candidat naturel à la [dissolution] . [...] La politique d’Israël, en temps de guerre ou de paix, devra être d’amener à l’élimination de la Jordanie [...] ."

  • permalien Yvan :
    25 octobre 2012 @17h25   « »


    Les USA & C° et la technologie du boomerang...

    "Si la rébellion syrienne avait des missiles Stinger, cela pourrait inverser le rapport de force" | The Observers
    Selon Aymeric Elluin, directeur de la campagne "Armement et Impunité" d’Amnesty International contacté par FRANCE 24, si Washington ne souhaite pas que ces armes soient en circulation en Syrie, c’est par crainte de voir le scénario afghan s’y reproduire : "Dans les années 1980, les autorités américaines avaient fourni des Stinger à la résistance afghane qui lui ont permis d’infliger de lourdes pertes à l’aviation soviétique. Beaucoup de ces armes sont aujourd’hui entre les mains des Taliban et d’al-Qaïda. Craignant que ces missiles ne soient utilisés par des groupes terroristes contre l’aviation civile, les pays du G8 ont décidé lors du sommet de 2003 d’imposer des contrôles drastiques aux opérations de transfert de ce type d’armes".

    ... ils ont rebaptisé ça "stinger"

  • permalien Jean Pierre K :
    25 octobre 2012 @20h45   « »

    Permettez moi de relever quelques erreurs dans votre article ou plutôt la synthèse que vous faites de quelques articles parus en anglais. Sachant que je rapporte des informations provenant des témoignages passés à la télévision Future lors de la commémoration de l’assassinat et que l’on repasse tous les ans
    1- Wissam Al HASSAN était le chef de cabinet de Rafic HARIRI, éloigné du pouvoir entre septembre 2004 jusqu’à son décès le 14 février 2005. Donc il l’accompagnait dans ses déplacements. Il était militaire de carrière certes mais c’est Abou ARAB qui s’occupait de la sécurité rapprochée de l’ex-premier ministre.
    2- Abou ARAB a toujours eu le premier mot dans la protection rapprochée de Rafic HARIRI. C’est lui qui choisissait les parcours et trajects du convoi de feu HARIRI. Il est décédé dans l’attentat du 14 février.
    3- Wissam Al HASSAN était bien inscrit à la fac à des cours d’informatique ou autres sciences. Comme les enseignants connaissaient ses fonctions auprès de Mr HARIRI, on a dû avoir du mal à lui demander d’éteindre son téléphone. C’est d’ailleurs une des caractéristiques des libanais : leur indiscipline. Tout le monde sait que les téléphones n’arrêtent pas de sonner pendant les conférences des congrès internationaux qui se tiennent au Liban.
    4- Dans la politique libanaise, tout le monde parle avec tout le monde. Jamil Al SAYED a bien rendu visite à Rafic HARIRI la veille du 14 février 2005. ça n’en fait pas un ami du défunt.
    5- Wissam HASSAN a rendu visite à Damas en 2009 pour préparer la visite de Mr Saad HARIRI avant de l’y accompagner. C’était en décembre 2009 et non 2010.
    6- Saad HARIRI peut être jugé incompétent (c’est permis dans le jargon politique français) mais stupide ??

  • permalien s=exp(j*pi) :
    25 octobre 2012 @23h54   « »

    @ Nathan // 23-10 / 22h30

    Utilité du Hezbollah

    Ainsi donc, vous vous posez la question, Nathan ?

    Ah, oui : comme d’habitude, vous avez "coupé" une partie particulièrement dérangeante du post !

    Celle qui frappe juste et qui fait mal aux sionistes. Parce que c’est la vérité. Relisez jusqu’au bout, Nathan :

    Pour ces généraux et ces ministres, ... Nasrallah existe bel et bien. Vous pariez que ça alimente même leurs cauchemars ?

    Dans le cas contraire, l’armée israélienne serait sur le LITANI. Au moins ! ...

    Alors, vous avez compris, Nathan ? Le Hezbollah

    - a déjà foutu l’armée israélienne hors du LIBAN après 20 années de lutte,

    - a foutu à nouveau l’armée israélienne hors du LIBAN en 2006.

    Car, voyez-vous, Nathan, je n’imagine pas que vous soyez ridicule au point de soutenir que la "pression internationale" ait pu accomplir ce miracle du retrait de l’armée israélienne par quelque action (disons plutôt inaction) que ce soit, ni en 2000, ni en 2006. Et si vous tentiez la démonstration, il faudrait m’expliquer pourquoi ça aurait marché pour le LIBAN et pas pour le GOLAN et pas pour la CISJORDANIE, hein ?

    Et ça, voyez-vous, Nathan, c’est déjà bien utile pour les Libanais. Après tout, c’est la fonction première d’une armée ou d’une milice : protéger le territoire et les habitants de l’invasion par l’ennemi. Mais le Sud-Liban est encore plus important ...

    ... Tenir le LITANI est vital pour le LIBAN.

    Etes-vous en train de siroter un café ou de lamper votre tisane, Nathan ? Si vous habitez Bruxelles, vous devez savoir que la majorité de l’eau de distribution est fournie par la Wallonnie. Jusqu’à 3 m³/s pompés dans la Meuse, sans compter tous les captages d’eau souterraine. L’eau, c’est la vie, Nathan et j’ai souvent pensé que la guerre de 1967 pouvait fort bien avoir eu la flotte dans ses objectifs premiers. La flotte, càd surtout le JOURDAIN.

    Mais le JOURDAIN est d’un débit limité (débit moyen de l’année moyenne 15 m³/s) alors que le LITANI représente 25 m³/s ! Imaginez que l’armée israélienne puisse voler la flotte des Libanais comme elle vole celle des Palestiniens et du Golan ! Ca ferait des réserves pour les besoins futurs des sionistes. Quant aux autochtones, ils se contenteraient de ce que l’Etat d’Israël daignerait leur laisser, naturellement.

    Et ce ne sont pas les résolutions de l’ONU ou les regrets de nos ministres des Affaires Etrangères qui empêchent la conquête, c’est le Hezbollah. Je n’apprécie pas beaucoup, mais c’est ainsi. Osez soutenir le contraire !

  • permalien K. :
    26 octobre 2012 @00h28   « »

    Qu’ils (les sionistes) le (le Sud-Liban) prennent ! Combien de fois ne l’ai je pas entendu de la bouche des Libanais qui ont la faveur des Nathan.

  • permalien Zulfikar Al-Ansari :
    26 octobre 2012 @01h12   « »
    Walid Bey Jumblatt égal à lui même

    Bonne nuit à tous,

    Le spectacle de la scène politique libanaise est toujours aussi tragi-comique. Hier soir, Walid Jumblatt était l’invité de l’émission "Kalam An-Nass" présentée par le journaliste Marcel Ghanem sur la chaîne LBC.

    Pour Jumblatt, c’est la Syrie qui aurait assassiné Wissam Al-Hassan et regrette que Saad Hariri en ait fait le martyr des sunnites plutôt que le martyr du Liban.

    Ce à quoi Saad Hariri a répondu via son compte Twitter que c’est lui qui en aurait eu l’idée avec le président du Conseil actuel Najib Mikati et en ajoutant que la conception de la stabilité du Liban est de "rester dans l’alliance syro-iranienne" et en concluant par un "Félicitations Ô Bey"

    [Bey, était un titre de dignitaire du temps des Ottomans. Ce terme est encore courant de nos jours de sorte que Jumblatt est parfois interpellé sous le nom de Walid Bey. Un reliquat du féodalisme.]

    Jumblatt a révélé également que le roi d’Arabie est toujours en colère contre lui. Il a ajouté qu’il espère que l’Arabie Saoudite ne prendra d’initiative entraînant le pays vers l’inconnu . D’où l’explication de la réplique acerbe de Saad Hariri.

    Il ne croit pas à une attaque israélienne unilatérale contre l’Iran, ni à une intervention étrangère contre la Syrie. Il pense que le régime syrien est solide et qu’il en a encore pour longtemps.

    Pour les arabophones, les détails de cet interview sont sur le site du quotidien As-Safir

  • permalien Orangerouge :
    26 octobre 2012 @08h47   « »

    à K,

    j’ai beaucoup de mal à comprendre vraiment ce qui se passe au Liban.

    Je comprends bien qu’il y a la soif de pouvoir des politiciens qui les amène à attiser les divisions confessionnelles.

    Mais les gens doivent bien avoir un souvenir de la période de quasi-guerre civile au Liban ?
    Je suis mauvaise en histoire française, donc pas mieux en histoire du Liban ...

    Comment des éléments d’Al Quaïda sont-ils acceptés dans le paysage libanais ? Est-ce que ce sont des Libanais convaincus de la justesse de ce mouvement ? Est-ce que ce sont des gens (libanais ou non) formés à l’étranger ?

    J’aimerais aussi savoir comment vous analysez ce qui se passe en Syrie. Que serait-il décent de faire pour les syriens ?

    Prenez soin de vous.

  • permalien K. :
    26 octobre 2012 @10h54   « »

    @ Orangerouge,

    Je crois que ton incompréhension de la situation est inévitable vu la présentation tarabiscotée qu’en font les médias traditionnels français (les bons et les mauvais et cette nouveauté radicale sensée témoigner de la prise de conscience de la “complexité” de la région que sont les bons et les mauvais machins et autres trucs).

    1- La grosse majorité des Libanais, toute confessions confondues, vivent dans la hantise d’une nouvelle guerre civile et la rejettent sans concession. Mais quelques milliers suffisent pour mettre le pays à feu et à sang. Ces milliers eux-mêmes agissent pour la plupart pour des raisons financières.

    2- Les salafistes wahabites (il en existe qui ne le sont pas) sont libanais pour la plupart- Pour l’instant (si la situation venait à s’envenimer nul doute que l’on verrait alors rappliquer des salafistes étrangers)- Ils étaient jusqu’à un passé récent complètement marginalisés par leur propre communauté jusqu’à ce que le sioniste Feltman et le Saoud Bandar aient trouvé l’idée géniale de s’en faire des alliés de circonstance pour contrecarrer le Hezbollah, quitte à les voir se retourner contre eux un jour (voir histoire de l’Afghanistan ou encore au Liban même le "fatah al islam" biberonné dans un premier temps par les "laïcs" “civilisés” puis combattus par ces derniers quand il a menacé de s’"émanciper").

    3- Mais il parait que ces “modérés” s’en accommodent très bien d’autant plus que cette fois la situation syrienne est une trop belle occasion de se débarrasser une fois pour toute des “extrémistes” dont "l’aventurisme met en danger le pays des cèdres dont la force réside dans sa faiblesse..."-

    4- Joumblatt est en froid avec les Saoud (et donc leur homme sur place Hariri fils). Il y a deux versions : celle qui dit que c’est parce qu’il refuse de quitter le gouvernement Mikati versus la version contraire, il ne quittera le gouvernement Mikati que lorsque les Saoud l’auront à la bonne. Saniora lui a dit hier qu’il ferait tout lui ouvrir la porte des Saoud une fois qu’il aurait démissionné.

    Une chose : Hariri fils n’est pas stupide, Hariri fils est néantesque.

  • permalien K. :
    26 octobre 2012 @11h10   « »

    Une chose encore, je ne fais personnellement aucune confiance aux déclarations lénifiantes des yankees sur le Liban, adeptes autant que les Saoud sinon plus, du "double voire triple langage" (Pascal Menoret sur les Saoud).

  • permalien Orangerouge :
    26 octobre 2012 @11h22   « »

    Merci K

    Je rajoute quelques précisions à ton texte (que j’ai été chercher sur la toile), pour ceux qui sont comme moi et n’y connaissent rien :

    - Jeffrey Feltman est l’envoyé d’Hillary Clinton au Liban,

    - le prince Bandar Bin Sultan à la tête des services de renseignement saoudiens

  • permalien Orangerouge :
    26 octobre 2012 @11h23   « »

    Bandar Bin Sultan est à la tête des services de renseignement saoudiens

  • permalien Orangerouge :
    26 octobre 2012 @11h28   « »

    à K,

    Comment se manifeste, concrètement, le soutien de Feltman et de Bandar, aux salafistes wahabites ?

    C’est en souterrain ou c’est officiel ?

    Ce sont des financements ou des appuis politiques (ou les deux) ?

  • permalien K. :
    26 octobre 2012 @12h14   « »

    “Souterrain” évidemment. On est des civilisés que diable !

  • permalien Zulfikar Al-Ansari :
    26 octobre 2012 @12h47   « »
    La Syrie se renforce, le Liban s’affaiblit de Sami Kleib

    Bonjour à tous,

    Je vous insère le lien suivant : La Syrie se renforce, le Liban s’affaiblit traduit sur le site Mondialisation.

    Il s’agit d’un article de Sami Kleib, journaliste libanais et ancien présentateur d’Al-Jazeera qui avait démissionné pour protester contre l’orientation politique de cette dernière suite aux révoltes arabes.

    Son article est une bonne synthèse de la situation actuelle qui a abouti à l’assassinat de Wissam Al-Hassan.

    Bonne journée.

  • permalien cana :
    27 octobre 2012 @13h48   « »

    Il est vrai qu’il est difficile de repérer qui est derrière les attentas ciblés à Beyrouth .
    Pouvoir entendre la version de plusieurs sources , peut à la fois montrer quelques pistes et en même temps les compliquer.
    CAR au Liban il n’y a pas seulement un" ennemi direct" ( le Hezb pour l’entité sioniste pas ex). comme il a été dit par un adepte du simplisme de la pensée manipulatoire de la propagande ( le bon démocrate du sionisme opposé au "terroriste" islamiste et arriéré palestinien et hamas et hezb etc...)
    Les "ennemis" - au Liban- se mélangent , se composent ensemble et se décomposent . Les ennemis "internes" entretenus et aiguisés par la division politico-confessionnelle , se mélangent aux ennemis externes ( les syriens pour les uns et l’entité sioniste et leurs alliés US UE ( pour les autres , ou les 2 à la fois) . Une 3éme "Puissance " entre en jeu avec ses pétrodollars qui vient brouiller les pistes de l’axe purement yankee et col.
    La notion d’ennemi est plus complexe qu’on ne croit au Liban. Est-ce une chance ou malchance ? cette complexité montre que lorsqu’il n’y a pas un" ennemi direct" , l’ennemi est interne et externe et c’est la guerre civile, qui peut souvent faire l’économie d’autres guerres , régionales ou internationales. On pourrait dire que la localisation d’un "ennemi direct" protège d’une guerre civile interne. Il est possible que pour cette raison la paix n’est pas souhaitée dans l’entité sioniste.

    il y a toute une construction d’une possibilité de "l’ennemi direct" pour pouvoir mettre en route la machine guerrière. ( ex de la guerre d’’Irak et de sa raison fondée sur un mensonge : arme de destruction massive) . La question est : pourquoi a-t-on besoin d’une raison ? pour tuer à grande échelle.

    Au Liban durant toute son histoire de la 1ere guerre civile à maintenant , il y a eu toujours des hommes politiques assassinés . _ : Des gouvernants ou bien des personnalités politiques et intellectuelles.
    Le 1er dont je me rappelle était un député très populaire de Saîda Maarouf Saad ’du parti Baas . ce qui avait déclenché la 1ére guerre civile au Liban ( les années 1952) et l’appel à l’aide de l’ancien président criminel Camille Chamoun qui a introduit la flotte yankee au large du Liban et ainsi de suite. Aujourd’hui c’est Siniora le sinistre qui trône à Saida . A la place de Maarouf ?
    En écoutant hier soir sur une chaine libanaise ( OTV) les commentaire de Rafi Madayan - fils adoptif de Georges Hawi ( dont l’assassinat par attentat est passé bien discrètement )- on pouvait comprendre que ces assassinats avaient une seule cible : porter atteinte à toutes formes d’union civile et politique dans ce pays.

  • permalien Yvan :
    27 octobre 2012 @22h59   « »
    Violation de la trève de l’Aïd


    Au moins 23 morts dans de nouvelles attaques en Irak - IRAK - FRANCE 24
    Au deuxième jour de la fête musulmane de l’Aïd, de nouvelles attaques meurtrières ont visé la communauté chiite de Bagdad. Un premier bilan fait état d’au moins 23 morts et de 85 blessés, selon des responsables médicaux.

    ... en Irak

    ... même les chiites maintenant ! Mais où s’arrêtera le boucher de Damas ?

  • permalien Yvan :
    27 octobre 2012 @23h32   « »

    La “Romnographie” : Où se trouve le golfe Persique M. Romney ? | Mondialisation

    « La Syrie est le seul allié de l’Iran dans le monde arabe. C’est leur voie d’accès à la mer. C’est la route qu’ils empruntent pour armer le Hezbollah et le Liban, ce qui menace bien sûr notre allié, Israël. Et donc de voir la Syrie chasser Assad fait partie de nos priorités » (Mitt Romney, débat présidentiel 23 octobre 2012.)

    ... ça confirme le message précédent.

  • permalien Yasmina :
    29 octobre 2012 @16h31   « »

    La guerre des drones

    Le 11 octobre 2012 au soir sur la chaîne de télévision Al Manar, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah annonçait qu’« au nom de la résistance islamique libanaise » un drone de reconnaissance non armé avait survolé le 6 octobre, pendant 30 minutes le territoire de l’État hébreu et de la Palestine occupée.

    Bref, le mythe de l’inviolabilité de « Dôme d’acier » est kaput. Vexée, l’aviation de Tsahal s’est revengée en faisant passer le mur du son à ses F-16 au-dessus de Beyrouth… et Israel Aerospace Industrie en a profité pour annoncer bruyamment la sortie d’une nouvelle version du système de surveillance « Héron » dont les radars, d’une portée de 300 km, seraient en mesure d’intercepter « n’importe quel objet volant en quelques minutes ». Mais en 2010, le quotidien travailliste Ha’aretz révélait déjà « que le temps de vol, de quelques secondes, des roquettes tirées depuis la Bande de Gaza était plus court que le temps nécessaire à Dôme d’acier pour calculer leur trajectoire » [13 janv. 2010 jkcook.net]. À titre de conclusion très provisoire, l’on pourrait également s’interroger sur une éventuelle relation de cause à effet entre le drone visiteur et à l’assassinat à Beyrouth du général Wissam el-Hassan une semaine pile poil après le vol intempestif du robot hezbollahite. D’une pierre cinq coups : jeter la confusion au Liban, réamorcer une toujours possible guerre confessionnelle, éliminer un homme qui avait désobligé le Mossad en œuvrant au démantèlement de ses réseaux, faire accuser la Syrie et le Hezbollah. Cherchons à qui le crime profite !

    http://www.geopolintel.fr/article54...

  • permalien Yasmina :
    29 octobre 2012 @16h32   « »

    Attentat au Liban-stratégie de la tension & déstabilisation régionale
    Entretien avec Jean-Michel Vernochet

    http://www.geopolintel.fr/article54...

0 | 100

Ajouter un commentaire