En kiosques : août 2017
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Élection présidentielle 2017 en France

La maréchaussée à droite toute

C’est confirmé : gendarmes et autres militaires auraient préféré élire Marine Le Pen. Dimanche dernier, dans les deux bureaux du plateau de Satory à Versailles, où ils résident avec des personnels civils de défense, Mme Le Pen a recueilli 64 % et 53 % des voix, alors qu’Emmanuel Macron l’a emporté dans l’ensemble de la ville avec 76 % des suffrages. De même à Nanterre : si M. Macron l’a emporté largement avec 83 % à l’échelle de la commune, le Front national a obtenu 54 % des voix dans le bureau 14, où votent les gardes républicains.

par Philippe Leymarie, 12 mai 2017
JPEG - 279.1 ko

Notre confrère de Secret défense, Jean-Dominique Merchet, qui pointe ces résultats, relève que « les études du CEVIPOF de Sciences Po indiquent régulièrement que le FN obtient la moitié des voix chez les militaires, gendarmes et policiers ».

Lire aussi Laurent Bonelli, « Pour une décroissance sécuritaire », Le Monde diplomatique, mai 2017. Ce n’est pas un secret, en tout cas, pour L’Essor de la Gendarmerie, l’organe mensuel de la principale association de retraités de la gendarmerie, qui a commandé récemment un sondage sur la question (1) à l’Institut français d’opinion publique (Ifop) : réalisé durant la première quinzaine d’avril, il concluait que les gendarmes d’active et les réservistes avaient l’intention d’élire cette année Marine Le Pen présidente dès le premier tour (51 %), soit une « prime » de 28 points par rapport à la moyenne nationale, en progression de 9 % sur les intentions de vote formulées en 2012.

Cette domination frontiste, due notamment à un basculement des voix qui se portaient auparavant sur la droite classique, était plus marquée dans les rangs de la gendarmerie mobile (65 %), et plus élevée dans les brigades départementales (54 %) qu’au sein des gendarmeries spécialisées (2). Elle est moins sensible chez les nouveaux engagés.

Parmi les raisons avancées par le journal, la très nette priorité que les gendarmes accordent à la thématique sécuritaire (74 % des citations, soit un écart de 31 points avec le reste de la population). Il sont ainsi beaucoup plus nombreux 82 %) à considérer que le développement des zones de « non-droit » dans certains quartiers constitue un facteur majeur d’insécurité (contre 50 % en moyenne au sein de la population), de même que le communautarisme et le fondamentalisme religieux (66 % contre 41 %), l’arrivée permanente de nouveaux étrangers en France (56 % contre 40 %), etc.

État de faiblesse

Cette orientation très droitière est perceptible à travers d’autres indices. Ainsi, le site Profession-Gendarme (3) a publié un texte du général Antoine Martinez (4) pour qui « l’État de droit est un état de faiblesse ». Le premier paragraphe de ce papier, daté du 2 avril dernier, donne la tonalité du propos :

« Après un quinquennat qui a plongé la France dans la désespérance et conduit le président sortant à ne pas pouvoir être à nouveau candidat, et alors que l’alternance à droite était promise et attendue par tous, c’est un véritable hold up démocratique qui a été organisé et réalisé par des officines clandestines liées au pouvoir en place avec la complicité active de certains médias et l’accompagnement affiché de certains journalistes. Et ce hold up réussi et confirmé par le résultat du premier tour de l’élection présidentielle – le représentant de la droite et du centre ayant été éliminé — se traduit, en fait, par un coup d’État institutionnel qui vise à occulter la réalité de la situation catastrophique de la France et à maintenir ces élites mondialistes au pouvoir (5) ».

Dualisme des forces de sécurité

Est-ce pour tout cela qu’Emmanuel Macron s’était adressé directement aux gendarmes, fin avril, sous la forme d’une lettre ouverte adressée également au Conseil de la fonction militaire Gendarmerie (CFMG), qui donne quelques assurances aux pandores ?

Le chef de file d’En marche ! y affirme son attachement à l’existence de deux forces de sécurité, « une chance pour ce pays », qui « suppose que soient très concrètement préservés les fondamentaux de ce qu’est une force armée ». Son entourage précisant qu’il cherchera à limiter les mutualisations à celles qui sont strictement nécessaires, « afin de respecter les spécificités de la police et de la gendarmerie ». Conclusion de celui qui n’était encore que candidat : « La fusion des deux forces serait une moins value pour la sécurité des Français ».

Concernant la transposition en France d’une directive de l’Union européenne sur le temps de travail, M. Macron promettait l’engagement de discussions avec la Commission et les partenaires européens pour que son application « ne porte pas atteinte au potentiel opérationnel de nos forces armées en général et de la gendarmerie en particulier » (6).

Maillage territorial

L’ancien ministre de l’économie rappelait dans ce texte son engagement de recruter dix mille policiers et gendarmes au cours des cinq années à venir, notamment pour renforcer les effectifs dans la vingtaine de départements les plus touchés par la délinquance ; et il annonçait un renforcement des moyens des gendarmes, d’abord via l’accélération du déploiement des matériels nécessaires à la transformation numérique initiée par le programme Neogend — une « véritable révolution » dont on « ne mesure pas aujourd’hui toutes les implications ». Ensuite, « en préservant le maillage territorial auquel les Français sont si attachés » grâce à des investissements immobiliers qui seront « consentis par l’État et les collectivités locales ».

Emmanuel Macron évoquait également un renforcement de la sécurité dans les transports, en s’appuyant notamment sur l’expertise des hommes en képi dans le domaine du « contrôle des flux et de lutte contre l’insécurité routière », et voulait « donner à la gendarmerie toute sa place dans la mission de renseignement », en particulier dans le « suivi des individus susceptibles de s’être radicalisés », en affectant notamment des gendarmes dans les instances centrales et déconcentrées du Service central du renseignement territorial (SCRT).

Course à l’échalote

On a beau jeu, du côté de la gendarmesque — un État dans l’État, avec près de cent mille hommes et femmes répartis sur tout le territoire (brigades territoriales), déployés au service de l’État (garde républicaine), spécialistes du maintien de l’ordre (gendarmerie mobile), etc. —, de faire valoir cet atout macronien dans l’espèce de course à l’échalote que se livrent gendarmes et policiers autour des normes de rémunération, de répartition du temps de travail, de primes, etc. Sous tutelle depuis 2009 du même ministère de l’intérieur, les uns et les autres s’efforcent, en même temps, de conserver le meilleur de leurs statuts militaire ou civil, et de grappiller des avantages dont bénéficieraient leurs collègues de l’autre bord…

On mesure la difficulté de l’exercice tandis que l’exécutif tente, de son côté, de conserver une dualité dans les forces de maintien de l’ordre, dualité qui lui donne les coudées plus franches. Mais on peut voir à quels sommets picrocolesques aboutit parfois ce commode dualisme, à l’évocation de « L’amer quinquennat des gendarmes de l’Élysée », paru également dans L’Essor le 2 mai dernier. Il s’agit de la sécurité du président de la République, une des tâches les plus nobles qui puissent exister, et confiée depuis 1983 au Groupe de sécurité de la présidence de la république (GSPR), créé sous François Mitterrand et composé uniquement de gendarmes durant ses deux septennats, puis à parité de policiers et de gendarmes sous la présidence de Jacques Chirac.

Relégués et humiliés

Lire aussi Anthony Caillé & Jean-Jacques Gandini, « Mais que fait la police ? », Le Monde diplomatique, janvier 2017. Mais voilà qu’en 2007, l’impulsif nouveau président — Nicolas Sarkozy, tout juste débarqué du ministère de l’intérieur — décide de renvoyer les gendarmes à leur caserne de Satory, le GSPR devenant exclusivement policier, au point de faire crier au « hold-up ». Si bien que la haute hiérarchie gendarmesque — notamment le GIGN, fournisseur des effectifs — avait retrouvé « beaucoup d’espoir » en 2012 lorsque François Hollande, tout juste élu chef de l’État, avait réintégré des gendarmes dans sa sécurité rapprochée : un juste retour des choses, même si le commandement restait confié à une policière, la commissaire divisionnaire Sophie Hatt, avec un officier gendarme comme adjoint… et l’espoir d’une alternance au milieu du quinquennat.

Celle-ci ne s’est jamais concrétisée, la commissaire ayant tenu la corde tout au long des cinq ans, et ce jusqu’en mars dernier ; et elle aurait plutôt maltraité les gendarmes, si l’on en croit un ancien chef du GSPR, le colonel Denis Roux, largement cité par L’Essor : ils auraient été « relégués et humiliés », n’ayant « plus que les miettes », contraints de quémander des habilitations auprès des policiers civils pour détenir les armes ou être instructeur, mis à toutes les sauces, dans le cadre d’une « vision de la protection externalisée, appuyée sur une multitude de services périphériques sans réelle coordination. Il n’y a pas d’ approche d’intégration de toutes les étapes de la sécurité rapprochée comme ça doit être le cas normalement ». Bref, si le président Macron veut vraiment s’attirer les bonnes grâces des gendarmes de l’Élysée, il sait ce qui lui reste à faire.

Dans le mur

Le nouvel occupant du palais présidentiel a peut-être été vacciné d’ailleurs par l’équipée du général Bertrand Soubelet, autre officier supérieur entré en politique — mais cette fois sous la bannière d’En marche !. Cet ancien directeur des opérations de la gendarmerie, tenté par un siège de député à Issy-les-Moulineaux, avait sollicité une investiture après avoir rencontré M. Macron, le jugeant « pragmatique et lucide » : « Il n’était pas fermé idéologiquement, ce qui constitue un grand changement ».

Mais le général, qui s’était déclaré « d’accord à 95 % » avec les projets sécurité du mouvement, a pris ses distances suite au ralliement à Macron de plusieurs anciens ministres de François Hollande, et du ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian, le mouvement En marche ! devenant selon lui « une recyclerie de gens qui nous [ont] mis dans le mur depuis cinq ans ».

En revanche, l’ancien patron du RAID, Jean-Michel Fauvergue, est resté membre de l’équipe qui a conseillé M. Macron sur les questions de défense et de sécurité, avec notamment le général Jean-Paul Palomeros, ancien chef d’état-major de l’armée de l’air et ancien officier général de l’OTAN, ou les chercheurs François Heisbourg et Bruno Tertrais.

Fausse bonne idée

Autre petit « couac » : le projet macronien de service national obligatoire d’un mois. Pour le rédacteur en chef de l’Essor, il « pèserait lourdement sur l’activité des trois armées et de la gendarmerie ». Outre le coût financier — évalué à 2 ou 3 milliards d’euros —, il nécessiterait quinze mille postes d’encadrement pris essentiellement sur l’armée de terre et sur la gendarmerie, au moment où la mission Sentinelle mobilise déjà au moins sept mille soldats, « obérant la capacité opérationnelle des armées engagées pour lutter contre Daech en Afrique et au Proche-Orient » et alors que « la gendarmerie fait actuellement passer la directive européenne sur le temps de travail dans son organisation, dégradant du même coup sa capacité opérationnelle ».

Bref, « le rétablissement d’un service national obligatoire — même limité à un mois — risque fort d’aboutir à la mise en place d’une “ usine à gaz”. Au détriment de la sécurité quotidienne des Français ». C’est donc « une fausse bonne idée », conclut Pierre-Marie Giraud dans son éditorial du numéro d’avril de L’Essor, le « journal des gendarmes depuis 1936 ». Pour le général Palomeros, un des conseillers militaires du nouveau président, qui s’entretenait avec des membres de l’association des journalistes de défense le 4 mai dernier, ce projet de service est plus politique que militaire, et il lui paraît surtout urgent de bien réfléchir à ses implications avant de se lancer : « Tout reste à faire… Nos armées sont déjà sous-dotées… C’est le projet d’un quinquennat, à intégrer dans un projet de citoyenneté complet qui doit commencer à l’école ».

Philippe Leymarie

(1) Lire « Les gendarmes préfèrent Marine Le Pen », L’Essor de la Gendarmerie, Paris, 19 avril 2017.

(2) Celles de l’air, maritime, montagne, républicaine, armement, etc.

(3) Organe de l’Association Professionnelle Gendarmerie (APG), qui s’affirme indépendante, pour la défense des droits et intérêts matériels et moraux des personnels militaires de la gendarmerie.

(4) Cet officier général en retraite publie des articles notamment sur des sites d’extrême droite, comme le site Riposte Laïque, mobilisé contre « l’islamisation de la société », ou l’Observatoire du Mensonge, axé sur la dénonciation des médias.

(5) Général Antoine Martinez, « Contre le coup d’État institutionnel », Profession-Gendarme, 3 mai 2017 (date de parution initiale : 2 avril 2017).

(6) Selon le général d’armée Richard Lizurey, qui a succédé l’an dernier au général Denis Favier comme directeur général de la gendarmerie nationale, l’application d’une première mouture de cette directive avait dégradé de 6 % la capacité opérationnelle de la gendarmerie en France.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2017