En kiosques : février 2018
Abonnement Faire un don

Première visite

Vous êtes abonné(e) mais vous n’avez pas encore de compte en ligne ?

Vous n'êtes pas abonné(e) ?

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout le site.
Une question, un problème ? Consultez la notice.
Accéder au menu

Le Graal de l’interopérabilité

Lune de miel franco-américaine

« Interopérabilité » de l’armée française avec les forces américaines… Le rêve est en passe de se réaliser : escortes navales ou frappes aériennes communes en Syrie et Irak, ainsi que dans le Golfe ; franche collaboration dans le renseignement et mise en œuvre des drones au Sahel ; entraînement des Rafale sur les porte-avions américains ; place de choix auprès du parrain américain dans les grands commandements de l’OTAN ; et le même look de « soldat du futur », bardé d’armes et de protections, hyper-connecté mais coupé du monde…

par Philippe Leymarie, 22 janvier 2018
JPEG - 203.2 ko
Soldats des armées américaine et française faisant la sieste au cours d’un exercice à Arta, Djibouti, en mars 2016.
cc The U.S. Army https://flic.kr/p/FPaVhf

De plus en plus, une logique de complémentarité entre les deux armées est à l’œuvre. Illustration la plus symbolique : l’opération Bois Belleau 100, ainsi dénommée en hommage à la célèbre bataille de 1918 (1). Cent ans plus tard, la frégate de défense aérienne (FDA) française Chevalier Paul a intégré le groupe aéronaval de l’USS Theodore Roosevelt dans le cadre du déploiement d’un groupe amphibie franco-américain dans l’océan Indien, entre novembre 2017 et mars 2018, articulé autour du porte-avions américain et du bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre, un des trois porte-hélicoptères français (2).

Lire aussi Olivier Zajec, « De quelles écoles stratégiques peut-on rapprocher la politique étrangère de Donald Trump ? », Le Monde diplomatique, janvier 2019. Le ministère de la défense précise que la FDA et le BPC sont respectivement intégrés au sein des Task Force 50 et 51 de la Ve flotte américaine depuis le début du mois de janvier 2018. Le bâtiment Chevalier Paul participe à l’escorte du Carrier Strike Group 9 (CSG 9), groupe naval autour du porte-avion USS Theodore Roosevelt, qui opère actuellement depuis le golfe arabo-persique (Operation Inherent Resolve). La frégate française a pris rapidement les responsabilités liées à la défense aérienne de la force, contrôlant notamment de nombreuses patrouilles de F18 américains. « L’escorte du Roosevelt permet à l’équipage du Chevalier Paul d’entretenir ses savoir-faire dans un environnement tactique particulièrement dense », se félicite le ministère français de la défense.

Niveau unique

Le groupe amphibie franco-américain avait terminé le 16 janvier l’exercice Alligator Thunder auquel a participé le 5e régiment de Cuirassiers — une unité française basée à Abu Dhabi, mobilisant plus de 700 soldats et marins, français et américains, et une cinquantaine de véhicules dont des VBCI et des canons Caesar embarqués à bord du BPC Tonnerre. Une manœuvre amphibie finale, commandée et soutenue par l’état-major franco-américain, avait permis le débarquement des unités d’infanterie qui ont participé ensuite à des manœuvres terrestres aux Émirats arabes unis.

En mai 2017, dans le cadre de la mission Jeanne d’Arc, le BPC Mistral avait déjà accueilli à son bord une centaine de Marines de l’US Marine Corps (USMC) de la IIIe force expéditionnaire maritime, détachés de leur base d’Okinawa au Japon. Un détachement de US Marines s’était précédemment rendu à bord du même Mistral entre Toulon et Djibouti, tandis que deux frégates américaines avaient rejoint le groupe aéronaval français articulé autour du porte-avions Charles de Gaulle, engagé en 2017 dans la lutte contre l’Organisation de l’État islamique.

Par ailleurs, dans le but de maintenir le savoir-faire des pilotes français de l’aéronavale, privés actuellement du Charles de Gaulle, des cycles d’entraînement des Rafale-marine seront aménagés cette année sur des porte-avions américains, au large de Norfolk, sur la côte est des États-Unis. En opérations, la marine nationale « a atteint un niveau de coopération et d’interopérabilité unique avec les Américains », souligne le ministère français de la défense sur son site.

La France et les États-Unis sont en effet les deux seules nations à disposer de porte-avions à propulsion nucléaire, avec des catapultes et brins d’arrêt de fabrication américaine. On relèvera également, dans ce domaine du matériel, que les Hawk-Eye, les avions d’observation et de contrôle embarqués à bord du Charles de Gaulle, sont de fabrication américaine, tout comme les drones Reaper d’observation acquis par l’armée de l’air française, notamment pour ses opérations au Sahel — drones qui seront prochainement armés. L’US Air force contribue au soutien de l’opération française Barkhane, au Sahel, avec un partage de renseignement, et des prestations de transport logistique et de ravitaillement en vol, comme c’est le cas également au Levant, en soutien de l’opération française Chammal.

Pour ce qui est de l’armée de terre, la coopération franco-américaine a pris un nouveau tournant avec l’adoption d’un Strategic Vision Statement (SVS) entre les deux chefs d’états-majors en juillet 2015, avec création de groupes de travail permanents dans différents domaines (renseignement, logistique, prospective…). La 6e brigade légère blindée (6e BLB) de Nîmes, jumelée avec la 2nd US Marine Division basée en Caroline du Nord, échange notamment autour de l’amphibie, participant chaque année à l’exercice Bold Alligator. De même, la 11e brigade parachutiste réalise régulièrement des activités aéroportées avec la 173rd Airborne Brigade Combat Team. Une dizaine d’officiers de liaison français sont intégrés à l’armée américaine.

Présence avancée

Autre domaine de solidarité et d’échange : la mise en œuvre des mesures dites de « réassurance » de l’OTAN, notamment auprès des pays baltes et de la Pologne. C’est ainsi qu’après huit mois en Estonie au sein d’un bataillon britannique, les trois cents militaires français ont été transférés en ce début 2018 en Lituanie, dans le cadre de la mission Lynx. Une politique de « présence avancée » décidée lors du sommet de Varsovie en 2016, pour « réassurer » les pays alliés voisins de la Russie (lire « OTAN, réassureur militant »). Le détachement français est intégré à un bataillon allemand de la brigade franco-allemande (3).

Le général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air française, qualifie d’« indéfectible » la coopération franco-américaine, les différences de point de vue entre les deux aviations étant aussi fines que « l’épaisseur d’un papier à cigarette »

L’armée française, sous le nom d’opération Chammal, assume depuis 2016 une participation de l’ordre de 10 % à la coalition menée par les Américains sur le théâtre dit « du Levant », ce qui en fait le second contributeur, notamment en matière de frappes aériennes (4) et le premier pour l’artillerie lourde au sol (avec un détachement de canons Caesar opérant depuis novembre 2016 (5), sous le nom de Task force Wagram). Sept mille cinq cents commandos irakiens ont été formés par les militaires des Task Force Narvik et Monsabert : un stage de formation d’une centaine de recrues de l’Iraki Counter Terrorism Service (ICTS) a pris fin à la mi-janvier, un autre lui a succédé depuis le 21 janvier.

En juin dernier, en marge du salon aéronautique du Bourget, le général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air française, qualifiait d’« indéfectible » la coopération franco-américaine, les différences de point de vue entre les deux aviations étant aussi fines que « l’épaisseur d’un papier à cigarette » (6).

Trump au 14 juillet

Sur un plan plus politique, on rappellera que les deux pays sont des alliés historiques, comme l’illustrait encore l’invitation faite au président américain Donald Trump — tout « infréquentable » qu’il ait pu paraître — de participer aux festivités du 14 juillet 2017, officiellement pour marquer le centième anniversaire de l’engagement des troupes américaines en France. Et que des généraux français se succèdent à la tête du Commandement pour la transformation de l’OTAN, qui leur est réservé depuis la décision du président Sarkozy de réintégrer en 2007 le commandement militaire transatlantique (7).

Lire aussi Régis Debray, « La France doit quitter l’OTAN », Le Monde diplomatique, mars 2013. Il y a de nombreux autres points de convergence entre Français et Américains, par exemple dans le domaine de l’antiterrorisme, de la cyberdéfense, du renseignement satellitaire, du soutien logistique, de l’équipement individuel du combattant et de son comportement sur le terrain, etc.

Par rapport aux autres alliés — et notamment aux plus forts d’entre eux, l’Allemagne et le Royaume-Uni — on peut se demander si la France ne cultive pas un complexe de supériorité, du fait de son expérience du combat, de sa relative autonomie, de ses armements « de souveraineté » presque entièrement franco-français : porte-avions, sous-marins lanceurs d’engins, chasseurs Rafale, canons Caesar, etc.

Avec le recul, on pourrait presque croire à un retour à la situation de 1949 à 1966, lorsque la France était le membre européen le plus en vue de l’OTAN, hébergeant tout à la fois le siège de l’Alliance et certaines de ses plus grosses bases (notamment celle de Châteauroux). Une partie du haut encadrement militaire français n’aurait-il pas été soulagé de retrouver cette vieille coopération, cette posture de « meilleur allié » après cinquante ans de frustration due à la volonté d’indépendance du général De Gaulle, soutenu en ce sens par la gauche de la gauche ?

Alliée, non alignée ?

En fait, cette bonne entente n’empêche pas quelques bémols (outre les grands points de clivage traditionnels que sont le multilatéralisme ou la finalité de la construction européenne). La France, sur le long terme, s’est voulue certes « amie, alliée, mais pas alignée », selon le mot de l’ancien ministre français des affaires étrangères, Hubert Védrine. Et a dû faire face, souvent, notamment dans le secteur de l’armement, à « l’agacement américain face à ce petit partenaire aux moyens réduits mais qui revendique l’égalité souveraine ».

Ainsi, en septembre dernier, le même général André Lanata se disait préoccupé de la « pression très importante de l’industrie aéronautique américaine en Europe », avec le déploiement progressif d’un avion de combat de dernière génération, le F-35, qui « change la donne sur le plan des capacités opérationnelles » : l’appareil allie une discrétion sans égale à des capacités renforcées de connectivité, dans le cadre d’un dispositif global de combat aérien — système qui a séduit plusieurs pays européens, en dépit de son coût élevé.

La montée en puissance du F-35 renforce la dépendance de ses acquéreurs à l’égard des fabricants et des décideurs américains ; et risque d’accroître l’isolement de la France, qui — sous prétexte d’autonomie et de souveraineté – s’est enfermée dans une relation exclusive avec l’industriel Dassault et ses sous-traitants, mais peine à imaginer un avenir mutualisé, à l’européenne, pour l’avion de combat du futur, même s’il existe des projets en ce sens avec la Grande-Bretagne et l’Allemagne.

En temps utile

Dans le même ordre d’idées, un rapport du Sénat en mai 2017 regrettait l’entière dépendance française à l’égard des Américains en matière de drones, faute d’avoir développé une filière nationale ou européenne en temps utile, c’est à dire il y a plus de vingt ans.

Lire aussi Jean-Dominique Merchet, « Un porte-avions très politique », Le Monde diplomatique, août 1987. De même, alors que se profilent les études pour définir les contours du successeur du porte-avions Charles de Gaulle (8), on fait remarquer que General Atomics, fournisseur des catapultes à vapeur du porte-avions français, expérimente actuellement avec l’US Navy un système de lancement de type électro-magnétique « Emals » ainsi qu’un nouveau procédé d’appontage — des équipements que la marine française sera sans doute contrainte d’adopter pour son futur modèle de porte-avions.

Tout cela fait dire à un parlementaire spécialiste des questions de défense aussi modéré que le député François Cornut-Gentille (LR), qu’il faut rester vigilant vis à vis des États-Unis : « Attention à ne pas tomber dans une trop forte dépendance : il faudra savoir dire non », a-t-il signalé lors d’une rencontre avec l’Association des journalistes de défense le mois dernier.

Philippe Leymarie

(1) Des régiments de Marines américains, tout juste débarqués en France, avaient stoppé l’avance allemande dans l’Aisne, reprenant notamment ce bois Belleau, au prix de très lourdes pertes.

(2) Les BPC sont les bâtiments de surface les plus importants de la flotte française, après le porte-avions Charles de Gaulle, actuellement indisponible.

(3) Plus de 5 000 militaires français ont contribué à ces mesures de « réassurance » depuis 2015. Parallèlement à cette mission au sol, l’armée de l’air participe tous les deux ou trois ans à la police du ciel dans l’espace aérien des pays baltes, avec des chasseurs stationnés en Lituanie. Elle effectue aussi des patrouilles en mer Noire, et prend part à de nombreux exercices de l’OTAN.

(4) Selon le ministère français de la défense, le bilan total des opérations aériennes depuis le 19 septembre 2014 était, à la mi-janvier, de 7 676 sorties, 1 429 frappes, 2 218 objectifs « neutralisés ».

(5) Depuis le début de sa mission, la TF Wagram, a réalisé 1 606 missions de tir représentant plus de 65 % des tirs de la coalition.

(6) Defense news, 19 juin 2017.

(7) Ce commandement basé à Norfolk (Virginie) est chargé de la doctrine et de la planification militaires de l’OTAN.

(8) Dans un entretien avec le quotidien Var Matin, le 1er décembre dernier, puis lors d’une réunion avec l’Association des journalistes de défense, l’amiral Christophe Prazuck avait relancé l’idée d’un éventuel second porte-avions — idée écartée par le président Macron dans ses vœux aux armées, à Toulon, le 19 janvier — et expliqué que la prochaine loi de programmation militaire, actuellement en préparation, devrait de toute façon prendre en compte le processus de définition et de mise en œuvre du porte-avions qui succédera à l’actuel Charles de Gaulle.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2018