En kiosques : décembre 2017
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Le débat stratégique français

Face au durcissement des combats, quel modèle d’armée ?

Même s’il faut faire la part des choses en ces temps de débats budgétaires — où chacun cherche à valoriser ses actions et à plaider pour le financement impérieux de ses projets —, tous, du président aux chefs militaires, évoquent ces temps-ci, un monde de plus en plus « imprévisible », un « durcissement » des armes et des affrontements, et même la menace qui redeviendrait plausible d’une « déflagration majeure » : le tout nécessitant, pour un pays comme la France, de se prémunir contre toute « surprise stratégique », et de ne pas renoncer au « modèle d’armée complet » qui est encore le sien. Mais tout juste…

par Philippe Leymarie, 26 octobre 2017
JPEG - 95 ko
Les terribles véhicules de l’opération Sentinelle
« new kangoo minicar » cc kanonn

Le « champ de menaces s’élargit », estime ainsi le général Jean-Pierre Bosser, qui commande l’armée de terre française — de loin la plus nombreuse : 112 500 personnels ( contre 41 160 dans l’armée de l’air, 35 550 dans la marine, etc.). Cette armée est en voie de réorganisation (dans le cadre du plan pluri-annuel « Au contact »), mais aussi de renforcement (avec la création d’une trentaine d’unités nouvelles, deux ans après les attentats et les décisions d’augmenter de 11 000 hommes les effectifs) : elle « aura retrouvé à l’été 2018 le niveau d’entraînement d’avant 2015 », se réjouit le général Bosser, pour qui les campagnes annuelles de recrutement (13 000 engagements cette année) se déroulent mieux que pour d’autres armées.

Mais, déjà confrontées depuis des années à un « ennemi hybride » dans la bande sahélo-saharienne (BSS), ses forces font face en outre à une « menace irrégulière », avec le terrorisme sur le territoire national (1), à quoi s’ajoute désormais une « menace conventionnelle » dans les pays baltes.

Capacité à durer

Indices pour le général du « durcissement » des conditions d’engagement de ses hommes : depuis le début de l’année, trois militaires de l’armée de terre tués, soixante-dix blessés, plus de vingt véhicules détruits. Dans la BSS, dit-il, « c’est une IED [engin explosif improvisé] par semaine, souvent à double charge », dans un climat qui ressemble de plus en plus à l’Afghanistan, mais sur une échelle « vaste comme l’Europe », qui impose un « éparpillement » également générateur de tensions.

Pour le général Bosser, l’armée française doit conserver et étendre sa « capacité à durer » et à « supporter les pertes », à la différence de certains de ses partenaires. Mais doit aussi être équipée en conséquence, notamment dans tout ce qui est « seuil critique », et qui a été identifié comme tel : par exemple les pistolets automatiques (qui ont cinquante ans d’âge, mais dont il a fallu une nouvelle fois différer le renouvellement), les ponts de franchissement (plus que 200 mètres en magasin, à peine de quoi sauvegarder un minimum de savoir-faire), des déficits dans l’artillerie ou dans l’aéro-combat, un manque de véhicules militarisés pour les patrouilleurs de Sentinelle (transportés sur des Kangoo louées dans le civil), etc.

Été chaud

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, ce haut responsable militaire préfère « capitaliser » sur « l’ambition forte du président de la République », qui veut que la France mettre en œuvre « la première armée européenne ». Mais l’été a quelque peu échaudé le petit monde de la défense :

 un chef d’état-major général démissionnaire-démissionné (le général de Villiers, en juillet), par un nouveau président sans culture militaire, mais cherchant à s’imposer à la tête des armées (« Je suis votre chef ») ;
 une valse des responsables, avec un nouveau chef d’état-major général (François Lecointre), un nouveau délégué général pour l’armement (Joël Barre), de nouveaux patrons à la tête des services de renseignement, etc. ;
 un chef d’état-major particulier du président, chef des armées, légèrement rabaissé dans l’ordre protocolaire (l’amiral Bernard Rogel), passé du 2e au 3e rang, mais désormais derrière le secrétaire général et le directeur de cabinet (2) ;
 un engagement d’augmenter le budget militaire de 1,8 milliard d’euros pour 2018, et la promesse de tenir une trajectoire de montée jusqu’à 2 % de PIB — prôné par l’OTAN —, mais une amputation de dernière minute de 800 millions au titre du financement des opérations extérieures, pour boucler le budget rectificatif pour 2017 ;
 des perquisitions à la mi-octobre au Centre du soutien des opérations et des acheminements (CSOA), dans le cadre d’une enquête sur les engagements pris par les armées sans appels d’offre auprès de transporteurs privés étrangers (Ukraine, Russie), pour les transferts de matériels urgents lors d’opérations extérieures ;
 le souhait de l’exécutif de « civilianiser » certains hauts postes de soutien, au CSOA, au Commissariat, voire aux services de Maintien en condition opérationnelle (MCO), alors que les militaires ont le sentiment d’avoir déjà perdu la main ces dernières années sur la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), la direction des relations internationales et de la stratégie (DRIS), la délégation générale pour l’armement (DGA), etc. — au point que notre confrère Philippe Chapleau, dans Ouest-France, se demande « si la strapontinisation ne guette pas la haute hiérarchie militaire » (20 octobre 2017).

Monde libre

Lire aussi , « Une certaine idée de la France », Le Monde diplomatique, octobre 2017. Le président Macron a en tout cas mal digéré la levée de boucliers du haut état-major suite aux reports sur la loi de finances rectificative de 2017 de plusieurs commandes de matériel militaire (3). Dans un entretien à l’hebdomadaire Le Point  (31 août 2017), il qualifiait l’inquiétude et la démission du CEMA de « tempête dans un verre d’eau », invoquant les mânes du général de Gaulle, concepteur de la constitution de la Ve République — « un homme dont la formation première était militaire » — pour rappeler que, dans ce régime, « les armées ne font pas ce qu’elles veulent, elles ne sont pas autopilotées », dans le cadre d’un système où « l’autorité militaire rend compte à l’institution civile et politique, et non le contraire », raison pour laquelle le chef de l’État est aussi directement le chef des armées.

Dans le même entretien, M. Macron a lancé un slogan répété depuis comme un mantra par plusieurs responsables civils et militaires : « Je veux que notre armée reste une puissance militaire singulière, avec une vraie capacité de dissuasion. Elle demeurera la première armée européenne, la deuxième armée du monde libre… ». La formule « monde libre » n’était plus guère utilisée depuis des lustres par des responsables français : sans faire au président Macron un procès en « dépendance » politique qui a été fait mille fois à la droite, et pas mal aussi à la social-démocratie molleto-hollandaise (4), on peut y voir un indice supplémentaire de ce qui a déjà été affirmé et pratiqué par le mouvement En Marche et dans les premiers cent jours de son gouvernement :

 des relations privilégiées et un certain suivisme (notamment militaire) avec les États-Unis d’Amérique, Trump ou pas ;
 la reconduction pure et simple des grandes alliances atlantistes de ces dernières années (l’OTAN, l’UE telles qu’elles sont, même s’il est question de les « relancer ») ;
 un certain tropisme eurocentriste, nordiste, est-européen (avec la participation croissante des militaires français à de nouvelles opérations de « police du ciel », ou de « mesures de confiance » au titre de l’OTAN, aux cotés des pays baltes, de l’Estonie, etc. ;
 la permanence d’une stratégie de la tension avec la Russie (dans laquelle Moscou est également passé maître) (5).

Masse critique

Tout en reprenant cette formule de la « première » et de la « seconde » armée , le général Bosser reconnaissait à la mi-septembre, lors d’une journée de présentation de ses forces aux nouveaux parlementaires, que ce but n’est atteignable que si la France est capable de maintenir un « modèle d’armée complet », avec l’ensemble des capacités, y compris les plus pointues (nucléaire, forces spéciales, largage, anti-mines, etc.) dans un cadre « autonome », avec une « masse » critique, et des équipements et qualifications technologiques « de 4e génération », pour pouvoir garder en permanence « un temps d’avance ». Il ajoutait dans les conditions une disponibilité suffisante pour l’entraînement, et un environnement familial des militaires le plus favorable possible.

Dans un même ordre d’idées, Nicolas Baverez (Le Point, 19 octobre 2017) fait remarquer que le Brexit, qui amputera à terme d’un tiers le potentiel militaire européen « uni », « fait de la France le seul pays de l’Union à disposer d’un siège de membre permanent au conseil de sécurité de l’ONU, d’une dissuasion nucléaire autonome et d’un modèle complet d’armée ». Ce qui, donc, étendrait ses responsabilités et justifierait plus que jamais un effort en faveur du renforcement de son appareil militaire.

Ordre remis en cause

La nécessité du maintien d’un « modèle d’armée complet », découle notamment, selon la Revue stratégique de défense et de sécurité nationale publiée le 13 octobre dernier, du fait que la France est « exposée et engagée », avec des interventions simultanées et inscrites dans la durée, un territoire national directement attaqué, une bande sahélo-saharienne vulnérable, un flanc est et nord sous tension, sans parler d’un Proche-Orient globalement déstabilisé.

Le premier chapitre insiste d’ailleurs sur la « remise en cause de l’ordre international » et notamment du multilatéralisme, et liste les facteurs jugés négatifs :

 une autonomie croissante des acteurs (y compris d’organisations proto-étatiques recourant au terrorisme) ;
 une hiérarchie de la puissance internationale en évolution rapide ;
 un climat d’incertitude « poussant certains pays à douter de leurs alliés » ;
 une hétérogénéité et une imprévisibilité des acteurs qui augmente les risques ;
 une remise en cause des règles et institutions internationales, « contestées ou contournées par des acteurs qui récusent un ordre international dicté selon eux par l’Occident, et en ont désormais les moyens » ;
 le choix délibéré, par certaines grandes puissances , « d’une posture privilégiant ouvertement les rapports de force » ;
 le dédain croissant pour l’Organisation des Nations unies et ses agences, « qui demeurent pourtant essentielles en matière de prévention des conflits, de réponse aux crises humanitaires, de légitimation des interventions militaires ou des opérations de stabilisation post-conflit » ;
 les nombreux blocages auxquels est confronté le Conseil de sécurité « en raison du primat accordé ouvertement par certains pays à leurs seuls intérêts de puissance » ;
 plus encore, toujours selon la Revue stratégique, plusieurs pays, y compris des membres du Conseil de sécurité, « invoquent l’histoire ou leurs valeurs pour relativiser la portée et le caractère juridiquement contraignant de principes internationaux auxquels ils ont pourtant adhéré », etc.

Panoplies guerrières

Il est vrai que le temps est au « réchauffement » de la planète géopolitique :

 le président américain Donald Trump, qui a entrepris de dynamiter l’essentiel de la diplomatie de son prédécesseur, Barack Obama, souhaite faire sortir son pays de tous les traités ou arrangements jugés contraignants ou « injustes » (6) ; il a augmenté de 10 % les dépenses militaires de son pays, veut atteindre l’objectif de douze porte-avions pour l’US Navy (autant que sous la « guerre froide »), et menace de « laisser faire les gars » (son entourage militaire) en Corée du Nord ou ailleurs ;
 l’activisme militaire russe se manifeste de plus en plus en mer Noire, en Méditerranée, en Syrie, au dessus de l’Atlantique, ainsi que sur la scène diplomatique internationale, en cherchant à bloquer certains instruments de médiation lorsque ses intérêts sont en jeu ;
 Pékin privilégie l’influence économique et les rapports bilatéraux, tout en investissant le champ stratégique : trois flottes chinoises dotées de porte-avions sont annoncées pour 2030 — une par secteur maritime ;
 les exportations mondiales d’armement ont doublé depuis 2012, l’Inde restant le premier importateur, et les États-Unis de loin le premier vendeur ;
 les puissances nucléaires « classiques » renouvellent leurs panoplies, tandis que d’autres tentent d’entrer dans le « club », à force d’essais de missiles balistiques ou de croisière, en dépit de l’adoption par l’ONU d’ un traité d’interdiction des armes nucléaires… quelque peu surréaliste.

Philippe Leymarie

(1) À propos du dispositif Sentinelle, actuellement en cours de redéploiement, et finalement de resserrement — le général Bosser nous avait expliqué, à la mi-septembre, qu’il « croisait les doigts » : pas de bavures (de tirs accidentels sur des civils) de la part de ses hommes depuis deux ans ; avec une cote de popularité appréciable de ses personnels due surtout, selon ce général sans trop d’illusion, au fait que ses soldats n’ont pas de pouvoirs de police, les rôles devant être bien séparés.

(2) Pour symbolique qu’elle paraisse, cette mesure reflète sans doute un état d’esprit à l’Élysée différent de celui où le général Benoît Puga, prédécesseur de Rogel, avait acquis une autonomie — et un pouvoir sur le chef de l’État — qui avait fait grincer quelques dents. Toutefois, le rôle du chef d’état major particulier, outre une fonction de conseil, est suffisamment stratégique (dissuasion, renseignement) pour que son titulaire garde l’accès permanent et la confiance absolue du chef de l’État, et soit lui-même le plus indépendant possible du pouvoir politique… et du pouvoir militaire — raison pour laquelle le titulaire reste en général en poste en dépit d’un changement de président.

(3) Le président s’étonnait au passage « que personne à cette occasion ne relève que des journaux financés par les contrats de défense ont mené une campagne de plusieurs semaines pour protéger ces derniers ». Et il concluait, sans ambages : « La consanguinité entre une partie des industriels du secteur et la presse pose problème ».

(4) Le « molleto » est une référence aux temps, maintenant très anciens, de l’alignement très franc de Guy Mollet, leader socialiste, ministre, chef de gouvernement, sur les positions américaines dans les années 50 et 60.

(5) À noter, à ce propos, le rapport interne révélé le week end dernier par Der Spiegel, qui laisse entendre que l’OTAN justement serait incapable de faire face rapidement à une attaque russe, et qui envisage un retour aux structures de commandement utilisées par l’Alliance pendant la guerre froide.

(6) Outre la remise en cause des accords de Paris sur le climat, ou du traité sur le nucléaire iranien, l’exécutif américain vient de suspendre sa participation à l’Unesco.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2017