En kiosques : octobre 2019
Abonnement Faire un don
Accéder au menu

Et si on supprimait le défilé du 14-Juillet ?

C’est une institution, un rendez-vous incontournable chaque année sur les Champs-Élysées : un rituel impérissable, qui fait marcher au pas quatre mille soldats des trois armées, élèves des écoles militaires mais aussi gendarmes, policiers et pompiers, avant la Légion étrangère ou la cavalerie de la garde républicaine, et les blindés, alors que le ciel se couvre de norias d’avions et d’hélicoptères grand consommateurs de kérosène. Cette démonstration à la gloire des militaires, qui sert aussi aux politiques à faire passer quelques messages, fait figure de vache sacrée. Mais faudra-t-il le garder éternellement ?

par Philippe Leymarie, 8 juillet 2019
JPEG - 321.9 ko
André Devambez. — « Le grand défilé du 14 juillet », autour de 1902.

Moment privilégié de communication entre la France et son armée, ce cérémonial met en scène l’allégeance des militaires à la nation, de l’armée au pouvoir civil, du glaive à la toge, devant le président de la République, chef des armées en titre, en présence du gratin institutionnel et de l’essentiel de la classe dirigeante. Une dramaturgie tracée au cordeau, réglée au millimètre et à la seconde. Un rituel qui est une fierté pour les militaires, et leur petite heure de gloire, toutes décorations dehors. Mais aussi un outil de communication politique et diplomatique du gouvernement, en même temps qu’une spectaculaire démonstration de savoir-faire technique, particulièrement à travers le défilé aérien.

Lire aussi Rémi Carayol, « Sahel, les militaires évincent le Quai d’Orsay », Le Monde diplomatique, juillet 2019.

« Faut-il condamner le défilé du 14-Juillet ? », demande Jean-Luc Cotard, ancien officier de la direction de l’information au ministère des armées, passé au privé, dans un numéro de la revue trimestrielle Inflexions — publiée par l’armée de terre —, consacré au patrimoine. C’est le signe que la question peut au moins être posée, y compris au sein de l’armée, Cotard concluant qu’il y aurait « collectivement trop à perdre » en supprimant ce rituel qui d’ailleurs n’est plus réservé aux seuls soldats, puisque policiers, douaniers, pompiers civils, gardiens de prison descendent désormais les Champs-Élysées.

Remontant à la genèse du défilé, Cotard explique qu’à l’époque des batailles rangées, il fallait savoir marcher au pas cadencé, former des lignes, carrés ou colonnes (1). Il explique aussi que les prises d’armes, les revues et défilés constituaient une manière de fortifier l’esprit de corps, et une aide au commandement, pour permettre d’évaluer la puissance de feu et la condition des effectifs, et faciliter la transmission des informations et des ordres. Les galons, emblèmes, drapeaux, sonneries jouaient le même rôle. Et c’est tout cela qui se retrouverait, mais avec moins de retombées pratiques aujourd’hui, dans cette symbolique de la troupe qui marche au pas, en rang, en musique, etc., devant ses chefs.

Au bazooka

Ce patrimoine, quelle qu’en soit l’utilité actuelle, est peu contesté, sinon dans quelques mini-franges antimilitaristes à l’ancienne. Et par quelques personnalités. En 2011, la candidate écologiste Eva Joly avait proposé de remplacer le défilé militaire du 14-Juillet par un « défilé citoyen », s’attirant les foudres de la droite. Philippe Poutou, le porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), [syndicaliste à l’usine Ford de Blanquefort — menacée de fermeture —, avait fait sensation, lui aussi, durant la campagne pour l’élection présidentielle de 2017, en proposant s’il était un jour élu de supprimer au plus vite ce défilé militaire : « C’est un symbole de guerre. Cette parade virile, militaire est complètement dépassée, ça ressemble trop à ce qui se passe en Corée du Nord », avait notamment déclaré Poutou dans un journal du soir de France 2, en avril 2017.

À la veille du 14 juillet 2017, le site Drenche avait donné la parole à un « pour » et à un « contre » : l’ex-candidat du NPA à l’élection présidentielle, comme pourfendeur du défilé, et un capitaine présenté comme membre d’un état-major, et tenu à l’anonymat, qui jugeait indispensable cette célébration, y compris dans sa dimension militaire.

Comme à son habitude, Poutou avait tiré au bazooka :

 étalage de matériel de mort ;
 parterre de gradés plus ou moins médaillés, bêtement au garde-à-vous devant une tribu d’hommes de pouvoir et de possédants ;
 parade nauséabonde et coûteuse ;
 défilé pollueur, à terre et dans les airs ;
 idéologie chauvine nationaliste ;
 nation offensive, néocoloniale et impérialiste, qui ne manque pas une occasion d’intervenir en Afrique ou au Proche-Orient ;
 une armée qui occupe, bombarde et tue, sous couvert d’opérations humanitaires ;
 en fait, vouée à la défense d’intérêts stratégiques ;
 des aventures militaires, sans transparence ni contrôle ;
 Philippe Poutou plaidant, au final, pour une société démilitarisée et un monde sans frontières.

Le capitaine-mystère avait bien sûr été plus « soft » :

 le défilé est la mise à l’honneur des forces militaires, de sécurité et de secours ;
 l’illustration du lien armée-nation cher aussi bien à nos armées qu’à nos politiques ;
 il met l’accent sur l’armée comme acteur du lien social ;
 c’est l’occasion de briser les tabous et la peur de nombre de jeunes à s’engager ;
 les écoles sont toujours en tête du défilé : des formations prestigieuses, au service de la République, néanmoins gratuites ;
 un des derniers pays démocratiques du monde à effectuer un défilé de cette ampleur ;
 une formidable vitrine de l’excellence française ;
 l’opportunité pour le gouvernement d’inviter des étrangers, de faire passer des messages politiques ;
 et pour les militaires et forces de sécurité de présenter et défendre leurs professions ;
 un défilé qui n’est pas seulement militaire : il reste une fête pour la population, et l’occasion de mettre l’accent sur des thèmes particuliers, par exemple, l’outremer, le service civique, les pupilles de la nation, ou le dispositif de veille « Sentinelle » sur le territoire national.

Le défilé de Trump

Bien que souvent regardé dans l’Hexagone d’un œil blasé, le défilé est plutôt envié à l’étranger. Le cas le plus emblématique est celui du président américain Donald Trump. Invité sur les Champs-Élysées en 2017 pour la commémoration du centenaire de l’entrée en guerre des Américains, il s’était dit « ébloui de la démonstration française », exprimant le souhait d’avoir « une parade comme celle en France , l’une des plus belles auxquelles j’ai assisté ».

Selon le Washington Post, le président avait transmis des directives en ce sens à ses généraux en janvier 2018 — un projet finalement abandonné quelques mois plus tard, sur le conseil du Pentagone, en raison de son coût et des risques de destruction du revêtement routier de la capitale fédérale. En outre, rappelait la correspondante de RFI à Washington, Anne Corpet, « le défilé militaire n’est pas une tradition américaine : la plus grande puissance armée du monde n’a pas besoin d’exposer ses troupes pour montrer sa force ; et ce type de parade est perçu par les Américains comme un apanage des régimes totalitaires ».

Mais, Trump étant Trump, et étant surtout en campagne pour sa réélection en 2020, il a remis le couvert, obtenant sur le tard, pour l’Independance day du 4 juillet dernier, un « évènement » à dominante militaire, sur le National Mall, la grande avenue au centre de Washington entre le Congrès et le Lincoln Memorial : une exposition de chars et autres matériels, et un mini-défilé aérien, avec passage d’une patrouille acrobatique, de chasseurs dernier cri F-35, d’un des deux 747 présidentiels baptisés, « Air Force One », et du nouvel hélicoptère de la Maison Blanche, le « Marine One ».

À qui s’en étonnait, Donald Trump a répliqué dans un tweet : « Ce sont nos avions, nous avons les pilotes, l’aéroport est juste à côté (Andrews), on a juste besoin de carburant. Les chars et tout le reste sont à nous ». Mais, en cette journée traditionnellement patriotique et apolitique aux États-Unis, cette démonstration militaire peu coutumière, clôturée par un discours évidemment « pro domo » du président au Lincoln Memorial, aura fait grincer les dents, notamment dans le camp démocrate (2).

Europe militaire

En France, les unités étrangères se bousculent pour figurer dans le défilé des Champs à Paris. Cette année, signale À l’avant-garde, le site d’actualités sur la défense belge, le 12e régiment de Ligne, l’une des unités les plus anciennes de l’armée belge, créée au lendemain de l’indépendance, descendra l’avenue, comme l’avait fait ce même régiment il y a tout juste cent ans, à la fin de la Grande Guerre.

Lire aussi Philippe Leymarie, « Europe de la défense, une armée de papier », Le Monde diplomatique, juillet 2019.

L’an dernier déjà, une unité de Chasseurs Ardennais avait défilé sur les Champs — signe aussi du rapprochement organique des armées de terre des deux pays, dans le cadre du contrat CaMo de fourniture et entraînement mutuels sur blindés. Une compagnie espagnole, venant de Koulikoro, au Mali, descendra également les Champs, pour illustrer les missions de formation de l’Union européenne EUTM, auxquelles participe Madrid. L’Espagne est l’un des pays européens avec lesquels la France entretient la coopération militaire la plus intense.

La descente des troupes est précédée par celle des emblèmes des dix pays de l’Initiative européenne d’intervention (France, Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, Pays-Bas, Portugal et Royaume-Uni) lancée en juin 2018 pour favoriser l’émergence d’une culture stratégique européenne commune. « En cette année d’élections européennes et au vu de l’énergie française pour promouvoir les coopérations militaires européennes, l’Europe militaire était un thème tout trouvé », a expliqué le général Le Ray, gouverneur militaire de Paris, en préparant ce défilé.

Philippe Leymarie

(1La fonction et le grade de sergent viennent, explique-t-il, des « serre gens » chargés de mettre la troupe en rang.

(2Les critiques se sont focalisées également sur le financement de cette initiative montée à la va-vite, sur des crédits prélevés semble-t-il sur le budget des parcs nationaux.

Partager cet article /

sur Zinc