En kiosques : décembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

A l’heure des révolutions arabes, notes de voyage en Arabie saoudite (II, Syrie)

par Alain Gresh, 21 avril 2013

Voir le premier volet de ces notes de voyage. Chaque année, la circulation devient plus difficile à Riyad, les embouteillages plus denses. Dans une capitale où dominent les 4x4, où le prix de l’essence est ridiculement bas, où les transports en commun n’existent pratiquement pas – on envisage la création de plusieurs lignes de métro depuis de longues années, mais pour l’instant on en reste au stade des projets –, se déplacer relève de l’exploit. Il ne faut pas être pressé. On peut cependant monter dans un taxi et prendre le temps de lire la presse. Ce n’est pas inutile.

En Arabie saoudite, la presse est privée, mais étroitement contrôlée. Elle comporte de nombreux titres, et si tous dépendent d’une publicité omniprésente, notamment sous forme d’hommage au roi ou à la famille royale, elle laisse s’exprimer des opinons qui reflètent les changements d’une société où émergent des générations plus éduquées, avides de lire et de comprendre. Et ouvertes aussi sur le monde, notamment à travers les réseaux sociaux : on compterait dans le royaume 3 à 4 millions d’utilisateurs de Twitter, pratiquement impossibles à censurer – d’autant que la plupart des Saoudiens y accèdent non par leur ordinateur, mais par leur smartphone –, malgré les velléités des autorités et la condamnation du grand mufti.

La censure est un art difficile. Ici, certains sites sont inaccessibles pour un amateur comme moi, mais facilement lisibles avec un minimum de compétence technique. Et puis pourquoi interdire l’accès à Al-Akhbar et laisser le site Saudi shia ouvert ?

A lire donc la presse privée, on peut penser que le royaume affronte deux ennemis désignés de manière beaucoup plus claire que dans le discours officiel, plus policé : l’Iran et les Frères musulmans, notamment ceux d’Egypte.

Les manifestations contre le président Morsi, par exemple, sont largement couvertes. Le 6 avril, le quotidien Al Watan publie un article en page 5 avec un titre qui barre toute la page (à côté d’une photo de Morsi) « Egypte… Manifestations de colère contre la “frérisation d’Al-Azhar”… et “l’ambassadeur iranien” ». Le journaliste y dénonce les tentatives de changer le cheikh d’Al-Azhar à la suite de l’empoisonnement de 500 étudiants (certains ont évoqué son remplacement par Youssef Al-Qardhawi). L’article mentionne aussi la manifestation au Caire contre la résidence du chargé d’affaires iranien, manifestation organisée par les salafistes contre la « chiisation » de l’Egypte. Le quotidien pan-arabe Al-Hayat, propriété d’un membre de la famille royale, publie en première page une photo d’un Egyptien lançant une pierre contre le domicile du chargé d’affaires. Dans d’autres circonstances, la presse saoudienne aurait dénoncé ces manifestations de rue comme provoquant la fitna (division religieuse). Ces manifestations ont eu des conséquences, puisque le projet de rouvrir une ligne aérienne directe entre Le Caire et Téhéran a été repoussé.

Le même jour, la télévision Al-Arabiyya, financée par l’Arabie, ouvre son journal sur les événements en Syrie avant d’aborder, dans un long sujet, la « frérisation » de l’armée en Egypte et la résistance de celle-ci.

Mais si l’Arabie considère l’Egypte des Frères avec peu de sympathie, elle pense toujours que l’Iran est l’ennemi principal. Dans une tribune du quotidien anglophone Arab News (daté du 7 avril), intitulée « Realignments in the Middle East », Ali Bluwi (un auteur qui dénonce souvent les Frères, accusés d’islamo-fascisme) écrit :

« L’objectif de l’Iran est de détruire la région. La motivation des Iraniens est leur haine historique envers les Arabes. Ce qui s’est passé en Irak est un exemple de leur attitude. La seule chose à laquelle l’Iran est intéressée est le chiisme dans la mesure où celui-ci aide Téhéran à réaliser ses intérêts et objectifs stratégiques dans la région. »

L’auteur affirme que les Etats-Unis seraient prêts à un accord stratégique avec l’Iran (à plusieurs reprises, des responsables saoudiens m’ont fait part de leurs craintes d’un accord entre Washington et Téhéran qui se ferait à leur détriment) : « En fin de compte, l’Iran et les Frères musulmans appartiennent à la même école de pensée politique. Ils ont un accord tacite avec Washington et ils utilisent tous deux la religion comme un outil pour imposer leur autorité. »

Le texte se termine par une référence à la montée des tensions « ethnico-nationales » en Iran et des demandes de sécession formulées par les habitants de la province d’Ahwaz (des Arabes). Le même jour, une caricature du quotidien Al-Jazirah montrait un responsable iranien, coiffé d’un chapeau avec l’effigie de la république islamique d’où sortait un serpent prêt à mordre.

Les dirigeants saoudiens l’ont fait savoir à plusieurs reprises : il faudrait « couper la tête du serpent iranien ». C’est ce qu’ils ont demandé aux Etats-Unis, comme l’ont prouvé les mémos révélés par Wikileaks (lire « US embassy cables : Saudi king urges US strike on Iran », The Guardian).

Dans cette lutte, la Syrie est un champ de bataille essentiel, expliquent nos interlocuteurs saoudiens, dont aucun n’a accepté d’être cité nommément. Les propos cités ne sont donc pas sourcés. Après une période « où nous avons tenté de convaincre le président Assad d’engager des réformes, nous avons compris que rien ne se passerait. Nous avons alors décidé d’aider l’opposition ». Pour tous les responsables rencontrés, l’avenir de ce pays se déterminera militairement sur le terrain : « Nous avons décidé de compter sur nos propres forces et de ne pas attendre les Occidentaux. S’ils viennent, tant mieux. Nous avons à plusieurs reprises reçu des promesses des Etats-Unis, mais elles ne se sont pas concrétisées.

Le royaume s’est impliqué, faisant pression sur la Jordanie pour qu’elle ouvre ses frontières aux combattants et nous avons installé dans ce pays, à l’instar de ce qui se passe en Turquie, un bureau de coordination, notamment avec la Jordanie, le Qatar, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France. »

« Nous achetons des armes à travers le monde », reconnaît volontiers un responsable, mais cette aide reste limitée par les refus américain et européen de livrer des armes plus sophistiquées, notamment anti-aériennes – le contrôle sur ce type d’armement serait beaucoup plus strict depuis la guerre d’Afghanistan. « Nous avons décidé d’agir sans attendre les Occidentaux », affirme un autre.

Ici, on ne croit pas beaucoup à la représentativité des différents conseils de coordination de l’opposition mis en place à l’étranger, encore moins au nouveau premier ministre du gouvernement provisoire, imposé largement par l’argent du Qatar, dont les responsables saoudiens suivent les activités avec un mélange d’ironie et d’exaspération : « En Europe, vous avez le Luxembourg, petit mais présent ; nous avons le Qatar. Nous devons faire avec. »

Leur méfiance frappe aussi les Frères musulmans : « Dans nos contacts avec les différents groupes d’opposition, nous avons remarqué que les Frères ne demandaient pas d’armes mais de l’aide humanitaire. Ils veulent faire comme en Egypte quand ils remplaçaient l’Etat défaillant après un tremblement de terre. Ils pensent à long terme. Nous avons imposé alors que chaque groupe recevrait au moins 20 % d’aide humanitaire. »

Deux objectifs sont soulignés par nos interlocuteurs :

  • préserver les institutions syriennes, l’armée, l’administration, pour ne pas répéter l’expérience irakienne, la « débaasisation ».
  • préserver la mosaïque de la société ; il faut notamment rassurer les minorités, leur donner encore plus de garanties. C’est une ligne rouge, il faut éviter les atrocités contre les minorités : « Nous rappelons à nos contacts de l’opposition le risque qu’ils se retrouvent devant la Cour pénale internationale, comme Milosevic ». Mais nos interlocuteurs ne cachent pas le fait que l’opposition a échoué dans ce domaine, notamment dans sa tentative de rassurer la communauté alaouite.

Et sur les groupes radicaux ? « Nous savons qu’il existe des forces radicales comme le Front Al-Nousrah, mais il ne faut pas les surestimer. Rappelons que le royaume a affronté Al-Qaida sur son territoire à partir de 2003, donc nous ne sommes pas naïfs. »

Un de nos interlocuteurs balaie d’un revers de main l’idée que l’Arabie n’étant pas un pays démocratique, elle ne peut se battre pour la démocratie en Syrie : « Nous ne cherchons pas à imposer un système politique, ce sera l’affaire des Syriens eux-mêmes. Notre problème avec le gouvernement de Damas n’est pas le fait qu’il n’est pas démocratique, mais le fait qu’il utilise des chars, des avions, des missiles contre sa propre population. »

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016