En kiosques : décembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Tunisie, compromis historique ou chaos ?

Le Forum social mondial vient de fermer ses portes à Tunis. Pendant plusieurs jours, des milliers de délégués ont discuté de l’ordre économique international, des luttes menées – de la Palestine au Venezuela, de l’émancipation des femmes. Que d’innombrables jeunes femmes, portant ou non le foulard, aient pu, ensemble, débattre et confronter leurs expériences montre à quel point la droite et une bonne partie de la gauche française passent à côté de la réalité. J’ai aussi contribué à un débat sur la démocratisation et l’islam, avec Tariq Ramadan et Nejmeddine Hamrouni ; à ce débat ont participé plus de six cent personnes. Ces quelques jours à Tunis m’ont permis aussi de mesurer les attentes de divers acteurs, leurs espoirs et leurs craintes pour l’avenir du pays, notamment après l’assassinat d’un des leaders de l’extrême gauche, Chokri Belaïd.

par Alain Gresh, 1er avril 2013

La version arabe de ce texte est ici.

En déplacement à Doha (Qatar), le président Moncef Marzouki a menacé ses opposants de la potence (Lire « Marzouki menace de potence », La Presse, 27 mars). Il répondait indirectement aux propos que Hamma Hammami, leader du Front populaire, a tenus lors des cérémonies marquant le quarantième jour de l’assassinat de Belaïd (16 mars). M. Hammami proclamait que le peuple qui avait su renverser le président Ben Ali serait capable de renverser le gouvernement actuel dirigé par M. Ali Larayedh – ce dernier, membre d’Ennahda, vient de remplacer celui de M. Hamadi Jebali à l’issue d’une crise qui a aussi affecté Ennahda.

Cet échange musclé pourrait laisser croire que l’on s’achemine vers un affrontement brutal entre deux camps, celui de l’islamisme et celui de la laïcité. Pourtant, à débattre avec les dirigeants des diverses organisations, on retire une impression plus nuancée.

Au centre du jeu, cheikh Rached Ghannouchi, le leader historique d’Ennahda, l’homme à qui appartient le dernier mot dans son organisation. Si la conversation a porté, dans une première partie, sur la France et la montée de l’islamophobie, il a tenu ensuite à faire part de son point de vue sur les évolutions internes.

« Ennahda ne peut ni ne veut diriger seul. Notre alliance avec le Congrès pour la République [CPR] de Marzouki et Ettakatol de Mustapha Ben Jaafar [les deux autres partis de la troïka qui dirige le pays] ne relève pas de la tactique. Elle est naturelle et doit se poursuivre jusqu’aux élections et au-delà. Nous avons réfléchi sur l’expérience algérienne de 1991 et sur les élections législatives qui ont été interrompues par l’armée. Le Front islamique du salut [FIS] avait recueilli 80 % des votes, mais les 20 % restants avaient un poids important (armée, cadres, journalistes et aussi des relations avec l’extérieur). Cette minorité a aussi chez nous un poids tel que, même si nous gagnons avec 51 % des voix, nous ne pourrons gouverner. » Et il ajoute : « Nous avons la “quantité”, pas la “qualité ”. »

NB Aux élections de 1991, la FIS avait remporté 47% des suffrages et on s’attendait, compte tenu du système électoral, à ce qu’il remporte deux tiers des sièges.

Qui s’en souvient : en septembre 1973, au lendemain du coup d’Etat militaire au Chili qui a mis fin à l’expérience du socialisme démocratique, Enrico Berlinguer, alors secrétaire général du Parti communiste italien, en tirait les leçons pour son organisation dans trois articles fameux appelant au compromis historique entre les communistes et la démocratie-chrétienne. Pour lui, on ne pouvait pas transformer l’Italie avec 51% des suffrages.

Bien sûr, le contexte est totalement différent. Mais, dans les conditions chaotiques de la transition en Tunisie (mais aussi en Egypte) ne faut-il pas aboutir à un compromis historique entre différentes forces politiques ? Il ne s’agit pas de nier ni les antagonismes idéologiques, ni les conceptions divergentes de l’avenir de ces sociétés et de la place de la religion, ni la nécessité des affrontements sociaux, mais de fixer le cadre commun dans lequel ces luttes pourront se dérouler.

Pour Ghannouchi, « il faut éviter un affrontement entre deux camps, un affrontement idéologique. Sur l’idéologie, personne ne veut faire de compromis, mais nous pouvons trouver un terrain d’entente politique. C’est pour cela que nous sommes pour une entente, que nous avons accepté que quatre ministères de souveraineté soient retirés à notre parti, alors que rien ne nous y obligeait ».

« Notre but, poursuit-il, est d’arriver rapidement, après l’achèvement de la Constitution, à « des élections dont les résultats seront acceptés par tous, y compris par l’opposition. Il ne sert à rien, comme en Egypte, de gagner les élections comme l’ont fait les Frères musulmans si l’opposition les boycotte ».

Pour cela, explique Ghannouchi, nous avons accepté des concessions sur la Constitution : « Nous voulons une Constitution pour tous. Nous avons renoncé à ce qu’elle mentionne la charia, et ce n’était pas facile de faire accepter cela dans Ennahda ; nous avons enlevé le point qui parlait de la complémentarité homme-femme et accepté l’égalité ; nous avons aussi renoncé à faire inscrire des réserves concernant la nécessaire application des textes universels sur les droits de la personne. Nous ne voulons pas aller au référendum (ce qui se passerait si aucun accord n’était trouvé sur le texte), car nous voulons réduire la période de transition, et nous voulons un consensus. »

Ce discours du dirigeant d’Ennahda tient-il de la prise de conscience des rapports de force et de la mobilisation suscitée par l’assassinat de Belaïd, que l’opposition attribue, directement mais plutôt indirectement, à Ennahda ? Marque-t-il un tournant réel de la politique du parti ? Pour l’instant, il ne suscite que scepticisme et méfiance parmi les forces d’opposition. Pour Taïeb Baccouche, secrétaire général du parti Nida Tounes, ancien secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) de 1981 à 1984 et membre du gouvernement de transition après la chute de Ben Ali, « le nouveau gouvernement est une réédition de l’ancien, avec des petites nuances qui ne touchent pas le fond. Le précédent était un échec, pourquoi alors rééditer ? C’est une forme d’arrogance »

Le fait que quatre ministres de souveraineté aient échappé à Ennahda ?

« C’est formel. Pour deux raisons :

 ceux qui tirent les ficelles n’ont pas changé ;
 l’administration a été noyautée, mille deux cent à mille cinq cent nominations dont une grande majorité d’ennahda. »

Il ajoute : « On a l’impression qu’ils veulent un Etat théocratique par tous les moyens, y compris la violence. » Mais il conteste la référence, avancée par certains, aux années 1930 en Europe et au fascisme. On ne peut comparer, reconnait-il : « Ennahda fait partie du paysage politique. »

La surprise viendra cependant à la fin de l’entretien. Interrogé pour savoir s’il envisageait, après les élections, un gouvernement d’union nationale entre son parti et Ennahda, Baccouche refusait de se prononcer et donc d’exclure cette possibilité.

Troisième composante du paysage politique, le Front populaire, qui rejette aussi bien Ennahda que Nida Tounes, considéré comme un mélange de l’ancien régime et de libéraux. Ces deux forces, d’ailleurs, se retrouvent sur les mêmes politiques économiques et sociales et soutiennent l’idée d’un accord avec le Fonds monétaire international (FMI).

Pour le porte-parole du Front populaire M. Jilani Hammami, « le nouveau gouvernement est une copie de celui de Jebali. Il est incapable de prendre des mesures pour alléger la situation des masses. Cette année, le paiement de la dette contactée sous Ben Ali atteindra 17 % à 18 % des dépenses budgétaires. Et le calme social relatif qui prévaut n’est que celui qui précède la tempête ».

Les divergences au sein d’Ennahda entre Jebali et Ghannouchi ? « Le premier veut unir la bourgeoisie du pays dans un front commun, alors que le second souhaite qu’Ennahda soit le seul représentant de cette bourgeoisie. »

« Le Front populaire veut casser la bipolarisation. Ennahda représente le noyau d’un régime despotique, mais Nida Tounes est issu d’un régime despotique. Les sondages nous donnent désormais 12 % à 13 % des voix. »

Mais, comme le reconnaît un autre dirigeant du Front, M. Mohamed Jmour du parti Watad, la discussion sur « l’ennemi principal » se poursuit au sein de l’organisation et certains, face à la montée de la violence, préconisent une alliance pour la démocratie dont Nida Tounes ne serait pas exclu. Car, au sein du Front, tout le monde le reconnaît, « la montée de la violence nécessite la création d’un vaste front pour s’y opposer ».

M. Anouar Ben Kaddour est le secrétaire général adjoint de la puissante UGTT, une organisation syndicale qui joue un rôle clef en Tunisie. Originaire de Gafsa, fils d’un dirigeant de l’organisation, il est issu du syndicalisme enseignant. « Tout le monde reste sous le coup de l’assassinat de Belaïd. Des comparses ont été arrêtés, mais le principal instigateur reste en fuite. C’est un test pour le gouvernement : les gens doivent savoir que la police peut gérer une situation difficile. Nous restons dans l’attente. »

Une des difficultés de la situation actuelle tient, selon lui, au « double discours d’Ennahda et à sa difficulté à passer d’une force d’opposition à un parti de gouvernement ». Un exemple ? L’UGTT, le premier ministre Jebali et le patronat tunisien ont signé un accord en janvier dont il me remet le texte et qui constitue « une avancée du dialogue social ». Le texte garantit de nombreux droits pour les travailleurs, une gestion commune des caisses de sécurité sociale, un fonds d’indemnisation pour le chômage, la reconnaissance du droit de grève. Or, dans la Constitution, certains députés d’Ennahda souhaitent apporter des limitations à ce droit. Ennahda a aussi renoncé à inclure la charia dans le texte, mais certains de ses députés continuent à se battre en ce sens.

Double langage alors (sur le parti Ennahda, lire l’excellent article de Fabio Merone et Francesco Cavatorta, « Ennahda : A party in transition », Jadaliyyah, 25 mars 2013) ? Pourquoi, en effet, les hautes instances de préparation des élections, de supervision de la justice restent-elles encore à l’état de projet ?

Pourquoi la haute instance de régulation des médias n’a-t-elle pas été créée ? (lire la « lettre ouverte aux trois présidents »). Pourtant, le paysage médiatique s’est profondément transformé et les médias, de manière générale, se caractérisent par leur hostilité au pouvoir, mais aussi par un faible niveau de conservatisme. On constate en Tunisie, comme en Egypte, le recul de l’influence de la télévision Al-Jazirah pour deux raisons : l’ouverture a abouti à la création de nombreuses chaînes locales de débat et de confrontation ; l’assimilation entre la chaîne et les Frères musulmans a nui à sa crédibilité.

D’autres faits inquiètent l’opposition. Le refus, jusqu’à présent, de dissoudre les Ligues de protection de la révolution. Et le peu de résultats dans les enquêtes sur les violences passées. D’autre part, des députés et des dirigeants d’Ennahda tiennent des propos sur la charia ou même sur l’excision des femmes qui font douter de la bonne foi d’Ennahda.

On peut y voir une stratégie machiavélique. On peut aussi y voir le reflet des contradictions au sein d’Ennahda, pris entre ses discours d’hier et la nécessité de gérer l’Etat. Pour Ghannouchi, s’il ne faut pas se couper de ceux qu’il appelle « les intégristes laïques », il ne faut pas non plus pousser vers les marges et la violence les courants salafistes, qui sont puissants.

Ennahda doit aussi tenir compte de sa base, reconnaît un de ses cadres : « On ne peut oublier le poids de l’histoire et surtout de la répression qui a marqué les militants, les familles, avec les emprisonnements, la torture. Et la peur existe d’un retour en arrière si Ennahda perd le pouvoir. » L’opposition a souvent tendance à oublier cette dimension : des dizaines de milliers de militants d’Ennahda ayant subi dans leur chair la répression craignent l’avènement au pouvoir de Nida Tounes, qui comporte de nombreux cadres de l’ancien régime.

Peut-on apaiser ces peurs et en même temps celles de milieux importants de la société qui craignent une islamisation totalitaire ? En septembre 1973, à la suite du discours de Berlinguer, des dizaines de milliers de militants d’extrême gauche défilaient en criant : « Camarade Berlinguer, sais-tu qu’au Chili, le compromis historique se fait avec des fusils ? » Les Tunisiens sauront-il éviter cette perspective funeste ? Ou encore le chaos qui menace, les deux coalitions ayant chacune les capacités d’empêcher l’autre de gouverner de manière effective ? La réponse appartient à toutes les forces politiques, mais en premier lieu à la plus puissante d’entre elles, Ennahda.

Addendum. Durant la conversation avec Ghannouchi est venue fortement la question de la modernisation de la Tunisie. « Nous devons porter le rêve du XIXe siècle, quand la Tunisie a pris conscience de son retard sur les voisins du Nord et a voulu retourner au véritable islam. Elle a mis en cause, non l’islam, mais une mauvaise lecture de l’islam. Ce rêve était de garder sa religion mais vivre dans le siècle. L’impérialisme a cassé ce projet porté par Khaireddine Pacha (mort en 1890) en occupant le pays. Il s’est alors imposé un autre projet : laisser de côté l’islam, faire comme la France. Bourguiba a mis en place le projet français, la marginalisation (tahmich) de l’islam. Ce projet a débouché sur la dictature et la violence, tout en se réclamant de la modernité. » Mais ce projet d’éradiquer l’islam n’a pas réussi. « Même s’il boit, le Tunisien continue de se dire musulman », conclut le cheikh avec un sourire.

Culture(s) en Méditerranée et dans le monde arabe

Université populaire organisée par Nouvelles d’Orient et l’Iremmo

Samedi 6 avril 2013(10h30-18h)

Séance 1 (10h30-12h30)
Etat des lieux des pratiques culturelles dans le monde arabe et musulman, avec Yves Gonzalez-Quijano, traducteur de romans et chercheur au Gremmo (Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient). Il enseigne la littérature arabe moderne et contemporaine au département d’études arabes de l’Université Lumière Lyon 2 et anime le blog/carnet de recherche Culture et politique arabes. Il est aussi l’auteur, entre autres, de Arabités numériques, le printemps du Web arabe, éditions Actes Sud, 2012.

Séance 2 (14h-16h)
Cultures iraniennes avec Bernard Hourcade, Géographe spécialiste de l’Iran, directeur de recherche émérite au CNRS au sein du laboratoire Mondes iranien et indien, auteur de Géopolitique de l’Iran, éditions Armand Colin, 2010.

Séance 3 (16h-18h)
Littérature syrienne et nouveau genre littéraire issue de l’univers carcéral au Machrek avec Rania Samara, chercheuse rattachée à l’IISMM.

Contact et inscription : universite-populaire@iremmo.org

Participation : 20 euros pour la journée (12 euros pour les étudiants et les demandeurs d’emploi).

Lieu : 5, rue Basse des Carmes - 75005 Paris (Métro : Maubert-Mutualité)

Le rire à l’heure arabe

Semaine arabe à l’Ecole normale supérieure, du 12 au 25 avril

Vendredi 12 avril

 17h : présentation de la Semaine arabe dans la cour aux Ernests, en présence de Marc Mézard, Directeur de l’ENS, et de Guillaume Bonnet, Directeur adjoint lettres.
Inauguration de la salle Daniel Reig du département ECLA.
Vernissage des expositions et cocktail inaugural.

 20h : conférence inaugurale.

Samedi 13 avril

 17h : atelier de calligraphie, sous la direction de Abdul Ghani Alani, poète et calligraphe irakien.

Dimanche 14 avril

 19h : projection du film Le Cochon de Gaza, suivie d’un panorama, avec extraits, du cinéma comique palestinien puis d’un débat avec Sabine Salhab, docteure en cinéma, enseignante à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialiste du cinéma israélo-palestinien.

Lundi 15 avril

 19h : causerie – André Miquel, ancien professeur au Collège de France, spécialiste de la langue et de la littérature arabe.

 21h15 : soirée court métrage sur les rapports hommes/femmes, en présence de Sofia Djama, réalisatrice algérienne, Sabah Haider, réalisatrice libano-canadienne et Charaf Wissam, réalisateur et journaliste franco-libanais.

Mardi 16 avril

 18 – 19h : spectacle de la journaliste et humoriste algérienne Souad Belhaddad – extraits choisis de Quelque chose à vous dire.

 19h : conférence sur le rire et l’Islam – Pierre Lory, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études, spécialiste de mystique musulmane.

 21h15 : projection La Vierge, les coptes et moi, suivie d’un débat avec le réalisateur et scénariste Namir Abdel Messeeh et Anne Boud’hors, directrice de recherches au CNRS, spécialiste de coptologie.

Mercredi 17 avril

 16h – 18h : atelier « projet chorale » de chants révolutionnaires égyptiens animé par Salam Yousry, fondateur du Choir project en Égypte, session n°1.

 19h : conférence sur le rire de Nasser – Tewfiq Aclimandos, politologue et historien égyptien, chercheur associé au Collège de France, précédée d’une intervention sur les révolutions égyptiennes de Tewfiq Aclimandos dans le cadre du séminaire Histoire contemporaine du monde arabe, de 14h à 16h.

 21h15 : projection du film Le temps qui reste, suivie d’un débat avec le réalisateur Elia Suleiman, primé au festival de Cannes, et Laure Fourest, doctorante et enseignante à l’EHESS, spécialiste du cinéma arabe –sous réserve de confirmation.

Jeudi 18 avril

 12h : déjeuner arabe à la cantine d’Ulm, le Pôt.

 16h – 18h : atelier « projet chorale » de chants révolutionnaires égyptiens animé par Salam Yousry, fondateur du Choir project en Égypte, session n°2.

 19h : conférence sur la satire politique en Egypte – Bassem Youssef, journaliste et humoriste égyptien, star de télévision en Egypte pour une émission à la satire acerbe.

 21h15 : soirée courts métrages syriens avec Cécile Boëx, docteure en sciences politiques, enseignante à l’EHESS, spécialiste du cinéma politique arabe, Charif Kiwan, cinéaste syrien porte-parole du collectif Abou naddara, et Christophe Boltanski, reporter au Nouvel Observateur.

Vendredi 19 avril

 16h – 18h : atelier « projet chorale » de chants révolutionnaires égyptiens animé par Salam Yousry, fondateur du Choir project en Égypte, session n°3.

19h : rencontre littéraire.

 21h : café égyptien, concert traditionnel de Wassim Ismael.

Samedi 20 avril

 17h – 19h : ateliers danse et cusine.

 20h : représentation du « projet chorale » animé par Salam Yousry, fondateur du Choir project en Égypte.

 22h : soirée La 1001e Nuit dans le gymnase, avec Dj Amr 7a7a, spécialiste d’électro chaabi.

Lundi 22 avril

 9h-18h : journée doctorale – Pouvoirs(s) rire, en partenariat avec l’EHESS et le CHSIM.

 18h : table ronde sur le rire comme arme de contestation, en présence de Z et de Willis from Tunis, célèbres caricaturistes tunisiens, Souad Bellhadad, journaliste et humoriste algérienne, et David Fontaine, journaliste au Canard Enchainé.

 21h15 : projection Blagues à part en présence de la réalisatrice Vanessa Rousselot, plusieurs fois primée pour son documentaire et résidente de la Casa Velazquez à Madrid.

Mardi 23 avril

 18h : conférence sur les théories philosophiques du rire – Marwan Rashed, professeur à l’Ecole normale supérieure et à Paris IV-Sorbonne de philosophie arabe.

 20h15 : projection du film Le Destin suivie d’un débat avec Marwan Rashed, professeur à l’Ecole normale supérieure et à Paris IV-Sorbonne de philosophie arabe

Jeudi 25 avril

 19h : conférence sur la mélancolie dans la médecine arabe – Pauline Koetschet, docteure en philosophie, ancienne élève de l’Ecole normale supérieure.

 21h15 : conférence sur les mécanismes de distanciation et de violence dans l’humour – Manal Omar, docteure en psychologie et militante égyptienne pour les droits des femmes.

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016