Le Monde diplomatique
Accueil du site > Défense en ligne > Au Mali, « l’affrontement des volontés »

La libre parole du général Desportes

Au Mali, « l’affrontement des volontés »

lundi 25 février 2013, par Philippe Leymarie

Ancien directeur du Collège inter-armées de défense (devenu Ecole de guerre), soupçonné d’avoir fait partie du collectif « Surcouf » (qui avait vivement critiqué en 2008 le Livre blanc sur la défense publié par le président Nicolas Sarkozy), sanctionné en 2010, à quelques mois de la retraite, pour avoir écrit que la guerre en Afghanistan était « une guerre américaine » dans laquelle la France « n’avait pas droit à la parole », le général Vincent Desportes est aujourd’hui professeur à « Sciences-Po », et libre de toute attache. Devant des journalistes spécialisés, il a eu récemment l’occasion de se livrer à un premier « retour d’expérience » sur l’engagement français au Mali, et sur les conséquences que cela aura (ou n’aura pas) sur le nouveau Livre blanc et la Loi de programmation militaire actuellement en cours de préparation.

Pour cet officier de l’arme blindée (ex-cavalerie), intellectuel respecté dans les cercles militaires et politiques, qui avait notamment dirigé le Centre de doctrine et d’emploi des forces de l’armée de terre, la guerre actuelle au Mali est une conséquence directe de ce qui n’avait été qu’une bataille, en Libye, qui n’avait pas été menée jusqu’au bout :

- le retour des mercenaires touaregs qui servaient Kadhafi depuis des décennies n’avait pas été contrôlé : ils sont revenus au pays avec armes et bagages, et ont reconquis l’Azawad début 2012 avant d’être finalement débordés par les groupes djihadistes ;
- on avait laissé la Libye devenir un arsenal à ciel ouvert, ce qui a renforcé AQMI (Al-Qaida au Maghreb islamique) et autres Mujao (Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest) ;
- enfin, Kadhafi était l’autorité qui en quelque sorte stabilisait le Sahel. « On a cassé un ordre politique qui n’a été remplacé par rien. » Quand on ne contrôle pas les conséquences d’une guerre, on doit faire face à des dérives : « Le Mali, qui n’était plus régulé, est tombé ».

Intelligence de l’adversaire

A propos de l’intervention militaire française au nord du Mali ces dernières semaines, le général Desportes relève que :
- Le rapport de forces était trop dissymétrique pour que l’adversaire s’accroche : « Nous avons pu le surclasser en mobilité, grâce à notre maîtrise de la troisième dimension »  [1].
- Les manœuvres aéroterrestres, qui sont très compliquées, ont été très bien coordonnées.
- Mais il faut aussi « compter sur l’intelligence de l’adversaire », qui a changé de stratégie, reculé et « évité de s’accrocher au vide », à Tombouctou, Gao et Kidal : « C’est une évolution normale du combat. L’ennemi “va dans l’asymétrie” [ce qui consiste ici à] contourner la force de l’autre On ne pouvait qu’en arriver là. L’ennemi applique son plan B. »
- Aujourd’hui, ajoute Vincent Desportes, les forces françaises (ainsi que maliennes et tchadiennes) sont « en état de vulnérabilité » face aux actions de harcèlement des islamistes. Les attentats-suicides et attaques peuvent être conduits « avec un niveau de forces très réduit ». Il est extrêmement simple de fabriquer des mines pour perpétrer des attentats.

Dérive des objectifs

- La faiblesse de l’armée malienne et l’absence de la force africaine, la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) (pas encore déployée), font que « toutes les conditions sont remplies pour que la manœuvre de contournement des djihadistes fonctionne » [2].
- « Nous sommes passés dans la phase d’affrontement des volontés. Le rapport de forces n’a plus beaucoup d’importance », estime le général qui reconnaît que, comme c’est souvent le cas, il y a « une dérive des objectifs » qu’il juge « normale », inévitable, tant que l’objectif final ne change pas.
- Pour lui, « la France est entrée au Mali, à la fois de manière légale et légitime ». Mais le président Hollande s’est beaucoup engagé : « Cela oblige ». Il faut avoir cette fois « l’intention de terminer cette guerre », sinon la situation sera pareille qu’en Libye, « devenue une poudrière car nous n’avions rien stabilisé au sol ».

Culture de coup d’Etat

Il faut donc, au Mali, selon Vincent Desportes, favoriser la construction d’un « état de paix meilleur qu’avant » :

- « La France est un Etat responsable. Elle est entrée en guerre, ça coûte cher, ça dure longtemps. Une intervention a des conséquences extrêmement lourdes. »
- « Le résultat final va conditionner la légitimité de toute l’opération française », mais ne sera obtenu que si un dialogue inter-malien s’ouvre, si la gouvernance change, si l’armée est reconstituée, etc.
- Il faut établir au sol une force de sécurité crédible, alors que les unités africaines de la Misma sont sous-entraînées et sous-équipées, avec une « culture de coup d’Etat ou d’interposition » (les soldats tchadiens, déployés aux côtés des Français à l’extrême Nord, étant les seuls aguéris) [3] ; et que, pour remonter l’armée malienne, il faudra au moins un an.

Boule de billard

En attendant, affirme Vincent Desportes, « il faudra aller chercher les djihadistes dans les massifs, à la fourchette ». Car, si un coup sévère a été porté aux groupes qui ont investi le nord du Mali, il convient – dans cette deuxième ou ou troisième phase – d’aller jusqu’au bout : l’éradication. Sinon, c’est la « boule de billard régionale »  : et il faudra recommencer ailleurs…

Pour ce général, le Mali aura toujours besoin d’un appui en logistique, renseignement et d’“appui-feu” de la part des militaires français (qui eux-mêmes ont besoin des Américains…) : « Nous sommes intervenus au Tchad en 1969, nous y sommes toujours… », rappelle-t-il. Il entrevoit un schéma « à l’ivoirienne », avec une force africaine devenue mission de l’ONU, et – en soutien – une « force de réaction rapide », notamment française. Au passage, l’ancien responsable du Collège inter-armées de défense estime que, s’il y avait eu 300 soldats français stationnés à Bamako ces dernières années, le nord de ce pays n’aurait jamais été attaqué ...

A suivre…

Notes

[1] Les frappes des chasseurs ou des hélicoptères de combat, le transport aérien.

[2] Ces réflexions ont été formulées le 12 février dernier.

[3] Mais ils ne font pas partie de la force ouest-africaine de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Misma.

39 commentaires sur «  Au Mali, “l’affrontement des volontés”  »

  • permalien patrice :
    25 février 2013 @19h07   »

    Une analyse de la situation malienne qui ne fait état, ni du Qatar, ni des américains, ne peut être que bancale.
    En revanche, d’accord pour souligner la déstabilisation de la région provoquée par la disparition de Kadhafi.
    La stabilisation du Mali dépend d’un accord entre Qatar, France, et Usa. Tout le reste est sans grande importance. L’armée malienne compte pour du beurre, de même que les troupes africaines.
    D’ailleurs, les USA s’opposent à leur intervention sous l’égide de l’Onu.
    Il serait également intéressant d’analyser le travail de sape de l’AS dans cette affaire. Il semblerait qu’ils livrent des armes à AQMI. Juste pour mémoire, sans soutiens extérieurs, les djihadistes se feraient massacrer en quelques mois.
    C’est comme au Liban jadis. La paix ne dépend que de la volonté des grandes puissances. Le tout est de savoir si cette volonté existe. Je ne pense pas que ça soit le cas.

  • permalien gazalibre :
    25 février 2013 @22h47   « »

    Le général oubli les arrières pensées françaises. La guerre a commencé par l’affaiblissement de ATT ,ce qui a facilité le coup d’état à quelques mois des élections. l’affront subit par N.Sarkosy,suite au refus du président malien de signer l’accord sur l’immigration et cela malgré les pressions,a accéléré une sorte de plan B , au cas ou l’Algérie refuse un partenariat privilégié !. Les djihadistes qui travaillent en majorité pour la DRS ou la DGSE,ne sont que des alibis pour entrer dans cette zone,avant les américains. Puisque l’ami Bouteflika fait du zèle, le touareg et les djhadistes des services ont été actionné pour justifier une intervention rapide "it’was the occasion but not the reason". Mais en France , les grilles de lecture ,utilisent encore les livres des anthropologues du 18e siècle ce qui accélère une sortie déshonorante de l’histoire.

  • permalien Amadou Amath :
    26 février 2013 @02h28   « »

    Bonjour,

    L’idée que la guerre en Libye serait à l’origine de la situation actuelle au Mali est une idée à la fois séduisante et simple à comprendre : un arsenal disponible, des guerriers démobilisés, une guerre à gagner.

    Je ne partage pas ce point de vue :la chute de Kadhafi à été sans doute le simple accélérateur d’une situation antérieure, qui est, à mon sens, à la racine de la situation présente : l’effondrement des élites maliennes d’une part et la jonction opérationnelle (opportune) entre AQMI, le MUJAO et le MNLA grâce au chainon manquant Ansar Dine, en 2012.

    L’armement était déjà disponible grâce aux "arsenaux tournants" des guerres de la région (voir le rapport du GRIP à ce sujet par exemple*), moyennant finances. Or des finances, certains groupes armés n’en manquaient pas, entre rançons et trafics divers. Ce sont précisément eux qui vont évincer militairement le MNLA et Ansar Dine pourtant supposés être les principaux bénéficiaires de l’arsenal libyen avec leurs "expatriés"...

    L’hypothèse d’une guerre en Libye surdéterminant celle du Mali est donc tout à fait discutable, je crois

    Cela dit, pour le rafraichissement de la pensée militaire, j’apprécie en général Vincent Desportes, pour conclure sur mot facile :-)

    Cordialement,

    * : http://www.grip.org/fr/node/801

  • permalien Yvan :
  • permalien Cana :
    26 février 2013 @11h14   « »

    la domination occidentale passe désormais par le marché obligé des armes. C’est une dérive de l’économie en plein effondrement des pays riches ( UE et USA).
    les pays les mieux armés , en particulier de drones ( les derniers sont les prédators US je crois) veulent maintenant dominer le monde , en particulier le désert ( serait-ce possible ?). le reste est une tartufferie.
    les armées africaines , ne possèdent pas le même arsenal et ne pourront pas le posséder. La loi , plus que jamais passe par le plus fort - en armes de toutes sortes - Il faudrait qu’on sache un peu plus par les médias , quelles sortes de bombes et quelles armes ( à l’UA ou autres de destructions massives) sont utilisées en Afrique et au Proche Orient , dans le désert du Mali , par tout ce monde ( aqmi, djihadiste syrien ou touareg , ou armée française ).
    Tout ce beau monde entretient la finance par les armes. Dont on ne sait pas grand chose à part que maintenant l’usage des drones ( expérimenté au Liban dès 2006 au moins) paraît le procédé le plus efficace de destruction massive - en temps réel- et pas seulement de "terroristes". La paix ne peut être à l’ordre du jour , elle menacerait la finance par les armes. nous sommes embarqués dans une guerre mondiale contre un ennemi mondial , qui se trouverait partout : le "terroriste".
    la question qui se pose : les drones ou les armes de destruction massive pourront-elle dominer le désert ? que ni l’empire romain , ni l’empire ottoman avait pu dominer.

  • permalien isolation devis :
    26 février 2013 @15h39   « »

    Merci pour la source Yvan.

  • permalien patrice :
    26 février 2013 @15h46   « »

    @Gazalibre
    Evoquer une collusion directe entre djihadistes et services secrets français me semble quelque peu acrobatique, même si, il y a peu, la France a poussé les soldats maliens formés par les américains à déserter. Les djihadistes sont soutenus financièrement par le Qatar, qui est à la fois notre concurrent et notre allié, à travers Total. J’ignore de quel côté est l’AS : Français, ou américain. Sans doute : Américain, mais ça n’est qu’une hypothèse. Dans tous les cas, on a retrouvé des logos saoudiens sur des armes saisies...
    Par ailleurs, j’ai l’impression que les grandes puissances ne cessent d’alterner alliances et trahisons, comme dans ce fameux jeu : L’échiquier de Machiavel. L’alliance France Qatar contre l’Amérique, si elle existe, est sans doute fragile. Je doute d’ailleurs qu’elle ait comporté l’acceptation de l’extermination des jihadistes, d’où les "retours de manivelle" à Gao, après une avancée facile. Il n’est pas impossible non plus que, par l’intermédiaire de l’Arabie Saoudite, les américains cherchent à contrer la France. D’où ma prédiction de libanisation à venir du pays. Prenons également en compte, comme au Liban, le trafic de drogue, qui ne peut survivre que dans un pays déstructuré. Nombreux sont les exemples d’interventions américaines visant, entre autres, le développement de ces trafics. L’Afghanistan en est un bon exemple (ou le Liban).
    La réflexion de Cana concernant le marché des armes est aussi à prendre en considération. C’est sans doute la cause principale des guerres d’Afghanistan et d’Irak. Or, ces deux guerres sont en train de s’achever. Il faut donc ouvrir de nouveaux marchés.
    Il serait donc abusif de réduire trop le problème, d’autant que de nombreux intérêts antagonistes s’affrontent au Mali.

  • permalien Guillaume Cortot :
    26 février 2013 @20h39   « »

    Je ne suis pas pragmatique, je suis idéaliste : suis-je le seul à être encore choqué de lire des mots comme "éradication" dans l’énoncé des buts de guerre, ce qui m’a rappelé la virile assurance avec laquelle Hollande a répondu "les détruire" à un journaliste qui lui demandait ce qu’il comptait faire des "terroristes" capturés au Mali ?

    Je ne suis pas stratège militaire, je suis amateur d’histoire : M. Desportes a l’air de trouver ça logique, normal, presque rassurant que "l’ennemi" soit entré dans une guerre de guérilla ; en somme l’armée française et les théoriciens de cette guerre avaient tout prévu, mais n’est-ce pas ce que croyaient bon nombre de fans de la guerre états-unienne contre les Vietnamiens dans les années 1960 ?

    L’enfumage, la désinformation des uns, la paresse intellectuelle et civique des autres, pour ne pas dire leur démission, dépassent toutes les mesures. Quand on pense que, à une époque lointaine maintenant, nous Français avions la réputation d’être cultivés et de ne pas laisser faire et dire n’importe quoi à notre gouvernement, contrairement aux États-Uniens..................... Enfin ça, ça devait être à l’époque de la démocratie, je sais pas si j’ai connu.

  • permalien Shanaa :
    26 février 2013 @20h53   « »

    Guillaume Cortot , je suis aussi choquée que vous du terme "éradiquer" dans la bouche d’un haut représentant "démocratie" et patrie des droits de l’homme. Comme beaucoup de français, vous avez raison de le faire remarquer, parceque c’est en votre nom et avec l’argent du contribuable que la guerre se fait.
    Comme dans toute guerre il y a des morts, des prisonniers de guerre. Mais, éradiquer un groupe, en droit international, a une définition exacte.
    A ce sujet, voir la prestation d’un député belge
    -  :http://blogs.mediapart.fr/blog/clem...

  • permalien Shanaa :
    26 février 2013 @21h07   « »

    Cana, ce sont les mémes qui fabriquent, vendent des armes et déclenchent des guerres sur des faibles cibles, mais ayant un intérét stratégique ou riches en ressources. Les seuls qui échappent à cette prédation sont les états clients-satellites, ou des puissances émergentes comme la Chine, la Russie. Cette politique militarisée pousse la Corée du nord à développer l’arme nucléaire. Quant à l’Iran ils aimeraient l’imploser. On remarque que tous les pays agressés sont systématiquement plongés dans une situation de chaos. C’est le cas de l’Irak depuis 2003 !

  • permalien Shanaa :
    26 février 2013 @22h31   « »

    L’intervention militaire française au Mali a déjà coûté "un peu plus de 100 millions d’euros" depuis la mi-janvier, vient d’annoncer le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian. "

    Le ministre a aussi affirmé que les combats au Mali entre les forces françaises et les groupes islamistes armés font "beaucoup, beaucoup de morts jihadistes". Il s’est refusé à tenir "une comptabilité" plus précise des victimes, soulignant simplement que leur nombre était "significatif".

    Il y a des morts "tous les jours" mais les forces françaises font en revanche "très peu de prisonniers", a-t-il précisé. "On est en train de toucher au dur", a poursuivi M. Le Drian, interrogé sur l’opération en cours dans ce massif de moyenne montagne à l’extrême nord du Mali près de la frontière algérienne."
    - Le figaro.

  • permalien Juba :
    27 février 2013 @14h30   « »

    Penser que cette guerre va eradiquer le terrorisme reléve de la naiveté parceque le terrorisme se combat par l’intelligence avant tout et ensuite par les armes. Pourquoi l’Algérie continue t-elle de subir les méfaits des intégristes ? Parceque tout simplement les régime considére que le terrorisme ne le menace pas directement et qu’il constitue un mal nécessaire qui justifie la gabégie, la corruption et surtout un épouvantail contre le peuple qu’ on considére comme seul danger ! Prétendre combattre le terrorisme qui est un effet sans s’attaquer aux causes à l’origine de ce pnénoméne c’est le reproduire à une large échelle ! L’intégrisme est le produit de ces régimes prédateurs qui après avoir usé et abusé de la légitimité révolutionnaire sont entrés dans la légitimité religieuse et la seule chose qu’il n’avait pas prévu c’est que le terrain était déja occupé et que ses occupants n’étaient pas disposés à partager le pouvoir et la rente qui est le leitmotiv des 2 faces de la meme médaille !La transnationalité de l’intégrisme était devenue inéluctable car il constitue un réseau de recrutement intarissable pour les monarchies dont le souci primordial est la destabilisation des régimes républicains pour les transformer en émirat, sultanat ou royaume ! Aujourd’hui tous les régimes en place révent de transformer les républiques en émirats et cela a commencé par la transmission héréditaire du pouvoir (voir l’Egypte, le Maroc, la Syrie, la jordanie etc pour arriver au remplacement de la République par ces formes féodales d’organisation politique , N’est ce pas MR BOUTEF !

  • permalien Cana :
    27 février 2013 @18h55   « »

    Que savons nous de la "formation" et "armements" de l’armée malienne par la France ? Je pense à la présence et à l’aide de "l’Opération Turquoise" en 94, de la France au Rwanda pendant le génocide des Tustsies et Hutus. Mitterand était Président et je vous rappelle que l’inventeur de l’ingérence humanitaire - Mr Kouchner-était présent au Rwanda et savait ce qui se tramait. Plus tard l’ingérence humanitaire se transformera en "bombardements humanitaires ( en Iraq et en Lybie et ça continue)

    "Former "l’armée malienne pour qu’elle fasses quel boulot ? On a déjà parlé vaguement de quelques "liquidations" sommaires de Touareg et de lynchage par des groupes maliens des villages frontaliers du nord de familles Touareg.
    les Maliens ont un sens de la noblesse ( dans le sens de l’importance accordée à la dignité humaine) - lire le grand penseur Soufi Hampaté Bâ. Peuple pacifique durant au moins ces cinquante dernières années.
    Pourvu qu’ils ne tombent pas dans le piège tristement rwandais.

  • permalien patrice :
    27 février 2013 @19h14   « »

    @Cana
    En fait, on ne sait toujours rien de cette guerre. L’armée française refuse l’accès aux journalistes, et les djihadistes menacent de les enlever si ils se joignent à eux. A noter le fait qu’ils ont des choses à cacher : Enlèvements, et trafic de drogue.
    Bref, cette guerre est invisible. Les témoins fuient vers le nord, ce qui en dit long sur la convivialité de l’armée française...Les seules images que l’on a eues concernaient l’attaque surprise de Gao, ville "libérée"...
    Il semblerait que les français nettoient les sites avant l’arrivée des journalistes, si bien que personne ne sait si des gens ont été tués, ou combien.
    C’est sans doute la première fois que l’on ne sait absolument rien d’une guerre. On peut donc supposer le pire, entre autres, des massacres commis par l’armée malienne. Sauf qu’on n’en sait rien.
    Je me demande où Hollande veut en venir. La chasse aux djihadistes dans les montagnes me fait penser à la guerre d’Algérie. Ca pourrait durer très longtemps, car la France est très isolée, et n’a pas que des amis dans le Golfe.

  • permalien Cana :
    27 février 2013 @20h21   « »

    On peut aussi se poser des questions sur l’isolement de la France dans son opération au Mali.
    Lors des "événements" au Rwanda il y avait un conflit d’intéret entre la France et les USA pour la main mise sur ce pays et ses richesses.. et une tentative de délogement de la France de ce pays . Il semblerait que c’est réussi.
    Quel sale jeu hégémonique va encore se jouer pour le Mali et son désert et surtout pour la main mise sur les richesses du Niger. On dirait que le colonialisme ne s’est jamais aussi bien porté, en sacrifiant les peuples des régions "libérées".

  • permalien Cana :
    28 février 2013 @09h01   « »

    @Yvan
    Le Désert avant les bombes.
    J’ai lu l’extrait posté du poète et écrivain Touareg Hawad.
    Ces habitants du désert , dont on ne dit pas dans cet extrait que ce sont des nomades , d’où leur mouvement de résistance au colonialisme"en vrille", me font penser aux nomades du désert d"Arabie et de Syrie, qui deviennent
    - pétrole et richesses convoités obligent-
    des sédentaires donc vulnérables, manipulables et plus facilement ciblés.
    C’est leur poésie qui a accompagné et nourrie l’oeuvre du poète palestinien M.Darwich.
    l’un d’eux son préféré de l’époque antéislamique (en 550)
    Umru’al kays écrivait :
    "quand elle se levait le matin , elle fleurait bon le musc
    Brise de vent d’est portant fragrance de giroflée"
    (traduit par H.Toelle les Suspendues P.71)
    C’était l’époque où les nomades vivaient et aimaient en paix dans leur vaste étendue du désert.

  • permalien Shanaa :
    1er mars 2013 @18h26   « »

    Si on part du principe de base, qu’il n’y pas eu de décolonisation, que la la France n’a jamais quitté l’Afrique. La FranceAfrique a fait couler beaucoup d’encre et de sang (affaire Bokassa par exemple). Et si la France, intégrée à l’OTAN, en recession économique, utilise une méthode hard pour impressionner ses rivaux ? Les puissances émergentes, ayant opté pour l’économie de marché, sont aussi prédatrices des ressources. Les épouvantails qui se font canarder sont des africains, terroristes ou pas. Un peu comme en Irak et en Libye. On laisse les indigénes s’entretuer aprés avoir allumé la méche enfouie depuis le siécle dernier. Le Rwanda étant un cas d’école.

  • permalien patrice :
    1er mars 2013 @18h50   « »

    @Shanaa
    La démonstration de force que vous évoquez me semble en effet plausible. A noter que c’est dans la continuité des opérations de Sarkozy.
    On se demande aussi pourquoi la France n’est pas intervenue plus tôt. Peut être pour laisser les américains se planter.
    Notons aussi les incohérences du MLNA, qui souhaitait une scission, donc, un pouvoir politique, mais qui a systématiquement pillé les mairies, les écoles, et les hôpitaux.
    D’une certaine manière, les djihadistes ont "remis de l’ordre" en virant les touaregs, décidément bons à rien. Et dire qu’ils souhaitent maintenant s’allier aux français...
    Ceci dit, les djihadistes ont vite gonflé tout le monde...
    Quant à l’armée malienne, autant que je sache, elle est obligée de voler pour manger.
    Dans tous les cas, ce pays n’est pas autonome. Le gouvernement issu de l’armée est corrompu jusqu’à l’os, et n’a d’autre fonctions que le détournement des aides internationales et le trafic de cocaïne. D’une certaine manière, la France apporte au pays le minimum vital de stabilité. Mais ça n’est pas gratuit.

  • permalien Shanaa :
    2 mars 2013 @17h54   « »

    Patrice, je ne sais pas pour les Touareg, mais il me semble qu’ils avaient une bonne réputation en occident, à causes de leurs revendications et leur ouverture.

  • permalien Bonny :
    2 mars 2013 @17h57   « »

    Une analyse intéressante à lire :

    http://sensio18.blogspot.fr/http://sensio18.blogspot.fr/

  • permalien patrice :
    4 mars 2013 @02h05   « »

    @Shanaa
    "Patrice, je ne sais pas pour les Touareg, mais il me semble qu’ils avaient une bonne réputation en occident, à causes de leurs revendications et leur ouverture."

    Il semblerait que les touaregs n’aient pas laissé un très bon souvenir dans les villes qu’ils ont conquises au début du conflit. Ils ont commencé par piller tout ce qui appartenait à l’état, ou aux employés de l’état, puis ils ont repris leurs trafics sans se préoccuper de la population. Ensuite, les djihadistes les ont virés, et ont imposé à la population leurs contraintes vestimentaires et comportementales : Voile pour les femmes, pantalon plus court pour les hommes, interdiction de se promener ensemble pour les couples, etc.
    A noter cependant que ni les touaregs, ni les salafistes n’ont pillé les maisons, ou massacré la population. Les uns et les autres ont surtout exaspéré tout le monde. Les djihadistes ont malgré tout tenté de réorganiser un peu les régions conquises. Ils ont également mutilé six voleurs, et flagellé quelques dizaines de personnes pour les motifs les plus divers, inclus : "Fumer une cigarette (!)".
    Ces infos proviennent de témoignages recueillis par le journal Marianne. C’est également ce même journal qui affirme que les populations fuient vers le Nord, massivement, depuis l’intervention française.
    Mais, pour en revenir aux touaregs, je doute fort que l’armée française soit prête à les utiliser pour débusquer les djihadistes. Personne n’en veut. Ni les français, ni les maliens, ni les troupes africaines. Pas fiables.

  • permalien red emperor :
    6 mars 2013 @21h24   « »

    et,après le mali,la somalie est elle dans le viseur de francois hollande ?

  • permalien red emperor :
    7 mars 2013 @11h53   « »

    l armée francaise a arreté un "terroriste"sahraoui au mali ;ca y est, c est bon,la guerre contre AQMI va permettre d écraser le front polisario,de laisser le maroc envahir les 20 pourcents du sahara occidental controlés par la résistance,pour encercler encore plus l algérie et surtout mener à terme une "solution finale" d un peuple oublié.

  • permalien red emperor :
    7 mars 2013 @12h00   « »

    prochaine mission francaise dans la région,un peu plus haut,au nord ouest de la mauritanie:traquer les "méchants sahraouis".on verra la réaction du front de gauche,si le pcf qui a renoncé au marteau et à la faucille sur sa carte d adhérent se solidarisera des sahraouis qui vont etre écrabouillés par les "socialistes" et "europe ecologie les verts"-puisque ce sont eux qui sont au gouvernement !avant de parler de la "droite dure",du fn et consort,il faut clarifier la fascisation à gauche,car le front polisario n a rien à voir avec al-qaeda,et est une organisation marxiste !

  • permalien red emperor :
    7 mars 2013 @12h05   « »

    la soldatesque francaise envahira le sahara occidental depuis la mauritanie,puis procedera à l élimination physique des cadres du polisario qui controlent les 20 pourcents de l est du territoire RICHE EN PHOSPHATE !les multinationales francaises vont rafler gros !de quoi rembourser très largement "l opération serval" !il ne restera plus qu à déminer le sahara occidental et reconnaitre son annexion par le maroc.

  • permalien gloc :
    7 mars 2013 @12h19   « »

    Comme si c’était l’endroit et le moment pour faire des blagues : Visite surprise de Jean-Yves Le Drian dans le massif des Ifoghas - MALI - FRANCE 24

  • permalien red emperor :
    7 mars 2013 @12h20   « »

    maintenant que chavez est mort,la marge de manoeuvre de l impérialisme pour imposer le "nouvel ordre mondial" est encore plus important qu auparavant,comme c est le cas depuis la chute du mur de berlin.

  • permalien red emperor :
    7 mars 2013 @12h21   « »

    mes craintes sur le sahara occidental sont elles fondées ?

  • permalien red emperor :
    7 mars 2013 @12h22   « »

    après le massif des ifoghas,le sahara occidental ?

  • permalien red emperor :
    7 mars 2013 @15h02   « »

    apparement,excepté mes quelques bases sur l amérique latine,je ne suis pas très doué en géopolitique,je raconte n importe quoi ;donc je vais éviter d intervenir.

  • permalien red emperor :
    7 mars 2013 @19h52   « »

    effectivement,je raconte n importe quoi,puisque personne ne veut répondre a mes affirmations qui sont fausses !

  • permalien red emperor :
    7 mars 2013 @21h13   « »

    normal,puisque je suis un (serial)looser.

  • permalien Shiv7 :
    7 mars 2013 @21h41   « »

    red emperor :

    normal,puisque je suis un (serial)looser.

    Vous avez donc tout à gagner.., contrairement au sérial winner qui à tout à perdre.

    Bonne soirée.

  • permalien red emperor :
    7 mars 2013 @21h45   « »

    et si je me suicide,serai je un serial winner ?la j aurai tout gagné.

  • permalien red emperor :
    7 mars 2013 @21h48   « »

    surtout quand on a ete envouté par un certain david witek de saint avold.

  • permalien ai lama :
    7 mars 2013 @21h50   « »

    pour rien,puisque de toute facon la chine va devenir très bientot la superpuissance mondiale et que la dalai lama sera mort.

  • permalien red emperor :
    10 mars 2013 @14h28   « »

    comment se fait il que la victoire des "frères musulmans" en egypte inquiète moins que celle,en 2000,de jorg haider en autriche-d autant plus que le dirigeant du fpo est mort depuis,et que le parti d extreme droite a perdu son fief,la carinthie- ?l autriche est un tout petit pays,alors que l égyote de morsi risque de sen prendre aux coptes-qui sont presque dix millions !-

  • permalien Yvan :
    14 mars 2013 @08h26   « »
    Bonne bouvelle pour la troupe...


    Mali : malgré la reprise des aides du FMI, le budget n’est pas assuré
    Le Fonds Monétaire International vient de proposer d’allouer 15 millions de dollars au Mali, après en avoir déboursé 18,4 millions au début de l’année. Cela ne sera pas suffisant pour combler un déficit de 110 millions de dollars dans le budget annuel.

    ... les missionnaires du dogme néolibéral prennent la relève.

  • permalien Caligula :
    23 mars 2013 @23h25   «

    Centrafique : Paris a demandé une réunion d’urgence du conseil de sécurité de l’ONU

    Il faut combien de temps pour transférer nos légionnaires en Centrafrique ?

Ajouter un commentaire