En kiosques : septembre 2017
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Malaise dans les rangs

Dans la série des « preuves d’amour », voilà que des épouses de militaires – choquées par l’annonce de la baisse des crédits du ministre de la défense cette année, et par la démission du chef d’état-major des armées, le général de Villiers – tentent de prendre la parole, en lieu et place de maris tenus à la réserve. Elles n’étaient finalement que quelques dizaines samedi aux Invalides, soutenues par une poignée d’officiers en retraite, contrairement aux milliers de manifestantes espérées ; mais elles comptent renouveler l’opération.

par Philippe Leymarie, 29 août 2017
JPEG - 219.9 ko
« Switch »

Le jour même de cette mini-mobilisation, le ministère de la défense avait tenu à rappeler – en guise de contre-feu – que la condition du personnel militaire est en voie d’amélioration grâce au milliard d’euros programmé pour la période 2017-19, avec cette année une première tranche de 350 millions, affectés notamment à une meilleure alimentation des soldats en opérations, à l’achat de 49 000 gilets pare-balles de nouvelle génération, etc.

La veille, un jeune militaire de l’opération Sentinelle s’était suicidé avec son arme de service, dans l’ilôt St-Germain, à deux cents mètres du bureau de la ministre, Mme Florence Parly : c’est le troisième suicide depuis 2015 – année de lancement de cette opération militaire de sécurisation du territoire national. Sentinelle avait également fait parler d’elle le 9 août dernier, après l’attaque de militaires à Levallois-Perret (Hauts de Seine), près des locaux de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Jean Marc Tanguy, du blog Mamouth, a listé les revendications de « femmes de militaires en colère », l’organisateur de la manifestation des Invalides, telles que les lui a présentées la fondatrice de ce collectif (1) :

 arrêter Sentinelle : cette opération est « ridicule et ne sert à rien, les hommes sont fatigués, logés dans des lieux insalubres, ils ne mangent pas à leur faim. On leur donne des aliments périmés. Les primes sont payées plusieurs mois après. On ne peut pas dire que le pays est en guerre et faire des militaires les supplétifs de la police » ;
 imposer le même niveau de qualité dans les reconversions dans l’armée de terre (où les situations seraient très disparates d’un régiment à l’autre) ;
 réduire les mutations au strict nécessaire, car elles contribuent à générer des « célibats géographiques », ou des situations contraignantes pour les conjoints ;
 renforcer les dotations d’équipement individuel, pour que les familles n’aient plus à financer elles mêmes des gilets pare-balles, harnais, etc ;
 mettre définitivement fin aux « errements de Louvois » (2).
 imposer la reconnaissance du syndrome post-traumatique (PTSD). Beaucoup de familles vivent cela seules. « Parfois, quand on en parle en régiment, on se fait rire au nez. »

Le quotidien des soldats

Au total, un sentiment de déclassement déjà exprimé à plusieurs reprises dans l’enceinte du Conseil supérieur de la fonction militaire (CSFM), instance représentative des personnels de défense. Et qui a été renforcé en juillet dernier par l’annonce de restrictions budgétaires, suivie de la démission du chef d’état-major des armées.

Autre indice : au même moment, un rapport parlementaire de la commission des finances du sénat, sous la responsabilité du sénateur Les Républicains (LR) d’Ile-et-Vilaine, Dominique de Legge, dénonçait l’état des infrastructures militaires, avec des logements parfois « proches de l’insalubrité ». Il pointait un défaut de maintenance régulière, source de dégradation de certains bâtiments, par exemple sur la base aérienne d’Orléans, au lycée militaire d’Autun ou au camp du 2e régiment d’infanterie de marine du Mans.

Le rapporteur spécial s’interrogeait sur le caractère selon lui « volontaire » de la « sous-budgétisation des dépenses consacrées à l’infrastructure ». Il manquerait 2,5 milliards d’euros pour satisfaire les besoins d’infrastructures dans les six ans à venir, selon ce rapport. « Dans de nombreux cas, un entretien courant suffisant aurait pu permettre d’éviter de telles situations », explique le sénateur pour qui des opérations mineures, telles que l’installation d’un accès à Internet sans fil dans l’ensemble des lieux d’hébergement, « seraient de nature à améliorer significativement le quotidien des soldats ». Et donc le moral des troupes, ainsi que l’attractivité des métiers de la défense.

De manière générale, « il y a un malaise », soulignait notre consoeur Nathalie Guibert dans son enquête sur « le quotidien des soldats, talon d’Achille des armées (3) » Des témoignages recueillis avant même ce 14 juillet de crise évoquaient notamment « l’écœurement » suscité chez certaines recrues par l’opération Sentinelle qui pompe les énergies, désorganise les calendriers, ampute la vie privée – au détriment de missions jugées plus valorisantes. Un contexte de suractivité qui commence à poser des problèmes de fidélisation des personnels. Ainsi, l’association professionnelle nationale de militaires de la marine ( APNM) écrivait à la ministre de la défense : « La motivation et le moral de ceux qui restent s’émoussent, et les armées n’arrivent plus à recruter pour compenser les départs ».

Contraints et forcés

Si l’on peut noter que, malgré ce climat morose, les chefs d’état-major des quatre armées – terre, air, mer, cyber – n’ont pas emboîté le pas au général Pierre de Villiers, et restent à leur poste, ils ne manquent pas, chacun dans son secteur, de souligner les insuffisances budgétaires et autres. Entendu, comme ses alter ego par la commission de défense de l’assemblée nationale, le général Bosser, chef d’état-major de l’armée de terre, a indiqué, à propos de l’engagement massif de soldats sur le territoire nationale depuis 2015, sous la forme de l’opération Sentinelle : « Nos jeunes s’engagent pour l’action et pour voir du pays. Quand on leur dit que leur première mission sera « Sentinelle » à la gare du Nord, cela ne les fait pas rêver. Je ne vais pas raconter des histoires : ils se sont engagés d’abord pour partir au Mali ou sur d’autres théâtres d’opérations extérieures ».

Le général Bosser a également évoqué le projet de service national auquel le président Macron semble attaché, mais qui pose de sérieux problèmes de mise en œuvre : « Qualitativement, nous avons les compétences et le savoir-faire pour aider nos jeunes. Mais c’est le volume qui peut poser problème. 700 000 jeunes, c’est dix fois la force opérationnelle terrestre ! Quel est l’impact d’une masse de 700 000 personnes sur une masse qui en fait 77 000 ? Que se passe-t-il lorsque l’on est percuté par dix fois son poids ? Si l’on nous dit qu’en cinq ans, nous aurons à former 700 000 personnes, comment ferons-nous ? »

« Quelle est la finalité de ce service national ? Que veut-on apprendre à ces jeunes ? Deuxièmement, combien serons-nous à agir ? Les militaires seront-ils seuls dans cette affaire ? Est-ce une action interministérielle ? Sera-t-elle partagée avec d’autres ? Je pense qu’un partage des tâches serait judicieux ».

« Reste un dernier point qui n’est pas anodin : la popularité ou l’impopularité que la défense pourrait tirer de cette action. Aujourd’hui, nous employons des engagés volontaires, qui acceptent l’entraînement et les contraintes du service. Avec un service national, on accueillerait des garçons et des filles qui, pour certains, viendraient chez nous un peu contraints et forcés. Pour ma part, je ne souhaite pas revenir à ce que l’on a pu connaître dans les années 1970 ou 1980… Quoi qu’il en soit, la popularité ou l’impopularité de notre armée aurait un impact sur notre capacité à encaisser ce choc dans notre écosystème ».

En avance sur nous

Entendu également à la mi-juillet par la commission de défense de l’assemblée nationale, le général Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air, se veut « particulièrement attentif à certains programmes, car il est évident que ces annulations budgétaires auront des conséquences physiques ». Mais, « il est évident que ces annulations ne pourront concerner les éléments touchant directement à la conduite de nos opérations », se rassure-t-il.

Le général s’inquiète de ce que la modernisation « relativement rapide et ambitieuse » des forces aériennes britanniques (4) « les place très sensiblement en avance sur nous », avec une flotte de ravitailleurs neuve et déjà 14 ravitailleurs MRTT (il devrait y en avoir 12 en France, dont 9 commandés seulement à ce stade) alors qu’ils n’ont pas la charge de la mission de dissuasion aéroportée. Ils sont en train de faire entrer en service le F-35 (5) et auront bientôt une flotte de chasseurs composée uniquement d’avions de quatrième et de cinquième génération (Eurofighter et F35), quand la française sera plutôt composée d’appareils de génération antérieure (Mirage 2000 et Rafale).

La Royal Air Force dispose de six AWACS (4 en France). Sa flotte de transport est composée d’une palette de moyens récents (C130, C17, A400M), alors que les C130 et C160 français sont à la peine. Ses moyens de surveillance surclassent les moyens français (avec notamment sur le théâtre irakien un nombre de drones de surveillance de longue endurance bien supérieur). « Bref, résumait le général, les Britanniques ont fait un effort. On entend souvent dire qu’ils sont déclassés : ce n’est pas ce que j’observe dans le domaine aérien ».

Ministère sans défense

Le chef d’état-major de l’armée de l’air française se plaint au contraire de la vétusté de certains de ses équipements, alors « qu’arrive un moment où la structure industrielle qui nous permet de réparer ces équipements n’existe plus ». En ce qui concerne le nouvel appareil de transport, l’A400M, « sa disponibilité a été catastrophique, et je pèse mes mots, en 2016 » . De zéro à un avion l’an dernier, on est passé à une disponibilité de cinq à six avions en ligne aujourd’hui, sur une flotte de onze appareils. En outre, « l’avion a été livré avec un standard qui ne correspondait pas à celui que nous attendions : c’était un avion de transport logistique et non de transport tactique ». Le général Lanata, à propos des standards du chasseur Rafale, note qu’une « petite moitié » seulement sont des appareils polyvalents, l’ensemble de la flotte des Rafale ne devant pas atteindre ce standard complet avant une quinzaine d’années.

Des propos cependant mesurés. Il est vrai que le président de la commission de défense de l’assemblée avait donné le ton : « J’invite nos collègues à faire preuve de prudence. Comme vous le savez, c’est à la suite de propos tenus dans le cadre d’une audition, et ayant filtré dans la presse, que le général de Villiers a démissionné… ». On verra par exemple si, dans l’enceinte de l’université d’été de la défense, qui se réunit les 4 et 5 septembre à Toulon sous l’égide de la marine, les militaires et les politiques surmonteront ces prudences et réticences, et tiendront un discours de vérité. Ou si, au contraire, ils laisseront apparaître qu’après un temps où le ministère de Jean-Yves Le Drian remportait tous les arbitrages face à Bercy, le ministère de la défense est aujourd’hui, avec Macron, un ministère… sans défense.

Philippe Leymarie

(1) Présentant aujourd’hui son mouvement comme rigoureusement « apolitique », la co-fondatrice de Femmes de militaires en colère a été suppléante d’une candidate d’extrême-droite dans le Gard lors des dernières législatives. Elle a également reçu un soutien appuyé de Nicolas Dupont-Aignan, une personnalité qui a fait alliance avec le Front national lors de l’élection présidentielle.

(2) Le logiciel de traitement de la paie, à l’origine de nombreux et graves dysfonctionnements depuis cinq ans. Des primes d’opérations ne sont pas payées en temps et en heure ; certaines familles ont des mois d’arriérés de loyers impayés ; certaines soldes sont doublées ou triplées, induisant des erreurs, remboursements difficiles, etc.

(3) Le Monde, 30-31 juillet 2017.

(4) Lancée depuis la publication de la Strategic Defence and Security Review (SDSR) en 2015.

(5) Qui surclasse les appareils de génération précédente, par sa furtivité et sa connectivité accrues.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2017