En kiosques : octobre 2018
Abonnement Faire un don
Accéder au menu

Au-delà de l’affaire Cambridge Analytica

Pour un service public des données

par Evgeny Morozov, 10 avril 2018
JPEG - 272.9 ko
« post industry »

Bonne nouvelle pour ceux d’entre nous qui mettent en garde contre les dangers de « l’extractivisme des données » depuis des années : la méfiance envers Facebook est de plus en plus vive.

Enfin une preuve incontestable que sous la rhétorique grandiloquente de Facebook, qui prétend « construire une communauté mondiale qui œuvre pour tous », se cache un projet agressif et cynique qui nous vampirise, dans le but de construire un aspirateur de données mondial. Comme d’autres dans ce secteur, Facebook se fait de l’argent en puisant nos données personnelles — qu’il fait émerger grâce à nos pokes et nos likes, à l’image des grands groupes du secteur énergétique qui forent des puits de pétrole : les profits avant tout, les conséquences sociales et individuelles attendront.

En outre, plus grand monde ne croit en l’avenir numérique idéal où des publicités sur-mesure financeraient ce que Mark Zuckerberg appelle « l’infrastructure sociale ». Si cette dernière ne coûte rien financièrement, aux contribuables du moins, elle aurait un prix social et politique peut-être plus lourd encore que le pétrole bon marché des années 1970.

Cette prise de conscience, aussi soudaine et brutale soit-elle, ne suffit pas. Facebook n’est que l’un des symptômes, non la cause de nos problèmes. À long terme, fustiger sa culture d’entreprise pourrait s’avérer aussi vain que de s’en prendre à soi-même.

Ainsi, au lieu de se demander s’il faudrait mettre Mark Zuckerberg au ban des chefs d’entreprise, tâchons de comprendre comment réorganiser l’économie numérique afin qu’elle bénéficie aux citoyens, et pas seulement à une poignée d’entreprises multimilliardaires qui considèrent leurs utilisateurs comme des consommateurs passifs, dénués d’aspirations politiques et économiques.

Ce programme de transformations se heurte à de nombreux obstacles structurels qu’une « appli » miracle ne saurait lever. Ils proviennent non pas de notre addiction supposée aux réseaux sociaux ou de l’usage abusif qu’en feraient les entreprises technologiques, mais de l’inquiétante dynamique du capitalisme contemporain, qui est bien plus constante que ne le laisse croire notre obsession pour l’innovation et la « disruption » (rupture).

Pour commencer, on aura beau médire des géants du web, Facebook, Alphabet, Amazon, Microsoft et d’autres encore, ont joué un rôle capital pour propulser la bourse américaine à des niveaux records. Ils jouissent d’une prospérité relative alors même que le reste de l’économie est encore aux prises avec les retombées de la crise financière.

En un sens, le marché américain de la technologie des années 2010 partage quelques points communs avec l’immobilier américain de la décennie précédente : tous deux ont essayé de créer de la richesse en comptant sur la valorisation de leurs actifs, même quand l’économie réelle battait de l’aile. Si l’on retirait les bénéfices considérables générés par les actions des grands groupes high-tech ces dernières années, on ne pourrait pas parler d’une reprise significative de l’économie. C’est la principale raison qui pousse les États-Unis à laisser les coudées franches à ses géants de la technologie, surtout depuis que ceux de la Chine bombent le torse et s’implantent à l’étranger. Donald Trump continuera donc à vilipender Amazon… jusqu’au jour où il découvrira Alibaba.

Facebook peut bien entendu essayer de changer son modèle économique, à l’instar d’Amazon et Alphabet, qui se sont récemment diversifiés dans les services, un secteur bien plus lucratif, car l’intelligence artificielle (IA) et l’informatique en nuage permettent de se tailler des marges plus confortables et de contourner les problèmes qui émergent dans leur branche principale. Malgré ses excellents chercheurs en IA et un stock de données suffisant pour les occuper un moment, Facebook est à la traîne. Après tous les scandales récents, il aura du mal à convaincre ses potentielles entreprises clientes que leurs données sont en sécurité.

Il ne lui reste donc plus qu’une possibilité, déjà promue par ses investisseurs les plus anciens comme Roger McNamee : renoncer à la publicité et introduire des frais mensuels pour ses services ; en d’autres termes, des abonnements. Facebook pourrait ainsi faire d’une pierre deux coups : décourager la propagation de fausses nouvelles (lire « Les vrais responsables des fausses nouvelles »), tout en se soulageant de l’urgence de collecter et stocker tant de données d’utilisateurs. La perspective d’un tel changement reçoit peu de faveurs : qui voudrait payer pour Facebook après tout ce qu’il a fait ? Cependant, la situation pourrait évoluer une fois que les scandales actuels se seront dissipés et qu’une foule d’États, d’universités et de philanthropes se presseront pour payer ces factures mensuelles à Facebook.

Entretemps, les politiciens — surtout en Europe —, mais aussi les cadres des entreprises technologiques ne manqueront pas de faire barrage en promettant d’améliorer la surveillance de nos données et d’instaurer de nouvelles lois pour punir ces mauvaises pratiques flagrantes. Nous devrons alors faire preuve d’une grande prudence, car une telle rhétorique rétablira inévitablement l’impression de normalité quant à l’état général de l’économie numérique, en essayant de nous convaincre qu’à part quelques cas isolés qui ne respectent pas l’éthique, les fondations sont saines et les enjeux limités.

Cette impression de normalité retrouvée s’intégrera parfaitement à la vision du monde partagée par les technocrates européens et les technologues de Facebook, souvent présentés comme diamétralement opposés. Malgré l’antagonisme prétendu, ces deux camps considèrent que le monde s’articule autour du sacro-saint marché, où des entreprises régulées offrent toutes sortes de services possibles aux utilisateurs-consommateurs tout-puissants, qui optimisent l’utilité et qui, s’ils ne sont pas contents, peuvent toujours aller faire affaire ailleurs.

Les seules interventions permises dans ce monde sont les initiatives visant à renforcer les droits des consommateurs vis-à-vis de leurs données, favoriser la concurrence et peut-être, prélever plus d’impôts (la spécialité des technocrates européens) ou concevoir des services et technologies encore meilleurs (la chasse-gardée des ingénieurs de Facebook). Dans ce monde merveilleux, l’histoire est bel et bien finie : non seulement le capitalisme règne sur le monde, mais de surcroît il fonctionne et répand la prospérité et la méritocratie partout où il passe.

Ainsi, nul besoin d’envisager ou d’imaginer d’autres formes d’organisation sociale ou politique, des modèles où, par exemple, les villes, les groupes de citoyens ou les États-nations auraient plus de poids sur le marché et pourraient décider quelles parties de nos vies nous voulons exclure de ce marché. Si ces nouvelles formes de société étaient si utiles, le marché y aurait déjà pensé. Et pourquoi se donner cette peine, puisque de toute façon il est censé fonctionner à merveille ?

Cette conception du monde se heurte à la réalité empirique : la réussite des géants de la technologie aux États-Unis et en Chine est la conséquence directe d’une intervention étatique forte, et non d’un laisser-faire. L’armée américaine a mis des décennies à financer la construction de la Silicon Valley et presque autant à mettre au point un système de marché mondial pour empêcher d’autres pays de développer des technologies similaires.

Mais une différence essentielle sépare les Européens des Américains : si les seconds font l’inverse de ce qu’ils disent, les premiers — assez naïvement — font exactement ce qu’ils disent. Ainsi, tandis que la Chine et les États-Unis font tout pour protéger leur secteur technologique en pleine croissance, l’Europe fait tout pour assurer une concurrence loyale entre ses propres entreprises et celles des Américains et des Chinois.

Malheureusement, le Vieux Continent s’est donc retrouvé avec une capacité technologique relativement faible. Mais heureusement, contrairement aux États-Unis, où l’économie dépend beaucoup des nouvelles technologies, et à la Chine, où l’extractivisme des données n’a pas d’impact sur les élections, par exemple, tout bonnement parce qu’il n’y en a pas, l’Europe est le seul acteur bien placé pour mener une révolution tout à fait différente en matière de données, afin de retourner la situation en sa faveur et encourager l’innovation, sur les fronts technologique et politique.

En un mot, au lieu de laisser Facebook nous faire payer ses services ou continuer à exploiter nos données à des fins publicitaires, il faut trouver un moyen pour que les entreprises de son acabit paient pour avoir accès à nos données, qui seraient considérées comme une propriété collective et non individuelle.

Toutes les autres parties qui souhaitent se servir de ces données pour élaborer des services (universités, bibliothèques, institutions chargées de la protection sociale ou sociétés publiques de transport en commun) pourront avoir accès aux données sous certaines conditions, parfois gratuitement, ou grâce à de grosses subventions, issues par exemple de fonds d’investissement gérés par les États, qui s’assureraient ainsi que les entités principales, pour utiliser au mieux ces données, comme pour le développement de l’IA, soient généreusement subventionnées.

D’où proviendraient tous ces fonds ? Pour commencer, il serait bien utile que Facebook, Alphabet et compagnie paient pour accéder aux données, au lieu de pratiquer l’évasion fiscale. Le but ne serait pas d’optimiser les revenus obtenus grâce à cette nouvelle couche de données (autant déployer une sorte de système d’enchères pour vendre des « droits d’accès aux données »). Non, l’objectif consisterait à « planter » des arbres à données qui croîtraient selon des logiques différentes : si Facebook veut proposer des services pour monétiser la surveillance perpétuelle, il devrait être libre de le faire, mais à condition de payer le prix fort, de se soumettre à une supervision totale et d’obtenir le consentement libre et éclairé de ses utilisateurs. Cependant, d’autres modèles pourraient aussi bien être proposés autour des mêmes ensembles de données : abonnement, accès subventionné, accès gratuit en fonction du revenu, etc.

Il existe des arguments solides pour déterminer le bon équilibre entre un droit de propriété individuel des données et un droit collectif. D’aucuns avancent que nous devrions devenir des « actionnaires » de nos données, qui nous rapporteraient des dividendes tandis que Facebook et Google continueraient à les extraire pour la publicité, entre autres. Or, la valeur réelle de ces données n’émerge que lorsqu’elle s’ajoute à celles de plusieurs individus (surtout si elle utilisée pour l’apprentissage automatique). On ne peut donc pas simplement diviser l’ensemble des bénéfices de ces entreprises par le nombre d’utilisateurs pour savoir ce qui nous est dû. En outre, une bonne partie des données que nous générons, quand nous marchons dans une ville financée par la fiscalité, équipée d’un système d’éclairage intelligent également financé par la fiscalité, s’apparentent davantage à des données pour lesquelles nous avons des droits d’utilisation collectifs et sociaux en tant que citoyens, plutôt que des droits individuels en tant que producteurs ou consommateurs.

Un tel système se heurte souvent à l’argument des potentiels usages abusifs par l’État, puisque les données ne seraient plus entre les mains d’entreprises comme Facebook et seraient stockées sur une sorte de « nuage public ». Certes, ce risque existe, mais le système actuel génère déjà beaucoup de débordements de sa part, que nous continuons à traiter comme des exceptions et non comme les règles du jeu étatique, même après les révélations d’Edward Snowden (1)

Il ne s’agit pas d’abolir la tradition européenne de la protection des données, mais de changer de perspective. Au lieu de continuer d’avancer dans une voie qui prétend exister en dehors de l’histoire, en négligeant les pressions exercées par le capitalisme mondial, la montée de la Chine ou l’influence grandissante qu’exerce la Silicon Valley sur le modèle social-démocrate européen, il faudrait allier la protection des données à un projet économique et démocratique dynamique, afin que les citoyens ne perdent pas le contrôle des précieuses ressources (les données) et infrastructures (l’IA) sur lesquelles se fonderont les futures institutions politiques et économiques.

La droite, du moins sa frange la plus créative et marginale, a bien compris les enjeux de la bataille qui se prépare. Lors d’un événement récent organisé par le quotidien britannique Financial Times, Steve Bannon a cité, parmi les trois grands thèmes qui nourrissent la colère populiste contre la mondialisation, le combat pour restaurer « la souveraineté numérique ». Il s’agit selon lui de récupérer notre propriété intellectuelle personnelle confisquée par les grandes entreprises technologiques. En réalité, M. Bannon n’affiche là qu’un anti-mondialisme de façade, car la seule manière de monétiser nos données et d’en recevoir un dividende consisterait, selon lui, à laisser en place les institutions les plus mondialisées, à savoir les marchés financiers, voire à étendre leur pouvoir à des domaines aujourd’hui maîtrisés par Facebook et Alphabet, à savoir, la vie quotidienne.

La gauche, à l’exception de quelques expériences courageuses sur la propriété des données à l’échelle municipale, n’a pas grand-chose à dire sur le sujet (lire « Pour un populisme numérique (de gauche) »). Pourtant, ce débat sur les données représente une occasion unique pour repenser nombre de ses autres positions : comment organiser l’aide sociale à l’ère de l’analyse prédictive, comment organiser la bureaucratie et le secteur public à une époque où les citoyens sont équipés de capteurs, voire de technologies plus avancées, comment organiser de nouveaux syndicats alors que l’automatisation se généralise, comment organiser un parti politique centralisé à l’ère des communications décentralisées et horizontales ?

Malgré tout, la gauche ne cesse de brandir l’argument technocrate de la protection des données : plus d’impôts, plus de lois antitrust. Cet argument, en dépit de son intention originelle, semble de plus en plus néolibéral. Ces mesures ne sont pas mauvaises en soi, mais elles ne sont pas à la hauteur des défis qui s’annoncent, d’autant que la crise guette les institutions grâce auxquelles la gauche s’est démarquée pour revendiquer les intérêts des plus désavantagés (protection sociale, secteur public, syndicalisme, parti politique). Il n’y a pas de quoi se réjouir d’une réglementation accrue lorsqu’elle va dans le mauvais sens, même si cela donne aux fonctionnaires européens l’impression rassurante que le capitalisme imaginé par les pères fondateurs de l’Union dans les années 1950 continue de fonctionner, comme promis.

Il existe trois scénarios politiques. Nous pouvons conserver le modèle actuel, en laissant Facebook, Alphabet, Amazon, etc. s’arroger de plus en plus de fonctions qui incombent à l’État. Avec le temps, peut-être n’aurons-nous plus à craindre qu’ils utilisent leurs technologies pour influencer les élections puisque notre vie dépendra en grande partie de ce qui se décidera dans leur salle de réunion — et non au Parlement.

La deuxième voie serait celle d’un anti-mondialisme douteux incarné par Steve Bannon, visant à retrouver une certaine autonomie vis-à-vis des géants de la technologie en donnant un pouvoir excessif au secteur financier (que M. Banon entend bien sûr maîtriser à l’aide de crypto-monnaies ; au risque d’un inversement des rôles, car à ce petit jeu, les banques ont toujours gagné, non sans avoir dévoré leurs concurrents).

La récente controverse sur les données fournit enfin l’occasion de mettre en place une politique véritablement décentralisée et émancipatrice, par laquelle les institutions de l’État (du niveau national au niveau municipal) seront déployées pour reconnaître, créer et favoriser de nouveaux droits sociaux aux données. Ces institutions devront regrouper les données dans des groupes aux conditions d’accès différentiées. Elles s’assureront aussi que les entités qui proposent de bonnes idées, sans grand intérêt commercial mais prometteuses d’un point de vue social, reçoivent des financements pour les réaliser à partir de ces groupes de données.

En repensant ainsi les institutions existantes dans lesquelles les citoyens semblent avoir perdu confiance, il serait possible de remédier au sentiment d’aliénation vis-à-vis de la vie publique et du jeu politique, partagé par tant d’individus à travers le monde. La tâche s’annonce ardue, mais faisable. Aujourd’hui du moins, car ce ne sera peut-être plus le cas dans cinq ou dix ans, quand les coûts politiques et économiques de l’extractivisme des données éclateront au grand jour. Les puits de données que nous portons en nous, comme tous les sites d’extraction, ne dureront pas toujours.

Evgeny Morozov

(1Sur les ramifications de l’affaire Snowden, lire Dan Schiller, « Géopolitique de l’espionnage », Le Monde diplomatique, novembre 2014.

Traduction depuis l’anglais : Métissa André

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2018