En kiosques : août 2018
Abonnement Faire un don
Accéder au menu

Contre Jean-Claude Kaufmann, encore une poursuite bâillon

par Alain Garrigou, 22 février 2018
JPEG - 125.1 ko
« Silence, please »

Le sociologue Jean-Claude Kaufmann vient d’être mis en examen. Quel est son crime ? Un mot prononcé dans une interview du quotidien 20 Minutes qui lui demandait son avis sur l’émission de téléréalité « Mariés au premier regard » diffusée sur M6. Cette émission se propose de marier des personnes qui ne se connaissent pas en établissant une mesure de compatibilité des époux comme gage de « mariage heureux ». La méthode est présentée comme scientifique, un leitmotiv à l’antenne, consistant à comparer un facteur F (degré de féminité) et un facteur M (degré de masculinité) concoctés par un « coach en séduction » se qualifiant de « sociologue », M. Stéphane Edouard. Celui-ci est bien titulaire d’un DEA de sociologie. Or la profession de sociologue ne bénéficie pas de protection juridique, comme celle de médecin par exemple. De toute façon, il faut bien s’habituer à ces revendications médiatiques jamais contrôlées. Sociologue, psychologue, et j’en passe. La plus souvent mentionnée est celle de politologue. Je l’ai même entendue, devant un tribunal, dans la bouche de l’avocat d’un conseiller politique bien connu, sans que celui-ci ait fait d’études de science politique. Le plus grave est moins la revendication du titre que celle de la scientificité de méthodes, vendues ici et là sur des sites de rencontres ou de jeux, formes modernes de la boule de cristal. Pas plus grave qu’un divertissement, à moins qu’on y voit un mauvais exemple moral ou la préfiguration d’une société où les algorithmes assembleraient les couples.

Lire aussi David Cole, « Pouvoir tout dire », Le Monde diplomatique, novembre 2017. Le sociologue universitaire sollicité par le quotidien a exprimé un jugement de sociologue universitaire : « un coach ayant fait des études de sociologie c’est très bien, mais quand il parle de ses thèses scientifiques, c’est de l’arnaque ». « Arnaque », un mot sobre et modéré. Le coach en séduction a néanmoins porté plainte en diffamation avec constitution de partie civile. La procédure entraîne la mise en examen automatique de l’auteur du propos et le condamne déjà à une peine symbolique puisque, comme nous le signalent régulièrement les politiciens, tant qu’ils ne sont pas mis en examen, ils sont innocents. Ensuite ils démissionnent. À moins qu’ils fassent valoir encore la présomption d’innocence. C’est aussi une peine matérielle puisque le mis en examen doit prendre un avocat pour sa défense. C’est la forme brutale d’un mode d’action judiciaire absurde et injuste qu’on nomme « poursuite bâillon ». Lequel ne vise pas seulement une personne, qui doit se dire qu’on ne le reprendra plus à répondre sincèrement à une question pertinente, mais bien à tous les scientifiques confrontés aux produits frelatés. Cercle vicieux : c’est d’ailleurs leur raréfaction dans les médias qui conduits ceux-ci, surtout les plus consommateurs d’intervenants de plateaux, à se contenter d’invités moins titrés ou aux titres incertains.

Or les poursuites bâillons sont possibles avec la complicité matérielle de l’appareil judiciaire et donc de l’État. La procédure ne coûte d’abord pas grand-chose au plaignant : une caution modique qu’il perdra s’il est débouté, ses frais d’avocat, perdus dans la même hypothèse, et probablement les frais d’avocat de la partie adverse en étant condamné aux dépens. Cela finit par faire une somme conséquente pour un modeste plaignant. Pour m’avoir « traîné » devant un tribunal, il en a coûté plusieurs dizaines de milliers d’euros au « politologue » mentionné ci-dessus. Je me permets de le mentionner car c’est déjà assez dissuasif. Mais tant que la justice ne condamnera pas ces pratiques par des dommages et intérêts conséquents — ce qu’elle ne fait pas encore, conservatisme des cours d’appel oblige... — cela ne sera pas suffisant. Certes Encore les coûts resteront négligeables pour les riches plaignants dont les sociétés assument les frais de justice. Récemment, des journalistes se sont ainsi manifestés par une pétition contre les pratiques du groupe Bolloré, empressé à attaquer en justice tout article qui lui déplaît (1). Les tribunaux déboutent-ils à chaque fois le plaignant ? Qu’à cela ne tienne.

Lire aussi Thomas Deltombe, « Les guerres africaines de Vincent Bolloré, Le Monde diplomatique, avril 2009. Combien d’informations désagréables restées confidentielles, par crainte d’un procès ? La XVIIe chambre du tribunal de grande instance de Paris, chargée de ces questions de presse, est heureusement libérale. Sans elle, la liberté d’expression serait depuis longtemps défunte. Il ne faut cependant pas s’en tenir à la justice rendue mais au droit permettant ces procédures d’intimidation qui, à terme, menacent la liberté d’expression d’autant plus qu’elles se multiplient. Forts de la présence d’un président philosophe à la tête du pays, nous pouvons espérer une réforme en faveur de la liberté d’expression qui, en l’occurrence, supprimerait les plaintes en diffamation avec constitution de partie civile qui entraînent la mise en examen et — serait-ce trop demander ? — établirait une protection minimale des lanceurs d’alerte.

Alain Garrigou

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2018