En kiosques : décembre 2018
Abonnement Faire un don
Accéder au menu

La fin du mythe technologique américain

Alors que Donald Trump affronte la nouvelle puissance chinoise — une confrontation qui fait craindre l’imminence de guerres commerciales portant sur des produits courants comme l’acier —, Washington semble avoir oublié les mécanismes qui lui avaient permis d’asseoir sa domination après la guerre froide.

par Evgeny Morozov, 7 juin 2018
JPEG - 149.2 ko
« Tubes arrières », œuvre mystérieuse vue de dos, espace 798, près de Beijing
cc baroug

À l’époque, les États-Unis s’appuyaient non seulement sur leur puissance militaire, mais aussi sur une posture idéologique qui minimisait les risques de contestation des règles imposées par les États-Unis.

Les dirigeants américains savaient parfaitement que pour atteindre une hégémonie réelle, il fallait opérer de manière invisible. Il est plus facile d’obtenir d’autres pays qu’ils fassent ce que vous voulez s’ils croient non seulement qu’ils agissent dans leur propre intérêt, mais aussi dans le sens de l’histoire et du progrès. Pourquoi perdre du temps et de l’argent à prêcher les vertus du colonialisme à un pays si l’on peut le faire céder en lui racontant de belles histoires sur les bienfaits mutuels du libre-échange ?

Lire aussi Ha-Joon Chang, « Du protectionnisme au libre-échangisme, une conversion opportuniste », Le Monde diplomatique, juin 2003.

De tous les mythes qui ont renforcé l’hégémonie américaine au cours des trois dernières décennies, celui de la technologie, présentée comme une force naturelle et neutre qui effacerait les inégalités entre les pays, reste le plus influent. On ne pouvait ni la modifier, ni la détourner : il fallait s’y adapter. Il semblait bien plus important de savoir qui l’utilisait — et comment — que de comprendre qui en était propriétaire.

Un village mondial était en construction, grâce aux réseaux et aux bits. La « fin de l’histoire » avait déjà été évoquée, mais les acteurs des nouvelles technologies en parlaient avec bien plus d’éloquence. Jamais auparavant le capitalisme n’avait suscité tant d’enthousiasme sans dire son nom. L’élite de Davos estimaient qu’il serait beaucoup moins risqué de demander aux gens de s’adapter aux disruptions de la technologie que de se soumettre aux aléas du marché.

De tels détournements de langage masquent depuis longtemps des vérités essentielles sur la relation entre la technologie et le pouvoir. Premièrement, le village mondial n’était mondial que dans la mesure où cela plaisait à son principal défenseur, les États-Unis.

Deuxièmement, les normes, réseaux et protocoles qui régissaient l’univers numérique n’avaient rien de naturel ni de neutre. La plupart sont apparus lors de la guerre froide et visaient à étendre l’influence américaine à de nouveaux domaines.

Troisièmement, appliquer à un seul réseau inviolable des principes prétendument universels ne garantissait pas vraiment la libération nationale. Des armes cybernétiques à l’intelligence artificielle (IA) en passant par la surveillance électronique, l’interconnectivité et le numérique, loin d’avoir lissé les inégalités, en ont créé de nouvelles.

Cependant, cette idéologie, celle d’Internet, a bien servi les intérêts américains, en permettant à Washington de gagner du temps et d’engraisser les plus grands groupes technologiques du monde. Mais en 2018, il ne reste plus grand-chose de cette idéologie.

Aujourd’hui, le village mondial ne porte plus si bien son nom. Il suffit de regarder les plateformes numériques qui, avec leur capacité à se faufiler partout, étaient censées représenter le sommet de l’hégémonie technologique des États-Unis. Mission accomplie jusqu’à ce que la Silicon Valley découvre que les alliés les plus proches des États-Unis n’avaient aucun scrupule à déployer leur puissance financière pour dynamiser les concurrents locaux à l’expansion des géants de la technologie américains.

Uber en est un bon exemple : ses propres ambitions mondiales ont été freinées par Ola en Inde, DiDi en Chine, 99 au Brésil, Grab en Asie du Sud-Est, et Yandex.Taxi en Russie. À l’exception de ce dernier, tous ces rivaux, y compris Uber lui-même, sont financés par la banque japonaise SoftBank. Ils ont tous fini par être incorporés dans son fonds d’investissement « Vision Fund », alimenté par l’argent des alliés les plus proches de l’Amérique, de l’Arabie saoudite aux Émirats arabes unis. Uber, qui dépensait des sommes astronomiques, a cédé (lire « Les fonds souverains à l’assaut du futur technologique »).

L’ascension de la Chine a mis à mal beaucoup d’autres mythes qui sous-tendaient l’hégémonie technologique américaine. Les normes autrefois neutres, comme la 5G, ont soudain fait l’objet de vives objections, alors que Pékin faisait pression pour instaurer des règles favorables à ses propres champions.

Lire aussi Jean-Louis Rocca, « La montée en puissance de la Chine », Le Monde diplomatique, septembre 2014.

Les ambitions internationales de Huawei et ZTE (1), ainsi que la croissance soutenue de Tencent, Baidu et Alibaba ont également contraint Washington à faire l’impensable : adopter une ligne agressive qui a rendu son hégémonie visible.

Le veto de M. Trump contre la fusion du fabricant de cartes SIM américain Qualcomm et de la société de téléphonie singapourienne Broadcom, la lourde sanction infligée à ZTE (qui aurait pu lui être fatale), le rapport controversé de la Maison Blanche sur la nationalisation du réseau 5G des États-Unis : ces événements récents pourraient laisser croire que Washington maintient sa position dominante.

Cependant, une fois privée de ses nombreux mythes, les États-Unis auront du mal à convaincre d’autres pays de laisser leurs entreprises être dépassées par les grands groupes américains, de renoncer à développer leur propre IA, de ne jamais remettre en question les clauses sur la libre circulation des données que des négociateurs américains ont pris le soin d’inclure dans les grands accords commerciaux. Étant donné que la Chine a réussi en faisant tout à fait le contraire, qui voudrait suivre l’exemple des États-Unis ?

Barack Obama, conscient des limites de l’hégémonie technologique américaine, invoquait des thèmes relatifs à la mythologie numérique, comme « l’Internet libre », tout en essayant de contenir l’expansion de la Chine dans le cadre du système commercial mondial régi par les États-Unis.

Lire aussi Frank Pasquale, « Mettre fin au trafic des données personnelles », Le Monde diplomatique, mai 2018.

Donald Trump, quant à lui, a mis un terme à l’aspect mythologique. Il a également ébranlé la suprématie technologique des États-Unis à long terme, en réduisant le budget de la recherche, en restreignant l’immigration (indispensable au secteur des technologies), et en empêchant le démantèlement immédiat du groupe chinois ZTE.

Après Donald Trump, les États-Unis n’auront plus qu’un seul recours : contester l’ordre économique mondial qui contrarie leurs ambitions sur la scène internationale tout en élaborant une stratégie d’ensemble contre Pékin, de manière à pénaliser ses alliés qui dépendent des géants des technologies chinois.

Quand la guerre froide des technologies éclatera, il sera difficile de distinguer quel camp défend les intérêts du capitalisme mondial.

Evgeny Morozov

(1Zhongxing Telecommunication Equipment est un équipementier en télécoms chinois. L’accusant d’avoir enfreint l’embargo iranien, l’administration de Donald Trump a interdit au groupe de s’approvisionner en composants électroniques auprès de fournisseurs américains, avant de faire volte-face avec un accord plus conciliant.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2018