En kiosques : avril 2019
Abonnement Faire un don
Accéder au menu

Au Tchad, les Mirage français en plein mélange des genres

L’aviation de chasse française déployée à N’Djamena (Tchad) et à Niamey (Niger), au titre de l’opération régionale « Barkhane », est intervenue à plusieurs reprises ces derniers jours au nord du pays, à la demande du régime du président Idriss Deby, pour l’aider à stopper une colonne de dizaines de pickups armés venant de Libye. Une action qui renoue avec des pratiques qu’on croyait bannies. Et qui s’apparente à un dangereux mélange des genres.

par Philippe Leymarie, 8 février 2019
JPEG - 108.1 ko
Mirage 2000 du détachement chasse de Niamey, Niger, octobre 2018.
© Jérôme Bardenet / Ministère des Armées

Partie de Libye, la colonne armée, initialement forte d’une cinquantaine de pickups, avait pénétré au Tchad par le nord-est, en provenance de la Libye et traversé le plateau de l’Ennedi, le long de la frontière soudanaise. Elle n’avait pas obtempéré aux premières frappes des forces aériennes tchadiennes les 1er et 2 février, puis des forces aériennes françaises le 3 février — raison pour laquelle de nouveaux tirs ont été conduits par des Mirage 2000 les 5 et 6 février, avant peut-être d’autres coups de semonce du même genre cette fin de semaine. 

Sur le plan « technique », l’état-major français se justifie en affirmant que ces bombardements — une vingtaine au total — ont été conduits « de façon proportionnée, graduée et précise », occasionnant la perte d’une vingtaine de véhicules. Il s’agissait, selon les militaires, d’envoyer un message à la (ou aux) colonne(s) rebelle(s) descendant vers le sud : leur signifier la détermination des autorités tchadiennes et françaises à voir stopper leur progression.

Partenaire antiterroriste

Sur un plan plus politique, fait valoir l’état-major français, Paris s’estime couvert : ces opérations sont menées « en réponse à la demande des autorités tchadiennes ». Le raid de cette colonne armée dans la profondeur du territoire tchadien « était de nature à déstabiliser ce pays ». Paris rappelle opportunément que les forces armées tchadiennes sont un partenaire essentiel de la France dans la lutte contre le terrorisme, tant au Mali au sein de la Minusma qu’au sein de la force conjointe du G5-Sahel ou à travers l’engagement de l’armée tchadienne contre Boko Haram.

Multiplication des opérations militaires autour du Sahel

Multiplication des opérations militaires autour du Sahel

L’Union des forces de la résistance (UFR), dirigée par Timane Erdimi, un neveu du président Idriss Deby, affirme être entrée au Tchad avec trois colonnes distinctes, et « ne pas avoir peur des frappes aériennes françaises ». Ce mouvement rebelle qui recrute essentiellement au sein des communautés du nord, notamment les Toubous et les Zagawhas — l’ethnie du président Deby — était presque entré dans la capitale en 2008, mais avait échoué de justesse, en raison déjà d’une intervention des troupes françaises.

Cette fois, la stratégie de ce mouvement semble à nouveau de :

 menacer N’Djamena (ou de le faire croire) ;
 provoquer des défections au sein des organes dirigeants du régime ;
 réclamer la création d’un gouvernement provisoire et la tenue d’élections ;
 et si possible, en attendant, de créer une base-arrière au nord-est tchadien ou au Soudan.

L’ armée tchadienne avait été engagée à la fin d’août dernier au nord du massif du Tibesti contre le Conseil de commandement militaire pour le salut de la république (CCMSR), qui cherchait l’appui des communautés toubous locales. Ce mouvement, qui opérait jusque-là dans le sud de la Libye, en avait été chassé déjà par les troupes du général Khalifa Haftar, le chef d’une des armées libyennes. Il semble que la descente, ces jours-ci, des colonnes de l’UFR vers le centre et l’est du Tchad ait un lien, à nouveau, avec une importante opération militaire menée dans le sud libyen depuis la mi-janvier par ce même général Haftar pour rétablir son contrôle sur des installations pétrolières. L’homme fort de l’est libyen, qui est notamment appuyé par la France, prétend « purger la région [du sud libyen] des groupes terroristes et criminels ».

Dictateurs amis

La question de la légitimité de l’opération française est cependant posée. L’UFR, tout comme l’opposition légale, dénonce une « ingérence » de Paris dans les affaires internes du pays, et qualifie en plus la France de « force hostile au peuple tchadien ». Paris insiste sur l’aspect bilatéral de son action, au titre des accords en vigueur entre la France et le Tchad, et non dans le cadre de l’opération régionale Barkhane. Mais l’utilisation des mêmes moyens et mêmes chaînes de commandement pour traiter les opposants armés au régime tchadien que ceux utilisés contre les djihadistes, adeptes de la terreur trans-frontière à l’échelle du Sahel, relève du mélange des genres.

De fait, on rappelera à l’armée française qu’elle joue sur les deux tableaux, elle qui s’efforçait de prouver ces dernières années qu’elle n’agissait plus en « gendarme politique » du continent, mais en appui technique aux armées nationales. Et que, du coup, elle s’aligne sur le positionnement idéologique d’Idriss Deby, sorte de président à vie, manipulateur de Constitution, qui qualifie de « terroristes » ou de « mercenaires » indistinctement tous ceux qui menacent son régime, ses intérêts familiaux (1), etc.

Pour l’association française Survie, cette intervention au Tchad « démontre une nouvelle fois que le maillage militaire français permanent en Afrique, au titre de différents prétextes tels que la lutte contre le terrorisme aujourd’hui, permet au gré des alliances et des intérêts de Paris de venir en aide aux dictateurs amis de la France ».

Bon vieux temps

L’association — spécialisée dans la dénonciation des turpitudes réelles ou supposées de la « Françafrique » — estime en outre que, même si elle est menée dans un cadre légal du point de vue tchadien, cette opération s’appuie sur le dispositif Barkhane dont la prolongation, au delà des quatre mois légaux, n’a jamais été soumise au Parlement français, comme l’exige la Constitution française (2).

À quoi le gouvernement français avait déjà répondu que l’opération Barkhane s’inscrit dans le prolongement des opérations Serval (Mali) et Epervier (Tchad) déjà autorisées par le gouvernement. En omettant de considérer que Barkhane ne concerne plus deux mais cinq pays ; et que les objectifs d’Épervier, autorisée en 1986 à l’issue des disputes au sommet entre les leaders nordistes Goukouni Weddeye et Hissen Habre, n’avait rien à voir avec ceux de Barkhane aujourd’hui. Enfin : jusqu’à ce que les militaires français amis soient sommés d’arrêter à nouveau les colonnes d’opposants tchadiens… comme au bon temps, par exemple, de Nicolas Sarkozy, en 2008 — mais on pourrait remonter beaucoup plus loin !

Jeudi 7 février, on répétait encore, du côté de l’état-major français, que les Mirage français décollés de N’Djamena et Niamey (avec deux avions-ravitailleurs et un drone Reaper) :

 répondent à une demande formelle d’un État souverain, dans un cadre bilatéral (et non dans celui de l’opération régionale Barkhane) ;
 qu’il est possible d’intervenir même en dehors (ou en l’absence) d’un accord de défense particulier ;
 qu’il s’agit d’une opération limitée dans l’espace et le temps ;
 que les autorités tchadiennes conservent la capacité de répondre elles-mêmes à cette menace (ce qu’elles ont fait notamment avec un de leurs hélicoptères MI-17).

Grain à moudre

Il n’empêche : l’affaire tombe plutôt mal, donnant du grain à moudre à ceux —de plusen plus nombreux au sein de l’opinion dans les pays du Sahel, d’après les échos qu’on peut en avoir— qui accusent les forces étrangères présentes dans ces pays de protéger des régimes discrédités ; de faire l’amalgame entre les opposants, les terroristes, les migrants ; d’intervenir au Sahel en fonction de leurs propres agendas (matières premières, migrants) ; voire d’enflammer les populations par leur seule présence ; et finalement de ne pas avoir réussi à faire reculer l’insécurité :

 la menace djihadiste, qui justifie officiellement leur présence depuis cinq ans dans les cinq pays du G5-Sahel, est loin d’avoir disparu en dépit des efforts des soldats français de Barkhane, des soldats africains de la Minusma, et des gendarmes et soldats des armées des pays de la région ;
 l’insécurité s’étend désormais au centre et à l’est du Mali, au nord et à l’est du Burkina Faso, avec son cortège d’attaques, enlèvements, explosifs improvisés ;
 tandis que la force conjointe « G5-Sahel », formée de contingents des cinq pays de la région, peine à se déployer en permanence, à s’équiper, à trouver un mécanisme de financement pérenne, et à recevoir du conseil de sécurité des Nations unies le mandat plus robuste qu’elle réclame au titre du fameux « chapitre 7 » de la charte de l’organisation, comme vient de le constater le sommet des chefs d’État du G5, réuni en début de semaine à Ouagadougou.

Philippe Leymarie

(1Ses fils sont à la tête de la société nationale des hydrocarbures, de la garde républicaine, du cabinet de la présidence, etc.

(2Comme c’est la règle, le premier ministre a cependant informé par lettre le président de l’Assemblée nationale de l’opération militaire en cours au nord du Tchad. De son côté, la commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat demande à entendre la ministre de la défense.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2019