En kiosques : décembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Egypte, trois réflexions sur une interpellation

par Alain Gresh, 13 novembre 2014

Le rappel des faits d’abord. J’ai participé au Caire à une conférence sponsorisée par l’Union européenne autour des problèmes de traduction les 9 et 10 novembre. J’ai décidé de rester quelques jours supplémentaires pour rencontrer des gens, mesurer les changements, régler quelques problèmes liés à l’édition arabe du Monde diplomatique. Le 11 novembre, à 11 heures, j’ai rencontré dans un café huppé, situé en face de l’ambassade britannique — dont la dimension impressionnante rappelle que le Royaume-Uni a dirigé l’Egypte occupée à partir de 1882 —, deux Egyptiennes, l’une éditorialiste et l’autre étudiante. La salle est petite, les tables collées les unes aux autres, mais je ne fais pas attention à nos voisins. Nous parlons en arabe et en anglais de ce qui se passe dans le pays, de la situation dans les universités, de l’état des médias.

JPEG - 27.7 ko
Le Caire, non loin du lieu de l’incident
© baroug

Au bout d’une demi-heure, une dame bien habillée, que je n’avais pas remarquée mais qui était assise à côté de nous, se lève, visiblement furieuse, et s’en va. Elle nous jette à la figure : « Vous cherchez à détruire le pays. » Nous ne répondons pas et continuons à converser. A ce moment précis, quelqu’un entre dans le café, visiblement un « moukhabarat » (un membre des services de renseignement, on les détecte assez facilement) et s’installe à son tour, mais, là encore, nous n’y prêtons pas attention. Il sortira avant nous.

Lorsque nous quittons à notre tour l’établissement, ce même homme, avec d’autres policiers en uniforme, nous interpelle. Je dois préciser que, tout au long de cet incident, nous avons été bien traités, que les agents ont apporté une chaise à l’une des deux femmes, enceinte. Ils nous prennent alors nos papiers d’identité et commencent, pour chacun, un interrogatoire dans la rue. En ce qui me concerne, il s’agit de savoir où j’habite au Caire, pourquoi j’ai changé d’hôtel, quel jour je suis arrivé en Egypte. Au bout d’une demi-heure, ils me rendent mon passeport et me disent de partir ; je refuse tant que les deux autres personnes ne sont pas aussi libres de leurs mouvements. Au bout de cinq minutes, ils reprennent mon passeport. L’un des policiers me demande si j’ai une autorisation de travailler du ministère de l’information. Devant ma réponse négative, il me dit, croyant me coincer : « et si moi je venais en France interviewer des gens, je n’aurais pas besoin d’autorisation ? » Nouvelle réponse négative de ma part. Il est surpris.

Au bout d’une heure, trouvant le temps long, j’informe l’ambassade de France et le président du syndicat des journalistes égyptiens. Se multiplient alors les interventions, y compris, paraît-il, du premier ministre et en tous cas du ministère de l’intérieur et de l’ambassade. Je suis « libre », mais la question des deux femmes n’est toujours pas réglée. Je reste, contacte à nouveau le président du syndicat des journalistes et, finalement, on nous laisse tous partir. L’incident aura duré une heure et trente minutes.

A 18 heures, de retour à mon hôtel, je reçois un coup de fil du ministère de l’intérieur. On m’annonce qu’une voiture va venir me chercher pour que je sois reçu. La rencontre se déroule avec le vice-ministre chargé des droits humains (un général (1)) et plusieurs officiers. On me présente des excuses en disant que c’était une « faute » de m’avoir arrêté.

Cet incident suscite en moi trois réflexions.

Lire Moustafa Bassiouni, « En Egypte, rien n’arrête le mouvement ouvrier », Le Monde diplomatique, août 2014.Le plus grave n’est évidemment pas l’interpellation, mais le fait que nous ayons été dénoncés par « une bonne citoyenne ». Ce geste reflète le climat qui règne dans le pays, auquel participe l’écrasante majorité des médias, privés compris. Récemment, les directeurs des journaux et des chaînes ont écrit qu’ils ne publieraient aucune information pouvant nuire à l’Etat, « guerre contre le terrorisme » oblige (plusieurs centaines de journalistes ont signé une pétition contre ce texte). Les chaînes de télévision dénoncent quiconque émet la moindre critique. Les journalistes ayant des vues différentes ont pratiquement été exclus des colonnes des quotidiens. Une partie de l’opinion est chauffée à blanc, convaincue que l’Egypte est l’objet d’un complot américano-européo-israélien (ce qui est assez paradoxal quand on sait la force des relations existant désormais entre Le Caire et Tel-Aviv). Le climat ressemble à celui des Etats-Unis au lendemain du 11-Septembre, résumé dans le slogan du président George W Bush : « qui n’est pas avec nous est contre nous ». L’appel régulier aux « bons citoyens » a de quoi inquiéter sur l’avenir.

Deuxième réflexion, sur la puissance des médias sociaux, qui ont répercuté la nouvelle avec une rapidité et une force qui m’ont surpris (2). En quelques heures, l’information a fait le tour du monde, j’ai reçu un grand nombre de messages de soutien, j’ai été interviewé par de nombreuses chaînes. Le commissaire de l’Union européenne responsable des droits humains a même émis une condamnation.

La troisième réflexion est liée à la précédente. Je ne peux m’empêcher de penser que ces réactions sont, en partie, démesurées, liées à mon statut de « journaliste blanc ». Ou, pour le dire autrement, qu’il existe en Egypte des milliers de prisonniers politiques, dont certains sont en grève de la faim et risquent de mourir, des arrestations arbitraires, des cas avérés de torture, qui devraient susciter plus d’indignation et de condamnation. Ceci étant, tant mieux si cet incident a pu attirer l’attention sur ces cas. Et je pense en premier lieu aux prisonniers politiques actuellement en grève de la faim, dont Alaa Abdel Fattah et Mohamed Sultan. La détérioration de la situation en termes de droits humains et de libertés publiques en Egypte ne devraient laisser personne indifférent — et surtout pas les amis de ce pays et de son peuple.

Université populaire : Le poids de l’histoire sur l’Orient (1914-2014)

« De l’Empire ottoman à la Turquie d’aujourd’hui »
Deuxième session du cycle annuel de neuf séances.

 Séance 1 : 10h30-12h30
L’Empire ottoman au XIXe - Avec Ghislaine Alleaume, directrice de Recherche au CNRS et directrice de l’IREMAM (Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman).

 Séance 2 : 14h-16h
Vivre dans l’Empire ottoman et en Turquie - Avec François Georgeon, directeur de recherche émérite au CNRS.

 Séance 3 : 16h15-18h
Histoire du nationalisme turc - Avec Ali Kazancigil, politologue, co-directeur de la revue de géopolitique Anatoli : De l’Adriatique à la Caspienne (CNRS Editions).

Tarifs : 20 euros pour la journée, 12 euros en tarif réduit (étudiants et demandeurs d’emploi). 8 euros pour une séance, 5 euros en tarif réduit.

À l’iReMMO 5, rue Basse des Carmes, 75005 Paris (Métro Maubert-Mutualité, ligne 10).

Contact : universite-populaire@iremmo.org et 01 43 29 05 65

Alain Gresh

(1) Lire « En Egypte, la révolution à l’ombre des militaires », Le Monde diplomatique, août 2013.

(2) Lire Navid Hassanpour, « Révolte égyptienne, avec ou sans Twitter », Le Monde diplomatique, février 2012.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016