En kiosques : décembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

La France en guerre

Une bataille déjà perdue ?

La France tétanisée, l’état d’urgence pour trois mois, la république martiale, les descentes de police, les renforts militaires, la limitation des libertés, la multiplication des bombardements aériens au dessus de la Syrie : l’Organisation de l’Etat islamique (OEI) aurait-elle déjà gagné une bataille, à Paris, depuis ce funeste vendredi 13 ? « Il aura fallu payer le prix du sang pour que les Français comprennent qu’ils sont en guerre », estimait dès le lendemain des massacres sur France Inter le général Vincent Desportes, ancien directeur de l’Ecole de guerre et professeur à Sciences-Po, pour qui il s’agit d’un « retour au réel », suivi aussitôt d’un « virage sécuritaire de Hollande » (1).

par Philippe Leymarie, 20 novembre 2015

« Vos guerres, nos morts »… Submergés par l’émotion, accablés par le chagrin, transportés parfois par la colère et la révolte contre l’injustice : nous avons été tout cela, ces jours-ci, à l’évocation du sort de ces cent vingt-neuf jeunes hommes et femmes exécutés au hasard, dans des lieux de convivialité, de ces centaines de traumatisés dans leurs corps et leurs âmes, par le malheur de leurs proches. « Les attentats de vendredi ont visé le fait de profiter de la vie, en allant voir un match, boire un verre, écouter de la musique », constate la neuropsychologue Sylvie Chokron. « Le risque est de voir se développer dans l’inconscient la peur de la vie » (2).

Quelque chose n’a pas marché

Lire « Ebriété guerrière », La valise diplomatique, 17 novembre 2015.La population a-t-elle été assez protégée ? « Le Bataclan a été le Sedan de l’opération Sentinelle », estime Jean-Dominique Merchet sur son blog Secret Défense, faisant référence à la ligne Maginot du siècle dernier, contournée par les Allemands. Cette fois encore, alors que les effectifs de l’opération militaire Sentinelle, déclenchée sur le territoire national à la suite des attentats de janvier, étaient « scotchés » autour des sites réputés « sensibles », l’adversaire s’attaquait à des terrasses de café, à une salle de spectacle et — heureusement sans succès, dans ce cas — au principal stade du pays.

« On a perdu une bataille terrible », conclut Merchet, pour qui l’investissement sur Sentinelle depuis janvier — un demi-million d’euros par jour, 175 millions par an — aurait pu sembler peu coûteux, comparé aux 32 milliards d’euros du budget défense, si seulement le dispositif avait pu empêcher les carnages du vendredi 13…

Si le combat contre un adversaire usant de méthodes terroristes et s’en prenant à la population est par essence inégal, voire impossible à gagner, il semble tout aussi évident que le déploiement sur le territoire national, en mode « surveillance et dissuasion », de militaires équipés et entraînés pour les crapahutages sous d’autres latitudes, fait pour rassurer quelque peu l’opinion au lendemain des attentats de janvier, est inadapté, inefficace et par ailleurs trop voyant (et d’ailleurs assez mal vécu par les intéressés).

Marteau-pilon

Les attentats de ces derniers mois ont prouvé également qu’en dépit de l’activité soutenue des services français — une dizaine de milliers d’agents, en incluant les renseignements militaires, qui ont déjoué six projets de type terroriste depuis le printemps 2015, d’après le ministère de l’intérieur, dont quatre fomentés par le belge Abdelhamid Abaaoud (3) — il a été impossible d’anticiper plusieurs attentats majeurs, dont ceux du vendredi 13, menés par des équipes nombreuses, équipées, coordonnées, qui ont répandu la terreur et contraint l’exécutif à annoncer un train de mesures, dont des restrictions significatives des libertés.

Et la question surgit, pas seulement de la part de la droite (elle-même responsable, en son temps, de l’affaiblissement du dispositif de sécurité, avec la suppression de douze mille postes de policiers et gendarmes entre 2007 et 2012), mais aussi de toute la société civile : l’état d’urgence, les assignations, les renforts de police, les contrôles aux frontières, les bombardements plus intensifs… Que nos gouvernants ne les ont-ils pas lancés plus tôt, dans la foulée des attentats contre Charlie et l’Hyper Cacher, en janvier ?! N’était-ce pas déjà assez grave ?

Ce n’est en tout cas pas faute d’avoir légiféré : seize textes antiterroristes ont été adoptés en quinze ans, et le dernier il y a quelques mois (la loi sur le renseignement, qui facilite les écoutes (4)). Le juge Marc Trevidic, qui vient de passer dix ans au pôle antiterroriste de Paris — mais qui vient d’être muté à Lille, en vertu d’une règle de rotation qui tombe bien mal… — estime que ce corpus de lois est amplement suffisant, qu’il suffisait de s’en servir, à condition bien sûr de disposer du personnel nécessaire (magistrats, greffiers, enquêteurs, gardiens).

Les articles 421-1 et 421-2 du Code pénal, en particulier, qui sont « tout à fait contradictoires avec les libertés publiques », comme le souligne Jean Guisnel, sont aussi « d’une redoutable efficacité » : ce « marteau-pilon juridique » permet aux magistrats et aux policiers de surveiller et d’interpeller quiconque est à leurs yeux susceptible de s’engager dans une action terroriste, y compris s’il n’y a pas le moindre élément de réalisation. Reste que la machine judiciaire et pénitentiaire ne suit pas toujours…

Renforts à tous les étages

Etoffer à nouveau maintenant les effectifs de police et gendarmerie ? C’était déjà le cas, notamment dans les secteurs du renseignement, de la lutte contre le cyberterrorisme, particulièrement choyés depuis quelques années. Mais l’objectif d’ouvrir cinq mille postes dans les deux ans, annoncé par le président Hollande dans la foulée des attentats, paraît difficile à tenir, en raison notamment de l’engorgement des centres de formation (5).

A deux vitesses

Autre annonce : le projet de création d’une garde nationale, en s’appuyant sur les réservistes — une force intermédiaire de renfort, plus spécialisée dans la surveillance et le maintien de l’ordre intérieur que ne le sont les militaires (notamment ceux déployés actuellement au titre de l’opération Sentinelle) ? Mais cela reviendrait à consacrer une armée à deux vitesses. Et n’est-ce pas déjà la mission de la gendarmerie — cette force de police de statut militaire, déployée dans les campagnes, et à l’occasion dans les villes (avec notamment ses unités de gendarmerie mobile), beaucoup plus proche de la société civile que ne le sont à priori les soldats ?

La décision du président Hollande d’annuler le plan de diminution d’effectifs militaires jusqu’en 2019 donne en tout cas un sérieux coup d’oxygène aux armées, qui pourront renforcer les unités opérationnelles, retrouver des marges pour l’entraînement, et développer des secteurs comme la cyberdéfense ou le renseignement, tout en sauvant une partie des services de soutien dont la disparition était programmée. Et donc continuer à guerroyer sur plusieurs théâtres simultanés, comme c’est le cas actuellement.

Finalement, en ajoutant les annonces faites lundi au Congrès sur le renforcement des effectifs de policiers, gendarmes, personnels pénitentiaires, douaniers, etc. — soit 15 000 postes créés ou maintenus — toutes les réductions opérées en leur temps par l’ex-président Sarkozy auront été compensées. Mais une partie des recrutements et formations (notamment celle des analystes, des enquêteurs) prendront du temps, et il faudra veiller à ce que ces effectifs supplémentaires soient placés aux bons endroits (et non affectés à des gardes statiques, des emplois administratifs, etc.).

Blessures de guerre

Quant à assigner à résidence, voire interner l’ensemble des fichés « S » (comme « sûreté »), comme le demande sans cesse la droite ? La plupart des dix mille personnes concernées (selon Jean-Jacques Urvoas, député PS spécialiste des questions de sécurité) ne savent pas qu’elles sont « S » : ce moyen de signalement est destiné à alimenter les dossiers de police, et à justifier le moment venu d’éventuelles surveillances plus étroites ; il n’a pas de portée judiciaire, et n’est pas en soi une indication, et encore moins une preuve de délit. La mise sous contrôle permanent d’un effectif d’individus aussi important nécessiterait en outre un personnel décuplé de police et gendarmerie.

La guerre, disent-ils

François Hollande l’a mentionnée à dix reprises dans son discours devant le Congrès, lundi à Versailles : on sait que ce président, détenteur de records d’impopularité, endosse volontiers la posture de chef des armées, ou de « grand » du monde, qui lui redonne à chaque fois et pour un temps la stature perdue sur le terrain politique.

JPEG - 65.6 ko
Des avions de chasse Dassault à la « une » du journal de Dassault
Capture d’écran de la page Facebook du « Figaro », 19 novembre 2015

La formule ne fait d’ailleurs pas l’unanimité : la guerre, c’est en principe pour l’extérieur, avec une armée sachant la « faire », un ennemi en bonne et due forme, des règles d’engagement, des conventions internationales (6), etc. La « guerre contre le terrorisme » est-elle d’ailleurs le bon moyen pour annihiler (« éradiquer », dirait François Hollande) Daech (acronyme arabe désignant l’OEI) ? L’ex-premier ministre Dominique de Villepin estime que, pour combattre un adversaire conduit d’une main aussi invisible, opportuniste, et ne respectant aucun cadre, il faut non pas du pilonnage militaire, mais de la politique, une vision, de la ruse ; il soutient qu’il n’y a pas d’exemple où la « guerre contre le terrorisme » n’ait conduit à plus de chaos, et invite à se souvenir que « nous avons en grande partie enfanté nous-même Daech ».

Mais, pour ce qui est des attentats de ces derniers mois dans l’Hexagone, tout ramène effectivement à la guerre : la volonté d’en découdre et d’affronter l’adversaire, le type d’armes utilisé, le professionnalisme des attaquants, leur formation et tutelle à distance, sans parler des « blessures de guerre » qu’ont eu à traiter les médecins urgentistes.

Quant à la guerre menée par la France à l’extérieur, même si elle a longtemps été limitée, pratiquement invisible et presque indolore, elle est permanente depuis cinq ans, et sur plusieurs fronts : après l’Afghanistan, la Côte d’Ivoire, la Libye, la Centrafrique, le Mali, le Sahel maintenant, et aujourd’hui l’Irak, la Syrie — au nom des « responsabilités historiques de la France », de ses « devoirs de membre permanent du Conseil de sécurité » et… de son souci de garder une influence internationale, que ne lui autorise plus sa relative faiblesse économique.

A trop déclarer la guerre sans la mener vraiment, et comme cela a longtemps été le cas à propos de la Syrie, ne prend-on pas le risque de grandir l’adversaire, de l’exciter, de susciter encore plus de pratiques terroristes (comme l’a montré l’exemple afghan) ? « On ne peut mener la guerre à Rakka sans être en guerre en France », estimait l’ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin sur France Inter, le 16 novembre, en s’en prenant aux « attitudes de coq de village » à propos des trois frappes délivrées par l’aviation française en l’espace de six semaines — dont un premier bombardement, le 8 octobre, sur une ex-base militaire de l’armée syrienne à Rakka, servant apparemment de centre d’entraînement à la mouvance francophone de cette organisation : l’opération avait pour but d’éliminer plusieurs chefs identifiés de ce groupe, dont peut-être l’un des instigateurs des attentats de vendredi à Paris.

Depuis, les autorités françaises s’attendaient à une réplique de Daech sous une forme ou une autre, et auraient dû, selon certains, avertir au moins la population, suggérer ou imposer des mesures de prudence ou de protection, multiplier les contrôles sur les axes de transport et frontières, même si — pour le politologue Gilles Kepel, sur France Inter le 15 novembre — « il y aurait eu des attentats avec ou sans intervention en Syrie ».

Cycle des représailles

« Pouvait-on imaginer que cela n’aurait pas de répercussions sur le territoire français ? », se demande encore le sénateur Raffarin qui, tout en ne se voulant pas dans le camp des « guerriers », estime que, si on fait la guerre comme on le proclame sur tous les tons ces jours-ci, il faut se mettre en situation de la gagner, avec :

 à l’intérieur, un investissement plus massif qu’annoncé par le président Hollande en matière de sécurité (surveillance, assignations, portiques, contrôles aux frontières, etc.) ;
 et à l’extérieur, la mise sur pied d’une coalition unique forgée après accord avec la Russie et l’Iran, en sortant pleinement de l’ambiguïté à la française (le « d’abord Bachar », puis le « ni Bachar ni Daech » de Fabius) ou à la turque (Ni Bachar ni les Kurdes), dotée de moyens militaires significatifs et coordonnés ;
 à quoi le traditionnel belliciste Bernard-Henri Levy ajoute un engagement des troupes occidentales au sol, au nom d’un « No boots on their ground, more blood on our ground » (Pas de bottes sur leur terre, encore plus de sang sur la nôtre) (7).

Depuis les attentats du vendredi 13 à Paris, le cycle des représailles est enclenché : les raids nocturnes des Rafale et Mirage français sur Rakka, la capitale du califat de Daech, ont été quotidiens, à partir de leurs bases en Jordanie et aux Emirats arabes unis. Avec des bilans toujours impossibles à établir. Et la certitude que les troupes de Daech ont pris des dispositions pour se mettre à l’abri.

Certains voient dans la montée des opérations-suicide le signe que Daech, dont l’expansion a été tout de même contenue par les bombardements aériens, cherche à mettre en œuvre un plan de désencerclement, en portant la guerre au maximum chez l’adversaire. Dans cette optique, certains experts du renseignement se demandent si les carnages de Paris sont une opération de vengeance isolée, à destination spécialement de la France, qui en appelle éventuellement d’autres sur l’Hexagone ou si c’est un élément d’une séquence plus « internationale » : attentat (anti-kurde et anti-opposition) à Ankara, en Turquie, attentats (anti-chiites) à Beyrouth et Bagdad la veille et le matin des tueries à Paris ; avion russe abattu au dessus du Sinaï… et maintenant une opération annoncée à Washington ?

Etat final recherché

Le « professionnalisme » des tueurs en tout cas n’étonne pas les connaisseurs. Au sein du gouvernement de Daech, il y a notamment un « ministre des opérations kamikazes ». Les forces de l’organisation sont encadrées par d’ex-officiers de l’armée de Saddam Hussein, dissoute par l’occupant américain, devenus « mercenaires » pour assurer leur survie, ou au nom de la lutte contre la domination chiite : ils peuvent être spécialistes des blindés, des explosifs, de la logistique, etc.

Une coalition-bis ?

Le gouvernement français a par ailleurs consenti à un virage diplomatique dans le sillage des attentats. Bachar Al-Assad, le président syrien, n’est plus l’ennemi numéro un : on verra plus tard. La Russie redevient soudain fréquentable, y compris à un niveau militaire. Le porte-avions Charles de Gaulle, en route avec son escadre depuis mercredi pour la Méditerranée orientale, pourrait même coopérer avec la marine russe, comme l’a souhaité le président Vladimir Poutine.

Reste à tenter de mettre sur pied une stratégie commune entre les pays engagés contre l’OEI. Commentaire à ce sujet du général Vincent Desportes, dans La Croix du 15 novembre : « Vous pouvez déployer toute la force militaire que vous voulez, si vous ne le faîtes pas au service d’une stratégie claire et cohérente, cela ne sert à rien, comme on l’a vu en Afghanistan et en Irak. On n’arrivera à rien tant que les différentes parties prenantes à la lutte contre Daech — Américains, Russes, Iraniens, Saoudiens et Turcs — ne se mettront pas d’accord sur l’état final recherché, c’est-à-dire le futur du Moyen-Orient. Quand ce sera fait, nous pourrons bâtir une stratégie adaptée. La première étape est donc diplomatique, ce qui n’exclut pas de continuer à frapper pour affaiblir Daech ».

Alliés de cœur

Le président François Hollande, justement, doit se rendre la semaine prochaine à Washington et à Moscou, pour obtenir les feux verts des président Obama et Poutine en faveur d’une résolution du Conseil de sécurité de l’ONU légitimant une intervention concertée en Syrie. A charge ensuite, pour l’ensemble des pays de la nouvelle coalition ainsi esquissée, de déterminer qui sont ses alliés de cœur ou plus souvent de raison sur le terrain, et à appuyer concrètement leur action.

L’autre démarche post-attentats est de mettre cette fois les Européens « face à leurs responsabilités », selon les mots de François Hollande, en les appelant à s’impliquer sur le terrain militaire en Syrie, ainsi que sur les autres théâtres d’opération où sont engagés les Français, notamment au Sahel ; et en les invitant à compenser au moins financièrement les efforts que Paris assure engager souvent au nom de l’Europe sur des théâtres extérieurs.

La France, précise le site B2 (17 novembre), « veut aussi faire prendre conscience de la nécessité pour les Européens — les Etats membres mais aussi les autres institutions européennes comme le Parlement européen — d’avancer sur certaines mesures législatives ou opérationnelles en matière de lutte antiterroriste, notamment sur l’échange de renseignements. Au passage, l’ouverture de cette clause permet d’avancer vers une reconnaissance d’une exception pour circonstances exceptionnelles du pacte de stabilité dont pourrait bénéficier la France ».

Une demande « d’aide et d’assistance » qui a été aussitôt approuvée par les Européens, mais sans que cela ne les engage en rien à faire la guerre, si l’on en croit Jean-Dominique Merchet, définitivement sans illusions sur « l’Europe de la défense », même dans sa version antiterroriste. Le fameux projet de fichier PNR (Passengers Name Record), en attente depuis plusieurs années, qui permettrait une meilleure surveillance du trafic aérien, n’a d’ailleurs toujours pas été mis en œuvre par les instances européennes.

Philippe Leymarie

(1) A la « une » du « Monde » du 18 novembre. Virage qui n’est pas, en tant que tel, le sujet de cette note.

(2) « Après les attentats, libérer la parole », Le Monde, 18 novembre 2015. Voir aussi le billet d’Alain Garrigou, « Extension du domaine de la peur », Les blogs du Diplo, Régime d’opinion, 19 novembre 2015.

(3) Cerveau présumé des tueries du vendredi 13, tué le 18 novembre lors d’une opération de police à Saint-Denis.

(4) Lire aussi Félix Tréguer, « Feu vert à la surveillance de masse, Le Monde diplomatique, juin 2015.

(5) Le cycle de formation d’un adjoint de sécurité s’étale sur trois mois, d’un gardien de la paix sur un an, et d’un spécialiste du renseignement sur deux ans.

(6) Lire Olivier Bailly, « Même la guerre a ses lois, Le Monded diplomatique, octobre 2015.

(7) « Guerre, mode d’emploi », Le Point, 18 novembre 2015.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016