En kiosques : avril 2018
Abonnement Faire un don

Erreur 404

Cette page n’existe pas, ou plus.

(Si vous pensez qu’il s’agit d’une erreur liée à la refonte de notre site, merci de nous le signaler en indiquant l’adresse URL de la page manquante.)

Vous pouvez consulter nos archives grâce au moteur de recherche.

Accéder au menu

Bolloré au Cameroun, un bilan en images

Dans le numéro d’avril du « Monde diplomatique » était publié « Les guerres africaines de Vincent Bolloré » et sur le site, au même moment, « Port, rail, plantations : le triste bilan de Bolloré au Cameroun ». Thomas Deltombe y décortiquait la présence de l’industriel Bolloré en Afrique et notamment au Cameroun. La photographe Isabelle Alexandra Ricq, avec la journaliste Danielle Nomba, ont rencontré les laissés-pour-compte et les bénéficiaires de l’un des théâtres d’opérations camerounais de Bolloré. Voici leur reportage, deuxième partie d’un travail photographique, intitulé « The men who sold the world » (« Les hommes qui ont vendu le monde »), commencé en Indonésie sous le titre « Détruire ». Ce second volet s’appelle « Soumettre ».

16 juin 2009

La Socapalm (Société camerounaise de palmeraies), principal producteur d’huile de palme du Cameroun, contrôle 80 % du marché du pays. Cette ancienne société d’Etat a été privatisée en l’an 2000 au profit du groupe belge Socfinal, dont le groupe français Bolloré détient 38,75 %.

Loin d’apaiser les relations entre ces gigantesques plantations et les populations riveraines, la privatisation a exacerbé les conflits et la nouvelle direction durcit les méthodes d’antan ; destruction massive des forêts alentours, confiscations de terres, expulsions de villageois, pollution des cours d’eau ou encore recours généralisé à la sous-traitance.

En avril 2009, la Socapalm recherchait des actionnaires en vue de son lancement sur le marché boursier : « Devenez actionnaire d’un fleuron de l’agro-industrie au Cameroun, devenez actionnaire de Socapalm - Cameroun », disait la brochure. Parole est donnée aux acteurs de ce conflit.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2018