En kiosques : mai 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Liberté pour le peintre syrien Youssef Abdelké

par Alain Gresh, 26 juillet 2013

Je l’avais rencontré au début de l’été 2011 à Damas. Le pays était saisi par la fièvre qui secouait tout le monde arabe, mais n’avait pas encore basculé dans la guerre. Graveur, né à Qamechli, il est diplômé de la Faculté des beaux-arts de Damas, et de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, à Paris. Réfugié à Paris à partir de 1981, il était retourné vivre dans son pays en 2005 après un long exil, ne cachant pas sa critique du régime ni ses engagements communistes, mais surtout attaché à développer son art. Dans son atelier, situé dans le vieux Damas, il accueillait ses visiteurs en toute simplicité, dans un capharnaüm où s’entassaient ses magnifiques toiles.

JPEG - 34.5 ko
Two dishes
Youssef Abdelké. Cette toile accompagnait l’article « Jours de tourmente en Syrie », dans l’édition du Monde diplomatique d’août 2011.

Son arrestation à un barrage par les autorités de Damas, après avoir signé un texte affirmant son attachement « aux principes au nom desquels la révolution a débuté en mars 2011 » et à un système démocratique et pluraliste, a suscité un large mobilisation (Lire, « La Toile syrienne mobilisée après l’arrestation du peintre Youssef Abdelké », L’Orient-Le-Jour).

Le quotidien Al-Akhbar, par la voix de son rédacteur en chef Ibrahim Al-Amine a protesté, dans un article sous le titre « Qui a peur de Youssef Abdelké ? ».

Une page Facebook a été créée pour exiger sa libération.

Plusieurs de ses toiles sont exposées à l’Institut du monde arabe et au British Museum.

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016