En kiosques : août 2017
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

De la vertu en politique

par Alain Garrigou, 22 mars 2017
JPEG - 546.3 ko
« What is a weed ? A plant whose virtues have never been discovered » (« Qu’est-ce donc qu’une mauvaise herbe, sinon une plante dont on n’a pas encore découvert les vertus ? ») — Ralph Waldo Emerson (1803-1882)

Lire aussi Perry Anderson, « Bouillonnement antisystème », Le Monde diplomatique, mars 2017. La construction démocratique s’est accomplie avec l’imposition de la vertu politique. Comment faire vivre la relation de représentation si, d’une part, les électeurs sont corrompus par des faveurs et des cadeaux — à moins qu’à l’inverse ils cèdent aux pressions —, et si, d’autre part, les candidats monnaient leur pouvoir pour s’enrichir ? Ces deux écueils symétriques définissaient à l’origine deux conditions à remplir afin que la démocratie représentative ne soit pas trop biaisée.

Si la première condition semble acquise, la deuxième reste problématique. L’affaire Fillon l’a montré sous plusieurs aspects : l’embauche d’une épouse comme collaboratrice parlementaire, pour un travail qui semble avoir été surtout celui de femme au foyer (1) ; la rémunération de cette dernière par une revue dont le propriétaire est un ami du mari — en ce cas, il s’agirait de corruption pure et simple ; l’emploi des enfants ; et enfin l’existence d’une société de conseil qui fleure le conflit d’intérêt (notamment avec la compagnie d’assurance Axa dont l’ancien PDG est un soutien déclaré de M. Fillon (2)), tant il est difficile de croire que les conseils qu’elle prodigue méritent les sommes versées… quand bien même il s’agirait de mettre en relation le président russe avec des hommes d’affaires (3).

Ces pratiques, chacun commence à le réaliser, ne sont pas vraiment exceptionnelles. Mardi 21 mars, une nouvelle affaire de népotisme a contraint le ministre de l’intérieur, Bruno Le Roux, à la démission. Quant à la candidate du Front national à l’élection présidentielle, elle a déjà été sanctionnée par l’Office européen de lutte anti-fraude pour des emplois fictifs d’assistants parlementaires (4).

Si la question de la vertu des politiques se pose toujours aujourd’hui, c’est parce qu’elle est sans doute plus difficile à instaurer pour les représentants que pour leurs modestes électeurs, qui n’ont pas grand-chose à vendre.

Les pare-feux ne sont plus suffisants (à supposer qu’ils l’aient jamais été)

JPEG - 14.3 ko
Alain Garrigou, « La politique en France. De 1940 à nos jours »
La Découverte, Paris, 2017, 528 pages, 29,50 euros.

Une première tentative de pallier ce défaut de vertu fut l’institution de l’indemnité législative, très précoce en France puisqu’elle fut adoptée dès le 1er septembre 1789. Elle le sera plus tardivement en d’autres pays dont le régime avait un caractère plus aristocratique, comme le Royaume-Uni où cette indemnité ne fut adoptée qu’en 1911. Evidemment, une fois le principe admis, il restait à fixer le montant. Un montant suffisant pour permettre de vivre de la politique, sauf à exclure par avance de l’exercice d’un mandat politique tous ceux qui n’étaient pas rentiers (soit, selon les termes de Max Weber, permettre un recrutement non ploutocratique du personnel politique), mais aussi à les protéger des tentations de la corruption. Pas simple quand, en quittant la stabilité monétaire, il fallut réévaluer le montant de cette indemnité législative. À force de polémiques, le Parlement adopta en 1938 une mesure d’alignement automatique sur les salaires de la haute fonction publique.

Cette procédure discrète est-elle encore adaptée ou, pour être plus direct, l’indemnité ainsi fixée (aujourd’hui 7 185,60 euros bruts mensuels) est-elle suffisante ? Peu de parlementaires osent poser la question. Ils ont préféré adopter certains procédés, d’aucuns diraient combines, pour accroître leurs revenus. Pendant longtemps ce fut le cumul des mandats, mais cette solution est devenue caduque. L’emploi rémunéré d’une épouse ou de ses enfants comme assistant parlementaire — pour un travail fictif ou non — est devenu fréquent. L’insuffisance de l’indemnité est apparue d’autant plus cruelle qu’elle a baissé relativement, du fait de son alignement sur l’évolution des salaires de la fonction publique, ceux-ci diminuant depuis une dizaine d’années. Non sans cocasserie, l’austérité sanctionne ses propres auteurs. Par ailleurs, cette baisse de l’indemnité est surtout relative à l’accroissement des écarts de revenus. En fréquentant plutôt des riches que des pauvres, les dirigeants politiques ressentent forcément leur revenu comme faibles, et de plus en plus faibles.

Lutter contre la corruption par la répression légale

À en juger par les affaires qui ont émaillé la République depuis les années 1980, on est plutôt enclin à conclure à l’impunité des dirigeants politiques. Combien ont été condamnés, même légèrement, au regard des infractions avérées ? Si peu que cette impunité a forcément encouragé les infractions, qui se sont banalisées. L’affaire Cahuzac a peut-être changé la donne, moins par l’ampleur de la faute que par sa nature : le ministre a commis un authentique délit politique parce qu’il condamnait la fraude tout en la commettant lui-même, mais surtout parce qu’il a menti à ses pairs avec aplomb et qu’il n’est pas de pire crime : mentir à la presse, au président de la République et devant l’Assemblée nationale. Après beaucoup d’autres lois censées mettre un terme à la corruption, la création du Parquet national financier en 2013 a peut-être changé les choses : la liste des dirigeants politiques récemment condamnés — et même durement, avec des peines inédites de prison ferme comme pour Claude Guéant — suggèrent un revirement. De même que la rapidité des procédures, rompant heureusement avec des délais si longs qu’ils équivalaient à des enterrements programmés — où l’on attend que les incriminés meurent.

Déprofessionnaliser la politique

Lire aussi Mona Chollet, « L’art de faire rêver les pauvres », Le Monde diplomatique, avril 2008. Quand la quête et l’exercice de responsabilités politiques, tout en étant présentés sur le mode de la vocation, sont effectués par des professionnels n’ayant jamais exercé d’autre métier que le métier politique, les projets et ambitions des autres métiers s’invitent plus facilement en politique. D’autant plus qu’il s’agit d’une activité de domination où s’affirment forcément les ambitions de carrière. Pourquoi l’enrichissement en serait-il exclu ? Surtout si l’on fréquente des gens fortunés. Au point qu’un ancien président de la République comme Nicolas Sarkozy, manifestement sensible à cette dimension, pouvait exprimer publiquement son admiration pour les riches en évoquant à haute voix une autre vie pour lui-même. Le rêve de réussite sociale par la politique est singulièrement encouragé par la professionnalisation, qu’il prenne la forme d’un désir de vie noble — comme Jacques Chirac le réalisait en achetant le château de Bity, au grand dam de son protecteur, le premier ministre Georges Pompidou, ou comme François Fillon l’a fait en acquérant le manoir de Beaucé — ou qu’il se tourne vers d’autres ambitions plus cosmopolites et exotiques.

Décidément, la financiarisation du monde emporte tout sur son passage, et bien sûr les vieilles valeurs altruistes de service public. Il aura donc fallu attendre le tournant du XXIe siècle pour qu’advienne «  le règne de l’intérêt tout nu » que Marx annonçait trop tôt — il y a un siècle et demi — pour que cela fut véritablement une prophétie.

Alain Garrigou

(1) Lire aussi « Le châtelain et la châtelaine », Le Monde diplomatique, mars 2017.

(2) Lire François Denord & Paul Lagneau-Ymonet, « De qui François Fillon est-il le prête-nom ? », Le Monde diplomatique, février 2017.

(3) Une intercession qui aurait rapporté la somme de 50 000 dollars à François Fillon, d’après une information du Canard enchaîné (22 mars 2017) aussitôt démentie par le Kremlin.

(4) Voir Maxime Vaudano, « Les trois affaires qui menacent Marine Le Pen et le Front national », LeMonde.fr, 2 février 2017.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2017