En kiosques : mai 2020
Abonnement Faire un don
Accéder au menu

Le Covid-19 en Afrique vu par les experts du Quai d’Orsay

« L’effet pangolin », une note confidentielle sur la crise africaine qui vient

par Frédéric Mantelin, 9 avril 2020
JPEG - 146.1 ko
Écailles de pangolin confisquées par les autorités camerounaises cc0 Kenneth Cameron / USFWS, février 2017.

Le pangolin. Chacun connaît dorénavant ce petit mammifère placé sous les feux de la rampe à l’occasion de la crise mondiale du coronavirus. Suspecté d’avoir été à l’origine du passage du SRAS-CoV-2 de l’animal à l’homme, ce manidé insectivore, couvert d’écailles, dont les Asiatiques sont friands et qui prospère aussi en Afrique, a inspiré de nombreux chroniqueurs et éditorialistes du monde entier. Avec des titres volontairement percutants : « le syndrome du pangolin », « la double peine du pangolin », « le destin du pangolin », « la revanche du pangolin »… Jusqu’à s’inviter au cœur même des relations entre la France et le continent africain, par le biais d’une missive diplomatique française émanant du très sérieux Centre d’analyse et prospective stratégique (CAPS), et diffusée en date du 24 mars sous le titre : « “L’effet pangolin” : la tempête qui vient en Afrique ? ».

Lire aussi « Covid-19, et la vie bascula », Le Monde diplomatique, avril 2020.

Une note, donc, interne aux réseaux du Quai d’Orsay et produite par un organisme de conseil et de de réflexion dirigé depuis juillet 2019 par Manuel Lafont Rapnouil, diplomate de carrière. Créé en 1974, le CAPS a pour rôle d’offrir de la matière aux dirigeants politiques, pour les aider à penser, à organiser et à vulgariser leurs actions. Responsable du département Afrique du CAPS, l’auteur de la note est un africaniste chevronné. Diplômé de l’École des Chartes, agrégé et docteur en histoire, Jean-Pierre Bat a notamment écrit Le syndrome Foccart. La politique française en Afrique, de 1759 à nos jours (Gallimard, 2012). Rédigée dans un style précis, direct et vigoureux, sa note de quatre pages dresse sans fioritures un diagnostic de la crise en Afrique ainsi que des recommandations sur l’effet attendu de l’« onde de choc » de la pandémie sur le continent. Un document très confidentiel — et qui devait le rester ! — initialement adressé à une cinquantaine de décideurs et acteurs politiques français triés sur le volet (1) — dont le cabinet de Jean-Yves Le Drian et l’Élysée —, et qui fut partiellement révélé par le journal français La Tribune le… 1er avril 2020. Depuis, les extraits publiés de cette note ont fait le tour des réseaux sociaux, notamment en Afrique, où les publications et réactions se sont multipliées.

En quelques jours, « L’effet pangolin » est devenu une vibration virale qui n’avait pourtant rien d’un poisson d’avril ! — ce que certains ont d’abord cru, tant le ton tranche avec celui, diplomatique et prudent, des habituels écrits qui émanent des cercles du Quai d’Orsay. Que dit au juste cette « note diplomatique » référencée « NDI-2020-0161812 » et que Le Monde diplomatique s’est procurée dans son intégralité ? Elle mérite que l’on s’y attarde, tant pour ce qu’elle dit clairement, que pour ce qu’elle ne dit pas — et ce qu’elle sous-entend. « La crise du Covid-19 peut être le révélateur des limites de capacité des États, incapables de protéger leur population. En Afrique notamment, ce pourrait être “la crise de trop” qui déstabilise durablement, voire qui mette à bas des régimes fragiles (Sahel) ou en bout de course (Afrique centrale) », analyse d’emblée M. Rapnouil dans le « résumé » du document. Avant de poursuivre : « Vu d’Afrique, le Covid-19 se présente sous la forme d’un chronogramme politique qui va amplifier les facteurs de crise des sociétés et des États. Face au discrédit des élites politiques, il convient de trouver d’autres interlocuteurs africains pour affronter cette crise aux conséquences politiques ». La suite documente en trois temps ces craintes.

« Une crise de trop pour les États ? » d’Afrique

Lire aussi Jean-Christophe Servant, « Vers l’Afrique, un “soft power” qui tourne au “hard” », Le Monde diplomatique, 14 novembre 2019.

Le coronavirus, d’abord, va-t-il être « une crise de trop pour les appareils d’État ? ». L’auteur est formel : en Afrique, francophone notamment, « l’État va faire massivement la preuve de son incapacité à protéger ses populations. Cette crise pourrait être le dernier étage du procès populaire contre l’État, qui n’avait déjà pas su répondre aux crises économiques, politiques et sécuritaires ». Des « transitions » s’imposeraient alors. Quels en seraient les éléments déclencheurs ? « Le Covid-19 a deux dimensions économiques spécifiques sur le continent, précise l’auteur du texte. En Afrique de l’Ouest, les mesures de confinement saperont l’équilibre fragile de l’informel, économie de survie quotidienne essentielle au maintien du contrat social. En Afrique centrale, le choc pourrait précipiter la crise finale de la rente pétrolière au Cameroun, au Gabon et au Congo-Brazzaville (effondrement d’un prix du baril déjà en crise avec la demande (...)), là aussi au cœur des équilibres sociaux. Dans les deux cas, cela pourrait constituer le facteur économique déclencheur des processus de transition politique.

Second temps de l’argumentaire, l’auteur décrit la dynamique d’« un virus politique ». Pourquoi et comment ? « Les villes sont les potentiels épicentres de crises, rappelle-t-il. Au bout de quelques semaines — certainement assez rapidement —, la question du ravitaillement des quartiers va se poser sous trois formes : l’eau, la nourriture et l’électricité. Des phénomènes de panique urbaine pourraient apparaître : elles sont le terreau sur lequel se construisent les manipulations des émotions populaires. Cette recette fait le lit d’entreprises politiques populistes. Ce sont les classes moyennes en cours de déclassement qui seront les premières fragilisées, car leur quotidien risque de s’effondrer ». Qui plus est, « le discrédit qui frappe les paroles institutionnelles » pourrait s’amplifier : « L’information se recompose déjà par le bas, en marge des informations publiques via les réseaux sociaux (...). Faute de parole publique crédible, les thèses complotistes commencent déjà à fleurir et s’ajoutent aux simples fausses informations pour participer d’une perte de contrôle des opinions publiques ».

« Gestion de la crise » et nouveaux interlocuteurs

Enfin, le document anticipe les conséquences de cette « perte de crédit des dirigeants » africains. Quatre acteurs sont identifiés comme susceptibles de convoquer « le répertoire de la morale publique » face à la « faillites des gouvernants ». Les « autorités religieuses », d’abord, dont certaines « pourraient vouloir défier l’ordre public pour imposer le leur dans ce moment de faiblesse de l’État  ; les « diasporas » africaines, ensuite, qui d’Europe, se donneront « un devoir d’information civique » en diffusant « des informations fiables lues et diffusées sur le Covid à travers l’Afrique francophone » ; puis les « artistes populaires » qui sont souvent « des autorités morales crédibles » et « façonnent les opinions publiques ». Enfin, dernier acteur identifié, les « entrepreneurs économiques » et autres « businessmen néolibéraux » qui « riches et globalisés » se « positionnent comme les philanthropes du continent ». Ces individus puissants « peuvent jouer un rôle s’ils décident d’engager leurs moyens ou de se poser en intermédiaires entre le système de gouvernance mondiale et l’Afrique ». Dans tous les cas, « ils souligneront la faillite de l’État ».

Lire aussi Olivier Piot, « Rencontre avec les pionniers de l’“africapitalisme” », Le Monde diplomatique, novembre 2017.

En conclusion, l’auteur formule des recommandations pragmatiques. Car après tout, c’est bien le sens de ces études du CAPS : aider les diplomates et politiques à comprendre, s’adapter et agir. S’agissant de ces quatre acteurs qui ont, selon la note, « la capacité de mobiliser des foules », ils sont présentés comme devant « d’ores et déjà constituer des interlocuteurs pour nos efforts de gestion de la crise en Afrique ». Car face à « l’incapacité de l’État à protéger ses populations et face aux ambitions politico-opportunistes de certains », il convient de réagir. Clairement, « la crise du Covid-19 va repositionner la perception du bien public en dehors des mains des gouvernants, dans le discours mais surtout dans les rapports de force politique pour le contrôle de l’État, pendant et après la crise », précise Jean-Pierre Bat. Comment alors gérer cette crise pour la France ? « Anticiper le discrédit des autorités politiques signifie accompagner en urgence l’émergence d’autres formes d’autorités africaines crédibles pour s’adresser aux peuples afin d’affronter les responsabilités de la crise politique qui va naître du choc provoqué par le Covid-19 en Afrique... et sans doute ailleurs ».

Cynisme et perception « paternaliste » de l’Afrique ?

Pour cynique qu’elle puisse apparaître à la première lecture, cette note de synthèse a le mérite d’aller droit au but dans l’analyse des risques que fait peser la pandémie sur le continent africain. Contrairement à la plupart des autres études produites par le CAPS, sur l’Afrique notamment, cette note ne vise à aucun moment à formuler des conseils ou une volonté de soutien aux États d’Afrique francophone fragilisés. Tout se passe comme si le coronavirus agissait comme un révélateur inéluctable des fragilités de ces États, avec le souci dans cette synthèse, non pas de les sauver de la menace du chaos, mais bien de préparer la France à agir dans le cadre de transitions politiques inéluctables. Ce choix de perspective traduit une vision à moyen (et long) terme qui, en quelque sorte, entérine les processus démocratiques engagés sur le continent.

Faut-il y voir aussi une approche arrogante ou « paternaliste » des sociétés africaines et de leurs États et élites politiques ? Oui et non. Oui, parce que la note laisse entendre que les dirigeants africains sont dans l’incapacité absolue de venir en aide à leurs populations, alors que la France elle-même — et bien d’autres pays occidentaux —, connaît les plus grandes difficultés à gérer cette crise. Non, car la lucidité dont fait preuve l’auteur s’appuie sur une connaissance approfondie du discrédit qui frappe la plupart des dirigeants de ces pays auprès des sociétés civiles africaines, depuis de très longues années. Cette ambivalence de la note du CAPS ressort très nettement des réactions de diverses personnalités contactées par nos soins, en France comme en Afrique.

« Précisons avant tout que ce texte ne reflète pas du tout le point de vue de notre ministre des affaires étrangères ou du président de la République, sur la situation en Afrique », se défend ce diplomate chevronné, en poste en Afrique (francophone) pendant de longues années et qui souhaite garder l’anonymat. Pour autant, cette analyse me paraît correspondre assez bien à la réalité et reflète la défiance de nombreux diplomates français vis-à-vis de certains États africains et de leur dirigeants ». Prudence, donc, à l’image de la position du ministère français des affaires étrangères, lors de son point presse du 3 avril, à Paris, où il fut précisé que « les notes produites par le Centre d’analyse et de prévision ne visent qu’à alimenter, de façon libre, la réflexion interne sur l’ensemble de la politique étrangère » ajoutant en outre qu’elles « ne représentent en aucune façon la position du Quai d’Orsay ». On l’aura compris, la missive du CAPS ne traduit pas une nouvelle architecture de la politique de la France à l’égard de ses partenaires politiques au sein des États africains.

« Colonialiste », « déphasée » et... « pertinente »

En Afrique, en revanche, les réactions sont moins feutrées et certaines critiques fusent. « J’ai d’abord cru à une blague, commente Jean-Bernard Padaré, secrétaire général adjoint du Mouvement patriotique du Salut (MPS), le parti au pouvoir au Tchad. Cela prouve juste que ceux qui sont au quai d’Orsay ignorent tout des pays sahéliens. Malheureusement pour eux, le Covid-19 ne commettra pas les mêmes dégâts qu’en Europe. Cette note est criminelle et elle ne va pas aider à réconcilier les Africains avec la France institutionnelle ». Pour de toutes autres raisons, Hamd H., un spécialiste des médias en Algérie, ne mâche pas ses mots : « Vos diplomates sont décidément en déphasage complet avec ce qui se passe dans le monde et en Afrique aujourd’hui. Ils vivent encore au XIXe siècle. Comment espèrent-ils trouver des “interlocuteurs” fiables en Afrique alors qu’ils n’ont pas pu organiser l’approvisionnement de la France en quantités suffisantes de masques fabriqués en Chine — premier investisseur en Afrique, notamment en Afrique de l’est —, dont l’aide sanitaire a déjà commencé à être acheminée vers les pays amis ? Le paternalisme des rédacteurs de cette note n’aide guère à la compréhension des enjeux en Afrique. Cette crise va plutôt amener les états africains à renforcer leur coopération avec des partenaires fiables, la Chine et l’Allemagne en tête.

Lire aussi Fanny Pigeaud, « Présence française en Afrique, le ras-le-bol », Le Monde diplomatique, mars 2020.

Mais le commentateur algérien va plus loin, invoquant même le ton « colonialiste » de l’étude : « Pour Paris, la question que devrait soulever les expert du CAPS devrait être : “Comment la France va-t-elle pouvoir sortir du confinement géopolitique dans lequel elle se trouve pour préserver une place dans le monde d’après cette pandémie ?” ». Même son de cloche acerbe au Togo : « Cette note fait sourire, déclare Fabbi Kouassi, une célèbre bloggeuse de Lomé. Ce que pense la France de l’Afrique en ces temps de pandémie nous importe peu. Qu’elle laisse tranquille les peuples d’Afrique, et surtout celui du Togo qui mérite justice, dignité et alternance politique alors que Paris soutient le pouvoir en place. Faut-il rappeler que notre pays connaît une dictature vieille de 54 ans que la France porte à bout de bras sans honte aucune ? Les dernières élections se sont avérées un braquage grandeur nature avec la bénédiction de la France qui vient de féliciter M. Faure Gnassingbé pour un scandaleux et quatrième mandat usurpé au peuple souverain ».

À l’inverse, certains voient dans cette note du CAPS matière à soutenir leurs critiques contre les élites africaines au pouvoir. C’est le cas du nouveau journal d’opposition gabonais FD (pour « Faut le Dire »), qui s’empare de l’étude dans son éditorial du 3 avril (« Le contrecoup du coronavirus ») pour critiquer l’État gabonais et sa « non assistance à populations en danger ! ». Face au Covid-19, l’éditorialiste Désiré Ename déplore qu’« aucun agenda précis et concret ne se dégage quant à la prise en charge des populations en cas d’aggravation de l’épidémie (aménagement des établissements d’accueil, logistique, etc.) et aux mesures d’accompagnement, vu le contrecoup économique ». De son côté, le Dr Succès Masra, ancien économiste de la Banque africaine de développement (BAD) et président du parti Les Transformateurs, principale force d’opposition au président tchadien Idriss Deby, estime que la note du CAPS « a le mérite de la vérité ».

Pour cet opposant au pouvoir de N’Djamena, « Il est vrai que les élites autocrates sans légitimité démocratique ont perdu la confiance de leur peuple en Afrique. Quand, dans un pays comme le Tchad, après 30 ans de pouvoir, le président se soigne avec son ministre de la santé et son épouse en France parce que, malgré le pétrole, malgré les ressources du pays, il n’ont jamais pris la peine de construire un hôpital digne de les soigner au Tchad, il est temps que cela change et que d’un côté ou de l’autre, nous ne repartions plus au monde d’avant, après cette crise sanitaire qui ne fait que mettre à nu la défaillance de gestion que certains faisaient semblant de ne pas voir ». Exilé en Allemagne depuis plusieurs années, un intellectuel et opposant tchadien surenchérit : « J’approuve cette synthèse du CAPS, même si elle arrive un peu tard. C’est un secret de polichinelle que d’écrire que les pays africains de l’espace francophone ont un déficit de gouvernance et de démocratie, notamment dans le domaine de la liberté de la presse. Mais Paris tient à ces régimes, notamment celui du président Déby. Or ce dernier est un homme mortel et il va de soi que la France pense à un plan B si le Covid-19 devait le frapper. Il va bien falloir lui trouver un successeur… Que la France cesse de soutenir des pouvoirs personnels en Afrique et contribue plutôt à l’enracinement de la démocratie pour éviter le chaos dans nos pays ».

Lire aussi « France-Afrique : cartes, citations, faits et chiffres », Le Monde diplomatique, juin 2019.

D’autres intellectuels africains ont profité de la divulgation de la missive du CAPS pour réaffirmer leurs positions sur la crise démocratique sur le continent. C’est le cas notamment de l’écrivain camerounais Achille Mbembe, auteur d’une récente chronique au vitriol sur le Cameroun dans Le Monde Afrique. Début avril, dans un post de sa page Facebook, il écrit : « La plupart des régimes tyranniques d’Afrique ont souvent utilisé le chaos comme l’un des ressorts les plus efficaces pour leur survie ». Puis le philosophe africain souligne qu’« après avoir longtemps instrumentalisé le désordre pour se maintenir au pouvoir, seront-ils capables, cette fois-ci, d’instrumentaliser la mort de masse elle-même ? ». Avant de conclure  : « Il est cependant vrai que si le virus oblige à fermer les puits de pétrole et à précipiter la crise fiscale, alors nous serons face à l’inattendu le plus radical depuis la décolonisation. ». Autant dire que cette note du CAPS n’est pas toujours perçue comme « déphasée » avec la réalité des États et sociétés africaines.

Hasard du calendrier ? Dès le 3 avril, deux jours après la divulgation de la note dans les médias, l’Élysée annonçait une visio-conférence avec divers États africains. Cette conférence à distance s’est tenue en présence de Cyril Ramaphosa, le président en exercice de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission. En outre, Ibrahim Boubacar Keïta, Abiy Ahmed, Paul Kagame, Macky Sall, Félix Tshisekedi, Abdel Fattah Al Sissi, Emmerson Mnangagwa et Uhuru Kenyatta ont également participé à cette réunion, à laquelle se sont joints le président français Emmanuel Macron, le patron de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus,et le Dr John Nkengasong, directeur du Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine (CDC). Objectif pour Paris : aider les chefs d’États africains à définir et mettre en œuvre un « plan de riposte » à la pandémie sur le continent.

Frédéric Mantelin

(1La liste complète des destinataires apparait en note à la fin de la note du CAPS.

Partager cet article /

sur Zinc