En kiosques : septembre 2019
Abonnement Faire un don
Accéder au menu

La rébellion ou la survie

par Evgeny Morozov, 13 mai 2019
JPEG - 45.3 ko
Le Faucon millenium, « rebel tech » de l’univers Star Wars.

Tandis que Facebook confesse ses péchés virtuels, promet de devenir un citoyen du village mondial respectueux de la vie privée et semble à deux doigts d’avouer une sévère addiction aux données, les géants du numérique voient soudain leur hégémonie culturelle ébranlée. Ce n’est ni en Europe ni en Amérique latine que cette faiblesse semble la plus flagrante, mais bien dans le pays de la Silicon Valley.

Malgré l’extrême polarisation politique et les guerres commerciales actuelles, la droite nationaliste américaine, personnifiée par Donald Trump et ses sorties contre la censure pratiquée par les réseaux sociaux, rejoint la gauche d’Elizabeth Warren et Bernie Sanders en présentant les géants de la technologie comme la plus grande menace visant les États-Unis.

Lire aussi Eric Klinenberg, « Facebook contre les lieux publics », Le Monde diplomatique, avril 2019.

Cependant, les magnats de la Silicon Valley ne semblent pas s’en émouvoir. Le fait que Warren Buffet, un grand investisseur américain des plus conservateurs, ait fini par surmonter sa réticence en acquérant des actions d’Amazon en dit long sur l’avenir proche des géants de la technologie : plus d’introductions en Bourse, plus de liquidités provenant d’Arabie saoudite et plus de promesses d’employer l’intelligence artificielle pour remédier aux problèmes causés par l’intelligence artificielle.

Hélas, plus d’un an après le scandale Cambridge Analytica, le débat sur les géants de la technologie reste cantonné à des questions rebattues et déjà présentes à son origine : l’efficacité du marché, l’évasion fiscale, les modèles économiques nuisibles qui engendrent délibérément une addiction à Internet. Malgré l’attrait qu’exercent ces questions sur les électeurs, elles ne permettent en rien d’ébaucher un avenir alternatif dans lequel les citoyens pourraient s’attacher à des institutions sociales autres que l’usine et le supermarché.

En dépit de leur convergence apparente sur le sujet, la gauche et la droite sont loin de s’accorder. À l’exception de la plupart des néolibéraux, qui s’en accommodent parfaitement, les détracteurs des géants du numérique situés à droite de l’échiquier politique restent flous sur la manière dont ils voudraient changer la donne, sans parler des raisons qui motivent leur hostilité. Dans la mesure où ces mouvements prônent un retour à une société conservatrice et corporatiste régie par des forces extérieures aux institutions élues, ils trouvent un allié de circonstance dans la Silicon Valley, dont la vaste infrastructure numérique permet d’exercer une gouvernance douce en permanence.

À l’échelle internationale, cette insistance sur la capacité salvatrice des géants du numérique acquiert une dimension supplémentaire, car il s’agit aussi de défendre le développement national. Ce qui amène certains dirigeants populistes à imaginer leur pays en fiefs gérés avec la plus grande efficience par un seigneur des nouvelles technologies. Ainsi, le gouvernement brésilien de M. Bolsonaro a fièrement annoncé qu’il « rêvait » que Google ou Amazon reprenne les services postaux nationaux, en passe d’être privatisés.

La situation critique du Brésil souligne une autre dimension politique de notre dépendance vis-à-vis des géants de la technologie, tout aussi importante bien que moins perceptible : leur propension à pérenniser le statu quo au moyen de solutions révolutionnaires et disruptives. En témoigne notamment la manière dont les technologies numériques sont utilisées pour gérer les problèmes sociaux les plus brûlants.

Au Brésil, par exemple, la recrudescence de la criminalité a donné lieu à un flot d’innovations dans le domaine très en vogue de la « technologie de survie » (en anglais « Survival tech »). Bien souvent, il ne s’agit que d’un recyclage d’outils déjà existants destinés à surveiller la sécurité de rues et de quartiers précis ou à coordonner une réponse conjointe du voisinage.

Ainsi, Waze, la célèbre application de navigation appartenant à Alphabet, informe les automobilistes lorsqu’ils entrent dans un quartier sensible dans des villes comme São Paulo ou Rio de Janeiro (s’appuyant sur des données d’origine pour le moins douteuse). De même, les habitants inquiets de la criminalité dans leur quartier utilisent des outils comme WhatsApp pour partager des informations sur les activités suspectes aux alentours.

Alors que la situation empire au Brésil comme ailleurs, cette technologie de survie, qui permet aux citoyens de faire face à l’adversité sans aucune ambition de transformation sociale, continuera de prospérer. De fait, le boom technologique qui a suivi la crise financière de 2007-2008 peut s’expliquer à travers ce prisme : les sociétés de capital-risque, suivies par les fonds souverains, ont temporairement financé la production massive de technologies de survie à destination de citoyens dépossédés et désabusés.

Bien sûr, personne n’en a parlé en ces termes. Depuis la crise, les débats portent plutôt sur « l’économie du partage » (qui désigne les start-ups aidant les pauvres à survivre en acceptant des emplois précaires ou en louant leurs biens), les « villes intelligentes » (qui abandonnent leur souveraineté technologique à des géants du numérique en échange de services temporairement gratuits), la « fin tech » (grâce à laquelle des prêts sur salaire nouvelle génération sont accordés en fonction des données personnelles et présentés comme une révolution dans « l’inclusion financière »), et d’autres termes du même genre.

Des technologies pour que rien ne change

À moins que la conjoncture économique s’améliore — hypothèse peu probable —, les gouvernements maintiendront leur alliance tacite avec l’industrie technologique. C’est le seul moyen de s’assurer que le peuple, de plus en plus exaspéré par les sacrifices fiscaux et comportementaux que l’on exige de lui (voir les « gilets jaunes ») bénéficient d’un minimum de sécurité et de prospérité, aussi provisoire et illusoire soit-il.

D’où le paradoxe actuel, où 99 % des technologies dites « disruptives » ne servent qu’à faire en sorte que rien d’important ne change. La pathologie persiste, mais on se contente de s’y adapter avec des capteurs, des cartes, de l’intelligence artificielle et même, pourquoi pas, de l’informatique quantique. Le véritable évangile des géants du numérique, consacré et encensé par les États, consiste à innover au nom de la conservation.

Le véritable évangile des géants du numérique, consacré et encensé par les États, consiste à innover au nom de la conservation

Ce genre de programmes visant la « transformation numérique » produisent en réalité très peu de transformation sociale consciente et orientée. Au contraire, ils reposent sur le principe selon lequel les individus et les institutions doivent se plier au monde technologique qui les entoure, et non le transformer.

Les propositions fétiches des progressistes actuels (démanteler les multinationales du numérique ou redistribuer leurs données) résoudront peut-être une partie des problèmes, mais on voit mal comment elles pourraient déstabiliser la technologie de survie. Car après tout, dans le monde alternatif cher aux opposants à la Silicon Valley, où les technologies seraient à taille humaine, cet équipement virtuel peut parfaitement être fourni par des centaines de start-ups, et non exclusivement par Microsoft, Amazon et compagnie.

En revanche, on peut imaginer un autre monde, celui de la « technologie de rébellion » (en anglais « Rebel Tech »), qui ne considère pas que les conditions sociales sont gravées dans le marbre pour qu’on les accepte et qu’on s’y adapte au moyen d’outils dernier cri. Elle déploierait des technologies sur mesure afin de modifier, façonner et même contester les conditions sociales établies. Les distinctions entre la technologie de survie et la technologie de rébellion ne sont ni philosophiques ni éternelles ; il suffit de mettre en œuvre des politiques intelligentes pour s’approcher de la seconde et s’éloigner de la première.

Lire aussi Frank Pasquale, « Mettre fin au trafic des données personnelles », Le Monde diplomatique, mai 2018.

Casser le monopole des géants du numérique, lutter contre leurs pratiques d’évasion fiscale, faire meilleur usage des données personnelles sont autant de mesures indispensables, mais il faut aller plus loin si l’on veut opérer une véritable transformation sociale (lire « Critique technologique : reprendre l’initiative ». Malheureusement, ces revendications progressistes en apparence viennent souvent d’une perspective très conservatrice : tant que le secteur du numérique accepte de jouer le rôle de successeur consacré de l’industrie automobile, pour devenir dans le meilleur des cas un ressort un peu moins polluant de la croissance économique, nous retrouverons le monde confortable et prospère de la social-démocratie des années 1960 et 1970.

Cette vision, aussi séduisante soit-elle, ne sert qu’à masquer l’absence de pensée stratégique chez les forces progressistes qui la défendent. L’ascension des géants de la technologie est une conséquence, non la cause des crises politiques et économiques latentes et on ne les résoudra pas si l’on se contente de se débarrasser des géants du numérique ou d’entraver leurs opérations.

La technologie à taille humaine peut apporter des solutions. Cependant, sans vision d’ensemble et sans projet concret pour se débarrasser de la technologie de survie au profit d’une technologie de rébellion, les forces progressistes n’auront pas grand-chose à dire sur la technologie et moins encore sur la politique contemporaine. La technologie à petite échelle doit voir grand.

Evgeny Morozov

Traduction depuis l’anglais : Métissa André.

Partager cet article /

sur Zinc
© Le Monde diplomatique - 2019