En kiosques : mai 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Les mensonges de BHL (suite, sans fin)

Israël, les juifs et Gaza

par Alain Gresh, 21 juillet 2014

On trouvera une traduction en arabe du texte ici.

A chaque offensive israélienne contre Gaza, nous avons droit à un nouvel éditorial de Bernard-Henri Lévy et à une accumulation de mensonges. Ce fut le cas en décembre 2008, quand l’homme rendait compte de l’invasion israélienne sur la tourelle d’un char. Ce fut le cas en novembre 2012. C’est à nouveau le cas avec sa dernière chronique, « Gaza Paris », parue sur le site de la revue qu’il dirige, La Règle du jeu, le 15 juillet dernier. Le discrédit de cet essayiste dont les livres ne se vendent plus n’empêche pas les médias de lui ouvrir leurs colonnes et leurs plateaux à l’envi (1). Au demeurant, ce texte concentre tous les mensonges proférés sur la Palestine, et largement repris ailleurs.

Premier mensonge, la photo qui illustre l’article et qui prétend montrer la synagogue de la rue de la Roquette assiégée. Une fois de plus BHL se prend les pieds dans le tapis, car selon le rabbin, il n’y eu aucune attaque contre l’établissement (« Incidents rue de la Roquette : Serge Benhaim dément toute attaque de la synagogue », ITélé, 18 juillet). D’où vient la photo ?

« Ainsi donc il s’est trouvé des milliers d’hommes et de femmes pour, ce dimanche, à Paris, sous couvert de “défense de la Palestine”, s’en prendre à nouveau aux juifs. A ces imbéciles doublés de salopards, ou l’inverse, on rappellera, à toutes fins utiles, que confondre juifs et Israéliens dans une même réprobation est le principe même d’un antisémitisme qui, en France, est puni par la loi. »

De s’en prendre aux juifs ? On sait que l’affaire de l’attaque de la synagogue a été montée de toutes pièces, que l’AFP, qui l’a rapportée, n’avait aucun journaliste sur place, et que les médias ont été contraints de rectifier. Les déclarations de Michèle Sibony, secrétaire générale adjointe de l’Union juive française pour la paix (UJFP) sur LCI ont permis de remettre les pendule à l’heure et de rappeler que non seulement il n’y a eu aucun slogan antisémite dans la manifestation, mais que de nombreux juifs y ont participé.

On sait qu’il y a eu quelques affrontements entre des nervis de la Ligue de défense juive (LDJ) — organisation fasciste interdite en Israël et aux Etats-Unis que les autorités françaises refusent de dissoudre — et une centaine de jeunes dont certains ont crié des slogans antisémites répondant aux slogans anti-arabes de leurs adversaires. Il faut les dénoncer avec force et dénoncer tous ceux qui amalgament juif et Israélien.

Car BHL a raison, il faut bannir l’identification juif et Israélien. Mais qui contribue à la créer ? Israël, qui refuse l’existence d’une nationalité israélienne et ne reconnaît que des juifs et des Arabes parmi ses citoyens. Israël, qui affirme être un « Etat juif » et qui parle de son armée comme d’une « armée juive ».

Et quand l’armée israélienne organise en mai 2014 une rencontre à la synagogue de la Victoire pour vanter ses mérites et pour recruter, qui crée l’identification Israélien/juif ? (Devant la “publicité” un peu encombrante, la réunion a été annulée). Quand s’organise à Paris tous les ans un gala de soutien à la police des frontières israéliennes, qui importe le conflit en France ? L’ambassadeur de France à Tel-Aviv ne manque pas de saluer « l’engagement courageux » de jeunes Français dans l’armée israélienne. Que dirait le gouvernement français si de jeunes Français musulmans allaient se battre en Palestine ? Et pourtant il accepte que certains participent aujourd’hui à l’offensive contre Gaza.

« On rappellera qu’aucune indignation, aucune solidarité avec quelque cause que ce soit ne saurait, je ne dis même pas autoriser, mais excuser, ce geste virtuellement pogromiste qu’est la tentative d’intrusion, par la violence, dans une synagogue.

A ces salopards doublés d’imbéciles, ou l’inverse, on redira que se rassembler derrière des Qassam en carton-pâte censés reproduire les obus tirés, à l’aveugle, sur les femmes, les enfants, les vieillards, bref, les civils d’Israël, n’est pas un acte anodin mais un geste de soutien à une entreprise terroriste.

A ceux d’entre eux, s’il y en a, qui avaient réellement à cœur, enfin, la cause de Gaza et qui défilaient sous des banderoles évoquant les dizaines d’innocents tués depuis qu’a commencé la contre-offensive israélienne, on n’aura pas la cruauté de demander pourquoi ils ne sont jamais là, jamais, sur le même pavé parisien, pour pleurer, non les dizaines, mais les dizaines de milliers d’autres innocents tués, depuis trois ans et demi, dans cet autre pays arabe qu’est la Syrie. »

L’argument revient en boucle tout au long des luttes de ces dernières décennies. Vous vous mobilisez pour l’indépendance de l’Algérie, pourquoi vous ne faites rien contre les dictateurs arabes ? Vous vous mobilisez contre l’agression américaine au Vietnam, pourquoi vous ne protestez pas contre le goulag ? Vous dénoncez l’Afrique du Sud de l’apartheid, et le gouvernement de Pretoria rétorquait : regardez plutôt les crimes commis au Congo ou en Ethiopie.

« Etats fantômes au Proche-Orient », dossier du Monde diplomatique de juillet 2014.Je ne sais pas ce qui permet de dire à BHL que les manifestants qui sont descendus dans la rue ces derniers jours ne se mobilisaient pas pour d’autres causes. J’en connais qui ont fait beaucoup pour dénoncer le régime syrien. Mais il est vrai que la cause palestinienne est emblématique, non pas par le nombre de victimes, mais par le fait que c’est le dernier conflit colonial. J’ai longuement expliqué dans De quoi la Palestine est-elle le nom ? pourquoi il était un conflit symbolique, sur la ligne de fracture de l’Orient et de l’Occident, du Nord et du Sud (lire l’extrait reproduit sur ce blog, « Gaza avant le Congo ? La Palestine avant la Syrie ? »).

« Mais on fera observer que, pour ces tués-ci, pour ces dizaines de femmes, enfants, vieillards, bref, civils, qui, si la fuite en avant criminelle du Hamas n’est pas stoppée, seront, demain, des centaines, il y a, non pas un, mais deux responsables : le pilote qui, visant une rampe de missiles iraniens cachée dans la cour d’un immeuble, touche par erreur l’immeuble voisin ; mais aussi, voire d’abord, ces monstres de cynisme qui, au message du pilote annonçant qu’il va tirer et invitant les voisins à quitter le quartier pour se mettre à l’abri, répondent invariablement : “que personne ne bouge ; que chacun reste à son poste ; que 10, 100 martyrs offrent leur sang à la sainte cause, inscrite dans notre charte, de la destruction de l’Etat des juifs”. »

D’abord il est évident que la citation donnée par BHL « que personne ne bouge, etc. » est une pure fabrication. Il est clair que les Palestiniens hésitent à quitter leur maison de peur qu’elle ne soit pillée et détruite comme chaque fois que l’armée israélienne envahit un territoire. Il est clair aussi que certaines pratiques des groupes armés — et rappelons qu’à Gaza se battent aux côtés du Hamas, le Jihad islamique, le Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP) et des groupes liés au Fatah — sont condamnables. Mais rappelons également qu’Amnesty International a dénoncé dans son rapport de 2010 (sur l’invasion israélienne de Gaza) l’utilisation de Palestiniens par l’armée israélienne comme boucliers humains. Et que, encore une fois, nous n’avons pas affaire à deux armées qui se battent à armes égales. Il faut toujours rappeler cette formule du dirigeant du Front de libération nationale algérien Larbi Ben M’hidi, arrêté le 23 février 1957 par l’armée française et interrogé par des journalistes à propos du FLN posant des bombes dans des cafés dissimulées dans des couffins : « Donnez-nous vos avions, nous vous donnerons nos couffins. » L’homme sera « suicidé » par Paul Aussaresses quelques jours plus tard.

« Et quant aux autres, quant à ceux qui considèrent ces débordements en songeant que des fièvres partagées en sont probablement la cause, quant aux médias qui ne cessent d’évoquer en boucle l’“agression” israélienne, ou la “prison” qu’est devenue Gaza, ou la “spirale” des “violences” et des “vengeances” censée alimenter cette guerre sans fin, on leur objectera :

1. qu’il n’y a pas agression, mais contre-attaque d’Israël face à la pluie de missiles qui, encore une fois, s’abattaient sur ses villes et qu’aucun Etat au monde n’aurait tolérés si longtemps ; »

Si la France recevait des obus tirés de Suisse ou de Belgique, ne répondrait-elle pas à cette agression ? Seulement la France n’occupe pas la Suisse et la Belgique depuis des décennies et ne risque donc pas de voir s’abattre sur elle des obus.

« 2. que Gaza est, en effet, une sorte de prison mais que, les Israéliens l’ayant évacuée depuis bientôt dix ans, on voit mal comment ils pourraient en être les geôliers — mais quid, par contre, du Hamas qui tient l’enclave sous le joug, qui traite ses habitants comme des otages et qui, alors qu’il lui suffirait d’un mot ou, en tout cas, d’une main tendue pour que cesse le cauchemar, préfère aller au bout de sa folie criminelle ? »

Il n’y a que BHL pour croire qu’il n’y a pas de geôliers à Gaza. Ces geôliers ont beau être à l’extérieur, la bande de Gaza reste un territoire occupé : les Nations unies continuent de la considérer comme tel parce que ses accès terrestres, maritimes et aériens restent dépendant d’Israël — qui interdit l’accès à des franges importantes de Gaza (30% des terres agricoles) ainsi qu’à la mer au-delà de 6 miles (réduites à 3 miles depuis le début de l’opération —, que l’état civil reste aux mains des Israéliens, que le blocus imposé par Israël depuis 2007 reste en vigueur, malgré les condamnations « verbales » unanimes de la communauté internationale, Etats-Unis compris.

« 3. qu’entre les violences et vengeances que l’on nous présente comme “symétriques”, entre le meurtre des trois adolescents juifs kidnappés et retrouvés morts près de Hébron et le meurtre du jeune Palestinien brûlé vif, deux jours plus tard, par un gang de barbares qui fait honte aux idéaux d’Israël, il y a une différence qui ne change, hélas, rien au deuil des quatre familles mais qui, pour ceux qui ont la possibilité et, donc, le devoir de garder la tête froide, change tout : les autorités politiques, judiciaires et morales d’Israël se sont horrifiées du second, l’ont condamné sans réserve et ont fait en sorte que l’on traque et arrête sans tarder ses présumés coupable[s] ; pour le premier, dont les auteurs courent toujours, il fallait avoir l’oreille bien fine pour entendre quelque mot que ce soit dans les rangs palestiniens — si, tout de même, une phrase, celle de Khaled Mechaal, chef en exil du Hamas, “félicitant” les “mains” qui ont “enlevé” les trois jeunes gens brutalement requalifiés, pour l’occasion, de “colons juifs” »

BHL semble ignorer les campagnes de haine qui déferlent sur Israël depuis des années et qui amène une majorité des habitants à souhaiter l’expulsion des citoyens arabes de l’Etat. Ignorer encore le rôle des colons et des groupuscules d’extrême droite qui disposent, depuis des années, d’une impunité totale, et qui ont multiplié les agressions contre les Arabes.

« Je doute que ces remarques puissent avoir quelque effet sur les djihadistes du dimanche, toujours les mêmes, qui, un jour, déplorent qu’on les empêche de rire avec Dieudonné ; un autre qu’on leur interdise de dire leur respect pour Mohamed Merah ; et, un autre, que la diplomatie française ne se range pas comme un seul homme derrière les “indignés” pro-Hamas. »

C’est ce qu’on appelle un amalgame. Mérite-t-il vraiment une réponse ?

« Le reste de la France, en revanche, les femmes et hommes de bonne volonté, ceux qui n’ont pas renoncé au rêve de voir, un jour, cette terre enfin partagée, on aimerait tellement qu’ils brisent le cercle de la désinformation et de la paresse de la pensée ! Non, entre Israël et Hamas, les torts ne sont pas également distribués. Oui, le Hamas est une organisation fascislamiste dont il est urgent de libérer, aussi, les Gazaouites. Et, quant au chef de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, il en appelle aux Nations unies pour qu’elles fassent “pression” sur Israël : mais ne serait-il pas plus logique, plus digne et surtout plus efficace qu’il en appelle à ces fous de Dieu qui sont redevenus, après tout, depuis quelques semaines, ses partenaires de gouvernement pour exiger et obtenir d’eux qu’ils déposent, sans délai, les armes ? »

Lire « Pourquoi les négociations au Proche-Orient échouent toujours ? », Le Monde diplomatique, juin 2014.Déposer les armes, comme le demande BHL, conduira-t-il à la paix ? Cela fait dix ans environ, depuis la mort de Yasser Arafat, que Mahmoud Abbas négocie avec Israël, poursuit une coopération sécuritaire avec l’armée d’occupation, coopération qu’il a qualifiée de « sacrée ». Le Hamas n’est pas partie prenante des négociations et ne le sera pas dans l’avenir car ce n’est pas le gouvernement palestinien qui négocie mais l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). Et quel est le résultat de ces négociations ? Davantage de colonies, davantage de colons, plus de répression, un refus absolu de rendre les territoires occupés en 1967.

Quant au « fascisme » du Hamas, rappelons que siègent au gouvernement israélien des partis qui, s’ils étaient élus dans n’importe quel pays européen, seraient dénoncés par BHL qui refuserait de les recevoir. Un fasciste israélien juif est-il plus acceptable qu’un fasciste néerlandais ou autrichien ?

« Les Gazaouites méritent mieux qu’un destin de boucliers humains.
Les peuples de la région, tous ses peuples, sont fatigués de la guerre et de son cortège d’horreurs : donnons une chance à la paix. »

Oui, donnons une chance à la paix. Appliquons des sanctions contre Israël pour qu’il accepte enfin de se conformer aux résolutions de l’ONU, renonce à la colonisation et évacue les territoires occupés.

Alain Gresh

(1) Voir le dossier Internet du Monde diplomatique, « L’imposture Bernard-Henri Lévy ».

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016