En kiosques : avril 2018
Abonnement Faire un don

Erreur 404

Cette page n’existe pas, ou plus.

(Si vous pensez qu’il s’agit d’une erreur liée à la refonte de notre site, merci de nous le signaler en indiquant l’adresse URL de la page manquante.)

Vous pouvez consulter nos archives grâce au moteur de recherche.

Accéder au menu

Liberté pour le peintre syrien Youssef Abdelké

par Alain Gresh, 26 juillet 2013

Je l’avais rencontré au début de l’été 2011 à Damas. Le pays était saisi par la fièvre qui secouait tout le monde arabe, mais n’avait pas encore basculé dans la guerre. Graveur, né à Qamechli, il est diplômé de la Faculté des beaux-arts de Damas, et de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, à Paris. Réfugié à Paris à partir de 1981, il était retourné vivre dans son pays en 2005 après un long exil, ne cachant pas sa critique du régime ni ses engagements communistes, mais surtout attaché à développer son art. Dans son atelier, situé dans le vieux Damas, il accueillait ses visiteurs en toute simplicité, dans un capharnaüm où s’entassaient ses magnifiques toiles.

JPEG - 34.6 ko
Two dishes
Youssef Abdelké. Cette toile accompagnait l’article « Jours de tourmente en Syrie », dans l’édition du Monde diplomatique d’août 2011.

Son arrestation à un barrage par les autorités de Damas, après avoir signé un texte affirmant son attachement « aux principes au nom desquels la révolution a débuté en mars 2011 » et à un système démocratique et pluraliste, a suscité un large mobilisation (Lire, « La Toile syrienne mobilisée après l’arrestation du peintre Youssef Abdelké », L’Orient-Le-Jour).

Le quotidien Al-Akhbar, par la voix de son rédacteur en chef Ibrahim Al-Amine a protesté, dans un article sous le titre « Qui a peur de Youssef Abdelké ? ».

Une page Facebook a été créée pour exiger sa libération.

Plusieurs de ses toiles sont exposées à l’Institut du monde arabe et au British Museum.

Alain Gresh

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2018