En kiosques : septembre 2016
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Quand Ankara impose le silence

Le 4 août, le secrétaire général du Conseil de l’Europe a exhorté la Turquie à « ne pas ratisser trop large » lors des purges auxquelles elle s’adonne depuis la tentative de coup d’État militaire. Le propos est affable : selon le ministre de l’intérieur turc, 25 917 personnes ont été interpellées. Et des dizaines de milliers ont perdu leur emploi.

par Timour Muhidine, 23 août 2016
JPEG - 211.6 ko
Istanbul

Le 15 juillet 2016, Aslı Erdoğan sort de chez elle, à Mecidiyeköy (au nord de la place Taksim) car comme beaucoup de Stambouliotes, elle s’inquiète des nouvelles concernant une prise de pouvoir par les militaires. Arrivée devant la Maison de la radio, elle est exposée à des tirs croisés et doit se jeter à terre où elle attendra, à deux pas du cadavre d’un homme abattu tout récemment, que la police reprenne le contrôle de la rue. Comme à son habitude, la chroniqueuse va passer en revue de nombreux détails de la vie turque, et malgré la situation dramatique, retrouver cette parole libre et légère dont elle a le secret dans le texte qu’elle diffuse sur Internet dès le 16 juillet, « Au pied du mur » (« Bir duvarın dibinde »), où elle raconte sa version du putsch manqué. Dans cette observation à chaud, un commentaire plein de finesse, elle réussit à exprimer le désarroi et les interrogations des citoyens sur un évènement qui ne ressemble à rien de connu — ni au coup d’Etat de septembre 1980, ni au événements du parc Gezi… Dans cette nouvelle configuration, les mosquées appellent au sursaut (républicain ?), les chasseurs F-16 frôlent les immeubles du centre-ville.

Lire aussi Lucie Drechselová & Joseph Richard, « Le spectre du coup d’Etat de septembre 1980 », 12 septembre 2012. Mais ce n’est pas pour ce texte qu’on l’a arrêtée un mois plus tard, le soir du 17 août : la police a perquisitionné au journal et chez plusieurs membres de la rédaction de Özgür Gündem, un quotidien soutenant les revendications des Kurdes, proche du Parti démocratique des peuples (HDP), réputé pour son progressisme : c’est d’ailleurs la raison officielle de la suspension du quotidien. Le 16 août 2016, la 8e Cour criminelle d’Istanbul (İstanbul 8’inci Sulh Ceza Hakimliği) a ordonné la fermeture de Özgür Gündem, pour cause de propagande en faveur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Ce n’est pas la première fois que le journal fait l’objet de perquisitions ou de poursuites judiciaires, il a d’ailleurs été interdit de parution entre 1994 et 2011. Les arrestations concernent essentiellement de jeunes journalistes et l’un des principaux rédacteurs, Bayram Balcı (18 personnes en tout). Plusieurs cameramen de la chaîne IMC ont été arrêtés et les caméras saisies tandis que deux collègues venus soutenir les journalistes ont été arrêtés également. Parallèlement, plusieurs domiciles ont été perquisitionnés, dont ceux de Ragıp Zarakolu – journaliste et éditeur historique des années 1980 et 1990, précurseur de l’intérêt pour les minorités et pour ce que l’on appelle la « mosaïque turque » avec sa maison d’édition, Belge –, et d’Aslı Erdoğan, dont Zarakolu est l’éditeur. Elle se trouvait chez elle ce soir-là, on l’a donc immédiatement emmenée en garde à vue au Bureau de lutte contre le terrorisme de la Sécurité turque (İstanbul Emniyet Müdürlüğü Terörle Mücadele Şubesi). Une garde à vue de trois jours au moins, renforcée par cinq jours d’interdiction de contact avec ses avocats. Transférée à l’hôpital pour examens le 18, elle a ensuite réintégré le centre d’interrogatoire avant d’être déférée au tribunal le lendemain pour « propagande en faveur d’une organisation terroriste », « appartenance à une organisation terroriste » et « incitation au désordre ».

Les réactions en Turquie et en France n’ont pas tardé. Pétition lancée à Istanbul par un agent littéraire, articles en faveur de la romancière, inquiétude du Pen Club, réunions de protestation… De nombreux journaux ont relayé la nouvelle de l’interdiction de Özgür Gündem et le porte-parole du ministère des affaires étrangères des États-Unis a précisé que la fermeture du journal et l’arrestation des journalistes préoccupaient son gouvernement.

Asli Erdoğan publie des romans et des nouvelles depuis 1993 (1). Elle est une voix importante de la littérature contemporaine, toujours politique et poétique, transmuant la matière violente de la réalité contemporaine en diamants noirs où s’inscrit le mystère des choses. Lauréate de nombreux prix, traduite en français, anglais, allemand, italien, suédois, norvégien et arabe, elle incarne le rayonnement de la nouvelle littérature turque, celle de la génération d’après Orhan Pamuk. Précisons encore qu’elle a fait l’objet d’un documentaire tourné par Osman Okkan pour la chaîne Arte (aux côtés de cinq autres auteurs dont Yachar Kemal et Pamuk). En tant que journaliste, elle a collaboré au quotidien de gauche turc Radikal jusqu’en 2006. Et depuis plusieurs années, elle était proche de l’hebdomadaire arméno-turc AGOS tout en contribuant au journal Özgür Gündem, à travers des articles de plus en plus explicites, marqués par le seul « militantisme » d’un profond humanisme.

Lire aussi Selahattin Demirtaş, « Erdoğan, “l’homme qui se prend pour un sultan” », Le Monde diplomatique, juillet 2016. Depuis le début des années 1990 et jusqu’au mois dernier, en dépit des procès et des risques (2), on pouvait encore dire et écrire beaucoup de choses en Turquie. Aujourd’hui, 131 médias ont été fermés (radio, télévision, revues, maisons d’édition) par un décret paru le 27 juillet au Journal officiel. Au titre de la lutte contre l’Organisation terroriste Fetullah Gülen (FETÖ), la sympathie ou le soutien apportés au mouvement kurde, sous ses formes diverses, sont désormais considérés comme une trahison. Les journalistes sont en première ligne lors des périodes de purge, on leur reproche leur militantisme et leur volonté de fouiller dans les coins. Mais les essayistes aussi commencent à être inquiétés, comme Hasan Cemal (3) et Müslüm Yücel, auteurs de plusieurs livres sur la question kurde : dans le contexte d’une recrudescence des combats avec le PKK, leurs ouvrages viennent d’être interdits à la vente. Quant au poète Hilmi Yavuz, 82 ans, il a été arrêté en juillet : en tant que collaborateur de longue date du journal Zaman, il était soupçonné de complicité avec ces Gülenistes que l’État turc entend éradiquer depuis le 16 juillet. Ce pays qui se plaint toujours de souffrir d’une image négative, aujourd’hui la mérite.

Timour Muhidine

Timour Muhidine (Enseignant à l’INaLCO, directeur de la collection « Lettres turques » chez Actes Sud).

(1) Chez Actes Sud : Le Mandarin miraculeux (Mucizevi Mandarin), 2006, La Ville dont la cape est rouge (Kırmızı Pelerinli Kent), 2003, Les Oiseaux de bois (Tahta Kuşlar) 2009 et Le Bâtiment de pierre (Taş Bina), 2013. Le recueil Je t’interpelle dans la nuit (en version bilingue turc-français) est publié aux Editions de la MEET (Saint-Nazaire) en 2009, ainsi que certaines de ses chroniques (A quel moment se finit le voyage (Bir Yolculuk Ne Zaman Biter), dans le numéro 8 de la revue de la MEET (« Istanbul-Pékin »)..

(2) Lire « En Turquie, la censure tangue et tergiverse », 8 juillet 2016.

(3) Récompensé (tout comme Müslüm Yücel) en juin 2016 par le Prix pour la liberté de pensée et d’expression, Hasan Cemal est familier des débats houleux sur les grands sujets de société. Les Prairies ordinaires ont publié en mars 2015 son essai Le Génocide arménien.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2016